Version classiqueVersion mobile

Le conservatisme

 | 
Linda Cardinal
, 
Jean-Michel Lacroix

Introduction

Linda Cardinal et Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

1Malgré sa brochette d’intellectuels reconnus internationalement, étrangement, le Canada s’interroge peu sur sa pensée politique. Ces dernières années, les débats sur la pensée conservatrice au Canada et au Québec ont donné lieu à un nouveau chantier de recherches auquel ce livre tente de contribuer de façon originale. Une double question a guidé sa préparation. En 2006, l’élection du Parti conservateur au Canada a été perçue comme un rapprochement avec la droite américaine tout comme la montée du Parti de l’Action démocratique du Québec a été associée à un retour à un vieux nationalisme ethnoculturel. Qu’en est-il au juste, les conservateurs canadiens ne sont-ils qu’une pâle copie des néoconservateurs américains ? Les conservateurs québécois sont-ils tous des nostalgiques du passé ? Quelles sont la nature et la place du conservatisme au sein de la culture politique au Canada et, de façon plus large, quelle est son incidence sur la société canadienne ?

2Depuis les années 1950, plusieurs intellectuels canadiens ont formulé la thèse selon laquelle l’existence d’un courant ou d’un fragment red tory distinguait la culture politique canadienne de celle des États-Unis. Ce courant reconnaît le rôle clé de l’interventionnisme étatique au sein de la société canadienne, produit d’un héritage conservateur loyaliste caractérisé par l’idéal d’une société organique et communautaire. Au Québec, le conservatisme a été, par le passé, davantage associé à des courants de la droite française dans leurs versions les plus radicales et au catholicisme.

  • 1 Janet Ajenstat et Peter Jay Smith, Canada’s Origins, Ottawa, Carleton University Press, 1994. Cet (...)
  • 2 Seymour Martin Lipset, Continental Divide: The Values and Institutions of the United States and Ca (...)

3Ces différentes thèses ont été fortement remises en question depuis les années 1990 et remplacées par l’étude du libéralisme au Canada anglophone ou de l’humanisme civique véhiculé par certaines Patriotes et Réformistes du XIXe siècle au Québec1. D’une part, la thèse de Louis Hartz selon laquelle la culture politique est constituée de fragments est remise en question. Les chercheurs s’entendent dorénavant pour dire que le Canada et le Québec sont deux sociétés constituées d’une pluralité de courants idéologiques. D’autre part, l’idée de Lipset selon laquelle les Canadiens sont plus conservateurs ou moins libéraux que les Américains se voit contredite dans ce débat2. Ces supposés conservateurs qui sont venus au Canada fuyant la révolution américaine auraient été davantage préoccupés par leurs intérêts économiques que par le bien commun. Toutefois, les stéréotypes résistent. Les Canadiens continuent généralement de croire que leur culture politique est davantage caractérisée par la recherche du bien que celle des États-Unis. Leur conservatisme est associé à une tradition de générosité qui continue de caractériser une certaine compréhension des fondements de l’État providence canadien et de la politique canadienne comme en témoignent certains des auteurs dans cet ouvrage. Ces derniers ne cherchent certainement pas à jeter le bébé avec l’eau du bain. De façon plus générale, l’ouvrage souhaite montrer la complexité du conservatisme et sa pluralité idéologique à l’intérieur même de ce courant plutôt que de se contenter de renforcer un stéréotype. Pluralité oblige si ce n’est que le conservatisme qui s’échafaude récemment au Québec puise dans des registres de significations différents de son homologue canadien.

4Les auteurs de cet ouvrage étudient la trajectoire du conservatisme au Canada et au Québec depuis le XIXe siècle jusqu’à aujourd’hui. Ils scrutent aussi les filiations intellectuelles récentes des conservateurs canadiens et québécois, les distinctions entre conservatisme, individualisme, néolibéralisme et populisme, les programmes politiques des partis politiques qui véhiculent leurs idées et le rôle des médias dans la diffusion de leurs idées. L’ouvrage souhaite aussi dresser des parallèles. Si le conservatisme canadien n’est pas une copie conforme du républicanisme américain, quel lien entretient-il avec celui-ci ? Le conservatisme est-il le même d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique ? Si ces questions n’ont toujours pas donné lieu à de nouveaux programmes de recherche comparatifs sur les idéologies contemporaines, les auteurs, dans ce livre, proposent des pistes de réflexion importantes afin de poursuivre le débat sur ce qui distingue nos sociétés.

5L’ouvrage est divisé en deux parties. La première porte sur le conservatisme au Canada et la seconde étudie le conservatisme au Québec.

6Dans la première partie, les auteurs explorent les fondements historiques, politiques et idéologiques du conservatisme canadien. Ainsi, Andrew Ives reprend l’idée selon laquelle il existe un conservatisme spécifique à la culture politique canadienne défini comme un conservatisme de type tory à l’image du toryisme britannique inspiré du penseur Edmund Burke. Il explique que ce conservatisme de l’électorat canadien a été associé, au moins jusqu’en 1960, à une culture politique caractérisée par l’idéal d’une société organique et communautaire qui reconnaît un rôle clé de l’État afin de favoriser la cohésion sociale selon les principes de la paix, de l’ordre et du bon gouvernement tels qu’inscrits dans la Constitution canadienne de 1867. Ives qualifie toutefois ce conservatisme de paternaliste. Il s’apparente à la représentation de la société holiste de Louis Dumont. Selon Ives, au Canada, ce type social a pris appui sur les Églises les plus importantes au pays au XIXe siècle, soit l’anglicane, la catholique et la protestante. Ces Églises ont des conceptions de la hiérarchie et de l’ordre compatibles avec la doctrine politique conservatrice de l’époque. En revanche, Ives constate aujourd’hui que le conservatisme du nouveau Parti conservateur aurait rompu avec cette tradition pour embrasser une sorte de théologie libérale probablement en lien avec les nouvelles églises évangéliques mais également en raison de la sécularisation de la société canadienne. Ainsi, les églises traditionnelles ne peuvent plus freiner la montée de l’individualisme, un courant dorénavant bien intégré à l’idéologie conservatrice récente.

7Pour sa part, Frédéric Boily n’exclut pas l’influence de la religion sur le nouveau conservatisme. Au lieu de regarder du côté des Églises, il étudie plutôt l’influence de certains penseurs européens comme Frederich Hayet et Eric Voegelin sur le développement de l’idéologie conservatrice récente au Canada. Il veut ainsi mieux comprendre l’étiquette de néoconservateur dont on affuble le Premier ministre du Canada, Stephen Harper, depuis son élection en janvier 2006. De façon plus précise, Boily étudie les influences de l’École de Calgary sur la politique canadienne dans trois domaines : le droit, la politique étrangère et l’environnement et l’ascendance des idées de Hayek et de Voegelin sur ses principaux protagonistes, soit F.L. Morton, Rainer Knopff, Barry Cooper et David Bercuson. Ces derniers adhèrent notamment au rejet du « planisme » étatique de Hayek. Cooper va aussi puiser chez Voegelin la justification religieuse de la lutte contre le terrorisme si importante pour le nouveau conservatisme américain. Toutefois, au Canada, le néoconservatisme, comme l’explique Boily, ressemblerait davantage à un conservatisme libéral plus antiétatique que religieux. La nature centriste de la politique canadienne contraint les partis politiques à atténuer les aspects les plus radicaux de leur programme. Un néoconservatisme à la canadienne devra donc composer avec cette dimension structurelle de la politique canadienne et faire preuve de retenue en matière de religion. Il sera davantage individualiste que religieux.

8Paul Lucardie fait également le constat de la montée de l’individualisme au sein de la vie politique canadienne en lien avec l’intérêt croissant des partis politiques pour le libéralisme économique. Ainsi, dans son étude des programmes des partis politiques conservateurs depuis 1993, il constate l’effacement graduel de son élément tory en faveur d’un engagement envers la lutte contre le déficit, la réduction de l’État-providence et le resserrement des liens entre le gouvernement et le secteur privé. Lucardie voit également de nouveaux éléments de populisme et de corporatisme dans le renouvellement de l’idéologie conservatrice au détriment de sa dimension tory. On retient de son analyse des programmes des partis politiques que le Parti conservateur canadien tente de combiner le libéralisme économique associé au rejet de l’État et un plus grand interventionnisme étatique dans les domaines de la criminalité, de la famille et de la défense qu’exige le conservatisme moral. Seul le passage de Joe Clark à la tête du parti en 2000 a contribué à tempérer l’évolution vers ce type de conservatisme en raison de son ouverture vis-à-vis de la diversité culturelle et le fédéralisme. Finalement, Lucardie n’est pas convaincu que le toryisme soit bel et bien mort au Canada. Reprenant à son compte l’adage anglais selon lequel les vieux soldats ne meurent jamais, il se demande s’il n’en est pas de même pour le toryisme.

9Dans son texte, Catherine Côté donne probablement raison à Lucardie. Son étude des messages des partis politiques dans les médias, lors de la campagne électorale de 2006 au Canada, et leur réception par les Canadiens montre que ces derniers oscillent un peu vers la droite au plan économique mais qu’ils penchent toujours vers la gauche en matière d’enjeux moraux. Elle associe ce positionnement à la permanence du toryisme dans la culture canadienne. Elle reconnaît toutefois que les Canadiens sont probablement de plus en plus individualistes, une attitude qui explique peut-être la victoire du Parti conservateur sur les autres formations politiques encore trop associées à leur antécédent social-démocrate. Les Canadiens sont ainsi plus conservateurs qu’ils ne le pensent mais accepteront-ils tout ce que leur propose leur nouveau gouvernement ?

10Nathalie Kermoal étudie notamment l’incidence du libéralisme économique sur l’action du gouvernement conservateur envers les peuples autochtones. Au moment des élections de 2006, les porte-parole des principales organisations autochtones au Canada avaient exhorté la population canadienne à ne pas voter pour le Parti conservateur. De toute évidence, ils n’ont pas été écoutés. Pour leur part, les Autochtones engagés politiquement s’en prenaient, de façon particulière, aux idées de Thomas Flanagan sur la question de la propriété autochtone. Ce dernier revendique l’abolition de la propriété collective dans les réserves autochtones en faveur d’une approche plus classique de la propriété privée. Flanagan, selon Kermoal, a exercé une certaine influence sur le programme du Parti conservateur dans le domaine des questions autochtones. Une fois au pouvoir, beaucoup de membres du Parti conservateur considèrent que le gouvernement va également procéder selon ses consignes. Or, pour les Autochtones, le problème dans les réserves n’est pas celui de la conception de la propriété mais celui d’investissements gouvernementaux qui manquent à l’appel dans les domaines de l’éducation et de la santé publique.

11En somme, si le conservatisme à la canadienne a été associé, historiquement au toryisme, sa redéfinition récente, selon plusieurs auteurs de cet ouvrage, en fait un courant qui relève du néolibéralisme plus que du néoconservatisme à l’américaine. Ce libéralisme est caractérisé par sa remise en cause de l’interventionnisme étatique, une idée qui sied avec le néoconservatisme sans pour autant adhérer à ses principes premiers d’une société fondée sur un ordre naturel, hiérarchique, reposant sur la tradition.

12Comparaison n’est pas raison mais il est, malgré tout, impossible de comprendre le conservatisme canadien sans référence au mouvement conservateur américain. Louis Balthazar se consacre à un exercice de comparaison qui permet de jeter un éclairage important sur les conditions sociales et économiques susceptibles de donner lieu à un rapprochement idéologique important entre le Canada et les États-Unis ; pensons au phénomène des exurbs et à la recrudescence d’un discours sécuritaire qui caractérisent de plus en plus les deux sociétés. Selon Balthazar, ce sont dans ces milieux en pleine croissance que les conservateurs gagnent des voix, une tendance qui ne sera pas facile à renverser. Certes, il reconnaît l’importance historique du courant tory au sein de la politique canadienne. Toutefois, il considère que celui-ci serait mort au profit d’un conservatisme de repli qui pourrait faire des ravages au Canada. En somme, le renouveau conservateur, à l’encontre de l’ancien conservatisme tory, contribuerait plus que nous serions portés à le croire au rapprochement entre le Canada et les États-Unis.

13Cette appartenance du Canada au continent nord-américain, Gérard Boismenu veut aussi en saisir toute la spécificité par le moyen d’une étude comparée des conservatismes d’un côté comme de l’autre de l’Atlantique. Boismenu insiste sur la particularité religieuse du néoconservatisme en Amérique du Nord comparativement avec le conservatisme européen qui serait plus séculier et exempt de fondamentalisme religieux. Des raisons institutionnelles et des dynamiques politiques distinctes expliqueraient ces trajectoires. À l’instar de Balthazar, Boismenu voit une influence importante du fondamentalisme étatsunien au Canada mais reconnaît qu’il est encore trop tôt pour voir jusqu’où elle ira.

14Dans la seconde partie, les débats sur la nature du conservatisme marquent aussi la vie politique au Québec où, le 26 mars 2007, un nouveau parti politique associé à cette mouvance, l’Action démocratique du Québec (ADQ), devenait le représentant de l’opposition officielle à l’Assemblée nationale. Pour sa part, le Parti libéral du Québec fut à nouveau porté au pouvoir mais pour former un gouvernement minoritaire et le Parti Québécois se voyait relégué au statut de tiers parti. Pourquoi les Québécois ont-ils voté pour l’ADQ ? Serait-ce que la culture politique québécoise se fait dorénavant plus conservatrice ou est-ce uniquement un vote de protestation temporaire afin de permettre aux partis politiques existants de se renouveler ?

15L’idée d’un renouveau conservateur constitue une occasion unique de faire la lumière sur une tradition qui a été malmenée dans les débats historiographiques des dernières années mais qui a pourtant bel et bien existé au Québec depuis le XIXe siècle. Éric Bédard montre qu’il y a, à défaut d’une doctrine bien définie, une sensibilité conservatrice qui a déjà été le propre d’une élite réformiste constituée de Louis-Hyppolite LaFontaine, Étienne Parent ou encore François-Xavier Garneau, pour ne nommer que ses membres les plus connus. Selon Bédard, trois principes ont guidé les interventions de ces conservateurs réformistes : unité, prospérité et morale. Ainsi, ils ont été parmi les défenseurs du régime constitutionnel britannique au Québec, perçu comme le garant de l’unité du corps social et de la tradition ; les conservateurs québécois n’aiment pas le conflit. Ils ont aussi pour devise que le groupe doit se donner les moyens de devenir plus prospère et non uniquement ses individus. Finalement, la morale conservatrice serait plus sociale que religieuse, même si ses protagonistes considèrent que l’Église catholique est ce qui relie les Canadiens français. L’Église est certainement la plus apte à se porter à la défense de la moralité ; mais c’est pour lutter contre l’anomie que les conservateurs ont confiance en elle, et non en raison d’une conception ultramontaine de la société québécoise. Il n’y a aucune trace de référence à une quelconque mission providentielle ou spirituelle de la nation au sein de ce conservatisme réformiste. La nation y occupe une place plus importante que la religion. C’est ce qui fait dire à Bédard que le conservatisme au Québec constitue une voie moins fracassante que le libéralisme pour accéder à la modernité. Il ne s’agit pas d’un courant antilibéral comme d’une voie plus modérée, car soucieuse de la continuité de la nation canadienne-française.

16Gérard Fabre, dans un texte sur le conservatisme en France et au Québec au tournant du XXe siècle, rejoint le propos de Bédard. Son étude des relations entre les académiciens français et les élites canadiennes-françaises montre que la référence à la religion ne doit pas être confondue avec le clérico-nationalisme. Fabre étudie notamment les échanges culturels entre Édouard Montpetit avec la France et ceux de Ferdinand Brunetière et d’Étienne Lamy avec le Québec. Il montre que ces personnages mettent en avant un conservatisme culturel qui clame la continuité avec la nation et la tradition catholique, mais non avec l’idéologie clérico-nationaliste. De plus, au lieu de s’en remettre à l’étude de l’Action française afin de comprendre le conservatisme canadien-français, Fabre nous invite à regarder davantage du côté de ces académiciens pour trouver les signes d’une réflexion sur le lien au passé qui cherche à s’accommoder de la modernité mais de façon raisonnée.

17Jean-François Caron, dans une étude des droites conservatrice et libérale au Québec rejoint aussi, en partie, les diagnostics de Bédard et de Fabre. Il insiste principalement sur la confusion entre les deux courants, notamment en ce qui a trait à leur conception de l’État. Caron met l’accent sur la notion de corps intermédiaires propre au courant conservateur du XIXe siècle sur lesquels doit reposer la loyauté première des hommes et des femmes. Selon les penseurs conservateurs (Burke en Grande-Bretagne ou de Bonald en France), la société est constituée de communautés situées entre l’État et l’individu et par les liens de solidarité qui la définissent. Dans ce cadre, l’État ne doit pas s’imposer mais doit plutôt favoriser le développement de la liberté comprise en termes civiques alors que dans le libéralisme, celle-ci repose prioritairement sur une conception de l’individu sans attache ou caractéristiques particulières. Transposé dans le contexte québécois, Caron considère que l’ADQ se rapproche d’une conception de la liberté plus communautaire que libérale en raison de l’importance que le parti accorde aux corps intermédiaires. De façon plus générale, Caron estime que nous avons tort d’associer le conservatisme à la réaction sans apprécier son apport au débat sur la possibilité de repenser la liberté en termes civiques plutôt qu’individualistes.

18Or, comme le montre Gilles Labelle, les efforts pour refonder une doctrine conservatrice au Québec ne vont pas dans le sens souhaité par Caron. Au contraire, c’est à une véritable théologie politique que se consacrent les principaux tenants de ce courant dans un ensemble de nouvelles revues dont Égards qu’il analyse ici. La revue voit le jour à l’automne 2003 et publie quinze numéros en cinq ans. Ses responsables souhaitent, à l’instar des néoconservateurs américains, réintroduire une dimension éthique au sein de la politique québécoise et canadienne. Leur diagnostic est fort sombre. Ils voient, au Québec et au Canada, une société aux prises avec un relativisme radical et une incapacité malsaine de juger d’un point de vue moral des questions aussi importantes que le mariage homosexuel, l’avortement, l’euthanasie ou le suicide assisté. Ils ont élu le Québec comme terre d’accueil de ce nouveau conservatisme. Ils y fondent leur espoir en vue d’une nouvelle alliance franco-britannique chrétienne anti-européenne et anti-islamiste en mesure de restaurer la civilisation occidentale. Le Québec serait le lieu où il faut faire la lutte contre le nihilisme et le multiculturalisme car, sinon, c’est toute la société québécoise qui risque de sombrer dans l’islamisation. Labelle fait preuve d’un certain scepticisme à l’égard du projet politique de ces néoconservateurs. Il signale la tendance qui guette la revue Égards de ne parler qu’entre convertis. De plus, Labelle s’interroge sur les dangers de la théologie politique. Lier le spirituel au temporel n’est pas une politique attrayante.

19Michel Sarra-Bournet apporte aussi certaines nuances à la possibilité d’enracinement d’une mouvance néoconservatrice dans le tissu politique québécois contemporain. Il affirme que des raisons institutionnelles pourraient bien empêcher le développement d’un courant conservateur au Québec. S’intéressant à l’histoire des partis conservateurs depuis les années 1960, il considère que le système bipartisan ne permet pas à un troisième parti politique d’occuper facilement le devant de la scène politique. Ainsi, Sarra-Bournet considère, dans le cas de l’ADQ, que celui-ci devra soit déloger le Parti libéral du Québec ou le Parti Québécois ou bien se dissoudre. En fin de compte, malgré le débat d’idées, des raisons institutionnelles, à l’instar du reste du Canada, détermineront les possibilités d’épanouissement du conservatisme au Québec.

20Un conservatisme qui n’en a peut-être que le nom lorsqu’on s’attarde à la Beauce, cette région distincte au Québec, fait l’objet de l’étude de Jacques Palard. Il s’interroge sur les raisons qui ont incité les Beaucerons à élire Maxime Bernier député conservateur à Ottawa lors des élections fédérales de 2006. Ce conservatisme rejoint un certain discours identitaire revendiqué par les politiciens de cette région portant sur le sens de l’intégrité, de l’entreprise et de la liberté individuelle. Ces attributs ne s’inscrivent pas dans une doctrine conservatrice particulière à la Beauce mais l’élection de Bernier semble révéler l’existence d’un terreau favorable à l’élection de députés conservateurs.

21L’ensemble de ces contributions privilégie une approche scientifique et non politicienne du conservatisme. Ce concept d’actualité se voit ainsi comme anobli voire réhabilité. Le conservatisme reprend des couleurs, pour ainsi dire, des red tories aux cardinaux verts, sans compter l’interrogation sur les bleus dont on se demande s’ils sont assez verts. La polysémie du terme offre plusieurs niveaux de lecture, enrichis par le croisement de regards disciplinaires aussi variés que ceux de la science politique, de l’histoire, de la sociologie ou de la philosophie.

22Quelles que soient les alternances politiques, il y a bien permanence du courant conservateur. Les réflexions proposées ici s’organisent autour de trois cercles qui vont en s’élargissant et en s’approfondissant : ce qui relève de la construction d’image autour des réseaux médiatiques, ce qui a trait aux programmes politiques et à l’action politique y compris la formation des politiciens et, enfin, ce qui tient de l’idéologie politique et de l’histoire des idées. Au-delà de l’impact immédiat qu’il peut avoir pour remporter une victoire électorale, on peut surtout s’interroger en fin de compte pour savoir si le conservatisme est bien le trait distinctif d’une identité collective ou d’une culture commune, d’où l’intérêt de la comparaison entre le Québec ou le Canada et les États-Unis, voire la France.

Notes

1 Janet Ajenstat et Peter Jay Smith, Canada’s Origins, Ottawa, Carleton University Press, 1994. Cet ouvrage est un des premiers à revoir le discours sur les origines conservatrices de la culture politique canadienne. Au Québec, voir l’ouvrage plus récent de Louis-George Harvey, Le printemps de l’Amérique française, Montréal, Boréal, 2005.

2 Seymour Martin Lipset, Continental Divide: The Values and Institutions of the United States and Canada, New York/London, Routledge, 1990.

Auteurs

Professeure de science politique à l’université d’Ottawa (Canada) et titulaire d’une Chaire de recherche sur la francophonie canadienne ; elle a occupé la chaire d’études canadiennes de Paris 3 en 2006-2007 et vient de publier Le fédéralisme asymétrique et les minorités linguistiques et nationales (Prise de parole, 2008).

Professeur de civilisation nord-américaine à l’université Paris 3 – Sorbonne nouvelle ; il dirige le Centre de recherche sur l’Amérique du Nord (CRAN), EA 3978 et il est vice-président Information scientifique de l’Institut des Amériques. Il a publié une Histoire des États-Unis aux PUF, collection Quadrige, 3e éd., en 2009.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search