Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Au fil de l'actualité

Art et pratique de la recherche créative

Emmanuelle Avril

Texte intégral

  • 1 “The self, then, as a performed character, is not an organic thing that has a specific location, w (...)

« Le moi en tant que personne représentée n’est donc pas une réalité organique ayant une localisation précise et dont le destin serait essentiellement de naître, d’évoluer et de mourir ; c’est un effet dramatique qui se dégage d’un spectacle que l’on propose et la question décisive est de savoir si on y ajoute foi ou non »1. Erving Goffman, 1959, La Mise en scène de la vie quotidienne, I. La présentation de soi : 238-239.

1Cette réflexion sur la créativité appliquée à la recherche est le résultat de la convergence inattendue de différents cheminements qui se sont soudain rejoints pour ouvrir une toute nouvelle direction me permettant de jeter un regard neuf sur mon travail. Le premier cheminement est celui de ma recherche sur le congrès annuel du Parti travailliste britannique, démarrée en 1992 sur la suggestion de Monica Charlot, et dont je fis le sujet de mon DEA puis de ma thèse de doctorat. Après plus de dix ans de travail de terrain en Grande-Bretagne et de retour en France, j’en étais venue à l’heure décisive du passage à l’écriture. Les difficultés rencontrées lors de cette tentative pour passer de l’observation participante du congrès annuel du parti et de la vie d’un parti local à la production d’un ouvrage scientifique m’avaient conduite à une impasse méthodologique. Le deuxième cheminement est celui que j’ai emprunté en « touriste » en tandem avec mon conjoint, qui s’est attelé il y a trois ans à l’étude de la pensée créative appliquée au monde des affaires, retournant ainsi à des thèmes développés dans son mémoire intitulé Trans-Personal Psychology, Physics and Models of Consciousness (1986). Douze années passées dans les affaires lui avaient ensuite permis de prendre conscience des dysfonctionnements de la culture d’entreprise. En m’intéressant à son travail et à ses sources, j’ai pu me familiariser avec les théories et les techniques de la créativité sans être dans un premier temps capable de comprendre leur pertinence dans le cadre de ma propre recherche. Le catalyseur a été la redécouverte d’un ouvrage de Lewis Minkin, par ailleurs autorité incontestée sur le Parti travailliste, avec qui j’avais eu la chance de pouvoir établir un dialogue fructueux dès le début de mes recherches. Cet ouvrage m’avait été envoyé par son auteur dès sa publication en 1997, mais après l’avoir parcouru un peu trop rapidement, je l’avais mis de côté sans voir ce qu’il avait d’extraordinairement novateur. Ce n’est que six ans plus tard, alors que je peinais à trouver une perspective stimulante dans laquelle inscrire un ouvrage sur le Parti travailliste, que le déclic a eu lieu, à travers le souvenir vague du titre de l’ouvrage de Lewis Minkin que je me suis empressée d’aller sortir du placard : Exits and Entrances : Political Research as Creative Art (Minkin, 1997). Une lecture avide de l’ouvrage, dans lequel l’auteur, s’appuyant sur un recensement très exhaustif de la littérature existante sur la pensée créative, appelle à une révision complète des méthodes de recherche et d’écriture en politique, a généré l’eurêka grâce auquel les deux cheminements ont pu se fondre en un, ouvrant une perspective réellement enrichissante et enthousiasmante, qui allait me permettre de considérer ma recherche d’un œil nouveau.

2Dans un sens très général, la créativité peut se définir comme l’aptitude à produire du nouveau. Plus spécifiquement, on peut, avec Lewis Minkin, définir la créativité comme le processus de production de quelque chose à la fois original et adéquat (Minkin, 1997 : 34). Il va sans dire que la pensée créative n’est pas une idée nouvelle puisqu’elle remonte au début du XXe siècle. Lewis Minkin lui-même cite un ouvrage datant de 1926 de Graham Wallas, intitulé Creative Thinking (coïncidence amusante, l’auteur était professeur de sciences politiques à la London School of Economics). Cette approche est ensuite devenue un phénomène de mode dans les années soixante et soixantedix sans jamais acquérir de légitimité véritable. Ce sont les progrès récents de la recherche en neurosciences, c’est-à-dire les découvertes sur le fonctionnement du cerveau humain (voir en particulier le travail de Francisco Varela, formé à Harvard, professeur de sciences cognitives et directeur de recherche au CNRS jusqu’en 2001), qui ont favorisé le retour de la pensée créative au cours de la dernière décennie, en lui fournissant la crédibilité qui lui avait jusque-là fait défaut. On trouve aujourd’hui pléthore d’ouvrages de vulgarisation consacrés au comportement créatif et aux techniques de créativité, classés pour la plupart au rayon « développement personnel » des librairies, ce qui indique que ces théories peinent toujours à asseoir leur légitimité.

3Bien que la lecture de ces ouvrages montre que par bien des aspects ils offrent des perspectives très utiles à la recherche, on n’en trouve encore guère d’écho dans les différentes disciplines universitaires. En particulier, ces théories et techniques sont très rarement appliquées à la recherche en sciences sociales, et encore moins à l’étude de la vie politique. On peut comprendre la réticence de chercheurs œuvrant dans une discipline scientifiquement fragile, puisque les sciences sociales ont peiné à établir leur légitimité scientifique et ont longtemps été considérées comme une science molle. Les chercheurs ont donc à cœur de montrer que leurs méthodes de recherche et leurs conclusions s’inscrivent bien dans une logique d’erreur et de vérité. Selon le sens commun, le résultat du processus créatif ne peut se soumettre au principe de vérification, ce qui invalide d’office une telle démarche.

4Le monde universitaire tend par conséquent à se démarquer du processus créatif, comme s’il était incompatible avec le processus de pensée rationnel. La créativité est souvent regardée d’un œil soupçonneux, puisqu’elle apparaît comme un phénomène intangible. Aux yeux d’universitaires qui ont le souci d’adopter une démarche scientifique, ceux que l’on désigne comme les « créatifs » constituent une espèce à part, qu’il s’agisse, dans le meilleur des cas, d’artistes dotés de talents particuliers et uniques, ou bien, dans le pire des cas, d’individus un peu excentriques chargés de trouver, grâce à leur originalité naturelle, des idées nouvelles, par exemple dans le domaine de la communication et de la publicité. On a donc affaire à une activité peu sérieuse, dénuée de rigueur, qui fait appel à un processus avant tout ludique. En tout état de cause, les sources de l’inspiration restent mystérieuses ; la particularité essentielle de la créativité serait le fait qu’elle ne peut s’acquérir.

5Cette conception communément admise de la créativité repose sur deux idées fausses : d’une part l’idée que la pensée créative est, pour reprendre l’idée de Karl Popper développée dans The Logic of Scientific Discovery (1959), un processus « irrationnel » qui échappe à toute reconstruction logique, ce qui pose d’emblée la supériorité de la démarche scientifique, laquelle permet d’obtenir un résultat dont on peut prouver qu’il est juste ou faux ; d’autre part l’idée que le travail d’analyse et de synthèse scientifique ne s’apparente en aucun cas à une démarche créative (les étapes du raisonnement ou de l’expérimentation s’enchaînent avec une logique imparable, selon une démarche fondée sur l’hypothèse et la vérification). Ce sont ces deux malentendus qu’il serait bon de lever afin de libérer le chercheur du carcan du modèle scientifique de la pensée et de rompre l’isolement auquel une telle démarche le condamne.

Rompre un enfermement

6L’article ou l’ouvrage universitaire classique se présente comme une démonstration linéaire, comme un produit fini qui vise à la perfection dans la présentation. La production scientifique se doit de présenter l’état du savoir sur une question, du point de vue d’un expert, sous la forme de conclusions étayées par des exemples. La solidité de la réflexion est mesurée d’un coup d’œil par l’abondance des notes de bas de page : le savoir présenté doit s’appuyer sur des références, c’est-à-dire s’inscrire dans le cadre d’autorités. La tentation d’exhaustivité est grande lorsqu’il s’agit de convaincre la communauté universitaire du sérieux de son travail. La multiplicité des exemples est donc garante de la solidité des conclusions, la quantité est un gage de qualité, d’autant plus que la promotion universitaire se fait en fonction du nombre de pages produites, ce qui serait considéré comme tout à fait aberrant dans le cas d’une production artistique ou d’une grande découverte. Lewis Minkin dénonce les contraintes de la culture universitaire qui pèsent lourd sur le mode de production, en particulier la pénurie de temps et l’exigence de résultat, qui forcent le chercheur à fonctionner dans une perspective à court terme incompatible avec une production nécessitant le plus souvent de longues périodes de gestation (Minkin, 1997 : 49-50). Il est très difficile dans ces conditions d’explorer d’autres façons de faire et en particulier de prendre le temps d’acquérir de nouvelles compétences telles que la créativité.

7Dans Teach Yourself to Think, Edward De Bono s’en prend au « Gang des trois » (1996 : 9-14), Socrate, Platon et Aristote, dont les théories constituent la clé de voûte de la pensée occidentale depuis plus de trois mille ans : le système qu’ils ont développé, qui met l’accent sur la dialectique et l’argumentation, la croyance en une vérité distincte des ombres perçues sur les murs de la caverne, et la catégorisation, a conduit à un certain enfermement de la pensée. Dans un autre ouvrage, Serious Creativity, De Bono évoque l’invention grecque de l’hypothèse, contribution précieuse à la pensée humaine, mais souvent mal utilisée lorsque l’hypothèse se doit d’être raisonnable et par conséquent ferme toute possibilité d’envisager d’autres façons de considérer l’information (1993 : 25-26). Il est entendu que les méthodes rationnelles de découverte ont fait leurs preuves et qu’elles permettent d’innover. Mais elles tendent également à favoriser l’émergence « d’autoroutes de la pensée », ou modèles mentaux, dont il est rapidement très difficile de s’affranchir et qui viennent freiner la production de solutions nouvelles : c’est ce qui explique que les changements paradigmatiques soient si laborieux et se soient souvent faits au prix de la vie de celui qui avait osé défier le modèle dominant, qu’il s’agisse de Galilée ou de Socrate lui-même. L’éminent politologue Philippe Braud explique dans L’Émotion en politique : « la construction paradigmatique de l’objet enferme le regard dans ses prémisses, interdisant l’émergence visible d’autres questions pertinentes. » (1996 : 11.) Dans son premier chapitre intitulé « rompre un enfermement », il appelle à réinterroger les outils d’analyse disponibles et à introduire de nouveaux angles de vue (en particulier une orientation psychosociologique). Le chercheur aurait donc tout intérêt à se dégager de la rigidité qui entrave toute velléité d’innover. Philippe Braud montre comment la quête d’un savoir sécurisant, la volonté de maîtrise intellectuelle, poussent le chercheur à vouloir trouver des réponses « au prix d’un appauvrissement dommageable des interprétations possibles » (1996 : 42).

8Lewis Minkin appelle de ses vœux une culture universitaire plus propice à la recherche créative. Il ne s’agit pas de faire fide la rigueur scientifique propre à toute recherche, mais de prendre en compte une dimension supplémentaire, celle de l’importance de la connaissance de soi. Cette dimension est essentielle puisque le souci d’objectivité qui caractérise la pensée scientifique classique conduit à une impasse. L’objectivité est un leurre dans la mesure où toute analyse d’un objet qui omet de prendre en compte le point de vue à partir duquel l’observation a été conduite n’a aucune valeur scientifique. Il est nécessaire de clairement donner les coordonnées à partir desquelles l’observation a été faite et donc de poser la question de la « perception ». Les théories de la perception, c’est-à-dire l’appréhension par un observateur d’un objet observé, ont longtemps reposé sur l’illusion de l’indépendance de l’observateur, de la neutralité de la surface qui reçoit l’information. Le terme de « cognition » est d’ailleurs traditionnellement associé à l’idée d’un savoir absolu (par exemple la théorie de la connaissance étudie les rapports qui existent entre le sujet qui « connaît » et l’objet). C’est ce que dénoncent Husserl, qui pose la non-dualité de l’esprit et de la nature, et Maurice Merleau-Ponty dans Phénoménologie de la perception (2001 [1945]), lequel prend parti contre le rationalisme qui, en faisant intervenir trop tôt le jugement, transforme trop vite le « monde vécu » en « monde objectif » : le monde n’est pas un spectacle qui se déroule sous les yeux d’un observateur impartial.

9La recherche en neurosciences a montré que l’être humain est un système auto-organisé qui établit des modèles et élabore des concepts sur la base de modèles précédemment établis, comme l’explique De Bono dans Teach Yourself to Think :

  • 2 “We now believe that perception occurs in a self-organizing information system operated by the ner (...)

On pense maintenant que la perception prend place au sein d’un système d’information auto-organisé activé par les réseaux nerveux du cerveau. Cela signifie que les informations et leur surface ont leur activité propre et que les informations s’organisent en groupes, séquences et motifs. Ce processus est comparable à la pluie qui, en tombant sur un paysage, s’organise en ruisseaux, affluents et rivières2. (1996 : 8.)

  • 3 “Analyzing data will enable the analyst to select from his or her repertoire of old ideas to find (...)

10Les modèles déjà formés permettent de reconnaître l’environnement et le cerveau ne peut donc percevoir que ce qu’il s’attend à voir. Dans Serious Creativity, De Bono présente la conséquence majeure de cette caractéristique sur le mode de production des idées : « L’analyse des données permettra à l’analyste de sélectionner au sein de son vieux répertoire d’idées celle qui correspond le mieux. Mais l’analyse des données ne produira jamais d’idée nouvelle.3 » (1993 : 24.) Le système de pensée traditionnel, fondé sur l’analyse et l’argumentation, ne permet pas de rendre compte du phénomène de la perception.

  • 4 “There is a need to hold several hypotheses in order to see the data in different ways.”

11Bien qu’elles semblent être antinomiques, les méthodes classiques et les méthodes créatives peuvent tout à fait être considérées en conjonction. Il s’agit de ne pas se cantonner à vouloir déterminer ce qui « est », mais de considérer également ce qui « peut être » par le biais de la pensée parallèle ou, selon le terme utilisé par De Bono, la pensée « latérale » : « Il faut disposer de plusieurs hypothèses pour pouvoir considérer les données de différentes façons.4 » (1993 : 26.) La créativité permet de générer une multiplicité d’hypothèses, ce qui permet au chercheur de faire des détours, de suivre un autre itinéraire que celui dicté par le principe de causalité. Lewis Minkin insiste sur la rigueur que nécessite la pensée créative :

  • 5 “As with all scholarship, creative research is grounded in methodical, scrupulous, precise enquiry (...)

Comme tout savoir, la recherche créative est fondée sur un travail d’investigation précis, scrupuleux et méthodique. La créativité nécessite un jeu entre ce qui est imaginé, ce qui est fondé sur des données et ce qui peut être mis en pratique dans le cadre du problème envisagé. En ce sens, le jeu sérieux de la créativité ne fait pas simplement appel à l’imagination, mais plutôt à une imagination disciplinée qui combine liberté et attention concentrée5. (1997 : 318.)

12En bref, pour reprendre la théorie des intelligences multiples développée par le psychologue américain Howard Gardner dans Frames of Mind (1983), il s’agit de développer une forme particulière de l’intelligence.

  • 6 “What is obvious in hindsight may be invisible in foresight.”

13En réalité, loin d’être un processus irrationnel dont on ne peut mettre à jour la logique, la pensée créative est au contraire parfaitement logique dès lors que l’on considère le trajet de la pensée à rebours. Dans Teach Yourself to Think, De Bono utilise l’analogie du trajet qu’effectue une fourmi le long d’un arbre : le trajet que va emprunter la fourmi à partir du tronc de l’arbre jusqu’à une feuille particulière est impossible à anticiper ; à chaque intersection les possibilités de choisir tel ou tel trajet sont multiples. En revanche, le trajet inverse est entièrement prévisible. Le parcours devient parfaitement logique dès lors qu’on le considère à rebours : « Ce qui semble évident après coup était impossible à anticiper.6 » (1996 : 7-8.) Il est donc possible de mettre en lumière la logique de la créativité, si bien que l’on peut considérer la tension entre la démarche scientifique et la démarche créative comme un dualisme plutôt que comme une alternative.

Rationalité et émotions

14La coupure entre rationalité et émotions est le principal héritage du cartésianisme, dichotomie qui n’existe pas dans toutes les sociétés : par exemple, les méthodes contemplatives associées à la psychologie bouddhiste posent au contraire le caractère indissociable du corps et de l’esprit. Plus encore, le concept de la « pensée », en tant que activité distincte des émotions, est absent de la culture orientale en général. En Occident, le cerveau est communément vu comme l’organe de la pensée, comme le lieu où les idées sont générées (c’est ce qu’illustre bien l’image de l’ampoule qui s’allume). Les émotions, elles, prendraient leur source ailleurs : dans le « cœur », suivant l’opposition traditionnelle cœur/esprit, ou dans les entrailles, plus précisément, le creux de l’estomac. Ces deux lieux, tels le monde des apparences sensibles et le monde intelligible de Platon, sont donc clairement distincts. L’intellectuel se méfie de ses émotions dont il cherche à s’affranchir et se fie à sa raison, seul outil légitime, à ses yeux, de la connaissance du monde.

  • 7 “the prefrontal lobes and limbic system allow us to mingle thought and feeling, cognition and emot (...)

15Ce paradigme dualiste est cependant de plus en plus mis à mal par la recherche scientifique elle-même. Les neurosciences, et en particulier la nouvelle discipline des neurosciences affectives, montrent clairement que les émotions, tout comme les idées, prennent leur source dans le cerveau. Le chapitre intitulé « The Neuroscience of Emotion » de l’ouvrage dirigé par Daniel Goleman (éd.), Destructive Emotions, explique comment les progrès de la recherche sur le fonctionnement du cerveau ont mis en évidence la source neurologique de notre vie mentale et émotionnelle : « les lobes préfrontaux et le système limbique nous permettent d’associer pensées et sentiments, cognition et émotion.7 » (2003 : 185.) En particulier la source des intuitions se trouve dans la partie du cerveau appelée amygdale, située pour moitié dans l’hémisphère droit et pour moitié dans le gauche, qui constitue le centre de contrôle de toutes les émotions ressenties en réaction à l’expérience sous la forme d’une réponse somatique face aux choix auxquels nous sommes confrontés. Comme le circuit passe par les viscères, les muscles de l’estomac se tendent pour indiquer par exemple que « quelque chose ne colle pas ». Une telle conception rejoint la théorie de Carl Jung qui, dans son ouvrage The Undiscovered Self, souligne le rôle de l’inconscient dans la production des idées :

  • 8 “Even though the first step along the road to a momentous invention may be the outcome of a consci (...)

Bien que la première étape d’une invention capitale puisse être le résultat d’une décision consciente, ici, comme partout, l’idée spontanée – l’intuition – joue un rôle important. En d’autres termes l’inconscient collabore aussi et apporte souvent une contribution déterminante. Ce n’est donc pas l’effort conscient qui, seul, détermine le résultat ; d’une façon ou d’une autre, l’inconscient, dont les objectifs et les intentions sont à peine discernables, y est aussi pour quelque chose8. (2002 [1957] : 70.)

16La théorie de l’inconscient proposée par Jung, dont il avait d’ailleurs anticipé la rencontre avec la science physique, rompt ainsi avec le modèle newtonien de la psychanalyse inscrit dans un paradigme mécaniste, lui préférant une approche qui s’apparentait déjà à un modèle systémique.

17Dans la section intitulée « Old and New Paradigms for Innovation » de son autre ouvrage, Working with Emotional Intelligence, Daniel Goleman souligne le caractère indissociable du rationnel et de l’émotionnel :

  • 9 “The Act of innovation is both cognitive and emotional. Coming up with a creative insight is a cog (...)

L’acte d’innovation est à la fois cognitif et émotionel. La production d’une idée créative est un acte cognitif – mais comprendre la valeur de cette idée, en prendre soin et la développer, fait appel à des compéteences émotionnelles telles que la confiance en soi, l’esprit d’initiative, la ténacité et la force de conviction9. (1998 : 101.)

  • 10 “Today the very paradigm of invention, even in science, is changing its focus from the individual (...)

18Il cite le modèle proposé par Henri Poincaré des quatre étapes de l’acte créatif : préparation, incubation (laisser jouer l’esprit), illumination (ou le moment de l’eurêka), et exécution (persistance face aux obstacles, aux critiques et aux échecs). C’est lors de cette dernière étape que se joue la différence entre ce qui pourrait n’être qu’une lubie et ce qui constitue une réelle innovation. Un chercheur isolé ne sera guère en mesure de faire avancer son idée ; il doit pour cela obtenir l’essentielle collaboration de ses pairs. Goleman fait observer : « Aujourd’hui, le paradigme de l’invention, même dans les sciences, est en train de se déplacer de l’individu vers le groupe.10 » (1998 : 101.) Il est nécessaire de créer une coalition autour d’une idée nouvelle pour qu’elle puisse être mise en pratique, ce qui fait appel à certaines qualités humaines telles que l’art de communiquer et de persuader.

  • 11 “Problems in the production of ethnography are not helped by the nature of the work itself. It is (...)
  • 12 “properly conducted and analyzed observational work involves a full fusion of personal experience (...)

19Dans l’ouvrage Interpreting the Field on trouve plusieurs contributions critiquant la dichotomie entre raison et sentiments, particulièrement le chapitre de Tim May intitulé « Feelings Matter : inverting the hidden equation », qui soulève la question de la difficulté de produire des ouvrages ethnographiques qui répondent aux critères de production scientifiques classiques : « Les problèmes liés à la production ethnographique sont aggravés par la nature du travail lui-même : la communication de l’expérience personnelle au sein d’un cadre analytique.11 » (Hobbs et May [éds], 1993 : 70-71.) L’auteur souligne la difficulté de passer du terrain observé au terrain universitaire et appelle à prendre les sentiments « au sérieux », en particulier les difficultés rencontrées dans l’accès au terrain et l’effet de ces difficultés sur le chercheur. Selon lui, les sentiments sont à tort considérés comme une faiblesse et peuvent au contraire permettre d’enrichir le propos : « un travail d’observation correctement conduit et analysé implique la fusion de l’expérience personnelle et de la rigueur intellectuelle.12 » (Hobbs et May [éds], 1993 : 77.) La dimension subjective, personnelle, de la recherche ne doit donc pas être éradiquée de la production.

20La recherche scientifique va dans la même direction, comme l’illustre le titre d’un colloque interdisciplinaire sur la conscience organisé à la Sorbonne « Science et Subjectivité » (colloque CREA/CNRS, 16 juin 2004). L’introduction au colloque explique : « Il est unanimement admis depuis la “coupure cartésienne” de la science moderne de la nature que la situation, et encore plus la subjectivité, de celui qui connaît, doivent être soustraits du produit fini de la connaissance. » Le colloque tourne autour des travaux d’Alan Wallace, philosophe de la physique et philosophe de l’esprit, auteur de The Taboo of Subjectivity : Toward a New Science of Consciousness (2000), dont la recherche porte en particulier sur les descriptions « en première personne » de l’expérience. Plus près encore de ma discipline de recherche, Philippe Braud ouvre son étude L’Émotion en politique sur le constat suivant : « les dimensions émotionnelles de la vie politique sont largement méconnues comme objet de recherche en sciences sociales. » (1996 : 7.) Il appelle à la prise en compte des émotions, y compris celles du chercheur dans le cadre d’une sociologie « réflexive » :

un éventuel travail d’analyse de ces « émotions » du chercheur ne ferait pas réellement quitter le terrain de la démarche sociologique. En effet, elles constituent elles-mêmes des constructions sociales incorporées, incompréhensibles sans l’identification des défis qui les ont provoquées, sans la compréhension des codages culturels qui ont orienté les manifestations. (Ibid. : 31.)

21Dans cette optique, il n’est plus nécessaire de « suspendre » la subjectivité du chercheur ; bien au contraire la prise en compte de cette subjectivité doit être au cœur de la recherche.

Une recherche réflexive

22Paradoxalement, l’ouverture aux autres n’est possible qu’à travers l’acquisition d’une meilleure connaissance de soi. Pour être réceptif à l’autre, être capable de comprendre sa pensée, il faut avoir connaissance de ses propres mécanismes. Il s’agit donc de mettre à nu le processus créatif, ce qui implique de mettre le « penseur » au centre de l’ouvrage. Les ouvrages d’ethnographie ont déjà soulevé les questions méthodologiques quant à la place de l’observateur. Ainsi, dans Ethnography : Principles in Practice, les auteurs soulignent que les chercheurs sont confrontés à un choix entre deux paradigmes antagonistes : le positivisme (formes d’analyses quantitatives qui prennent pour modèle les sciences naturelles, la science physique en particulier) et le naturalisme qui vise à l’immersion du chercheur dans son terrain au point qu’il ne se distingue plus de son objet (Hammersley et Atkinson, 1983 : 2). Ils ajoutent qu’aucune des deux approches n’est véritablement satisfaisante, puisque toutes deux posent la distinction entre les sciences sociales et leur objet. Si le modèle positiviste fait tout pour éliminer les effets de l’observateur, le naturalisme, qui est avant tout une réaction contre le positivisme, tâche de prendre en compte les effets que peuvent avoir les chercheurs et les procédures qu’ils utilisent, mais de manière à les éliminer plus efficacement encore. Selon ces deux modèles, il est possible d’isoler des données qui n’auraient pas été contaminées par le chercheur.

23Les auteurs de Principles in Practice affirment qu’il est temps au contraire d’accepter la nature réflexive de la recherche :

  • 13 “Instead of treating reactivity merely as a source of bias, we can exploit it. How people respond (...)

Au lieu de considérer la réactivité comme une seule source de partialité, il est possible de l’exploiter. La façon dont les gens réagissent à la présence du chercheur peut nous en apprendre autant que la façon dont ils réagissent à d’autres situations13. (Hammersley et Atkinson, 1983 : 15.)

24Les sciences sociales, et plus particulièrement l’ethnographie, ont un caractère essentiellement réflexif. Le chercheur doit être placé au centre de la recherche :

  • 14 “Once we abandon the idea that the social character of research can be standardized out or avoided (...)

Une fois abandonnée l’idée que le caractère social de la recherche peut être éliminé par la standardisation ou contourné en faisant de l’observateur un témoin oculaire ou un participant total, le rôle du chercheur comme participant actif du proceesus de recherche devient clair. Il devient l’outil de recherche par excellence14. (Hammersley et Atkinson, 1983 : 18.)

25Ce que le positivisme néglige, c’est le processus par lequel les théories sont générées et développées. L’ethnographie contribue de manière unique aux sciences sociales, en mettant en lumière le développement des théories et en cherchant à expliquer les activités des chercheurs.

26Carl Jung, dans le chapitre intitulé « Self-knowledge » de son ouvrage The Undiscovered Self soulignait dès 1957 ce changement nécessaire et, selon lui, inévitable de point de concentration :

  • 15 “The underestimation of the psychological factor is likely to take a bitter revenge. It is therefo (...)

La revanche du facteur psychologique, si sous-estimé, sera probablement rude. Il est donc temps de rattraper notre retard en la matière. Cela reste pour l’instant un vœu pieux, car la connaissance de soi, qui n’est déjà pas très populaire, semble être un objectif désagréablement idéaliste, qui a des relents moralisateurs et qui se préoccupe de l’ombre psychologique dont l’existence est habituellement niée ou tout au moins passée sous silence15. (2002 [1958] : 66.)

27Comme l’explique Philippe Braud, le règne incontesté du rationalisme méthodologique a vécu : le refus de considérer la dimension humaine de la politique, « l’ombre psychologique » dont parle Jung, y compris celle du chercheur, ne peut conduire qu’à un « regrettable appauvrissement » (1996, 54).

  • 16 “Reality is made up of circles but we see in straight lines. Herein lie the beginnings of our limi (...)
  • 17 “one of the difficulties most commonly encountered in writing ethnography is this : the reordering (...)

28Ces questions surgissent de manière pressante lors de la phase délicate de l’écriture, c’est-à-dire lors du passage de l’observation participante à la rédaction d’un travail rendant compte du savoir acquis. Peter Senge explique dans The Fifth Discipline comment le langage donne forme à nos perceptions et comment les langues occidentales, avec leurs structures classiques (sujet-verbe-complément), nous incitent à adopter une vision linéaire des choses (1990 : 101). Le processus créatif n’étant pas un processus linéaire, la structure linéaire de l’écriture de type scientifique ne peut pas en rendre compte de manière adéquate. Il appelle à rompre avec des formes de pensée linéaires peu créatives, et à en adopter de nouvelles, en particulier un raisonnement systémique faisant appel aux « boucles de causalité », ou « boucles de rétroaction » (chapitre 5, « A Shift of Mind ») : « La réalité est faite de cercles, mais nous voyons en lignes droites. C’est là que se situe la source de nos limitations en tant que penseurs systémiques.16 » (1990 : 73.) Le chapitre intitulé « Writing Ethnography » de l’ouvrage Ethnography : Principles in Practice, soulève le problème de la présentation linéaire d’une expérience qui ne l’est pas : « L’une des difficultés les plus courantes de l’écriture ethnographique est la suivante : la réorganisation des données et des compétences acquises en tant qu’observateur participant selon un développement linéaire.17 » (Hammersley et Atkinson, 1983 : 212.)

29L’article ou l’ouvrage se doit d’offrir des interprétations susceptibles d’être critiquées par la communauté, de faire l’objet d’un débat. Lors de présentations orales dans le cadre de colloques, le format en questions/réponses en fin de communication prend souvent la forme d’une confrontation, les questions ayant rarement trait à la façon dont les conclusions ont été atteintes ou à la façon dont la recherche a été conduite, mais tendant plutôt à démonter l’argument présenté d’un point de vue logique. La capacité de penser du chercheur est donc évaluée en fonction de sa capacité à défendre son argument et à prouver qu’il a raison. Il est pourtant possible de concevoir l’écriture comme une phase créative de la recherche plutôt que la simple mise en forme d’idées déjà formées : c’est la différence entre une conception de l’écriture comme ce qui transforme le savoir plutôt que comme ce qui se contente de transmettre le savoir.

  • 18 “Just as the ethnographer has grappled with problems of strangeness, familiarity, and discovery vi (...)

30Les auteurs de Principles in Practice, soulèvent le problème de l’auditoire et de la réception du travail produit par le chercheur : « Tout comme il a dû résoudre les problèmes d’altérité, de familiarité et de découverte par rapport à ses hôtes et leur savoir, l’ethnographe doit réussir à prendre en compte ses différents auditoires.18 » (Hammersley et Atkinson, 1983 : 228.) La tentation est grande d’adapter le travail produit à un auditoire donné, ce qui revient à reproduire le modèle dominant et à se conformer aux perspectives existantes. Il est symptomatique que les récits ethnographiques relèguent le plus souvent les éléments autobiographiques de la recherche en annexe, à distance du texte principal contenant les découvertes. Une telle séparation est normalement justifiée par la distinction entre ce qui relève de la méthodologie et ce qui constitue les découvertes proprement dites. La présentation linéaire du savoir déforme le processus de réflexion tel qu’il a véritablement eu lieu :

  • 19 “There is an implicit tension between the aesthetic and rhetorical demands of writing and the ethn (...)

Il existe une tension implicite entre les courants esthétique et rhétorique de l’écriture et la conception qu’a l’ethnographe de sa propre entreprise. Peu de textes ethnographiques se présentent au lecteur sur le mode de l’interrogation. Leur degré de finalité et de cohérence peut pourtant être en porte-à-faux avec le caratère explicatif et réflexif de la démarche qui sous-tend le travail de recherche19. (Hammersley et Atkinson, 1983 : 229.)

  • 20 “Studying cops and robbers in situ is interesting and changed the way that I looked at the world. (...)

31Cette contradiction est soulignée par Dick Hobbs, dans sa contribution à Interpreting the Field, « Peers, Careers, and Academic Fears : Writing as Field-Work » : « Mon étude des gendarmes et des voleurs sur le terrain est intéressante et a changé ma façon de voir le monde. La production de mes différents textes a changé la façon qu’avait le monde de me voir.20 » (Hobbs et May [éds], 1993 : 63.) Il est donc crucial de clarifier de manière systématique les relations qui existent entre le chercheur, sa recherche et son auditoire, car ces relations font partie intégrante du processus de réflexivité.

Le jeu sérieux de la créativité

  • 21 “I have sought to demonstrate that we, who aspire to be the creative scholars of research, need no (...)

32Contrairement à ce qu’affirmait Popper, il existe bien une méthodologie, ou tout au moins, un arsenal d’outils, favorisant la création d’idées nouvelles. C’est ce qu’affirme Lewis Minkin lorsqu’il écrit : « J’ai essayé de démontrer que nous autres, qui aspirons à être des chercheurs créatifs érudits, n’avons pas besoin d’attendre que la muse imprévisible nous aide dans notre tâche. Nous pouvons nous aider nous-mêmes.21 » (1997 : 319.) Ainsi, la créativité, loin d’être ce processus mystérieux et incompréhensible, peut facilement être cultivée par toute personne cherchant à produire des idées qui échappent aux modèles rigidifiés.

33Les méthodes de pensée créative les plus en vogue et les plus efficaces font appel à des outils, tels que les topogrammes, ou « Mind Maps », de Tony Buzan ou les six chapeaux à penser d’Edward De Bono (1999 [1986]), permettant de penser autrement et donc de générer des idées nouvelles. Ces outils frappent par leur simplicité mais présentent l’avantage d’ouvrir les portes de la pensée créative à tous. La technique des « Mind Maps » mise au point par Tony Buzan, spécialiste de relations internationales à la London School of Economics, qui travaille par ailleurs sur le fonctionnement de la pensée depuis les années 1970, présente l’intérêt de faciliter le passage difficile entre la pensée et l’écriture (Buzan, 1993 [1974]). Les « Mind Maps » sont des représentations graphiques d’idées, dont l’utilisation libère le « penseur » des présupposés existants sur un sujet et favorise l’émergence d’idées nouvelles. Cette technique, qui permet de saisir les intuitions et de les développer, conduit à la création de nouveaux cadres conceptuels au sein desquels les idées peuvent être réorganisées. Le topogramme permet de voir un éventuel renversement paradigmatique à l’œuvre, c’est-à-dire qu’il met en évidence le processus par lequel il apparaît, sans considérer seulement le résultat final.

34De Bono a élaboré la désormais très célèbre technique des six chapeaux à penser qui permet de jouer avec les perceptions et donc de voir les choses sous plusieurs angles à la fois, au lieu de procéder sur le mode d’une confrontation des points de vue qui ne pourra que aboutir à la victoire de l’un sur tous les autres. Selon cette technique, tous les points de vue sont également valables et sont considérés simultanément. La méthodologie présentée par Lewis Minkin rappelle ce jeu de rôles, puisqu’il présente une galerie de personnages qu’il incarne tour à tour dans le cadre de sa réflexion : le singe bavard, le détective, le pèlerin, le jongleur, le théoricien… Il s’établit ainsi un dialogue intérieur entre différents personnages qui offrent différentes perspectives sur le sujet. Le chercheur ne se cantonne donc pas au rôle de l’expert ou du savant. Ces approches constituent une véritable alternative au système argumentatif, qui n’est, lui, ni constructif ni créatif puisque fondé sur la critique (on ne peut qu’avoir tort ou raison). Il est important de noter en outre la dimension ludique de ces outils. La pensée créative s’alimente de jeux de rôle, de dessins colorés qui sont autant de sources de plaisir pour le chercheur. La dimension ludique des outils de pensée créative ne doit pas faire croire que le résultat du processus ne peut pas être pris au sérieux.

  • 22 “My experience is that we do not often talk to each other about our own mental processes in relati (...)
  • 23 “When the knowledge held by individuals fails to enter into the stream of distinctively organizati (...)

35La mise à nu de ces mécanismes améliore considérablement les possibilités d’échange avec les autres chercheurs. Lewis Minkin regrette l’insuffisance des échanges entre collègues : « Selon mon expérience, nous ne parlons pas souvent entre nous de nos processus mentaux tels qu’ils sont à l’œuvre dans notre recherche. Nos pensées sur la pensée tendent à rester confinées à la sphère privée.22 » (1997 : 12.) Dans la même veine, Theodore Zeldin, dans son discours inaugural aux élèves de première année d’HEC, le 22 septembre 2003, a parlé d’instaurer une nouvelle culture, fondée non plus sur la peur mais sur la transparence et a souligné la nécessité de se dévoiler afin de pouvoir partager ses expériences. Les freins à une telle évolution sont cependant puissants, lorsque le chercheur est confronté à une culture dominante, ce que Karl Albrecht, reprenant le concept d’abord rendu célèbre par Irving Janis, appelle « GroupThink » (dans son ouvrage The Power of Minds at Work), c’est-à-dire une autorité étouffante qu’il serait trop dangereux de défier publiquement (Albrecht, 2003). Pour illustrer ce point, Lewis Minkin (1997 : 101) parle du « critique destructif », qui se fait écho des modèles mentaux dominants, que chacun de nous porte en lui, ce dialogue intérieur qui vient saper la confiance en soi source de créativité. Le coût en termes de créativité n’est pas simplement personnel ; l’institution tout entière gaspille son potentiel créatif. Pour reprendre l’analyse proposée par Chris Argyris et Donald Schön (respectivement basés à Harvard et au Massachusetts Institute of Technology) dans Organizational Learning II : « Lorsque le savoir détenu par les individus ne parvient pas à pénétrer le flot de l’action et de la pensée collectives, les organisations en savent moins que leurs membres.23 » (1996 : 6.) Bien que ce soit en l’occurrence un comble, l’université n’échappe guère au danger de devenir une organisation qui refuse d’« apprendre », ce qui la condamne à une certaine stagnation.

  • 24 “his success […] is rewarded through recognition by other members of his professional group and by (...)

36En effet, lorsque l’auditoire du chercheur est composé de pairs qui déterminent l’avancement de la carrière universitaire, il est tentant de maquiller les insuffisances de peur d’être jugé incompétent et de ne pas remettre en question les modèles mentaux. D’où une crispation défensive qui au pire inhibe complètement la créativité, et au mieux dissimule tout ce qui est le résultat d’un processus créatif pour donner aux travaux le vernis rationnel jugé nécessaire. Thomas Kuhn, dans The Structure of Scientific Revolutions qui analyse la façon dont s’opèrent les renversements paradigmatiques dans les sciences (comme le passage de la physique newtonienne à la physique quantique) s’est intéressé à ce phénomène de résistance et a souligné le dilemme du chercheur : « son succès […] est récompensé par la reconnaissance des autres membres de son groupe professionnel et par rien d’autre.24 » (1996 [1962] : 21.) La peur d’être jugé défavorablement conduit à l’isolement du chercheur qui répugne à remettre en cause les vérités établies. De plus, la simplicité et le caractère ludique des techniques de créativité augmentent le risque de provoquer des réactions de rejet et de moquerie dans la communauté universitaire. Le chercheur court ainsi le risque de se voir accusé de « naïveté », bien qu’on puisse considérer avec Bob Garratt (The Learning Organization : Developing Democracy at Work, 2000) qu’une forme intelligente de la naïveté consiste à poser les questions fondamentales que personne n’ose poser.

  • 25 “A marked feature of academic life […] is the wearing of public masks about ourselves at work. The (...)

37Pour qu’un véritable échange puisse avoir lieu, il est nécessaire de laisser tomber les masques que nous portons tous, afin de donner à voir l’esprit dans son fonctionnement le plus personnel. C’est bien ce que souligne Lewis Minkin : « La vie universitaire est caractérisée […] par les masques que nous portons en public afin de dissimuler notre façon de travailler. Il y a une zone de notre activité mentale que nous considérons comme un domaine privé, rarement mis à jour dans nos conversations avec les autres.25 » (1997 : 3.) Les processus mentaux sont jugés trop personnels pour être montrés en public. Dans The Presentation of Self in Everyday Life, Goffman parle des limites qu’impose à ses membres tout « établissement social » :

  • 26 “A social establishment is any place surrounded by fixed barriers to perception in which a particu (...)

Un établissement social est n’importe quel lieu entouré de barrières fixes à la perception, dans lequel prend place un type d’activité particulier. […]. À l’intérieur des murs d’un établissement social on trouve une équipe d’acteurs qui coopèrent pour présenter à un auditoire une définition particulière de la situation26. (1990 [1959] : 231.)

38La décision de se dévoiler comporte donc une importante part de risque, puisque la mise à nu des mécanismes de la pensée implique de laisser voir ses faiblesses et ses incertitudes. Est-il possible de changer les règles du jeu, de s’affranchir des contraintes de la culture universitaire qui force les individus à porter des masques, et de faire taire le critique en soi ? Toute velléité de faire preuve d’indépendance de jugement peut avoir un coût personnel très élevé. La remise en cause de la culture dominante nécessite une bonne dose de courage intellectuel.

  • 27 “Being puzzled, being unsure, being mistaken, and changing tack and viewpoint through trial and er (...)

39En particulier, l’un des éléments essentiels de la créativité appliquée à la recherche consiste à reconnaître la fonction essentielle de l’erreur. En effet, la logique rétroactive imposée par le format de présentation des conclusions déforme le processus de la réflexion tel qu’il s’est réellement déroulé. Il donne l’impression fausse d’un déroulement sans accroc, dont tous les éléments se tiennent et découlent naturellement les uns des autres. Lewis Minkin utilise l’analogie du renard qui efface ses traces avec sa queue à mesure qu’il avance, de sorte que personne ne puisse suivre son parcours. De la même façon, le chercheur efface ou maquille tout ce qui ne s’accorde pas avec le bel édifice d’un raisonnement logique, alors que ce sont souvent les erreurs de parcours qui sont intéressantes à connaître. Le chercheur qui présente ses conclusions reconstruit rétroactivement la logique des événements de sorte que l’argumentation soit sans faille, occultant ce faisant l’infini des possibilités. Le renard s’est perdu, s’est endormi, a dû fuir un ennemi, s’est laissé distraire par un autre renard… avant d’arriver à destination, mais personne n’en saura jamais rien. Lewis Minkin décrit le processus de production de la recherche : « Être perplexe, ne pas être sûr, se tromper, changer de tactique et de point de vue par tâtonnements, semble faire partie intégrante de la recherche créative tout en la favorisant.27 » (1997 : 15.) Une autre analogie parle de retirer les échafaudages une fois le bâtiment terminé pour ne laisser voir que le produit fini sans révéler la façon dont il a été construit. La volonté de faire place à l’erreur ne doit pas être considérée comme un moyen de se dédouaner et de plaider l’irresponsabilité, mais comme un moyen de comprendre que toute erreur est une occasion d’avancer et de faire preuve d’honnêteté intellectuelle.

Conclusion

40La période actuelle est particulièrement favorable à la créativité, comme en témoigne l’intérêt croissant pour cette question dans le monde des affaires et chez les scientifiques. L’université, qui s’impose comme le terrain naturel d’une approche fondée sur l’apprentissage et l’ouverture aux idées nouvelles, ne semble pourtant guère réceptive à un tel renouvellement de ses méthodes. D’une manière générale, on peut aller jusqu’à dire que le système éducatif dans son ensemble tend à décourager le développement de telles compétences. Les chances d’établir une culture qui insiste plus sur l’enrichissement mutuel que sur la compétition semblent donc bien minces, à moins que les universitaires soucieux de partager leur expérience soient disposés à relever le défi.

41Il ne s’agit pas de dire que les universitaires ne sont nullement créatifs dans leur recherche, mais que le processus de création reste dans l’ombre au lieu d’être montré, tel un secret un peu honteux. Chaque thésard doit découvrir par lui-même les affres de la création, souffrir en silence avec ses doutes et ses incertitudes, persuadé de ne pas être à la hauteur, tentant rétrospectivement de replacer ses idées au sein d’une trame de type scientifique, gommant ou déformant les démarches plus intuitives et les erreurs de parcours, afin de donner plus de crédibilité à un travail destiné à être soumis au regard inquisiteur de la communauté scientifique. La tentation de se conformer est donc très forte et décourage toute velléité de bousculer les codes établis. Plus généralement on peut dire que tout universitaire, même le plus accompli, tremble d’être « découvert », de faire l’erreur qui démontrera à tous qu’il n’est qu’un imposteur. Théodore Zeldin donne l’exemple de Fernand Braudel, qui, au sommet de sa gloire, se plaignait amèrement du manque de reconnaissance dont il jouissait. Selon Zeldin, la grande bataille du XXIe siècle est une bataille contre la peur de ne pas être parfait, contre cette peur d’être « découvert » qui fait obstacle à tout esprit d’innovation.

  • 28 “the definition of the game is what we all make it.”

42En dépit des dangers et des résistances, les avantages d’une approche fondée sur la pensée créatrice, qui consiste à donner à voir « un esprit au travail », à dévoiler le processus de la pensée, sont immenses. Elle ouvre sur ce qu’il y a sans doute de plus fascinant chez l’être humain. Il s’agit, on l’a vu, d’un processus de découverte de soi qui permet de prendre conscience des capacités étonnantes du cerveau humain et de cultiver la créativité afin d’améliorer la qualité de la production et le plaisir de produire du nouveau. Seule une meilleure connaissance de soi-même et de la façon dont sa propre pensée fonctionne, c’est-à-dire une réflexion sur le processus de réflexion lui-même (ou « métacognition »), peut permettre que s’établisse un véritable échange avec les autres chercheurs. Ainsi, les autres ne sont plus des compétiteurs qu’il faut convaincre de la supériorité de son argument, mais des individus pensants, qui coopèrent pour mieux comprendre le processus de création des idées et qui collectivement contribuent à former une communauté vivante, flexible et ouverte, où il fait bon travailler. C’est l’appel que lance Lewis Minkin, qui refuse de baisser les bras face à une culture universitaire de plus en plus hostile à l’innovation : « la définition du jeu, c’est celle que nous décidons de lui donner.28 » (1997 : 323.)

43J’ai profité du fait que le sujet de ma contribution à ce recueil était « libre » pour explorer une dimension qui me semble permettre d’exploiter les informations recueillies au cours des douze dernières années d’une nouvelle manière, ce qui m’incite à remercier doublement Monica Charlot de m’avoir aiguillée sur ce terrain de recherche. J’espère que le lecteur voudra bien suspendre son jugement et ne pas condamner trop hâtivement la naïveté des commentaires présentés dans cet article : si une grande partie d’entre eux sont marqués du sceau de l’évidence, cela ne signifie pas, loin s’en faut, que les idées développées ici soient généralement prises en compte et intégrées à la pratique. Il n’est donc, à mon sens, pas superflu de les réitérer et de revenir aux questions fondamentales. Dans l’ouvrage que j’ai entrepris d’écrire sur mes dix années d’enquête de terrain chez les travaillistes, je voudrais échapper à la tentation de porter exclusivement le chapeau de l’expert, et tenter de présenter une série de « réponses ». Je souhaite pouvoir rendre compte de tous les aspects de l’expédition, les ratés comme les succès, faire partager les peines et les plaisirs de la recherche, et montrer comment les différents « chapeaux » que j’ai portés ont permis de faire surgir différentes idées et perspectives, toutes valables, sans qu’une lecture particulière doive être considérée comme la « bonne ». L’exploration d’un terrain est aussi une exploration de soi et la prise en compte de l’expérience personnelle dans la production scientifique permet de contourner une dichotomie tout à fait artificielle et peu probante, tout en insufflant un peu de vie dans une production souvent aride, comme le souligne Lewis Minkin, qui parle d’humaniser l’image de l’intellectuel pensant (1997 : 327). Il s’agit donc avant tout de partager une expérience avec la communauté scientifique, de révéler ce qui reste d’ordinaire caché, de montrer le caractère fondamentalement humain du travail de recherche. J’espère avoir convaincu le lecteur que la créativité, entendue comme un art et surtout comme une pratique, offre les moyens de libérer le chercheur d’une vision rigidifiée de la recherche et de le sortir de l’isolement en l’aidant à poser la question : « qu’est-ce qu’un être humain ? »

Bibliographie

Bibliographie sélective

Adler, Patricia A., and Adler, Peter, 1987, Membership Roles in Field Research, Qualitative Research Methods Series 6, London, Sage.

Albrecht, Karl, 2003, The Power of Minds at Work : Organizational Intelligence in Action, New York, Amacom (American Management Association).

Argyris, Chris, and Schön, A. Donald, 1996, Organizational Learning II, Theory, Method and Practice, Addison-Wesley.

Braud, Philippe, 1996, L’Émotion en politique, Paris, Presses de la Fondation nationale des sciences politiques.

Buzan, Tony, and Buzan, Barry, 1993 (1re édition The Mind Map Book par Tony Buzan, 1974), The Mind Map Book, London, BBC Books.

De Bono, Edward, 1993, Serious Creativity, London, HarperCollins.
—, 1996, Teach Yourself to Think, London, Penguin Books.
—, 1999 (1986), Six Thinking Hats, London, Penguin Books.

Gardner, Howard, 1983, Frames of Mind. The Theory of Multiple Intelligences, New York, Basic Books.

Garratt, Bob, 2000, The Learning Organization : Developing Democracy at Work, London, HarperCollins Business.

Goffman, Erving, 1990 (1959), The Presentation of Self in Everyday Life, London, Penguin Books.

Goleman, Daniel, 1998, Working with Emotional Intelligence, London, Bloomsbury.

Goleman, Daniel (eds), 2003, Destructive Emotions, London, Bloomsbury.

Hammersley, Martyn, and Atkinson, Paul, 1983, Ethnography, Principles in Practice, London, Routledge.

Hobbs, Dick, and May, Tim (eds), 1993, Interpreting the Field, Accounts of Ethnography, Oxford, Clarendon Press.

Jung, Carl Gustav, 2002 (1958), The Undiscovered Self, London, Routledge Classics, 2002.

Kuhn, Thomas S., 1996 (1962), The Structure of Scientific Revolutions, Chicago, University of Chicago Press.

Merleau-Ponty, Maurice, 2001 (1945), Phénoménologie de la perception, Paris, Gallimard.

Minkin, Lewis, 1997, Exits and Entrances : Political Research as Creative Art, Sheffield, Sheffield Hallam University Press.

Popper, Karl, 1959, The Logic of Scientific Discovery, London, Hutchinson.

Senge, Peter M., 1990, The Fifth Discipline : the Art and Practice of the Learning Organization, London, Random House.

Varela, Francisco J., Thompson, Evan T., and Rosch, Eleanor, 1992, The Embodied Mind : Cognitive Science and Human Experience, Cambridge, Massachusetts, MIT Press.

Wallace, Alan, 2000, The Taboo of Subjectivity : Toward a New Science of Consciousness, Oxford, Oxford University Press.

Notes

1 “The self, then, as a performed character, is not an organic thing that has a specific location, whose fundamental fate is to be born, to mature, and to die ; it is a dramatic effect arising diffusely from a scene that is presented, and the charateristic issue, the crucial concern, is whether it will be credited or discredited.”

2 “We now believe that perception occurs in a self-organizing information system operated by the nerve networks in the brain. This means that the information and the surface have their own activity and the information arranges itself as groups, sequences and patterns. The process is similar to rain falling on a landscape and organizing itself into streams, tributaries and rivers.”

3 “Analyzing data will enable the analyst to select from his or her repertoire of old ideas to find which one may fit. But analyzing data will not produce new data.”

4 “There is a need to hold several hypotheses in order to see the data in different ways.”

5 “As with all scholarship, creative research is grounded in methodical, scrupulous, precise enquiry. The creativity involves an interplay between what can be imagined, what can be grounded in the data, and what can be made practicable in relation to the problem. In this sense, the serious play of creativity in research involves not just imagination but disciplined imagination, with a mixture of freedom and focused mental application.”

6 “What is obvious in hindsight may be invisible in foresight.”

7 “the prefrontal lobes and limbic system allow us to mingle thought and feeling, cognition and emotion.”

8 “Even though the first step along the road to a momentous invention may be the outcome of a conscious decision, here, as everywhere, the spontaneous idea – the hunch or intuition – plays an important part. In other words, the unconscious collaborates too and often makes decisive contributions. So it is not the conscious effort alone that is responsible for the result ; somewhere or other the unconscious, with its barely discernible goals and intentions, has its fingers in the pie.”

9 “The Act of innovation is both cognitive and emotional. Coming up with a creative insight is a cognitive act – but realizing its value, nurturing it, and following through calls on emotional competencies such as self-confidence, initiative, persistence, and the ability to persuade.”

10 “Today the very paradigm of invention, even in science, is changing its focus from the individual to collaboration.”

11 “Problems in the production of ethnography are not helped by the nature of the work itself. It is about the communication of experiences within analytic frameworks.”

12 “properly conducted and analyzed observational work involves a full fusion of personal experience and intellectual commitment.”

13 “Instead of treating reactivity merely as a source of bias, we can exploit it. How people respond to the presence of the researcher may be as informative as how they react to other situations.”

14 “Once we abandon the idea that the social character of research can be standardized out or avoided by becoming a ‘fly on the wall’ or a ‘full participant’, the role of the researcher as active participant in the research process becomes clear. He or she is the research instrument par excellence.”

15 “The underestimation of the psychological factor is likely to take a bitter revenge. It is therefore high time we caught up with ourselves in this matter. For the present this must remain a pious wish, because self-knowledge, as well as being highly unpopular, seems to be an unpleasantly idealistic goal, reeks of morality, and is preoccupied with the psychological shadow, which is normally denied whenever possible or at least not spoken of.”

16 “Reality is made up of circles but we see in straight lines. Herein lie the beginnings of our limitation as systems thinkers.”

17 “one of the difficulties most commonly encountered in writing ethnography is this : the reordering of one’s data, and one’s achieved competence as participant observer into a linear arrangement.”

18 “Just as the ethnographer has grappled with problems of strangeness, familiarity, and discovery vis-à-vis the hosts and their knowledge, so a consideration of possible audiences may lead to parallel insights.”

19 “There is an implicit tension between the aesthetic and rhetorical demands of writing and the ethnographer’s own understanding of the research enterprise. Few ethnographies, if any, are presented to the reader as interrogative texts. Their degree of closure and coherence may nevertheless be at odds with the explanatory, reflexive spirit that informs the research.”

20 “Studying cops and robbers in situ is interesting and changed the way that I looked at the world. The process of producing the various texts changed the way that the world looked at me.”

21 “I have sought to demonstrate that we, who aspire to be the creative scholars of research, need not wait for the random assistance of the muse in our work. We can help ourselves.”

22 “My experience is that we do not often talk to each other about our own mental processes in relation to our research. Our thinking about our thinking remains a fairly private affair.”

23 “When the knowledge held by individuals fails to enter into the stream of distinctively organizational thought and action, organizations know less than their members do.”

24 “his success […] is rewarded through recognition by other members of his professional group and by them alone.”

25 “A marked feature of academic life […] is the wearing of public masks about ourselves at work. There is an area of our mental activity, judged to be personal, which is not often examined in a public dialogue.”

26 “A social establishment is any place surrounded by fixed barriers to perception in which a particular kind of activity regularly takes place. […]. Within the walls of a social establishment we find a team of performers who cooperate to present to an audience a given definition of the situation.”

27 “Being puzzled, being unsure, being mistaken, and changing tack and viewpoint through trial and error, seem to be both integral and conducive to creative research.

28 “the definition of the game is what we all make it.”

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540