Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Au fil de l'actualité

La formation des infirmières au début du XXe siècle : étude de cas d’un hôpital anglais

Anémone Kober-Smith

Texte intégral

  • 1 C. Maggs, 1980, in C. Davies (ed.), p. 24. (Statistiques pour toutes les catégories d’infirmières, (...)
  • 2 R. Pinker, 1966, in C. Maggs, 1985 [1983], p. 7.

1De la fin du XIXe siècle à la Première Guerre mondiale, le nombre d’infirmières britanniques passe de 35 216 en 1881 à 77 055 en 1911 et 110 039 en 19211. Dans les hôpitaux, tous secteurs confondus, elles sont 27 322 en 1891 et 62 578 en 19112. Les infirmières hospitalières émergent à cette époque comme un groupe professionnel en pleine expansion, distinct de celui des servantes. Ce développement n’est pas lié, comme on le croit souvent, à l’influence de Florence Nightingale et de son école d’infirmières, créée à l’hôpital de St Thomas au début des années 1860. Un facteur plus important est la forte expansion du système hospitalier général à partir des années 1880, qui s’accompagne d’une demande accrue d’infirmières efficaces, fiables et capables d’appliquer à la lettre les prescriptions médicales. Pour les dirigeants infirmiers de l’époque, ce contexte représente l’occasion idéale d’étendre la formation aux grands hôpitaux de province et, à terme, de transformer la profession puisqu’une fois devenues infirmières, les élèves pourraient à leur tour diffuser le nouveau modèle partout dans le pays.

2Pour mieux comprendre cette période d’intense élaboration professionnelle, nous nous sommes interrogée sur les caractéristiques sociodémographiques des élèves et la nature de la formation au début du XXe siècle. Les qualités recherchées par les formateurs avaient sans doute évolué et l’on peut se demander si le profil des élèves recrutées correspondait au type de l’infirmière idéale tel que l’avaient défini les pionniers de la seconde moitié du XIXe, comme Florence Nightingale et Betty Fenwick.

  • 3 Dans le cadre de notre recherche doctorale, la directrice de l’Oxford School of Nursing nous a perm (...)
  • 4 C. Maggs (1985) a étudié les registres d’élèves d’un hôpital, le Manchester Royal Infirmary, et de (...)

3Notre analyse repose sur une recherche originale, à savoir l’étude systématique des dossiers d’élèves infirmières de l’hôpital général d’Oxford, le Radcliffe Infirmary, de 1906 à 19163. Les résultats de ce travail complètent ceux d’autres chercheurs, notamment l’étude de Christopher Maggs sur la formation des infirmières dans quatre hôpitaux provinciaux de 1881 à 19214.

4Dans un premier temps, nous présenterons brièvement les caractéristiques du métier d’infirmière et de la formation à la fin du XIXe siècle, à la fois au niveau national et dans l’établissement étudié. Nous nous intéresserons ensuite à l’âge, à l’expérience professionnelle et à l’origine géographique des élèves. Enfin, les remarques de la matron inscrites dans les registres d’élèves nous permettront de distinguer les qualités recherchées chez les futures infirmières et de mettre en relief le modèle de la recrue idéale. Nous avançons que la formation servait non seulement à enseigner le métier aux étudiantes mais également à leur imposer un modèle moral qui devait permettre d’améliorer la réputation et le statut de la profession. L’analyse s’efforcera de montrer que les valeurs dominantes véhiculées par les formateurs, tout comme les conditions de vie et de travail des élèves, apparentaient l’école à une institution totale selon la définition d’Erving Goffman (Asiles, 1968).

Caractéristiques de la formation infirmière

  • 5 Les hôpitaux à statut caritatif (voluntary hospitals) se distinguent des asiles (Poor Law Infirmari (...)
  • 6 Voir J. Carré, 2004, in I. Baudino, J. Carré et C. Révauger (eds), The Invisible Woman: Aspects of (...)

5Vers la fin du XVIIIe, des hôpitaux à statut caritatif5 s’ouvrent dans presque toutes les grandes villes de province6. Le Radcliffe Infirmary ouvre ses portes en 1770 à Oxford et, comme ailleurs, il est dirigé par un conseil d’administration composé de notables de la ville. Peu à peu, il n’admet plus que les patients atteints de maladies aiguës. À la fin du XIXe, l’hôpital compte 200 lits, une matron, seize infirmières et vingt-deux élèves. À l’époque, les matrons forment déjà une catégorie particulière. Leur origine sociale est supérieure à celle des infirmières, qui n’ont pratiquement aucune chance d’accéder à de tels postes. Leurs salaires élevés, surtout dans les grands hôpitaux londoniens, reflètent l’étendue de leurs responsabilités. Située à la tête de la hiérarchie des personnels féminins, la matron a des fonctions d’intendance, d’encadrement et de surveillance et rend des comptes devant les médecins et le conseil d’administration de l’hôpital. Astreintes à résidence, les matrons sont presque toujours des femmes d’un certain âge, sans charges familiales. Jusqu’à 1879, la matron du Radcliffe Infirmary n’a pas de formation infirmière spécifique. Elle est néanmoins responsable du personnel infirmier, des domestiques et de l’intendance. Au cours de ses rondes, elle doit s’assurer de l’alimentation des malades, de leur prise de médicaments et de leur bon respect du règlement intérieur. Vers 1850, son salaire annuel est de cinquante livres sterling alors qu’une surveillante reçoit vingt livres et une infirmière assistante, neuf livres.

  • 7 “[…] an additional permanent servant to officiate as a nurse when she was wanted in that capacity a (...)

6Au cours du XIXe siècle, le statut et les conditions de travail du personnel infirmier s’améliorent graduellement, mais dans un hôpital de province comme le Radcliffe Infirmary, la transformation du métier en profession respectable pour les femmes de la classe moyenne, préconisée par les réformateurs dès le milieu du XIXe, n’apparaît que partiellement et tardivement. Jusqu’au milieu du siècle, les infirmières sont le plus souvent d’anciennes domestiques sans formation, comme le donne à penser une annonce de 1818 qui précise que l’hôpital recherche : « […] une servante permanente supplémentaire qui assurera les fonctions d’infirmière quand on aura besoin d’elle en cette capacité, et que la matron pourra employer à toute autre tâche qu’elle jugera utile le reste du temps »7 (Bone, 1970). Chaque service comprend des servantes, une ou deux infirmières assistantes et une surveillante, leur supérieure directe. Dès 1850, les infirmières doivent quotidiennement informer la matron de l’état des malades, accompagner les médecins dans leur ronde et, pour les plus expérimentées, changer pansements et attelles. Elles doivent également assurer le nettoyage des salles et ce n’est qu’à la fin du siècle qu’elles seront libérées des tâches domestiques les plus lourdes. Comme partout, elles doivent résider en permanence à l’hôpital. Leurs conditions de vie sont spartiates. En 1870, elles n’ont toujours pas leur propre chambre, ni même leur propre lit. Une journée de travail typique commence dès six heures trente du matin et se termine tard. Elles ne bénéficient pas de congés, sauf autorisation spéciale de la matron.

7En Angleterre, la mise en place de programmes de formation va accélérer l’évolution du statut des infirmières à partir de 1880. Avant cette date, il n’existait que quelques écoles, dont celle de St Thomas et l’accès à la formation était généralement limité à un petit nombre d’élèves payantes, issues de la classe moyenne supérieure, les lady probationers (White, 1978). Une fois certifiées, ces dernières obtenaient immédiatement des postes de surveillantes ou de matrons, le plus souvent en province. Vers la fin du XIXe siècle, une nouvelle catégorie d’élèves émerge, la nurse probationer. D’une origine sociale plus modeste, cette dernière reçoit une formation gratuite en échange de son engagement à travailler deux ou trois ans dans l’hôpital, sans salaire. Placées sous l’autorité directe de la matron, les étudiantes suivent une formation dont le contenu et la durée diffèrent d’un hôpital à l’autre. Ce n’est qu’après la loi de 1919 sur l’accréditation des infirmières (Nurse Registration Act) qu’un diplôme national sera créé, ce qui à terme entraînera l’homogénéisation de la formation (Dingwall R., Rafferty A. M., Webster C., 1988).

  • 8 Le sous-comité se compose du trésorier de l’hôpital, de deux membres du comité d’administration et (...)

8Dans l’hôpital étudié, le comité d’administration émet le vœu de mettre en place une formation infirmière dès 1866 mais, face à l’opposition des médecins, aucune décision ne s’ensuivra. En 1874, un sous-comité8 recommande d’améliorer les conditions de vie des infirmières afin d’attirer les meilleures candidates possibles (« of a superior kind ») et sollicite l’avis de Florence Nightingale sur le type de formation à privilégier. Ce n’est pourtant qu’en 1892 qu’un programme de formation est finalement mis en place. L’hôpital recrute d’abord quelques lady probationers qui sont prises à l’essai pour un mois, puis pour une formation d’un an. Si l’élève se révèle exceptionnelle, elle est gardée une seconde année avec un salaire de dix livres sterling par an. Quelques élèves moins fortunées sont formées gratuitement, à condition de travailler deux ans sans salaire (Bone, 1970). En dehors de leurs heures de travail dans les services, les élèves suivent quelques cours théoriques donnés par la matron et les médecins. La première année, l’élève accomplit surtout des tâches domestiques, mais dès la seconde année, le travail infirmier domine. À la fin du XIXe, les effectifs infirmiers s’élèvent à une cinquantaine de personnes, dont la moitié d’élèves. Ce pourcentage est inférieur à la moyenne nationale, puisque à l’époque la main-d’œuvre infirmière est composée aux trois-quarts d’apprenties, pour des raisons de coût et de pénurie en personnel qualifié (Maggs, 1985 : 9). En 1897 une nouvelle matron est nommée, qui restera en poste jusqu’à 1921. Elle recrute les élèves et – après consultation avec les surveillantes – décide de leur accorder ou non le certificat de fin de formation. En 1902, la durée de formation passe à trois ans et la distinction entre élèves payantes et boursières est finalement abolie en 1909. Toutes les élèves reçoivent un traitement annuel de cinq livres sterling la première année, puis de dix livres sterling.

9Après cette brève présentation des conditions générales de la formation, nous allons à présent étudier les caractéristiques démographiques des étudiantes qui suivirent une formation au Radcliffe Infirmary entre 1906 et 1916.

Profil socio-démographique des élèves

10Au cours de la période, 153 élèves entament une formation, avec d’assez fortes variations annuelles. À titre d’exemple, sept jeunes femmes sont recrutées en 1912, et 20 en 1914. Les premières années, le caractère élitiste de la formation, qui est payante, explique la faiblesse du recrutement. La moyenne d’âge annuelle en début de formation est relativement élevée, mais elle tend à s’abaisser à partir de 1911 :

tableau 1. Moyenne d’âge des élèves en début de formation (1906-1916)

1906

23 ans

1907

24

1908

27

1909

27

1910

26

1911

23

1912

22

1913

24

1914

21

1915

23

1916

22

  • 9 Dans les écoles étudiées par C. Maggs, la moyenne d’âge était de 23 ans en 1908. Voir C. Maggs, 198 (...)

11Ces résultats sont comparables à ceux d’autres hôpitaux de l’époque9. Elle s’explique par la préférence des matrons pour des jeunes femmes d’au moins 25 ans, un âge qui, à leur avis, garantissait la maturité nécessaire pour résister aux conditions éprouvantes du métier :

  • 10 “[…] No-one ought to think of training before twenty-one years of age – 25 is better… The work is v (...)

[…] Personne ne devrait envisager d’entreprendre une formation avant vingt et un ans, et vingt-cinq ans est préférable… Le travail est très pénible et personne – hormis ceux qui en ont eux-mêmes fait l’expérience – ne peut imaginer à quel point la formation est difficile et à quelle rude épreuve le corps et l’esprit sont soumis10. (C. Maggs, 1985 : 18.)

12L’âge des élèves reflète également la prédilection des matrons pour les célibataires confirmées. Pour autant, les candidates de plus de 35 ans ne conviennent pas non plus – on considère que leur santé sera fragile et qu’elles auront plus de difficultés à s’adapter aux rigueurs de la vie hospitalière que des recrues plus jeunes. À partir de 1910, l’âge moyen s’abaisse à 21 ans partout dans le pays en raison de quotas de recrutement plus élevés et du manque de recrues dans la tranche d’âge désirée.

13Les dossiers n’apportent aucune précision sur le niveau scolaire des recrues. Tout au plus, la matron note que l’élève est bien éduquée (« well educated ») ou non. Les hôpitaux demandaient souvent aux candidates d’écrire une lettre de motivation, ce qui permettait d’éliminer rapidement les personnes illettrées. Lors de l’entretien, la matron pouvait ensuite soumettre les candidates à des tests élémentaires.

  • 11 Nous avons exclu les données de 1906 et 1907, car elles sont trop incomplètes.

14En revanche, l’origine géographique des apprenties est connue, car l’adresse familiale figure dans les dossiers. De 1908 à 191611, 21 % d’entre elles venaient de l’Oxfordshire ou d’un comté limitrophe, 35 % de Londres ou d’un comté du sud-est et 16 % des Midlands, du nord de l’Angleterre ou de l’Écosse. La provenance n’est pas précisée dans près d’un quart des cas (22 %). Une petite minorité (6 %) venait d’Irlande ou de l’étranger. Dans la majorité des cas, les élèves n’étaient donc pas originaires d’Oxford ou de sa région, ce qui indique que les futures infirmières étaient prêtes à voyager sur des distances assez considérables pour suivre la formation de leur choix. Ces résultats sont corroborés par ceux d’autres études qui montrent que les infirmières de l’époque, tout comme d’autres employées du secteur tertiaire, étaient prêtes à quitter leur région natale, et parfois même leur pays, pour trouver l’emploi qui leur convenait (Maggs, 1985 : 31-32).

  • 12 Dans son étude, C. Maggs mentionne un pourcentage de 71 %. Voir Maggs, 1985, p. 77.

15Le cas échéant, chaque dossier mentionne également la profession antérieure de l’élève. Dans notre hôpital, 69 % des recrues travaillaient avant d’entamer leur formation, pourcentage élevé qui est représentatif de la situation ailleurs dans le pays12.

tableau 2. Expérience professionnelle antérieure des élèves (1906-1916)

Profession antérieure

 % *

Effectifs (en nombre)

Aucune

31

47

Infirmière

34

52

Institutrice

14

21

Gouvernante

8

12

Domestique

4

6

Vendeuse/ouvrière

3

5

Secrétaire

2

3

Autre

4

7

Total

100

153

* : pourcentages arrondis.

16Plus d’un tiers des élèves avaient déjà exercé le métier d’infirmière, souvent dans un hôpital de petite taille (cottage hospital) ou spécialisé dans les maladies infectieuses (fever hospitals). La main-d’œuvre de ces établissements était surtout composée d’infirmières auxiliaires, pour qui le certificat de formation d’un grand hôpital offrait de nouvelles perspectives de carrière.

17Pour près d’un quart des élèves (22 %), un métier de l’éducation avait été délaissé au profit d’une vocation soignante. Toutes deux fortement féminisées, les professions d’institutrice et de gouvernante recrutaient parmi les mêmes catégories sociales que les infirmières, mais il peut paraître surprenant que des enseignantes aient choisi d’abandonner leur métier pour le travail hospitalier. En réalité, les institutrices étaient souvent des assistantes scolaires mal rémunérées et le métier de gouvernante était précaire et sans perspective de carrière.

  • 13 En revanche, 28 % des élèves n’avaient pas d’expérience professionnelle préalable et 38,8 % étaient (...)

18Le pourcentage d’étudiantes qui exerçaient précédemment le métier de domestique est très bas (4 %) si l’on tient compte du fait qu’en Angleterre 45 % de la population féminine active étaient employées dans ce secteur en 1881, et 38 % en 1911 (Maggs, 1985 : 53). Dans son étude du Manchester Royal Infirmary, Christopher Maggs trouve des résultats différents des nôtres : près d’un quart (21 %) des élèves étaient des servantes avant de suivre la formation d’infirmière et, à l’inverse, seulement 5 % des recrues étaient d’anciennes institutrices13. De même, le nombre d’anciennes vendeuses et d’ouvrières est négligeable au Radcliffe Infirmary comparé à celui trouvé dans d’autres hôpitaux. Ces différences s’expliquent par divers facteurs, dont le caractère rural de l’Oxfordshire, la réputation internationale de la ville d’Oxford et la politique de recrutement élitiste de l’hôpital, qui privilégiait les candidates d’un niveau scolaire et social élevé.

19En règle générale, l’origine sociale des apprenties – à savoir la profession du père – n’est pas mentionnée dans les dossiers. Lorsqu’elle l’est, il s’agit presque toujours d’une profession de la classe moyenne supérieure. Pourtant, comme deux tiers des élèves travaillaient avant de suivre la formation, nous supposons qu’elles étaient en majorité issues de la classe ouvrière ou de la petite classe moyenne.

20Le plus souvent, les caractéristiques socio-démographiques des élèves ne correspondent pas au modèle idéal de la nouvelle infirmière décrit par les réformateurs dans la presse spécialisée de l’époque. Pour ces derniers, les recrues devaient avoir entre 25 et 35 ans, provenir de la classe moyenne ou supérieure et n’avoir jamais travaillé à l’extérieur du foyer parental, à l’exception d’activités caritatives. En réalité, la plupart des élèves avaient moins de vingt-cinq ans, avaient déjà travaillé et étaient d’une origine sociale modeste. Ce décalage entre le type idéal et la réalité s’explique par le faible nombre de jeunes femmes issues de la classe moyenne qui étaient prêtes à devenir infirmières à une époque où d’autres professions, comme l’enseignement ou le secrétariat, s’ouvraient aux femmes éduquées. Pour autant, les commentaires écrits de la matron montrent que ce modèle de la « bonne » infirmière était bien présent à son esprit lorsqu’elle évaluait les élèves.

Le modèle idéal de la « bonne » infirmière

21Afin d’identifier à la fois les qualités que la matron recherchait chez les élèves et les défauts qu’elle déplorait, nous avons procédé au recensement et au classement des principales remarques qui apparaissent dans les dossiers d’élèves. Les résultats sont présentés ci-dessous :

tableau 3a. Remarques positives (1906-1916) (Nombre de mentions*, par ordre décroissant)

Remarques

Nombre

Travailleuse, consciencieuse

28

Capable, efficace, rapide

24

Gentille envers les patients

20

Caractère aimable

15

Apparence propre et soignée

14

Bien organisée

10

Bonne moralité

8

Bonne santé

5

La formation des infirmières au début du XXe siècle

Remarques

Nombre

Intéressée par son travail

5

Silencieuse, calme

5

Obéissante

4

Intelligente

4

Talent naturel pour le métier

3

* : Les statistiques font référence au nombre de fois que la remarque apparaît dans les dossiers au cours de la période.

tableau 3b. Remarques négatives (1906-1916) (Nombre de mentions, par ordre décroissant)

Remarques

Nombre

Mauvaise santé, chétive 16

16

Irresponsable, immature

15

Bruyante, bavarde, étourdie

12

Désobéissante, trop indépendante

10

Stupide*, lente

9

Paresseuse, manque d’intérêt pour les patients

7

Nerveuse, hystérique

7

Mondaine, superficielle

6

Trop intelligente, intérêt pour la condition médicale des patients

4

Mal éduquée, ignorante

4

Désorganisée, manque d’efficacité

3

Mauvais caractère, sautes d’humeur

3

Travail négligé

2

Méchanceté

2

* : Ce commentaire est souvent accompagné d’une circonstance atténuante qui indique qu’en dépit de son manque d’intelligence l’étudiante possède d’autres qualités.

22La matron et, par-delà sa personne, l’institution hospitalière recherchent tout d’abord des infirmières en excellente santé, mais elles sont souvent déçues. Les étudiantes tombent souvent malades et leur santé a tendance à se détériorer en cours de formation en raison de la pénibilité du travail et du risque constant de contagion. Certains commentaires sur la taille et la corpulence des candidates trahissent l’intérêt porté à la condition physique des recrues :

  • 14 “[…] Nurse X was a tall, strong woman, good natured and good tempered and a reliable nurse.” (Élève (...)
  • 15 “[…] She was taken in at a time when I was short of probationers and was a good deal below the aver (...)

[…] L’infirmière X était grande et solide. Il s’agissait d’une femme honnête, de bon caractère et sur qui on pouvait compter14.
[…] Elle fut recrutée à un moment où je manquais d’élèves et elle était bien en dessous de la taille moyenne. Elle fit une très bonne petite infirmière15.

23Comme le travail de l’infirmière était avant tout physique, elle devait avoir la force de soulever des objets lourds, voire un malade. Quant à la préférence pour des recrues de grande taille, elle s’explique par les préjugés sociaux et les croyances sanitaires de l’époque. Une petite taille pouvait révéler des déficiences nutritionnelles durant l’enfance et avoir pour conséquence une santé fragile à l’âge adulte. Par ailleurs, une grande infirmière était sans doute plus visible et plus imposante durant ses rondes qu’une personne de petite taille. Quelle que fût sa taille, la future infirmière se devait d’être propre, méticuleuse et bien organisée. Même au début du XXe siècle, le nettoyage faisait partie intégrante du travail infirmier, ce qui n’était pas du goût de toutes :

  • 16 “[…] Nurse is careless as regards cleaning, dusting, tidying and in work generally, and when correc (...)

[…] Cette infirmière est négligente en ce qui concerne le nettoyage, l’époussetage, le rangement et le travail d’une manière générale. Quand on lui en fait la remarque, elle ne s’améliore pas16.

24D’autres remarques laissent transparaître l’idéologie des réformateurs du XIXe siècle, et notamment celle de Florence Nightingale, pour qui une infirmière compétente devait avant tout être une femme de bonne réputation et de bon cœur (« a good woman »). Certaines qualités morales, comme la patience et la douceur, sont appréciées :

  • 17 “[…] An excellent nurse and quite tireless in the trouble she would take for her patients. The sort (...)

[…] Une infirmière excellente et tout à fait inépuisable quand il s’agit du bien-être de ses patients. Le type de personne qui remonte un oreiller des dizaines de fois, sans jamais perdre le sourire17.

  • 18 “[…] Not a very satisfactory nurse. She always seemed deaf and not anxious to hear what patients wa (...)

25Pour la matron, le professionnalisme des infirmières, à savoir leur efficacité, ponctualité et sérieux, ainsi que leur bonne moralité et une apparence nette étaient des qualités essentielles. Ces préoccupations rejoignent celles des dirigeants de la profession, qui voulaient que la nouvelle infirmière soit aussi différente que possible de l’ancienne, caricaturée par Charles Dickens dans Martin Chuzzlewit en 1843. Les deux personnages de Dickens – Sarah Gamp et Betsy Prig – boivent à l’excès, négligent leurs patients et les volent. Pour s’éloigner de cette image calamiteuse, il était essentiel que la nouvelle infirmière soit honnête, travailleuse et serviable envers les patients. Au Radcliffe Infirmary, manquer à ces principes entraîne une remarque négative : « […] Elle ne fut pas une infirmière très satisfaisante. Elle semblait toujours dure d’oreille et peu disposée à répondre aux appels des malades.18 »

  • 19 “[…] She was not very well educated. Towards the end of her training, she married without my knowle (...)

26Tout manquement aux bonnes manières, c’est-à-dire au protocole social en vigueur chez les classes moyennes, se remarquait : « […] Elle n’était pas très bien éduquée. Vers la fin de sa formation, elle se maria sans m’en informer.19 » Les notations ne concernent presque jamais le savoir-faire et les connaissances théoriques des élèves. Ce paradoxe s’explique par l’absence de définition précise du rôle propre de l’infirmière. Au début du XXe, on considérait que les soins infirmiers n’exigeaient pas de compétences techniques spécifiques. Le rôle de l’infirmière, et a fortiori de l’élève, se limitait à l’application scrupuleuse des prescriptions médicales, même en cas de doute. Ce positionnement subalterne du métier par rapport à la profession médicale s’explique par son histoire – les dirigeants infirmiers de la seconde moitié du XIXe n’auraient pas réussi à convaincre les médecins hospitaliers du bienfondé de leur projet de réforme, s’ils avaient présenté la nouvelle infirmière comme une rivale potentielle. À l’inverse, il était essentiel de souligner la position subordonnée de l’infirmière et la frontière entre travail médical et infirmier. Ce statu quo n’est aucunement remis en cause par la matron de l’hôpital qui considère que l’intelligence analytique, et même tout intérêt pour la condition médicale des patients sont à bannir, car ils constituent une incursion dans le domaine médical :

  • 20 “[…] Miss Y. was a curious woman, more interested in the medical aspect of cases than in nursing th (...)

[…] Mlle Y. était une femme curieuse, plus intéressée par la condition médicale de ses patients que par les soins infirmiers à leur administrer20.

27et :

  • 21 “[…] She worked under one of the most capable sisters who gave me an excellent report of her and sa (...)

[…] Elle travailla sous la direction d’une des surveillantes les plus compétentes qui me dit beaucoup de bien d’elle et la recommanda pour un poste de surveillante. […] Elle me déçut grandement. Elle était intelligente, mais aurait mieux fait de faire des études de médecine plutôt qu’une formation d’infirmière21.

28La question de la prise de parole met en évidence la différence faite par la matron entre le statut des médecins, caractérisé par l’autorité scientifique, et celui des infirmières. En dehors de leur devoir d’information envers leurs supérieurs, les étudiantes doivent rester silencieuses. Le silence est une qualité nécessaire à l’exercice de leur rôle propre, puisqu’elles sont en contact constant avec des malades, mais il s’agit également d’un signe de modestie et de respect envers les médecins. Les bavardes s’exposent à des critiques cinglantes :

  • 22 “[…] One of the most irritating women I have ever known. Her work was not bad, but she irritated al (...)

[…] Une des femmes les plus agaçantes que j’aie jamais rencontrées. Son travail était convenable mais elle agaçait tout le monde […], en partie en raison de son bavardage incessant […]. Elle énervait toujours les médecins22.

29Le portrait idéal qui apparaît en creux est celui d’une personne qui obéit en silence et à la lettre aux ordres d’une double hiérarchie médicale et infirmière. Même si elle pense servir l’intérêt de son malade, l’élève qui croit percevoir une erreur de diagnostic médical doit se taire. Ni les médecins, ni la matron n’apprécient l’esprit de contestation :

  • 23 “[…] Not courteous in speech nor manner. […] Nurse argues incessantly, has a perpetual habit of con (...)

[…] Peu courtoise dans sa manière d’être et de s’exprimer. […] Cette infirmière discute les ordres sans arrêt, a la manie de contredire tout et n’a pas des manières gracieuses. Bien qu’obéissante, elle est la première à faire des critiques23.

  • 24 “[…] The first impression given me of her was that she was slow but very conscientious and could be (...)

[…] La première impression que j’eus d’elle est qu’elle était lente mais très consciencieuse et que l’on pouvait compter sur elle pour appliquer les ordres à la lettre. Par la suite, les surveillantes se plaignirent qu’elle voulait toujours en faire à sa tête et qu’elle agissait constamment de son propre chef24.

30Contrôlées dans les services, les élèves étaient également soumises à un code moral et à des règles de conduite strictes en dehors de leurs heures de travail.

Une institution totale

31La formation était influencée par le double modèle de la vie monacale et militaire. Le respect de la hiérarchie, la ponctualité et l’ordre sont des qualités qui figurent souvent dans les dossiers. Les élèves devaient renoncer à toute vie privée et suivre des règles contraignantes. Elles vivaient dans une maison d’infirmières où habitaient également leurs supérieures directes, les surveillantes. Les repas étaient pris en commun et le lever comme le coucher se déroulaient à heures fixes. Quant aux chambres, elles étaient inspectées régulièrement, comme à l’armée :

  • 25 “[…] She was very untidy in her room and wore her uniform badly. […] She could not adapt herself to (...)

[…] Sa chambre était très en désordre et elle portait mal l’uniforme.
[…] Elle ne put s’adapter à la discipline de la vie hospitalière25.

  • 26 “[…] She was neat looking but untidy and dirty in her bedroom.” (Élève de 34 ans, 1909.)

[…] Son apparence était soignée mais sa chambre était sale et en désordre26.

32Ces remarques indiquent que le contrôle hiérarchique s’exerçait même en dehors des heures de service. L’espace privé de l’élève, sa chambre, était inspecté et jugé. La fusion entre vie privée et professionnelle paraît presque totale. Comme une novice religieuse, la future infirmière doit faire la preuve de sa vocation par le sacrifice de sa vie extérieure :

  • 27 “[…] She did not like nursing enough to give up everything else for it!” (Élève de 29 ans, 1913.)

[…] Elle n’aimait pas suffisamment la profession pour tout lui sacrifier27 !

  • 28 “[…] She was not suitable for training. I tried her for nearly 6 months and then told her it was us (...)

[…] Elle ne convenait pas. Je l’ai prise à l’essai pendant presque six mois, et puis je lui ai dit que cela ne servait à rien. Elle était très « mondaine » et elle quitta Oxford très endettée, mais je crois que presque toutes ses dettes furent réglées plus tard par son notaire28.

33Même l’amitié entre étudiantes était découragée, ce qui devait avoir pour effet de renforcer l’isolement face à la hiérarchie :

  • 29 “[…] She came with Miss X and they were great friends. They would both have been better nurses if t (...)

[…] Elle arriva avec Mlle X, sa grande amie. Toutes deux auraient fait de meilleures infirmières si elles n’avaient pas passé tant de temps ensemble29.

34La sévérité du règlement et le système de valeurs révélé par les notations de la matron apparentent l’école à une institution totale, décrite par Erving Goffman en ces termes :

[…] On peut définir une institution totale comme un lieu de résidence et de travail où un grand nombre d’individus, placés dans la même situation, coupés du monde extérieur pour une période relativement longue, mènent ensemble une vie recluse dont les modalités sont explicitement et minutieusement réglées. (Asiles, 1968.)

35L’un des objectifs des formateurs de l’époque était d’imposer des valeurs normatives aux élèves afin d’élever le statut social du métier. Celles qui ne se conformaient pas au modèle prescrit étaient renvoyées ou partaient d’elles-mêmes. Certaines réussissaient à terminer leur formation sans se fondre totalement dans le moule, mais elles risquaient de compromettre leur future carrière. En effet, par le biais de recommandations écrites, la matron disposait d’un pouvoir d’influence important sur l’avenir professionnel des élèves.

36Les notations de la matron font apparaître un fort décalage entre les caractéristiques de l’infirmière idéale selon les formateurs de l’époque et le profil des élèves. Cette inadéquation permet d’expliquer pourquoi de nombreuses étudiantes étaient renvoyées ou choisissaient d’abandonner la formation en cours de route. Pour la période étudiée, 33 étudiantes sont concernées, soit 22 % du total. Le tableau ci-dessous résume les motifs donnés par la matron pour ces abandons et renvois :

tableau 4. Abandons et renvois de la formation (effectifs en nombre)

Problème de santé

Raison familiale

Mariage

Renvoi ou échec

Autre

Total

6

4

5

15

3

33

37Entre 1906 et 1916, près de 10 % des élèves (15 sur 153) sont renvoyées ou se voient refuser le certificat de fin de formation. Les notations à ce sujet sont peu explicites et se contentent souvent de mentionner que l’élève ne « convient pas » :

  • 30 “[…] She was very keen on being trained and I tried her twice but it was useless and she had to lea (...)

[…] Elle souhaitait vraiment suivre la formation et je lui en ai donné l’occasion à deux reprises, mais en vain. Nous avons dû la laisser partir avec la mention « ne convient pas »30.

38La cause d’abandon la plus fréquente était un problème de santé, ce qui reflète la pénibilité des conditions de travail. Quant au mariage, il mettait automatiquement fin à la formation, car le célibat était considéré comme une condition nécessaire à l’exercice du métier, notamment en raison des longues heures de service et de l’obligation de résidence à l’hôpital.

39Les explications que la matron avance pour justifier les abandons laissent parfois transparaître le choc initial que ressentaient les jeunes recrues, mal préparées aux réalités du monde hospitalier :

  • 31 “[…] Miss X was personally recommended to me by Mrs Y who had known her for some years and thought (...)

[…] Mlle X m’avait été personnellement recommandée par Mme Y qui la connaissait depuis quelques années et avait une bonne opinion d’elle. Elle se conduisit de manière très sotte – elle déclara que ses nerfs ne lui permettraient jamais de supporter la vie à l’hôpital et alors que j’étais en congé, elle quitta l’hôpital31.

40Ce type de commentaire est représentatif de l’idéologie des cadres infirmiers de l’époque, pour qui l’échec à la formation était dû aux défauts individuels de l’élève plutôt qu’à des dysfonctionnements institutionnels tels que le processus de sélection et la pénibilité des conditions de travail. Les abandons remettent pourtant en question le système de valeurs qui sous-tend la formation, mais ceci n’est jamais reconnu explicitement. En tout cas, la récurrence des remarques négatives et la relative fréquence des échecs indiquent que les qualités recherchées par la matron reflétaient bien un idéal plutôt que la réalité.

41L’étude des registres du Radcliffe Infirmary nous a d’abord permis de montrer que les caractéristiques socio-démographiques des élèves étaient globalement comparables à celles d’autres hôpitaux de l’époque. Plus indirectement, l’analyse a révélé à quel point la formation était physiquement et moralement éprouvante. Quasiment coupées du monde extérieur, contrôlées par une double hiérarchie et soumises à un rude labeur, les élèves tombaient fréquemment malades et près d’un quart ne terminaient pas leur formation. Néanmoins, la majorité d’entre elles jouaient le jeu, se pliaient aux règles de l’institution totale qu’était l’hôpital et réussissaient à obtenir leur certificat de fin de formation. Par la suite, ceci leur permettait de poursuivre une carrière hospitalière ou de s’installer à leur compte comme infirmières privées.

42Pour autant, les dossiers des étudiantes montrent qu’elles ne correspondaient que rarement au modèle de la nouvelle infirmière tel que l’avaient envisagé les réformateurs du XIXe. Il s’agissait plutôt de femmes issues d’un milieu modeste qui devaient subvenir à leurs besoins et qui avaient sans doute choisi de devenir infirmières par raison tout autant que par vocation. Le décalage qui sépare la recrue idéale de la majorité des élèves s’explique à la fois par la pénurie de candidates de la classe moyenne supérieure et par le caractère incompatible de certaines des qualités recherchées par les cadres infirmiers. À titre d’exemple, il fallait que l’élève soit à la fois forte et douce, responsable et soumise à la hiérarchie. Elle devait être bien éduquée, mais accepter d’accomplir des tâches sales et pénibles. Ces contradictions, tout comme l’absence de liberté personnelle des élèves, expliquent la relative fréquence des abandons et renvois.

43Enfin, notre analyse s’est contentée de souligner les valeurs et les principes qui régissaient la formation à un moment bien précis de l’histoire du métier. Dès 1917, la Première Guerre mondiale entraîna un afflux de nouvelles candidates, plus jeunes que celles précédemment recrutées. Après la guerre, les conditions de travail des élèves du Radcliffe Infirmary s’améliorèrent peu à peu. La semaine de travail fut limitée à 56 heures en 1920 et un poste de surveillante chargée de la formation fut créé, ce qui provoqua la démission de la matron. En 1924, l’hôpital décida d’adopter le programme de formation du nouvel organisme de la profession, le General Nursing Council, afin de préparer les étudiantes aux épreuves du diplôme national (Spouse, 1990 : 6). Pour autant, le fort contrôle social exercé par les cadres infirmiers sur les élèves dans les services et dans la maison d’infirmières ne disparut qu’à partir des années 1960.

Bibliographie

Bibliographie sélective

Abel-Smith, B., 1960, A History of the Nursing Profession, London, Heinemann.

Bone, M., 1970, Relief of the Sick and Lame: Two Hundred Years of Nursing at the Radcliffe Infirmary, Oxford, n. p.

Davies, C. (ed.), 1980, Rewriting Nursing History, London, Croom Helm.

Dingwall, R., Rafferty, A. M. and C. Webster, 1988, An Introduction to the Social History of Nursing, London, Routledge.

Goffman, E., 1968, Asiles, Paris, Les Éditions de Minuit.

Kober, A., 1993, « Changements et permanences de la profession d’infirmière en Grande-Bretagne : étude de cas d’un hôpital d’Oxford », Thèse pour le doctorat de Civilisation britannique sous la dir. de M. Charlot, Paris, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3.

Maggs, C., 1985 [1983], The Origins of General Nursing, London, Croom Helm.

Spouse, J., 1990, An Ethos for Learning, London, Scutari Press.

White, R., 1978, Social Change and the Development of the Nursing Profession. A Study of the Poor Law Nursing Service 1848-1948, London, Henry Kimpton Publishers.

Notes

1 C. Maggs, 1980, in C. Davies (ed.), p. 24. (Statistiques pour toutes les catégories d’infirmières, y compris les élèves).

2 R. Pinker, 1966, in C. Maggs, 1985 [1983], p. 7.

3 Dans le cadre de notre recherche doctorale, la directrice de l’Oxford School of Nursing nous a permis de consulter les registres d’élèves de son école, qui remontent à 1897. De 1897 à 1906, les registres sont incomplets et ont été écartés de l’étude. En revanche, nous avons pu analyser tous les dossiers de la période 1906-1916. À partir de 1917, l’école connaît une forte augmentation de ses effectifs et de cette date aux années 1960, seul un échantillon annuel de 10 % des effectifs a été analysé. Par souci de validité scientifique, l’analyse présentée ici concerne uniquement la période 1906-1916. Dans les registres, chaque élève fait l’objet d’une entrée – qui indique son nom, âge, adresse familiale, expérience professionnelle préalable et résultat final – et d’un bref rapport, rédigé par la matron, qui résume ses qualités et défauts. Les registres ne mentionnent ni les raisons du choix de la profession par les élèves ni leur opinion concernant la formation. Cf. A. Kober, 1993.

4 C. Maggs (1985) a étudié les registres d’élèves d’un hôpital, le Manchester Royal Infirmary, et de trois asiles provinciaux, Southampton Poor Law Infirmary, Leeds Poor Law Infirmary et Portsmouth Poor Law Infirmary, entre 1881 et 1921.

5 Les hôpitaux à statut caritatif (voluntary hospitals) se distinguent des asiles (Poor Law Infirmaries) sur de nombreux points, dont leur mode d’administration, leur financement, le type de patients accueillis et leur réputation médicale. Par souci de simplicité, nous traduisons voluntary hospital par hôpital dans cet article.

6 Voir J. Carré, 2004, in I. Baudino, J. Carré et C. Révauger (eds), The Invisible Woman: Aspects of Women’s Work in 18th century Britain, London, Ashgate, p. 99-109.

7 “[…] an additional permanent servant to officiate as a nurse when she was wanted in that capacity and to be employed in any other way that the matron may direct when not wanted on the wards.”

8 Le sous-comité se compose du trésorier de l’hôpital, de deux membres du comité d’administration et de représentants des médecins, mais il n’inclut pas la matron.

9 Dans les écoles étudiées par C. Maggs, la moyenne d’âge était de 23 ans en 1908. Voir C. Maggs, 1985, p. 17.

10 “[…] No-one ought to think of training before twenty-one years of age – 25 is better… The work is very arduous, and no-one, except those who have been through training, has any idea of how trying it can be and what a strain is put upon the mind and body.”

11 Nous avons exclu les données de 1906 et 1907, car elles sont trop incomplètes.

12 Dans son étude, C. Maggs mentionne un pourcentage de 71 %. Voir Maggs, 1985, p. 77.

13 En revanche, 28 % des élèves n’avaient pas d’expérience professionnelle préalable et 38,8 % étaient déjà infirmières, des pourcentages globalement comparables aux nôtres. Voir C. Maggs, 1985, p. 78.

14 “[…] Nurse X was a tall, strong woman, good natured and good tempered and a reliable nurse.” (Élève de 21 ans, 1906.)

15 “[…] She was taken in at a time when I was short of probationers and was a good deal below the average height. She made a very good little nurse.” (Élève de 20 ans, 1911.)

16 “[…] Nurse is careless as regards cleaning, dusting, tidying and in work generally, and when corrected does no better.” (Départ avant la fin de la formation, 1922.)

17 “[…] An excellent nurse and quite tireless in the trouble she would take for her patients. The sort of woman who would alter a pillow a dozen times and always as if cheerfully.” (Âge non indiqué, 1908.)

18 “[…] Not a very satisfactory nurse. She always seemed deaf and not anxious to hear what patients wanted.” (Élève de 34 ans, 1909.)

19 “[…] She was not very well educated. Towards the end of her training, she married without my knowledge.” (Âge non indiqué, 1912.)

20 “[…] Miss Y. was a curious woman, more interested in the medical aspect of cases than in nursing them.” (Élève de 30 ans, 1911.)

21 “[…] She worked under one of the most capable sisters who gave me an excellent report of her and said she would make a good sister. […] She was a great disappointment. She was clever, but would have made a better medical student than a nurse.” (Élève de 26 ans, 1914.)

22 “[…] One of the most irritating women I have ever known. Her work was not bad, but she irritated almost everyone […] partly because she would talk incessantly […]. She always annoyed the doctors.” (Élève de 35 ans, 1910.)

23 “[…] Not courteous in speech nor manner. […] Nurse argues incessantly, has a perpetual habit of contradicting and has an ungracious manner. She was obedient but usually first raised objections.” (Élève de 37 ans, départ avant la fin de la formation, 1922.)

24 “[…] The first impression given me of her was that she was slow but very conscientious and could be relied on to faithfully carry out orders. Later the sisters complained that she always wanted her own way and constantly acted on her own authority.” (Élève de 25 ans, 1906.)

25 “[…] She was very untidy in her room and wore her uniform badly. […] She could not adapt herself to the discipline of hospital life.” (Élève de 19 ans, 1920.)

26 “[…] She was neat looking but untidy and dirty in her bedroom.” (Élève de 34 ans, 1909.)

27 “[…] She did not like nursing enough to give up everything else for it!” (Élève de 29 ans, 1913.)

28 “[…] She was not suitable for training. I tried her for nearly 6 months and then told her it was useless. She was very ‘ fashionable’. She left Oxford deeply in debt but I think nearly all her bills were paid later through her solicitor.” (Élève de 21 ans, 1907.)

29 “[…] She came with Miss X and they were great friends. They would both have been better nurses if they had not been so much together.” (Élève de 27 ans, 1916.)

30 “[…] She was very keen on being trained and I tried her twice but it was useless and she had to leave as unsuitable.” (Âge non indiqué, 1907.)

31 “[…] Miss X was personally recommended to me by Mrs Y who had known her for some years and thought well of her. She behaved very foolishly – said her nerves would never stand hospital life, and while I was away on holiday left the hospital.” (Âge non indiqué, 1907.)

Auteur

Institut du Monde anglophone
Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540