Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Un parfum d'histoire

Raconter la guerre : traditions et figures du reportage de guerre (1855-1975)

Jean-Claude Sergeant

Texte intégral

  • 1 “Reporting the War”, colloque organisé par l’auteur et Patrick Coulter (Green College, Oxford), Ma (...)

1Lors d’un des nombreux colloques consacrés à la couverture par les médias de l’intervention militaire en Irak (mars 2003), l’un des envoyés de la BBC dans la zone des combats estimait que le système d’intégration des journalistes au sein des unités, que les Anglo-Américains désignent par le terme d’embedding, avait, pour l’essentiel, bien fonctionné et qu’il avait permis de filmer d’exceptionnelles scènes de combat1. Il rappelait que le système d’intégration n’avait pas été inventé par les Américains et en faisait remonter l’origine à W. H. Russell, envoyé spécial du Times en Crimée, dont les dépêches, dénonçant les carences logistiques de l’expédition anglaise conduite par lord Raglan, contribuèrent à la chute du gouvernement de lord Aberdeen en janvier 1855.

2Le travail des journalistes en Irak s’inscrit dans une tradition au cours de laquelle les rapports entre correspondants de guerre et responsables militaires se sont affinés au fil de compromis provisoires entre deux logiques contradictoires. Les militaires se passeraient fort bien de la présence de journalistes sur les théâtres d’opérations, sans pour autant sous-estimer leur utilité en tant qu’agents de désinformation. La conduite des opérations militaires doit être menée dans la discrétion – l’expression anglaise the fog of war (le brouillard de la guerre) est encore plus explicite – de façon à laisser l’ennemi dans l’incertitude. Ce principe stratégique souffre cependant quelques exceptions lorsque, par exemple, les médias sont enrôlés, parfois à leur insu, pour vanter les qualités des combattants et du matériel à la veille d’un conflit. Il s’agit alors de démoraliser l’adversaire comme pouvaient le faire les légions romaines allant à la rencontre de l’ennemi au rythme des glaives frappant les boucliers.

3L’ordre de priorités des journalistes est aux antipodes de celui des stratèges militaires. Il s’agit pour eux de rendre compte mais aussi de faire comprendre, ce qui suppose l’accès aux théâtres d’action autant qu’aux séances de briefing des chefs militaires. Le correspondant doit pouvoir se déplacer dans une zone d’opérations dangereuse et transmettre sa production à sa rédaction dans les meilleurs délais. Longtemps tributaire du bon vouloir des responsables militaires pour l’acheminement de ses « papiers » ou de ses images, le correspondant de guerre a gagné en autonomie grâce au mode de transmission satellitaire. Il reste encore l’obligé des militaires qui assurent sa sécurité et facilitent ses contacts avec les unités combattantes. Sauf à accepter les risques de tous ordres qu’implique la position d’indépendant, assumée de façon emblématique par Robert Fisk de l’Independent depuis la guerre du Golfe, le correspondant de guerre doit sans cesse négocier sa légitimité de témoin, que les autorités militaires et politiques souhaiteraient souvent plus engagé. Si, à l’image des premiers brancardiers intervenant sous l’emblème de la Croix-Rouge sur le champ de bataille de Solferino, le journaliste croyait pouvoir bénéficier d’une certaine immunité, symbolisée par les traditionnels complets blancs de Martin Bell, envoyé spécial de la BBC à Sarajevo, il est aujourd’hui devenu cible et otage potentiels. En décembre 2004, on dénombrait soixante journalistes qui avaient trouvé la mort en Irak depuis le début de l’intervention militaire au printemps de 2003. Beaucoup ont été éliminés de façon délibérée, les autres ayant été happés par les rouages de la machine de guerre et les coups de main terroristes.

4Le présent article se propose d’explorer, dans une perspective anglosaxonne, les conditions dans lesquelles s’est développée la tradition du journalisme de guerre, façonnée par les impératifs a priori contradictoires des responsables militaires et des directeurs de rédaction, parfois arbitrés par l’intervention du pouvoir politique et la pression du public.

L’héritage de W. H. Russell

5Si William Howard Russell fait, légitimement, figure de saint patron des correspondants de guerre, c’est essentiellement à la liberté de ton de ses dépêches qu’il le doit. Loin d’être « intégré » au sein d’une unité, il faisait plutôt figure de franc-tireur toléré par le commandement militaire et ne bénéficiait d’aucun traitement de faveur, si ce n’est pour sa nourriture qu’il partageait, à l’occasion, avec les officiers. Infatigable témoin, Russell relatait la quotidienneté de la guerre de Crimée autant que ses hauts faits d’armes, la souffrance des blessés dans les hôpitaux de campagne comme le sacrifice insensé de la « Brigade légère » à Balaklava. Nul briefing ne lui permettait de contextualiser la stratégie de l’état-major, mais, en revanche, ses dépêches ne furent jamais soumises à la censure militaire, bien que le rédacteur en chef du Times eût offert au Haut Commandement d’exercer sur elles le contrôle qu’il jugeait bon.

6De fait, le souci de véracité qui animait Russell l’amena parfois à faire état d’informations qu’un souci plus aigu de ses responsabilités aurait dû le conduire à taire. C’est ainsi qu’en lisant sa correspondance parue dans le Times du 23 octobre 1854, chacun pouvait apprendre le nombre de pièces d’artillerie amenées sur la ligne de front ainsi que les quantités de poudre disponibles. Pour faire bonne mesure, Russell révélait dans le même article l’identité ainsi que la position de deux régiments engagés dans l’opération. On comprend que lord Raglan, qui commandait le corps expéditionnaire britannique, ait confié à ses supérieurs que les Russes n’avaient nul besoin d’agents de renseignement et qu’ils pouvaient se contenter de lire le Times, ce que réfutera par la suite le commandant de la forteresse de Sébastopol qui affirmera n’avoir jamais rien appris à la lecture du Times, que son cousin lui faisait parvenir depuis Varsovie, dont il n’ait été au préalable informé par ses espions.

7Vilipendé à Londres dans les cercles dirigeants, Russell, que le prince Albert, consort de la reine Victoria, qualifiait de « misérable scribouilleur », était à peine toléré par les officiers du corps expéditionnaire, dont certains ne cachaient pas leur hostilité à son égard. L’impact de ses dépêches décrivant d’une plume exaltée les effroyables conditions sanitaires des troupes, l’indigence des services de soins aux blessés et, de façon récurrente, l’incompétence du Haut Commandement, n’aurait pas été si dévastateur si Russell n’avait bénéficié du soutien inconditionnel de son rédacteur en chef – John Delane – engagé dans une épreuve de force avec le gouvernement, qui finit par s’incliner et laisser la place à une nouvelle équipe dirigeante.

8Russell ne fut pas le seul envoyé spécial à rendre compte au public britannique de la réalité des opérations en Crimée. Les témoignages de Thomas Chenery, autre correspondant du Times basé à Constantinople, contribuèrent au moins autant que les articles de son confrère à dénoncer l’insuffisance des services sanitaires dont disposait le corps expéditionnaire britannique. C’est d’ailleurs sur la base des rapports de ces deux journalistes que le Times put lancer une souscription nationale qui permit l’envoi sur le théâtre d’opérations de Florence Nightingale à la tête de trente-huit infirmières bénévoles. Moins accablants pour les responsables politiques et militaires, les articles des envoyés du Morning Herald et de l’Illustrated London News, tout comme ceux du correspondant spécial du London Daily News, ont également contribué à informer l’opinion des réalités d’un conflit particulièrement meurtrier et longtemps incertain, auquel les gravures de l’Illustrated London News et les clichés photographiques aseptisés de Roger Fenton, dépêché à Balaklava avec l’appui du prince Albert, donnèrent une dimension visuelle inédite.

  • 2 Voir O. Woods et J. Bishop, 1985, The Story of the Times, Londres, Michael Joseph, p. 83.

9Ce n’est qu’en 1856 que l’autorité militaire se décida à encadrer la liberté d’action des correspondants de guerre. Un mois avant la signature du traité de Paris qui mit fin à la guerre (mars 1856), le nouveau commandant en chef britannique, Sir William Codrington, définissait les grandes lignes d’une censure militaire qui prévoyait l’expulsion immédiate des journalistes qui auraient fait état dans leurs dépêches d’informations susceptibles d’être exploitées par l’ennemi. Quelques années plus tard, le « livret du soldat » (Soldier’s Pocket Book) rédigé par un jeune officier – Garnet Wolseley –, qui avait pris part aux opérations de Crimée, codifiait de façon plus précise les rapports entre militaires et journalistes sur le terrain. Ces derniers seraient dorénavant accrédités par l’autorité militaire à Londres et, une fois rendus dans la zone d’opérations, seraient placés sous le contrôle d’un officier préposé à la censure. C’est de lui que les correspondants de guerre recevraient leurs informations et c’est à lui aussi que reviendrait le soin de vérifier les dépêches que les autorités militaires se chargeraient de faire parvenir aux rédactions à Londres2.

10Ainsi furent jetées les bases d’un système contractuel qui proposait aux journalistes une prise en charge logistique en échange du renoncement à leur liberté de mouvement et d’expression. Il faudra attendre la guerre des Malouines pour assister à la stricte application de ce système dont la mise en œuvre est fonction de la nature du théâtre d’opérations, de son étendue mais surtout du degré d’autonomie des journalistes que confère l’état des moyens de communication dont ils disposent. Le télégraphe électrique a considérablement réduit le temps d’acheminement des dépêches des correspondants couvrant la guerre de Sécession ou, plus tard, celle de 1870 par rapport à l’époque de la guerre de Crimée, pendant laquelle Russell devait s’en remettre au cheval et au bateau à vapeur pour faire parvenir ses « papiers » à sa rédaction. L’apparition des systèmes portatifs de liaison par satellite permet aujourd’hui aux journalistes de se dispenser du recours aux installations techniques des militaires et, par voie de conséquence, réduit l’intérêt pour les correspondants de guerre du pacte contractuel élaboré par les responsables militaires.

La guerre de Sécession ou les ratés du système

11Ce pacte contractuel n’a guère fonctionné pendant la guerre civile américaine (1861-1865) dont la couverture anarchique par plus de cinq cents journalistes, souvent inexpérimentés, a relevé au moins autant d’une démarche idéologique que de la volonté de rendre compte d’une réalité complexe et douloureuse et dont la dimension militaire évoluait très rapidement sur le terrain des affrontements. Ainsi, la quasi-totalité des grands journaux de l’Union, à l’exception du New York Herald, proclamèrent hâtivement la victoire des armées du Nord lors de la bataille de Bull Run (juillet 1861), qui tourna en fait à l’avantage des troupes de la Confédération.

  • 3 “[…] Civil War correspondents, or ‘specials’, as they were called, enjoyed a freedom that would no (...)
  • 4 “[…] the majority of the Northern correspondents were ignorant, dishonest, and unethical; […] the (...)

12Malgré les tentatives tardives du ministre de la Guerre Edwin Stanton qui, en 1862, décréta le contrôle de toutes les dépêches des journalistes par l’autorité militaire, « les correspondants qui ont couvert la guerre de Sécession, baptisés “spéciaux”, ont joui d’une liberté qui ne serait pas tolérée à l’époque moderne »3. Cette censure n’a jamais été en fait appliquée de façon rigoureuse, sauf dans l’armée du général Sherman dont l’aversion pour les journalistes était proverbiale. De l’avis du spécialiste qu’est Philip Knightley : « la majorité des correspondants du Nord étaient ignorants, malhonnêtes et dépourvus de principes déontologiques ; leurs dépêches furent fréquemment erronées, souvent inventées, partisanes et incendiaires.4 »

13La couverture de la guerre de Sécession – première guerre totale – fut à la mesure de l’ampleur des combats qui l’ont jalonnée. La seule bataille d’Antietam (septembre 1862) se solda par 23 000 morts ; un an plus tard, celle de Gettysburg fit deux fois plus de morts dans les deux camps. C’est, au total, 400 000 hommes qui payèrent de leur vie cet affrontement entre deux sociétés aux conceptions radicalement opposées. L’importance de l’enjeu, la diversité des théâtres d’opération jointe à la rapidité de mouvement des armées, mais par-dessus tout la concurrence entre les titres dont la guerre gonflait les tirages expliquent l’ampleur de la couverture mise en place par les éditeurs. Au plus fort de la guerre, le New York Herald, dont la diffusion fut portée à 100 000 exemplaires, ne comptait pas moins de quarante envoyés spéciaux sur le terrain. Pour autant, la multiplicité des observateurs n’a pas suffi à garantir l’authenticité d’une information pléthorique et souvent approximative, quand elle n’était pas délibérément mise au service d’une cause. La guerre de Sécession a néanmoins contribué à faire accéder le correspondant de guerre au rang de héros, parfois courtisé par des officiers en quête de notoriété. Le dernier quart du siècle verra ces nouveaux aventuriers s’illustrer sous toutes les latitudes au gré des conflits qui ont marqué la période : la guerre franco-prussienne de 1870, celle qui opposa Russes et Turcs en 1877, la campagne de 1879 contre les Zoulous et la guerre que les États-Unis engagèrent contre l’Espagne en 1898 avec le soutien actif de William Randolph Hearst, propriétaire du New York Herald.

Journalistes sous tutelle

14Cet « âge d’or » du journalisme, comme l’appelle Philip Knightley, allait s’achever avec la guerre des Boers (1899-1902), au cours de laquelle les relations entre journalistes et responsables militaires, dûment réglementées par Kitchener, le héros de la campagne du Soudan, qui commandait le corps expéditionnaire britannique, allaient se tendre jusqu’à la rupture. Les pourparlers de paix furent ainsi conduits en avril 1902 en l’absence de tout représentant de la presse sur ordre express du commandant en chef britannique. Cette première guerre livrée par le Royaume-Uni à une population coloniale blanche avait pourtant attiré plus de trois cents journalistes, dont un contingent de correspondants américains et d’Europe continentale, notamment des Français et des Allemands dont les gouvernements ne faisaient pas mystère de leur hostilité à l’expédition anglaise.

15Strictement encadrés par l’autorité militaire qui, à compter de janvier 1900 institua à leur intention des séances régulières de briefing, les envoyés des rédactions britanniques, au nombre desquels Winston Churchill qui prit part à cette guerre autant, sinon plus, comme combattant que comme journaliste, étaient soumis à une censure vétilleuse dont ils ne cherchaient guère à s’affranchir. Ils connaissaient les attentes de leurs rédactions qui ne faisaient que refléter les pressions nationalistes de l’opinion publique avide de mythes propres à alimenter la ferveur patriotique. Les journalistes, ou parfois ceux qui se sont improvisés tels comme lady Sarah Wilson, la tante de Churchill, que le Daily Mail recruta comme correspondante, ont ainsi contribué à forger la légende de Baden Powell qui, encerclé avec ses hommes à Mafeking, soutint victorieusement un siège de plus de sept mois. Les cinq jours de liesse populaire qui saluèrent la levée du siège (mai 1900) furent à la mesure de l’intensité de la vague patriotique qui avait submergé l’Angleterre. Les directeurs de rédaction refusaient, du reste, de publier les rares correspondances qui s’écartaient un tant soit peu de cette ligne ultra-patriotique, qui resta de mise jusqu’à ce que certains organes de presse, tels le Manchester Guardian, le Morning Leader et le Star, s’interrogent sur les raisons de l’enlisement d’une guerre qui, comme beaucoup d’autres, devait initialement aboutir dans les plus brefs délais.

16La guerre des Boers ne ressemblait, en fait, à aucune des guerres majeures précédentes qui avaient vu s’affronter deux armées régulières. Celle menée par Kruger opposait toute une population en armes, sûre de son bon droit, à un corps expéditionnaire opérant très loin de ses bases. Les batailles rangées avaient fait place à des actions de guérilla et à des harcèlements perpétuels qui ne fournissaient guère matière à des comptes rendus lyriques conformes à la tradition du reportage de guerre. En cela la guerre des Boers préfigurait d’autres guerres à venir. C’est également au cours de cette guerre qu’apparurent les premiers camps de regroupement installés par Kitchener pour accueillir les populations civiles – essentiellement des femmes, des enfants et des vieillards – que les destructions systématiques opérées par l’armée anglaise avaient privées d’abri. Les dépêches des correspondants britanniques ne mentionnèrent pas l’état de dénuement de ces populations décimées par la faim et la maladie. Moins pudiques, les témoignages des correspondants étrangers contribuèrent à mettre le Royaume-Uni en difficulté sur la scène internationale. Il fallut néanmoins que ces témoignages soient corroborés par un rapport établi par une association caritative pour que l’opposition au Parlement de Westminster commence à dénoncer la barbarie des méthodes employées par Kitchener pour venir à bout de la résistance des Boers.

17Cette guerre, que l’on a coutume de considérer comme la première guerre médiatisée en raison de l’intervention des caméras de cinéma, servit de brouillon à Kitchener qui put roder en Afrique du Sud le mode de relations avec la presse qu’il allait pouvoir mettre en place quelques années plus tard lors de la Première Guerre mondiale.

La Première Guerre mondiale : de l’exclusion à la récupération

  • 5 No 3936 du 26 septembre 1914.

18Celui que l’Illustrated London News présentait comme un « incomparable organisateur » et comme le meilleur soldat qui se puisse trouver dans l’un ou l’autre camp5, ne perdit pas de temps, sitôt installé au ministère de la Guerre le 5 août 1914, pour exclure les journalistes du champ des opérations. Une liste de correspondants accrédités avait pourtant été établie par les soins des autorités militaires après concertation avec les responsables de rédaction. Un règlement en trois parties définissant les conditions de travail des correspondants de presse autorisés à accompagner l’armée britannique en campagne était même prêt à être diffusé. On y retrouvait la liste traditionnelle des catégories d’informations proscrites : identification des unités, description du mouvement des troupes et de leurs positions, indication des pertes et mention du moral des combattants, pour peu que celui-ci ne fût pas d’acier. À cette liste s’ajoutait l’interdiction de tout commentaire, critique ou élogieux, censée garantir la parfaite impartialité des reportages.

19Les correspondants de guerre n’eurent pas l’occasion de se conformer à ce protocole avant mai 1915, date à laquelle Kitchener les autorisa à se joindre aux forces combattantes. Pendant les dix premiers mois du conflit, les Britanniques durent, ainsi, se contenter des communiqués laconiques du Bureau de presse installé au ministère de la Guerre. Ce service avait, en outre, la charge d’expurger les dépêches et télégrammes adressés aux rédactions par les envoyés des journaux qui tentaient, tant bien que mal, de glaner des informations dans les zones situées à la périphérie des positions occupées par le corps expéditionnaire britannique. Cette force d’environ 100 000 hommes avait été acheminée en France entre le 9 et le 17 août dans une extrême discrétion que la presse britannique avait unanimement observée.

  • 6 Rapporté par M. J. Farrar, 1989, News from the Front, Stroud, Sutton Publishing, p. 7.

20Kitchener justifiait l’exclusion des correspondants de guerre en invoquant la nécessité de s’aligner sur la décision du maréchal Joffre qui ne s’était pas encore résolu à autoriser la présence de journalistes aux côtés des combattants. Winston Churchill, alors à la tête de la Marine et encore auréolé de son prestige de journaliste-combattant en Afrique du Sud, estimait que du fait de l’opacité que les chefs militaires allaient entretenir sur le déroulement des opérations, Londres constituait, paradoxalement, le meilleur poste d’observation6. De fait, les articles les plus informés publiés dans la presse britannique pendant les premiers mois de la guerre ont été signés par le spécialiste des questions militaires du Times, Charles Repington, ancien colonel qui avait su tirer le meilleur parti de ses contacts au ministère de la Guerre. Repington entretenait, en outre, des liens d’amitié avec le commandant en chef des forces britanniques en France, le général John French, qui l’invita à plusieurs reprises à se rendre sur la ligne de front. Le spécialiste du Times put ainsi obtenir des informations exclusives que lui enviaient les correspondants des autres titres qui ne pouvaient avoir accès aux zones placées sous contrôle militaire. La transgression de cette interdiction valait à son auteur, en cas d’arrestation, une expulsion immédiate vers l’Angleterre et la confiscation de son passeport.

21C’est à l’occasion de l’une de ses montées au front en mai 1915 que Repington prit conscience de la pénurie de munitions qui handicapait les forces britanniques. Il résolut d’exposer au grand jour ce qui devint le « scandale des obus » dont les titres contrôlés par lord Northcliffe, magnat de la presse britannique non dépourvu d’ambitions politiques, attribuèrent la responsabilité au ministre de la Guerre, lord Kitchener, qui fut contraint de céder la place à Lloyd George en juin 1915.

  • 7 “[a group of correspondents] who conformed to the great conspiracy, the deliberate lies and the su (...)

22L’exploitation de cette affaire ne facilita pas les relations entre le général Haig, qui avait pris la relève de John French à la tête de la Ire Armée britannique et les cinq correspondants accrédités que le Haut Commandement avait enfin autorisés à rejoindre l’état-major en mai 1915. Parmi eux, Herbert Russell, représentant de l’agence Reuters, dont les dépêches allaient alimenter les journaux qui n’avaient pas été autorisés à envoyer de correspondant dans la zone de combats. Totalement intégrés à l’institution militaire qui leur avait conféré le grade d’officier, ces cinq représentants de la presse britannique, qui relevaient de l’autorité du responsable du Service de renseignement, devinrent « les instruments de la machine de propagande » en acceptant de participer à « la grande conspiration », alimentée par « le mensonge délibéré et l’occultation de la vérité »7. Tributaires de l’armée pour leur transport vers les lieux qui leur étaient assignés, ces correspondants assistaient aux préparations d’artillerie et au retour des blessés et des prisonniers après l’offensive. Leurs dépêches étaient visées et, le cas échéant, remaniées ou expurgées, par les « attachés » militaires qui leur étaient affectés, lesquels se chargeaient ensuite de les transmettre au ministère de la Guerre qui, à son tour, les faisait parvenir, telles quelles, aux rédactions.

  • 8 “[The real aims were] to provide […] stories of heroism and glory calculated to sustain enthusiasm (...)
  • 9 “There was no need of censorship of our dispatches. We were our own censors.”, P. Gibbs, 1923, Adv (...)

23Il n’était pas question d’informer l’arrière de la réalité de la guerre et encore moins de rendre compte de l’évolution de la situation sur le terrain mais, comme l’écrit P. Knightley « de relater des faits d’armes héroïques destinés à entretenir l’ardeur guerrière propre à maintenir l’enrôlement des recrues pour le front et de camoufler les éventuelles erreurs du Haut Commandement »8. Ainsi que le reconnaîtra plus tard Philip Gibbs, envoyé du Daily Telegraph et du Daily Mail : « Il n’était pas nécessaire de soumettre nos dépêches à la censure. Nous étions nos propres censeurs.9 »

24L’arrivée de correspondants accrédités rendit superflue la publication du résumé hebdomadaire des opérations diffusée auprès des rédactions sous le titre Eyewitness Dispatches (Témoignages oculaires), que Kitchener avait confiée à un colonel dès le début des hostilités. Otages de l’autorité militaire, les correspondants ne furent pas en mesure de rendre compte de l’hécatombe de la bataille de Loos (septembre 1915) qui se solda par l’anéantissement de deux divisions britanniques et au cours de laquelle les troupes britanniques firent pour la première fois usage de gaz.

25C’est à la suite de cette bataille que le commandement en chef des forces britanniques fut transféré au général Haig. Surmontant son aversion instinctive pour les journalistes, Haig accepta de rencontrer en mai 1916 les correspondants accrédités et prit note de leurs doléances, notamment celle concernant l’interdiction de révéler l’identité des unités engagées, qui ne sera finalement levée qu’en septembre 1917. L’indication de la présence de telle ou telle unité dans un secteur identifié était pour les familles le moyen de localiser l’un de leurs membres dont on restait longtemps sans nouvelles.

26Haig avait besoin de ménager la presse pour conforter sa position aux yeux du nouveau ministre de la Guerre, Lloyd George, qui allait être appelé à succéder à Asquith au poste de Premier ministre en décembre 1916. Les pertes considérables de la bataille de la Somme – 300 000 morts – en juillet 1916, que la mince avancée de la ligne de front ne suffisait pas à justifier, le rendaient particulièrement vulnérable aux critiques de la presse qui avait déjà fait la preuve de son efficacité. La publication par le Times de correspondances de journalistes couvrant les opérations dans les Dardanelles n’avait pas été étrangère à la décision d’Asquith de relever le général Ian Hamilton de son commandement. De surcroît, l’entrée en guerre des États-Unis en avril 1917 et l’arrivée concomitante de correspondants américains, plus disposés, par tradition, à faire valoir leur droit d’accès à l’information que leurs confrères français ou britanniques, allaient conduire à un assouplissement de la censure et déboucher sur une plus grande coopération des autorités militaires. Les plans d’attaque de la crête de Messines (juin 1917) furent ainsi dévoilés à l’avance lors d’un briefing à la presse. De leur côté, les censeurs firent preuve d’une plus grande tolérance dans la vérification des dépêches. Celles adressées par les correspondants lors de l’offensive sur Passchendale (août 1917), véritable désastre tactique, n’avaient plus rien d’un hymne à la bravoure inaltérable des combattants alliés. La boue, l’épuisement et la peur des soldats avaient fini par s’insinuer dans les reportages des correspondants qui restaient pourtant très en deçà de l’indicible réalité. Ainsi que l’écrira après la guerre l’un des témoins de cette campagne des Flandres :

  • 10 “I say now that nothing that has been written is more than the pale image of the abomination of th (...)

Je déclare aujourd’hui que rien de ce qui a été écrit n’est autre chose qu’un pâle reflet de l’abomination de ces champs de bataille et qu’aucun pinceau ni aucune plume n’a pu encore complètement représenter cette Apocalypse qui a coûté la vie à tant de nos hommes10.

27L’aveu en forme d’acte de contrition du correspondant du Daily Telegraph participe de l’unanime mouvement de dénonciation de l’inanité des massacres, trop longtemps passée sous silence au nom du pacte patriotique, qui a nourri le pacifisme des générations de l’entre-deux-guerres.

La Deuxième Guerre mondiale ou l’engagement total

28Les deux préludes à ce deuxième conflit mondial que furent la guerre d’Abyssinie, au cours de laquelle les Italiens appliquèrent une stricte gestion de l’information, et celle d’Espagne, où l’impératif du témoignage fut subordonné à l’engagement politique, n’apportèrent pas de modifications notables au statut de correspondant de guerre que la Seconde Guerre mondiale allait laisser pratiquement intact.

29En Angleterre, le Parlement accorda au gouvernement les pleins pouvoirs en vertu d’une loi proclamant l’état d’urgence qui permit de suspendre certaines libertés fondamentales, notamment celle de communiquer librement avec l’étranger. Dès le début de la guerre, l’ensemble des communications, y compris téléphoniques et télégraphiques, fut soumis à la censure qui s’exerça de façon sélective. Ainsi, les correspondants américains en poste à Londres, au premier rang desquels Ed Murrow de CBS, furent autorisés à transmettre à leurs rédactions des informations précises sur les destructions opérées par les bombardements allemands afin de contrebalancer les campagnes de propagande menées par le Reich aux États-Unis.

30Tout l’appareil de communication britannique était soumis à la censure gérée par un ministère de l’Information dont le principe avait été arrêté dès 1936 et qui fut mis en place deux jours avant la déclaration de guerre. Les éditeurs de journaux s’étaient ralliés au principe d’une autocensure intégrant un ensemble d’informations proscrites détaillées dans un règlement (Defence Regulation), dont la clause essentielle touchait l’exclusion de toute information susceptible d’être exploitée par l’ennemi.

31Un protocole destiné aux correspondants de guerre, officiellement qualifiés de « représentants de la presse », explicitait la nature des informations proscrites. On y retrouvait la liste des éléments d’ordre opérationnel qu’il convenait de tenir secrets : la composition et la position des unités, leur identité, les informations toponymiques précises, les plans opérationnels, les méthodes de camouflage et, naturellement, le bilan des pertes. Cette liste, non limitative, était susceptible d’être complétée à la discrétion des commandants d’unités. En revanche, le protocole prévoyait que des conférences de presse seraient organisées périodiquement à l’intention des correspondants, qui auraient toute liberté de mouvement dans la zone d’opérations, sous réserve qu’ils soient escortés d’un officier accompagnateur.

32Les dépêches, clichés photographiques ou reportages radio seraient vérifiés localement par le responsable de la censure de l’unité à laquelle le correspondant était affecté, avant d’être transmis pour contrôle au quartier général, puis acheminés à Londres, où ils n’étaient pas supposés faire l’objet d’une ultime vérification par les spécialistes du ministère de l’Information.

  • 11 Le ministère de l’Air britannique finit par convaincre la RAF en janvier 1943 d’accepter la présen (...)

33Les correspondants de guerre, les warcos dans le jargon spécialisé de l’époque, portaient l’uniforme et avaient, comme leurs devanciers de la Première Guerre, rang d’officier. Ils bénéficièrent souvent d’un traitement de faveur, surtout de la part de chefs de guerre soucieux de s’attacher les services de chroniqueurs dévoués : Montgomery en Tripolitaine, MacArthur dans le Pacifique et Eisenhower après le débarquement en Normandie. Mais l’étendue du théâtre d’opérations fait qu’il est difficile de généraliser à partir de quelques exemples les conditions dans lesquelles s’est déroulée la couverture de ce conflit protéiforme. Les quatre correspondants britanniques qui ont été envoyés dans le secteur français au moment de la « drôle de guerre » ont travaillé dans de moins bonnes conditions que les journalistes affectés à l’armée de Montgomery en 1942. L’accueil des journalistes était, en outre, variable selon les Armes. La Royal Navy ressentait leur présence comme une véritable intrusion et la RAF acceptait difficilement d’embarquer à bord de ses bombardiers un journaliste, nécessairement encombrant11. Seule l’Armée de Terre, forte de son expérience, acceptait sans trop se faire prier la présence de correspondants dont le sens de la discipline n’était pas nécessairement la vertu majeure.

34À l’inverse, le ministère de la Guerre américain avait très tôt misé sur la coopération des médias, ce qui impliquait des relations de confiance entre les autorités militaires et les correspondants de guerre. Assistés par des officiers chargés des relations publiques, ils étaient autorisés à se déplacer plus librement que leurs confrères britanniques et furent systématiquement, lorsque les conditions le permettaient, informés de la préparation des plans de bataille. La machine communicante se grippa inévitablement au cours des phases d’action les plus difficiles, pendant la bataille de Bastogne (décembre 1944), par exemple, qui ne fut couverte par aucun correspondant américain. Il reste qu’au total, les responsables militaires américains firent de leur mieux pour convaincre les représentants des médias nationaux qu’ils jouaient un rôle primordial dans le combat que livraient les États-Unis et leurs alliés.

  • 12 “We were a propaganda arm of our governments. At the start the censors enforced that, but by the e (...)

35Faut-il s’étonner que dans cette guerre quasi planétaire, où s’affrontaient deux visions du monde inconciliables, les journalistes, plongés dans cet univers disloqué, se soient, plus ou moins consciemment, mis au service de la cause défendue par les armées dont ils partageaient la vie ? Philip Knightley rapporte le témoignage désabusé d’un Canadien ayant suivi les opérations aux côtés des forces britanniques pour le compte de l’agence Reuters et qui, trente ans après la fin des hostilités, écrivait : « Nous avons été les agents de propagande de nos gouvernements. Au début, ce sont les censeurs qui nous ont forcés à l’être et, à la fin, nous étions devenus nos propres censeurs.12 » On retrouve là le constat d’inconsciente identification à l’idéal patriotique déjà établi par les correspondants de presse de la Première Guerre qui se sont interrogés après coup sur leur pratique. Leurs successeurs ont, comme leurs aînés, souvent travesti la vérité au nom d’un impératif militaire supérieur : l’offensive sur Arnhem menée par Montgomery en septembre 1944, qui fut un véritable fiasco militaire, a été présentée comme le coup de maître d’un génie stratégique ; le raid sur Dieppe (août 1942) lancé, pour l’essentiel, par les troupes canadiennes, n’a pas été décrit dans les dépêches des neuf correspondants accompagnant les troupes alliées engagées dans ce coup de main comme la tragique et coûteuse erreur stratégique qu’il a, en fait, été. Il fallait, au contraire, mettre en valeur le courage des combattants, rassurer l’arrière et continuer à entretenir l’espoir d’une victoire inéluctable rigoureusement programmée.

  • 13 Ibid., p. 345.

36Ce qui a changé au cours de ce deuxième conflit mondial, c’est le degré d’intégration, particulièrement du côté américain, des correspondants de presse, dont certains étaient armés, parmi les forces combattantes. On note aussi, par rapport à la guerre 1914-1918, une plus grande volonté des états-majors d’informer les représentants des médias des objectifs des opérations menées et des conditions de leur réalisation. Le type de censure mis en place par les Américains a permis aux correspondants, estime Philip Knightley, d’être mieux informés de la situation que ne le seront leurs confrères pendant la guerre du Viêt Nam vingt ans plus tard13.

La guerre de Corée : de l’improvisation à la reprise en main

37La guerre de Corée (1950-1953) allait perturber les rapports relativement stabilisés qui s’étaient instaurés entre journalistes et militaires au cours des deux conflits de la première moitié du XXe siècle. La nature très particulière de cette guerre devait également peser sur la qualité de leurs relations. Il s’agissait d’une opération montée par une coalition de forces dirigée par les États-Unis sous les auspices des Nations unies. Si, au cours des deux premières guerres mondiales, le choix entre le camp du bien et du mal s’imposait sans difficulté, le caractère dictatorial du régime en place à Séoul, que l’intervention des Nations unies était censée protéger contre les incursions de son voisin du nord et dont le seul titre de crédit était de n’être pas communiste, ne prédisposait pas les correspondants de presse occidentaux à l’empathie. Si l’on ajoute à cela la mégalomanie du commandant en chef de la coalition, le général MacArthur, relevé d’ailleurs de son commandement en avril 1951, l’état d’impréparation des forces américaines et la longue incertitude du sort des armes sur le terrain, on comprend mieux l’embarras des correspondants engagés dans ce conflit.

38L’originalité de la guerre de Corée tient également au mode particulier de contrôle des productions des journalistes sur place au début de la guerre. Alors que dans les conflits précédents, un système rigoureux de censure avait été mis en place dès l’accréditation des journalistes qui réussirent progressivement à élargir leur périmètre d’autonomie à mesure que s’installaient des relations de confiance entre eux et les commandants d’unités, on a assisté en Corée à un phénomène inverse. Totalement livrés à eux-mêmes, les 270 correspondants originaires des 19 pays composant la coalition, ont pu écrire ou filmer pratiquement ce qu’ils voulaient au cours du premier mois de la guerre (25 juin-25 juillet 1950), et notamment faire état des insuffisances de la logistique et du manque d’entraînement et de combativité des jeunes GI’s. Ils étaient certes tenus de se conformer à un vague code d’autocensure qui leur interdisait de révéler les traditionnelles informations à caractère opérationnel, ce qui ne les empêchait pas de mettre en question les objectifs de cette guerre et surtout l’inadéquation des moyens qui y étaient affectés. Le 25 juillet, ce protocole fut élargi pour couvrir les décisions des responsables militaires et le comportement des combattants sur le terrain qu’il devenait, dès lors, interdit de critiquer.

39Tributaires d’installations techniques rudimentaires ou lointaines (Tokyo), les correspondants durent parfois avoir recours à des moyens de fortune – les pigeons voyageurs – pour faire parvenir leurs dépêches à Tokyo, où était installé le quartier général des forces américaines, avant leur acheminement vers leur rédaction. Peu encadrés, les correspondants de presse devinrent rapidement suspects aux yeux de la hiérarchie militaire américaine qui, à la fin de décembre 1950, imposa une censure renforcée qui fut appliquée sans faiblesse. Peter Webb de l’agence United Press fut ainsi privé de son accréditation pour avoir révélé les circonstances de la mort accidentelle du général Walker, commandant de la VIIIe Armée. C’est à partir de cette époque que les rédactions commencèrent à refuser de publier les « papiers » et les reportages jugés tendancieux de leurs correspondants. CBS décida ainsi de ne pas diffuser une correspondance de leur envoyé vedette Ed Murrow, tandis que l’hebdomadaire britannique Picture Post préférait se séparer de son correspondant en Corée, James Cameron, plutôt que de publier son enquête sur les conditions de détention des prisonniers communistes dans les centres sud-coréens.

40Il était d’autant plus difficile de faire accepter par les médias américains le moindre témoignage critique après la reprise de l’initiative des combats sur le terrain par MacArthur que le maccarthysme commençait à imprégner les esprits à tous les niveaux de responsabilité. Tous les correspondants, d’ailleurs, n’étaient pas de la trempe d’Alan Bower (Melbourne Herald), Ian Morrison du Times, ancien de la Deuxième Guerre mondiale qui mourut le 12 août 1950 ou James Cameron déjà évoqué. Beaucoup d’envoyés spéciaux, jeunes pour la plupart et souvent inexpérimentés, acceptèrent, sans trop d’état d’âme, de servir de relais aux informations officielles dispensées par les services du Haut Commandement en Extrême-Orient. De surcroît, la guerre de Corée se distinguait des conflits précédents par certains aspects militaires qui en rendaient la couverture plus complexe. La série d’offensives suivies de retraites des forces essentiellement américaines de la coalition, sous la pression des troupes nord-coréennes et plus tard chinoises, ne facilitait guère la lisibilité du plan opérationnel compliqué par la stratégie aventureuse du Commandant suprême, qui caressait l’idée d’un recours à l’arme nucléaire. Certains sujets sensibles ne pouvaient être traités qu’en prenant le risque de discréditer les versions officielles : la mésentente ou, au mieux, le manque de coordination entre les alliés sur le terrain, l’anarchie qui régnait dans les centres de détention accueillant les prisonniers nord-coréens et chinois faisaient nécessairement l’objet de polémiques. La couverture des interminables pourparlers de paix entamés à Kaesong dès août 1951 et finalement conclus à Panmunjom en juillet 1953 fut, en outre, l’occasion de mesurer les ressources des négociateurs des Nations unies en matière de désinformation, sans parler de la question du rapatriement des prisonniers nord-coréens et de leurs alliés, qui ne pouvait qu’alimenter les controverses.

41Le type de rapports qu’entretinrent journalistes et responsables militaires au cours de la guerre de Corée fut à l’image de ce conflit complexe et à l’évolution longtemps incertaine. Sa couverture fut marquée par une certaine confusion symbolisée par le passage d’un système d’auto-contrôle assez souple à un encadrement plus strict et par la difficulté des correspondants à percevoir la cohérence des stratégies ainsi que le bien-fondé des objectifs fluctuants poursuivis par la coalition.

La guerre du Viêt Nam ou l’ultime épreuve

42D’une certaine façon, la guerre de Corée servit de brouillon à la guerre du Viêt Nam en ce sens qu’elle aussi prit insensiblement une ampleur qui, d’escalade en escalade, la rendit presque incontrôlable. Débutant dès 1961 avec l’envoi de conseillers militaires américains au Sud Viêt Nam, la guerre devait, dans sa phase ultime, s’élargir au Cambodge et au Laos dévastés par les bombardiers américains. Comme en Corée, il s’est agi, dans un premier temps, d’étayer un régime vermoulu et de le protéger contre les menaces de subversion venues de son voisin communiste au nord. Mais, à la différence de l’intervention en Corée, sanctionnée par une résolution des Nations unies, l’implication des États-Unis au Viêt Nam n’a jamais eu d’autre statut que celui d’opération de soutien organisée à la demande d’un régime ami. D’où la nécessité de dissimuler à l’opinion l’ampleur de la participation américaine à une guerre officiellement menée par le gouvernement de Saigon et de minimiser l’importance des effectifs engagés par l’adversaire, de façon à entretenir l’espoir d’un règlement rapide de l’engagement qui, réduit aux statistiques émanant du Pentagone, tournait invariablement à l’avantage des Sud-Vietnamiens et de leur protecteur américain.

43Les journalistes en poste à Saigon savaient qu’il n’en était rien et ne se privaient pas de le dire, au point d’être accusés de défaitisme et d’irresponsabilité par certaines rédactions nationales. En septembre 1963, le magazine Time mettait en cause l’intégrité professionnelle de ces correspondants soupçonnés de ne pas comprendre les véritables enjeux de cette guerre qui ne voulait pas encore dire son nom.

44La guerre du Viêt Nam est restée dans l’imaginaire des journalistes comme celle qui a consacré la victoire de l’information sur les considérations stratégiques et politiques. Cette interprétation, largement répandue, mérite examen. Il est vrai que les correspondants ont pu se déplacer assez librement sur les différents théâtres d’opérations et qu’ils n’étaient tenus qu’au respect d’un protocole d’autocensure assez général. Jacqueline Sharkey rappelle, toutefois, que les journalistes qui sont intervenus au Viêt Nam – près de 200 se sont succédé tout au long du conflit – ne pouvaient accéder aux bases militaires américaines qu’escortés par un officier accompagnateur et que les informations officielles fournies par MACV (Military Assistance Command, Vietnam), qui ont nourri nombre de dépêches, ne pouvaient que conforter le point de vue de l’état-major américain. Ainsi, conclut Jacqueline Sharkey :

  • 14 “This made accurate reporting extremely difficult, whether a reporter had access to the battlefiel (...)

Il était difficile pour un journaliste, qu’il ait accès ou non aux champs de bataille, de rendre compte avec exactitude de la situation. C’est pourquoi des journalistes, pourtant bien intentionnés, ont bien souvent trompé le public et le Congrès sur la réalité de la guerre14.

45Si les autorités américaines n’ont pas cédé à la tentation d’imposer la censure, pourtant évoquée lors de la conférence d’Honolulu qui a réuni en mars 1965 des officiers supérieurs et les responsables des différents médias américains, la hiérarchie militaire a néanmoins fait en sorte de réduire la liberté d’action des journalistes, déjà encadrée par le câble 1066 adressé en février 1962 par le département d’État au service d’Information des Forces armées américaines à Saigon. Il s’agissait d’inciter les responsables sur place à empêcher la publication de reportages « frivoles » ou critiques touchant le gouvernement sud-vietnamien ou l’engagement américain. Le même câble enjoignait aux responsables locaux de veiller à ce que les zones où une opération sensible était en préparation soient interdites aux journalistes. Leur présence dans les mess et les clubs des bases US – lieux potentiellement riches d’informations – devait être interdite quelque temps plus tard, à la suite d’un rappel à la fermeté du général Westmoreland, commandant en chef des troupes américaines au Viêt Nam.

  • 15 Voir W. Hammond, 1988, The Military and the Media, Washington (D.C.), US Army Center of Military H (...)

46L’encadrement de la couverture des combats par la télévision fut également renforcé à Washington, où les officiels du Pentagone demandèrent en 1966 aux directeurs de chaînes de proscrire des écrans les images de soldats américains blessés ou tués au combat. Les responsables des chaînes entendirent d’autant plus volontiers cet appel qu’ils savaient d’expérience que les scènes de violence guerrière avaient un impact négatif sur les taux d’audience. Citant une étude universitaire, William Hammond, auteur d’une magistrale analyse des rapports entre militaires et journalistes au Viêt Nam, rapporte que sur les 2 300 reportages traitant de la guerre et diffusés au cours des émissions d’information sur les principales chaînes américaines, 76 seulement comportaient des scènes violentes ou des images de soldats blessés ou morts15.

47Sur le terrain, à cause peut-être des rappels à l’ordre périodiques du général Westmoreland, il semble que les transgressions par les journalistes des consignes de réserve touchant les aspects les plus sensibles des opérations aient été assez rares. Neuf accréditations seulement ont été résiliées et une seule opération militaire a été annulée du fait de la publication intempestive d’informations sensibles. Ces transgressions ont d’ailleurs été le plus souvent le fait de correspondants inexpérimentés et ont eu parfois pour origine le manque de coordination entre les journalistes et les militaires chargés de les informer.

48Le système d’escorte organisé par l’autorité militaire à partir de 1965 a, en fait, relativement bien fonctionné, bien qu’il n’ait pas été mis en place de façon systématique. Peter Braestrup, correspondant à Saigon du Washington Post, porte même un jugement positif sur le système des militaires accompagnateurs qui facilitaient souvent l’accès des journalistes aux unités, organisaient leur transport et leur garantissaient l’utilisation des moyens de transmission de l’armée.

49Il reste, toutefois, que les responsables politiques et militaires américains de l’époque ont largement imputé l’échec de la guerre du Viêt Nam à la façon dont les correspondants sur le terrain en ont rendu compte, le cas le plus flagrant de cette désinformation non intentionnelle étant, selon eux, la couverture de l’offensive du Têt (janvier 1968), présentée alors comme une lourde défaite américaine, mais qui fut requalifiée plus tard en victoire indiscutable. On sait que c’est à la suite de l’offensive du Têt que le président Johnson prit la décision de ne pas solliciter un second mandat.

  • 16 “It doesn’t really matter [what the truth is about the coverage of Vietnam, the important thing is (...)

50Il n’est pas sûr que l’imposition de la censure, eût-elle été politiquement envisageable, aurait permis de maintenir un niveau de soutien populaire suffisant pour poursuivre une opération qui s’enlisait. La censure est toujours interprétée par l’opinion publique, surtout américaine, comme une tentative de dissimulation de réalités inavouables qui conduit inéluctablement au scepticisme, puis au rejet d’une information conditionnée pour les besoins de la cause. En définitive, estimait rétrospectivement Barry Zorthian, responsable du service d’Information américain à Saigon (USIS) : « Quelle que soit la réalité de ce que les journalistes ont montré de la guerre du Viêt Nam, ce qui importe, c’est la perception qu’on en a eue.16 »

  • 17 En 1971, Daniel Ellsberg, analyste employé par le ministère de la Défense, avait communiqué au New (...)
  • 18 “And paramount among the responsibilities of a free press is the duty to prevent any part of the g (...)

51C’est précisément à partir de la perception de cette guerre qui prévalait dans les cercles dirigeants que les rapports entre les médias et l’institution militaire ont été redéfinis. Le gouvernement américain souhaitait d’autant plus reprendre l’initiative dans la délimitation de l’espace de liberté accordé aux médias en temps de guerre que leur rôle avait été légitimé par l’arrêt de la Cour suprême dans l’affaire des « Papiers du Pentagone »17. Le juge Hugo Black y réaffirmait, notamment, le devoir de la presse « d’empêcher […] le gouvernement de tromper le peuple et d’envoyer [les citoyens américains] dans des contrées étrangères lointaines pour y mourir, victimes de fièvres ou de balles18. »

52La reprise en main de la gestion de l’information en temps de guerre allait être facilitée par le fait que les interventions militaires américaines qui ont suivi la guerre du Viêt Nam devaient se dérouler en lieu clos (l’île de la Grenade) ou dans un territoire voisin des États-Unis (le Panama). La phase active des opérations n’excéda pas, en outre, quelques jours, ce qui exclut les controverses inévitables en cas de conflit prolongé. Par ailleurs, le précédent de la guerre des Malouines (1982), qui avait permis aux responsables britanniques d’établir un contrôle complet de l’information médiatisée, ne manqua pas d’être mis à profit par les autorités militaires américaines pour réorganiser leurs relations avec la presse dans le sens de la fermeté alliée à la coopération. Le système des pools et celui de l’intégration, mis en place au cours de la guerre du Golfe et lors de l’intervention en Irak respectivement, sont les produits directs de cette réorganisation qui ne fait naturellement pas l’unanimité.

Notes

1 “Reporting the War”, colloque organisé par l’auteur et Patrick Coulter (Green College, Oxford), Maison française d’Oxford, 31 octobre et 1er novembre 2003.

2 Voir O. Woods et J. Bishop, 1985, The Story of the Times, Londres, Michael Joseph, p. 83.

3 “[…] Civil War correspondents, or ‘specials’, as they were called, enjoyed a freedom that would not be tolerated in modern times.”, M. et E. Emery, 1996 [1954], The Press and America, New York, Allyn & Bacon, p. 136.

4 “[…] the majority of the Northern correspondents were ignorant, dishonest, and unethical; […] the dispatches they wrote were frequently inaccurate, often invented, partisan, and inflammatory.”, P. Knightley, 2003 [1975], The First Casualty, Londres, André Deutsch, p. 21.

5 No 3936 du 26 septembre 1914.

6 Rapporté par M. J. Farrar, 1989, News from the Front, Stroud, Sutton Publishing, p. 7.

7 “[a group of correspondents] who conformed to the great conspiracy, the deliberate lies and the suppression of the truth.”, M. J. Farrar, op. cit., p. 73.

8 “[The real aims were] to provide […] stories of heroism and glory calculated to sustain enthusiasm for the war and ensure a supply of recruits for the front and […] to cover any mistakes the high command might make.”, P. Knightley, op. cit., p. 103.

9 “There was no need of censorship of our dispatches. We were our own censors.”, P. Gibbs, 1923, Adventures in Journalism, Londres, Heinemann. Rapporté par M. J. Farrar, op. cit., p. 75.

10 “I say now that nothing that has been written is more than the pale image of the abomination of those battle-fields, and that no pen or brush has yet achieved the picture of that Armageddon in which so many of our men perished.”, Philip Gibbs, 1920, Realities of War, Londres, Heinemann. Rapporté par M. J. Farrar, op. cit., p. 177.

11 Le ministère de l’Air britannique finit par convaincre la RAF en janvier 1943 d’accepter la présence de six journalistes, dont deux Américains, à bord de bombardiers participant à un raid sur Berlin. L’US Air Force fit de même un mois plus tard. Voir P. Knightley, op. cit., p. 341.

12 “We were a propaganda arm of our governments. At the start the censors enforced that, but by the end we were our own censors.”, Entretien de Charles Lynch avec Philip Knightley, op. cit., p. 364.

13 Ibid., p. 345.

14 “This made accurate reporting extremely difficult, whether a reporter had access to the battlefield or not. In many cases, even well-intentioned journalists misinformed the public and Congress about the war.”, J. Sharkey, 1991, Under Fire – US Military Restrictions on the Media from Grenada to the Persian Gulf, Washington (D.C.), Center for Public Integrity, p. 91.

15 Voir W. Hammond, 1988, The Military and the Media, Washington (D.C.), US Army Center of Military History, p. 237-238.

16 “It doesn’t really matter [what the truth is about the coverage of Vietnam, the important thing is the perception.”, Intervention au National Press Club rapportée par J. Sharkey, op. cit., p. 59.

17 En 1971, Daniel Ellsberg, analyste employé par le ministère de la Défense, avait communiqué au New York Times des documents protégés par le secret-défense relatifs à la conduite des opérations militaires au Viêt Nam qui infirmaient les déclarations officielles sur le sujet.

18 “And paramount among the responsibilities of a free press is the duty to prevent any part of the government from deceiving the people and sending them off to distant lands to die of foreign fevers and foreign shot and shell.”, Rapporté par J. Sharkey, op. cit., p. 14.

Auteur

Institut du Monde anglophone
Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540