Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Un parfum d'histoire

Le système électoral en Angleterre au XVIIIe siècle

Hogarth: Humours of an Election (1754)

Suzy Halimi

Volltext

1Depuis la Glorieuse Révolution (1689), qui a mis un terme à la monarchie absolue, héréditaire, de droit divin, la Grande-Bretagne s’est dotée d’un régime parlementaire, où l’essentiel du pouvoir appartient au Parlement, c’est-à-dire aux représentants de la nation. Expliqué, exalté par John Locke dans ses deux Traités sur le gouvernement civil (1690), le système fait la fierté du pays.

2Les esprits éclairés de l’Europe des Lumières y trouvent aussi un modèle à suivre. Voltaire dans ses Lettres anglaises, fait l’éloge de ce régime et des libertés dont jouissent ses voisins d’outre-Manche ; Montesquieu voit dans la séparation des pouvoirs une garantie d’équilibre, une sauvegarde contre toute tentation hégémonique ; même la grande Catherine de Russie s’informe avec intérêt sur les institutions que les Anglais ont su mettre en place, sans heurts et sans violence.

3Pourtant, au fil des décennies, il apparaît que tout ne va pas pour le mieux dans le monde des rois Georges. La vie politique n’est pas aussi saine et sereine que dans la Rome d’Auguste, que le pays prend volontiers pour référence. Le système n’est pas exempt de dysfonctionnements. Les deux partis – whig et tory – se déchirent le pouvoir plus qu’ils ne se le partagent, et chacun d’eux est miné par les luttes intestines de clans rivaux. La corruption est à l’œuvre dans tous les rouages du dispositif. L’affaire Wilkes, au début des années 1760, révèle que le malaise est profond. La guerre d’Indépendance des colonies américaines et le mouvement radical montrent le besoin de réformes. Les Anglais, naguère si fiers de leur régime politique, perdent confiance.

  • 1 The Bill of Rights imposé à Guillaume d’Orange et à Mary, avant qu’ils n’accèdent au trône.

4Le système électoral est un des maillons faibles, dont les carences et les incohérences sont dénoncées dès le début du siècle. Le Parlement est bien l’instance suprême de décision depuis la Déclaration des droits de 16891, mais à côté de la Chambre des lords, où siègent les pairs du royaume, la Chambre des communes, ou plutôt le recrutement de ses membres, prête largement le flanc à la critique : distribution arbitraire des sièges, droit de vote réservé à une oligarchie qui représente une faible fraction de la population, pas de scrutin secret pour préserver l’indépendance des électeurs : il ne manque pas de sujets pour inspirer la plume des pamphlétaires et le pinceau des satiristes de l’époque.

5C’est dans ce contexte que William Hogarth, toujours à l’affût d’une bonne cause à défendre en fustigeant les travers de ses contemporains, peint la dernière de ses grandes séries, Humeurs électorales (Humours of an Election) en 1754, collection de quatre tableaux achetés par son ami, l’acteur David Garrick, et diffusés ensuite sous forme de gravures (1754-1758) à un public friand de polémiques. L’occasion lui en a été fournie par l’élection qui se déroule en avril 1754 dans le comté d’Oxford, choc frontal entre whigs et tories, qui met à découvert tous les vices du système.

6Après avoir examiné ce dernier pour en comprendre les failles, il sera nécessaire de considérer de près les événements d’avril 1754 qui ont mis en ébullition le monde politique bien au-delà des circonscriptions concernées par le scrutin, avant de voir le parti qu’en a tiré le peintre, la griffe de l’artiste dans sa représentation du monde contemporain.

Le système électoral britannique au milieu du XVIIIe siècle

7La Chambre des communes est composée de 558 membres : 489 pour l’Angleterre, 24 pour le pays de Galles et, depuis l’Acte d’union de 1707, 45 pour l’Écosse. Ce sont eux qui votent les lois, le budget. Mais comment sont désignés ces représentants de la nation ? C’est là que le bât blesse, que commencent abus et aberrations.

La distribution des sièges

8Héritage d’un passé lointain, elle est erratique et ne correspond pas aux forces vives de la nation. Les députés sont élus dans 314 circonscriptions – bourgs et comtés – qui ont reçu, par charte royale ou par décret parlementaire, le droit d’envoyer leurs représentants à Westminster. Mais le résultat est bien peu satisfaisant. Les localités qui jouissent de ce privilège se trouvent surtout dans le sud et le sud-ouest du pays : un quart des membres de la Chambre sont issus de cinq comtés : la Cornouaille (44), le Wiltshire (34), le Devon (26), le Dorset (20), le Somerset (18). Ce sont là les grandes régions agricoles et ce sont surtout les propriétaires terriens qui siègent au Parlement et qui y défendent leurs intérêts. En revanche, les villes industrielles en développement dans les Midlands n’existent pas dans le paysage électoral. On a pu dire que c’est la terre, non la population britannique qui préside aux destinées de la nation.

  • 2 Common Sense, 15 avril 1738, 6 octobre 1739, 10 janvier 1741. Cité par H. T. Dickinson, Liberty and (...)

9Qui ne connaît le scandale des bourgs pourris, localités en déclin, sans poids démographique ni économique, mais toujours habilités à élire leurs deux représentants, bonne occasion pour les trafiquants d’influence de tous bords d’intriguer pour promouvoir leurs protégés, des hommes liges soumis aux volontés de leurs « protecteurs ». Old Sarum est connu comme l’un des cas les plus scandaleux. La presse se lance dans la polémique. Le journal Common Sense s’insurge contre un système qui avantage des secteurs quasi désertés, alors qu’à Birmingham ou à Leeds, les foules d’ouvriers du textile sont laissées en marge de la vie politique, laquelle donne 44 sièges à la Cornouaille et seulement huit à l’ensemble constitué par Londres, Westminster et le Middlesex, vingt fois plus peuplé et cent fois plus riche2.

Le droit de vote

10C’est un autre scandale. Il est réservé à ce que l’on appelle « the people », mais l’acception du terme est très restrictive à l’époque ! En 1694, dans sa volumineuse Bibliotheca Politica, James Tyrrell prévient ses lecteurs dès l’avant-propos :

  • 3 H. T. Dickinson, op. cit., p. 88: “I desire always to be understood, that when I make use of the wo (...)

Je souhaite être bien compris : quand je fais usage du mot « peuple », je n’entends point par là le vulgaire ni la multitude mélangée ; mais dans l’état de nature, l’ensemble des hommes et femmes libres, surtout les pères et chefs de famille3.

  • 4 John Toland, The Militia Reformed, 1698, p. 18-19. Cité par H. T. Dickinson, p. 89: “By Freemen, I (...)
  • 5 Daniel Defoe, The Original Power of the Collective Body of the People of England Examined and Asser (...)

11John Toland, éminent représentant de l’Église établie, veut aussi éviter toute ambiguïté : « par hommes libres (freemen), j’entends les nantis, ceux qui sont capables de subvenir à leurs propres besoins.4 » Pas de droits politiques pour les autres, ceux qui ne jouissent pas de la même autonomie financière. Daniel Defoe, qui pourtant n’épargne pas ses critiques au système en vigueur, le soutient en tout cas sur ce point : « je n’accorderais pas ce droit [de vote] à l’ensemble de la population, mais aux francs-tenanciers […] les vrais possédants du pays.5 »

  • 6 J. H. Plumb, England in the Eighteenth Century, 1714-1815, (1950), Pelican Books, 1964, p. 40.

12Ce point de vue étant largement partagé par les couches supérieures de la société, c’est un régime censitaire qu’instaure, en 1711, la loi sur la propriété comme condition du droit de vote (Property Qualification Act). Pour être éligible dans un comté, il faut pouvoir justifier d’un revenu au moins égal à 6 000 livres ; il en faut 300 pour être candidat dans un bourg ; et pour être électeur, il faut posséder un bien d’un rapport évalué à 40 shillings par an au minimum. Résultat de ce malthusianisme, un corps électoral réduit : 85 000 électeurs dans les bourgs, 160 000 dans les comtés, au total 245 000, soit 5,5 % de la population. L’historien J. H. Plumb peut bien conclure : « l’époque ne croyait pas à la démocratie6. »

Les élections

13Elles confirment ce verrouillage et les dérives du système. Aux termes du Triennial Act de 1694, le Parlement doit être renouvelé tous les trois ans. Mais le pays vivant en quasi-permanence en proie à la fièvre électorale, la loi de 1716 (Septennial Act) porte à sept ans la durée d’une législature, assurant ainsi aux députés une tranquillité plus longue. Mais par là même, cet allongement du mandat fait monter les enchères et les candidats sont prêts à s’investir et à investir des sommes plus importantes pour s’assurer un siège à Westminster.

  • 7 Roy Porter, English Society in the Eighteenth Century, Pelican Books, 1982, p. 123-124.

14En 1689, il en coûte à Pepys huit livres, cinq shillings et six pence pour être élu député de Harwick. En 1727, son successeur, le vicomte Percival, doit débourser 900 livres. L’histoire a retenu quelques autres exemples notoires. Entre 1698 et 1713, Sir William Fostwick se maintient dans son siège du Bedfordshire, mais les 26 000 livres de dettes qu’il a contractées à cet effet… l’obligent à vendre ses biens pour rembourser ses créditeurs. Pour s’assurer le succès dans l’Oxfordshire en 1754, les tories dépensent 40 000 livres ! Ce sont là des cas extrêmes, certes, mais même sans atteindre de tels sommets, une élection coûte en moyenne 1 000 livres en 1700, 5 000 en 1800, et l’inflation n’est pas la seule responsable7 !

  • 8 Roy Porter, op. cit., p. 126: “a new whore that is anybody’s for their money.”
  • 9 Dans Joseph Andrews, Fielding explique que Parson Adams a été privé du bénéfice ecclésiastique prom (...)

15C’est la corruption qui fait grimper les prix. Les voix s’achètent et se vendent au plus offrant. Pour se concilier les bonnes grâces des électeurs, les candidats dénouent les cordons de leur bourse : argent, banquets, cadeaux, pensions ou emplois, en ce temps où ce n’est pas le mérite mais le patronage qui ouvre les portes, tous les moyens sont bons. En 1768, le duc de Marlborough se fait élire à Oxford, après avoir payé les dettes de la municipalité (5 676 livres). Le duc de Richmond qualifie la circonscription de New Shoreham de « nouvelle prostituée prête à se vendre à n’importe qui pour de l’argent8 », alors que Bath fait figure d’exception avec ses 32 électeurs réputés incorruptibles ! Et comme le scrutin secret n’existe pas, malheur à ceux qui trahissent ensuite leurs bienfaiteurs ou qui ne votent pas dans le bon sens : les listes électorales sont épluchées et les représailles tombent sur les traîtres9.

  • 10 Roy Porter, op. cit., p. 126.

16Pour éviter de se ruiner à ce jeu politique, les parties en présence passent parfois des accords tacites pour se partager le gâteau, au lieu de se le disputer. En d’autres termes, une circonscription devant élire deux députés, on s’arrange à l’amiable pour que l’un des sièges aille au candidat tory, l’autre à son concurrent whig. Ainsi, entre 1754 et 1790, douze comtés n’ont pas de réelles élections grâce à des accords de ce genre ; le Shropshire n’a pas un seul affrontement entre 1722 et 1831 et le Wiltshire n’a qu’un scrutin contesté en un siècle (1713-1818)10.

17Mais si l’on évite ainsi la bataille de géants d’où chaque adversaire sort amoindri, on impose aussi par là même de sévères restrictions au droit d’expression des électeurs. Le système est verrouillé par ceux qui le contrôlent, le gouvernement qui limite la contestation par les urnes, et les propriétaires terriens qui se perpétuent au pouvoir. Tel est l’état des lieux quand l’élection de 1754 dans l’Oxfordshire vient défrayer la chronique.

L’élection d’avril 1754 dans le comté d’Oxford

Le contexte

18Quand s’annonce l’élection de 1754, l’atmosphère politique est déjà lourde de plusieurs crises qui ont agité le pays, laissant derrière elles des sujets de friction que ravive la campagne électorale. C’est d’abord le projet de loi de finances de Walpole de 1733 (Excise Bill). Le plan du gouvernement est de réduire la taxe foncière (land tax), ce qui devrait réjouir les propriétaires terriens, mais d’augmenter les impôts indirects, notamment sur les articles d’importation de luxe comme le tabac ou l’alcool. L’émotion est grande, car on y voit les prémices d’une taxation généralisée, frappant même les produits de consommation courante comme la nourriture et les vêtements. Désavoué, le ministre renonce à son projet, mais vingt ans après, l’hostilité ne s’est pas atténuée et, en 1754, le gouvernement va perdre une vingtaine des sièges qu’il contrôle, retombée d’une politique fiscale impopulaire, qui a creusé un fossé sensible entre le gouvernement de Walpole et les contribuables.

  • 11 Jeremy Black, Britain in the Age of Walpole, London, Macmillan, 1984, p. 50.

19À la fin des années 1730, une nouvelle coalition anti-ministérielle (1738-1742) dénonce la façon dont sont conduites les négociations commerciales avec l’Espagne, au détriment des intérêts du pays, pense-t-on. Ici encore, des groupes de pression s’organisent surtout dans les milieux d’affaires de la Cité ; la fièvre s’étend et le duc de Newcastle s’inquiète de voir la situation échapper à tout contrôle. Le verdict tombe, inexorable, aux élections de 1741 : les candidats soutenus par Walpole font les frais de son impopularité11.

201753 : c’est la loi sur le mariage, votée par lord Hardwicke, qui déchaîne les passions. Il s’agit pourtant de mettre de l’ordre dans des pratiques inacceptables : fugues, enlèvements, mariages illicites et tout le commerce des unions douteuses célébrées dans le périmètre de la prison de la Fleet (Fleet marriages) par des ecclésiastiques non moins douteux, acceptant d’unir quiconque se présente avec une bourse bien garnie, sans poser de questions embarrassantes aux futurs époux.

21Le législateur essaie de mettre fin à ces dérives, en exigeant la publication des bans, une autorisation des parents pour les mineurs et en stipulant que, désormais, toutes les cérémonies seraient célébrées à l’église, par un pasteur anglican, dans des créneaux horaires bien identifiés, avec pour seules exceptions, les membres de la famille royale, les Juifs et les Quakers autorisés à utiliser leurs propres lieux de culte.

  • 12 Suzy Halimi, « Le Mariage en Angleterre au XVIIIe siècle », RANAM, 8, 1975, p. 72-84.

22Mesure de salubrité, la loi soulève pourtant un tollé général : chapelains de la Fleet menacés de perdre leur gagne-pain, cadets de bonnes familles lésés par le système de primogéniture, voyant s’envoler leur chance d’enlever et d’épouser à la sauvette quelque riche héritière, ceux que des motifs plus ou moins avouables poussent à recourir à ces mariages de l’ombre, et bien sûr les tories, attachés aux traditions et mécontents de les voir ainsi bousculer12.

  • 13 Suzy Halimi, « Le Jew Bill de 1753 en Grande-Bretagne », Annales du C. E. S. E. R. E., 3, 1980, p.  (...)

23Enfin cette même année 1753 voit se déchaîner une autre controverse autour du Jew Bill, loi de naturalisation des Juifs. Il s’agit d’accorder la nationalité britannique aux immigrants juifs pour les mettre sur le même plan que leurs coreligionnaires déjà installés dans le pays, déjà soumis d’ailleurs aux mesures d’exception qui frappent ceux qui n’appartiennent pas à l’Église établie, notamment les catholiques et les dissidents. Là encore, la violence, irrationnelle, s’empare de la rue, attisée par des agitateurs qui font courir des rumeurs folles : installation d’un Grand Sanhédrin à Westminster, transformation de Saint Paul en synagogue et circoncision obligatoire pour tous les mâles du pays ! Les tories sont à la pointe du combat ; « pas de Juifs », « pas de naturalisation » apparaissent parmi leurs slogans favoris. Le gouvernement cède et retire une loi pourtant déjà votée par le Parlement13.

24Ainsi le climat est-il loin d’être serein lors des élections de 1754, et les événements de l’Oxfordshire vont prendre une dimension nationale, les candidats et leurs patrons ayant leurs réseaux d’influence jusque dans la capitale et au gouvernement.

Les forces en présence : la bataille des Titans

25Au milieu du XVIIIe siècle, la région est encore un bastion du jacobitisme qui va livrer son dernier combat après l’échec des soulèvements de 1715 et de 1745. Le comté est représenté au Parlement par des gentilshommes campagnards dans la tradition des squires de Fielding, alors que le plus gros propriétaire, le duc de Marlborough et son collègue, lord Guilford, tous deux d’obédience whig, ne contrôlent que les circonscriptions de Woodstock et de Banbury, anomalie qu’ils décident de rectifier en 1754.

  • 14 Ronald Paulson, Hogarth’s Graphic Works, New Haven, Oxford, 1970, p. 163.
  • 15 Peter Quennell, Hogarth’s Progress, London, Collins, 1965, p. 243.

26Ici, point d’arrangement à l’amiable, mais une lutte acharnée entre les tories Sir James Dashwood et son cousin lord Wenman, champions de the old interest et les deux whigs Edward Turner et lord Parker, représentant the new interest, plus près du gouvernement. Le dernier est le fils de l’astronome lord Macclesfield, qui a contribué par ses travaux, au passage du calendrier julien au calendrier grégorien, opération au cours de laquelle onze jours sont gommés de l’année en 1752, autre grief pour les conservateurs ennemis du changement14. Chaque parti a sa couleur, bleu pour les tories, vert pour les whigs ; banderoles et cocardes s’agitent et se heurtent chez les partisans des deux camps, comme les slogans qu’ils se jettent à la tête : « pour la patrie », « pas de pots-de-vin, pas de corruption », « liberté, propriété, indépendance » etc. Pour les whigs, les tories sont tous des jacobites nostalgiques, prêts à fomenter des complots ; pour ces derniers, leurs adversaires sont des régicides, des républicains en puissance15.

Les hostilités

27La campagne commence tôt. En décembre 1752, Dashwood et Wenman organisent une première réunion électorale haute en couleurs : cortège bigarré de serviteurs, de voitures, de musiciens, qui se dirigent vers Henley où se tient un banquet à l’intention des futurs électeurs ; harangues, bombance et boissons, rien ne manque à la tradition. En février 1753, ce sont les whigs qui paradent à leur tour, régalent leurs amis à l’auberge de l’Ours à Oxford, pour introniser les nouveaux candidats. Même folklore bruyant et bigarré. Quand une foule adverse s’interpose, le heurt est inévitable, et de part et d’autre, on aime en découdre.

  • 16 Peter Quennell, Hogarth’s Progress, p. 245.

28La campagne est tout aussi musclée à Londres. Dashwood tient table ouverte dans trois auberges de la ville « Aux Armes du Roi », « La Taverne du Tonneau » et « La Tête de Sarrazin » dans Friday Street. Dans le camp opposé, lady Susan Keck sillonne le pays à cheval, telle une Amazone pour rallier les électeurs à son candidat. Auprès d’elle, un professeur d’Oxford, Thomas Bray de Christchurch – seul collège whig –, mais coup dur de la Providence ou complot savamment ourdi par ses adversaires, ce digne universitaire perd toute crédibilité quand une prostituée, Theodosia Cornell, l’accuse d’être le père de son enfant illégitime16 : les pamphlétaires adverses peuvent s’en donner à cœur joie.

29Quand arrive la période du scrutin, un bureau de vote est installé en face d’Exeter College entre le 17 et le 23 avril 1754. La cour du collège devient une scène de liesse et de désordre. Lorsque le dépouillement donne la victoire aux tories, leurs adversaires furieux introduisent aussitôt un recours et réclament un nouveau décompte des voix ; la confusion est à son comble. Tels sont les événements qui inspirent à Hogarth sa série intitulée Humeurs électorales (1754).

La griffe du peintre

Une comédie en quatre actes

30Humeurs électorales se déroule en quatre tableaux. Le premier, intitulé « Banquet électoral » (An Election Entertainment) montre les deux candidats whigs attablés au milieu d’une foule bigarrée d’électeurs potentiels. Tout est désordre et violence et les deux hôtes sont submergés par leurs invités. Le second tableau, « La Quête des voix » (Canvassing for Votes) met en scène le candidat tory, qui essaie de séduire deux charmantes dames, comme Roméo sous le balcon de Juliette. Non loin de là, un électeur est sollicité en même temps par les agents électoraux des deux candidats rivaux. Vient « Le Scrutin » (The Polling), troisième étape : les électeurs défilent, cortège pitoyable de handicapés en tous genres, cependant qu’au fond d’une tente, les deux adversaires face à face supputent leurs chances de succès respectives.

31Enfin, c’est « Le Triomphe des vainqueurs », portés à bras d’hommes par leurs partisans (Chairing the Members) : l’un d’eux n’apparaît que comme une ombre profilée sur le mur, l’autre semble en bien mauvaise posture, en grand danger d’être renversé par les vaincus qui refusent leur défaite. Ici, comme dans la première scène, ce n’est que foule en désordre, violence, confusion : de toute évidence, le scrutin n’a rien réglé et n’a pas ramené la sérénité.

Une série ancrée dans l’événementiel

32Les contemporains de Hogarth ne pouvaient s’y tromper. Il s’agit bien là des événements qui se sont déroulés dans le comté d’Oxford en 1754. Certains des personnages peuvent être identifiés. Nan, la violoniste du premier tableau, et Teague Carter, l’homme de main qui s’est déjà mesuré à l’adversaire et se fait panser une blessure à la tête, sont connus dans la région, et offrent volontiers leur concours dans ce genre de circonstances. Dans la scène du scrutin, le moribond que l’on amène voter est soutenu par un homme qui porte encore des fers aux pieds : il s’agit du romancier John Shebbeare, emprisonné pour avoir violemment critiqué la loi sur le mariage. Et le candidat que l’on porte en triomphe à la fin ressemble à s’y méprendre au célèbre George Bubb Dodington, qui s’est jeté aussi dans la mêlée à l’époque, cependant que dans l’immeuble de gauche, où festoient des hommes politiques, on aperçoit le duc de Newcastle, connu pour ses manigances et sa moralité douteuse en matière électorale.

33Les enjeux et les slogans sont aussi authentiques. Sur les banderoles des manifestants du premier tableau, on peut lire, « liberté et propriété », « pas de Juifs », « rendez-nous nos onze jours », « mariez-vous et multipliez-vous en dépit du démon ». Enfin le candidat whig qui offre le banquet, reçoit une supplique portant son nom, « Sir Commodity Taxem, baronet » : le procédé onomastique permet de l’identifier comme un partisan de Walpole et de son impôt sur la consommation.

  • 17 Ronald Paulson, p. 163, 166.

34Il s’agit donc bien de suivre l’actualité, ce qui donne du piment à l’œuvre. Mais l’artiste brouille aussi un peu les pistes. Le vert du Parti whig a viré à l’orange sous son pinceau ; le cadre choisi n’est ni Londres ni Oxford, mais un village à dix-neuf miles de la capitale, comme l’indique la borne kilométrique de la dernière scène, comme pour signifier que de tels débordements ne se limitent pas à une région particulière ; et en 1754, aucun candidat ne fut porté en triomphe, le clan des vaincus ayant aussitôt contesté les résultats. Enfin comme tout artiste, Hogarth puise à plus d’une source pour son inspiration. Dans le cas présent, il est probable qu’il a aussi à l’esprit une satire de Fielding sur le même sujet des mœurs politiques, satire intitulée The Election, publiée en même temps que Pasquin (1736), violente attaque contre Walpole et son gouvernement. Il ne s’agit pas en effet d’une simple coïncidence si la localité dépeinte par Hogarth s’appelle Guzzledown, nom qu’il a emprunté à son ami romancier17. Comme lui, le peintre traite de sujets d’actualité, à portée morale (modern moral subjects) ; il faut plaire et instruire, « ridendo castigare mores », comme disaient les Anciens.

Un message pluriel

35Message moral, d’abord, bien entendu, pour dénoncer la corruption et la violence entachant la vie politique. Pour se concilier les électeurs, les deux candidats whigs qui offrent le banquet sont prêts à toutes les compromissions ; le premier accepte les familiarités d’une poissarde qui détourne son attention, pendant que son mari met le feu à sa perruque et que sa fille lui subtilise sa bague ; le second doit supporter deux ivrognes, qui protestent de leur attachement à sa cause. Les reliefs d’un repas de luxe – avec écrevisses – jonchent le sol, et le mangeur d’huîtres se trouve mal.

36Si encore cette débauche de nourriture et de boisson était sûre d’emporter l’adhésion des électeurs. Rien n’est moins certain : Hogarth a conçu son tableau comme la Cène des Évangiles de Léonard de Vinci : treize convives sont autour de la table, mais la trahison est dans l’air. Ceux qui ont profité de ce festin n’hésiteront pas à se parjurer. Même dénonciation de la corruption dans la seconde scène : le candidat tory espère acheter des voix avec les colifichets qu’il va offrir aux deux femmes ; et non loin de là, un électeur est soudoyé par deux agents électoraux, chacun lui offrant une bourse et une invitation à dîner, pour prix d’un soutien nullement assuré. Comme Hercule hésitant entre le Vice et la Vertu, le paysan soupèse les deux pécules, et l’observateur cultivé peut encore penser à ce verset de St Mathieu « que ta main gauche ignore ce que fait ta droite ». L’hôtesse de l’auberge, quant à elle, n’a pas les mêmes scrupules, et compte déjà les pièces reçues pour prix de son soutien.

37La violence est l’autre revers de cette médaille électorale. Rien de serein dans cette campagne. Le banquet se déroule sur fond d’émeute, et des briques lancées par les manifestants entrent par la fenêtre ; l’une d’elles atteint à la tête le greffier occupé à compter sur son carnet les voix pour et contre alignées sur deux colonnes. Dans le tableau suivant, ce sont les whigs qui manifestent à leur tour, dans la même confusion. Même le scrutin n’arrête pas les hostilités : cependant que défilent des malades et des estropiés, eux-mêmes victimes de violences antérieures, les avocats des deux bords se querellent pour savoir si le soldat qui a perdu sa main gauche à la guerre peut prêter serment avec le crochet qui lui en tient lieu. Dans le fond, une femme lit le discours d’adieu d’un condamné à mort (dying speech). Les deux candidats s’affrontent, l’un d’eux avec un sourire satisfait, car les urnes semblent lui être favorables. Enfin le cortège final ne ramène pas la paix. Le vainqueur est mis à mal par ses adversaires furieux, et sa femme s’évanouit à la vue du danger qu’il court, le tout sur fond d’émeute et de cimetière.

38Le message politique est assez subtil, car il renvoie dos-à-dos les deux partis, également coupables de ce triste spectacle. Si les tories sont « à l’extérieur » du premier tableau, avec leurs slogans dépassés, on ne peut pas dire que les whigs soient traités avec plus d’aménité dans cette même scène. Le second tableau met le tory en contradiction avec lui-même : hostile aux Juifs dans la crise de la naturalisation, il achète à l’un d’eux les colifichets qui vont lui permettre de soudoyer les électeurs, et c’est un Juif qui conduit le cortège triomphal ! Qui est porté en triomphe ? George Bubb Dodington… seul tory battu aux élections de 1754, qui lui coûtèrent son siège de Bridgewater occupé depuis trente ans ! Au-dessus de sa tête vole une oie blanche, symbole de niaiserie, mais aussi oiseau fétiche du duc de Newcastle, protecteur politique de Dodington.

39Les uns ne valant pas mieux que les autres, c’est la patrie qui est en danger. Que d’argent dépensé à tort et à travers dans ces élections, au lieu de donner à l’armée les moyens de faire son travail ! Dans le second tableau, l’argent se déverse des caisses du Trésor représenté dans l’enseigne que l’on voit au-dessus de la tête du candidat, cependant qu’à droite, à l’auberge de Portobello, deux soldats racontent la campagne héroïque de l’amiral Vernon, qui, le 22 novembre 1739, mit en déroute la flotte espagnole au large de la ville du même nom… avec seulement six navires ! Et faute de moyens, le pays ne peut plus compter que sur les vétérans en piteux état, que l’on voit défiler le jour du scrutin.

40Quoi d’étonnant dès lors à ce que le char de Britannia parte à la dérive (quatrième tableau) ? Pendant que le cocher et le postillon, oublieux de leur devoir, jouent aux cartes, l’essieu de la voiture s’est brisé et l’attelage va se fracasser sous le pont : la passagère s’affole, mais qui se soucie de ses cris dans ce tohu-bohu ? Le lion britannique qui croque la fleur de lys française dans le second tableau – gallophobie de Hogarth oblige – sera revu à la baisse dans une version ultérieure pour les gravures, et sera édenté, symbole d’un pays en pleine déconfiture. Ainsi, au-delà du message moral et politique, c’est au nom d’une patrie en danger que Hogarth dénonce les carences du système électoral au XVIIIe siècle.

41La fièvre des élections de 1754 est à peine retombée, à peine sont achevées les gravures réalisées à partir des tableaux de Hogarth (1754-1758), que l’affaire Wilkes vient secouer le pays au début des années 1760 et faire la preuve qu’il est bien quelque chose de pourri au royaume de Grande-Bretagne : le suffrage populaire est bafoué, le gouvernement et le Parlement se déconsidèrent par leurs mesures arbitraires, et la populace descend dans la rue aux cris de « Wilkes et Liberté ».

42Quand il publie son Enquiry into the Causes of the Present Discontents (1770), Edmund Burke ouvre une décennie de contestation politique. Le mouvement radical – Richard Price, Joseph Priestley, etc. – va réclamer avec insistance une réforme des institutions dans un climat de malaise grandissant, avec la guerre d’Indépendance des colonies américaines puis la Révolution française. Au rang des revendications présentées, une limitation du pouvoir de la Couronne, mais aussi une révision du système électoral : redistribution des sièges, extension du droit de vote, scrutin secret, réduction de la durée des mandats avec des élections plus fréquentes, rémunération des députés.

43Ces demandes bien sûr ne sont pas satisfaites, surtout pas au moment où la tourmente d’outre-Manche fait redouter des risques de contagion, suscitant plutôt méfiance et répression à l’égard des radicaux. Il faut attendre les deux ministres de la reine Victoria, Gladstone puis Disraëli et les grandes réformes de 1832, 1867 et 1885 pour que soit mis fin aux abus les plus criants du système électoral britannique dénoncés par Hogarth et ses contemporains, tout au long de la seconde moitié du XVIIIe siècle.

Literaturverzeichnis

Bibliographie

Barry, J. and Brooks, C., 1994, The Middling Sort of People: Culture, Society and Politics in England, 1550-1800, London, Macmillan.

Bay, D. and Rogers, N., 1997, Eighteenth-Century English Society: Shuttles and Swords, Oxford, Oxford UP.

Black, J., 1990, Robert Walpole and the Nature of Politics in early Eighteenth-Century England, London, Macmillan.
—, 1993,
The Politics of Britain 1688-1800, Manchester, Manchester UP.
—, 1996,
An lllustrated History of Eighteenth-Century Britain, 1688-1793, Manchester, Manchester UP.

Clark, J. C. D., 2000, English Society, 1660-1832: Religon, Ideology and Politics during the Ancien Regime, Cambridge, Cambridge UP.

Colley, Linda, 1992, Britons, Forging the Nation, 1701-1837, New Haven and London, Yale UP.

Habermas, Jürgen, 1982, The Structural Transformation of the Public Sphere, trad. Thomas Burger (2003), London, Polity Press.

Hill, B., 1996, The Early Parties and Politics in Britain, 1688-1832, London, Macmillan.

Jarrett, D., 1992, England in the Age of Hogarth, Newhaven and London, Yale UP.

Judd, G. P., 1955, Members of Parliament 1734-1832, Newhaven and London, Yale UP.

McDowall, D., 1989, An Illustrated History of Britain, London, Longman.

Oakland, J., 1991, British Civilization, London, Routledge & Kegan Paul.

Paulson, R., 1970, Hogarth’s Graphic Works, Newhaven and Oxford, Oxford UP.

Quennel, P., 1955, Hogarth’s Progress, London, Collins.

Speck, W. A., 1977, Stability and Strife: England 1714-1760, Edward Arnold.

Anhänge

William Hogarth, Humours of an Election, An Election Entertainment (Banquet électoral), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK

William Hogarth, Humours of an Election, The Polling (Le Scrutin), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK

William Hogarth, Humours of an Election, The Polling (Le Scrutin), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK

William Hogarth, Humours of an Election, Chairing the Members (Le Triomphe des vainqueurs), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK

Anmerkungen

1 The Bill of Rights imposé à Guillaume d’Orange et à Mary, avant qu’ils n’accèdent au trône.

2 Common Sense, 15 avril 1738, 6 octobre 1739, 10 janvier 1741. Cité par H. T. Dickinson, Liberty and Property, London, Methuen, 1977, p. 191.

3 H. T. Dickinson, op. cit., p. 88: “I desire always to be understood, that when I make use of the word people, I do not mean the vulgar or mixt multitude, but in the state of nature the whole body of free men and women especially the fathers and masters of families.”

4 John Toland, The Militia Reformed, 1698, p. 18-19. Cité par H. T. Dickinson, p. 89: “By Freemen, I understand men of property, or persons that are able to live of themselves.”

5 Daniel Defoe, The Original Power of the Collective Body of the People of England Examined and Asserted. Cité par H. T. Dickinson, op. cit., p. 88-89: “I do not place this right upon the inhabitants, but upon the Free-holders […] the proper owners of the country.”

6 J. H. Plumb, England in the Eighteenth Century, 1714-1815, (1950), Pelican Books, 1964, p. 40.

7 Roy Porter, English Society in the Eighteenth Century, Pelican Books, 1982, p. 123-124.

8 Roy Porter, op. cit., p. 126: “a new whore that is anybody’s for their money.”

9 Dans Joseph Andrews, Fielding explique que Parson Adams a été privé du bénéfice ecclésiastique promis par Sir William Booby pour n’avoir pas influencé le vote de son neveu dans le bon sens aux élections du comté. Joseph Andrews, (1742), livre II, ch. 8, (ed. Everyman, 1956), p. 97.

10 Roy Porter, op. cit., p. 126.

11 Jeremy Black, Britain in the Age of Walpole, London, Macmillan, 1984, p. 50.

12 Suzy Halimi, « Le Mariage en Angleterre au XVIIIe siècle », RANAM, 8, 1975, p. 72-84.

13 Suzy Halimi, « Le Jew Bill de 1753 en Grande-Bretagne », Annales du C. E. S. E. R. E., 3, 1980, p. 3-19.

14 Ronald Paulson, Hogarth’s Graphic Works, New Haven, Oxford, 1970, p. 163.

15 Peter Quennell, Hogarth’s Progress, London, Collins, 1965, p. 243.

16 Peter Quennell, Hogarth’s Progress, p. 245.

17 Ronald Paulson, p. 163, 166.

Abbildungsverzeichnis

Bildunterschrift William Hogarth, Humours of an Election, An Election Entertainment (Banquet électoral), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7598/img-1.jpg
Datei image/jpeg, 688k
Bildunterschrift William Hogarth, Humours of an Election, The Polling (Le Scrutin), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7598/img-2.jpg
Datei image/jpeg, 504k
Bildunterschrift William Hogarth, Humours of an Election, The Polling (Le Scrutin), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7598/img-3.jpg
Datei image/jpeg, 596k
Bildunterschrift William Hogarth, Humours of an Election, Chairing the Members (Le Triomphe des vainqueurs), 1755, Oil on canevas. Sir John Soane’s Museum, London, UK
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7598/img-4.jpg
Datei image/jpeg, 472k

Autor

Institut du Monde anglophone Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540