Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Un parfum d'histoire

Essor, éclipse et renouveau de l’histoire politique

Jean-Pierre Moreau

Texte intégral

  • 1 « La politique », in Faire de l’Histoire, sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora, 197 (...)
  • 2 Article « L’histoire nouvelle » in La Nouvelle Histoire, sous la direction de Jacques Le Goff, Rog (...)
  • 3 Paris, Le Seuil, 1988 (deuxième édition – qui sera citée ici – en 1996).
  • 4 Cet essoufflement est reconnu par les historiens eux-mêmes dans de nombreux ouvrages. Il suffira d (...)

1La façon d’aborder l’histoire a connu, à travers les âges, des fluctuations en général très lentes. Or, ce qui s’est passé en France, en deux décennies environ, au cours du dernier tiers du XXe siècle, constitue un bouleversement inattendu dans un champ disciplinaire où régnait une école faisant autorité dans le monde occidental et sans doute au-delà. Cette école, dite des Annales, longtemps à l’avant-garde de la recherche et se présentant comme « l’histoire nouvelle », se trouvait encore, au début des années 1970, dans une situation quasi monopolistique dans l’enseignement supérieur. Elle paraissait alors n’avoir que mépris pour un domaine jadis prospère, l’histoire politique, dont Jacques Julliard constatait, en 1974, qu’elle avait « mauvaise presse chez les historiens français » et qu’elle avait été condamnée, une quarantaine d’années auparavant, « par les meilleurs d’entre eux »1. En 1978, Jacques Le Goff rappelait que, de 1924 à 1939, les Annales s’étaient d’abord affirmées par une « lutte contre l’histoire politique, [leur] bête noire… »2. Et voilà que dix ans plus tard, en 1988, un vigoureux plaidoyer intitulé Pour une Histoire politique3, sous la direction de René Rémond, remettait en cause le « procès mille fois instruit » (Jacques Julliard). D’autres évolutions se faisant jour, c’est finalement, contre toute attente, l’école des Annales qui s’est essoufflée4 et, au tournant du troisième millénaire, l’histoire politique avait retrouvé une santé florissante.

2La roue de la fortune a donc tourné deux fois pour cette dernière : de la prééminence au rejet, puis de l’effacement au retour en grâce couronné par un renouveau. Mais de quelle nature et de quelle ampleur, ces variations et, surtout, ce renouveau ? Renversement total ou simple rééquilibrage ? La thèse que nous voudrions présenter, et qui semble prévaloir chez les historiens d’aujourd’hui, malgré les critiques, voire les anathèmes d’hier, est celle d’un aggiornamento, une mise à jour des méthodes mais dans un domaine disciplinaire considérablement élargi.

3Deux raisons, au moins, justifient le choix d’un tel sujet. La première est purement historiographique : d’une certaine façon, c’est la légitimité et l’identité de l’histoire politique qui ont toujours divisé les écoles de chercheurs. L’autre est personnelle et s’inscrit dans la perspective de ce volume puisque Monica Charlot a activement participé, par ses multiples travaux sur le système politique anglais, au rétablissement de la dignité de ces études.

4Il nous faut donc présenter les enjeux méthodologiques et idéologiques, décrire les attitudes adoptées, analyser les résultats d’une pièce en trois actes jouée en un siècle et demi. Nous choisirons de rapprocher les deux premiers temps, caractérisés par une opposition presque systématique du second – celui des Annales – au premier, appelé, faute de mieux, « école positiviste ». Nous verrons ensuite comment s’est effectué le « retour » de l’histoire politique.

De l’exclusivité à la portion congrue

5Après une très longue ascension au long des âges, l’histoire politique, confondue avec l’histoire tout court, se retrouve installée, à la fin XIXe siècle, dans une position en apparence inexpugnable, sur un piédestal méthodologique bâti à chaux et à sable. Cependant, très bien en vue, trop bien en cour, elle va servir de cible à des tireurs d’abord isolés, mais fort adroits et bien décidés à l’abattre.

L’histoire « positiviste »

6Le chemin est trop long à suivre qui va de Thucydide ou Hérodote à Michelet. Signalons pourtant deux ou trois avancées significatives vers le statut scientifique revendiqué au XIXe siècle. La démonstration, par Lorenzo Valla (1407-1457), que la « Donation de Constantin » était un faux, engage sur la voie d’une critique rigoureuse des textes. Mabillon (1632-1701), par exemple, poursuit dans la même direction en édictant les règles de la diplomatique. D’autres continueront à poser les bases d’une histoire érudite, acharnée à découvrir puis à déchiffrer des documents originaux afin de décrire le comportement des hommes ou le fonctionnement des institutions. Grâce à ces précurseurs, l’histoire finira par se détacher de la morale et de la littérature pour délimiter son domaine propre et affiner ses outils de travail. Devenue discipline intellectuelle à part entière, entrée – bien tardivement, au XIXe siècle – en tant que telle dans l’enseignement universitaire, pratiquée maintenant par des professionnels, elle connaît alors sa première période de prospérité.

  • 5 Louis Bourdeau, L’Histoire et les historiens : essai critique sur l’histoire considérée comme scie (...)

7Elle triomphe en France dans les années 1870-1900, mais l’impulsion décisive a été donnée par des chercheurs allemands, notamment Leopold von Ranke (1795-1886), qui voulait retrouver le passé tel qu’il avait existé, « Wie es eigentlich gewesen ». L’accent est mis sur les faits eux-mêmes, non point sur les jugements qu’ils permettent de porter ou sur les leçons que l’on peut en tirer. La recherche des sources (heuristique) est essentielle, que complète un examen méticuleux et objectif des documents mis à jour. Ranke a influencé nombre d’historiens de son pays mais aussi d’Angleterre (Lord Acton) autant que de France où, parfois, ses idées ont été placées en conjonction avec celles du philosophe Auguste Comte5.

8Le positivisme, comme on sait, s’en tient, lui aussi, aux faits, débarrassés de toute aura transcendantale, et présente une théorie de la connaissance qui, dans chaque domaine, passerait par trois étapes : théologique, métaphysique et, enfin, scientifique, couronnement du processus. L’histoire n’échappe pas à ce schéma ; le Moyen Âge correspond au premier état, la Renaissance et les Lumières au deuxième, le XIXe siècle et l’ère industrielle au troisième. L’historien a pour tâche de découvrir les lois qui, de même qu’en sociologie, président au développement de l’espèce humaine.

  • 6 Dans Les Écoles historiques, (1983, Le Seuil, repris dans la Collection « Points histoire », 1997) (...)
  • 7 Voir Charles Victor Langlois et Charles Seignobos, 1898, Introduction aux études historiques, et e (...)

9L’école historique qui va dominer en France de 1870 jusqu’au lendemain de la Seconde Guerre mondiale n’épouse que partiellement les thèses d’Auguste Comte, bien qu’elle soit souvent qualifiée de « positiviste »6. Le rapprochement s’explique néanmoins par la parenté des thèmes abordés même si l’esprit n’est pas identique, car elle se méfie de toute philosophie de l’histoire et préfère un empirisme sans faille. Le savoir se veut donc expérimental et se fonde sur l’héritage de la critique textuelle illustrée par Valla ou Mabillon, approfondie par Ranke et aussi par l’École des Chartes créée en 1821. La « critique externe » des documents (vérification de leur authenticité) puis la « critique interne », de nature herméneutique (évaluation raisonnée de l’information s’appuyant sur des instruments annexes comme la philologie, la paléographie ou la diplomatique) fournissent des règles de lecture strictes garantissant une connaissance parfaitement sûre7.

10Aussi sûre, pense-t-on, que celle apportée par les sciences exactes qui triomphent au même moment. Bien que l’objet étudié soit profondément différent, l’historien croit pouvoir transposer dans son domaine la méthode du physicien ou du chimiste. Certes, ces derniers peuvent expérimenter directement (sur la chute des corps, les propriétés d’un gaz, etc.) alors que l’historien n’a qu’un accès indirect aux faits examinés, par l’intermédiaire des « traces » qu’ils ont laissées. Mais comme l’analyse de ces traces – la critique textuelle des documents – est devenue totalement scientifique, il n’y a plus guère de dissemblance entre les deux approches. Connaissance directe ou indirecte, telle n’est plus la question si la méthode est appliquée avec l’indispensable rigueur qui s’impose à tous.

11L’idéal de l’historien sera donc celui de son collègue le savant : l’objectivité. La même ascèse morale et intellectuelle bannit, chez le premier, tout sentiment, toute passion, notamment politique, tout préjugé. Ces conditions étant remplies, nul ne doute que le chercheur intègre atteindra son but. Ainsi le passé sera retrouvé « tel qu’il a été », selon le programme de Ranke.

12Dans la pratique, l’immense érudition de l’historien, sourcier-expérimentateur, à la fois rigoureux et rigoriste, s’applique à un secteur privilégié et presque exclusif : la politique, de préférence dans ses dimensions biographiques, constitutionnelles et administratives au sein de l’État-nation. La forme favorite de ce genre d’écrit est le récit et l’unité narrative, l’événement. D’où le qualificatif d’histoire « événementielle » que ses adversaires lui attribueront plus tard, en le chargeant de connotations fortement péjoratives.

13La Revue historique, fondée en 1876 par Gabriel Monod, soutient et illustre cette démarche comme le font, dans leur contexte national, The English Historical Review, créée en 1886, et The American Historical Review (1895). Toutes les grandes figures de la discipline participent à l’aventure : Langlois et Seignobos, dont l’ouvrage commun (voir note 7) sert de bible aux étudiants, Ernest Lavisse, etc. Épaulés par des disciples très actifs, ils bénéficient d’un immense pouvoir intellectuel ; toute la recherche, tout l’enseignement qu’ils dominent, de l’université jusqu’à l’école primaire (par le biais des manuels), s’abreuvent désormais à ce courant. Des institutions gagnées à leur cause, telles que l’École pratique des hautes études, établie en 1868 par Victor Duruy, ou l’École libre des sciences politiques (1871), deviennent les viviers où se recrutent les continuateurs d’un mouvement qui irrigue l’ensemble de la Troisième République. Leur influence n’est d’ailleurs pas qu’intellectuelle puisqu’ils fréquentent les allées du pouvoir et que l’on peut déceler leur empreinte à l’origine des lois Ferry sur l’obligation, la gratuité et la laïcité de l’enseignement élémentaire.

  • 8 On trouve une partie de ces éléments dans les quatre volumes (1848-1855) de T. B. Macaulay : The H (...)

14Pourtant des doutes, puis des reproches, avant des accusations, viendront saper les bases de l’édifice. La critique textuelle ne sera pas remise en cause mais l’étroitesse de son objet – la politique –, des ambiguïtés idéologiques et, surtout, des faiblesses épistémologiques vont la fragiliser. Alors que l’histoire « positiviste » se prétend objective, scientifique et politiquement neutre, il est clair qu’elle soutient activement la jeune République, encore chancelante dans les années 1870. Les manuels scolaires servent de relais pour promouvoir des idéaux laïcs et nationalistes. Les opinions anti-catholiques prévalent dans La Revue historique, à ses débuts tout au moins. Les dix-sept volumes de l’Histoire de France de l’époque gallo-romaine à la Révolution publiés sous la direction d’Ernest Labrousse entre 1901 et 1911, puis les neuf autres tomes qui prolongent la période étudiée jusqu’à 1919, saluent l’édification de l’État, exaltent la mère patrie, la République présentée comme héritière directe de la Révolution, l’Empire et la colonisation, et dévaluent l’étranger, notamment l’Allemagne. Le même décalage entre les principes affichés et l’engagement idéologique se retrouve en Angleterre dans la conception whig de l’histoire. Très influencée, elle aussi, par Ranke, cette école voit néanmoins dans le passé anglais le développement régulier, inévitable d’un progrès matériel et moral scandé par l’élargissement graduel des libertés arrachées, en particulier par le Parlement, à la tyrannie de la papauté d’abord, des Stuarts ensuite8.

15Les autres reproches concernent les principes explicatifs. L’histoire politique néglige trop de facteurs essentiels, comme les forces économiques, et la politique est réduite à l’action des « grands hommes », à l’enchaînement linéaire – récit oblige – des causes et des conséquences d’événements remarquables, les explications étant d’ailleurs souvent de nature psychologisante. L’idée rankéenne d’un passé accessible au chercheur, pour autant qu’il respecte les impératifs de la méthode, provoque des interrogations. À en croire Langlois et Seignobos, retrouver et exploiter à bon escient les sources disponibles suffit pour ressusciter les siècles anciens. Tout serait question de quantité de documents exploitables. Le problème n’est peut-être pas aussi simple, se disent, dans les années 1920, des historiens particulièrement exigeants bientôt à l’origine d’une nouvelle école, en réaction directe et frontale contre ceux dont nous venons de parler.

L’école des Annales

  • 9 En Angleterre, les revues Past and Present, créée en 1952, ou Comparative Studies in Society and H (...)

16Annales d’histoire économique et sociale, la revue créée en 1929 par Lucien Febvre (1878-1956) et Marc Bloch (1886-1944), cristallise les énergies hostiles aux « positivistes ». Le combat porte moins sur la fausse neutralité idéologique de ces derniers que sur le caractère jugé étroit et superficiel de leur démarche. Il s’agit, comme l’indique le titre, d’élargir le champ d’étude vers d’autres horizons et de bénéficier de l’apport d’autres disciplines : économie, sociologie, mais aussi géographie et, plus tard, démographie, anthropologie, linguistique, etc.9. Le résultat est évident pour l’histoire politique qui perd aussitôt sa prééminence ; longtemps placée sous les projecteurs, au centre de la scène, elle se retrouve dans les coulisses. Les récits événementiels ne sont plus censés représenter qu’un théâtre d’apparences, indigne d’un observateur sérieux, alors que les réalités profondes, par nature complexes et difficiles à appréhender, doivent être débusquées dans des réseaux sousjacents multiformes.

17Le modèle privilégié n’est plus les sciences exactes mais les sciences humaines soucieuses d’autres fiabilités, celles des statistiques, par exemple, dont l’économie et la démographie font grande consommation. Séries de prix, évolution des salaires, taux de mortalité, âge moyen du mariage au long des décennies fournissent de nouvelles données et transforment l’utilisation des documents. Ces derniers ne se limitent plus aux textes écrits traditionnels mais englobent désormais bien d’autres « traces » que celles favorisées par Langlois et Seignobos : mercuriales, minutes des notaires mais aussi toutes les formes d’iconographie, les vestiges archéologiques, etc. Plus fondamentalement encore, du point de vue épistémologique, la notion de « fait » historique subit une réinterprétation radicale, qui remet en cause les rapprochements avec le physicien ou le chimiste.

  • 10 L’idée n’est pas nouvelle; elle avait été exprimée dès 1910 par Carl Becker: “the ‘facts’ of histo (...)

18L’école des Annales ne croit plus à la possibilité de retrouver le passé « tel qu’il a existé ». Il convient, certes, d’établir les faits, mais le véritable travail commence ensuite, lorsqu’il faut organiser, agencer, donner une forme à l’informe du réel. Lucien Febvre n’exagère pas quand il affirme que « le fait en soi n’existe pas » ; nous ne pouvons en avoir que des représentations10. Liées à notre propre expérience, celles-ci sont également le résultat de multiples facteurs, généraux ou particuliers, matériels ou spirituels que l’historien ordonne à partir de constatations, d’hypothèses, de principes explicatifs. Le passé se trouve donc construit, reconstruit si l’on veut, mais à condition que ce terme signifie « restructuré » et en aucun cas « reproduit à l’identique » qui n’aurait aucun sens ici.

  • 11 « Histoire et sciences sociales. La longue durée », in Annales, Économies, Sociétés, Civilisations(...)

19Il s’agit de déterminer divers niveaux d’interactions complexes – d’où l’interdisciplinarité et le comparatisme – qui font fi de la causalité linéaire des « positivistes » et la relèguent au rang de naïveté. L’histoire devient « problématique » et non plus platement descriptive ; elle veut comprendre puis, surtout, expliquer. La recherche des structures profondes implique non seulement le rejet de l’écume, dérisoire, « insignifiante », des événements politiques, mais une enquête sur des périodes prolongées – la « longue durée » dont Fernand Braudel (1902-1985) deviendra le défenseur inspiré11, seule révélatrice des cycles ou des trends chers aux Anglo-Saxons. Le but proclamé est une « histoire totale » capable de prendre en compte, décrypter et interpréter tous les modes de fonctionnement d’une société comme le fait Emmanuel Le Roy Ladurie dans Montaillou, village occitan de 1294 à 1324, publié en 1975.

  • 12 Ernest Labrousse, par exemple : La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime, 1943

20Les présupposés idéologiques sont clairs lorsque l’on substitue à l’étude des « grands hommes » celle des masses, des oubliés de l’histoire, lorsque l’idéalisme sous-jacent cède le pas aux conditions de vie quotidiennes des plus humbles et que l’économie est censée dominer la politique. Faut-il déceler ici une influence marxiste ? Assez explicite chez certains auteurs12, l’explication des « superstructures » par les « infrastructures » ne se trouve cependant pas de façon aussi réductrice dans l’école des Annales, plus sensible à la complexité des relations entre les divers niveaux de la réalité sociale et méfiante à l’égard d’un modèle d’évolution linéaire préétablie. Déterministe avant tout, le matérialisme historique relève du même type de schématisation que la marche vers le progrès des « positivistes » ou vers la liberté des historiens whig. Toutefois, la dépréciation de la politique par les marxistes, quand ils donnent priorité à l’économie et à l’organisation des forces de production, constitue un point de convergence avec les Annales.

  • 13 L’influence d’Ernest Labrousse est nette après son Esquisse du mouvement des prix et des revenus e (...)
  • 14 Voir la thèse de Pierre Goubert (1960) : Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730 et, en Angleterr (...)

21Cette école est aussi plus diversifiée que ce court rappel ne pourrait le laisser croire et elle a évolué avec le temps. Très marquée, au début, par l’économie, par l’étude des cycles de fluctuation de la croissance, des prix et des salaires13, elle se tourne, après la Seconde Guerre mondiale, vers la démographie historique pour comparer les courbes économiques et celles de la mortalité, de la natalité et des mariages grâce aux registres paroissiaux et aux minutes notariales14. L’histoire devenue quantitative (ou sérielle) profite du traitement informatique des données et multiplie l’analyse d’échantillons, plus que de populations entières. Un nouveau glissement lui fait prendre en compte les rapports entre comportements et statuts sociaux et la conduit à s’interroger sur l’évolution de ces comportements pour finalement déboucher sur l’histoire des mentalités.

  • 15 Le mouvement commence en France, inaperçu d’abord, avec quelques intuitions de Lucien Febvre puis (...)

22La psychologie collective n’avait jamais été éloignée des préoccupations des Annales, sensibles à l’importance des représentations dans l’appréhension du passé. Néanmoins, un tournant est pris quand, peut-être lassés par la sécheresse des chiffres et des réalités matérielles, les historiens sentent qu’il faut faire appel au domaine culturel et à l’imaginaire des hommes pour aborder des conduites comptabilisées mais non expliquées par l’économie ou par la démographie15. L’anthropologie, l’ethnologie sont alors d’un plus grand secours pour explorer des systèmes de valeurs et des façons de penser parfois à la limite de l’inconscient. Ainsi, à partir des années 1970, étudie-t-on l’évolution des attitudes devant la mort, la religion, le temps, la sexualité, le travail, la fête, etc. En Angleterre, le livre de Keith Thomas, Religion and the Decline of Magic (1971) ou ceux de Theodore Zeldin sur les « passions françaises » entre 1848 et 1945, appartiennent au même courant. La possibilité d’inclure dans le champ de recherche à la fois les élites et les masses populaires, d’élaborer des comparaisons dans le temps et dans l’espace, de déceler des différences, des mutations et aussi des permanences culturelles ajoute à l’attrait de la démarche.

23Paradoxalement, cette évolution de l’école des Annales et de ce qu’on appelle alors la « nouvelle histoire », qui semble marquer le point où elle s’éloigne le plus de l’école « positiviste », va, en fait, faciliter un retour vers ce qui caractérisait cette dernière : la politique.

Renouveau de l’histoire politique

24Le regain de vitalité, perceptible dans le développement de la recherche, dans le nombre de thèses par exemple, signifie pour nous, à partir des années 1980, le début du troisième acte. Sans agressivité mais avec une fermeté reconquise, l’histoire politique affirme sa légitimité, défend ses méthodes et revendique des succès que de moins en moins de spécialistes lui contestent. Comme indiqué précédemment (note 3), René Rémond et le livre qu’il a dirigé en 1988 deviennent les emblèmes d’un renouvellement qu’il faut d’abord expliquer et dont il conviendra, ensuite, de présenter les modalités.

Les causes du « retour » à l’histoire politique

  • 16 Citons, dans le domaine des idées, Jean-Jacques Chevalier, Les Grandes Œuvres politiques de Machia (...)

25« Retour » entre guillemets, car avait-elle jamais disparu ? Assurément pas. Sans parler du grand public qui a toujours été friand des grandes heures du passé, de sagas historiques et de biographies de personnages illustres ainsi qu’en témoigne la popularité d’émissions de radio (La Tribune de l’histoire) ou de télévision (Alain Decaux), la recherche universitaire n’a jamais déserté ce domaine. Au moment même où les Annales commencent à asseoir leur domination, dans les années 1950, paraissent des travaux de valeur montrant que l’arbre produit encore de beaux fruits16. La récolte continuera, notamment avec la réédition de La Droite en France (voir note 16) mais mis à jour et avec un titre au pluriel : Les Droites en France (1982). Mieux, les fondateurs des Annales, quoi que leurs disciples aient pu dire par la suite, n’ont pas systématiquement dénigré l’histoire politique. Bref, l’antagonisme entre les deux camps n’a pas toutes les aspérités que d’aucuns lui ont prêtées.

  • 17 Réédition de 1983, (Gallimard, préface de Jacques Le Goff), p. 21.
  • 18 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 1949, deuxième éd (...)

26Ainsi, Marc Bloch, qui appréciait l’érudition et l’apport de Ranke, avait publié en 1924 Les Rois thaumaturges, « une contribution à l’histoire politique de l’Europe, au vrai sens du mot », selon ses propres termes17. Même chose chez Lucien Febvre – pourtant plus virulent que son ami à l’égard de « l’histoire historisante » – qui écrit des biographies (Luther, Rabelais), dans une perspective largement anthropologique il est vrai. Et parmi les trois rythmes que Fernand Braudel distingue dans son étude du monde méditerranéen, à côté du temps « géographique », « quasi immobile » (milieu naturel, climat) et du temps « social », moins lent (« groupes et groupements », économie, États), figure « un temps individuel », « une histoire à oscillations brèves, rapides, nerveuses », celles de la politique. Moins important, aux yeux de l’auteur, que les deux autres paliers, ce troisième niveau qui évoque les événements chers aux « positivistes », fait néanmoins l’objet de toute la dernière partie du livre18.

  • 19 Cité par Guy Bourdé et Hervé Martin, Les Écoles historiques, p. 206.
  • 20 Ibid.

27À vouloir dresser les deux écoles l’une contre l’autre, on oublie qu’un politologue aussi éminent qu’André Siegfried siégeait au comité de rédaction des Annales lors de leur création. Son Tableau politique de la France de l’Ouest (1913) ne l’avait point disqualifié pour entrer dans ce cénacle. Plus récemment, des personnalités comme Jacques Julliard et Pierre Nora ont pu être tenues pour proches de l’une et de l’autre, des passeurs entre les deux rives. On oublie aussi que l’histoire n’est pas monolithique non plus au XIXe siècle. À côté du courant central, organisé autour de la Revue historique, nous avons déjà noté la voix particulière de Louis Bourdeau (note 5 ci-dessus) qui chante les louanges de la sociologie et s’en inspire pour étudier tous les aspects de la société, de la démographie jusqu’aux modes de vie. S’éloignant des grands hommes, il lance ce mot d’ordre : « Occupons-nous des masses »19. C’était en 1888. Il ne sera guère entendu à l’époque. Pourtant, quelques années plus tard, le principal responsable de la Revue historique, Gabriel Monod, parlera de « la science sociale » comme étant « la partie essentielle de l’histoire »20. Lorsque les Annales insisteront sur cette dimension, elles retrouveront une ancienne filiation, fortement marquée par Durkheim.

28Toutefois, la survivance d’anciennes conceptions à l’intérieur de l’école nouvelle ne suffit pas pour expliquer le « retour » à la politique. Plus important nous paraît le changement de climat intellectuel qui se fait sentir dans les années 1980.

  • 21 Les historiens occidentaux se rendent compte que leurs collègues soviétiques ne produisent plus ri (...)
  • 22 Le premier émane du philosophe Marcel Gauchet : « Changement de paradigme en sciences sociales ? » (...)
  • 23 François Furet, L’Atelier de l’histoire, 1982, p. 18. Marcel Gauchet ira dans le même sens en 1988 (...)

29L’essoufflement des idéologies, surtout du marxisme, mais bien avant la chute du mur de Berlin21, a des répercussions sur les sciences humaines. Un tournant est alors pris que trois articles soulignent avec lucidité en 1988 et 198922. S’il fallait choisir l’exemple d’un homme qui, par sa propre évolution, illustre les changements d’alors, ce serait, assurément, François Furet. D’abord proche d’Ernest Labrousse, il livre des premiers travaux de nature socio-économique, attiré par la quantification, la démographie et soucieux de références aux masses. Il va ensuite modifier sa trajectoire de façon radicale, s’intéresser à la Révolution française – largement délaissée par les Annales – et en proposer une lecture en complète rupture avec celle des marxistes, prédominante à cette époque (Albert Soboul), dans Penser la Révolution française (1979). Aux explications sociologiques, Furet oppose l’autonomie du politique ; à propos de 1789, il dit que la « dimension sociale » est « absorbée, réduite, happée par (la) dimension politique »23.

  • 24 François Furet, « En marge des Annales », Le Débat, 17, décembre 1981, p. 118.

30L’individu, et non plus les masses, se retrouve au centre des préoccupations (voir Alain Renaut, L’Ère des individus, 1989). Le déclin du déterminisme historique et de ses conceptions mécanistes profite directement à l’histoire politique, fruit de l’interaction des volontés personnelles. Ce « domaine de l’aléatoire, donc de la liberté », comme dit encore François Furet24, reprend la place qui lui avait été refusée pendant un demi-siècle. Il ne s’agit pourtant pas d’un retour à ce qui avait prévalu avant les Annales, mais plutôt de l’intégration des acquis de cette école dans une histoire politique rénovée.

La nouvelle histoire politique

31René Rémond et ses amis se sont appuyés sur deux institutions pour lancer leur aggiornamento : l’Institut d’études politiques de Paris créé au lendemain de la Seconde Guerre mondiale (rattaché à la Fondation nationale des sciences politiques) et l’université Paris X – Nanterre. L’Institut d’histoire du temps présent (fondé en 1980) et une nouvelle revue, Vingtième Siècle (1984), ont consolidé la logistique, permettant un double élargissement : celui du secteur disciplinaire lui-même et celui des méthodes.

32Un simple inventaire (partiel) des territoires investis par l’histoire politique revivifiée donnera une idée du changement par rapport aux conceptions de la fin du XIXe siècle où dominaient l’étude des événements intérieurs (souvent la Révolution française) et celle des affrontements militaires ou des relations diplomatiques. À côté de ces domaines traditionnels, qui ne tombent pas dans les oubliettes, il suffira de citer les idées politiques, les rapports avec la religion, les médias, l’opinion publique, les systèmes électoraux, les partis politiques et leur fonctionnement, etc.

  • 25 Citons, à titre d’exemples, parmi beaucoup d’autres publications de Monica Charlot : La Campagne é (...)

33Arrêtons-nous un instant sur ces derniers points car ils sont très représentatifs des évolutions récentes et parce que Monica Charlot y a joué un rôle très actif. Dans son Tableau politique de la France de l’Ouest (1913), André Siegfried avait ouvert un champ de recherche fertile qui allait être de plus en plus labouré : l’analyse des comportements électoraux. François Goguel avait poursuivi dans cette voie (Géographie des élections françaises, 1951 ; Nouvelles Études de sociologie électorale, 1954) afin de révéler les tendances profondes de l’opinion, au-delà des résultats des scrutins. Les chercheurs du Centre d’étude de la vie politique française contemporaine et d’autres, dont Monica et Jean Charlot, mesurent le degré de stabilité des comportements en fonction des générations, des aires géographiques, des origines sociales ou des sensibilités religieuses ; les études s’affinent jusqu’à porter sur des aspects en apparence mineurs mais fort significatifs comme les élections partielles ou le refus de voter (Alain Lancelot, L’Abstentionnisme électoral en France, 1968). Pour mieux comprendre les attitudes individuelles au moment de déposer le bulletin dans l’urne, il faut aussi scruter les campagnes des partis, leurs programmes – les célèbres manifestos en Angleterre – et, d’une façon générale, leurs modes de fonctionnement. Dans cette triple perspective (analyse des scrutins, des campagnes et de la vie des partis), Monica Charlot a fait connaître au public et aux étudiants les mille et une facettes de la réalité britannique25. On se reportera au sommaire des différents numéros de la Revue française de civilisation britannique, créée en 1980, émanation du Centre de recherche en civilisation britannique (CRECIB) qu’elle avait fondé quelques années auparavant, pour découvrir l’importance accordée à ces questions.

  • 26 Voir Daniel Bardonnet, L’Évolution de la structure du parti radical (1960) et, sur le même thème, (...)
  • 27 Julien Freund, La Décadence, histoire sociologique et philosophique d’une catégorie de l’expérienc (...)

34L’exemple des élections permet d’aborder le deuxième élargissement, lui-même binaire : l’utilisation de certains acquis méthodologiques des Annales d’une part, et le recours à des techniques ou à des concepts nouveaux d’autre part. Parmi les procédés déjà mis en œuvre figurent ceux de l’histoire quantitative et notamment l’appel aux statistiques. La comparaison de séries de chiffres pour mettre à jour des corrélations éclairantes est fréquente dans l’analyse des résultats électoraux. Il en va de même pour la « longue durée », presque indispensable si l’on traite des séquences étoffées de données comme le permet l’ancienneté du suffrage universel (masculin) en France : depuis 1849. De façon semblable, si l’histoire des partis est liée aux lentes mutations des structures sociales, seul le long terme permet d’en examiner les modalités26. L’histoire des idées politiques opère une adaptation du même ordre lorsqu’elle se préoccupe des vicissitudes d’une notion, comme celle de décadence, au cours des siècles27. On voit bien que la chronologie ainsi réhabilitée se distingue nettement de celle des « positivistes » soucieux de trouver un sens à l’histoire et d’en mesurer les progrès.

  • 28 Voir, dans le même ordre d’idée, Sylvie Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique (198 (...)

35Ainsi que le souhaitaient les partisans des Annales, ce sont les attitudes et les opinions de l’ensemble de la population qui sont prises en compte et non plus celles des seules élites. Là encore, la sociologie a frayé le chemin à l’étude des mentalités mais cette fois au bénéfice du politique ; le passage du féminin au masculin signale d’ailleurs un changement de dimension et de nature. Le mot ne concerne pas que la conquête ou l’usage du pouvoir comme au XIXe siècle mais la totalité des relations humaines dans le domaine public et, notamment, les échos qu’elles trouvent dans les représentations mentales de la communauté. L’« image » d’une personnalité – et la même chose s’applique à un parti ou à une association –, la façon dont elle est perçue par ses contemporains et intégrée dans l’imaginaire collectif, devient aussi importante que ses actes eux-mêmes. Par ce biais, la biographie regagne une dignité qui lui avait été contestée pendant des décennies ; ainsi, Jacques Le Goff, très proche des Annales et longtemps hostile à ce genre, y est finalement venu avec son Saint Louis (1996), où le regard porté par ses sujets sur le roi l’emporte sur le portrait proprement dit28.

  • 29 Pour René Rémond, « les événements politiques [sont] fondateurs des mentalités : l’événement soude (...)
  • 30 Deux exemples parmi bien d’autres : Serge Berstein, Le 6 février 1934 (choix de textes), 1975 et D (...)

36Une inflexion comparable touche l’« événement », vilipendé naguère mais récemment réhabilité grâce à un changement d’éclairage. Le retour de l’individu(el), lié à celui des idéologies libérales, permet de braquer les projecteurs sur les comportements de chacun. L’historien y voit pourtant désormais autre chose que des épiphénomènes : l’expression de données moins palpables comme l’état d’esprit d’un milieu et sa culture au sens sociologique du terme. Tout événement politique s’enracine dans des manières de penser, des peurs, des ambitions, des préjugés, en général collectifs. Mais il éveille aussi à sa suite des échos qui résonnent dans les mêmes sphères29. Que l’on se tourne vers l’amont des causes ou vers l’aval des conséquences, l’événement entretient avec les mentalités des relations semblables à celles de l’œuf avec la poule. Placé, par ce moyen, sous les feux de la rampe, il reconquiert ses lettres de noblesse30, et justifie du même coup le retour en grâce de la chronologie, indispensable pour repérer la succession des faits sur l’axe du temps.

37Les techniques et concepts « nouveaux » ne sont pas forcément une invention de l’histoire politique et les Annales pourraient peut-être revendiquer un rôle dans l’éclosion de plusieurs d’entre eux. Elle leur a cependant donné un éclat qu’ils ne possédaient pas auparavant. Nous en choisirons trois, à titre d’exemples et sans souci d’exhaustivité : la prosopographie, la linguistique puis la notion de sociabilité.

  • 31 Lawrence Stone, The Past and the Present, p. 45-46.
  • 32 En France, dans les années 1960, les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, les Consei (...)
  • 33 Jean-François Sirinelli, Khâgneux et Normaliens des années vingt ; Histoire politique d’une généra (...)
  • 34 Jean-François Sirinelli, « Les intellectuels » in Pour une Histoire politique, dir. R. Rémond, op. (...)

38La première, que les Anglais appellent aussi collective biography, n’est même pas d’origine récente puisque l’usage du mot remonte à la Renaissance31. À l’époque victorienne, des enquêtes de ce genre ont été menées sur le clergé, sur les magistrats de Londres, sur les étudiants d’Oxford. Le développement de l’informatique en a facilité la généralisation, aux États-Unis d’abord, en Europe ensuite. L’histoire politique a su saisir cette chance pour étudier le personnel de certaines assemblées dans un premier temps32, celui d’autres groupes homogènes par la suite33, et a su approfondir ses méthodes34. Sociologie, mentalités (à nouveau), histoire des idées se rejoignent pour comparer les générations, évaluer l’influence immédiate ou retardée d’une catégorie de gens sur la culture et la vie publique de leur temps.

  • 35 Antoine Prost, « Les mots » in Pour une Histoire politique, p. 263, 276-277, 280-282.

39La linguistique, figure de proue des sciences humaines dans les années 1960 et 1970, a aussi été mise à contribution, le linguistic turn ayant des répercussions sur l’étude de tous les types de discours. À partir de 1967, l’École normale supérieure de Saint-Cloud dispose d’un laboratoire de lexicologie politique et cette discipline se dote d’une revue spécifique en 1980 : Mots, dont le titre complet est nettement plus explicite : Mots, ordinateurs, textes, sociétés. Parmi les travaux pionniers, il faut signaler l’ouvrage d’Antoine Prost : Vocabulaire des proclamations électorales de 1881, 1885 et 1889 publié en 1974. L’outil informatique se révèle indispensable pour quantifier les occurrences tandis que l’analyse, qui n’est pas sans problèmes35, s’efforce d’établir des corrélations entre fréquences d’emploi et structures lexicales d’une part, schémas mentaux et intentions politiques d’autre part.

  • 36 Maurice Agulhon, La République au village ; les populations du Var de la Révolution à la Seconde R (...)
  • 37 Marianne au combat ; l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, (1979) puis Mariann (...)

40Le concept de « sociabilité », tel que l’utilise Maurice Agulhon, rend compte de certains mouvements de fond affectant les mentalités politiques. Dans son enquête sur les confréries et les associations du Var entre 1789 et 1850, il met à jour les liens qui se tissent entre les individus à l’intérieur de ces groupements et qui expliquent la précocité de la politisation des paysans dans cette région ainsi que les progrès de l’idée républicaine au détriment de la religion36. Par les contacts intellectuels, et surtout affectifs, que favorisent les loges et les cercles, les tendances nouvelles, comme la laïcité, gagnent du terrain dans toute la société provençale. Maurice Agulhon poursuivra ses recherches par un travail d’ethnologue sur les symboles de la République, notamment sur l’évolution des représentations de Marianne : tableaux, statues, timbres, pièces de monnaie37. Il trouve, dans la floraison d’images symboliques qui caractérise la deuxième moitié du XIXe siècle, une sorte de compensation venant combler l’absence de « Pères fondateurs » de la République tels qu’ils existent aux États-Unis. Ainsi se dessinent, grâce à l’art, la mode ou de simples objets utilitaires, des façons de penser et de sentir enfouies dans les esprits et dans les cœurs, mais indispensables pour comprendre la vie publique. D’autres ont continué dans cette voie d’une histoire culturelle et se sont penchés sur la célébration du 14 Juillet, sur le rôle de la Marseillaise, etc. L’anthropologie des relations entre mœurs, coutumes, mémoire et imaginaire révèle des aspects fascinants de la politique qui n’a plus guère à voir avec les conceptions « positivistes ».

  • 38 Jean-Pierre Azéma parle du « phénomène d’histoire totale que sont les guerres », chapitre « La gue (...)
  • 39 Parmi d’autres exemples, en 1978, Jacques Le Goff intitulait une section de son bilan sur « L’hist (...)
  • 40 De l’historien des idées politiques, Michel Winock dit qu’il peut « assumer [les pratiques des “sc (...)
  • 41 Jean Boutier et Dominique Julia (éds), Passés recomposés, p. 27.

41La réédition, en 1992, du livre presque centenaire de Langlois et Seignobos (Introduction aux études historiques, 1898) avec une introduction de Madeleine Rebérioux, ne traduit que le retour de l’histoire politique au centre de la scène et point celui d’anciennes méthodes – hormis la critique textuelle – ou d’anciens présupposés. Ce retour que René Rémond et ses amis appelaient de leurs vœux et qu’ils présentaient non comme une revanche mais comme un rééquilibrage, s’est donc effectué en très peu de temps. Outre les circonstances extérieures, sur lesquelles ils n’avaient pas de prise, ils ont fait preuve de grande habileté en utilisant à leur profit ce qu’il y avait de meilleur dans l’école des Annales. Ils ont réussi des synthèses fécondes entre l’événement et la longue durée, entre l’individuel et le collectif, entre le politique et le culturel. Pleins de prudence au début, l’assurance leur est venue avec le succès. Faut-il, dès lors, les taxer de présomption quand ils présentent leur discipline comme une « histoire totale »38 – expression souvent répétée par les partisans des Annales39 ? Ou quand, à l’instar de cette même école, ils parlent des sciences humaines comme de « sciences auxiliaires »40 ? Nous préférons déceler ici une touche de malice plutôt qu’une nouvelle forme de l’impérialisme que l’on a pu reprocher à certains disciples de Marc Bloch et de Lucien Febvre. Si des voix s’élèvent contre des tendances à « historiciser l’ensemble des réalités sociales »41, l’accusation paraît exagérée ; on ne peut guère parler d’expansionnisme invétéré, mais la preuve est là d’une réussite supplémentaire de l’histoire politique.

Notes

1 « La politique », in Faire de l’Histoire, sous la direction de Jacques Le Goff et Pierre Nora, 1974, Gallimard, Tome II, « Nouvelles Approches », p. 229.

2 Article « L’histoire nouvelle » in La Nouvelle Histoire, sous la direction de Jacques Le Goff, Roger Chartier, Jacques Revel, 1978, p. 215.

3 Paris, Le Seuil, 1988 (deuxième édition – qui sera citée ici – en 1996).

4 Cet essoufflement est reconnu par les historiens eux-mêmes dans de nombreux ouvrages. Il suffira d’en signaler deux du milieu des années 1990 : Les Formes de l’expérience ; une autre histoire sociale, sous la direction de Bernard Lepetit, 1994 et Passés recomposés ; champs et chantiers de l’histoire, sous la direction de Jean Boutier et Dominique Julia, 1995.

5 Louis Bourdeau, L’Histoire et les historiens : essai critique sur l’histoire considérée comme science positive, 1888, Paris, Alcan.

6 Dans Les Écoles historiques, (1983, Le Seuil, repris dans la Collection « Points histoire », 1997), Guy Bourdé et Hervé Martin préfèrent parler d’« école méthodique » (p. 181-214). Mais toute école qui se respecte est méthodique. Pour notre part, nous continuerons à utiliser « positiviste », orné de guillemets de mise en garde.

7 Voir Charles Victor Langlois et Charles Seignobos, 1898, Introduction aux études historiques, et en Angleterre, R. L. Marshall, 1920, The Historical Criticism of Documents.

8 On trouve une partie de ces éléments dans les quatre volumes (1848-1855) de T. B. Macaulay : The History of England from the Accession of James II. La critique la plus marquante – mais elle-même ambiguë – de la conception whig fut l’œuvre de Herbert Butterfield en 1931 : The Whig Interpretation of History.

9 En Angleterre, les revues Past and Present, créée en 1952, ou Comparative Studies in Society and History (1958) et, aux États-Unis, Journal of Interdisciplinary History (1970), répondent aux mêmes objectifs.

10 L’idée n’est pas nouvelle; elle avait été exprimée dès 1910 par Carl Becker: “the ‘facts’ of history do not exist for any historian until he creates them, and into every fact that he creates some part of his individual experience must enter”, “Detachment and the Writing of History”, octobre 1910, Atlantic Monthly, p. 528.

11 « Histoire et sciences sociales. La longue durée », in Annales, Économies, Sociétés, Civilisations, 3, 1958, p. 725-753. (Il s’agit là du nouveau titre donné à la revue en 1946.)

12 Ernest Labrousse, par exemple : La Crise de l’économie française à la fin de l’Ancien Régime, 1943.

13 L’influence d’Ernest Labrousse est nette après son Esquisse du mouvement des prix et des revenus en France au XVIIIe siècle, 1933. Pour l’Angleterre, voir les dix volumes de la Cambridge Economic History of Europe, 1942-1989.

14 Voir la thèse de Pierre Goubert (1960) : Beauvais et le Beauvaisis de 1600 à 1730 et, en Angleterre, les travaux de R. S. Schofield et de E. A. Wrigley entre autres.

15 Le mouvement commence en France, inaperçu d’abord, avec quelques intuitions de Lucien Febvre puis avec les travaux de Philippe Ariès (1914-1984) sur l’attitude des populations françaises devant la vie (1948) ; il triomphe avec les études de R. Mandrou (Magistrats et sorciers en France au XVIIIe siècle, 1968), de P. Ariès (L’Homme et la mort, 1977), de Pierre Chaunu (La Mort à Paris au XVIIIe siècle, 1978), de Michel Vovelle (Piété baroque et déchristianisation en Provence au XVIIIe siècle, 1978).

16 Citons, dans le domaine des idées, Jean-Jacques Chevalier, Les Grandes Œuvres politiques de Machiavel à nos jours, 1949 (six éditions jusqu’à 1960), ou Jean Touchard, Histoire des idées politiques, 1959 ; en histoire pure, René Rémond, La Droite en France, 1954, et Les États-Unis devant l’opinion française, 1815-1852, (thèse de 1959 publiée en 1962).

17 Réédition de 1983, (Gallimard, préface de Jacques Le Goff), p. 21.

18 F. Braudel, La Méditerranée et le monde méditerranéen à l’époque de Philippe II, 1949, deuxième édition, revue et augmentée, 1966.

19 Cité par Guy Bourdé et Hervé Martin, Les Écoles historiques, p. 206.

20 Ibid.

21 Les historiens occidentaux se rendent compte que leurs collègues soviétiques ne produisent plus rien d’original. Au même moment, l’œuvre de Max Weber, très critique à l’égard du marxisme, est de plus en plus traduite dans le monde anglo-saxon (voir Lawrence Stone, The Past and the Present, Boston et Londres, 1981, p. 13).

22 Le premier émane du philosophe Marcel Gauchet : « Changement de paradigme en sciences sociales ? », Le Débat, 50, mai-août 1988, p. 165-170. Les deux autres sont des éditoriaux de Annales, E.S.C. : vol. 43. 2, mars-avril 1988, p. 291-293 et vol. 44. 6, novembre-décembre 1989, p. 1317-1323.

23 François Furet, L’Atelier de l’histoire, 1982, p. 18. Marcel Gauchet ira dans le même sens en 1988, quand il fera du politique le nouveau « paradigme » capable de fédérer les sciences sociales, art. cit., p. 168-169.

24 François Furet, « En marge des Annales », Le Débat, 17, décembre 1981, p. 118.

25 Citons, à titre d’exemples, parmi beaucoup d’autres publications de Monica Charlot : La Campagne électorale d’octobre-novembre 1962 (1963), Les Élections législatives britanniques du 9 juin 1983 (1984), Institutions et forces politiques du Royaume-Uni (1995) ou Le Parti conservateur (2003). De son mari, Jean Charlot, spécialiste du domaine français, on retiendra ici Les Partis politiques (1971) et plusieurs ouvrages sur le gaullisme.

26 Voir Daniel Bardonnet, L’Évolution de la structure du parti radical (1960) et, sur le même thème, Serge Berstein, Histoire du parti radical, 2 vols. (1980 et 1982).

27 Julien Freund, La Décadence, histoire sociologique et philosophique d’une catégorie de l’expérience humaine (1984). La période étudiée va de l’Antiquité au XXe siècle.

28 Voir, dans le même ordre d’idée, Sylvie Guillaume, Antoine Pinay ou la confiance en politique (1984).

29 Pour René Rémond, « les événements politiques [sont] fondateurs des mentalités : l’événement soude une génération et son souvenir restera jusqu’à son dernier souffle une référence chargée d’affectivité, positive ou négative… », Pour une Histoire politique, p. 386.

30 Deux exemples parmi bien d’autres : Serge Berstein, Le 6 février 1934 (choix de textes), 1975 et Didier Lefur, Marignan, 13-14 septembre 1515, 2003.

31 Lawrence Stone, The Past and the Present, p. 45-46.

32 En France, dans les années 1960, les magistrats du Parlement de Paris au XVIIIe siècle, les Conseillers généraux en 1870 etc. En Angleterre, une étude monumentale des députés est lancée dès 1951 sous la direction de Lewis Namier, ibid., p. 70 et note 57, p. 268 ; voir aussi Colin Mellor, The British MP : A Socio-Economic Study of the House of Commons, 1978 ou Elizabeth Vallance, Women in the House : A Study of Women Members of Parliament, 1979.

33 Jean-François Sirinelli, Khâgneux et Normaliens des années vingt ; Histoire politique d’une génération d’intellectuels, 1988 (thèse de 1986).

34 Jean-François Sirinelli, « Les intellectuels » in Pour une Histoire politique, dir. R. Rémond, op. cit., p. 199-231. Pour une évaluation de ces méthodes, voir Lawrence Stone, op. cit., p. 44-73 et Jean-Philippe Genet et Günther Lottes (éds), L’État moderne et les élites, XIIIe -XVIIIe siècles : apports et limites de la méthode prosopographique, 1996.

35 Antoine Prost, « Les mots » in Pour une Histoire politique, p. 263, 276-277, 280-282.

36 Maurice Agulhon, La République au village ; les populations du Var de la Révolution à la Seconde République, 1970 (deuxième édition, 1979).

37 Marianne au combat ; l’imagerie et la symbolique républicaines de 1789 à 1880, (1979) puis Marianne au pouvoir, (1989) et enfin, pour la période 1914-2000, Métamorphoses de Marianne, (2001).

38 Jean-Pierre Azéma parle du « phénomène d’histoire totale que sont les guerres », chapitre « La guerre » in Pour une Histoire politique, p. 352-353. René Rémond lui-même va très loin quand il écrit : « [le politique] est sans rivages et communique avec la plupart des autres domaines » ou encore : « L’histoire politique demande à s’inscrire dans une perspective globale où le politique est un point de condensation. » Ibid., p. 382.

39 Parmi d’autres exemples, en 1978, Jacques Le Goff intitulait une section de son bilan sur « L’histoire nouvelle » : « Le progrès vers une histoire totale et l’imaginaire », La Nouvelle Histoire, p. 239.

40 De l’historien des idées politiques, Michel Winock dit qu’il peut « assumer [les pratiques des “sciences humaines”] comme autant de “sciences auxiliaires” », « Les idées politiques », in Pour une Histoire politique, p. 252.

41 Jean Boutier et Dominique Julia (éds), Passés recomposés, p. 27.

Auteur

Institut du Monde anglophone
Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540