Desktop versionMobile Version
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Esquisse biographique de Monica Charlot

Suzy Halimi

Volltext

1Monica Charlot (de son nom de jeune fille, Huber) est née à Londres en 1933, d’un père suisse et d’une mère anglaise ; elle était la cadette de trois enfants. La période de la guerre, le Blitz vont marquer la petite fille pour le reste de sa vie : hurlements des sirènes, bombardements, rationnement, nuits passées dans un abri de fortune, au fond du jardin, pendant les alertes. Citoyen suisse, son père s’est vu confier, par les autorités de son pays, le soin de veiller à ce que les prisonniers faits par les Britanniques soient traités comme il convient. Le conflit terminé, il occupe un poste diplomatique qui le conduit à servir aux États-Unis puis à Sydney, en Australie, où il demeure jusqu’à la fin de sa vie.

2Monica fait ses études secondaires à Londres et, pour un temps, à Manchester, où elle reçoit un prix de littérature anglaise. Sans doute aurait-elle poursuivi dans cette voie par goût, mais son père lui enjoignant d’apprendre l’allemand, elle refuse et choisit le français, à Bedford College, à Londres. Elle ne peut en effet se présenter à Oxford ou Cambridge, car on lui refuse l’autorisation de quitter la maison paternelle.

3À vingt et un ans, elle se rend à Paris, comme assistante de français, et c’est là, à la Cité Universitaire Internationale, qu’elle rencontre celui qui devient son mari en 1956. Le jeune couple s’installe à Antony, sans soutien financier d’aucune des deux familles, réservées sur un mariage jugé trop précoce. Pour poursuivre leurs études, avec une petite fille, Claire, née en 1958, ils travaillent tous deux : traductions, rédaction de manuscrits. Jean est à Sciences Po, Monica dans un cursus d’anglais. Quand il va faire son service militaire en Algérie, elle le rejoint avec leur fille et ne rentre en France que lorsque la situation s’avère trop dangereuse à Oran.

4Elle décide alors de préparer l’agrégation, qu’elle obtient en 1959 et elle enseigne au lycée François Couperin de Fontainebleau, puis à Hélène Boucher à Paris. Dans les années qui suivent, tout en assurant son service, elle se lève à cinq heures du matin pour faire sa thèse, qu’elle soutient brillamment, en 1971. Elle gravit alors tous les degrés du cursus honorum, à la Faculté des lettres de Nanterre, puis à Paris 3, où elle accède au titre de professeur en 1973. En 1985, Oxford lui ouvre ses portes en lui décernant un MA, avant de la nommer Research Fellow de Worcester College, en 1990.

5Dans le monde universitaire, Monica Charlot a assumé les plus hautes responsabilités : membre des jurys de concours, CAPES et Agrégation, membre de diverses commissions de spécialistes, membre du CCU (Comité Consultatif des Universités), puis du CNU (Conseil National des Universités), directrice de l’Institut du Monde Anglophone, Vice-présidente du Conseil Scientifique de Paris 3, directrice de la Maison Française d’Oxford.

6Tout en assumant ces tâches administratives et son enseignement, avec dévouement et compétence, elle a beaucoup publié, comme le montre son imposante bibliographie jointe à la suite de cette notice. Directrice de collection chez Ophrys, chez Longman, elle a aussi permis à de nombreux universitaires, collègues et amis, de faire connaître leurs travaux : elle en suivait la préparation, relisait les tapuscrits, discutait des points importants avec les auteurs. Je lui suis personnellement reconnaissante de m’avoir invitée à publier ainsi plusieurs ouvrages sous sa houlette, parfois en collaboration avec elle, jusqu’au dernier paru quelques mois avant sa disparition, L’Enseignement supérieur au Royaume Uni.

7De nombreuses distinctions sont venues ponctuer cette remarquable carrière : les Palmes académiques, l’Ordre national du mérite, la Légion d’honneur, en France, l’Order of the British Empire (OBE), au Royaume-Uni.

8Ce parcours brillant, elle le doit à ses éminentes qualités. Dotée d’une volonté et d’une énergie rares, elle a toujours su faire face aux difficultés et les surmonter. L’esprit vif, toujours disponible, elle a des talents multiples : étudiante, elle monte des pièces de théâtre à Bedford College, travaille l’été comme animatrice de colonies de vacances. Mère de famille, elle s’occupe de façon exemplaire de son foyer, de ses trois filles.

9Je ne rappellerai pas ici en détail – car Suzanne Baudemont l’a déjà très bien fait pour la revue du CRECIB – le rôle majeur joué par Monica pour le développement et la reconnaissance des études de civilisation britannique en France : elles ont obtenu, grâce à elle, droit de cité dans la recherche, dans les enseignements et jusque dans les programmes des concours de CAPES et d’Agrégation. Je garderai cependant en mémoire ces séminaires stimulants où, autour d’elle, avec elle, une douzaine d’entre nous se sont formés aux techniques d’enquête de la sociologie, à l’utilisation des statistiques, chacun adaptant ensuite cette méthodologie à son propre champ de recherche, dans le respect de sa spécificité.

10Mais je voudrais pour terminer, associer Jean à cet hommage. Ils ont formé tous deux un couple modèle, unis par des sentiments forts et une complicité de chaque instant, « unis comme les deux doigts de la main », dit Claire, qui ajoute : « on pense souvent que ses parents sont exceptionnels, mais je crois que c’était objectivement le cas. » Nombreux sont les collègues et amis qui ont pu admirer leur merveilleuse entente, apprécier leur accueil chaleureux et les talents culinaires de la maîtresse de maison. Ils venaient de fêter leurs quarante ans de vie commune, quand le destin les a séparés. Jean avait 64 ans et Monica ne s’est jamais vraiment remise de son départ. Elle l’a rejoint aujourd’hui, laissant à ses enfants et petits-enfants le souvenir de son énergie, de son intelligence et de son sourire.

Abbildungsverzeichnis

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7593/img-1.jpg
Datei image/, 68k

Autor

Suzy Halimi est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Président honoraire de l'université, et actuellement directrice de l'Ecole doctorale des Études anglophones. Elle est spécialiste de civilisation britannique ; son champ de recherche porte sur l'Angleterre des Lumières.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540