Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les institutions politiques au Royaume-Uni

 | 
Suzy Halimi

Avant-Propos

Suzy Halimi

Texte intégral

1Dans ce livre d’hommage à Monica Charlot, le choix a été fait de présenter d’abord l’auteur et ses travaux. La biographie retrace, bien entendu, l’itinéraire de l’universitaire, mais de façon succincte, ce descriptif figurant déjà ailleurs, notamment dans un numéro spécial de la Revue française de civilisation britannique. Nous avons préféré présenter la femme plus à loisir, son enfance en Angleterre, sous le Blitz, ses études à un moment où il n’était pas toujours facile pour une fille de quitter le toit paternel pour aller à l’université, puis son arrivée en France, où elle s’installa et fonda une famille. C’est ce versant de sa vie privée que sa fille Claire nous a permis de reconstituer, nous confiant cette photo, si fidèle au modèle, avec ce sourire de Monica que nous n’oublierons jamais.

2Ses travaux sont d’une richesse exceptionnelle. Nous avons repris ici, dans ses grandes lignes, la bibliographie déjà établie par Antoine Capet, l’allégeant de la liste des thèses dirigées et la complétant de quelques articles récents.

3Dans le texte composant le présent ouvrage, les citations de sources anglaises ont été traduites par les auteurs dans le texte, l’original étant donné en note. La liste des documents cités est en général fournie à la fin de l’article ; dans quelques cas plus rares, les références ont été apportées dans les notes de bas de page. Nous avons chaque fois respecté les propositions des auteurs.

4Ce livre est donc l’hommage que des enseignants-chercheurs de l’Institut du Monde anglophone (Paris 3) ont voulu rendre ensemble à Monica Charlot pour le rôle éminent qu’elle y a joué, notamment dans le développement et le rayonnement des études de civilisation britannique en France. Sous son impulsion, celles-ci se sont affirmées dans une pluridisciplinarité associant, en une complémentarité fructueuse, les spécialistes de langue, d’histoire, de sociologie, de sciences politiques, des mentalités, d’art et d’esthétique. Ainsi sont nés le centre de recherche du CRECIB et sa revue spécialisée, tous deux fondés par Monica Charlot et les collègues qui l’ont accompagnée dans sa démarche.

5À l’université de la Sorbonne nouvelle, elle a dispensé, au fil des années, des cours de civilisation d’une grande richesse, du premier cycle au doctorat, en passant par les concours de CAPES et d’agrégation, aidant ses étudiants à (re) découvrir l’Angleterre cette inconnue, du titre de l’un de ses ouvrages. Ses enseignements s’alimentaient d’une recherche vivante, active, analyse minutieuse de sources primaires, travail de terrain inlassable pour saisir les comportements, toujours en étroite coopération avec les instances compétentes outre-Manche et les plus grands spécialistes mondiaux de la question, auxquels lui donnait accès sa réputation de chercheur international.

6C’est aux institutions politiques qu’elle a porté une attention toute particulière, explorant au fil de ses publications successives, leur fonctionnement, les grands textes fondateurs, l’évolution des partis, le déroulement des élections, le comportement des citoyens face aux urnes. Ce travail a été conduit en une collaboration exemplaire avec son mari Jean Charlot, professeur à l’Institut d’Études Politiques (IEP), observateur et spécialiste reconnu de la vie politique française, dont nous souhaitons associer ici la mémoire à cet hommage.

7Quoi de plus naturel, dès lors, que les institutions politiques aient été choisies comme thème général de ce volume, les participants gardant par ailleurs toute liberté de le décliner en fonction de leurs propres intérêts, les uns apportant à cet hommage un parfum d’histoire, la dimension diachronique indispensable à toute étude de civilisation, les autres s’attachant à la société contemporaine, au fil de l’actualité. Telles seront les deux grandes divisions de ce recueil.

Un parfum d’histoire

8Procédant à une lecture attentive de l’historiographie de ces dernières décennies, Jean-Pierre Moreau retrace l’essor, puis l’éclipse et le renouveau de l’histoire politique. Prisée par les positivistes et les whigs du XIXe siècle, elle décline avec l’École des Annales, qui s’intéresse davantage à la vie quotidienne des masses. Mais elle revient en force avec François Furet et sa magistrale étude de la Révolution française, qui réhabilite l’événement, et s’enrichit aussi de l’apport d’autres sciences comme la sociologie et l’économie. C’est à ce « rétablissement de la dignité des études d’histoire politique » que Monica Charlot a contribué avec éclat, aux côtés de son époux et de René Rémond.

9L’article consacré par Suzy Halimi au système électoral anglais à l’époque des Lumières, système vu par le grand satiriste Hogarth, remonte au XVIIIe siècle. Le peintre dénonce les carences de la vie politique de son temps : droit de vote réservé à une élite de nantis, distribution inégale des sièges entre villes et campagnes, corruption généralisée. Miroir des élections mouvementées qui agitèrent le comté d’Oxford en 1754, la série de quatre tableaux intitulée Humours of an Election est un commentaire cinglant sur les institutions et la vie politique d’une Angleterre qui prétend se comparer à la Rome d’Auguste. C’est un triple message – moral, politique et patriotique – que le peintre, témoin sans complaisance, adresse à ses contemporains.

10Jean-Pierre Naugrette se penche, lui, sur les deux décennies qui précèdent la Première Guerre mondiale, dans un pays alors obsédé par la montée en puissance de l’Allemagne et par le sentiment de sa propre faiblesse en comparaison. Partageant les craintes de ses concitoyens, Arthur Conan Doyle laisse à son héros, Sherlock Holmes, le soin de dénouer des énigmes fortement marquées par les enjeux militaires de son temps et de sensibiliser ses lecteurs à des préoccupations « à fort relent d’actualité immédiate, voire de propagande nationale ».

11Jean-Claude Sergeant reste sur le plan de la politique étrangère vue et racontée par les journalistes correspondants de guerre. Comment s’acquittent-ils de leur mission entre « les impératifs a priori contradictoires des responsables militaires et des directeurs de rédaction, parfois arbitrés par l’intervention du pouvoir politique et la pression du public » ? La réponse à la question évolue de la guerre de Crimée (1855) à celle du Vietnam (1975), en passant par le conflit des Boers et les deux grandes déflagrations mondiales. Embrassant plus d’un siècle, l’analyse pose le problème de l’information du public par des témoins présents sur le théâtre des opérations, mais contraints de composer avec des autorités militaires soucieuses de « gérer leurs relations avec la presse dans le sens de la fermeté alliée à la coopération ».

Au fil de l’actualité

12Ainsi s’opère, avec l’article de Jean-Claude Sergeant, la transition vers la période contemporaine, où l’évolution récente du système électoral fait l’objet de deux contributions parfaitement complémentaires. Bernard Lefebvre d’Hellencourt voit dans la réforme introduite par le New Labour la condamnation à terme du scrutin majoritaire uninominal (SMU), désormais « déchu de son monopole », pour faire place à une diversité de modes de scrutin et à la représentation proportionnelle lors de l’élection des députés européens de 1999, le tout pour essayer de trouver une formule moins injuste pour les petits partis.

13Pour Sarah Pickard, c’est le comportement des Britanniques face aux urnes qui fait problème, c’est-à-dire le fort taux d’abstention enregistré lors des consultations électorales, phénomène qui n’est pas, tant s’en faut, le monopole du seul Royaume-Uni ! Résolu de lutter contre cette apathie, le gouvernement de Tony Blair a encouragé certaines autorités locales à expérimenter un projet pilote de vote par correspondance. Panacée ou expédient ? Les difficultés pratiques et logistiques n’ont pas manqué, non plus que les risques de fraude. Il semble qu’en définitive, l’expérience ait été un échec et que, résultat paradoxal, « [elle ait] sapé la confiance des électeurs dans le système électoral et dans le gouvernement lui-même ».

14La réflexion sur le fonctionnement des institutions au XXe siècle au Royaume-Uni inclut aussi trois études de cas particuliers. Utilisant les archives de l’hôpital d’Oxford, Anémone Kober-Smith s’intéresse à la formation des infirmières à travers les dossiers des élèves accueillies entre 1906 et 1916. Sont examinés tour à tour le profil socio-démographique des jeunes filles admises, le contenu des programmes de formation, et, à travers les annotations des supérieurs hiérarchiques, les valeurs inculquées aux élèves par cette « institution totale » – pour reprendre la terminologie d’Erving Goffman – prenant appui sur le double modèle de la vie monacale et du régime militaire.

15C’est sur le problème du logement que David Fée nous invite à réfléchir avec lui, sur la façon dont il est géré par la Nouvelle Autorité du Grand Londres, mise en place par le gouvernement travailliste après les élections de 1997. Les lois antérieures ont échoué et la capitale offre le spectacle d’un marché qui accentue les différences entre riches et pauvres, avec un cruel manque de logements sociaux. C’est pour lutter contre l’exclusion que le nouveau cadre législatif veut « garantir à tout Britannique un logement correct ». Dans son souci d’assurer « le renouveau des centres-villes », le maire, Ken Livingstone, veut y faire place en priorité aux « travailleurs clefs », ceux des services de santé, de l’éducation, des transports et de la police. Il est certes trop tôt pour établir le moindre bilan et pour savoir si la Nouvelle Autorité a réussi ou non, à « mettre un terme à la pénurie et à imposer ses choix fonciers et immobiliers », tout en respectant l’environnement.

16Écologie encore avec l’article de Sylvie Nail consacré à la politique britannique en matière de forêts et de reboisement. La commission ad hoc créée en 1919 a vu évoluer ses missions et son cahier des charges, pour intégrer peu à peu de nouvelles priorités : respect du patrimoine paysager, tourisme et loisirs, conservation des sites. Signataire de la Déclaration de Tokyo, le Royaume-Uni aborde en 2005 la décennie du développement durable en déclinant le concept de « foresterie sociale », ce qui n’est pas sans conséquences sur les essences plantées, les lieux aménagés, les politiques incitatives en la matière. Avec l’émergence des groupes de pression écologistes, qui oserait affirmer désormais que « les arbres ne rapportent pas de voix » ?

17Nous avons réservé pour la fin, point d’orgue à ce panorama d’une recherche riche et diversifiée, la réflexion d’Emmanuelle Avril sur « Art et pratique de la recherche active ». Déplorant ce qu’elle considère comme une coupure regrettable, héritée du cartésianisme, entre rationalité et émotions, l’auteur met ses pas dans ceux de Carl Jung (The Undiscovered Self, 1958) et de Lewis Minkin (Exits and Entrances : Political Research as Creative Art, 1997), pour tenir un nouveau discours de la méthode : « donner à voir un esprit au travail », avec ses erreurs éventuelles, afficher sa créativité au lieu de la « tenir en suspicion » – plaisir (re) trouvé de l’écriture… La recette est-elle transférable ? Au terme de cet hommage à Monica Charlot, nous laisserons à chacun la liberté de décider ce qu’est, à ses yeux, le bonheur d’être chercheur.

Auteur

Suzy Halimi est professeur à l’université Sorbonne Nouvelle – Paris 3, Président honoraire de l'université, et actuellement directrice de l'Ecole doctorale des Études anglophones. Elle est spécialiste de civilisation britannique ; son champ de recherche porte sur l'Angleterre des Lumières.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540