Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les prédiscours

 | 
Marie-Anne Paveau

Chapitre 6. Mondes partagés

Texte intégral

Si les sujets ne se comprenaient pas, il n’y aurait pas d’hyperlangue. L’hypothèse de la langue revient à supposer qu’ils se comprennent tous parfaitement et qu’ils ont tous pareillement accès à tous les lieux de l’hyperlangue. Si elle était valable sans restriction, alors langue empirique et langue grammaticale coïncideraient : il n’y aurait pas sous-détermination et il n’y aurait pas d’histoire. Ce n’est pas de la langue grammaticale qu’il y a histoire (la langue grammaticale peut être datée, mais le temps n’est pas une de ses dimensions intrinsèques), c’est de l’hyperlangue.
S. Auroux, La raison, le langage et les normes

1Le partage du sens est une nécessité communicationnelle et un impératif cognitif : les locuteurs ont besoin d’un minimum d’objectivité du sens (autrement dit, de stabilité intersubjective) pour que l’échange conversationnel et la circulation des discours soient tout simplement possibles. Cette communauté du sens est également nécessaire au fonctionnement cognitif de l’individu qui est engagé dans des relations de coopération avec d’autres agents humains et non humains.

2Les propriétés des prédiscours leur confèrent cette aptitude à créer du partage sémantique, ce qui se manifeste dans certaines formes langagières.

La deixis encyclopédique

3La deixis est une forme privilégiée d’appel aux cadres prédiscursifs collectifs parce qu’elle constitue un dispositif qui assure à la fois la référence et la construction énonciative du discours. Je ne parle pas ici de la deixis énonciative qui signale les références de l’ici et maintenant (deixis personnelle, spatiale et temporelle), mais de ce que T. Fraser et A. Joly appellent « deixis mémorielle » (1980) : il s’agit d’expressions, pour eux des groupes nominaux démonstratifs, qui réfèrent à des savoirs supposés présents dans la mémoire de l’interlocuteur et qui provoquent un effet d’empathie. Il s’agit en quelque sorte d’une situation d’énonciation élargie à la mémoire du sujet.

  • 1 Elle se distingue de la deixis textuelle car elle ne réfère pas à un élément intratextuel, et de l (...)

4Ce type de construction (du type : « Cette guerre ! ») ne se réfère pas me semble-t-il uniquement à la mémoire des sujets, mais, dans l’optique de la cognition distribuée qui est la mienne, à l’ensemble des savoirs et croyances partagées disponibles dans les cadres prédiscursifs, ces derniers pouvant être déposés dans des agents externes (journaux, affiches, discours autres, photos, etc.). La deixis ainsi comprise active le partage des savoirs et croyances prédiscursives, et, plutôt qu’indice de subjectivité dans le langage, devient indice de cette intersubjectivité propre au fonctionnement des prédiscours1. Je ne la réduirai pas aux constructions nominales et j’élargirai la désignation en parlant de deixis encyclopédique.

5Elle se manifeste de deux façons dans la matérialité de l’énoncé :

  • soit elle s’y inscrit à travers les outils déictiques traditionnels dans la théorie énonciative (pronoms personnels, désinences verbales, possessifs, démonstratifs, adverbes de lieu et de temps) qui permettent l’accès à une mémoire collective présupposée par le locuteur ; je l’appelle deixis encyclopédique marquée.
  • soit elle s’y inscrit de manière plus large à travers certaines formes lexicales ou syntaxiques qui n’appartiennent pas au stock habituel des formes déictiques, et qui convoquent les données culturelles et mémorielles partagées des protagonistes de l’énonciation et de leur groupe de référence. On a alors des phénomènes de deixis indirecte, qui font appel à un ensemble de savoirs et croyances plus confusément allégués ; je l’appelle deixis encyclopédique non marquée.

Deixis encyclopédique marquée

6Dans les exemples suivants, démonstratifs et personnels construisent une référence qui n’est ni personnelle ni spatiale ni temporelle, ni textuelle, ni discursive. Sans que ces emplois soient parfaitement nets (il y a des discussions possibles sur la détermination par les relatives par exemple), ils construisent une référence qui me semble de type encyclopédique :

1. Démonstratif
a. La logique en [féminisation des grades qui implique la suppression du possessif pour les femmes] souffre car le capitaine féminin, et fier de l’être, se fait appeler « capitaine » pour ne pas paraître masculinisé par un éventuel « mon capitaine », mais il (ou elle) restitue ainsi de fait cette logique féminine faite d’états de sincérité successifs, qui est un de ses déconcertants attraits.
MIL 136 II Col
b. Proscrivez de votre langage ce « dem...-vous » passe-partout qui souvent ne constitue pas une incitation à prendre une initiative mais plutôt une manière désinvolte de se débarrasser d’un problème.
MIL 139 X Adj

2. Personne 4
a. Toutes les réformes conçues jusqu’à présent ont tourné autour de ce trou noir où se trouve le besoin profond de nos esprits, de notre société, de notre temps, et par là même de notre enseignement.
ÉCO Morin 21
b. La communication, valeur en hausse à la cote de notre société médiatisée, nous enseignait-on il y a une quinzaine d’années aux écoles de Coëtquidan, passe autant par le discours véhiculé que par le comportement de l’émetteur et du récepteur.
MIL 151 X Cdt
c. Ceux qui élaborent ces réformes, ont-ils le sens de l’humour et du devoir à ce point influencé par notre société contemporaine qu’ils ne puissent nous offrir qu’une carrière calquée sur celle d’un milieu commercio-industriel, où nous avons choisi de ne pas aller précisément pour pratiquer un métier qui nous offre comme idéal : grandeur, altruisme, désintéressement ?
MIL 177 VII Lt
d. Notre monde actuel est source de nombreux problèmes qui peuvent à la longue déboucher sur de sérieux conflits.
MIL 182 III PM

7Dans 2b et 2d, le déictique personnel est renforcé par un adjectif « synonyme » (contemporaine et actuel). Il s’agit d’un phénomène de renforcement de la propriété de transmissibilité des prédiscours, sur l’axe horizontal de la communicabilité : les locuteurs insistent sur le partage des savoirs, tout en établissant ce partage. Le prédiscours ici est autant allégué qu’installé.

Deixis encyclopédique non marquée

8Je classe dans les manifestations de la deixis encyclopédique non marquée des expressions comme à une/l’heure où, dans une société où, dans un monde où, à une époque où. Il me semble en effet qu’elles sont paraphrasables par maintenant, dans notre société, dans la société qui est la nôtre, etc., sans être équivalentes. C’est en fait le contenu de la relative, décrivant des réalités ou des situations repérables comme contemporaines, qui fournit le contenu déictique de la tournure, et convoque donc les partages conniventiels :

Dans un monde où le Spectacle est l’autorité symbolique la plus haute, un enseignant ne peut espérer obtenir la bienveillance et l’attention des élèves-téléspectateurs que s’il accroît la part de théâtralité inhérente à l’acte d’enseigner.
ÉCO Michéa 70
– L’inflation des réformes de l’école va avec l’excès des responsabilités qu’on fait peser sur elle. La disproportion est partout : à une époque où l’école est bien plus conforme à l’idée républicaine qu’au XIXe siècle, on va diagnostiquer la mort de l’idée républicaine notamment dans l’école.
ÉCO Coq 9
– Mais ces points communs [entre armée et monde de l’entreprise], flatteurs à une heure où le monde de l’entreprise est souvent pris comme référence par l’ensemble de la société, ne doivent pas nous faire oublier les spécificités du commandement militaire.
MIL 150 XII Cne
– À l’heure où l’on combat la xénophobie, où l’on cherche des solutions pour intégrer les étrangers naturalisés, avec leurs coutumes et leurs cultures, ne peut-on pas se demander s’il n’y a pas similitude entre antimilitarisme et racisme ?
MIL 152 III Adj
– Dans une société où l’individualisme et le mythe du gagneur économique mais aussi de la surconsommation ont remplacé le civisme : le devoir comme le vote, le respect des droits de l’homme, le respect des lois, l’assistance aux personnes en danger, le paiement des impôts, le devoir d’élever ses enfants...
MIL 157 IX Sgt chef

9Certains groupes nominaux avec un support exprimant un segment temporel (temps, époque) et caractérisé par un adjectif formulant un trait présenté par le locuteur comme typique de l’époque dans laquelle il se situe (ici : managériale et démocratiques) fonctionnent également comme des déictiques encyclopédiques. Ce serait alors le sémantisme de l’adjectif qui fournirait la deixis et porterait l’appel aux cadres prédiscursifs :

– Ce sur quoi le nazisme a échoué, à cause des méthodes primitives et violentes qu’il utilisa, est-il en passe de devenir le succès de l’industrie à l’époque managériale ?
ÉCO Molinier 86
– Les temps démocratiques sont par ailleurs favorables à ces langages qui font consensus sans explication. C’est la conséquence de l’égalitarisme, déviation de l’égalité. Les mots semblent vrais par le fait même qu’on les emploie !
ÉCO Coutel 13

10Cette typologie est ouverte, et certaines formes ou tournures, employées dans des contextes particuliers, peuvent aussi constituer des formes de deixis. Sur ce point comme sur d’autres, la modélisation de l’analyse du discours reste perpétuellement suspendue et modifiable. J’aurais pu également intégrer à cette typologie le nom propre, que j’ai choisi de traiter au chapitre précédent, puisqu’il peut être considéré comme un déictique. C’est par exemple la thèse de K. Jonasson (1992) qui convoque d’ailleurs la cognition et la notion de mémoire discursive longue pour décrire la compétence particulière (c’est-à-dire contextuelle) dont doit disposer le sujet parlant pour identifier le référent d’un Np.

Les interrogations génériques

11J’appelle interrogations « génériques », à la suite de M. Ali Bouacha, des phrases interrogatives généralisantes qui présupposent la vérité prédiscursivement admise de la réponse attendue et donc finalement inutile. La rhétorique a depuis longtemps identifié cette forme sous le nom de interrogation oratoire (ou question rhétorique), mais M. Ali Bouacha en donne une interprétation renouvelée. Les interrogations génériques, qui constituent en fait des assertions renforcées, lui semblent signaler prioritairement à la fois un engagement et un désengagement du locuteur qui adosse son propos à un savoir ou une croyance communément admis :

[...] l’énoncé généralisant cumule cette propriété double et à première vue contradictoire d’exprimer un engagement et de permettre un désengagement. Engagement, puisque l’on cherche à imposer une proposition contre une autre proposition qui lui préexiste d’une manière ou d’une autre. Désengagement, puisque l’on fait comme si on n’énonçait pas son opinion personnelle mais celle de tout le monde ou mieux encore une vérité fondée sur un « cogitamus rationnel », autrement dit sur ce qui « oblige à penser d’accord » (Bachelard).
(Ali Bouacha 1993 : 285)

12M. Ali Bouacha rejoint dans cette analyse les propositions de M. Pêcheux sur l’effet de préconstruit établi par certaines tournures et cet « universel » en discours auquel le sujet se soumet. L’interrogation générique est donc une forme d’appel aux cadres prédiscursifs collectifs dans leur dimension universelle.

13La forme la plus répandue de l’interrogation générique est l’interro-négative, mais je relève une grande variété de constructions dont voici quelques exemples :

1. Interro-négations
a. Or, du pragmatisme à la misologie (haine de la raison), il n’y a qu’un pas. Et qui ne sait que l’économisme et le pragmatisme sont des pensées à court terme et que le véritable intérêt civique (et économique) est de former des individus instruits et ouverts ?
ÉCO Coutel 49
b. N’est-il pas paradoxal que ce suivi personnel qui est de règle dans les universités américaines, et qui est constant dans les classes préparatoires aux grandes écoles, réservées aux jeunes les plus doués et les plus motivés, soit pratiquement nul en ce qui concerne les étudiants des universités, qui sont abandonnés à eux-mêmes ?
ECO La Martinière 27
c. N’y aurait-il pas donc dans cette disposition réglementaire récente [pas de possessif pour les personnels féminins] une attitude de supériorité masculine inconsciente ainsi trahie ?
MIL 136 II Col
d. L’image de l’armée n’aurait-elle pas à y gagner si disparaissait la vue de jeunes gens accompagnés de gendarmes à l’entrée de ses établissements ?
MIL 137 VI Adj

2. Que dire de... ?
a. Et que dire de cet officier-marinier, embarqué sur un navire du groupe aéronaval en océan Indien, qui a accompli, à bord de son bâtiment, à force d’obstination, les 21,5 km d’un semi-marathon ?
MIL 130IIEV
b. Que dire alors du mannequin, du chaperon ou du malheureux soprano qui, se masculinisant, risquerait de se découvrir... sans voix ?
MIL 136 II Col

3. Interrogation partielle + comparatif
a. Comment expliquer autrement ce tournant éducatif et jeuniste qui entraîne le changement de nom du ministère en 1932 ; l’« Instruction publique » devient l’« Éducation nationale » (comme en Italie !).
ÉCO Coutel 27
b. Quelle meilleure réponse leur fournir que celle exprimée par la bouche des premiers intéressés, les officiers eux-mêmes ?
MIL 141 II CF
c. En résumé, quelle opération de relations publiques serait plus bénéfique que de voir refleurir dans nos rues les uniformes de nos armées et quelle plus grande preuve de fierté de notre métier pouvons-nous donner à nos concitoyens ?
MIL 141 VI Adj chef

4. Interrogation partielle + sinon
a. Qui organise cette déroute, sinon le ministre socialiste de l’Éducation nationale ?
ÉCO Molinier 40
b. Qui sont-ils donc, sinon le miroir de leurs pères ? Qui sont-ils donc sinon le reflet de leur époque, celle qui a décidé de dévorer ses enfants ?
ÉCO Molinier 15

5. Interrogation totale + quand
a. L’armée est-elle encore une grande famille quand pour certains, nombreux, les contacts sont régis par la formule « chacun pour soi et Dieu pour tous », élevée au rang de postulat ?
MIL 145 V Cap chef
b. Peut-on parler de paix quand une Albanie tout entière poussée par la misère et la faim envahit un port italien et nécessite, pour être repoussée, une véritable opération militaire ?
MIL 168 XV Col

14Il est remarquable que les interrogations génériques apparaissent souvent en séries dans le corpus École, série de deux (ÉCO Lequiller 143), de quatre (ÉCO Coq 14) ou même de six et plus (ÉCO Desoli 6-7). L’interrogation générique possède en effet, du fait de cet ancrage prédiscursif dans l’universel, un fort pouvoir argumentatif du côté de l’imposition de l’évidence. Elle permet que soit formulée une vérité présentée comme objective, grâce au « désengagement » du locuteur. Quoi de plus persuasif en effet qu’une déclaration d’objectivité ?

15Mais il existe des régimes d’objectivité avec lesquels jouent les locuteurs, afin de présenter les savoirs qu’ils allèguent comme assurés.

Usages de la modalité épistémique

16J’examine ici les différentes manifestations langagières du savoir et de la vérité et la manière dont les discours formulent les régimes d’objectivité. Je viens de signaler que l’interrogation générique alléguait un savoir universel. D’autres constructions permettent aux locuteurs de faire appel à des savoirs plus ou moins consolidés, mais qui tous sont présentés comme relevant du prédiscours incontestable de l’objectivité, ancré dans l’évidence. La notion d’évidence est en effet cruciale pour mon propos, mais sa richesse et son empan disciplinaire (philosophie, philosophie de l’esprit, sciences cognitives, sciences du langage) la rend difficile à manier avec concision. Je choisis de la définir, toujours dans le cadre phénoménologique qui constitue l’arrière-plan philosophique de mon travail, dans sa dimension perceptive ; je décrirai ensuite ses manifestations en discours, en recourant au concept d’évidentialité, qui désigne les différentes sources des savoirs formulés dans les productions verbales.

Les formes de l’évidence

17L’évidence est un phénomène qui repose sur une articulation étroite entre perception et langage. « Le vocabulaire de l’évidence, déclare F. Gil, accueille et intensifie une certaine expérience du monde qui elle-même représente l’effet conjoint des sens et du langage qui l’énonce. [...] L’évidence mobilise toute le système des sens, orientation, tact, vue, ouïe et le goût et l’odorat y ont également une place [...] » (Gil 1993 : 16).

18Cette expérience se construit en discours, tout en se présentant comme extérieure ou antérieure à lui, les formes langagières élaborant elles-mêmes une coïncidence, voire une homologie, entre les percepts et les formes langagières : ce qui est évident pour moi, qui me semble émaner des choses elles-mêmes, et dont j’ai l’impression que le langage les exprime « naturellement », est en fait le résultat de la manière dont nous avons tous, collectivement, appris à considérer le rapport entre le langage et le monde extérieur.

19Dans Contre la méthode, P. Feyerabend décrit longuement « l’argument de la tour », celui qui a été opposé à Galilée pour réfuter le mouvement de la terre. On peut le résumer très brièvement de la façon suivante : la simple observation montre qu’une pierre tombant d’une tour a une trajectoire parfaitement verticale et perpendiculaire à la surface de la terre ; si la terre tournait, la trajectoire serait différente ; donc la terre ne tourne pas. CQFD. L’explication que P. Feyerabend délivre pour justifier l’argument de la tour, qui entre dans sa fameuse « théorie anarchiste de la connaissance », constitue une définition efficace de l’évidence telle que je la conçois dans ma théorie des prédiscours :

Les méthodes d’enseignement, combinées à un processus de croissance résultant naturellement de l’interaction entre l’organisme et le milieu, à la fois façonnent « l’apparence » ou le « phénomène », et établissent un lien solide entre eux et les mots, si bien que, pour finir, les phénomènes semblent parler d’eux-mêmes sans secours extérieur ou connaissance étrangère. Ils sont ce que les énoncés associés affirment qu’ils sont. Le langage qu’ils « parlent » est, naturellement, influencé par les croyances des générations antérieures, croyances qui ont été nourries depuis si longtemps qu’elles ne paraissent plus être des principes séparés, mais qu’elles sont entrées dans les termes du langage quotidien, et, après l’entraînement requis, semblent émerger des choses elles-mêmes. (Feyerabend 1979 [1975] : 75 ; ital. de l’auteur)

20La question désormais n’est évidemment plus de savoir si Galilée a raison ou tort, mais d’observer la manière dont les locuteurs usent de ce savoir né des mirages de la perception immédiate dans la production des discours. Autrement dit la manière dont ils usent de ce savoir comme d’un prédiscours orientant leur discours.

21La notion d’évidentialité est particulièrement utile à ce projet, car elle définit la manière dont les locuteurs marquent, dans leurs productions verbales, les origines des savoirs qu’ils allèguent et/ou transmettent. Évidentialité construit sur l’anglais evidential ne se réfère pas à l’évidence dont je parlais plus haut, mais plutôt à la justification des savoirs (sens de l’anglais evidence). Laissons Z. Guentchéva en donner une définition précise et complète :

[...] le terme evidential a été progressivement étendu à tout un répertoire de marqueurs grammaticaux qui encodent différents types de justifications (evidence) et sur lesquels s’appuie l’énonciateur pour signaler que le mode d’accès à la connaissance du message qu’il transmet est fondé sur le dire d’un tiers non spécifié, sur un ouï-dire, sur la présence d’un indice ou à partir d’un raisonnement. On l’utilise actuellement pour faire référence aussi bien à la source du savoir de l’énonciateur qu’à la nature de cette source suivant qu’il s’agit de propos entendus d’un tiers non spécifié, de ouï-dire ou d’inférence ou encore de faits constatés par la vue, l’ouïe ou tout autre sens.
(Guentchéva 2004 : 13-14)

22Dans les corpus qui m’occupent, les locuteurs assertent à de nombreuses reprises et par des moyens langagiers très variés la nature collective, objective et assurée du savoir qu’ils allèguent ; ils identifient donc les sources de leur savoir, en même temps qu’ils les caractérisent comme stables et fiables. Cette fiabilité est due en grande partie à l’usage des formes de l’évidence : le savoir allégué est présenté comme extérieur et antérieur au discours, comme un socle épistémique préexistant, relevant des cadres prédiscursifs collectifs. Les marqueurs d’évidentialité sont alors des marqueurs épistémiques qui présentent le savoir de l’énonciateur avec ces caractéristiques. On peut distinguer des marqueurs de déclaration épistémique (le savoir est asserté comme existant) et des marqueurs de contrainte (le savoir est présenté comme contraignant les discours).

La déclaration épistémique

23Dans la déclaration épistémique, la source du savoir est un agent extérieur au locuteur, le plus souvent indéfini car collectif. Les énoncés vont alors combiner des verbes épistémiques (verbes de connaissance comme savoir, connaître souvent renforcés par un intensif ou de rappel de connaissance comme rappeler) et des agents collectifs indéfinis (pronoms indéfinis, relatifs sans antécédent) :

1. Indéfinis
a. Nous aurions pu aussi en [copies d’élèves] présenter de plus catastrophiques. Tout le monde sait qu’elles sont légion.
ÉCO Morel 20
b. Tout le monde sait qu’il s’agit de bien autre chose et que là justement réside la difficulté : celle-ci [l’institution], pour tout dire, a été définitivement esquivée dès qu’on a employé le mot éducation.
ÉCO Milner JC 68
c. N’importe quel adulte ayant eu l’occasion d’étudier ou de constituer des dossiers sait bien l’effort extraordinaire de concentration qu’implique un tel exercice.
ÉCO Nemo 95
d. Ces notions [les notions élémentaires de la science], on le sait, sont le fruit de siècles d’efforts collectifs, qui ont donné lieu à des structurations successives, à des élaborations conceptuelles, qu’il ne présente aucun intérêt [...] de faire refaire à nouveaux frais à des enfants [...].
ÉCO Nemo 123

2. Relatifs
a. Quiconque connaît la jeunesse lycéenne sait bien en vérité que son insatisfaction et sa colère à l’endroit des conditions existantes sont éminemment réelles.
ÉCO Michéa 72
b. Or, du pragmatisme à la misologie (haine de la raison), il n’y a qu’un pas. Et qui ne sait que l’économisme et le pragmatisme sont des pensées à court terme et que le véritable intérêt civique (et économique) est de former des individus instruits et ouverts ?
ÉCO Coutel 49

24Mais la déclaration épistémique peut également s’appuyer sur le savoir d’un agent qui fait figure de garant, parce qu’il possède les compétences adéquates :

– Tous les professeurs savent que face à certains élèves, l’inventivité pédagogique n’est d’aucun secours, et que l’intervention d’adultes extérieurs à la relation pédagogique s’avère nécessaire.
ÉCO Capel 173
– [réponse à une critique du sport dans la marine] En second lieu, il est hasardeux d’affirmer que nos ressortissants boudent les installations sportives. Les animateurs des « bourses des matches » le savent bien, qui ont la plus grande peine à satisfaire la demande.
MIL 130 II EV

25Elle peut aussi s’appuyer sur le savoir de l’interlocuteur asserté comme universel par décision unilatérale du locuteur. Dans l’exemple suivant, ce sont les modalités généralisantes de la complétive qui marquent l’universel, et la personne 5 qui porte l’évidentialité :

Vous savez à quel point les soldats des autres compagnies aiment à jouer les « anciens », « ceux qui savent », et combien il est facile de pratiquer la désinformation et de semer le doute, la confusion — et pire — la crainte dans l’esprit de nos jeunes.
MIL 139 X Lt

26Terminons par des tournures qui manifestent ce que l’on appellera le notoire sans agent ; seul en effet le savoir est asserté, sans mention d’une source particulière :

– Le service national est inégalitaire. Deux Français sur trois l’accomplissent. C’est un fait connu mais souvent les responsables politiques ou militaires se retranchent derrière une comparaison faite auprès des voisins.
MIL 164 XXIII Cne
– Le moral, faut-il le rappeler est un sujet de préoccupation d’autant plus important que le chef se situe à un rang élevé de la hiérarchie.
MIL 182 V Col
– Celles [personnels féminins] qui veulent s’exprimer sur un état de fait ou plus simplement avancer une idée ne rencontrent que pitié, au mieux indulgence : il est bien connu que les femmes ont des états d’âme...
MIL 145 V Cap chef (féminin)

La contrainte épistémique

27Dans la contrainte épistémique, le savoir partagé a les allures d’un impératif catégorique pour le sujet sommé de se rendre à l’évidence de l’évidence elle-même. Les locuteurs allèguent en effet un savoir dont rien n’est dit, si ce n’est qu’il relève d’une vérité incontestable, et qu’il doit par là même être obligatoirement reconnu comme partagé. L’évidentialité dans ce cas est non marquée, réduite à la seule assertion de la vérité du savoir. C’est vrai parce que c’est vrai, semblent affirmer les locuteurs.

28Les supports verbaux force est de constater/reconnaître que (inscrivant en langue la force de l’évidence, à la manière de l’argument de la tour) ou il faut bien constater que ou constatons que sont des opérateurs privilégiés de la contrainte épistémique, ainsi que il faut bien admettre, qui en est une variante :

– Force est de constater qu’aujourd’hui les « jeunes » ont une éducation de plus en plus sommaire, que l’éducation nationale, malgré ses réformes, obtient de plus en plus d’illettrés et que le sens moral est aux abonnés absents.
MIL 181 IV Cru
– Or il faut bien constater qu’au vingtième siècle notre société occidentale n’a accordé qu’une faible part au rêve [...] ou, pour être plus exact, l’occident a donné la prééminence au visible mesurable plutôt qu’à l’invisible non mesurable.
MIL 156 XIII Lt Co
– Tout d’abord, constatons que cette politique de niveau de puissance permet aux politiques certaines facilités avec la capacité opérationnelle.
MIL 173 IX Cdt
– Et force est de constater que, lorsqu’il blâme le développement incontrôlé de l’individualisme dans nos sociétés comme dans l’école, Luc Ferry propose toujours plus d’individualisme pour y remédier.
ÉCO Capel 119
– Enfin, il faut bien admettre que les bacheliers d’aujourd’hui ne sont pas portés par leurs lycées au niveau qu’exigeraient des études universitaires.
ÉCO La Martinière 27

29La contrainte épistémique passe aussi par des opérateurs plus discrets, qui sont des modalisateurs adverbiaux tournant autour du thème de l’évidence. Ils se contentent d’affirmer cette évidence, sans signaler la source puisqu’elle repose sur la certitude phénoménologique dont je parlais plus haut :

1. À l’évidence
a. Une relégitimation de l’École est à l’évidence urgente.
ÉCO Pena 119
b. La crise de ce qui s’appelait autrefois l’« École républicaine » [...] participe, à l’évidence, du même mouvement historique qui, par ailleurs, défait les familles, décompose l’existence matérielle et sociale des villages et des quartiers, et d’une façon générale emporte progressivement avec lui toutes les formes de civilité qui, il y a quelques décennies encore, marquaient une part importante des rapports humains.
ÉCO Michéa 11
c. À l’évidence, le Sida s’est répandu par le truchement de comportements sexuels abusifs, et de comportements liés à l’usage de la drogue.
MIL 155 V LV

2. Évidemment
a. Les travaux du spécialiste des relations humaines vont-ils à l’encontre de l’action de l’instructeur au contact de la troupe ? Bien évidemment non, mais, si elles sont complémentaires, leurs tâches demeurent cependant distinctes et spécifiques.
MIL 139 II CB
b. Cette bascule par spécialité des cadres et EVAT à l’extérieur de l’Arme va évidemment entraîner une désaffection de ceux-ci et souvent leur démission.
MIL 174 II Cne

30Enfin la contrainte épistémique trouve une justification ontologique : c’est en effet l’essence des choses qui s’impose « naturellement » et l’on a alors un vocabulaire plus essentialiste que phénoménologique (par là même, X-même, par essence, par nature) :

1. Constructions avec –même
a. En effet, il faut maîtriser tout un savoir pour le reconstruire à partir de ses éléments : ce qui requiert un maître savant, qui par là même sera pédagogue (le pédagogisme décrète l’inverse).
ÉCO Coutel 74
b. Si je noircis les choses, c’est parce qu’elles noircissent elles-mêmes, très vite.
ÉCO Romilly 144

2. Par essence, par nature
a. Les institutions d’enseignement sont par nature très inertielles.
ÉCO Jaffro 52
b. Or, cet allongement est par essence antidémocratique : quelles familles peuvent tenir leurs enfants aux études quatre à cinq ans après le bac ?
ÉCO Rey 32
c. Par essence, l’apprentissage des relations humaines est en école au fondement de la formation au commandement.
MIL 139 II Cdt
d. Est-on appelé à connaître à nouveau de tels soubresauts [grogne des gendarmes été 1989] ? A coup sûr oui, pour la simple raison que le politique et le militaire, qui sont par essence fondamentalement différents, ont du mal à se « comprendre ».
MIL 149 XII Lt co
e. Le comportement de l’individu face à une autorité autre que ses parents, voilà la vraie nature de la relation entre l’appelé et l’armée.
MIL 157 IX Sgt chef

31Les formes que je viens d’examiner mettent en œuvre dans les discours la propriété de transmissibilité horizontale des prédiscours : elles entérinent en même temps qu’elles l’élaborent la collectivité des savoirs et croyances, nécessaire à la circulation des discours, à leur crédibilité et à leur force argumentative dans les débats. Mais le partage des mondes n’est pas seulement une stratégie discursive ; c’est également une nécessité psychique et cognitive pour tout locuteur.

Notes

1 Elle se distingue de la deixis textuelle car elle ne réfère pas à un élément intratextuel, et de la deixis discursive (Maingueneau 1987) car elle ne réfère pas à la scène d’énonciation.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2006

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540