Version classiqueVersion mobile

L'Italie en jaune et noir

 | 
Maria-Pia De Paulis-Dalambert

Le roman policier italien vu de France et d’Italie

Le roman noir de la maison Métailié

Les collections italiennes : un certain visage de la littérature et de l’Italie

Serge Quadruppani

Résumé

Parce que la face obscure de l’humain éclaire tout le reste, parce que l’histoire de l’Italie n’a cessé de ressembler à un giallo, parce que, dans la Botte comme partout, le polar est un excellent analyseur social et enfin parce que le roman noir incarne outre-Alpes comme ailleurs un des secteurs les plus dynamiques de la littérature, il occupe une place centrale dans nos collections « Bibliothèque italienne » et « Suites italiennes ». De l’auteur collectif Wu Ming à Valerio Evangelisti, en passant par Andrea Camilleri et Massimo Carlotto, c’est en Italie qu’on trouve quelques-unes des expériences littéraires les plus originales de notre époque, qui s’appuient sur la littérature de genre pour mieux la subvertir. Ces auteurs dont nous analyserons quelques œuvres dessinent un certain visage de l’Italie : terre d’immigrants et d’immigrés, partagée entre replis xénophobiques, petitesses identitaires et un amour des lieux et des langues, une ouverture aux grands vents du monde.

Texte intégral

  • 1  En ce qui concerne la littérature italienne contemporaine, les éditions Métailié lui consacrent, a (...)
  • 2  Cette année, les éditions Métailié fêtent les trente ans de leur activité : 1979-2009.
  • 3  J’ai contribué à faire connaître (et en partie traduit) Andrea Camilleri, Valerio Evangelisti, San (...)

1Si l’on examine les très nombreux titres proposés par les éditions Métailié dans les rayons de la collection « Bibliothèque italienne » et de ses nombreuses annexes « Suites italiennes »1, il sera aisé de dessiner un certain visage de la production d’outre-Alpes, tel qu’il est apparu depuis le début des années quatre-vingt-dix et tel surtout que les éditions Métailié ont voulu le faire connaître au public français au travers du prisme merveilleux de la traduction. En effet, cela fait trente ans2 que notre éditrice fait tourner la baraque, et nous, ses collaborateurs de toujours, nous le savons maintenant : ce qui tient debout le fragile édifice d’une maison d’édition indépendante, ce ne peuvent être seulement des qualités de gestionnaire (même s’il en faut beaucoup), et encore moins le flair pour des « coups » (de ces derniers, on peut se passer), mais avant tout une chose aussi peu concrète et comptabilisable qu’un esprit. Pour ma part, grâce à ma longue activité de traducteur et, depuis 1999, en qualité de collaborateur de cette maison et de directeur de collection, j’ai contribué à renforcer l’activité de « passeur », d’« apporteur de textes », je lui ai donné une nouvelle impulsion en faisant connaître bon nombre des auteurs italiens contemporains3, ceux qui m’ont semblé apporter un air neuf dans la littérature transalpine. Un certain esprit de découverte et de risque lié à l’ouverture à l’égard d’une littérature sensible au réel et aux changements de la société a animé les projets éditoriaux de Métailié et les miens.

2Cet esprit, on le perçoit notamment à travers les romans noirs. La chose ne paraît pas évidente au premier abord : quoi de commun entre l’épaisseur historique, la complexité linguistique, le raffinement de la construction de l’Opéra de Vigàta (Camilleri) et les histoires drolatiques du Vieux Switch (Delfino) ? Entre les banlieues poststaliniennes de Delteil et la « mer détraquée » de Braucci ? Entre le Blues de Sandrone (Dazieri) et celui d’Erlendur, le héros d’Arnaldur Indridason ? Entre les mondes du Romain De Cataldo et des Belges Mayence ou Baronian ? Entre l’impeccable Grimaldi et l’échevelé Cappellani ? Entre le collectif bolognais Wu Ming et le Cubain Padura ? Entre le chat du turco-allemand Pirinçci (Félidés), celui du Chilien Diaz-Eterovic (Les sept fils de Simenon) et du soussigné (Au fond de l’œil du chat) ?

  • 4  Wu Ming 1, 2008, New Italian Epic, Memorandum 1993-2008: Littérature narrative, point de vue obli (...)

3Chaque auteur est une île, avec son histoire singulière et une très particulière faune imaginaire – mais ces îles forment un archipel dont le dessin laisse percevoir un dessein. Car nos écrivains du rayon noir partagent « des morceaux de cartes mentales et un désir féroce qui les ramène à chaque fois aux archives ou dans la rue, ou là où les archives et la rue coïncident ». Cette citation est tirée d’un texte de Wu Ming 1, New Italian Epic, paru au printemps 2008 sur le site wumingfoundation.com4, à l’origine d’une intense réflexion collective en ligne, de nombreuses polémiques sur papier journal, et certainement de nombreux colloques (le premier s’est tenu le 2 octobre 2008, à Londres, à la Royal Holloway University). Dans cet article (disponible en français sur mon site et sur wumingfoundation.com), l’un des membres du collectif bolognais tente d’énoncer ce que peuvent avoir en commun une série d’œuvres parues en italien depuis les années quatre-vingt-dix. Wu Ming 1 rassemble sous l’étiquette féconde de New Italian Epic la création littéraire italienne caractérisée par un retour à l’engagement civique, à l’ironie constructive au travers d’une narration fondée moins sur les gratuités et les pastiches postmodernes que sur la nécessité du récit, d’une histoire à raconter. Tout n’ayant pas été dit, ces auteurs ont voulu rompre avec le désenchantement postmoderne. Ils ont voulu remettre au centre de leurs préoccupations le récit.

4Par ce retour à une intrigue enracinée dans l’histoire passée ou récente, cette littérature au souffle épique donne à voir le présent en le recontextualisant dans les raisons du passé. À notre avis, les années soixante-dix et la Résistance forment deux trous dans la connaissance du passé récent de l’Italie. Le polar, au-delà de ses nuances le faisant pencher tantôt vers le roman policier tantôt vers le noir, répond sans doute mieux, par sa forme plus dynamique, au besoin de raconter cette Italie « à trous ». C’est en ce sens qu’elle dépasse la vieille catégorie de l’évasion ou de l’« intrattenimento » pour se redécouvrir capable de susciter une interrogation sur l’engagement dans la Cité. Ce n’est pas un hasard si une bonne partie des auteurs que Wu Ming 1 cite figurent parmi ceux de la « Bibliothèque Italienne » et dont témoigne l’annexe bibliographique ajouté à la fin de cette étude. Seuls ou en anthologies, les auteurs italiens traduits donnent à respirer l’italianité du pays, leur territorialité au sens de leur enracinement dans un territoire donné. Cependant, après la longue période de tâtonnement du polar italien (des années trente aux années soixante-dix et ce à cause d’auteurs peu connus tels que Varaldo et De Angelis et ensuite malgré la présence d’auteurs fondamentaux tels que Sciascia, Gadda, Fruttero & Lucentini et ensuite Scerbanenco), les éditions Métailié ont donné leur préférence à Macchiavelli qui ouvre la voie au polar contemporain. Au cours des années quatre-vingt-dix on a assisté à un renouveau du genre contaminé par l’apport de systèmes non écrits (au sens traditionnel du terme), tels que la télévision, la musique et la bande dessinée, l’informatique. L’engagement social ou civique semble s’être imposé comme étant l’attitude généralisée de cette nouvelle littérature.

5Les tendances communes de cette écriture littéraire en Italie ont trouvé un écho dans les orientations qui ont guidé une éditrice française et ses plus proches collaborateurs dans le choix de romans noirs du monde entier. Cela n’étonnera que ceux qui ignorent qu’un point de vue sur la littérature est forcément un point de vue sur le monde – qui peut donc être partagé n’importe où dans le monde. Ce qui nous a intéressés dans la littérature italienne contemporaine, c’était moins l’appartenance à un genre donné (car le noir est par définition un genre hybride) que le contrat avec le lecteur et surtout, l’envie de voir raconter une histoire. À cela s’ajoute le souci de lire la modernité du présent en Italie au travers d’une écriture qui puise elle-même dans les sources de la modernité et qui pour cela devient une manifestation de modernité scripturaire.

6Pour mieux appréhender la question de ce nouveau roman, nous retracerons quelques-uns des traits qui composent le visage du roman noir aux éditions Métailié, et ce en dialoguant avec le texte New Italian Epic de Wu Ming 1.

La tendresse du roman noir contre la cruauté du monde

7Les lecteurs d’Hannelore Cayre savent bien que le cynisme effréné de son personnage cache mal une tendresse profonde pour les losers qui font tout pour ne pas perdre et qui perdent pourtant, pour la racaille qui se bat et se débat au bas de l’échelle sociale. Rien de moins politique, apparemment, que son point de vue : avec dans la voix le sarcasme qui est sa petite musique à elle, l’auteure note simplement que les dealers sont les plus pures incarnations de la pensée néolibérale. Et pourtant, la tendresse qui affleure sous la raillerie constitue une prise de position par laquelle son œuvre entre en résonance avec les autres romans noirs de la maison Métailié, qu’il s’agisse des livres de Paco Taibo II, Sepulveda, Macchiavelli ou Camilleri.

8C’est ici qu’il convient de citer à nouveau Wu Ming 1, pour reprendre à notre compte ce qu’il dit des œuvres de la New Italian Epic :

  • 5Ibid., p. 7.

[elles] ne manquent pas d’humour, mais elles rejettent le ton détaché et froidement ironique, typique du pastiche postmoderniste. Dans ces récits il y a une ferveur, ou en tout cas une prise de position et une responsabilité assumée, qui les transporte au-delà du caractère enjoué imposé dans le passé récent, au-delà du clin d’œil compulsif, au-delà de la revendication de « ne pas se prendre au sérieux » comme unique ligne de conduite. Il va de soi que « sérieux » ne signifie pas « austère ». On peut être sérieux tout en étant léger, on peut être sérieux tout en riant. L’important est de retrouver une éthique de la narration après des années de jeu forcé. L’important est de regagner […] confiance dans les mots et dans la possibilité de les réactiver, de les recharger de signification après l’usure des topoï et des clichés5.

Le roman noir, c’est de la littérature

9Étant donné la richesse du catalogue « Métailié Noir », la question de la cohérence et de la coexistence des nombreux auteurs qui la composent s’est vite posée. Nos auteurs de romans noirs sont dispersés à travers le monde, leurs intrigues sont différentes ainsi que les ambiances créées et leurs personnages. Ce qui les lie, c’est un esprit maison et une conception solide de la littérature de genre.

  • 6Ibid., p. 10.

10Le roman noir n’est pas une detective story, une enigm story, une murder party, un whodunit. Le roman noir publié chez Métailié considère que la littérature n’est pas, en tout cas pas seulement, un jeu. Et comme l’implique la phrase précédente, le roman noir se considère comme de la littérature. Il présente un autre des traits que Wu Ming 1 attribue à la New Italian Epic : le mélange de « complexité narrative » et de « pop attitude6 ». Ne se refusant pas le travail sur la forme, c’est une littérature qui se coule néanmoins dans les canons d’un genre, pour les respecter (Grimaldi, Indridason) ou pour les subvertir (Carlotto et beaucoup d’autres), mais qui garde ce que nous considérons comme l’une des plus hautes ambitions littéraires : raconter des histoires. Et les histoires qui valent la peine d’être racontées sont forcément complexes, très loin des thrillers marqués par les grossières simplifications télévisuelles : par exemple, l’auteur s’attache à montrer les raisons de chaque personnage au point que, quel que soit le crime, on ne soit pas sûr, à la fin, qu’il y ait vraiment un méchant. Comme dit dans les dernières pages de Les brumes du passé (Padura) un des personnages : « Les histoires sans méchants, c’est plus compliqué. »

11Selon Paco Ignacio Taibo II, cité par Wu Ming 1,

  • 7Ibid., p. 10. Paco Ignacio Taibo II, 2003, « Vers une nouvelle littérature policière d’aventure ?  (...)

il s’agissait (il s’agit) de reprendre certains codes pour les violer, leur faire violence ; les pousser aux limites […] en même temps que d’utiliser les recours du roman d’aventures (les éléments communs à la littérature d’action : énigme, trame complexe, péripéties, forte charge anecdotique) […]. [L’écrivain] s’assied devant sa machine et pense : « assez d’expérimentations », il s’agit de raconter des histoires, beaucoup d’histoires, car l’expérimentation, qui est devenue ces dernières années une fin en soi, doit être au service de l’intrigue ; reprise invisible sur la couture du nouvel habit de l’empereur. […] car il sait qu’à une époque comme celle-ci la tâche de conteur est de raconter sans cesse, et au passage de créer des mythes, de construire des utopies et des architectures apparemment impossibles, de recréer des personnages à la limite du réalisme7.

12Alors, parce que la face obscure de l’humain éclaire tout le reste, parce que l’histoire de l’Italie n’a cessé de ressembler à un giallo, parce que, dans la Botte comme partout, le polar est un excellent analyseur social et enfin parce le roman noir incarne outre-Alpes le secteur le plus dynamique de la littérature, il occupe une place centrale dans notre Bibliothèque. Mais, de Carlotto à Di Cara, de Dazieri à De Cataldo et Verasani, les œuvres proposées excèdent partout les bornes du genre. La cruauté métaphysique du premier, le mélange de poésie et de trivialité du second, la folie en miroir du troisième, l’ampleur balzacienne du quatrième, l’humour dépressif de la cinquième, toutes ces qualités les placent en dehors du cadre strict du polar. Mais on ne saurait davantage y faire entrer de force le délire BD-trash de Serio, la vision éclatée de Braucci, l’étrange magie d’Angioni et moins que tout autre Giuseppe Montesano qui tire des missiles érudits et farcesques contre la vulgarité marchande. Même Grimaldi et Macchiavelli, les plus conformes aux canons du polar, nous rappellent ce qu’on n’aurait jamais dû oublier depuis Simenon, à savoir que la littérature de genre peut être de la littérature tout court. Avec Wu Ming, ce singulier auteur collectif dont nous avons livré en août 2007 deux ouvrages solistes avant d’offrir en 2009 le grand roman (et best-seller) Manituana, et Valerio Evangelisti, dont nous venons de publier le premier tome d’un roman-fleuve sur la révolution mexicaine, la « Bibliothèque italienne » reste habitée par l’exigence de qualité et d’expérimentation, en même temps qu’elle ne cesse de se confronter aux séductions de la littérature de genre (ici, le polar, le roman historique).

13Ces auteurs donnent la mesure non seulement de la riche production policière dans la péninsule, mais surtout de la coexistence de nombreuses « Italies » dans un même territoire et un même espace culturel. Il n’existe pas un seul visage de l’Italie, mais autant de facettes anthropologiques et sociales témoignant de la diversité ancrée dans son histoire et, pour ce qui est de la littérature contemporaine, de l’enracinement de la création dans son territoire régional, local. Andrea Camilleri, vaisseau amiral de notre flottille, a mis sous les yeux du monde les mille bannières des parlers de l’Italie, ces langues si diverses et si vivantes, mais qui ne sont jamais séparées du pavillon national. La culture italienne, un temps menacée d’uniformisation linguistique (ce que l’État avait mis des siècles à imposer en France, la télévision menaçait de le réaliser en quelques décennies), a redécouvert, et notamment grâce à notre maestro sicilien, la richesse et la profondeur de ses identités multiples. Mais la Sicile de Camilleri, à y regarder de près, à travers les rapports si particuliers que ses habitants entretiennent avec l’État, avec la vie et ses saveurs, avec le destin et ses mauvais tours, est aussi une Sicile universelle. Loin de nous embourber dans un folklore touristique, nos auteurs nous font découvrir un pays où les racines servent à s’envoler. Dans la friction des corps et des langues contées par l’Opéra de Vigàta de Camilleri aussi bien par le Qui est Lou Sciortino ? de Cappellani, ou le Naufrageur de De Filippo, on sentira comme une métaphore de l’Italie réelle, de l’Italie rêvée (car la réalité sans le rêve n’est pas réelle), de cette Italie que notre Bibliothèque raconte : plurielle, habitée de violentes contradictions sociales, définitivement impure et mélangée, terre d’immigrants et d’immigrés, ouverte depuis toujours aux grands vents du monde.

Le roman noir de la mémoire

14La mémoire constitue la ligne de fond de bon nombre des romans noirs publiés par Métailié. Elle est commune donc aux préoccupations des Italiens aussi bien que des écrivains d’outre-Atlantique :

  • 8  Leonardo Padura, 2006, Les brumes du passé, traduit par Elena Zayas, Paris, Métailié, p. 153.

Au cours de son existence, Mario Conde s’était entraîné à vivre avec les idéalisations et les diabolisations du passé, avec les réécritures opportunistes, les affabulations et les silences impénétrables […] il avait appris que, même contre son gré, chaque personne, chaque génération, chaque pays, tout le monde doit traîner, comme les fers d’une condamnation, ce passé qui est évidemment le sien8.

15Ces lignes du Cubain Padura auraient pu avoir été écrites par l’Islandais Indridason, dont l’enquêteur a vu toute sa vie faussée par le fardeau d’un épisode de son enfance où son frère a disparu à jamais dans la tempête de neige. Dans L’homme du lac, il s’enfonce avec obstination dans les strates bourbeuses d’une histoire depuis longtemps oubliée dans son île : celle de la guerre froide, où les plus beaux idéaux et les plus belles amours furent anéantis par le Léviathan stalinien.

16La réécriture opportuniste du passé italien, qu’il s’agisse des années fascistes ou des années dites « de plomb » est au cœur des œuvres de Carlotto, de Macchiavelli ou de De Cataldo. Sous les mêmes cieux ou pas, cette réécriture peut être aussi individuelle (Grazia Verasani, Quo vadis baby ?, Pierre Chistin, Petits crimes contre les humanités, Luis Sepulveda, Un nom de torero), elle porte toujours en elle le reniement des espérances collectives ou la négation des crimes de masse. La littérature noire porte le fer dans la plaie de l’oubli. Elle ne veut point consoler, mais soulever des doutes.

Retour sur la littérature de genre, retour vers le futur

17L’attrait dominant de la littérature de genre repose sur le contrat qui la lie au lecteur : en achetant tel produit, je sais déjà quelles caractéristiques il y aura dans l’emballage. Je sais aussi que son producteur n’a pas mis au centre de ses préoccupations le besoin de parler de lui-même, mais celui de répondre à mon attente. Mon bonheur ira bien au-delà de celui du consommateur satisfait si le producteur a su utiliser mon attente pour la déborder et la subvertir et la porter vers d’autres horizons. Ce qui, pour les défenseurs du ghetto de la littérature de genre, revient à sombrer dans le péché d’« intellectualisme » : hélas, certains confondent un peu trop l’intellectualisme avec l’intelligence.

18La littérature (la création en général) se transforme le plus souvent sous l’action de ses marges : la littérature expérimentale et la littérature populaire, l’une étant censée se trouver au-dessus, l’autre au-dessous de la production littéraire courante. Dans ses moments les plus heureux, l’histoire culturelle a vu ces deux bouts se rejoindre et sortir de toute échelle hiérarchique (par exemple la rencontre du surréalisme et des littératures populaires). Résister à la colonisation des imaginaires implique plus que jamais de mettre les marges au centre, en se ressaisissant des projets qui leur sont communs : raconter la part « noire » de l’homme, aller au plus près de ses peurs collectives et de ses fantasmes singuliers, en se gardant de tout moralisme comme de tout cynisme. Wu Ming 1 souligne alors la réactivité du genre noir dans sa finalité de percer le mur d’obscurité épaisse et ce jusqu’à la transparence totale qui nous remette en confiance avec le réel :

  • 9Wu Ming 1, New Italian Epic, cit., p. 18.

Au fond, tous les livres que j’ai mentionnés tentent de dire que nous – nous autres, nous l’Occident – ne pouvons pas continuer de vivre comme nous en avions l’habitude, en cachant les ordures (matérielles et spirituelles) sous le tapis jusqu’à ce que le tapis ne s’élève à perte de vue9.

19Où va le polar/noir ? Quelles hybridations est-il prêt à accepter pour pouvoir vivre dans la jungle des genres et dans les écritures expérimentales qui le guettent ? Sa survie réside dans son renouvellement perpétuel car, genre vivant par excellence, il ne peut que dépasser les pistes entrevues par la New Italian Epic : une littérature toujours in progress qui défend et soutient ses propres valeurs. Le grand succès du polar/noir pourrait cacher à la fois sa perte. La solution ? Peut-être ne pas céder aux chants des sirènes et aux requêtes incessantes de l’univers de l’édition ou des attraits commerciaux du moment ; garder l’autonomie de la création, l’envie de dire quelque chose à un public toujours assoiffé de connaissance et de métaphores qui, au travers de l’écran formel d’une histoire, puissent lui offrir les outils pour comprendre le réel.

20Romans policiers et romans noirs publiés aux éditions Métailié dans la collection « Bibliothèque Italienne » dirigée par Serge Quadruppani et dans les autres collections mentionnées au début de cette étude :

Bibliographie

ANGIONI (Giulio), L’oro di Fraus, 1988 (L’or sarde, 2003), traduit par Catherine Siné.

ANIMATO (Carlo), MICCINELLI (Carla), Nerofumo, 2003 (Nerofumo, 2007), traduit par Catherine Siné et Anaïs Bokobza.

BRAUCCI (Maurizio), Il mare guasto, 1999 (La mer détraquée, 2002), traduit par Catherine Siné.

CAMILLERI (Andrea), Il birraio di Preston, 1995 (L’opéra de Vigàta, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

—, La mossa del cavallo, 1999 (Le coup du cavalier, 2006), traduit par Serge Quadruppani.

—, La scomparsa di Patò, 2000 (La disparition de Judas, 2005), traduit par Serge Quadruppani.

—, La pensione Eva, 2006 (La pension Eva, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

—, Il tailleur grigio, 2008 (Le tailleur gris, 2009), traduit par Serge Quadruppani.

CAPPELLANI (Ottavio), Chi è Lou Sciortino?, 2004 (Qui est Lou Sciortino ?, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

CARLOTTO (Massimo), Arriverderci amore, ciao, 2001 (Arrivederci amore, 2003), traduit par Laurent Lombard.

—, Il maestro di nodi, 2002 (Le maître des nœuds, 2004), traduit par Laurent Lombard.

—, L’oscura immensità della morte, 2004 (L’immense obscurité de la mort, 2006), traduit par Laurent Lombard.

—, Niente, più niente al mondo, 2004 (Rien, plus rien au monde : monologue pour un crime, 2006), traduit par Laurent Lombard.

—, Nordest, 2005 (Padana city, 2008), traduit par Laurent Lombard.

DAZIERI (Sandrone), Attenti al gorilla, 1998 (Sandrone & associé, 2001), traduit par Maria Grazzini.

—, La cura del gorilla, 2001 (Sandrone se soigne, 2002), traduit par Serge Quadruppani.

—, Gorilla blues, 2002 (Le blues de Sandrone, 2004), traduit par Serge Quadruppani.

DE CATALDO (Giancarlo), Romanzo criminale, 2002 (Roman criminel, 2006), traduit par Serge Quadruppani.

—, Nelle mani giuste, 2007 (La saison des massacres, 2008), traduit par Serge Quadruppani.

DE FILIPPO (Francesco), L’affondatore di gommoni, 2003 (Le naufrageur, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

—, Sfregio, 2006 (Ordures, 2009-2010), traduit par Serge Quadruppani.

DI CARA (Piergiorgio), Isola nera, 2002 (Ile noire, 2003), traduit par Serge Quadruppani.

—, L’anima in spalla, 2004 (L’âme à l’épaule, 2005), traduit par Serge Quadruppani.

—, Hollywood, Palermo, 2005 (Hollywood-Palerme, 2009-2010), traduit par Hervé Deneuf.

—, Vetro freddo, 2006 (Verre froid, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

EVANGELISTI (Valerio), Il collare di fuoco, 2005 (La coulée de feu, 2009), traduit par Serge Quadruppani.

GRIMALDI (Laura), Il sospetto, 1988 (Le soupçon, 2001), traduit par Serge Quadruppani.

—, La colpa, 1990 (La faute, 2003), traduit par Geneviève Leibrich.

—, La paura, 1993 (La peur, 2001), traduit par Geneviève Leibrich.

LUCARELLI (Carlo), L’ottava vibrazione, 2008 (La huitième vibration, 2010), traduit par Serge Quadruppani.

MACCHIAVELLI (Loriano), Passato, presente e chissà, 1978 (Derrière le paravent, 2008), traduit par Laurent Lombard.

—, I sotterranei di Bologna, 2003 (Les souterrains de Bologne, 2004), traduit par Laurent Lombard.

—, Cos’è accaduto alla signora Perbene ?, 2006 (Bologne ville à vendre, 2006), traduit par Laurent Lombard.

MARINO (Nino), Rosso pompeiano, 1991 (Le rouge de Pompéi, 1992) traduit par Jacqueline Huet.

SERIO (Michele), Pizzeria Inferno, 1994 (Pizzeria Inferno, 2003), traduit par Catherine Siné.

VERASANI (Grazia), Quo vadis, baby?, 2004 (Quo vadis, baby ?, 2006), traduit par Serge Quadruppani.

—, Velocemente da nessuna parte, 2006 (Vite et nulle part, 2008), traduit par Anaïs Bokobza.

WU MING 1, New Thing, 2004 (New Thing, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

WU MING 2, Guerra agli umani, 2004 (Guerre aux humains, 2007), traduit par Serge Quadruppani.

WU MING, Manituana, 2007 (Manituana, 2009), traduit par Serge Quadruppani.

Notes

1  En ce qui concerne la littérature italienne contemporaine, les éditions Métailié lui consacrent, après la disparition de la collection « Italies », dont la ligne de force était l’identité régionale et la diversité des langues des écrivains traduits (Giuseppe Montesano, Michele Serio et Maurizio Braucci), la grande collection actuelle « Bibliothèque italienne », dans laquelle figurent la plupart des traductions de textes non nécessairement « noirs » ; on trouve quelques-uns de ces textes dans les nombreuses sous-collections de « Métailié Noir », à savoir « Suites Noir », « Romans Noirs », « Troubles », mais également « Suites Littérature ». Ces mêmes livres sont classés aussi dans d’autres collections telles que « Grand écran » (Romanzo criminale de De Cataldo), « Latitudes » (Quo vadis, baby ? et Vite et nulle part de Grazia Verasani), « Suite Polar » et « Suite italienne ».

2  Cette année, les éditions Métailié fêtent les trente ans de leur activité : 1979-2009.

3  J’ai contribué à faire connaître (et en partie traduit) Andrea Camilleri, Valerio Evangelisti, Santo Piazzese, Laura Grimaldi, Sandrone Dazieri, Massimo Carlotto, Marcello Fois, Giuseppe Montesano, Eraldo Baldini, Piergiorgio Di Cara, Giancarlo De Cataldo, Wu Ming, Grazia Verasani, Ottavio Cappellani, Michele Serio, Maurizio Braucci, Francesco De Filippo et d’autres.

4  Wu Ming 1, 2008, New Italian Epic, Memorandum 1993-2008: Littérature narrative, point de vue oblique, retour vers le futur, avril, traduction française juin 2008, p. 3. Il existe aussi la version en langue originale (avec le même titre) publiée par Einaudi en 2008.

5Ibid., p. 7.

6Ibid., p. 10.

7Ibid., p. 10. Paco Ignacio Taibo II, 2003, « Vers une nouvelle littérature policière d’aventure ? », in Ces foutus tropiques, traduit pas François Gaudry, Paris, Métailié, p. 211-213.

8  Leonardo Padura, 2006, Les brumes du passé, traduit par Elena Zayas, Paris, Métailié, p. 153.

9Wu Ming 1, New Italian Epic, cit., p. 18.

Auteur

Écrivain, traducteur et directeur de la « Bibliothèque italienne » aux éditions Métailié

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search