Version classiqueVersion mobile

L'Italie en jaune et noir

 | 
Maria-Pia De Paulis-Dalambert

Univers policier et rapports avec d’autres formes de production policière

Quand le Graphic Journalism fait la « chronique noire » de l’Italie d’hier et d’aujourd’hui

Dominique Budor

Résumé

En 2005, près de Trévise, naît, sous le signe et en reprenant le nom d’une courageuse revue satirique des années vingt, la maison d’édition BeccoGiallo. Les auteurs sont réunis par une commune passion de la narration et un intérêt aigu pour la réalité qui les entoure ; et, s’ils choisissent alors de s’adresser à leurs lecteurs au moyen de la bande dessinée, c’est parce que ce système de signes leur semble être le mieux adapté au journalisme d’enquête et de reportage qu’ils entendent promouvoir. Trois collections distinctes coexistent chez l’éditeur : « Chronique Noire », « Chronique Historique », « Chronique Étrangère ».
J’examinerai les volumes publiés à ce jour dans la collection « noire » sous différents aspects.
L’essentiel semblerait, de prime abord, être constitué de la portée sociologique de l’intervention militante, qui se manifeste par le choix des sujets traités et leur répartition entre les trois collections, au creux de la rigoureuse analyse documentaire des faits évoqués et dans l’apparat documentaire qui accompagne chaque bande dessinée. À cet égard, les volumes de BeccoGiallo participent d’une certaine pratique, en Italie et ailleurs dans le monde, d’un journalisme visant à offrir à un public « populaire » des chroniques de qualité, en jouant sur la structure d’enquête et des effets d’inquiétude pour stimuler la réflexion voire l’action, et non pour combler par la figuration des crimes quelque pulsion sadique.
Mais, du point de vue du médium et du genre choisis, dans l’articulation entre le « noir » et la « non-fiction », se posent d’autres questions. Et d’abord celle, dans l’histoire de la narration visuelle, de l’application au « noir » de ce que l’on appelle désormais la bande dessinée de réalité : c’est-à-dire la volonté d’intervenir dans le réel au moyen d’un système de signes dont l’écriture (lettrage, graphisme, occupation de l’espace de la planche, etc.), manifestant d’emblée sa qualité de construction, ne provoque jamais d’illusion de réalité, à la différence de la photographie et surtout du cinéma ou de la télévision. Il faudra aussi, dans la collaboration entre scénariste et dessinateur ainsi que dans la variété des styles au fil des albums, examiner la force que revêt un fait de chronique noire dans la genèse d’un style particulier de narration et de graphisme qui diffère des expressions antérieures du polar en BD.
Il importera enfin, fût-ce hors de toute évaluation, de situer ces productions au sein du 9e art et/ou au sein des médias.

Texte intégral

  • 1  S’y ajoutent désormais les collections « Biografie » (du numéro 1. Martin Luther King jusqu’à, en  (...)

1Dans le cadre des développements les plus récents du genre policier en Italie et au sein d’une production extrêmement vaste et surtout diverse, tant en termes de résultats artistiques qu’en matière de ce qu’il demeure nécessaire d’appeler l’éthique éditoriale, la collection « Noire » des éditions BeccoGiallo se signale à l’attention des lecteurs : elle instaure, dans ce pays, une forme journalistique inédite ; et, dans le magma idéologique mou de la société italienne téléphage, elle porte la marque d’une rigueur et d’une créativité remarquables. C’est en 2005 près de Trévise, que les trois fondateurs de la maison d’édition (Guido Ostanel, Federico Zaghis et Max Rizzotto) se rassemblent dans un projet de résistance intellectuelle, sous le signe de la courageuse revue satirique, fondée dans les années vingt par Alberto Giannini, dont ils reprennent le nom. Ils sont fondamentalement unis par une commune passion de la narration et un intérêt aigu pour le décryptage de la réalité qui les entoure. Ils sont portés par la volonté, ouvertement militante, d’informer les lecteurs sur des sujets qui ont marqué la mémoire collective et de stimuler leur pensée critique. Trois collections distinctes de chronique coexistent – « Chronique Noire », « Chronique Historique » et « Chronique Étrangère », la plus récente1 – mais, comme on le verra ultérieurement, ce cloisonnement n’est pas étanche. Et si les éditeurs ont choisi de s’adresser aux lecteurs au moyen de la bande dessinée ce n’est pas principalement par amour du Neuvième Art mais plutôt parce que, dans le contexte politique et culturel actuel, ce médium leur est apparu comme le plus adapté au journalisme d’enquête et de reportage qu’ils entendent promouvoir, à côté de – et contre – les formes médiatiques dominantes (cette « stupidité criminelle de la télévision » que Pasolini dénonçait déjà dans sa dernière interview à Furio Colombo en 1975), et dans le cadre général de l’entrée en force de la non fiction, telle qu’elle a été définie par les théoriciens américains et anglo-saxons en général, dans le domaine des arts. C’est donc sur la base de ces diverses données, sociologiques et sémiologiques, que doit être située cette collection « Noire », avant que soit examinée la mise en œuvre verbale, graphique et spatiale, au sein des huit premiers volumes publiés entre 2005 et 2007, et afin que ses modalités d’écriture permettent de définir les conditions de l’insertion de la collection dans l’univers « noir » italien ainsi que dans le système général des médias et/ou des arts.

  • 2  Le concepteur du personnage, né en juin 1998, est Claudio Nizzi, le dessin est de Giampiero Casert (...)
  • 3  C’est depuis, en 1944, sa prestation dans When Strangers Marry de William Castle, alors producteur (...)

2Il importe toutefois d’évaluer les significations de la périodisation opérée. Le corpus s’inscrit entre deux dates justifiables objectivement. 2005 correspond à la fondation de la maison d’édition et 2007 à la participation de cinq jeunes auteurs de BeccoGiallo à KOMIKAZEN, deuxième festival international du « fumetto di realtà » (la bande dessinée de réalité) organisé à Ravenne d’octobre 2006 à avril 2007 : c’est ce que l’on peut considérer comme l’acte de naissance puis la rapide reconnaissance de la nouveauté de cette forme expressive et de cette structure d’édition au sein de la culture alternative. Aussi, d’emblée, doit-on remarquer que l’attention au réel du monde et la volonté d’intervention dans la vie publique impliquent la recherche d’interlocuteurs et non de simples lecteurs. L’ascendance revendiquée n’est donc nullement celle du « nero a fumetto », qu’il s’agisse de la bande dessinée policière d’auteur (les épisodes raffinés que Vittorio Giardino consacre à partir de 1979 à son malheureux héros, Sam Pezzo) ou des fascicules à publication régulière qu’édite Sergio Bonelli et dont le personnage le plus illustre en matière de polar, tendu entre le noir et le thriller, est sans conteste Nick Raider, le détective enquêtant sur les crimes de sang commis dans la Grande Pomme2. Il ne s’agit plus de créer des personnages destinés à peupler l’imaginaire du lecteur et ne renvoyant à la réalité culturelle ou sociale qu’au prix d’une opération de reconnaissance et de décodage menée par celui-ci à partir de signes indiciels, qu’ils soient verbaux (Sam “Pezzo” est l’avatar revisité, avec tendresse et ironie, de l’emblématique Sam “Spade”) ou graphiques (le visage de Nick Raider évoque celui de Robert Mitchum, acteur de référence du film noir3). La bande dessinée de réalité retrace la vie, et surtout la mort, de personnes ayant réellement existé : elle se situe résolument dans le domaine de la non fiction.

  • 4  Il est intéressant de noter, en termes d’attachement des lecteurs, que la présentation de la « Sér (...)

3Il s’ensuit que, correspondant à un crime ou à une suite homogène de crimes effectivement commis, chaque BD a inévitablement un sujet différent et unique. Une fidélisation du lecteur, qui ne peut trouver sa source diégétique que dans la réalité, est cependant souhaitée par les éditeurs. Contrairement à ce qui se produit dans la BD policière de série – l’effet de relance de la pulsion de lecture y est porté par un personnage, souvent le détective qui certes inquiète de volume en volume mais en même temps rassure car il ne meurt pas, ou bien par la notoriété de l’auteur dans le genre policier –, dans la collection « Cronaca Nera », à l’instar de la « Série noire » de l’époque de Marcel Duhamel et Claude Gallimard qui affichait la cohérence d’une lecture « noire » du monde à travers le polar4, c’est la collection même qui assure la continuité d’appel, en termes d’incitation à l’achat. Les ouvrages, vendus dans les librairies et les librairies spécialisées, sont d’un format inusuel en BD (16,8 × 24 cm) et signalent ainsi leur altérité : ces dimensions diffèrent de celles des périodiques de BD vendus dans les kiosques à journaux (les 15,8 × 20,6 centimètres des numéros originaux de Dylan Dog), elles exhibent également leur refus de la structure d’album (le grand format et le nombre limité de pages). Les volumes ont tous la même structure chromatique de base, rarement élargie à d’autres couleurs (le rouge du sang, surtout) dans l’illustration de couverture : le noir et jaune, soit le logo de « BeccoGiallo » mais aussi les couleurs du polar (il giallo de Mondadori et il nero d’ascendance américaine), et le blanc qui s’allie au noir dans les films culte du genre. La disparition du nom des auteurs sur le dos du livre, c’est-à-dire ce qui est visible dans le rayon d’une librairie, et son remplacement à partir du no 5 par le nom de l’éditeur et de la collection confirment que l’axe porteur des ouvrages est bien une ligne éditoriale.

  • 5  Par convention dans l’indication des auteurs en BD, on cite d’abord le(s) scénariste(s) puis le de (...)

4La dénomination du sous-genre à l’intérieur de la collection indique, par ailleurs, une évolution dans l’adresse au lecteur. Si, dans les numéros 1 et 2, l’appellation de « romanzo a fumetti » (roman en bande dessinée ou roman en bulles, car le double renvoi au médium et au graphisme est présent dans l’expression italienne) impliquait une catégorisation de BD, à savoir la Graphic Novel des Américains qui insiste sur la vocation narrative et la liberté graphique de l’œuvre en images, à partir du numéro 3 il s’agit de « cronaca a fumetti » où le terme de chronique souligne la portée historique du cas relaté et rappelle la pratique journalistique. Un examen des huit premiers titres permet une caractérisation de l’intention éditoriale et précise sa situation dans le système de communication de l’Italie contemporaine. Soit5 :

  1. Unabomber (Paolo Cossi / Igor Mavric) ;

  2. delitti di Alleghe (Gianluca Maconi) ;

  3. La Saponificatrice (Erika De Pieri) ;

  4. Il delitto Pasolini (Gianluca Maconi) ;

  5. Rina Fort (Max Rizzotto / Andrea Vivaldo) ;

  6. Villarbasse, la cascina maledetta (Leonora Sartori / Sergio Marcoccia) ;

  7. Il Mostro di Firenze (Liri Trevisanello / Erika De Pieri) ;

  8. La banda della Magliana (Simone Tordi et Leonardo Valenti / Stefano Landini).

5Les titres et les données éditoriales portent à de premiers constats. Tous les événements analysés dans la collection noire ont marqué l’histoire, la conscience, l’imaginaire collectifs en Italie. On peut s’interroger sur les raisons pour lesquelles, au-delà d’éventuelles impossibilités techniques, le numéro 4 initialement prévu (il est annoncé dès le numéro 1), consacré au tueur en série Roberto Succo (ou Zucco) qui a sévi en France et en Suisse dans les années 1987-1988, a fait place au cas Pasolini. Sans doute peut-on penser que le cas de ce schizophrène reconnu comme tel par tous les experts, meurtrier de son père et de sa mère à l’âge de dix-neuf ans, est apparu aux éditeurs de BeccoGiallo comme relevant davantage d’interrogations liées à la maladie mentale que d’une investigation directement sociologique (sur le Frioul, sur l’influence de l’éducation maternelle…) apte à retentir sur le présent. Car s’attacher aux faits du passé signifie, dans la fonction journalistique, arracher à l’oubli des affaires non élucidées ou, après qu’il y a eu un jugement, éclairer des agissements criminels parce que s’y inscrivent des questionnements comportementaux et de société essentiels et toujours actuels. Ainsi sont mises en cause les structures étatiques : violence des interrogatoires policiers provoquant de faux aveux (Rina Fort), inefficacité des enquêtes par absence de coordination voire même par ce que l’on pourrait appeler la “guerre des polices” (Unabomber), erreurs d’expertise, policières et judiciaires (I Delitti di Alleghe), violence criminelle fasciste et stratégies d’étouffement des affaires mises en œuvre par la droite italienne (Il delitto Pasolini). L’analyse s’étend aux enjeux de société les plus fondamentaux (par exemple les dérives des sectes et les perversions des rites sataniques dans Il mostro di Firenze), mais aussi, nécessairement, à ce qui est l’un des débats essentiels de civilisation : l’existence et l’application de la peine de mort (Villarbasse). Lors même que sont analysés des ressorts psychologiques individuels qui portent au crime – la jalousie dans Rina Fort, le malaise existentiel et le besoin de reconnaissance dans Unabomber, la psychose dans La Saponificatrice, etc. –, dans tous les volumes une contextualisation historique et sociologique relie ces effets individuels à l’Histoire de l’Italie : ainsi une « Cronistoria del caso Alleghe » suit-elle les planches de BD avant les notes du scénariste et des documents génétiques éclairant le travail du dessinateur. La criminalité est toujours vue comme l’effet individuel de tout un contexte économique, social et culturel et des bibliographies situées en fin de volume invitent les lecteurs à « en savoir plus ».

  • 6  On me pardonnera de renvoyer, pour une analyse plus détaillée de la portée politique et de la forc (...)

6Le devenir éditorial du numéro 4, Il delitto Pasolini, de Gianluca Maconi6 renseigne avec plus de précision encore sur l’organisation, par le jeu des collections, du projet global de la maison d’édition et, simultanément, sur l’audience des ouvrages. Ainsi en est-il de ce dont témoignent les rééditions. L’ouvrage consacré à Unabomber, auteur(s) depuis 1994 de nombreuses explosions en Frioul et ailleurs en Italie, par lequel en avril 2005 a été lancée la collection « Cronaca Nera », a très rapidement connu en juin 2005 une nouvelle édition : on peut penser que les prévisions de vente, prudentes par nécessité économique, n’avaient pas envisagé un tel succès de public. La réédition en 2009 du texte de 2005, désormais hors catalogue, confirme cet impact et la pertinence de la collection. La modification concernant Il delitto Pasolini, vite épuisé après sa sortie en octobre 2005, revêt par contre une signification autre. Certes, l’ouvrage est à nouveau publié en septembre 2008 mais il figure désormais en tant que numéro 11 de la collection « Cronaca Storica », dans l’ensemble des volumes consacrés au tremblement de terre du Frioul, au massacre de la gare de Bologne, à la séquestration d’Aldo Moro, au crash du DC-9 d’Itavia au large de l’île d’Ustica, aux manifestations anti-G8 à Gênes, c’est-à-dire aux grandes catastrophes de l’histoire italienne qui, bien loin d’être des accidents, ont engagé la responsabilité des plus hautes autorités de l’État. Outre un changement de maquette de couverture, ont été ajoutés à la version originale du volume une « Préface » de Furio Colombo, dernier interviewer de Pasolini et dernier de ses amis à l’avoir vu vivant le soir du 1er novembre 1975, et des « Approfondissements » de Francesco Barilli. Ces deux essais, explicatifs autant qu’accusateurs, et surtout le changement de collection attestent de l’ampleur de la signification portée par cet assassinat, en lequel se résument la culpabilité active de la classe dirigeante et la coupable apathie de toute la société italienne. La dénonciation radicale du fascisme des « années de plomb » opérée par Pasolini appartient à l’Histoire et s’adresse aux lecteurs de la « Cronaca Storica » afin qu’ils réfléchissent globalement sur leur pays, alors que Il Massacro del Circeo, qui raconte la séquestration, le viol et la torture infligés à la même époque (le 30 septembre 1975) par trois jeunes néofascistes du quartier romain huppé des Parioli à deux jeunes filles d’origine prolétaire paraît ultérieurement dans la collection « Cronaca Nera ». Cette répartition éditoriale n’est en rien liée, de toute évidence, à un jugement différent sur la nature et le degré d’horreur de ces deux crimes ; elle indique plutôt une modulation en direction du public des niveaux auxquels doivent se situer la réflexion et la lutte : les structures macropolitiques qui ont mené à l’assassinat de Pasolini, l’idéologie violente et raciste inscrite dans la vie quotidienne ayant conduit au martyre des deux jeunes filles. Et l’on rappellera à ce propos, une déclaration collective de BeccoGiallo :

  • 7  Ceci est la réponse donnée au nom de BeccoGiallo à une étudiante romaine, lors d’une interview fai (...)

Pour nous, potentiellement, il n’y a pas de réalités plus délicates que d’autres. Le crime Pasolini est aussi délicat que la journée d’un berger qui garde son troupeau de vaches en montagne. Tout au plus, nous nous apercevons que certaines réalités peuvent intéresser, médiatiquement, plus de gens que d’autres. [Nous traduisons]7

  • 8  Joe Sacco, 1996, Palestine : une nation occupée, Paris, Vertige Graphic et, 1996, Palestine : dans (...)
  • 9  Spiegelman, après avoir été dans les années soixante et soixante-dix un dessinateur underground no (...)

7Les contraintes qu’installe une telle adresse au public sont fortes en termes de production des messages. L’essentiel semble, de prime abord, être constitué de la portée sociologique de l’intervention citoyenne, qui se manifeste au creux du rigoureux rappel chronologique des faits évoqués et dans l’apparat documentaire qui accompagne chaque bande dessinée. À cet égard, les volumes de BeccoGiallo participent d’une certaine pratique, en Italie et ailleurs dans le monde, d’un journalisme visant à offrir à un public large, non défini a priori, des chroniques de qualité, en jouant sur les effets d’inquiétude, au sens étymologique du terme, provoqués par la structure d’enquête pour stimuler la réflexion voire l’action, et non pour combler par la figuration des crimes quelque secrète pulsion sadique. Le travail préparatoire est l’équivalent de l’information recueillie par les rédacteurs d’un journal sur la base d’une documentation de première main (photographies, livres, films, actes juridiques, témoignages, interviews), à quoi s’ajoute le souci éditorial de cibler le public visé (cela détermine les ventes) et de choisir parmi les collaborateurs de BeccoGiallo le scénariste et/ou dessinateur les plus adaptés à percevoir cette histoire et à la réaliser techniquement. En ce sens, en termes italiens, on peut considérer que l’intentionnalité est comparable, même si les conditions de production sont différentes, à l’ancienne vocation du « cinema inchiesta» des années soixante et soixante-dix : lorsque, dans le contexte politique écrasant et bloqué de la domination démocrate-chrétienne appuyée sur le parasitisme mafieux, Francesco Rosi, Damiano Damiani et Elio Petri, pour ne citer que les plus célèbres, ont utilisé le cinéma pour ouvrir les dossiers les plus brûlants de l’actualité italienne et qu’ils ont adopté la structure policière du récit filmique pour retenir l’attention d’un vaste public et lui communiquer, sous les espèces du divertissement, la matière urgente d’une réflexion politique. Mais en termes généraux, dans la structure des médias et des arts contemporains, c’est au « Graphic Journalism » d’ascendance américaine que se rattache l’activité de BeccoGiallo. Cette appellation de « journalisme graphique » a été forgée d’après le terme « Graphic Novel » (roman graphique) et fait suite à l’usage de « Comics Journalism » (journalisme en BD). Elle est apparue aux États-Unis à partir, notamment, de la publication par Joe Sacco des deux albums intitulés Palestine8 et de l’attribution à Art Spiegelman d’un Prix Pulitzer spécial BD pour les deux volumes de Maus9 : soit lorsque deux bédéastes d’immense talent ont relu l’Histoire passée (le nazisme) ou enquêté sur l’histoire immédiate (la guerre israélo-palestinienne, le terrorisme) pour réveiller les consciences endormies des citoyens du monde. Ainsi a été tracée une ligne expressive où se rejoignent journalisme, médium et art : la voie a été tracée pour Marjane Satrapi en BD puis en long-métrage d’animation, pour Patrick Chappatte en dessin de presse, mais ce serait là un autre discours. C’est néanmoins cette voie que BeccoGiallo a ouverte en Italie.

8Du point de vue du médium choisi (la BD) et du genre (l’articulation entre le noir et la non fiction) et donc en termes d’écriture, se posent cependant d’autres questions. Et d’abord celle, dans l’histoire de la narration visuelle, de l’application au noir de ce que l’on appelle désormais, au sein de l’art non fictionnel, « la bande dessinée de réalité ». La non fiction est ainsi opposée à la fiction, tant dans l’intentionnalité que dans les modalités de réalisation, et évidemment sans la moindre appréciation de valeur ou hiérarchisation : elle assigne comme visée au producteur du texte – et conséquemment au récepteur – le factuel, parce que les faits fondent une expérience du monde partageable au sein de toute la communauté humaine ; elle instaure comme critère de structuration discursive le fonctionnement de la référence au réel dans la narration. Toutefois, au sein de l’art non fictionnel, le cas de la bande dessinée est particulier puisqu’il s’agit d’intervenir dans le réel au moyen d’un système de signes dont l’écriture (graphisme, occupation de l’espace de la planche, lettrage, etc.), manifestant d’emblée sa qualité de construction, ne provoque jamais d’impression de réalité, à la différence d’autres arts visuels ou médias susceptibles d’intervenir sur ce même terrain de chronique noire (la photographie, le cinéma, la télévision). C’est là la donnée essentielle des effets de la BD sur ses lecteurs, et non point la cause d’une soi-disant facilité de compréhension de l’image que seuls les détracteurs systématiques et ignorants du Neuvième Art osent encore affirmer. Quelques exemples en témoigneront.

  • 10  Erika De Pieri, 2005, La Saponificatrice (Cronaca a fumetti), Ponte di Piave, BeccoGiallo, « Crona (...)
  • 11Max Rizzotto, Andrea Vivaldo, 2006, Rina Fort, BeccoGiallo, « Cronaca Nera » 5, p. 38.
  • 12  Carlo Lucarelli, Massimo Picozzi, 2008, La nera. Rina Fort, Milan, Mondadori, p. 14-15.

9Ainsi, le volume consacré à La Saponificatrice, rare exemple de serial killer femme en Italie, s’ouvre par une sorte de déclaration pratique de la radicale différence entre la bande dessinée et la photographie en matière de traitement du réel : les plats antérieur10 (fig. 1) et postérieur de couverture montrent que les visages authentiques des protagonistes résultent de la confrontation à opérer entre les photographies de ces visages et les crayons réalisés par Erika De Pieri. À la transformation que le dessin manifeste aux yeux du lecteur s’oppose la perception traditionnelle de l’immédiateté de contact avec le réel qui est attachée à la photographie – il va de soi qu’il n’est pas question ici de nier le caractère de construction signique de toute photographie, fût-elle d’apparence soi-disant simple, mais seulement d’enregistrer la croyance du lecteur-spectateur moyen – : le dessin est le produit de l’interprétation du réel et non une copie du réel. Quant au numéro consacré à Rina Fort, « la femme qui passa à l’histoire comme la bête féroce de San Gregorio » ainsi qu’elle est définie en couverture par reprise de la désignation forgée par la presse de l’époque, il apparaît particulièrement illustratif des choix de ton dans l’adresse au lecteur : entre autres raisons, parce que – comme d’ailleurs le cas relaté dans le volume 7, Il mostro di Firenze – l’affaire traitée a subi ailleurs un traitement iconique et de commentaire radicalement différent et qu’ainsi le contraste éclaire plus nettement les différents propos. Il convient donc ici d’examiner, à titre comparatif, l’ouvrage illustré La nera, une « histoire photographique de grands crimes italiens de 1946 à nos jours » comme le précise la couverture, composée par Carlo Lucarelli et Massimo Picozzi en 2006 et rééditée en 2008, vu son succès, dans la collection « Oscar bestsellers » de Mondadori. L’inscription dans une collection explicitement orientée vers une diffusion de masse comporte inévitablement quelque soumission au désir inavoué de sang à la une que les médias chauds savent susciter en un certain public. Si, pour la monstration de la scène clé (la découverte des cadavres de la mère et des trois petits enfants), le dessin de la BD re-produit la photographie avec une sobriété voulue dans le choix de la gradation des noirs gris et blancs11 (fig. 2), l’histoire photographique, elle, opère sous le signe d’un titrage chaud et d’une composition à effet, à quoi contribuent entre autres l’affichage de type judiciaire et le lettrage rouge12 (fig. 3). Sous couvert de respect de la mémoire collective et d’éclairage de la vraie physionomie d’un pays, sous le prétexte d’une force de la photographie plus grande que celle des mots à saisir ces ténébreuses affaires, il s’agit davantage de susciter une émotion ponctuelle pour pousser le lecteur à l’achat que d’amorcer un processus de réflexion. Si l’habillage éditorial est élégant, le positionnement commercial demeure néanmoins proche du sensationnalisme de la Yellow Press contre lequel, en son temps, s’était élevé Joseph Pulitzer au nom de l’éthique journalistique.

  • 13  Carlo Lucarelli, 2007, Pier Paolo Pasolini, morte di un poeta. (Blu Notte-Misteri Italiani, livre (...)
  • 14  Erika De Pieri, La Saponificatrice (Cronaca a fumetti), cit., p. 10-11.
  • 15  Leonora Sartori, Sergio Marcoccia, 2006, Villarbasse, BeccoGiallo, « Cronaca Nera » 6, p. 56-57.
  • 16  Gianluca Maconi, 2008, Il delitto Pasolini, Padoue, BeccoGiallo, « Cronaca Storica » 6, p. 60-61. (...)

10La différence de traitement concerne aussi d’autres modalités de la relation au lecteur. Dans la plupart des médias s’attachant à la relation de ces crimes, il existe un point de vue dominant, qu’il s’agisse du pouvoir médiatique d’un commentateur célèbre ou de la réponse à la nécessité de rassurer le public au moment même où la révélation accrocheuse de la violence a déclenché son angoisse. C’est par exemple le point de vue centralisateur de Carlo Lucarelli dans l’émission « Blu Notte » sur RaiTre consacrée à Pasolini13, que promeuvent diverses modalités filmiques : gros plans de l’écrivain de romans policiers en surimpression par rapport aux images du meurtre de Pasolini qui s’inscrivent en abyme dans l’écran du film, chromatisme agressif et rapidité de défilement instrumentalisés en vue de chocs émotionnels. Or c’est en grande partie au niveau du choix de ces modalités expressives, puisqu’elles agissent sur la perception du spectateur, que peut se manifester la responsabilité de l’artiste. Alors que le système de signes qui constitue la bande dessinée permet, lorsque ce respect de la liberté du lecteur fait partie du projet de l’artiste, une large confrontation des hypothèses et des points de vue. Ainsi Erika de Pieri adopte-t-elle un graphisme de cauchemar et de délire pour connoter le fonctionnement psychotique de Leonarda Cianciulli, la tueuse en série qui transforme ses victimes en savonnettes : la représentation du délire intérieur qui, à chaque fois, a porté la Cianciulli au meurtre ne constitue en rien, de la part de la dessinatrice, une circonstance atténuante en termes juridiques mais elle témoigne, à l’évidence, de la compréhension du profil psychologique de la meurtrière14 (fig. 4). Ainsi encore, dans Villarbasse15, un découpage en trois bandes horizontales assez proche de celui des bandes dessinées traditionnelles et un grisé quelque peu rétro rappellent-ils l’atmosphère historique dans laquelle ont été fusillés le 4 mars 1947 trois hommes déclarés, au terme d’un très rapide procès, coupables du massacre par bastonnade de dix personnes (fig. 5) : soit la dernière application en Italie de la peine de mort introduite en 1926 par Mussolini. Les styles des bandes dessinées pour l’éditeur BeccoGiallo varient et s’adaptent donc selon les affaires analysées mais ils demeurent, en tout état de cause, commandés par une cohérence avec la réalité prise en compte. Et quand le choix graphique marque une interprétation personnelle du dessinateur, ce n’est qu’au sein d’un ensemble où toutes les hypothèses ont été présentées : ainsi, dans Il delitto Pasolini, lorsque Gianluca Maconi, tout en affirmant le caractère collectif et politique du meurtre du poète – et non individuel et sexuel comme l’ont affirmé les forces conservatrices –, rattache cette mort à l’œuvre même et surtout à la vocation d’amour et de sacrifice relatée dans le Viaggio in India où le maharadja-Pasolini s’offre en pâture aux tigres-humains affamés de son royaume16 (fig. 6). Tous les éléments de construction graphique et scripturale de la bande dessinée sont ainsi utilisés par les auteurs de BeccoGiallo pour permettre la libre réflexion du lecteur : dans un même volume, Unabomber, le jeu des blancs intericoniques qui séparent les vignettes de la BD – et qui constituent toujours en eux-mêmes des espaces de pause et de réflexion libre pour le lecteur – ainsi que les différentes occupations de la page par les vignettes et la dimension variable de ces vignettes soulignent l’écart entre les points de vue divers des personnages. De même, le travail sur la typographie du lettrage qui introduit à la lecture (un-a-b-o-m-b-e-r) ne se borne pas à fournir une simple dénotation, le pseudonyme Unabomber, mais condense dans le signifiant l’indignation et le doute du dessinateur face aux conclusions officielles sur l’identité unique et exceptionnelle du poseur de bombes (s’agit-il d’un terroriste ou du terrorisme ?).

  • 17  On s’intéressera notamment à la collection intitulée « I Gialli italiani irrisolti », dirigée par (...)
  • 18  Cf. à titre d’exemple, Matz, Miles Hyman adapt., d’après Nuit de fureur de Jim Thompson, « Rivages (...)
  • 19  Parmi d’autres émissions, on citera le lancement le samedi 12 mars 2005 à 21 heures par RaiDue de (...)
  • 20  Nous traduisons : « AVERTISSEMENT. Lire des livres peut provoquer l’indignation / soyez prudents » (...)

11Dans ce créneau, qui s’est révélé porteur, de la contamination entre polar et chronique noire, et tout particulièrement dans cette ligne des affaires non élucidées, toutes sortes de médias au service de toutes sortes de projets différents de destination coexistent désormais, voire s’articulent, depuis quelques années : livres publiés dans des collections spécialisées17, romans policiers adaptés en BD18, séries télévisées19. L’éditeur BeccoGiallo continue cependant de se singulariser, tant au regard du polar que de la BD, par le projet éthique et la créativité graphique qui caractérisent ses productions. Le catalogue numéroté 1 disponible sur son site, qui constitue la présentation générale, s’ouvre par une annonce (« CAUTION. reading books may cause indignation ») et se clôt par une recommandation (« be careful ») qui reprend au second degré et détourne ironiquement le fameux cri de Pasolini dans sa dernière interview à Furio Colombo : « Siamo tutti in pericolo.20 » Dans cette situation, la littérature, l’art, le journalisme peuvent – et doivent – non pas apporter une solution qui ne peut venir que de l’action politique, mais remplir leur fonction citoyenne de vigilance. Dans cette lutte contre l’oubli des leçons du passé et l’éventuel abandon au présent fragmenté et aplati que proposent les grands médias, le crime que relate la chronique noire de BeccoGiallo nous alerte sur le déchirement du tissu social et l’état de dégradation du fonctionnement institutionnel en Italie. On comprend alors la motivation du prix Gran Guinigi remis à l’éditeur Beccogiallo lors de la manifestation Lucca Comics 2007 pour saluer « la meilleure initiative éditoriale » :

  • 21  Cf. http://lucca07.luccacomicsandgames.com/page.php?page=872&langld=1 (22 septembre 2009. 12:24). (...)

Pour l’engagement civil, la cohérence et le courage dont il a été fait preuve dans un contexte politique et social dans lequel il est devenu trop facile d’oublier21.

Figure 1

Figure 1

Erika De Pieri, La Saponificatrice, plat antérieur de couverture © BeccoGiallo.

Figure 2

Figure 2

Dessin de Andrea Vivaldo, Rina Fort, p. 38 © BeccoGiallo.

Figure 3

Figure 3

Photographie reproduite in Carlo Lucarelli-Massimo Picozzi, La nera. Rina Fort, Milano, Mondadori, p. 14-15 © Tous droits réservés. Nous regrettons de ne pas avoir trouvé l’ayant-droit de cette photographie.

Figure 4

Figure 4

Erika De Pieri, La Saponificatrice, p. 10-11 © BeccoGiallo.

Figure 5

Figure 5

Texte de Leonora Sartori - dessin de Sergio Marcoccia, Villarbasse, p. 56-57 © BeccoGiallo.

Figure 6

Figure 6

Dessin de Gianluca Maconi, Il delitto Pasolini, p. 60-61 © BeccoGiallo.

Notes

1  S’y ajoutent désormais les collections « Biografie » (du numéro 1. Martin Luther King jusqu’à, en 2008, Ballata per Fabrizio De André…) et « Quartieri » (1. Brancaccio, storie di mafia quotidiana, 2. Resistenze, cronache di ribellione quotidiana, 3. Zerotolleranza, etc.).

2  Le concepteur du personnage, né en juin 1998, est Claudio Nizzi, le dessin est de Giampiero Casertano.

3  C’est depuis, en 1944, sa prestation dans When Strangers Marry de William Castle, alors producteur d’un cinéma de genre (des histoires criminelles de série B), que Mitchum incarne un certain type de héros du film noir.

4  Il est intéressant de noter, en termes d’attachement des lecteurs, que la présentation de la « Série noire » reste pratiquement inchangée de 1948 (lorsque Claude Gallimard impose le jaune et noir des livres cartonnés et une jaquette noire et blanche) à 2001.

5  Par convention dans l’indication des auteurs en BD, on cite d’abord le(s) scénariste(s) puis le dessinateur. Peut ensuite être précisée, mais sous forme d’indication technique, l’identité du lettreur et du coloriste.

6  On me pardonnera de renvoyer, pour une analyse plus détaillée de la portée politique et de la force créatrice dans cette bande dessinée, à la communication intitulée « Le cas Pasolini : enquêtes sur “un crime italien” » que j’ai prononcée lors du colloque international Histoires de crime et société, tenu à l’Université de Bourgogne les 3 et 4 avril 2009, en cours de publication aux Presses universitaires de Dijon.

7  Ceci est la réponse donnée au nom de BeccoGiallo à une étudiante romaine, lors d’une interview faite à l’occasion de son mémoire de maîtrise intitulé Notizie di china. Il fumetto come ‘nuova’ frontiera del giornalismo, qu’il n’a hélas pas été possible de consulter. http://www.beccogiallo.it/?pagina=pagina_generica.php&id=93?pagina=pagina_generica.php&id=13 (mardi 15 septembre 2009, 13/33).

8  Joe Sacco, 1996, Palestine : une nation occupée, Paris, Vertige Graphic et, 1996, Palestine : dans la bande de Gaza, Paris, Vertige Graphic. La conception de ces albums (pour lesquels Sacco a reçu l’American Book Award) remonte au voyage ou plutôt à l’expérience de terrain pendant laquelle Joe Sacco, en compagnie de ses guides, a partagé le sort des populations palestiniennes des camps pendant deux mois.

9  Spiegelman, après avoir été dans les années soixante et soixante-dix un dessinateur underground notamment en revues, après avoir entre 1981 et 1991 affronté en BD l’Histoire et l’autobiographie (il évoque l’histoire de sa famille pendant la Shoah dans les deux albums Maus : A Survivor’s Tale et Maus : from Mauschwitz to the Catskills où les souris-Juifs sont exterminées par les chats-nazis) a conquis une célébrité internationale avec la couverture noire du numéro du 24 septembre 2001 du New Yorker (premier numéro du journal à reparaître) sur laquelle, en un noir encore plus noir, se dessinent les tours du World Trade Center détruites le 11 septembre.

10  Erika De Pieri, 2005, La Saponificatrice (Cronaca a fumetti), Ponte di Piave, BeccoGiallo, « Cronaca Nera » 3, plat antérieur de couverture. Je tiens à remercier, comme en d’autres occasions scientifiques, la maison d’édition BeccoGiallo et ses auteurs qui autorisent, dans le cadre d’un généreux partage des connaissances, la reproduction à titre gracieux de certaines vignettes ou planches extraites des volumes.

11Max Rizzotto, Andrea Vivaldo, 2006, Rina Fort, BeccoGiallo, « Cronaca Nera » 5, p. 38.

12  Carlo Lucarelli, Massimo Picozzi, 2008, La nera. Rina Fort, Milan, Mondadori, p. 14-15.

13  Carlo Lucarelli, 2007, Pier Paolo Pasolini, morte di un poeta. (Blu Notte-Misteri Italiani, livre et DVD), Novare, De Agostini Editore.

14  Erika De Pieri, La Saponificatrice (Cronaca a fumetti), cit., p. 10-11.

15  Leonora Sartori, Sergio Marcoccia, 2006, Villarbasse, BeccoGiallo, « Cronaca Nera » 6, p. 56-57.

16  Gianluca Maconi, 2008, Il delitto Pasolini, Padoue, BeccoGiallo, « Cronaca Storica » 6, p. 60-61. Je n’ai pu consulter l’édition originale désormais épuisée, celle de 2005 dans la collection de « Cronaca Nera ».

17  On s’intéressera notamment à la collection intitulée « I Gialli italiani irrisolti », dirigée par Gabriele Moroni chez l’éditeur Ugo Mursia, qui, par une organisation régionale des affaires non élucidées (Lombardie, Toscane : cf. Mario Spezi, 2008, Undici delitti in attesa di verità, Milan, Mursia), installe une sorte de carte géographique du crime en Italie, dans ce pays qui, selon le rapport Eures 2007, détient le record en Europe des crimes domestiques impunis (35 %).

18  Cf. à titre d’exemple, Matz, Miles Hyman adapt., d’après Nuit de fureur de Jim Thompson, « Rivages / Casterman / Noir », 2008. Ce célèbre roman policier américain, d’un auteur sans doute plus connu pour les scénarios de films tirés de ses romans que pour sa propre œuvre, ouvre la nouvelle collection d’adaptations en BD de romans figurant depuis longtemps au catalogue de « Rivages noirs ». Cf. encore, en Italie, une adaptation grotesque du polar : Marco D’Aponte, Graphic Novel d’après le roman de Gianna Baltaro, 2006, Una certa sera d’inverno – Il commissario Martini indaga, Manzoni Edizioni.

19  Parmi d’autres émissions, on citera le lancement le samedi 12 mars 2005 à 21 heures par RaiDue de la version italienne de la série américaine consacrée à une femme détective « Cold Case, i delitti irrisolti » (CBS, septembre 2003).

20  Nous traduisons : « AVERTISSEMENT. Lire des livres peut provoquer l’indignation / soyez prudents » (le mot « avertissement » est écrit en énormes lettres blanches dans un encadré à fond rouge, comme une sorte de moqueur panneau de sens interdit). Et : « Nous sommes tous en danger. »

21  Cf. http://lucca07.luccacomicsandgames.com/page.php?page=872&langld=1 (22 septembre 2009. 12:24). Nous traduisons.

Table des illustrations

Titre Figure 1
Crédits Erika De Pieri, La Saponificatrice, plat antérieur de couverture © BeccoGiallo.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 2
Crédits Dessin de Andrea Vivaldo, Rina Fort, p. 38 © BeccoGiallo.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 52k
Titre Figure 3
Crédits Photographie reproduite in Carlo Lucarelli-Massimo Picozzi, La nera. Rina Fort, Milano, Mondadori, p. 14-15 © Tous droits réservés. Nous regrettons de ne pas avoir trouvé l’ayant-droit de cette photographie.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-3.jpg
Fichier image/jpeg, 36k
Titre Figure 4
Crédits Erika De Pieri, La Saponificatrice, p. 10-11 © BeccoGiallo.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-4.jpg
Fichier image/jpeg, 56k
Titre Figure 5
Crédits Texte de Leonora Sartori - dessin de Sergio Marcoccia, Villarbasse, p. 56-57 © BeccoGiallo.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-5.jpg
Fichier image/jpeg, 100k
Titre Figure 6
Crédits Dessin de Gianluca Maconi, Il delitto Pasolini, p. 60-61 © BeccoGiallo.
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7210/img-6.jpg
Fichier image/jpeg, 57k

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search