Version classiqueVersion mobile

L'Italie en jaune et noir

 | 
Maria-Pia De Paulis-Dalambert

Les avatars du roman policier : techniques d’écriture et nouveaux contenus

La forme et le fond… : écritures du roman policier italien (1999-2008)

Elisabeth Kertesz-Vial

Résumé

Le roman policier est un genre très codé. Aujourd’hui, à ses structures fondatrices viennent s’en greffer d’autres. Ces mises en forme renouvellent-elles vraiment le genre ? Le modifient-elles profondément, ou en surface uniquement ? L’écriture du giallo rend-elle toujours compte des mêmes conflits : celui entre le bien et le mal, par exemple ? Peut-on rechercher une vérité en ce début de xxie siècle ? À ces questions – où de la forme l’on passe à des positions critiques de fond – nous nous proposons d’en ajouter quelques autres : ce genre va-t-il du même pas que les autres médias, les précède-t-il, est-il à la traîne ? Notre exemplier présentera des extraits de romans policiers récents, tous écrits depuis moins de dix ans. Certains critiques italiens, comme Filippo La Porta, se livrent à une attaque en règle de l’envahissante production de la péninsule en la matière pendant ces dernières années (AA. VV., 2006, Sul banco dei cattivi. A proposito di Baricco e di altri scrittori alla moda, Rome, Donzelli editore). Que peut-on en penser de ces attaques ?

Texte intégral

1Le roman policier est un genre très codé qui s’organise autour du crime, de l’enquête et l’enquêteur. Aujourd’hui, à ces bases classiques viennent s’en greffer d’autres, caractéristiques de ce filon méditerranéen. L’écriture du giallo rend-elle toujours compte des mêmes conflits : celui entre le bien et le mal, par exemple ? Peut-on rechercher encore une vérité en ce début de xxie siècle, rétablir l’ordre préexistant au « crime » ? Les mises en forme contemporaines renouvellent-elles vraiment ce genre ? Le modifient-elles profondément, ou en surface uniquement ? Et encore, ce genre va-t-il du même pas que les autres médias, les précède-t-il, est-il à la traîne ?

  • 1  Siegfried Kracauer, 1981, Le roman policier, traduit de l’allemand par Geneviève et Rainer Rochlit (...)

2À ces questions – où de la forme l’on souhaite passer à des positions critiques de fond – nous nous proposons de répondre principalement au travers de deux analyses critiques, l’une du début du XXe siècle et une autre beaucoup plus récente1, mais seulement après nous être essayée à une approche historiciste et factuelle des productions ultra-contemporaines de la littérature policière italienne.

  • 2  Élisabeth Kertesz-Vial, 2001, « Tra arcaismo e modernità : il giallo italiano nel 2000 », in Narra (...)

3Dans la liste des quinze œuvres « gialle e nere » retenues en 2000 dans une étude parue dans le numéro de la revue Narrativa intitulé Scrittori del 2000 et à laquelle je me permets de renvoyer2, j’avais conclu à des caractéristiques d’écriture, dont aucune n’est caduque aujourd’hui : fin ouverte des récits ; attention renouvelée envers les crimes en série ; intérêt envers la violence en groupe ; analyse précise de la psychologie de l’assassin ; prise en compte d’une réalité régionale qui s’exprime à travers une langue qui adhère très fortement aux codes oraux dialectaux ; figures de détectives hyperdéterminées sexuellement et socialement ; augmentation de la population féminine (et pas seulement dans le camp des meurtrières, ce qui est un classique !) mais bien du côté des enquêteurs.

  • 3Gianrico Carofiglio, 2006, Ragionevoli dubbi, Palerme, Sellerio. Cet ouvrage est le dernier d’une (...)
  • 4  Gianrico Carofiglio, 2007, L’arte del dubbio, Palerme, Sellerio.
  • 5  Carlo Lucarelli, 1999, Mistero in blu, Turin, Einaudi Tascabili, coll. « Stile Libero Noir ».

4Les quinze auteurs retenus il y a huit ans ont continué à écrire et à publier avec succès. Certes, un nouveau genre est apparu en Italie, qui avait fait ses preuves ailleurs, et il y a déjà longtemps avec Ellery Queen et aujourd’hui John Grisham, celui de l’enquêteur-avocat, avec Gianrico Carofiglio et sa trilogie Testimone inconsapevole, Ad occhi chiusi, Ragionevoli dubbi3, genre qui fait pendant, pour ainsi dire, à la série de l’Alligatore créée par Massimo Carlotto, où c’est le condamné, innocent du crime dont on l’accuse, qui se défend. Dans L’arte del dubbio4, qui est un manuel technique sur les procédés légaux et qui décortique les plaidoyers, les mises en accusation, les comparutions devant la justice, l’auteur, qui est aussi magistrat, opère une démarche inverse à celle de Carlo Lucarelli dans Mistero in blu5 qui explore minutieusement les crimes non élucidés afin de rendre justice aux victimes ou, du moins, de soulager leurs proches ; en effet, dans cet ouvrage publié par Sellerio (à la suite de la trilogie mentionnée plus haut) aucune compassion, aucune explication, seule compte la déontologie de l’avocat qui consiste à défendre au mieux son client, sur des bases simplement techniques et non pas éthiques.

5Pour autant, peut-on parler de l’émergence d’une nouvelle écriture ? Certes, il existe une exaspération des traits remarqués précédemment, les jeux typographiques se sont par exemple accentués de façon notoire ; l’Italie contemporaine et ses réalités régionales sont toujours très présentes, on note en particulier le retour sur le passé récent, et plus spécifiquement sur les années de plomb, le G7, l’écomafia, les phénomènes de rejet de l’immigration en Italie. Mais les plus grands changements sont certainement intervenus en matière éditoriale.

  • 6  Serge Quadruppani (a cura di), 2002, 14 colpi al cuore. Racconti inediti dei migliori giallisti it (...)
  • 7  Daniele Brolli (a cura di), 2001, Italia odia. Dieci volti del noir italiano, Milan, Mondadori.
  • 8  Le dernier ouvrage, paru au mois d’août 2008 justement, s’intitule Carabinieri in giallo. L’Arma i (...)

6Une nouvelle politique est née, qui a enterré la précédente où des collections à prix modiques étaient vendues dans les kiosques ; aujourd’hui, on n’y écoule plus guère que les invendus des gialli Mondadori et Garzanti des années quatre-vingt-dix ; Mondadori ne diffuse plus massivement ses gialli (hebdomadaires depuis leur création dans les années trente) que deux fois par mois depuis trois ans et en nombre bien moins important. Cependant, la maison mère publie des numéros spéciaux anthologiques, tels que, en 2002, 14 colpi al cuore6 et, en 2001, Italia odia7 – consacré plus particulièrement au genre noir, au hard-boiled et au poliziottesco (sic !) – et dont les introductions représentent un apport critique essentiel à l’analyse de la littérature policière. Ces volumes rassemblant des nouvelles policières paraissent régulièrement deux fois l’an : numéro d’hiver et d’été8.

7Par ailleurs, la maison a largement diversifié ses collections. On a conservé les « Classici del giallo », bien sûr, collection historique et dont les droits d’auteurs sont déjà acquittés, à laquelle on a adjoint celle des « Supergialli », des « Oscar Grandi Bestseller », les « Miti » mais aussi « Il Giallo Mondadori presenta », diffusé en librairie, comme les très nombreuses collections consacrées à la littérature policière, qui sont vendues dans toutes les officines, rangées sous les noms des auteurs ou par éditeurs, à l’instar des autres productions littéraires. Au contraire de la Fnac en France, qui présente encore à part la littérature policière, les librairies italiennes comme la Toletta à Venise ou Feltrinelli à Rome, ainsi que La Tour de Babel à Paris, présentent les romans « jaunes et noirs » avec tous les autres romans.

8De plus, autour de cette littérature, s’est construit un véritable champ éditorial : Sellerio, dont je rappelle qu’il publie Camilleri (sans en avoir l’exclusivité), présente par exemple cette année une collection sur les maîtres étrangers, ces pères orientaux méconnus du grand public et qui sont à l’origine de la crime ou de la mistery novel qui a du succès aujourd’hui en Italie ; le lancement de chaque Camilleri est annoncé dans les journaux et les magazines, et les librairies en ligne lancent en même temps des préréservations ; les romans à succès sont repris en volume unique, comme la trilogie de l’avvocato Guerrieri de Carofiglio, que nous avons déjà signalée au début de cette étude. Grâce au marketing éditorial, le même ouvrage peut connaître ainsi une double ou une triple vie.

  • 9  “Ronda”, Iberia Magazine, septembre 2008, p. 22.

9De plus, les sites consacrés au giallo deviennent extrêmement performants et sont pilotés par les éditeurs, comme celui de Mondadori consacré à la littérature policière. De nombreux auteurs présentent des pages sur Internet et leurs fan-clubs font de même. La presse internationale accorde également une large place à cette littérature qui est très largement exportée. Le groupe « Iberia » publie par exemple un magazine intitulé « Ronda9 » où on présente l’ouvrage d’Ottavio Cappellani Chi è Lu Sciortino?,déjà traduit en vingt-trois langues, et que l’on rapproche des œuvres filmiques de pulp fiction de Quentin Tarantino et de Pedro Almodovar.

  • 10  Andrea Camilleri, 2008, L’età del dubbio, Palerme, Sellerio.

10Le succès éditorial est également dû aux prix littéraires : le Grinzane Cavour, le Bancarella, mais aussi le Strega n’ont pas échappé ces toutes dernières années à des auteurs de romans policiers. Le dernier roman de Camilleri qui n’a été publié qu’à la fin du mois d’octobre 2008 en Italie10 avait déjà obtenu un prix de 300 000 euros, dans sa traduction espagnole, à Madrid, au début du mois de septembre, soit presque deux mois plus tôt, pour pouvoir concourir.

11Le succès peut également se mesurer à l’aune de la diffusion par la pratique didactique. La pédagogie de l’italien en France et aux États-Unis d’Amérique se fonde souvent sur des auteurs italiens de littérature policière et sur des films tirés de leurs œuvres. Dans les programmes officiels des exemples de textes d’écrivains sont commentés, les formations dans le secondaire et les milieux universitaires se multiplient autour du genre construit sur l’énigme, et certaines sont excellentes ; des cours d’écriture et de civilisation sont élaborés à partir de romans policiers ou de films policiers ou du rapport entre les deux. D’innombrables mémoires de maîtrise, des thèses, voire des habilitations à diriger des recherches (HDR) se consacrent aux artistes du giallo et du noir.

12Le mouvement n’est pas récent mais il n’avait jamais atteint une telle ampleur : pensons à Leonardo Sciascia à partir des années soixante avec Il giorno della civetta et dans une moindre mesure, sans doute parce que plus complexe linguistiquement parlant (et moins transférable), Er pasticiaccio brutto de Via Merulana de Carlo Emilio Gadda. On peut prendre également l’exemple de manuels français, où Andrea G.  Pinketts figure en bonne place ; chez l’éditeur Hachette, des narratrices comme Laura Mancinelli, par exemple, font bonne figure et, de plus, des unités entières basées sur le roman policier, comme celle qui est intitulée « Un giallo in città ». Citons aussi un volume italien paru chez Mondadori en 2000, Un laboratorio in giallo, de Stefania Fabri, où sont présentées toutes les activités que l’on peut exécuter en classe, même avec de très jeunes élèves, à partir de gialli et de noirs principalement anglo-saxons et italiens.

13Tout cela fait que si en l’an 2000 le roman policier n’occupait que la deuxième place dans l’édition littéraire de la péninsule, il profite aujourd’hui de la première :

  • 11  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 58-59.

[…] giallo e noir sono diventati da noi i generi più letti e diffusi, quasi da configurare una specie di dittatura letteraria : dal 1994 al 2003 i titoli sono aumentati del 450% e quelli italiani dal 7 al 24%11.

14À partir de ce constat, Filippo La Porta se livre, comme d’autres critiques italiens, à une attaque en règle de ce qu’il juge être une trop envahissante production. L’universitaire se pose tout d’abord la question de la primauté de ce genre-là justement en Italie. La première hypothèse exprimée est celle d’un mécanisme de compensation pour le pays de la « truffa », ce qui est une théorie démentie par la réalité car le genre connaît un succès mondial et non seulement péninsulaire. L’auteur de l’essai en a bien conscience, puisque dans la page suivante il utilise cet argument en disant que les Italiens sont les « Japonais » de la littérature mondiale et qu’ils reproduisent à la perfection tous les filons, les auteurs et leurs styles d’écritures, s’ils ont du succès. Pour le critique, le parallélisme entre le genre noir et le cinéma de série B – sinon Z – est évident. Les auteurs de romans policiers sont les héritiers non d’écrivains, mais de metteurs en scène de productions de catégorie médiocre, Dario Argento en tête ou même, accorde-t-il, du « bon » cinéma (comme celui de Sergio Leone) lequel, en exaspérant les traits caractéristiques du genre western, a réussi à réaliser une œuvre originale et créatrice. Ce faisant, on remarquera que toute valeur littéraire est niée à ce genre :

  • 12Ibid., p. 60.

[…] il giallo-noir italiano ha una grande potenzialità, nel senso del rifacimento ludico-manieristico, della parodia ecc. Però una letteratura composta esclusivamente da citazioni (più o meno esplicite) ha il fiato corto12.

  • 13Roberto Santachiara (a cura di), 2006, The dark side, Turin, Einaudi, coll. « Stile Libero Big ».

15Filippo La Porta se base particulièrement sur deux exemples de la collection « Stile Libero » de chez Einaudi : une première anthologie parue en 2005, intitulée Crimini, où figurent Ammaniti, Fois, Lucarelli, Camilleri. Dans celle-ci, il renvoie tous les créateurs dans leur foyer, sauf Camilleri qui a écrit un bijou, un petit chef-d’œuvre télévisuel ; une seconde série de nouvelles italo-américaines, The dark side13, dont il assassine totalement les auteurs. L’attaque est très violente envers les écrivains italiens de polar qui sont des

  • 14  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 61-62.

persone ammodo, sensibili ai problemi sociali […]. Chiamati ovunque come opinionisti, conduttori televisivi, commentatori dell’attualità, maîtres-à-penser. Il che li rende incontinenti, tronfi e a tratti megalomani. Vogliono essere tutto e il contrario: vincenti e trasgressivi, di successo e ribelli, amati da tutti e sovversivi, aristocratici e populisti14.

  • 15  Accablés par cette remise en cause – récurrente – qui est fondée selon eux sur des lectures partie (...)
  • 16  Dominique Kalifa, 2005, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, p. 10.

16Une telle charge semble évidemment provocatrice et il est inutile de s’y appesantir davantage15. La deuxième partie de l’article est d’ailleurs plus nuancée ; constatant que le roman policier est devenu le « genre unique », Filippo La Porta cite des œuvres très respectables qui ont adopté les codes du giallo : Sostiene Pereira d’Antonio Tabucchi, Io non ho paura de Niccolò Ammaniti, Un giovedì, dopo le cinque, d’Antonio Debenedetti. Cependant, c’est la validité même du genre policier que le critique ne peut s’empêcher de contester car selon l’universitaire italien la vie n’est pas un mystère que l’on peut résoudre. De plus, l’antihéros ou le serial killer n’est pas intéressant en tant que personnage, et le roman policier ne se substitue en aucun cas à un documentaire, à un reportage ou à une analyse sociale ou politique. Quant au réalisme apparent, il ne serait qu’apparent puisque le modèle auquel il se réfère n’est pas la réalité « vivante » mais la télévision et le cinéma. Bref, gialli et noirs ne constituent pas un genre autonome mais une littérature « pastiche ». Il ajoute que si le roman policier voulait rendre compte de la réalité il devrait décrire en profondeur celle-ci, et donc être lent. Seul le cinéma et la succession d’images qu’il implique peuvent imprimer au genre policier le rythme nécessaire à l’action et son intérêt se trouve tout au plus dans son intrigue, si elle est bien menée. Le roman policier ne peut donc qu’être un sous-genre de la littérature – qui offre, elle, une vision du monde – et l’écriture de l’enquête un sous-produit de la narration littéraire qui est véritablement exploration et connaissance. En fait, comme il le dit lui-même, Filippo La Porta est un amateur de films policiers et il a peu lu les romans policiers italiens ce qui entraîne une approche forcément partiale. Il subordonne aussi un genre à un autre en faisant une lecture inversée du rapport littérature/cinéma dans bon nombre de cas : car s’il est vrai que certains romans sont, à l’origine, des scenarii (Io non ho paura, par exemple), c’est aujourd’hui la littérature policière qui donne naissance à d’autres formes artistiques. En 2008, les albums musicaux s’inspirent d’œuvres policières, et les chansons reprennent des textes de la littérature, dans un mouvement médiatisé à l’extrême, mais curieusement parallèle à celui du XIXe siècle où les airs populaires ont rendu célèbres les personnages de la pègre en France16.

  • 17  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 70.

17Dans la suite de son article, Filippo La Porta ajoute qu’il s’agit d’une littérature traversée par des stéréotypes : le point de vue de l’assassin est devenu un procédé récurrent, on y banalise la souffrance des victimes, bref le sadomasochisme est omniprésent. La loi du genre emprisonne les écrivains dans une cage narrative, faite de clichés, de formules, de types prévisibles, d’automatismes dont ils ont du mal à se débarrasser. Le critique s’intéresse ensuite au genre noir en particulier, en distinguant celui-ci du giallo, sur deux critères qui sont, premièrement, l’effacement des frontières – entre le bien et le mal et entre la vérité et la fiction – et, ultérieurement, la non-existence du principe d’un ordre préexistant au crime qu’il faut rétablir à tout prix. Pour étayer ses dires il s’appuie sur un récit de Massimo Carlotto, L’oscura immensità della morte, paru chez e/o en 2004, dont il loue les qualités : profondeur psychologique du personnage central, attention portée aux rapports entre les personnages, peinture du milieu psychiatrique réalisée, qui permet de pénétrer « gli umori più sotterranei della società17 ». C’est le seul exemple qu’il donne d’une tentative réussie chez certains auteurs d’échapper au genre qu’il décrie et de rejoindre une littérature « haute », à l’opposé de ces ouvrages qui permettent selon lui de se reconnaître entre soi et de former aujourd’hui un club chic de lecteurs avertis, et qui remplit un rôle de divertissement, en nous procurant des émotions extrêmes et bon marché.

  • 18  Cf. la note no 1.
  • 19  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 75.

18Cette analyse du genre policier rappelle à bien des titres un ouvrage écrit entre 1922 et 1925 par Siegfried Kracauer mais publié seulement après la Seconde Guerre mondiale, et traduit bien plus tard en 1981 en français dans la « Petite Bibliothèque Payot ». Cet essai philosophique et sociologique, intitulé Der Detective-Roman, « Le roman policier »18, s’inspire des théories ontologiques et des penseurs allemands du XIXe siècle et du début du XXe (Kant, Heidegger), et il est dédié à Theodor Adorno, grand ami de l’auteur. Résumons ici brièvement, à la suite du traducteur, la position du philosophe berlinois. Nous soulignerons ainsi ses points de contact avec les affirmations faites par Filippo La Porta quatre-vingts années plus tard à propos de la littérature policière italienne. L’une des idées paradoxales qui sous-tend le discours du critique italien est que le roman policier « finge un abbraccio quasi documentaristico con la realtà19 », ce qui est une manière d’évacuer cette dernière, car le roman policier est tout sauf un genre réaliste, comme il le prouve en renvoyant le filon à une matrice qui est au mieux filmique et au pire télévisuelle. Pour Siegfried Kracauer également, rien ne s’éloigne plus du réalisme que la littérature policière. Ainsi, comme le souligne dans son avant-propos Rainer Rochlitz, le commentateur français de son ouvrage sur le roman policier,

  • 20  Rainer Rochlitz, « Avant-propos », in Siegfried Kracauer, Le roman policier, cit., p. 17. Kracauer (...)

pour lui les figures du roman policier correspondent point par point aux formes de la religion : le mystère à élucider répond au mystère divin, le détective au prêtre-médiateur […], son intuition au logos divin, le criminel au pêcheur ou à l’hérétique, la loi et la police à l’église sécularisée et institutionnalisée, le suspense à la ferveur religieuse et à la recherche du divin20.

19Bien sûr, on peut sembler loin de l’analyse du critique italien. Cependant, cette réduction « kitsch » – littérairement parlant – d’une littérature haute décrite par Sigfried Kracauer est très proche des conclusions auxquelles aboutit Filippo La Porta : littérature réussie de divertissement, parodie du roman classique, dans laquelle à l’enquête esthétique de l’art « authentique » se substitue l’enquête mineure de l’écriture policière. De plus, tous deux s’accordent à mettre en exergue ce rapport entre le bien et le mal qui se base non seulement sur une vision chrétienne du monde, mais sur une version protestante de cette weltanschauung « fondée sur une idée obsédante du mal », comme l’affirme Siegfried Kracauer à propos du roman anglo-saxon sur lequel il fonde son analyse. Déjà, à l’aube du XXe siècle, selon le penseur berlinois, les piliers du roman policier commençaient à s’effriter et il voyait se profiler une ouverture de ce genre littéraire et en particulier des personnages d’enquêteurs ; il constatait qu’en effet ces derniers, parallèlement aux progrès des connaissances sur la science et aux changements sociaux, ne cherchaient plus « traces et signes », mais dans une société de classes bouleversées par les conflits et les naissances des nations, se penchaient à présent sur l’analyse de l’âme des autres. Au fond, dans l’Italie du début du XXIe siècle, et dans ce monde européen qui est le nôtre, Filippo La Porta aboutit à des résultats comparables à ceux de son prédécesseur germanique. Il est tout aussi frappant que tous deux soient, à des décennies de distance, partis d’un constat somme toute similaire sur le succès littéraire du genre criminel :

  • 21Ibid., p. 27.

Le roman policier que la plupart des hommes cultivés connaissent seulement comme ouvrage extralittéraire sans valeur menant une existence confortable dans les bibliothèques de prêt, a progressivement conquis une position à laquelle on peut difficilement contester son rang et son importance21.

20Le débat semble n’avoir pas changé autour de la littérature policière au cours du XXe siècle. Nombre de critiques ont continué à marginaliser le genre en l’englobant sous l’étiquette infamante de littérature de consommation. Cependant, Giuseppe Petronio avait dans les années quatre-vingt magistralement démontré que la ligne de partage entre bonne littérature et littérature moins bonne ne passait pas entre deux genres différents mais entre une œuvre et une autre œuvre :

Mi pare che si possa rischiare qualche conclusione provvisoria. Che non è corretto caratterizzare la letteratura di consumo né cronologicamente (i tratti che si dicono suoi si ritrovano in tutte le età) né retoricamente (i tratti che si dicono suoi si ritrovano anche in opere e generi ritenuti “alti”). A meno che non si voglia concludere che una letteratura di consumo non esiste, dal momento che tutta la letteratura è prodotta per essere consumata, e che si tratta solo di stabilire caso per caso, da chi è prodotta, per chi è prodotta, chi la consuma. Proprio come qualsiasi altro prodotto. E nessuno si sognerebbe di dire che gli scarponi da montagna sono, solo perché da montagna, calzatura di consumo e gli scarpini da ballo, solo perché da ballo, “calzatura alta”! […]

  • 22  Giuseppe Petronio (a cura di), 1979, “Introduzione”, in Letteratura di massa, letteratura di consu (...)

Un discorso che si può ripetere pari pari per gli scarpini da ballo. E per i romanzi polizieschi. Come per la lirica petrarchesca. Che anch’essa è stata ed è composta per essere consumata. Ma composta da chi? E consumata da chi? E perché sarebbe stata e sarebbe comprata e letta se non fosse venuta e venisse incontro a un bisogno? E spetta al critico, dunque, chiarire a quale bisogno viene incontro (quale funzione svolge), sia nel suo complesso, come une genere “di moda”, sia caso per caso, in ogni suo singolo prodotto. Si può concludere dunque (prima conclusione provvisoria: cioè da sottoporsi a verifiche ulteriori e da integrarsi con altre conclusioni) che tanti fatti che connotano quella cosa detta “letteratura di consumo” o “letteratura di massa” si ritrovano anche in opere e in generi di ogni età e ogni grado. La conclusione è semplice, ma implica conseguenze importanti. In primo luogo, che allora la distinzione di valore (quella tra “opere alte” e “opere basse”, tra “opere d’arte autentiche” e “opere d’arte di consumo”) passa non tra l’uno e l’altro genere, ma all’interno di ciascun genere, e pertanto caratterizza opere non generi. In secondo luogo, che, età per età, la distinzione va fatta all’interno di quella età, tenendo conto di quella situazione sociale et culturale22.

  • 23  Giacomo Sartori, 2008, Sacrificio, Ancone, PeQuod.

21Littérature de masse donc selon les critères strictement sociologiques (produits en série et consommés en grande quantité) depuis plus de cent ans, la littérature policière est certainement travaillée par une inventivité et une qualité d’écriture qui en Italie, dans cette première décennie du siècle, ne fait aucun doute. Sans revenir aux écrivains reconnus et récompensés, et qui le méritent bien –Ammaniti, Camilleri, Lucarelli – on peut apprécier le dernier ouvrage publié de Giacomo Sartori, dont l’acuité de l’analyse psychologique accompagne une narration dense située entre deux drames. En effet, Sacrificio23 commence par un accident mortel au sein d’une bande de jeunes gens et se termine par l’assassinat de l’un d’eux ; la description des rapports entre les membres du groupe et l’analyse attentive de l’évolution de leur psyché d’un événement tragique à l’autre en font un roman policier atypique, presque un antiroman policier.

  • 24  On peut se référer au Camilleri de Le pecore e il pastore (2007) ou même aux dernières enquêtes du (...)

22Si évolution du genre il y a, et pour nous elle est incontestable, celle-ci repose sur un déplacement au cœur du texte giallo ou noir ; l’intérêt se porte moins sur le crime que sur les composantes psychologiques, les conditions de l’enquête, et sur le paysage où elle s’inscrit24. De plus, une sorte de renversement semble s’être produit, et loin d’être une sous-littérature, produit dérivé d’un roman plus élaboré, la littérature policière s’est dotée d’une force centrifuge, elle est devenue modélisante, en intégrant en particulier dans son écriture les nouveaux médias. En revanche, certaines de ses caractéristiques – qui ont perduré de 1930 au début de notre siècle – ont disparu car nous assistons à la fin du roman policier sous sa forme d’hebdomadaire à prix modique qui était l’une des caractéristiques de l’édition italienne et qui a sans doute constitué l’une des exceptions culturelles de la péninsule.

Notes

1  Siegfried Kracauer, 1981, Le roman policier, traduit de l’allemand par Geneviève et Rainer Rochlitz, avant-propos de Rainer Rochlitz, Paris, Payot et Filippo La Porta, 2006, « Contro il Nuovo Giallo Italiano (e se avessimo trovato il genere a noi congeniale ?) », in AA. VV., Sul banco dei cattivi. A proposito di Baricco e di altri scrittori alla moda, Rome, Donzelli Editore, p. 55-75.

2  Élisabeth Kertesz-Vial, 2001, « Tra arcaismo e modernità : il giallo italiano nel 2000 », in Narrativa no 20-21 : Scrittori del duemila, Université Paris X-Nanterre, p. 81-94.

3Gianrico Carofiglio, 2006, Ragionevoli dubbi, Palerme, Sellerio. Cet ouvrage est le dernier d’une trilogie commencée par Testimone inconsapevole (2002) et poursuivie par Ad occhi chiusi (2003).

4  Gianrico Carofiglio, 2007, L’arte del dubbio, Palerme, Sellerio.

5  Carlo Lucarelli, 1999, Mistero in blu, Turin, Einaudi Tascabili, coll. « Stile Libero Noir ».

6  Serge Quadruppani (a cura di), 2002, 14 colpi al cuore. Racconti inediti dei migliori giallisti italiani, Milan, Mondadori.

7  Daniele Brolli (a cura di), 2001, Italia odia. Dieci volti del noir italiano, Milan, Mondadori.

8  Le dernier ouvrage, paru au mois d’août 2008 justement, s’intitule Carabinieri in giallo. L’Arma in tredici racconti et il est préfacé par Giancarlo De Cataldo.

9  “Ronda”, Iberia Magazine, septembre 2008, p. 22.

10  Andrea Camilleri, 2008, L’età del dubbio, Palerme, Sellerio.

11  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 58-59.

12Ibid., p. 60.

13Roberto Santachiara (a cura di), 2006, The dark side, Turin, Einaudi, coll. « Stile Libero Big ».

14  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 61-62.

15  Accablés par cette remise en cause – récurrente – qui est fondée selon eux sur des lectures partielles d’œuvres en général datées, les écrivains de la littérature policière italiens réagissent aujourd’hui avec un grand détachement ou par le silence face aux attaques venues des critiques universitaires, comme nous l’a explicitement fait savoir Carlo Lucarelli lors de ce colloque.

16  Dominique Kalifa, 2005, Crime et culture au XIXe siècle, Paris, Perrin, p. 10.

17  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 70.

18  Cf. la note no 1.

19  Filippo La Porta, « Contro il Nuovo Giallo Italiano… », cit., p. 75.

20  Rainer Rochlitz, « Avant-propos », in Siegfried Kracauer, Le roman policier, cit., p. 17. Kracauer écrit, rappelons-le, en 1922.

21Ibid., p. 27.

22  Giuseppe Petronio (a cura di), 1979, “Introduzione”, in Letteratura di massa, letteratura di consumo: guida storica e critica, Bari, Laterza, p. XXXII- XXXIII.

23  Giacomo Sartori, 2008, Sacrificio, Ancone, PeQuod.

24  On peut se référer au Camilleri de Le pecore e il pastore (2007) ou même aux dernières enquêtes du commissaire Montalbano dans Il campo del vasaio (2008).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2010

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search