Version classiqueVersion mobile

Les deux Guidi Guinizzelli et Cavalcanti

 | 
Marina Gagliano
, 
Philippe Guérin
, 
Raffaella Zanni

Avant-propos

Marina Gagliano, Philippe Guérin et Raffaella Zanni

Texte intégral

1Il convient de rappeler tout d’abord la visée première de la rencontre dont le présent volume recueille les actes : le peaufinage de la préparation des candidats aux concours français de l’agrégation et du Capes. L’on percevra donc aisément, à travers la lecture des essais ci-après rassemblés, l’objectif pédagogique poursuivi : ce sont de véritables petites leçons (petites par leur étendue, mais – nous l’espérons – grandes pour leurs effets).

2D’autre part, la formulation même de la question d’agrégation (les deux « Guidi », pour reprendre le pluriel pétrarquien du Triomphe de l’amour IV) se voulait porteuse d’un déplacement des vues ordinaires, celles qui prévalent lorsque l’on aborde nos deux auteurs dans un cadre scolaire et universitaire – le cadre scolaire nous intéressant précisément parce que notre préparation universitaire vise à former des enseignants du second degré, appelés selon nos vœux à relever le défi de plus en plus inactuel d’une présence de la littérature dans les programmes d’enseignement, à travers la lecture des textes littéraires. Une présence qui ne soit ni documentaire ni purement illustrative, de l’éternel amour ‘platonique’, par exemple, pour une femme ‘angélique, forcément angélique’ : la prétendue « donna angelo » du non moins chimérique, peut-être, « dolce stil novo ».

3Il s’agissait alors de procéder à un double arrachement :

  • Au « dolce stil novo », précisément, comme catégorie historiographique qui, considérée comme l’a priori qu’elle ne saurait être, crée d’abord plus de problèmes qu’elle n’en résout, et fait bien souvent obstacle à la lecture des auteurs pour eux-mêmes. Pour le dire autrement, de façon un peu provocatrice : il se pourrait bien que la catégorie en question soit le fruit d’un singulier alignement de planètes, voyant se réaliser la conjonction d’un coup de force (Dante, Purg. XXIV et XXVI) et d’une conception de l’histoire à la fois municipale et idéaliste, scandée par la réalisation de figures de l’esprit (ici poétique) dont le sens profond ne saurait se dévoiler qu’ex-post.

  • Et donc arrachement, encore, à la relation automatique avec le coupable d’un syntagme (celui-là même dont il vient d’être question) qui n’a du reste peut-être jamais été par lui prononcé : nous voulons parler de Dante, dont le jugement exerce son attraction comme une ‘calamita’ (une calamité ?) sur quiconque après lui entend s’approcher de ceux avec lesquels il fut en ‘désaccord’ : tout particulièrement pour nous ici le deuxième Guido. L’étreinte se voulut mortelle – par bonheur, même si le verdict peut encore obnubiler le jugement, la gloire de la langue, et la force du verbe, l’ont préservé de la disparition.

4Bref, ce qui est modestement visé, dans le cadre d’une préparation ambitieuse, érudite si l’on veut, mais non spécialisée (et surtout non spécialisée en « dolce stil novo », ce qui en l’espace de quelques mois est rigoureusement impossible), c’est l’approche pour elle-même d’une belle, très belle poésie. Inscrite certes dans son contexte, et il faut alors redonner, à l’occa-sion et aussi souvent que nécessaire, ses droits à l’histoire, envisagée comme amont et comme environnement, mais pas téléologiquement hypostasiée (c’est la faute suprême dans les sciences naturelles : pourquoi en irait-il autrement dans nos disciplines, sinon précisément par idéalisme ?).

5Une belle poésie, donc : Guido Guinizzelli, déjà, puis ce très grand poète qu’est le deuxième Guido. N’oublions jamais que l’on lirait, étudierait (et goûterait) Cavalcanti, et comment !, même si Dante n’avait pas existé. Mieux encore, sans doute – dans toute sa complexité, sa problématicité souvent réduite par le jeu des étiquettes… Ni lit de Procuste, ni miroir déformant de telle ou telle catégorie, par conséquent, mais l’écoute pour elle-même, dans son expression tellement originale, d’une leçon aux accents d’universel, qui résonne encore étrangement, et puissamment, aux oreilles de qui fait l’expérience de la passion amoureuse. D’où aussi l’intérêt de le faire connaître à nos étudiants, pour qu’ils en fassent ensuite connaître quelque chose à leurs élèves. Cavalcanti, beaucoup mieux que le « dolce stil novo », si nous en croyons notre expérience d’enseignants, parle encore aux jeunes d’aujourd’hui, et aux jeunes amoureux que nous sommes tous, pour toujours…

6Mais d’un Guido à l’autre ? Le lien est établi, mais de quelle nature ? Radicalisation du même (dans la reprise d’intuitions géniales dont seraient développées les potentialités), ou changement complet de paradigme ? Continuité épistémique ou saut ‘épocal’ ? On peut jouer à son gré et presque à l’infini d’antithèses de ce type, mais elles ont le mérite de nous obliger à aller en profondeur, pour saisir des logiques intimes, des grammaires pas toujours apparentes.

7Telles sont dans leurs grandes lignes les visées, et les questions qui vont avec, qui les structurent. Voilà donc pourquoi nous avons souhaité réunir une bonne partie de l’intelligence herméneutique sur le sujet. Sans essayer de gommer, bien au contraire, les ‘conflits d’interprétation’, notamment en ce qui concerne le Guido florentin, divergences à la mesure de sa richesse (est-il philosophe ou poète ? philosophe et poète ? philosophe-poète ? et, s’il est philosophe, de quelle philosophie est-il le représentant ? etc.).

8Aux contributeurs d’une riche et belle rencontre, merci encore en tout cas d’avoir répondu avec enthousiasme, pour des communications qui sont elles aussi à leur façon fruit de la passion, et qui ont été, pour ceux qui les ont entendues, passionnantes. Nous espérons qu’il en ira de même pour les lecteurs de ce volume qui aimerait marquer une petite étape dans l’histoire de la réception des deux Guidi.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2016

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search