Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Le tour du monde d'Astérix

 | 
Bertrand Richet

Autour du monde d’Astérix – Lectures

Les femmes dans Astérix : uniquement des emmerdeuses ?

Women in Asterix: are they just a Damned Nuisance?

Marie-Christine Lipani-Vaissade

Résumé

« Faite par de vieux petits garçons, pour de jeunes petits garçons », la définition de la bande dessinée par Pierre Christin est éclairante. La série Astérix n’échappe pas à cet excès de misogynie. Les femmes sont absentes du premier album. Il faut attendre 1972 pour qu’elles aient droit de goûter à la potion magique et 1974 pour qu’elles assistent au banquet final. Petit à petit cependant, les femmes prendront part aux intrigues. Si les femmes sont caricaturées, les hommes sont régulièrement ridiculisés et ce sont souvent les Gauloises qui ouvrent l’esprit des messieurs, quitte à embrouiller les intrigues. Cette étude vise d’abord à cibler le personnage féminin, son positionnement sociologique, les conditions de production de son discours, pour déterminer si les femmes dans Astérix s’en sortent mieux que dans d’autres séries du même type. Ce questionnement alimente la deuxième partie du propos. Il s’agira d’aller voir si d’autres héros, tel Lucky Luke, se comportent avec les femmes de la même manière.

Made by old young boys for young little boys” goes the enlightening definition of comics by Pierre Christin. The Asterix series is not exempt of excessive misogyny. Women are totally absent from the first album. One has to wait until 1972 before they are given the right to taste magic potion and 1974 before they can attend the ritual final banquet. Slowly but surely however, women start to take part in the plots. While women are caricatured men are regularly mocked and women often open the eyes and minds of men, confusing plots in the process. I shall first concentrate on the feminine character, its sociological position and the conditions of its production of discourse in order to determine whether women are better treated in Asterix than in other similar comics. This will lead to my second part, in which I will examine whether other heroes, such as Lucky Luke, behave in the same way with women.

Texte intégral

  • 2  Par Jacques Tardi aux Éditions Casterman (1976).

1La bande dessinée n’a pas la réputation de faire la part belle aux femmes. Les personnages féminins sont sous-représentés, et souvent stéréotypés, renvoyant une image de la femme peu flatteuse et non conforme à la réalité. La bande dessinée serait donc un genre littéraire sexiste ? Pas si sûr. Dès les années 1970, quelques personnages féminins, véritables vedettes de séries, comme Adèle Blanc Sec2 par exemple, ont gagné en assurance. Aujourd’hui, l’influence de nouvelles créatrices de bande dessinée a sans doute contribué à changer les mentalités des auteurs masculins.

2Malgré tout, la bande dessinée reste un média où les femmes et les hommes ne jouent pas forcément dans la même cour. La série Astérix, au premier regard, n’échappe pas à cet excès de misogynie, à ce procès d’intention à l’encontre de la bande dessinée et, plus généralement, de la bande dessinée d’humour francophone.

  • 3  Dans Astérix et Latraviata, album 31, page 12.

3Les personnages féminins sont en effet absents du premier album Astérix le Gaulois, en 1961. Il faut attendre 1972 pour que les femmes aient droit à la fameuse potion magique, et 1974 pour qu’elles assistent au banquet final, véritable rituel dans chaque histoire. C’est petit à petit que les femmes prendront part aux intrigues. Ces constats, bien réels, suffisent-ils pour qualifier les auteurs Goscinny et Uderzo de misogynes, même si le héros, Astérix, est rarement en galante compagnie et n’hésite pas à clamer haut et fort qu’il n’est « pas prêt pour le mariage »3 ?

4Interpelée par le caractère a priori sexiste et misogyne de la bande dessinée dans son ensemble, par son imaginaire sexué (Groensteen, 2006), et par la série Astérix en particulier, nous nous sommes intéressée au statut des femmes et aux représentations féminines se dégageant de ces albums. Notre propos se situe dans une approche communicationnelle, s’appuyant en grande partie sur une analyse de contenu. Notre lecture de la série, au prisme du genre, questionne la place accordée aux femmes.

5Il ne s’agit pas ici de tenter une sorte de typologie des personnages féminins (jeunes filles à marier, femmes au foyer…). Notre recherche cible le personnage, son positionnement et sa place dans l’histoire, les représentations mobilisées, et analyse les interactions de ce dernier avec les autres héros de série. Le personnage n’existe pas seul en soi, mais en relation avec les autres (Ory, 2007). Ce sont donc bien les aspects relationnels et communicationnels que nous étudions. Il s’agit aussi de voir comment le genre travaille la structure du récit et l’organisation sociale du village gaulois. Solliciter le genre implique de « penser en permanence le rapport masculin/féminin relationnellement » (Guionnet, Neveu, 2009 : 30). Cela suppose aussi une « façon première de penser les rapports de pouvoir » (Ibid.).

6Astérix reste une bande dessinée dominée par un univers masculin, véhiculant des clichés. Les femmes sont souvent caricaturées (de la belle et gentille Falbala à la laide et mesquine Bonemine), mais les hommes ne sont pas vraiment épargnés et ils sont, dans de nombreuses situations, ridiculisés. En outre, maintes fois, ce sont les Gauloises qui ouvrent l’esprit de ces messieurs, trop occupés à commenter leurs exploits et leur force physique. Enfin, les filles dans Astérix ne manquent pas de franc-parler, quitte à embrouiller les intrigues, et n’hésitent pas à recourir à la violence à coups de poisson, frais ou non…

7Les hommes, surtout Abraracourcix, le chef, n’ont peur que d’une chose : que le ciel leur tombe sur la tête. C’est souvent le cas quand les femmes s’en mêlent. Dans son étude sur les compagnes des héros de BD, Annie Pilloy remarque que les femmes évoluant dans les bulles ont souvent en commun l’art d’attirer les problèmes (Pilloy, 1994). Qu’en est-il dans cette série ? Les femmes dans Astérix seraient-elles donc uniquement des emmerdeuses ? Telle est la thématique principale qui alimentera la première partie de notre propos. Malgré une représentation peu flatteuse, les femmes dans Astérix s’en sortent-elles mieux que leurs consœurs évoluant dans d’autres séries du même type ? Ce questionnement nourrira la deuxième partie de notre recherche. Nous observerons si d’autres héros, comme dans Lucky Luke par exemple, se comportent avec les femmes comme le petit Gaulois à moustaches jaunes.

Un microcosme féminin d’une étonnante richesse

  • 4  Les chiffres indiquent successivement le numéro de l’album et celui de la page. Pour la correspond (...)

8Ils ont mis du temps à arriver, mais les personnages féminins sont nombreux dans la série Astérix. Souvent, les premières cases des albums représentant le village gaulois mettent en scène des personnages féminins (2-5)4. Au fil des pages, les femmes s’imposent. Ainsi le lecteur découvre des couples romains, ou gaulois (2-23 ; 5-12), de jeunes femmes apparemment bien émancipées se promenant dans les rues de Nicae (5-29). D’autres femmes se précipitent pour entrevoir des bardes très populaires ressemblant étrangement aux Beatles (8-19). Les femmes sont même invitées au théâtre ou encore participent aux jeux du cirque (13-30, 14-47). Certaines, déjà, n’hésitent pas à donner de la voix, ou à donner des coups de rouleau à pâtisserie pour se faire respecter (3-43, 4-22).

9Une première constatation s’impose. De nombreux personnages féminins ayant un rôle mineur et non récurrent se succèdent dans la série. Ainsi, nous pouvons citer la fille du vestiaire (2-17), la secrétaire d’Amnesix (7-30), l’assistante du druide Diagnostix (11-10), Percaline, la jeune et belle secrétaire de Coquelus (11-28), Cornélia, première collaboratrice de Coquelus, bien plus âgée que sa collègue et au caractère moins conciliant (11-29), la commerçante à Massilia (5-32), Pétula l’Anglaise (8-33), l’épouse d’Alambix (11-16), qui passe beaucoup de temps à ses fourneaux, Nicotine en Belgique (24-21), la présentatrice accompagnant Guilus (17-30), l’épouse romaine ayant gagné un appartement dans Le Domaine des Dieux (17-30), Bégonia, la demi-sœur de la cousine par alliance de Jules César (14-47), Alpaga et Tibia, respectivement l’épouse et la fille de Claudius Quiquilfus (18-18)…

10La série n’est pas avare non plus de personnages féminins plus exotiques et parfois plus délurés comme la fille du chef indien promise à Obélix (22-30), des Romaines participant à des orgies (16-7), de belles gitanes (14-35), de belles Grecques (12-22), n’hésitant pas à faire la fête, y compris avec les guerriers gaulois (12-27), que cette multitude de personnages féminins n’empêche pas de rester lucides. Les apparitions de ces derniers sont éphémères et les femmes, bien que présentes dans la vie de la cité, n’ont pas tous les droits. Elles sont par exemple interdites de Jeux olympiques (12-37). Même le druide Panoramix, le plus sage d’entre tous, est très réservé quant à l’ascension des femmes aux différents postes importants de la communauté. Interrogé par Astérix sur la possible nomination de femmes druides, Panoramix explique que ce n’est pas possible : « Soyons sérieux » (29-10).

  • 5  Le chiffre indique le numéro de l’album.

11Les femmes sont donc présentes dans la série, même si très peu d’entre elles jouent un rôle actif dans les aventures et reviennent régulièrement au fil des albums. Certaines héroïnes évoluent ainsi dans une seule et unique aventure. C’est le cas de Rahazade (28)5, la princesse résignée qui attend d’être sacrifiée (seul personnage heureux d’entendre chanter Assurancetourix), Latraviata (31), tragédienne au service des Romains, les mères d’Obélix et d’Astérix (31), bien décidées à marier leurs petits, Galantine (18), la belle-sœur de Bonemine (l’épouse du chef), qui a la chance d’avoir un mari qui a réussi, Maestria (29), la barde féministe, Fanzine (25), la fille déterminée d’un chef souhaitant réconcilier sa tribu, Chipolata et Parlomba (20), les jeunes femmes corses, fières et respectueuses des traditions (c’est-à-dire soumises à la volonté des pères et des frères), Angine (21), rivale un temps de Bonemine, et Zaza, sa fille, ne rêvant que de retourner à Lutèce mener la vie trépidante de la jeunesse citadine. Certaines de ces femmes, bien que jouant un rôle majeur dans l’histoire du moment, et parfois même le rôle-titre de l’album, n’apparaissent qu’une seule fois.

  • 6  Première apparition dans l’album 6. Elle apparaît aussi dans l’album 27.
  • 7  Première apparition dans l’album 10, puis elle revient dans les albums 29 et 30.
  • 8  Première apparition (rôle muet) dans l’album 7, puis elle revient essentiellement dans les albums (...)
  • 9  Première apparition dans l’album 14. Elle revient ensuite dans de nombreux albums au côté de Bonem (...)
  • 10  Neuf apparitions dans les albums 15, 17, 19, 21, 23, 27, 28, 29 et 33.

12Les personnages féminins récurrents sont peu nombreux. Ainsi s’imposent : Cléopâtre, la reine des reines6, Falbala, la Gauloise idéale7 (du point de vue des Gaulois), Bonemine, la femme du chef8, Iélosubmarine, l’épouse d’Ordralfabétix, le marchand de poissons9, Mme Cétautomatix, l’épouse du forgeron (elle revient assez souvent mais sa place est mineure), et Mme Agecanonix10. Bonemine, Cléopâtre et Mme Agecanonix constituent les personnages féminins principaux de la série.

13De cette rapide présentation des personnages féminins, nous retiendrons quelques éléments majeurs. Les femmes représentent environ 10 % des personnages de la série. Cette dernière compte, rappelons-le, 34 aventures et toutes entrent dans le cadre de notre étude (y compris le dernier album L’Anniversaire d’Astérix et Obélix, le livre d’or), même si, à partir de 1977, les scénarios ne sont plus réalisés par Goscinny. Toutes ces aventures réparties en 34 albums représentent 50 ans de production depuis 1959, une époque où l’émancipation des femmes commençait à peine… dans la bande dessinée. La place des femmes n’a guère évolué tout au long de la série, même si, après la disparition de Goscinny, certains personnages féminins jouant un rôle clé, comme Maestria notamment (album 29), ont fait leur apparition.

Chacun son monde

  • 11  Ordralfabétix, le marchand de poissons, est le seul homme à évoluer dans un univers plutôt féminin (...)

14La série Astérix se caractérise entre autres par la séparation des univers. En effet, tout est construit autour d’un monde bien masculin empli de bagarres, de potion magique, de beuveries, de voyages… opposé à un monde féminin dominé par des activités domestiques et autres manies traditionnellement réservées aux femmes11. Les femmes n’ont pas de fonction politique, en apparence. Elles ne participent pratiquement jamais aux voyages et pire, on ne les voit pas rire. Autre caractéristique de la série et non la moindre, il n’y a aucune trace de désir sexuel. Certes, on trouve des romances (Fanzine et son amoureux de l’autre côté du fossé (25), Falbala et son fiancé et ensuite époux Tragicomix (10), des histoires sentimentales tristes comme celle d’Obélix amoureux de Falbala (10). Les hommes, cela dit, ne sont pas insensibles aux charmes des femmes. Agecanonix, par exemple, avant que son épouse n’apparaisse dans la série, reste plutôt attiré par les belles Grecques (12). Les hommes se querellent sans arrêt à cause des femmes et pourtant il n’est jamais question de rivalité amoureuse. La sensualité, les choses du sexe, l’érotisme sont complètement évacués par les auteurs, comme si l’introduction de telles données risquait de transformer complètement l’essence et l’équilibre social de cette œuvre, voire la structure du récit. Même les situations amoureuses les plus incongrues, comme le couple formé par Agecanonix, supposé avoir au moins quatre-vingt-dix ans, et son épouse au profil de mannequin, semblent se glisser dans les aventures comme si de rien n’était. Il ne vient à l’idée de personne de remettre en cause la fidélité de Mme Agecanonix. Certains biographes de Goscinny expliquent la présence de ce personnage féminin épouse d’un octogénaire par le fait que le scénariste lui-même a épousé une femme plus jeune que lui. D’autres experts, comme Nicolas Rouvière, donnent à ce couple particulier une explication plus psychanalytique. Il est vrai, comme le souligne ce dernier, que « de toutes les femmes du village, Mme Agecanonix est la plus émancipée » (Rouvière, 2006 : 203). Laissant à son époux les tâches ménagères, elle se consacre à son apparence (se méfiant même de la potion magique qui risque de faire grossir) et à son désir de plaire. Le mari ne semble pas s’offusquer lorsque sa belle danse sur la table du banquet du village. Pour Nicolas Rouvière, « Agecanonix et sa femme forment un couple moderne » (Ibid.). Nous nous détournerons volontiers des analyses freudiennes expliquant l’incongruité de ce couple pour ne retenir que les effets comiques ou non induits par cette situation. Ici, l’effet comique majeur semble être apporté par l’idée que Mme Agecanonix aime vraiment son mari.

  • 12  Dans l’album La Galère d’Obélix, Falbala fait une apparition. Obélix a été transformé en statue de (...)

15Si les hommes et les femmes évoluent dans des mondes bien distincts, cela ne signifie pas pour autant qu’ils ne se rencontrent pas. Pour simplifier, les femmes « échangent des ragots tandis que les hommes échangent des baffes », mais cette pratique est souvent la résultante de la première attitude des femmes. Bien qu’écartées de toute mission politique, les femmes participent largement à la vie du village, souvent avec maladresse certes, mais plus d’une fois, elles ramènent les hommes à la raison. Ces femmes cantonnées dans des fonctions domestiques restent assez visionnaires, elles sont attentives à la mode, à l’éducation des enfants, à la qualité des produits (surtout des poissons), elles sont courageuses face à l’ennemi, par exemple dans Le Fils d’Astérix où elles font front face aux Romains. Elles sont énergiques et finalement pleines de tendresse pour leurs bagarreurs de maris : dans La Rose et le glaive, lorsque les hommes se réfugient dans la forêt, elles ont peur pour eux, elles craignent qu’ils ne prennent froid. Cela dit, les femmes dans Astérix ont été largement soignées par leurs créateurs. Elles sont stéréotypées et caricaturées, entre la belle et douce Falbala (la Gauloise idéale ou la beauté fatale12), la bonne et grosse épouse qui aime bien être dans sa cuisine, la mégère (une femme mûre, sans charme, acariâtre) maltraitant son époux ou encore Bonemine, la première dame du village, petite et ronde, nourrissant en son sein une somme de rancœurs à l’encontre de son mari, chef du village, sans oublier de douces et belles jeunes femmes, plutôt effacées et timides, exerçant des métiers féminins par excellence comme secrétaire, assistante, serveuse, présentatrice, commerçante ou encore danseuse, des professions dans lesquelles elles ne prennent pas de décisions et n’ont pas de pouvoir. Au-delà de ces clichés ordinaires et fréquents, plus d’une fois (c’est à la fois drôle et problématique pour la cause féminine), les interventions des femmes tournent à la catastrophe, comme nous allons le voir maintenant.

Cléopâtre, belle et capricieuse

16Dans cette série, tout est fait comme si la femme n’était là que pour seconder l’homme ou le servir et, quand ce n’est pas le cas, les femmes apparaissent comme de véritables dragons que les hommes cherchent à fuir. On note cependant quelques exceptions. Chez Claudius Quiquilfus (18) par exemple, les femmes ne sont pas vraiment soumises : mère et fille font même preuve d’initiative et insistent pour que la famille fasse la fête avec les Gaulois. Dans l’album 30, Le Domaine des Dieux, s’impose aussi une femme romaine à l’origine de nombreuses actions (comme, par exemple, faire ses courses dans le village gaulois), mais ces initiatives se solderont par des échecs. D’une manière générale, le rôle des hommes apparaît comme essentiel. Soit il s’agit de sauver l’honneur, de venir en aide à des amis ou à un peuple, soit il est question de partir secourir (encore un cliché) une femme en détresse, comme la princesse Rahazade, Fanzine et même Cléopâtre, qui a besoin des Gaulois pour asseoir son emprise sur Jules César.

  • 13  Album 6. César a traité les Égyptiens de peuple décadent et Cléopâtre lui promet de lui faire cons (...)

17La plus prestigieuse des femmes dans le monde d’Astérix reste Cléopâtre, la reine des reines. Cléopâtre est une figure mythique dans notre imaginaire, souvent entretenue par le cinéma. Malgré tout son pouvoir, sa dignité et sa beauté, ce personnage perd de son aura dans la série à cause de son caractère capricieux et colérique. Cléopâtre apparaît alors comme une jeune femme instable et fragile, se laissant emporter par les débordements de Jules César. Elle reste juste et digne, mais incapable de tempérer son comportement. Elle a le pouvoir, incarne la puissance, mais au fond, on ne peut pas vraiment la prendre au sérieux car les auteurs l’ont infantilisée. Lorsque Cléopâtre gagne son pari face à César13, la seule chose qu’elle répond à ce dernier lorsque celui-ci reconnaît son erreur, c’est « Na ! », une attitude qui ne fait pas d’elle l’égale de César mais encore une fois la rabaisse au rang de petite fille.

18Pour Nicolas Rouvière (2006 : 94),

Il y a comme une démythification de Cléopâtre, sa discussion préliminaire avec César évoque davantage une scène de ménage ou une discussion enfantine qu’une rencontre au sommet entre deux souverains prétendument divins. Le personnage de Cléopâtre représente très certainement le stéréotype de la femme belle et capricieuse, devant laquelle les hommes s’inclinent de bonne grâce avec la certitude machiste de leur supériorité.

Des emmerdeuses ?

19La série combine deux catégories d’aventures. Le plus souvent, les femmes ne participent pas à l’intrigue ou sont faiblement associées à l’histoire. C’est le cas dans les albums suivants : Astérix le Gaulois, La Serpe d’or, Astérix et les Goths, Astérix gladiateur, Le Tour de Gaule d’Astérix, Le Combat des chefs, Astérix chez les Bretons, Astérix et les Normands, Astérix aux Jeux olympiques, Astérix chez les Helvètes, Astérix et le chaudron, Astérix en Hispanie, Astérix en Corse, La grande traversée, L’Odyssée d’Astérix, La Galère d’Obélix, Le Ciel lui tombe sur la tête.

20Dans tous les autres albums, soit les femmes sont plus ou moins à l’origine de l’aventure (Astérix chez Rahazade, Astérix et Cléopâtre, Astérix légionnaire, Le grand fossé, La Rose et le glaive, Astérix et Latraviata…), soit leur comportement conduit les Gaulois à une suite d’événements pittoresques et de péripéties en tout genre. Ceci est flagrant dans les albums suivants : Le Bouclier arverne, La Zizanie, Le Domaine des Dieux, Les Lauriers de César, Le Devin, Le Cadeau de César, Obélix et compagnie et Le Fils d’Astérix.

  • 14  Cela concerne les albums suivants : La Rose et le glaive (une femme barde féministe fait son appar (...)

21Pour les besoins de notre étude, nous nous focaliserons uniquement sur les albums où les interventions des femmes viennent complexifier les intrigues14. Dans ces aventures, les femmes apparaissent à plus d’un titre comme des sources de troubles, envenimant sans arrêt le cours des événements. Leurs interventions conduisent à des situations catastrophiques. On peut sans hésiter les qualifier de réelles « emmerdeuses ». Sans leurs prises de position, la vie continuerait à suivre son cours de façon normale ou presque.

  • 15  Expression favorite du grand vizir Iznogoud, qui veut prendre la place du calife, dans la série Iz (...)

22Bien qu’exclues des instances de pouvoir du village, les femmes ont beaucoup d’influence sur leurs époux, elles se mêlent de tout et commentent tout. En fait, la réunion de ces femmes et épouses conviées régulièrement à un lait de chèvre chez la première dame du village est une sorte de contre-pouvoir au conseil du village. Par leurs suppositions, leurs insinuations et leurs ragots, les femmes troublent l’harmonie sociale du village et poussent les hommes à se quereller, à rivaliser et même à douter de leur intégrité. Dans La Zizanie, (pour ne citer que cet album), ce sont les femmes qui font d’Astérix un traître, supposé avoir donné le secret de la potion magique aux Romains. Les hommes, emportés par leur impulsivité, agissent sans même réfléchir. En effet, seul le druide possède le secret. Qu’importe, l’honneur gaulois est remis en cause et chacun se voit déjà « calife à la place du calife »15.

23Les femmes sont non seulement des emmerdeuses mais aussi des manipulatrices, poussant les époux à agir alors que ces derniers ne demandaient rien. En fait, ces femmes nourrissent leurs ambitions à travers le statut social de leur conjoint. Être commerçantes et fortunées ou encore l’épouse du chef du village… Voilà bien des situations plaisant à ces dames. Elles n’hésitent pas alors à pousser les hommes à s’affronter pour atteindre leurs objectifs de pouvoir et de réussite. Pour mener à bien leurs sombres desseins, elles usent parfois de leurs armes favorites comme la séduction. Ainsi, dans Le Cadeau de César, Angine n’hésite pas à pousser sa jeune fille Zaza, un brin perfide, à séduire Obélix pour qu’il choisisse son père comme futur chef de village. Dans cette même histoire, Abraracourcix et Orthopédix s’affrontent à cause de leurs femmes. Il ne s’agit pas de rivalité amoureuse, mais de pouvoir. Les femmes convoitent le pouvoir par l’intermédiaire de leur mari et peu importe s’il faut se transformer en véritable garce et créer la division dans le village.

24Cette recherche de position sociale chez les femmes est aussi portée par leur grande naïveté. Dans Le Devin, elles perdent toute notion de sens commun et de rationalité. Emportées par leurs rêves, elles se mettent à croire n’importe quoi tant elles aspirent à sortir de leur condition.

Le village gaulois, un univers impitoyable

25Bonemine, la femme du chef, porte en elle une large part de cette insatisfaction. Dans cet univers gaulois, le chef et sa femme incarnent le couple français moyen. Ils constituent une sorte de miroir caricatural. Lui, le chef, représente le pouvoir et l’honneur, il est quasiment le père du village (dans Le Devin, quand Astérix et Obélix sont invités à la table du chef par Bonemine, l’ambiance bon enfant ressemble à celle du repas d’une famille joyeuse et heureuse). Le chef du village, malgré sa fonction, apparaît comme incapable de se débrouiller seul, c’est-à-dire sans sa femme. Il entretient avec Bonemine des rapports domestiques agités. Le couple est toujours en train de se chamailler. Bonemine, par exemple, évoque sans cesse la situation de son frère. Il a réussi, lui. Il est dans les affaires à Lutèce. Abraracourcix n’est pas près de l’oublier. Bonemine, installée dans son rôle de femme au foyer, bonne ménagère au mauvais caractère, ne cesse de le lui rappeler. En outre, elle n’est pas du tout impressionnée par les responsabilités de son époux. Pourtant Abraracourcix ne manque pas de lui répéter : « Tu es pourtant fière d’être la femme du chef, un peu de ma gloire rejaillit sur toi. » Bonemine n’en a cure. Alors qu’elle passe son temps à s’occuper de son conjoint comme d’un enfant (elle le lave et l’habille), elle est toujours en train de dévaloriser sa fonction de chef et sa personnalité. Elle le diminue, le ridiculise. Les rapports de pouvoir s’inversent et le chef est dominé par son épouse (Ory, 2007). Les relations tendues dans la sphère privée l’emportent dans le domaine politique. Le comportement de Bonemine n’est jamais ignoré par le chef du village. Quand, dans Astérix chez les Belges, il part venger l’honneur des Gaulois et que la mission s’annonce périlleuse, elle le ramène à des préoccupations plus que terre à terre en lui demandant d’acheter des maquereaux (frais, si possible). Bonemine ne cesse pas non plus de rappeler à son époux qu’elle lui a donné sa jeunesse, les meilleures années de sa vie, pour qu’il puisse continuer à guerroyer un peu et ripailler beaucoup. Cette notion du sacrifice est une donnée importante de ce personnage féminin. Bonemine et ses consœurs expriment au fil de la série une forte frustration. Pour Nicolas Rouvière, « [p]lus les femmes nourrissent des frustrations en privé, plus la caricature comportementale est comique et la moquerie du traditionalisme efficace » (Rouvière, 2006 : 201).

La gifle

26La série semble amorcer un virage dans La Rose et le glaive (album 29) avec le personnage haut en couleurs de Maestria. Cette femme barde arrive dans le village à la demande des épouses pour s’occuper de l’éducation des enfants. Maestria est une féministe et elle va surtout s’occuper de l’éducation des femmes du village. Il est temps que celles-ci prennent leur destinée en main. Ainsi le port du pantalon (braie) pour les dames s’impose et se généralise tout comme l’idée qu’il est possible d’élire une femme chef du village.

27Les femmes vont donc prendre le pouvoir et chasser les hommes, mais leur inaptitude à gouverner se montrera vite. Dans le même temps, les Romains ont recruté des femmes légionnaires. La galanterie des Gaulois étant légendaire, ces derniers ne pourront plus combattre contre des femmes. On ne frappe pas une femme. Les Gaulois s’en sortent par la ruse, en ayant recours aux travers féminins les plus basiques. Lorsque les femmes légionnaires envahissent le village, elles découvrent des marchands de toilettes, des coiffeurs, des boutiques de bijoux, de produits de beauté… Elles délaisseront leurs armes pour se ruer dans les boutiques. Chassez le naturel… Ce passage montre à quel point les femmes, d’une manière générale, soumises aux fonctions domestiques, sont vite disqualifiées par rapport aux hommes dès qu’elles désirent investir l’espace public (Guionnet, Neveu, 2009 : 25). La Rose et le glaive est aussi un épisode de la série où s’affrontent Astérix le guerrier et Maestria son opposée. Dans un premier temps, elle le manipule pour obtenir sa hutte. Elle est même prête à créer un foyer avec lui. Astérix est comme dépassé par les méthodes de cette femme. Il est assez excédé par le comportement affirmé de ce barde féminin, à tel point qu’il ira jusqu’à lui donner une gifle. Même si le ressort comique de la situation est appuyé par le caractère ambigu de Maestria, Uderzo utilise là un procédé comique marqué et sujet à controverse quand on sait à quel point la violence conjugale à l’encontre des femmes demeure une question sensible. On peut s’interroger légitimement sur la portée d’un tel geste dans une bande dessinée s’adressant aussi à des enfants. Les inconditionnels verront en un coup d’œil le deuxième degré et le ressort comique. Certes. Mais le doute persiste. Fallait-il en passer par là pour introduire le rire ? Rit-on de ce geste ? Cette scène ne montre t-elle pas plutôt la faiblesse du scénario ? N’est-elle pas soudain l’accroc retirant à la série son caractère ludique, un brin moqueur des petits travers humains ? Cet événement (la gifle) renvoie au sort des femmes dans l’album Astérix en Corse. La situation des femmes, complètement effacées derrière les hommes, les frères et les maris, est tellement grotesque, tellement poussée à l’extrême et exagérée, que le rire efface le stéréotype et la force du préjugé. Il y a un renversement de situation. Le sort fait aux femmes n’est pas crédible, on ne peut qu’en rire. À nos yeux, ce procédé est moins évident dans La Rose et le glaive.

Quel usage pour le stéréotype ?

28Les stéréotypes reposent sur des jugements rapides, construits un peu à l’emporte-pièce, des représentations collectives partagées par le commun des mortels. Mais, au-delà de leur portée négative, de tels schèmes mentaux permettent d’étudier les interactions sociales. Comme l’expliquent Ruth Amossy et Anne Herschberg Pierrot :

Qu’elles le prennent dans un sens péjoratif ou neutre, les sciences sociales font aussi du stéréotype un concept bien défini qui permet d’analyser le rapport de l’individu à l’autre et à soi, ou les relations entre les groupes et leurs membres individuels. Dans l’usage courant, cependant, le terme de stéréotype continue généralement à désigner une image collective figée considérée sous l’angle de la péjoration. (Amossy, Herschberg Pierrot, 2007 : 28)

29De nombreux stéréotypes de cette nature (par exemple, la supposée stupidité des femmes blondes) ont longtemps envahi les médias, la publicité notamment. La bande dessinée n’échappe pas à ce principe. Il est évident que les auteurs de la série Astérix s’en donnent à cœur joie. Pour Amossy et Herschberg Pierrot,

[e]n stéréotypant les membres d’un groupe, on rapporte à une essence immuable des traits qui dérivent en fait de leur statut social ou de rôles sociaux qui leur sont conférés. Les comportements de la femme reflètent des rôles sociaux, ce qu’on attend d’elle détermine ses façons de faire et d’être. Elle apparaît ainsi comme soucieuse du bien-être de son entourage et dévouée, alors que les hommes paraissent plus désireux de s’imposer et de contrôler leur entourage. Il ne s’agit pas là de traits innés définissant la féminité comme telle, mais des effets de la distribution sociale des rôles entre les sexes. (Amossy, Herschberg Pierrot, 2007 : 38)

30La banalisation du stéréotype fait que l’on finit par le reproduire dans son propre comportement. Il ne s’agit pas pour nous ici de décortiquer les stéréotypes et clichés utilisés par Goscinny et Uderzo pour caractériser les femmes. Nous en avons du reste déjà donné des exemples. Il ne s’agit pas non plus d’effectuer des vérifications ou de chercher en quoi les femmes sont différentes de l’image donnée par la série. Il est plus judicieux à nos yeux de s’arrêter un peu sur le processus de création de stéréotype et sur l’usage qui est fait de ce dernier. « Il ne faut pas considérer les stéréotypes comme corrects ou incorrects, mais comme utiles ou nocifs. » (Leyens, 1996 : 28)

31Dans la série Astérix, la plupart des clichés, stéréotypes et autres représentations véhiculées (à l’exception, à nos yeux, de la scène de la gifle) entourant les personnages hommes et femmes conduisent au rire, à une douce moquerie, à une bonne dose de dérision, poussant le lecteur à prendre lui-même, d’instinct, un peu de distance et de recul. Les stéréotypes perdent leur charge idéologique. Les femmes ne sont pas gâtées, certes, mais les hommes sont souvent ridicules dans leurs petits travers, leurs grosses colères et autres poussées d’orgueil. Par exemple, si les femmes agissent en manipulatrices, il faut aussi « un agent de la manipulation » (Charaudeau, 1997 : 8). Autrement dit, les hommes restent assez dociles, voire fragiles, si ce n’est grotesques, et se laissent facilement emporter par ces dames. Il n’en faut pas beaucoup pour les pousser et les faire passer à l’acte. Les auteurs de la série, dans leur démarche satirique, introduisent une proximité avec les images, même si celles-ci affichent ce qui pourrait correspondre aux désordres et aux travers de notre société :

La visée principale des auteurs n’est pas une dénonciation des réalités. Il s’agit plutôt de susciter à travers le décalage et l’anachronisme, la reconnaissance amusée du lecteur sur le mode de la connivence. (Rouvière, 2008 : 195)

  • 16  Voir Bereni et al. (2008) et Mattelart, Neveu (2003) pour une introduction à la problématique.

32La portée du stéréotype questionne la réception des productions culturelles. De nombreuses recherches (Pasquier, 1995 ; Radway, 1984) ont montré que ces dernières participèrent, d’une façon concrète, à la construction des identités de genre. Cependant, les études en réception, et en particulier celles portées par le courant des Cultural Studies16, font état d’un public souvent assez critique vis-à-vis de ces discours mis en exergue par les supports (séries, livres, bandes dessinées, films…), un public n’hésitant pas à faire un usage parfois détourné des différents messages (Guionnet, Neveu, 2009 : 102). Analysant les bandes dessinées américaines de super-héros (Batman…), Eric Maigret constate que la construction des identités est loin d’être immuable :

Si les bandes dessinées de super-héros représentent un haut lieu d’apprentissage et de confirmation de la masculinité […], elles ne sont pas pour autant de simples instances de reproduction des caractéristiques sexuelles, de perpétuation d’un ordre traditionnel. (Maigret, 1995 : 98)

Calamity Jane : une femme hors du commun

33Nous arrivons maintenant à la deuxième partie de notre propos. Il règne dans la série Astérix un sympathique parfum de misogynie. Qu’en est-t-il dans d’autres séries du même type ? Nous sommes allée enquêter dans la série Lucky Luke, réalisée par Goscinny et Morris. Astérix et Lucky Luke sont, sans aucun doute, avec Tintin, les plus célèbres personnages masculins de la bande dessinée franco-belge, trois héros qui sont très rarement en charmante compagnie.

34Dans l’Ouest sauvage américain, le cow-boy Lucky Lucke est amené à côtoyer un certain nombre de femmes qui ne font que de brèves apparitions : des puritaines (assez âgées et sans charme apparent, attachées à de grandes valeurs morales), des danseuses évoluant dans les bars où les hommes passent une grande partie de leur temps en jouant (et en trichant) aux cartes, des épouses accompagnant de braves gars cherchant une terre nouvelle…

  • 17  Elle apparaît dans les albums Lucky Luke contre Joss Jamon, La Chasse aux fantômes et Calamity Jan (...)

35Lucky Lucke sera même chargé d’assurer la sécurité de la tragédienne française Sarah Bernhardt, un brin fragile, capricieuse et obstinée, mais au fond assez sympathique. Il devra aussi encadrer avec délicatesse Ma Dalton, cette charmante vieille dame que rien ne distinguerait d’une autre vieille dame si elle n’était la mère de quatre gentils garçons, les Dalton, pour qui elle va dévaliser des banques. La seule femme de la série prenant de l’envergure reste Calamity Jane17. Lucky Luke se caractérise par son humour, ses grands espaces, ses actions spectaculaires. Il y a toujours des bons et des méchants, des Indiens, des bagarres et des coups de revolver. Calamity Jane s’y distingue parce qu’elle reste une femme, agissant comme un homme, mais voulant qu’on la respecte comme une femme. Cette héroïne est courageuse, solitaire et indépendante, elle peut travailler dur et exercer des métiers traditionnellement réservés aux hommes (elle a travaillé pour l’armée, au chemin de fer…), elle fréquente les desperados les plus endurcis et semble assez acceptée par les hommes. Elle s’habille en homme, son langage est « fleuri » comme ses manières (elle chique) et elle manie davantage la carabine que le rouleau à pâtisserie. Lucky Luke apparaît comme très attentionné et galant. Il se préoccupe du sort de cette femme hors du commun, qu’il respecte non pas parce qu’il y aurait entre eux une quelconque relation amoureuse, mais sans doute parce que Calamity est son égal au féminin. Comme lui, elle est dynamique et n’est pas la dernière si un quelconque danger se présente, et comme lui, elle reste fidèle à sa liberté. Ce personnage féminin est fort attachant, sans doute parce qu’il dégage, cachées sous des frusques d’homme, une réelle sensibilité et une grande ouverture d’esprit. Par exemple, dans l’album Calamity Jane, cette dernière veut vraiment être reconnue par la communauté féminine de la ville et se plie volontiers aux petits défis imposés par les dames de la bonne société. Mais ce n’est pas par ses talents de cuisinière ou autres qualités réservées aux femmes que Calamity se fera accepter. Son courage, son caractère trempé et intrépide, cette volonté de justice et donc de faire le bien, s’imposent vite. Cette femme possède en quelque sorte une influence positive sur les autres personnages féminins qui reconnaissent sa bravoure.

La série Astérix est-elle une œuvre misogyne ?

36Seules quelques femmes partagent l’univers des héros de bandes dessinées, du moins dans ces deux séries Astérix et Lucky Luke. La plupart de ces femmes ne font, dans les albums, que des passages mineurs. Certaines, comme Calamity, vont se détacher et imposer une image féminine peu ordinaire. Dans de très nombreux cas, les femmes, en particulier celles entourant Astérix, portées par le désir d’évoluer dans un monde meilleur, troublent et perturbent la vie paisible du village. Dans ce petit village gaulois où s’entrechoquent divers personnages agités à la fois par un désir de défendre de nobles valeurs et par une grande naïveté, règne également une douce tendresse rapprochant les uns des autres et les hommes et les femmes.

37Les femmes sont certes des « emmerdeuses » ambitieuses mais elles restent attachées à leurs compagnons. Elles n’envisagent pas une histoire sans hommes :

Astérix aux Jeux olympiques, 18, 2

  • 18  Pour un historique de la moralisation de la presse enfantine avant et après la Seconde Guerre mond (...)
  • 19  Pour un historique général de la bande dessinée, voir également le monumental Dictionnaire de la b (...)

38Beaucoup de scénaristes et de dessinateurs, refusant d’être traités de misogynes, évoquèrent entre autres la loi de 1949 encadrant les publications destinées à la jeunesse. À cette époque, après guerre, les comités de censure étaient sourcilleux18. La jeunesse était bien séparée, surtout dans la vie scolaire, avec d’un côté les garçons et de l’autre les filles. Chacun son monde, donc, comme dans Astérix, chacun ses occupations et ses lectures. Les auteurs se défendent de toute attitude discriminante envers les femmes. La bande dessinée, à ses débuts, n’était, il est vrai, pas très lue par les filles. La féminisation du public est apparue dans les années 1980 (Groensteen, 2006 ; Esquenazi, 2003). En outre, l’histoire de ce média a été écrite par des hommes, « qui se référaient à leurs propres souvenirs de lectures enfantines » (Mouchard, 2009 : 74). Il convient de ne pas perdre de vue non plus, comme l’a démontré Françoise Héritier, que les valeurs liées au féminin sont souvent dévalorisées par rapport à celles associées au masculin (Héritier, 1996), ceci expliquant la présence, entre autres, de super-héros virils et musclés dans les albums. Ces tentatives d’explications, face d’une part à la faible représentation des femmes dans la BD et d’autre part au sort réservé aux personnages féminins, sont à nos yeux un peu limitées. L’émancipation des femmes dans la bande dessinée est en train de s’écrire, à travers des auteures comme Claire Bretécher, Florence Cestac, Julie Doucet ou Marjane Satrapi… même si l’univers du 9e art, en France du moins, mais aussi aux États-Unis, est encore dominé par les hommes (Mouchart, 200919). Par ailleurs, certains auteurs masculins, qui n’étaient pas forcément dans le registre « gros bras », se sont aussi mis à douter et ont emprunté à l’autre sexe des valeurs plus sociales et plus féminines.

39Au terme de cette étude, une question demeure : la série Astérix est-elle misogyne ? Les auteurs y répondent eux-mêmes en faisant dire à Astérix :

Astérix et la rentrée gauloise, 7, 6-7

40N’en déplaise au petit Gaulois, la série qui porte son nom est bien misogyne. Nous voulons dire par là que les femmes ne sont pas forcément montrées d’une façon flatteuse et sympathique. Et pourquoi le faudrait-il ? Il me semble, au contraire, qu’elles sont traitées comme les hommes, c’est-à-dire taquinées, en exploitant les stéréotypes les plus courants. Elles ne sont pas mises en valeur, mais les hommes non plus. Et le lecteur se moque en douceur de ces personnages féminins. Il se moque d’autant plus volontiers que les hommes sont eux-mêmes souvent ridiculisés.

  • 20  Ce que souligne bien le titre de l’étude de Nelly Feuerhahn (1996) : « Astérix, Obélix, Nous et le (...)

41La volonté des auteurs n’est pas ici de régler des comptes avec le sexe féminin, mais de s’amuser20. L’humour et la dérision l’emportent dans cette peinture exploitant les petits défauts de la nature humaine. Femmes et hommes sont égratignés, mais la tendresse n’est jamais loin.

Bibliographie

Amossy, R., Herschberg Pierrot, A., 2007, Stéréotypes et clichés, Paris, Armand Colin.

Bereni, L., Chauvin, S., Jaunait, A., Revillard, A., 2008, Introduction aux Gender Studies. Manuel des études sur le genre, Bruxelles, De Boeck.

Charaudeau, P., 1997, Le Discours d’information médiatique. La construction du miroir social, Paris, Nathan.

Crépin, T., 2001, « Haro sur le gangster ! » La moralisation de la presse enfantine 1934-1954, Paris, CNRS Éditions.

Esquenazi, J.-P., 2003, Sociologie des publics, Paris, La Découverte.

Feuerhahn, N., 1996, « Astérix, Obélix, Nous et les Autres : une sociologie pour rire », in Catalogue de l’Exposition – Musée national des Arts et Traditions Populaires, 30 octobre 1996 - 21 avril 1997, Paris, Albert-René, p. 51-76.

Gaumer, P., 2002, La BD, Paris, Larousse.

Groensteen, T., 2006, La Bande dessinée, un objet culturel non identifié, Paris, Éditions de l’An 2.

Guionnet, C., Neveu, E., 2009, Féminins/Masculins, sociologie du genre, Paris, Armand Colin.

Héritier, F., 1996, Masculin-féminin 1. La pensée de la différence, Paris, Odile Jacob.

Leyens, J.-P., Yzerbyt, V., Schadron, G., 1996, Stéréotypes et cognition sociale, (traduit par G. Schadron), Bruxelles, Mardaga.

Lipani-Vaissade, M.-C., 2009, « La révolte des personnages féminins de la bande dessinée francophone. Cartographie d’une émancipation de fraîche date », Le temps des Médias, 12, Paris, Éditions du Nouveau Monde, p. 152-162.

Maigret, E., 1995, « Strange grandit avec moi. Sentimentalité et masculinité chez les lecteurs de BD de super héros », Réseaux, 70, Paris, La Découverte, p. 79-103.

Mattelart, A., Neveu, E., 2003, Introduction aux Cultural Studies, Paris, La Découverte.

Ory, P., 2007, Goscinny. La liberté d’en rire, Paris, Perrin.

Mouchard, B., 2009, La Bande dessinée, Paris, Le Cavalier Bleu.

Pasquier, D., 1995, « “Chère Hélène”. Les usages sociaux des séries collèges », Réseaux, 70, Paris, La Découverte, p. 9-39.

Pilloy, A., 1994, Les Compagnes des héros de B.D. Des femmes et des bulles. Paris, L’Harmattan.

Radway, J., 1984, Reading the Romance/Women, Patriarchy and Popular Literature, University of North Carolina Press.

Rouvière, N., 2006, Astérix ou les lumières de la civilisation, Paris, PUF.

Rouvière, N., 2008, Astérix ou la parodie des identités, Paris, Flammarion.

Annexes

ANNEXE Numéro et titre des albums

Titre

Titre

1

Astérix le Gaulois

17

Le Domaine des Dieux

2

La Serpe d’or

18

Les Lauriers de César

3

Astérix et les Goths

19

Le Devin

4

Astérix gladiateur

20

Astérix en Corse

5

Le Tour de Gaule d’Astérix

21

Le Cadeau de César

6

Astérix et Cléopâtre

22

La grande traversée

7

Le Combat des chefs

23

Obélix et compagnie

8

Astérix chez les Bretons

24

Astérix chez les Belges

9

Astérix et les Normands

25

Le grand fossé

10

Astérix légionnaire

26

L’Odyssée d’Astérix

11

Le Bouclier arverne

27

Le Fils d’Astérix

12

Astérix aux Jeux olympiques

28

Astérix chez Rahãzade

13

Astérix et le chaudron

29

La Rose et le glaive

14

Astérix en Hispanie

30

La Galère d’Obélix

15

La Zizanie

31

Astérix et Latraviata

16

Astérix chez les Helvètes

32

Le Ciel lui tombe sur la tête

Notes

2  Par Jacques Tardi aux Éditions Casterman (1976).

3  Dans Astérix et Latraviata, album 31, page 12.

4  Les chiffres indiquent successivement le numéro de l’album et celui de la page. Pour la correspondance entre numéro et titre de l’album, voir en annexe.

5  Le chiffre indique le numéro de l’album.

6  Première apparition dans l’album 6. Elle apparaît aussi dans l’album 27.

7  Première apparition dans l’album 10, puis elle revient dans les albums 29 et 30.

8  Première apparition (rôle muet) dans l’album 7, puis elle revient essentiellement dans les albums 11 (on apprend son nom à ce moment-là), 12, 15, 18, 19, 20, 23, 24, 27, 28, 29, 32 et 33.

9  Première apparition dans l’album 14. Elle revient ensuite dans de nombreux albums au côté de Bonemine : 14, 15, 17, 19, 21, 23, 27 et 29.

10  Neuf apparitions dans les albums 15, 17, 19, 21, 23, 27, 28, 29 et 33.

11  Ordralfabétix, le marchand de poissons, est le seul homme à évoluer dans un univers plutôt féminin, le commerce, lieu de commérages dans le village gaulois.

12  Dans l’album La Galère d’Obélix, Falbala fait une apparition. Obélix a été transformé en statue de granit et Falbala lui donne un baiser, ce qui ne provoque aucune réaction. La jeune femme est déçue et vexée, son pouvoir ne séduction n’a pas pu agir.

13  Album 6. César a traité les Égyptiens de peuple décadent et Cléopâtre lui promet de lui faire construire en trois mois un palais somptueux.

14  Cela concerne les albums suivants : La Rose et le glaive (une femme barde féministe fait son apparition dans le village, incitant les femmes à prendre le pouvoir) ; Astérix et Latraviata (une tragédienne est engagée par les Romains pour se faire passer pour Falbala. Les deux héros Astérix et Obélix sont sous le charme et s’opposent. Ils ont aussi à affronter leurs mères, qui veulent les marier à tout prix) ; Le Bouclier arverne (le chef est malade et part en cure. Les Gaulois doivent récupérer le pavois appartenant à Vercingétorix. L’épouse du chef ne fait à son mari que des reproches) ; La Zizanie (un Romain envoyé par César offre des cadeaux à Astérix ; les femmes font de celui-ci un traître et chacun veut devenir chef à la place d’Abraracourcix) ; Le Domaine des Dieux (les Romains construisent un domaine tout près du village gaulois. Les Romains propriétaires vont ainsi faire leurs courses dans le village et chaque Gaulois, poussé par son épouse, veut ouvrir un commerce) ; Les Lauriers de César (pour Bonemine, son frère a réussi dans la vie et non son mari. Ce dernier promet qu’il fera manger à son beau-frère un ragoût réalisé avec les lauriers de la couronne de César) ; Le Devin (un homme qui prétend avoir des dons de double vue arrive dans le village et toutes les femmes croient ce qu’il raconte) ; Le Cadeau de César (une famille gauloise débarque de Provence dans le village avec un titre de propriété signé par César. Le village leur appartient et il faut élire un nouveau chef. Une véritable campagne électorale est orchestrée par les femmes) ; Obélix et compagnie (les Romains créent le marché du menhir. Les femmes veulent de l’argent et poussent leur mari à faire du commerce) ; Le Fils d’Astérix (on trouve un bébé devant la hutte d’Astérix, les femmes font des sous-entendus…).

15  Expression favorite du grand vizir Iznogoud, qui veut prendre la place du calife, dans la série Iznogoud réalisée par Goscinny et Tabary dès 1961 et éditée par Dargaud.

16  Voir Bereni et al. (2008) et Mattelart, Neveu (2003) pour une introduction à la problématique.

17  Elle apparaît dans les albums Lucky Luke contre Joss Jamon, La Chasse aux fantômes et Calamity Jane, où elle tient le rôle clé.

18  Pour un historique de la moralisation de la presse enfantine avant et après la Seconde Guerre mondiale, voir Crépin, 2001.

19  Pour un historique général de la bande dessinée, voir également le monumental Dictionnaire de la bande dessinée de Gaumer (2009).

20  Ce que souligne bien le titre de l’étude de Nelly Feuerhahn (1996) : « Astérix, Obélix, Nous et les Autres : une sociologie pour rire ».

Table des illustrations

Légende Astérix aux Jeux olympiques, 18, 2
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7005/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 92k
Légende Astérix et la rentrée gauloise, 7, 6-7
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/7005/img-2.jpg
Fichier image/jpeg, 76k

Auteur

Maître de conférences à l’Institut de journalisme Bordeaux Aquitaine. Domaines de recherche : presse, relations presse/lecteur, presse/milieu politique, traitement des faits divers, bande dessinée. Auteur d’un article sur la révolte des personnages féminins dans la bande dessinée francophone

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540