Desktop versionMobile version

Le tour du monde d'Astérix

 | 
Bertrand Richet

Astérix autour du monde – Diffusion

Du village d’Astérix au village global : historique de cinquante ans de succès

From Asterix’s Village to the Global Village: the Story of Fifty Years of Success

Bernard Cros

Abstract

With 325 million albums sold and over 1,500 translations in 112 languages and dialects in fifty years, Asterix’s village has opened up to the world earlier and better than may be thought. Ever since the early 1960s the albums jumped over the village’s wooden fence. I will present the successive steps of Asterix’s expansion around the world, from the conquest of neighbouring Western countries in the 1960s to its progress in Asia, Africa and America in the 1970s and 1980s and eventually Eastern Europe in the 1990s. The expansion is remarkable for its

Full text

  • 2  Au 1er mars 2010, selon les sites Asterix around the World (asterix-obelix.nl) de H. Selles et H.  (...)
  • 3  Les éditeurs en reconnaissent officiellement 107, les cinq autres étant considérées comme illégale (...)
  • 4  Par comparaison, les deux tiers des albums de Tintin se vendent dans la zone francophone, dont 18 (...)
  • 5  Ce qui réduit d’autant la part des droits d’auteur pour ses auteurs. Voir Camille d’Essayage, « As (...)

1Avec plus de 325 millions d’albums vendus dans 107 langues et dialectesen cinquante ans, le village d’Astérix, bien loin de « résister encore et toujours à l’envahisseur », s’est ouvert depuis longtemps aux étrangers. L’amplitude géographique d’Astérix est d’ailleurs remarquable avec plus de 1 200 traductions recensées2. Des 112 langues3 répertoriées par les collectionneurs, seules 17 (15 %) ont donné lieu à la publication des 33 albums. À l’inverse, cinq ou moins ont été traduits dans plus de la moitié des langues, et même un seul dans près de 30 % des cas. Actuellement, les ventes se divisent en trois tiers à peu près égaux sur le marché mondial : francophonie (37 %), pays de langue allemande (33 %), reste du monde (30 %) (voir tableau 1 ci-dessous)4. Astérix réussit sa conquête de l’Europe en quelques années à peine, en servant notamment de poisson pilote à… Pilote, dont le « modèle » de magazine pour la jeunesse s’exporte et joue un rôle capital dans la popularisation sur le continent de la bande dessinée, qui cesse d’être réservée aux enfants, y compris dans des pays où le neuvième art est peu implanté. Dans cette première époque, Dargaud se contente d’abord de céder les droits des séries publiées dans le magazine Pilote depuis 1959 à des éditeurs étrangers, qui entament une publication périodique dans un magazine hebdomadaire pour la jeunesse. Puis Dargaud crée des filiales à parts égales avec des éditeurs locaux5, souvent les plus puissants de leur marché (Hodder au Royaume-Uni, Mondadori en Italie, Bruguera puis Grijalbo en Espagne, Ehapa en Allemagne), profitant de leur savoir-faire national pour distribuer ses albums. Cette configuration (magazine, albums, filiales) est la même dans presque toute l’Europe occidentale pendant les années 1960.

Tableau 1 – Ventes cumulées par langue (en millions d’albums. Estimations 2008)

Français

110

Allemand

100

Anglais, espagnol, néerlandais

22

Italien, suédois

6

Brésilien, danois, finnois, grec, norvégien, polonais

3

Portugais

2

Astérix en quelques chiffres

  • 6  Voir hemerotecadigital.cm-lisboa.pt/OBRAS/Foguetao/Foguetao.htm. Il paraît ensuite dans Cavaleiro (...)

2La toute première traduction paraît en portugais en 1961 (une version d’Astérix le Gaulois) dans les colonnes de Foguetão, « l’hebdomadaire de la jeunesse de l’an 2000 », slogan calqué sur celui de Pilote6. Les albums suivent en 1967.

Tableau 2 – Chronologie des 112 traductions d’Astérix (ordre, langue, année de 1re traduction (magazine) et/ou de 1er album)

1

Portugais

1961 ; 1967

27

Gallois

1976

2

Anglais

1963 ; 1969

28

Occitan

1976

3

Néerlandais

1964 ; 1966

29

Valencien

1976

4

Castillan

1965 ; 1969

30

Tchèque

1977

5

Allemand

1965 ; 1968

31

Persan

1977

6

Turc

1965 ; 1968

32

Frison

1978

7

Serbo-croate

1966 ; 1972

33

Flamand

1980

8

Italien

1967 ; 1969

34

Hébreu

1980

9

Danois

1968 ; 1969

35

Arabe

1980

10

Norvégien

1968 ; 1969

36

Thaï Δ

198 ?

11

Latin

1968

37

Groenlandais

1981

12

Portugais du Brésil

1968

38

Indonésien

1982

13

Grec moderne

1968 ; 1969

39

Hindi

1983

14

Catalan

1969

40

Romanche Gritschun

1984

15

Finnois

1969

41

Romanche Sursilvan

1984

16

Suédois

1970

42

Romanche Vallader

1986

17

Croate

1970

43

Chinois mandarin Δ

1986

18

Argentin

1973

44

Luxembourgeois

1987

19

Esperanto

1973

45

Vietnamien

1987

20

Islandais

1974

46

Gaélique écossais

1989

21

Japonais

1974

47

Polonais

1990

53

Grec ancien

1992

83

Francique mosellan (moselfränkisch)*

1999

54

Lituanien Δ

1992

84

Frison oriental (ost-friesisch)*

1999

55

Slovaque

1992

85

Anversois (antwerps)

1999

56

Suisse alémanique

1992

86

Gantois (gents)

1999

57

Corse

1993

87

Sarrois (saarländisch)*

2000

58

Chinois cantonais

1993

88

Tyrolien (tirolerisch)*

2000

59

Estonien

1994

89

Westphalien (westfälisch)*

2000

60

Letton

1994

90

Thuringien (thuringisch)*

2000

61

Roumain

1994

91

Alémanique (alemannisch)*

2000

62

Russe

1994

92

Hambourgeois (hamburgisch)*

2000

63

Serbe

1995

93

Carinthien (kärnterisch)*

2000

64

Bengali

1995

94

Carélien

2000

65

Souabe (schwäbisch)*

1995

95

Cinghalais Δ

2000

66

Bas-allemand (platt)*

1996

96

Pontique

2000

67

Colognais (kölsch)*

1996

97

Düsseldorfois (düsseldorferisch)*

2001

68

Alsacien

1996

98

Mayençais (mainzerich)*

2001

69

Limbourgeois (limburgs)

1996

99

Munichois (münchnerisch)*

2001

70

Saxon (sächsisch)*

1997

100

Crétois

2001

71

Palatin (pfälzisch)*

1997

101

Rauma

2001

72

Viennois (wienerisch)*

1997

102

Sud-tyrolien (süd-tirolerisch)*

2002

73

Bavarois (bayrisch)*

1997

103

Sorani Δ

2002

74

Hessien (hessisch)*

1997

104

Bas-francique (unterfränkisch)*

2003

75

Savo

1997

105

Gallo

2004

76

Twents

1997

106

Picard

2004

77

Ruhrdeutsch*

1998

107

Mirandais

2005

  • 7Holland, S., 2006, « A History of the Classic Children’s Magazine », Look and Learn. lookandlearn. (...)
  • 8Kamm, A. [rédacteur en chef de Brockhampton Press 1960-1972], 1993, « Whatever Happened to Little (...)
  • 9  Voir dans ce volume l’article que K. Kaindl y consacre.
  • 10  Les quatre premières histoires ont donc trois traductions allemandes différentes.

3La première traduction anglaise paraît en 1963 dans le magazine Valiant. C’est une adaptation d’Astérix le Gaulois, intitulée Little Fred, the Ancient Brit with Bags of Grit, dont l’action est transposée dans la Bretagne de l’époque romaine7, procédé réutilisé en 1965-1966 dans Ranger (Le Combat des chefs), puis en 1966-1967 dans Look and Learn (Astérix et Cléopâtre). Il faut attendre 1969 pour que le premier album voie le jour car, malgré le succès d’Astérix sur le continent, plusieurs éditeurs l’avaient refusé, arguant « qu’il était intraduisible »8. Un exemplaire d’Astérix chez les Bretons circulant autour de la table lors d’une réunion du conseil d’administration convaincra les responsables de Brockhampton Press d’acheter les droits. Après la traduction en néerlandais parue dans le magazine Pep en 1964 (suivie des albums en 1966), la première version allemande publiée à partir de mars 1965 dans le magazine Lupo constitue un moment important, car en détournant ouvertement Astérix chez les Goths dans un sens nationaliste, ultra-conservateur et anti-communiste9, l’éditeur Rolf Kauka déclenche l’ire de Goscinny, qui fait rompre le contrat et impose que toutes les traductions soient désormais retraduites vers le français pour vérification, démarche toujours en vigueur. Ehapa, qui récupère le contrat, publie la série dans le magazine MV. Quoique fidèles à l’esprit de l’original, les traductions, assurées par la rédaction, sont truffées d’erreurs et la traductrice professionnelle Gudrun Penndorf, qui est alors engagée10, sera pour beaucoup dans le succès exceptionnel d’Astérix outre-Rhin. Dès 1971, Asterix als Legionär est tiré à un million d’exemplaires. La BD est alors moins populaire qu’en France, mais Astérix contribue à son expansion. En 1974, un article de Der Stern analyse ainsi son influence en Allemagne :

  • 11Nemeczek, A., 1974, « Asterix und die Deutschen », Stern, no 2. comedix.de/medien/lit/stern_asteri (...)

En cinq ans, le nabot gaulois a transformé les habitudes d’apprentissage, d’analyse d’image et de lecture des Allemands […] Les élèves paresseux font des heures supplémentaires penchés sur leur version latine, les Allemands éteignent le petit écran et retrouvent le chemin des salles obscures, et les intellectuels délaissent leurs livres pour les bandes dessinées. [C’est] le meilleur article d’exportation [français] depuis le béret et Brigitte Bardot.11

  • 12  El Rincón de Mortadelón, 2006, « Homenaje a Astérix », 12 octobre. Bruguera lance Astérix au Brési (...)
  • 13  Marín, R., « 876. Los comics en España—2 : Un Piloto guía el camino », Crisei. crisei.blogalia.com (...)

4En Espagne, le succès va se construire plus lentement. Une première publication de trois albums en 1965 et 1966 chez l’éditeur barcelonais Molino échoue. Astérix commence à trouver son public en 1968 lorsque Bruguera récupère les droits des séries de Pilote et adopte la séquence revue-album12. Astérix s’installe dans DDT puis dans Gran Pulgarcito, qui se calque sur le format de Pilote, et où il trouve un terrain à sa mesure : revue originale, grand format (30 × 21) mettant en valeur les personnages, mais son prix élevé entraîne l’arrêt de l’aventure au bout de dix-huit mois. Les albums sont publiés parallèlement, sans grand succès dans un premier temps. Néanmoins, « l’influence de Pilote fut décisive au moment où se structurait le paysage de la bande dessinée espagnole. Elle permit de consacrer Bruguera comme seul éditeur d’importance du pays »13. Astérix paraît ensuite dans les colonnes de Mortadelo avant que Bruguera ne publie les vingt-deux premiers albums en castillan et huit albums en catalan à partir de 1969, puis cède les droits. C’est dans les années 1990 qu’Astérix explose vraiment en Espagne, au point qu’aujourd’hui il s’y est autant vendu qu’en Grande-Bretagne.

5La Scandinavie est conquise à partir de 1969 grâce à Gutenberghus, éditeur danois qui domine le marché de la presse jeunesse nordique. Après avoir obtenu la licence d’exploitation des produits Disney pour toute la Scandinavie en 1948, il fait de Donald Duck le personnage de BD le plus populaire de la région, puis profite de son quasi-monopole sur le secteur pour imposer Astérix. Le 18 avril 1968, Astérix chez les Bretons sort simultanément en Norvège dans Tempo et au Danemark dans Fart og Tempo, magazines fabriqués en parallèle. L’éditeur développe aussi la culture de l’abonnement, qui encourage l’esprit de collection et permet de fidéliser le lecteur. Celui-ci s’inscrit à un club, choisit une série et reçoit deux aventures chaque mois. L’Italie, enfin, demeure réticente au charme gaulois. Avec environ six millions d’albums vendus, elle vient loin derrière l’Espagne et le Royaume-Uni, aux marchés pourtant comparables, et même après les Pays-Bas, trois fois moins peuplés. Néanmoins, dès 1974, toute l’Europe occidentale est donc conquise. Toute ? Oui !

  • 14  30 aventures traduites.
  • 15  On lira avec profit dans le présent volume les contributions de M. Nemoto et J.‑P. Gabilliet sur l (...)

6Astérix part donc à la conquête des contrées extra-européennes et réussit son implantation en Turquie (traductions pirates dès 1965) et au Brésil (1968). Il s’ouvre ensuite à l’Asie et au Moyen-Orient (arabe, chinois, farsi, hébreu, hindi, indonésien, vietnamien) sans vraiment s’imposer. Même en Indonésie, pourtant peuplée de 240 millions d’habitants et où Astérix est très célèbre14, les ventes plafonnent à 10 000 exemplaires en moyenne par album. Paradoxalement, pendant la deuxième moitié des années 1970, cette décentralisation se traduit par de nombreuses traductions régionales européennes : pendant la seule année 1976, Astérix sort en occitan, en basque, en breton, en galicien, en valencien et en gallois, puis en frison en 1978, et dans les années 1980, en romanche, en luxembourgeois et en gaélique écossais. L’Europe de l’Est résiste, à l’exception partielle de la Tchécoslovaquie (neuf albums parus en épisodes dans le magazine Sedmicˇka Pionýru˚ entre 1977 et 1992) et surtout de la Yougoslavie, qui possédait une tradition de bande dessinée déjà bien ancrée. Nip-Forum avait produit une version serbo-croate, ainsi que la première traduction en hongrois à l’attention de la minorité magyarophone de Serbie (Nip-Forum était basé à Novi Sad). Après la chute du mur de Berlin, Egmont (nouveau nom de Gutenberghus depuis 1991) se lance à l’assaut des marchés de l’Est avec les Gaulois comme fer de lance. L’essaimage ne se fait pas sans heurts. Seules deux des onze traductions en langues d’Europe orientale peuvent légitimement être considérées comme des succès : le polonais (trois millions d’albums vendus en une quinzaine d’années) et le tchèque, peut-être en raison d’un marché plus solvable qu’ailleurs. Deux autres ont été au mieux des demi-réussites, en Estonie et en Slovaquie. En Slovénie et en Croatie, Egmont dut en outre faire face à la concurrence d’éditeurs bien implantés, qui avaient déjà sorti plusieurs albums. Egmont se risqua enfin en Russie à partir de son bureau de Tallinn, bien que le marché de la bande dessinée y soit inexistant. Quatre albums sortent parallèlement aux traductions lettones pour limiter les coûts, mais la série s’interrompt au bout de deux ans. L’échec russe fait écho à ceux vécus au Japon (1973) et aux États-Unis (années 1990). Dans les deux cas, la résistance s’explique largement par les caractéristiques de cultures peu enclines à accepter des imports étrangers dans leur pré carré du manga et du comic15. En revanche, d’autres marchés peu connus ont répondu favorablement, comme la Grèce, dépourvue d’une véritable culture du roman illustré ou de la BD, et la Corée, où l’éditeur Moonji réalise des records de vente depuis 2001 malgré la prépondérance des productions locales.

Quels albums traduire ?

Tableau 3 – Albums par nombre de traductions différentes recensées (au 1er mars 2010)

Titre

Nb Trad

Titre

Nb Trad

1

A. le Gaulois

67

18

Les Lauriers de César

34

2

A. et Cléopâtre

63

19

Le Bouclier arverne

33

3

A. gladiateur

57

-

L’Odyssée d’Astérix

33

4

La Serpe d’or

54

21

Le Cadeau de César

32

-

Le Combat des chefs

54

-

Le Fils d’Astérix

32

6

A. aux Jeux olympiques

51

-

A. chez Rahàzade

32

7

A. et les Goths

49

24

Le Domaine des dieux

31

-

A. chez les Bretons

49

-

La Rose et le glaive

31

-

A. légionnaire

49

26

La Grande Traversée

30

10

Le Tour de Gaule

45

27

Obélix et Compagnie

29

11

A. et le Chaudron

43

28

A. en Corse

28

12

A. et les Normands

41

29

A. chez les Belges

26

13

La Zizanie

39

30

La Galère d’Obélix

24

14

A. chez les Helvètes

37

31

A. et la rentrée gauloise

22

-

Le Grand Fossé

37

32

A. et Latraviata

19

16

Le Devin

35

-

Le ciel lui tombe sur la tête

19

17

A. en Hispanie

34

  • 16  Ces chiffres comprennent les différentes traductions effectuées dans une même langue pour un même (...)
  • 17  Ce fut le cas pour la série Mundart, selon M. Walz, responsable de la publication d’Astérix chez E (...)
  • 18  La seule véritable exception est la traduction serbe (26 albums publiés dans l’ordre). On compte a (...)
  • 19Kamm, A., op. cit.
  • 20Paterikis, M., sans date. neo.gr/website/istam/paterakhs.htm.

7Comme l’indique le tableau 3 ci-dessus, les 13 albums les plus traduits font tous partie des 15 premiers parus16. On peut y voir l’effet de la chronologie – les aventures les plus anciennes sont sur le marché depuis plus longtemps – mais aussi des goûts du public qui, dans les enquêtes d’opinion, vont aux premiers albums de la série. Le déséquilibre avec les albums d’Uderzo seul (9 contre 24 pour le duo) a été partiellement combattu par l’obligation faite aux éditeurs d’alterner les sorties d’albums de la première série (Goscinny et Uderzo) et de la seconde série (Uderzo), d’où le nombre élevé de versions du Grand fossé et de L’Odyssée d’Astérix17. Les critères présidant au choix des aventures à traduire sont surtout le reflet de logiques avant tout commerciales, justifiées par des préoccupations culturelles. Ainsi, rares sont les éditeurs ayant publié les albums dans l’ordre de parution français18, de façon, comme en Grande-Bretagne, à « obtenir un impact commercial maximum sur le marché »19. Le contrat anglais stipulait que l’éditeur devait publier au moins une aventure tous les six mois, si bien que Brockhampton choisit les albums les plus à même de bien se vendre. À la suite, logique, du premier album de la série, ce sont les voyages qui suscitent l’intérêt : Astérix en Hispanie est suivi par Astérix chez les Bretons, Astérix et Cléopâtre, Astérix et les Goths, Astérix gladiateur, Astérix légionnaire et Astérix chez les Helvètes. Les destinations des héros figurent donc parmi les principaux critères de priorité, la préférence allant à ceux renvoyant directement à la société d’accueil : le premier album en romanche est Astérix chez les Helvètes, La grande traversée est traduite en anglais américain (mais ni en hongrois ni en serbo-croate du temps du communisme…), Astérix aux Jeux olympiques s’impose dans les dialectes grecs, Astérix en Corse est le premier album en corse et en crétois – « La mentalité et les mœurs des Corses sont identiques à celles des Crétois »20 affirme le traducteur crétois –, Astérix chez les Bretons est le premier album traduit en breton, etc. On remarque enfin que près de la moitié des versions d’Astérix aux Jeux olympiques ont été publiées lors d’une année olympique. Pilote entama la publication de l’aventure en épisodes pendant les Jeux olympiques d’hiver de Grenoble en 1968 et la poursuivit jusqu’en juillet, peu avant les Jeux d’été de Mexico. Cette logique fut adoptée par d’autres éditeurs, les versions italienne et néerlandaise étant même retardées par rapport à l’ordre de publication français afin de coïncider avec les Jeux de Munich en 1972.

Astérix et la revendication identitaire

  • 21  Cités sur le site officiel d’Astérix, asterix.com/edition/.

8Si Goscinny et Uderzo ont toujours eu pour seul objectif de « se marrer et faire marrer les gens »21, traducteurs et éditeurs étrangers n’ont pas hésité à ajouter à cette sympathique feuille de route des considérations culturelles, éducatives, voire politiques. On constate tout d’abord que plus d’un traducteur a assigné à sa version un objectif linguistique résolument affirmé : la codification d’un dialecte ou d’une langue encore peu standardisée. Ainsi, la version en picard de La Rentrée gauloise, composée de plusieurs récits, était, selon les traducteurs, un exercice

  • 22  Voir le site consacrée à cette traduction : asterix-en-picard.com/index.php ?p5.

[qui] n’allait pas de soi. Le picard, comme toute langue « à l’état de nature », varie d’un village à l’autre : il n’existe pas de picard « standard ». Dès lors, comment faire une traduction picardo-« chtimie » qui s’adresse aussi bien aux Amiénois qu’aux Lillois, aux Tournaisiens qu’aux Saint-Quentinois ? Nous avons voulu prendre au sérieux l’affirmation des linguistes selon laquelle, au-delà de la variation, le fonds commun à l’ensemble des parlers picards est suffisamment solide pour unir tous les locuteurs du picard dans une large compréhension réciproque.22

9Les auteurs, linguistes et auteurs picards, ont d’abord alterné picard du Nord et picard du Sud selon les histoires, mais aussi

pour chacune de ces deux variantes […], adopté une forme moyenne de la langue, basée grosso modo sur les parlers de l’Artois minier pour le Nord, et de l’Amiénois et de Basse-Picardie pour le Sud : nous pensons ainsi que chacun s’y retrouvera… Certaines parties du texte nécessitaient le recours à une forme commune de picard. Pour cela, nous nous sommes référés à l’usage des auteurs arrageois, dont le parler emprunte tantôt au Nord, tantôt au Sud, ce qui le rend particulièrement apte au rôle de « langue commune » que nous lui assignons […] provisoirement.

10Ils affirmaient enfin un objectif résolument pédagogique :

Nous espérons que notre travail […] aura aussi une vertu pédagogique : celle de montrer la cohérence du picard du nord au sud et de l’est à l’ouest de son domaine, et d’habituer le lecteur aux astuces qui permettent de passer d’une variété à une autre.

11S’il est parfois difficile de distinguer les motivations les unes des autres, on peut cependant affirmer sans grand risque que presque tous les traducteurs en langues minoritaires se limitent à des revendications culturelles mesurées, dans le cadre d’associations de défense et de promotion de leur langue, et ne cherchent pas à remettre en cause l’ordre établi. Mais Astérix n’en questionne pas moins profondément les identités des groupes, et le scénario du petit qui résiste au gros trouve une application facile dans l’affrontement entre région et État, de sorte que les questions linguistiques s’articulent souvent sur un axe effectivement politique.

  • 23  Les deux albums parus dans les années 1990 en limbourgeois ont par exemple été produits par Vereni (...)
  • 24  Courriel du 26 septembre 2009.

12Depuis les années 1970, dialectes et langues régionales ont connu plusieurs vagues de renaissance dans le sillage de mouvances politiques régionalistes, bretonne, corse ou occitane notamment, reflétant la tension entre le désir d’un retour sur soi, empreint de nostalgie, de proximité et d’authenticité – comme la terre, le patois ne « ment » pas – et l’ouverture au monde national intérieur. Les traductions régionales sont alors présentées comme des vecteurs de valorisation de cultures forcément définies en opposition au centre politique du pays. Les Pays-Bas, l’Allemagne, l’Espagne, la Finlande, la France, la Belgique, la Grèce, le Portugal et le Royaume-Uni ont tous connu plusieurs traductions minoritaires. Astérix fut le premier personnage de BD traduit en breton dans les années 1970, en pleine renaissance bretonne, avec deux albums publiés par Preder Embannerezh, puis par Armor, éditeur pionnier dans l’ouverture du breton au domaine scientifique. Les dialectes ne bénéficient alors pas du soutien des grands éditeurs et s’en remettent à de petites structures gravitant dans les milieux folkloristes23. Et même quand c’est le cas, le public ne suit pas forcément. Dans les années 1980, Albert-René produit ainsi trois albums en flamand mais arrête rapidement l’expérience car les ventes sont faibles. La raison principale, selon le collectionneur Hans Selles, est que « la traduction n’avait aucun parfum flamand. Le texte était trop néerlandais »24.

  • 25Ligue romanche, liarumantscha.ch/uploads/media/Rumantsch_04_f_01.pdf.
  • 26  K. Kohler-Pattis, éditions Lia Rumantscha, courriels du 11 juin 2009.
  • 27  Le rumantsch grischun est une « langue toit » créée en 1982 en quelques mois par le linguiste Hein (...)

13Dans deux états plurilingues, la Suisse et le Luxembourg, les traductions d’Astérix se sont vu assigner un objectif politico-linguistique officiel : participer au renforcement d’une langue nationale minoritaire. Les traductions en romanche ont été effectuées à l’initiative de la Ligue romanche (Lia Rumantscha), organisation de défense et de promotion linguistique et culturelle reconnue et très active. Avec 35 000 à 40 000 locuteurs recensés mais éparpillés, le romanche fait partie de ces langues européennes dites « menacées de disparition »25. Toni Kaiser, responsable des publications, proposa de traduire des bandes dessinées afin de toucher le jeune public et de le sensibiliser à son patrimoine culturel. Cela lui valut des commentaires sceptiques en raison de la faible quantité de texte, mais il parvint à ses fins en apportant les fonds nécessaires au projet26. Trois albums sortirent en 1984 et 1986 : l’un en grischun, forme standardisée des cinq principaux dialectes romanches27 (tirage de 3 000 exemplaires), deux autres dans des dialectes, le sursylvain (2 000 exemplaires pour moins de 15 000 locuteurs) et le ladin-vallader (1 000 exemplaires, moins de 5 000 locuteurs).

  • 28« There have to be sausages. We can’t always eat lobster. » Wise, E., 1992, « Luxembourg’s Languag (...)

14La traduction en luxembourgeois partait du même principe de dissémination et de résistance culturelles. Cette langue, qui n’est officielle que depuis 1984, est parlée essentiellement dans la vie quotidienne, à la radio et à la télévision, et n’a pas le prestige du français, qui demeure la seule langue de la loi, ni celui de l’allemand, langue de l’administration et de la presse. Or, le traducteur d’Astérix, Lex Roth, fondateur puis président d’Actioun Lëtzebuergesch, organisation visant à faire du luxembourgeois la « vraie » langue du Grand-Duché, a passé des années à le défendre au sein de l’administration et de l’État, et souhaitait en codifier la forme écrite (le luxembourgeois compte plusieurs dialectes non codifiés) pour le rendre digne de son statut officiel. Et s’il fallait en passer par la BD pour conquérir le jeune public, pourquoi pas ? « On ne peut pas toujours manger du homard. Il faut aussi des saucisses. »28 Le premier album, Le Fils d’Astérix, se vend à 20 000 exemplaires en cinq mois, une performance pour un pays qui comptait alors environ 360 000 habitants. Selon Roth, seul le bottin était alors plus lu ! Sept albums sont traduits jusqu’en 1996. Le romanche et le luxembourgeois sont des exemples de langues qui n’étaient ni unifiées ni standardisées, et dont les traducteurs d’Astérix ont contribué à codifier la forme écrite. C’est aussi le cas du picard et du mirandais – trois variantes principales chacun –, des créoles et des dialectes allemands, non standardisés pour la plupart.

  • 29conventions.coe.int/Treaty/fr/Treaties/Html/148.htm.
  • 30  europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf.
  • 31  dglf.culture.gouv.fr/lang-reg/rapport_cerquiglini/langues-france.html.
  • 32  Gris, M., 2008, « Quand les Ch’tis pulvérisent Astérix », 14 mars. e-sens.fr/spip.php?article582.

15Beaucoup de traductions émanent de petits éditeurs et d’auteurs engagés dans la renaissance ou l’affirmation de cultures minoritaires et s’inscrivent dans un cadre posé par les institutions de l’Union européenne, comme la Charte européenne des langues régionales ou minoritaires (1992)29 ou la Charte des droits fondamentaux30 selon laquelle « [l’]Union contribue à la préservation et au développement de ces valeurs communes dans le respect de la diversité des cultures et des traditions des peuples de l’Europe ». À l’automne 2004, Albert-René met en place plus de 150 000 exemplaires de La Rentrée gauloise en breton, gallo, picard, corse, alsacien et occitan, tous reconnus comme « langues de France », dénomination officielle du ministère de la Culture, qui a fait sienne la définition du rapport Cerquiglini de 199931. En deux semaines, la version en picard, la première à sortir et la mieux promue dans les médias, s’écoule à 45 000 exemplaires et atteint pratiquement les 94 000 ventes en cinq mois. Les autres se contentent de chiffres moindres (14 500 pour l’occitan, 8 700 exemplaires pour le breton, chiffres qui demeurent excellents dans l’édition française)32.

16Astérix se prête bien au jeu des interprétations politiques, et les traductions connaissant le même sort, qu’elles émanent des minorités ou des États désireux de les récupérer ou de les encadrer. L’un des grands principes d’Astérix est pourtant d’éviter toute allusion politique directe. Pour Uderzo,

  • 33  « Il faudrait trouver une bonne excuse pour envoyer Astérix aux Antilles », fxgpariscaraibe, 16 av (...)

on s’adresse à des enfants. Astérix a été conçu pour les enfants par deux grands enfants, Goscinny et moi-même, sans nous douter qu’un jour des adultes s’y intéresseraient aussi ! […] La politique n’est ni notre domaine, ni notre rôle. Nous ne voulons pas influencer politiquement un enfant. Ça ne doit pas atteindre l’imaginaire d’un enfant !33

  • 34Ibid.

17Pour la traduction créole, les noms Similasionnix, Tonomix, Indépendantix, Chabinix (« chabin » désigne péjorativement un Afro-Caribéen à la peau claire) ont été refusés par la société d’audit chargée du respect du cahier des charges. Or Uderzo se contredit à ce propos, car il aurait refusé Ségrégasionix, alors que c’est le nom d’un des personnages de l’album original français34 ! D’ailleurs, il n’a pas toujours été sans intentions politiques :

  • 35  Pasamonik, D., 2005, « Astérix, la polémique », octobre. ecrits-vains.com/bd/asterix/asterix.htm.

En écrivant Le Grand Fossé, je pensais au mur de Berlin, imaginant un fossé qui séparait le village comme le mur qui, à Berlin, divisait des familles unies […] C’est marrant, personne en Allemagne n’a compris l’allusion. Chez les Belges, en revanche, ils y ont tout de suite trouvé un rapport avec le fossé qui sépare les Flamands des Wallons.35

  • 36  Poullet, H. et Rosier, J.-M., décembre 2007. Publié le 8 avril 2008, potomitan.info/poullet/asteri (...)

18Les traducteurs du même album en créole expliquent que, « transposée dans le bassin caribéen, l’aventure permet de se moquer quelque peu des dissensions entre Martinique et Guadeloupe »36.

  • 37  Ambassade d’Israël pour la Belgique et le Luxembourg, octobre 2007. brussels.mfa.gov.il/mfm/Web/ma (...)
  • 38  Voir le site qui lui est consacré : cantalausa.free.fr/.
  • 39  Rodríguez, A., 2005, « Cando Blanco Amor conquistou a Galias », El Faro de Vigo, 20 août, farodevi (...)
  • 40  Bascoy, I., 2007, « Morriña por Astérix », El Faro de Vigo, 16 août. farodevigo.es/secciones/notic (...)
  • 41  « ¡¡Por Tutatis, Astérix fala galego!! », El Correo Gallego, 18 juin 2006. elcorreogallego.es/inde (...)

19Le ressort central de l’œuvre, la résistance à un envahisseur, est source d’identification facile, et pourrait être résumée par cette phrase trouvée sur un site internet israélien : « L’indomptable village gaulois pourrait être une métaphore pour Israël ! »37 Remplacez Israël par toute autre communauté et l’auberge ibère astérixienne fonctionne toujours à plein. Depuis René Levesque comparant le Québec au village d’Astérix encerclé par les armées impérialistes anglophones dans les années 1960, plusieurs mouvements politiques se sont plus ou moins directement associés à Astérix. La toute première traduction régionale (Obelix e Companhia) fut assurée par Joan de Cantalausa, alias de Louis Combes, dit « l’abbé Combes », érudit solitaire, prêtre, professeur, écrivain, linguiste, auteur d’un célèbre Dictionnaire général de la langue occitane (Diccionari general occitan, 2003), et surtout militant de la renaissance occitane qui se développe dans les années 197038 et comportait un volet politique incarné par le mouvement autonomiste Occitanie libre. A la même époque, huit albums furent traduits en galicien par Eduardo Blanco Amor, écrivain et journaliste anti-franquiste, contribuant à la reconnaissance officielle de cette langue qui avait jusque-là été interdite par le régime39. Preuve du chemin parcouru, vingt ans plus tard, Astérix est au cœur d’une violente polémique lorsque l’éditeur Salvat-Bruño décide de ne pas publier Le Ciel lui tombe sur la tête en galicien. Le Bloque Nacionalista Galego, parti autonomiste, demande alors officiellement au parlement régional de forcer l’éditeur à publier tous les albums d’Astérix car « des milliers de lecteurs galiciens ont perdu le droit de pouvoir profiter des aventures des irréductibles Gaulois dans leur langue ». Son porte-parole exige même que le gouvernement s’oppose à l’idée selon laquelle « le galicien ne fait pas vendre »40. A Mesa pola Normalizacion Lingüistica, organisation de défense du galicien, recueille des milliers de signatures exigeant la traduction du dernier Astérix, tandis que des collégiens la réalisent en classe à partir d’un exemplaire en portugais, langue proche du galicien41.

  • 42  « Asterix », Diário de Noticias, 13 septembre 2005, dn.sapo.pt/inicio/interior.aspx?content_id=622 (...)
  • 43  « Mirandês : Ministro da Cultura compara falantes da lingual aos “loucos” gauless », Diário de Bra (...)
  • 44  Elzière, C., « Astérix en estonien », Besançon, Université de Franche-Comté, non daté. ressources- (...)

20La traduction de deux albums en mirandais, variante de l’asturien parlée dans le nord-est du Portugal et élevée au rang de langue nationale en janvier 1999, s’inscrit elle aussi ouvertement dans le mouvement d’institutionnalisation et de légitimation que lui offrait Astérix. L’auteur de la traduction, Amadeu Ferreira, souligne le parallèle entre sa langue maternelle et le village : « On y trouve l’union d’un peuple, l’idée que les petits ne sont pas obligés de s’incliner devant les grands, la solidarité… un petit peuple qui affronte des géants. Le mirandais est lui aussi une petite langue. »42 En mai 2009, pour illustrer les difficultés du mirandais causées par son faible nombre de locuteurs, le ministre de la Culture, provocateur, comparait « les fous qui vivaient dans un village gaulois » aux « fous portugais de Miranda do Douro qui parlent une autre langue » que le portugais43. Malgré cela, 4 000 exemplaires ont été écoulés en quinze jours, 8 000 en quatre mois. De même, Astérix le Gaulois, seul album en gaélique écossais (moins de 60 000 locuteurs), paraît en 1989 en plein débat sur la dévolution en Écosse, et au milieu de la polémique sur la poll tax qui coûtera en partie son poste de Premier ministre à Margaret Thatcher. Le titre, Astérix an Ceilteach, c’est-à-dire Astérix le Celte, est explicitement en opposition au centre « anglo-saxon ». Enfin, dans les années 1990, le succès d’Astérix en Estonie aurait été en partie causé par « ce rapport symbolique du combat entre un petit pays et des envahisseurs, problématique récurrente chez les Estoniens »44.

  • 45  Bourguignon, D., « Construction identitaire, le cas des Balkans », sans date. scribd.com/doc/28685 (...)

21La soumission à des impératifs politiques a parfois été plus dure. Les deux albums traduits en farsi dans les années 1970 ont ainsi été interdits par la révolution iranienne et il faut attendre 2002 pour que des éditions pirates fondées sur la version anglaise soient publiées. La sortie de La Serpe d’or en arabe en Egypte dans les années 1980 a coïncidé avec la montée des Frères musulmans, si bien que le sanglier y est devenu une « bête fauve ». On trouve enfin dans les Balkans une utilisation d’Astérix à des fins propagandistes. Une fois la fédération de Yougoslavie dissoute, la Croatie entama une politique de « croatisation » forcée dans les administrations, les médias, les entreprises, mais aussi les manuels scolaires et les ouvrages étrangers. Plusieurs albums sortis en serbo-croate dans les années 1960 sont alors retraduits pour les débarrasser des éléments considérés comme trop serbes, une « purification lexicale » au profit de termes plus sûrement croates. Astérix le Gaulois, republié en Croatie en 1992 en pleine guerre serbo-croate, « comporte de nombreux passages clairement anti-serbes »45.

Quelques éléments d’explication : acculturation et traduction

  • 46  Une partie des informations de ce paragraphe est tirée du site allemand comedix.de/.
  • 47Schmidt, K.-D., comicguide.de/php/detail.php?id=86105&file=h&display=long.
  • 48Schönauer, H., 1999, « Asterix Spricht Dialekt », 27 novembre, Literaturhaus.at, literaturhaus.at/ (...)
  • 49  Le titre de l’album Ozabfd is ! (« La bière est tirée ! ») est la phrase par laquelle le maire de (...)
  • 50  Haikarainen, M., 2004, Kielimuodot Tarmo Koiviston Sarjakuvassa Mämmilä, thèse de doctorat non pub (...)
  • 51  Harju-Autti, M., 2005, « Aku Ankan murrekäännökset ; Esimerkkinä Joulu on jo ovela – Ankoitten sai (...)

22Dans les années 1990, les éditeurs français et allemand revivifient la fibre régionaliste, illustrant bien le fonctionnement « acculturaliste » d’Astérix. Albert-René publie Astérix aux Jeux olympiques en alsacien en 1996, à quelques jours de l’ouverture des Jeux olympiques d’Atlanta. Toutefois, le symbole le plus éclatant de ce sillon est la série Mundart (« dialecte » en allemand), lancée la même année par Ehapa Verlag, éditeur d’Astérix en Allemagne, qui fait partie de la galaxie Egmont46. Ce concept, vite surnommé « regio-Asterix » ou « ethno-Asterix », s’appuie sur la tradition sociale très ancrée du dialecte et décline les albums dans de nombreux dialectes de l’aire linguistique germanique. Dès 1996, les trois meilleures ventes de l’éditeur sont des traductions dialectales, et, en deux ans, 1,3 million d’albums s’écoulent. La première traduction, en souabe, dialecte de la région de Stuttgart, siège d’Ehapa, est proposée par un étudiant d’ethnologie de l’université de Tübingen, qui voulait « faire comprendre les us et coutumes locales à un de ses camarades du nord du pays »47. Elle se vend à 150 000 exemplaires en moins d’un an et en était à sa onzième réimpression en 2008. Ehapa publie alors 65 albums dans 29 dialectes en quatorze ans. La moitié des traducteurs a été démarchée par l’éditeur, l’autre a été recrutée par la voie de concours relayés par des radios et des journaux régionaux et dont les vainqueurs ont vu leur travail publié après relecture et encadrement par des linguistes professionnels. Ehapa s’appuie sur la renommée de traducteurs déjà célèbres dans leur région en tant qu’activistes de leur dialecte (acteurs, dramaturges, journalistes et humoristes, les Kabarettisten). D’aucuns considèrent même que « le public n’achète pas en priorité un album d’Astérix, mais son interprétation par Kurt Ostbahn, H.C. Artmann, Reinhard P. Gruber et Felix Mitterer »48, des littérateurs célèbres. Pour les albums en patois de Munich, Ehapa a engagé Udo Wachtveitl, interprète du commissaire Franz Leitmayr dans la version munichoise de la célèbre série policière télévisée Tatort. Le choix des dialectes dépend de la taille du bassin linguistique et donc commercial ; c’est la raison pour laquelle plusieurs albums utilisent le parler spécifique des grandes villes (Berlin, Cologne, Düsseldorf, Hambourg, Mayence, Munich et Vienne, ainsi que Dresde et Leipzig, qui ont fait l’objet de traductions spécifiques sous l’appellation générique de « saxon »). Ehapa choisit aussi les dates de sortie en fonction d’événements locaux. Ainsi, l’album en patois de Düsseldorf sort au début du carnaval de la ville, la première traduction en bavarois est publiée en septembre 1997 au moment de la fête de la bière à Munich49, Le Tour de Gaule, premier album en alémanique, paraît quelques jours avant le passage du Tour de France à Fribourg-en-Breisgau, et le premier en bas-francique sort en pleine célébration du 1 300e anniversaire de la ville de Würzburg (2003). En 1997, l’éditeur finlandais, Helsinki Media, organise un concours de traduction en savo sur le modèle de ceux organisés en Allemagne après des échanges avec Egmont. Il est remporté par un journaliste de radio, Olavi Rytkönen, connu comme traducteur de science-fiction, et dont la version de La Galère d’Obélix se vendra mieux que la version finnoise (130 000 exemplaires contre 100 000)50 ! Cette traduction a participé à la renaissance dialectale qui était en train de se faire jour dans le pays – La Galère d’Obélix a été traduit en savo avant l’épopée nationale finlandaise, le Kalevala (1999)51.

  • 52  Goscinny, R. sur Antenne 2, 1976, « À propos des calembours dans Astérix », 12 octobre. ina.fr/art (...)

Je ne peux pas faire autant de calembours que je le voudrais, parce qu’il faut tout de même que je pense un peu aux traducteurs étrangers qui s’arrachent les cheveux dès que je fais un calembour.52

  • 53Journal Kerdos, 10 mai 1998. mamouthcomix.gr/comicon/comic2.htm.

23René Goscinny avait ainsi fini par prendre en compte le succès international de son héros pour des raisons qui tiennent à cette « culture générale » ou à l’« imaginaire ethno-socio-culturel collectif » défini par Henri Boyer (Boyer, 1998), qui fait l’esprit de l’écriture goscinnyenne et que le traducteur doit bien sûr transposer. Dans ce schéma, la géographie, l’histoire, la culture locales sont convoquées par le traducteur pour provoquer le rire bienveillant du lecteur, qui reconnaît son environnement culturel ainsi grimé. Ainsi, dans la version catalane, Abraracourcix est appelé Copdegarrotix, les cops de garrot étant les coups que se donnent les participants de la « danse des bâtons » (ball de bastons) qui appartient au folklore catalan, ce qui a l’avantage de conserver la teneur violente du nom français. Hammonia, protectrice de Hambourg depuis le xviiie siècle et nom latin de la ville, enracine la traduction du Domaine des dieux dans la culture locale par son titre, Hammonia-City. Dans la traduction en saxon de Leipzig de La Rose et le glaive, les femmes du village s’écrient : « Mir sin das Volk ! », slogan des Allemands de l’Est pendant les Montagsdemos, les « manifestations du lundi », qui servirent de prélude à la chute du communisme en 1989, notamment à Leipzig. On citera enfin le traducteur en grec ancien qui plagie Aristophane et met des répliques de Sapho dans la bouche de Maestria dans La Rose et le glaive53.

  • 54  Pedro Oliveira, J., 2008, « Novas palavras para os mesmos irredutíveis », Diário de Notícias, 22 m (...)
  • 55  Poullet, H. et Rosier, J.-M., op. cit.
  • 56  Voir le site The Louverture Project, consacré à la révolution haïtienne : thelouvertureproject.org (...)
  • 57 Charbonnier, F., 2008, France-Antilles Magazine, 12 avril.
  • 58  Entretien par Strandén, M. et Munnukka, A., 2003, « Palle Russow ja hänen ristiriitaiset ajatuksen (...)

24L’Autre parle volontiers une langue qui reflète les rivalités locales contemporaines. Ainsi, dans la nouvelle version portugaise d’Astérix chez les Belges (2008), les Belges parlent avec l’accent de l’Alentejo, région dont les habitants font souvent l’objet de blagues au Portugal, rejoignant ainsi le statut des Belges dans l’humour français54. Dans Le grand fossé en créole antillais, la moitié du village parle martiniquais, l’autre guadeloupéen, tandis qu’Astérix et Obélix parlent le créole des Antillais de France, les « métros », et les Romains, « comme toutes les armées d’occupation faites de mercenaires […] une sorte de baragouin qui peut passer pour un acrolecte de créole, à moins qu’il ne s’agisse d’un proto-créole »55. Les auteurs précisent l’avoir développé très sérieusement en s’appuyant sur la proclamation abolissant l’esclavage à Haïti de Léger-Félicité Sonthonax, envoyé par le gouvernement français pour rétablir l’ordre républicain en 179356. « Quant aux pirates barbaresques, nous leur avons mis en bouche un sabir comme devaient le parler les gens de mer en ce temps-là. » Cela permettait aussi de « surmonter la problématique linguistique et de présenter les deux créoles […] dans un même album »57. Cette connotation renvoie ainsi aux liens entre un centre qui se veut tout-puissant et une périphérie résistante. Dans la version italienne, les Romains parlent le dialecte de Rome – la maison d’édition est milanaise –, à l’exception de Jules César, qui parle italien. Dans les albums bavarois, ils utilisent le rigide Hochdeutsch, ou allemand standard, dans l’album tyrolien, le dialecte de la lointaine capitale, Vienne, et dans l’album en viennois, si les personnages parlent le viennois populaire, le centurion Gaius Ausgus parle le Schönbrunner-Deutsch de la bonne société. Le traducteur carélien Kaisu Lahikainen assimile la Carélie à la Gaule, la Russie à Rome, et Vyborg, ancienne capitale de cette région finnophone devenue russe, à Lutèce58. Dans tous ces cas, le Gaulois parle la langue du traducteur et capte ainsi la bienveillance amusée du lecteur, tandis que le Romain manie la langue du centre supposé dominant (militairement, politiquement) mais surtout tourné en ridicule, répliquant ainsi linguistiquement le schéma spatio-dramatique du petit village face à l’Empire romain.

Conclusion : Astérix, cet Européen…

25S’il fallait trouver trace de l’influence d’Astérix à l’étranger, les expressions inventées par Goscinny pourraient servir d’étalon. Purement empirique et qui mériterait d’être complété par une recherche approfondie de plus grande ampleur, le relevé des occurrences de quatre d’entre elles dans les archives des sites de journaux en ligne (voir tableau 4 ci-dessous), effectué avec la fonction « rechercher » du moteur Google, révèle toutefois le degré d’imprégnation de certaines langues comme l’allemand et le portugais, au contraire de l’anglais. Les publications populaires semblent aussi moins perméables que les journaux dits plus intellectuels, ce qui tendrait à prouver qu’Astérix est vu comme assez élitiste à l’étranger.

Tableau 4 – Occurrences de quatre expressions d’Astérix dans la presse étrangère (sites internet)

29/09-03/10/2009

Potion magique

Ils sont
fous ces…

Village
qui résiste

Ciel qui tombe

sur la tête

Frankfurter Allgemeine (D)

74

46

16

32

Süddeutsche Zeitung (D)

136

137

50

73

Bild (D)

83

83

7

13

The Times (GB)

67

/

5

10

The Guardian (GB)

112

/

/

6

The Sun (GB)

40

/

/

/

El País (E)

136

74

18

27

El Mundo (E)

125

43

15

20

Diário de Notícias (P)

64

/

5

3

Jornal de Notícias (P)

30

2

9

5

La Repubblica (I)

77

28

/

/

La Stampa (I)

59

12

/

/

Le Soir (B)

114

39

13

24

La Dernière Heure (B)

109

69

12

23

Het Laatste Nieuws (NL)

89

19

10

/

Algemeen Dagblad (NL)

7

38

/

/

  • 59  Interview de René Goscinny, 1971, « Une certaine idée de la Gaule… », Le Nouvel Observateur, 6 déc (...)
  • 60  24 septembre 2003. http://www.mamouthcomix.gr/comicon/comic19.htm.
  • 61  Interview lors de la sortie de « Gallien in Gefähr », octobre 2005, comedix.de/news/archiv.php?
    mon (...)
  • 62  Chatzopoulou, L. [professeur de littérature], 2008, quotidien Thessalia, 13 janvier.
  • 63  Lettre à l’auteur, in Delesse, C., 1998, « Astérix d’un bord à l’autre de l’Atlantique, ou La gran (...)

26L’observation de l’extension spatiale d’Astérix nous ramène donc à une évidence : son univers est avant tout européen. À la question « Avez-vous une certaine idée de la Gaule… et des Gaulois ? », Goscinny répondait : « Non, je crois que tous les pays d’Europe occidentale finissent par se ressembler. »59 Comme l’a analysé Nicolas Rouvière (Rouvière, 2006), Astérix, c’est aussi la culture « pages roses du Larousse-IIIe République », qui a existé d’une manière ou d’une autre partout sur le continent européen et qui constitue pour nos Gaulois une aire culturelle naturelle. L’espace d’Astérix recouvre d’ailleurs peu ou prou le territoire de l’Empire romain. Selon Petros Efthimiou, ministre grec de l’Éducation, « contrairement à Batman ou Superman […], Astérix est européen jusqu’au bout des ongles. Il est tellement européen que son nom a une racine grecque, tout comme Panoramix et Obélix »60. Klaus Jöken, traducteur allemand des deux derniers albums, affirme qu’Astérix fait partie de son patrimoine culturel « au même titre que les contes de fées des frères Grimm »61. « Nous aimons ces Gaulois rebelles parce que la lutte contre les Romains, c’est la lutte contre une constitution impériale qui tente d’homogénéiser l’Europe avec un modèle culturel dominant, la fameuse pax romana62 ». Interrogée sur les raisons de l’échec d’Astérix aux États-Unis, Anthea Bell considère que « la grande fracture, c’est la différence entre l’humour européen et l’humour américain »63. Bref, si Astérix défend « une certaine idée de la Gaule », il défend peut-être et avant tout une « certaine idée de l’Europe ». Pas surprenant, finalement, pour qui est né deux ans après le traité de Rome.

Bibliography

Boyer, H., 1998, « L’imaginaire ethnosocioculturel collectif et les représentations partagées : un essai de modélisation », Travaux de didactique du français langue étrangère, no 39, p. 5-14.

Rouvière, N., 2006, Astérix ou les lumières de la civilisation, Paris, PUF.

Pour un plus grand confort de lecture, toutes les références tirées de sites sur la Toile sont données dans les notes de bas de page.

Notes

2  Au 1er mars 2010, selon les sites Asterix around the World (asterix-obelix.nl) de H. Selles et H. J. Hoogeboom, et Asterix International (asteriks-international.de) de C. Koehn. L’auteur est profondément reconnaissant à leurs trois administrateurs pour leur documentation et leur aide, essentielles à la constitution des statistiques contenues dans le présent article.

3  Les éditeurs en reconnaissent officiellement 107, les cinq autres étant considérées comme illégales (cinghalais, lituanien, mandarin, sorani et thaï). On recense aussi des éditions pirates dans cinq langues faisant l’objet d’une traduction officielle (chinois, farsi, serbe, turc, vietnamien).

4  Par comparaison, les deux tiers des albums de Tintin se vendent dans la zone francophone, dont 18 millions rien qu’en Belgique.

5  Ce qui réduit d’autant la part des droits d’auteur pour ses auteurs. Voir Camille d’Essayage, « Astérix et les humeurs de ses descendants, épisode 20 ? », L’Express.com, 9 janvier 2009. lexpress.fr/culture/livre/asterix-et-les-humeurs-de-ses-descendants-episode-20_730533.html. Relevé le 2 juillet 2009.

6  Voir hemerotecadigital.cm-lisboa.pt/OBRAS/Foguetao/Foguetao.htm. Il paraît ensuite dans Cavaleiro Andante.

7Holland, S., 2006, « A History of the Classic Children’s Magazine », Look and Learn. lookandlearn.com/history/Look-and-Learn-History.pdf. Voir également l’histoire du magazine Valiant sur le site specialisé 26 Pigs : 26pigs.com/valiant/index.html.

8Kamm, A. [rédacteur en chef de Brockhampton Press 1960-1972], 1993, « Whatever Happened to Little Oleg : Brockhampton Press in the Sixties », Signal, no 70, mentionné sur le site asterix.co.nz/.

9  Voir dans ce volume l’article que K. Kaindl y consacre.

10  Les quatre premières histoires ont donc trois traductions allemandes différentes.

11Nemeczek, A., 1974, « Asterix und die Deutschen », Stern, no 2. comedix.de/medien/lit/stern_asterix_und_die_deutschen.php.

12  El Rincón de Mortadelón, 2006, « Homenaje a Astérix », 12 octobre. Bruguera lance Astérix au Brésil la même année.

13  Marín, R., « 876. Los comics en España—2 : Un Piloto guía el camino », Crisei. crisei.blogalia.com/historias/42496. Voir aussi du même auteur : « 876. Los comics en España—3 : Pulgarcito se hace grande », crisei.blogalia.com/historias/42538.

14  30 aventures traduites.

15  On lira avec profit dans le présent volume les contributions de M. Nemoto et J.‑P. Gabilliet sur les raisons détaillées des échecs au Japon et aux États-Unis.

16  Ces chiffres comprennent les différentes traductions effectuées dans une même langue pour un même album.

17  Ce fut le cas pour la série Mundart, selon M. Walz, responsable de la publication d’Astérix chez Ehapa (propos recueillis le 18 mars 2003).

18  La seule véritable exception est la traduction serbe (26 albums publiés dans l’ordre). On compte aussi dans ce cas une douzaine d’éditeurs n’ayant publié qu’un à cinq albums (dix au maximum dans le cas du bengali), ainsi que ceux ayant récupéré les droits après une précédente publication et ayant entrepris une republication chronologique.

19Kamm, A., op. cit.

20Paterikis, M., sans date. neo.gr/website/istam/paterakhs.htm.

21  Cités sur le site officiel d’Astérix, asterix.com/edition/.

22  Voir le site consacrée à cette traduction : asterix-en-picard.com/index.php ?p5.

23  Les deux albums parus dans les années 1990 en limbourgeois ont par exemple été produits par Vereniging Veldeke, société belgo-néerlandaise de défense du folklore limbourgeois.

24  Courriel du 26 septembre 2009.

25Ligue romanche, liarumantscha.ch/uploads/media/Rumantsch_04_f_01.pdf.

26  K. Kohler-Pattis, éditions Lia Rumantscha, courriels du 11 juin 2009.

27  Le rumantsch grischun est une « langue toit » créée en 1982 en quelques mois par le linguiste Heinrich Schmid à la demande de la Ligue romanche pour unifier les cinq principaux dialectes. Astérix fut la première BD publiée dans cette langue.

28« There have to be sausages. We can’t always eat lobster. » Wise, E., 1992, « Luxembourg’s Language Lives in Comics », Los Angeles Times, 5 avril. articles.latimes.com/1992-04-05/news/mn-832_1_language-classes?pg=1.

29conventions.coe.int/Treaty/fr/Treaties/Html/148.htm.

30  europarl.europa.eu/charter/pdf/text_fr.pdf.

31  dglf.culture.gouv.fr/lang-reg/rapport_cerquiglini/langues-france.html.

32  Gris, M., 2008, « Quand les Ch’tis pulvérisent Astérix », 14 mars. e-sens.fr/spip.php?article582.

33  « Il faudrait trouver une bonne excuse pour envoyer Astérix aux Antilles », fxgpariscaraibe, 16 avril 2008. fxgpariscaraibe.com/article-18794024.html.

34Ibid.

35  Pasamonik, D., 2005, « Astérix, la polémique », octobre. ecrits-vains.com/bd/asterix/asterix.htm.

36  Poullet, H. et Rosier, J.-M., décembre 2007. Publié le 8 avril 2008, potomitan.info/poullet/asterix.php.

37  Ambassade d’Israël pour la Belgique et le Luxembourg, octobre 2007. brussels.mfa.gov.il/mfm/Web/main/document.asp ?documentid=112267.

38  Voir le site qui lui est consacré : cantalausa.free.fr/.

39  Rodríguez, A., 2005, « Cando Blanco Amor conquistou a Galias », El Faro de Vigo, 20 août, farodevigo.es/media/documentos/2005-08-27_DOC_2005-08-20_04_13_33_sabadete.pdf.

40  Bascoy, I., 2007, « Morriña por Astérix », El Faro de Vigo, 16 août. farodevigo.es/secciones/noticia.jsp?pRef=3084_4_156313__Galicia-Asterix.

41  « ¡¡Por Tutatis, Astérix fala galego!! », El Correo Gallego, 18 juin 2006. elcorreogallego.es/index.php?
idNoticia=56395.

42  « Asterix », Diário de Noticias, 13 septembre 2005, dn.sapo.pt/inicio/interior.aspx?content_id=622223.

43  « Mirandês : Ministro da Cultura compara falantes da lingual aos “loucos” gauless », Diário de Bragança, 18 mai 2009, diariodebraganca.blogs.sapo.pt/111617.html.

44  Elzière, C., « Astérix en estonien », Besançon, Université de Franche-Comté, non daté. ressources-cla.univ-fcomte.fr/gerflint/Baltique2/Asterix.pdf.

45  Bourguignon, D., « Construction identitaire, le cas des Balkans », sans date. scribd.com/doc/2868576/Construction-identitaire-le-cas-des-balkans. Relevé le 15 juin 2009.

46  Une partie des informations de ce paragraphe est tirée du site allemand comedix.de/.

47Schmidt, K.-D., comicguide.de/php/detail.php?id=86105&file=h&display=long.

48Schönauer, H., 1999, « Asterix Spricht Dialekt », 27 novembre, Literaturhaus.at, literaturhaus.at/buch/buch/rez/asterix/.

49  Le titre de l’album Ozabfd is ! (« La bière est tirée ! ») est la phrase par laquelle le maire de Munich ouvre l’Oktoberfest après avoir tiré la première chope des réjouissances.

50  Haikarainen, M., 2004, Kielimuodot Tarmo Koiviston Sarjakuvassa Mämmilä, thèse de doctorat non publiée, Université de Jyväskylä, p. 11.

51  Harju-Autti, M., 2005, « Aku Ankan murrekäännökset ; Esimerkkinä Joulu on jo ovela – Ankoitten saikkauksia peräpohjalaismurtheela », 14th Conference of Translations Studies, Oulu. herkules.oulu.fi/isbn9514282272/isbn9514282272.pdf.

52  Goscinny, R. sur Antenne 2, 1976, « À propos des calembours dans Astérix », 12 octobre. ina.fr/art-et-culture/litterature/video/I05057818/a-propos-des-calembours-dans-asterix.fr.html.

53Journal Kerdos, 10 mai 1998. mamouthcomix.gr/comicon/comic2.htm.

54  Pedro Oliveira, J., 2008, « Novas palavras para os mesmos irredutíveis », Diário de Notícias, 22 mars.

55  Poullet, H. et Rosier, J.-M., op. cit.

56  Voir le site The Louverture Project, consacré à la révolution haïtienne : thelouvertureproject.org/index.php?title=Decree_abolishing_slavery_in_the_North_of_

Saint-Domingue_%281793%29.

57 Charbonnier, F., 2008, France-Antilles Magazine, 12 avril.

58  Entretien par Strandén, M. et Munnukka, A., 2003, « Palle Russow ja hänen ristiriitaiset ajatuksensa », Etelä-Saimaa (Lappeenranta), 27 juillet, lappeenranta.fi/lehtitietokanta/artikkeli.php?id=427.

59  Interview de René Goscinny, 1971, « Une certaine idée de la Gaule… », Le Nouvel Observateur, 6 décembre, p. 60. referentiel.nouvelobs.com/archives_pdf/OBS0369_19711206/OBS0369_19711206_060.pdf.

60  24 septembre 2003. http://www.mamouthcomix.gr/comicon/comic19.htm.

61  Interview lors de la sortie de « Gallien in Gefähr », octobre 2005, comedix.de/news/archiv.php?
month=11,2005.

62  Chatzopoulou, L. [professeur de littérature], 2008, quotidien Thessalia, 13 janvier.

63  Lettre à l’auteur, in Delesse, C., 1998, « Astérix d’un bord à l’autre de l’Atlantique, ou La grande traversée », Traduire la culture, Palimpsestes, no 11, p. 174.

Author

Université Paris Ouest Nanterre1

 Maître de conférences de civilisation britannique à l’université de Paris Ouest Nanterre, spécialiste de l’Afrique du Sud contemporaine. Propriétaire d’une collection unique de plus de 730 albums d’Astérix en 101 langues et spécialiste de l’histoire de la série.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search