Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la jeunesse au Royaume-Uni et en France

 | 
Sarah Pickard
, 
Corinne Nativel
, 
Fabienne Portier-Le Cocq

Des politiques axées sur la citoyenneté

Le service civil volontaire en France : un dispositif public de socialisation politique des jeunes ?

The Voluntary Civil Service in France: A public policy instrument for the political socialization of young people?

Valérie Becquet

Résumé

Une des mesures annoncées suite aux émeutes urbaines de l’automne 2005 en France a été la création d’un service civil volontaire à destination des 16-25 ans. Il a pour objectifs de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et d’encourager leur engagement, en leur proposant de réaliser des missions d’intérêt général et de suivre une « formation aux valeurs civiques ». Cet article s’intéresse plus particulièrement à la dimension citoyenne de ce dispositif en étudiant son éventuelle contribution à la socialisation politique des volontaires. Dans quelle mesure l’expérience volontaire permet-elle d’acquérir des connaissances et des compétences utiles à l’exercice du métier de citoyen ? Pour répondre à cette question, les données d’une enquête quantitative longitudinale réalisée en 2008 et 2009 auprès des volontaires de l’association Unis-Cité sont utilisées. Dans un premier temps, l’article analyse l’expérience politique des volontaires avant leur service civil. Dans un second temps, il présente les matrices de socialisation politique que contient ce cadre d’engagement. Enfin, la contribution de cette expérience à la socialisation politique est mesurée et le rôle du service civil volontaire dans ce processus évalué.

One of the measures announced following the urban riots of autumn 2005 in France was the implementation of a voluntary civil service for young people aged from 16 to 25. It aims to promote the employability of young people and to support their civic involvement by allowing them to carry out missions of general interest and to follow “training in civic values”. This article focuses on the civic dimension of this system by studying its possible contribution to the political socialization of volunteers. To what extent does voluntary experience allow them to acquire knowledge and skills relevant to becoming a citizen? To answer this question, data from a longitudinal quantitative survey conducted in 2008 and 2009 on volunteers from the Unis-Cité voluntary sector organisation is used. First, volunteers’ political experience gained before their civil service is analyzed. The political socialization matrices contained in this engagement framework are then presented. Finally, the contribution of this experience to political socialization and the role of the voluntary civil service in this process are assessed.

Texte intégral

  • 1 Voir, à ce sujet, la synthèse sur les conceptions de la citoyenneté réalisée par Sophie Duchesne (1 (...)
  • 2 Voir à ce sujet : Joignant 1997 ; Muxel 2010 ; et le dossier de la Revue française de science polit (...)
  • 3 Pour une synthèse des approches des processus de socialisation politique, voir Maurer 2004 ; Perche (...)

1Dans sa définition traditionnelle, la socialisation politique renvoie à la transmission des compétences politiques, à savoir les connaissances, les préférences et les pratiques, nécessaires à l’exercice du métier de citoyen. Les travaux relatifs à ce processus en examinent plusieurs dimensions. La première concerne la définition des valeurs et des normes politiques, sur lesquelles repose la socialisation, et renvoie à une conception de la citoyenneté et de l’agir citoyen. Cette définition peut être plus ou moins extensive, soit juridique, c’est-à-dire centrée sur les droits et les devoirs résultant du statut de citoyen, soit intégrant d’autres dimensions comme l’engagement, le vivre-ensemble, etc. Il s’agit alors de repérer ce à quoi est socialisé l’individu et dans quelles perspectives1. La deuxième se concentre sur les agents de la socialisation, c’est-à-dire les individus et les collectifs qui participent à ce processus. Si pendant longtemps l’attention s’est focalisée sur la famille, comme matrice de socialisation primaire, désormais d’autres contributions relevant de la socialisation secondaire sont prises en compte. L’école tout d’abord, mais aussi les différentes organisations fréquentées, les groupes de pairs, les médias ou encore les événements, sont considérés comme des agences de socialisation dont les contributions s’agrègent ou transforment les contributions familiales2. La troisième enfin, concerne le processus en tant que tel. Deux modèles de socialisation ont ainsi été mis en évidence : un modèle de l’inculcation reposant sur une logique transmissive où l’individu serait principalement récepteur, et un modèle de la construction, s’y opposant, où l’individu jouerait un rôle actif dans ce processus3. En cela, la socialisation politique apparaît comme un processus complexe de construction de la citoyenneté dont les tenants et les aboutissants méritent d’être interrogés.

  • 4 Voir l’article 52 de la Loi no 2006-396 du 31 mars sur l’égalité des chances et l’article 1er de la (...)
  • 5 Dans le discours présidentiel, sont principalement ciblés les « jeunes en difficulté ». Le disposit (...)

2L’exemple du service civil volontaire est à ce titre particulièrement intéressant à analyser car il conduit à examiner les trois dimensions précédentes. Il s’agit d’une des mesures annoncées par le président de la République française en réponse aux émeutes urbaines de l’automne 2005 (Le Goaziou, Mucchielli : 2006). Il a été officiellement créé en mars 20064. Une double mission lui a été attribuée : premièrement, contribuer à l’insertion professionnelle des jeunes5, en leur permettant d’acquérir des compétences et de préparer leur projet professionnel et, deuxièmement, encourager leur engagement, en leur proposant de réaliser des missions d’intérêt général et de suivre une formation aux valeurs civiques. Ce second objectif le définit a priori comme une agence de socialisation politique. Cette socialisation s’opérerait à travers l’activité des volontaires et la formation reçue. Cet article propose d’interroger la contribution de ce dispositif public à la construction des compétences politiques.

  • 6 Les volontaires sont, par exemple, mis à la disposition d’associations de solidarité de proximité o (...)
  • 7 Charte d’Unis-Cité (2003). Avant la création du Service civil volontaire, Unis-Cité proposait un «  (...)

3L’examen de l’expérience des jeunes effectuant un service civil volontaire au sein de l’association Unis-Cité permet d’analyser cette éventuelle contribution. Unis-Cité a été créée en 1994 et a développé un service civil volontaire en équipe. Elle propose aux jeunes âgés de dix-huit à vingt-cinq ans de consacrer six ou neuf mois à la réalisation de projets d’intérêt collectif6. Mobilisés en équipes de huit ou de quatre jeunes de toutes origines sociales et culturelles et de tous niveaux scolaires, les volontaires interviennent au sein d’associations partenaires d’Unis-Cité. Depuis sa création, cette association se donne pour objectif de « développer la citoyenneté active »7 des jeunes et a toujours proposé une « sensibilisation citoyenne ». Ainsi, tant du côté du dispositif institutionnel que de la structure d’accueil des volontaires, les objectifs et les contenus dessinent un cadre d’engagement apparemment propice à l’acquisition de compétences mobilisables dans le champ politique et à la construction des comportements s’y référant, et de ce fait, inscrivent les volontaires dans un processus de socialisation politique.

  • 8 L’année de service civil volontaire est identique à l’année universitaire. Les volontaires de l’ann (...)
  • 9 Cette enquête s’inscrit dans un programme de recherche sur le service civil volontaire que je mène (...)
  • 10 L’échantillon est de 569 individus.

4Pour le vérifier, les données recueillies auprès des volontaires engagés en 2008-2009 seront mobilisées8. Chaque année, depuis 2006, une enquête quantitative longitudinale est menée auprès de l’ensemble des volontaires d’Unis-Cité9. Elle vise à dresser un portrait de cette population et à analyser les effets de l’expérience du service sur les pratiques et les trajectoires individuelles. Elle comporte trois phases complémentaires. Au début du service, un premier questionnaire est adressé aux volontaires, qui a pour objectifs de connaître leur profil, leurs motifs d’engagement, leurs expériences citoyennes et professionnelles antérieures et leur perception des effets éventuels du service sur plusieurs dimensions. À la fin du service, les volontaires complètent un autre questionnaire portant sur leur expérience, les bénéfices retirés et leurs projets pour l’année à venir. Un dernier questionnaire leur est adressé six mois après leur service afin de connaître leur situation et de les interroger à nouveau sur les effets de cette expérience. Les réponses aux questionnaires de début et de fin de service apportent un certain nombre d’informations sur la contribution de cette expérience à la socialisation politique des volontaires10.

5Cet article s’intéressera dans un premier temps à l’expérience politique des volontaires avant le début du service afin de baliser le point de départ à partir duquel s’opère cette socialisation. Cette balise n’est qu’indicative car elle repose sur une vision nécessairement incomplète de la socialisation politique des jeunes effectuant un service civil volontaire. Néanmoins, ces éléments, mis en perspective avec des données plus générales sur l’expérience politique des jeunes, offrent la possibilité de caractériser les pratiques des volontaires. Dans un deuxième temps, les matrices de socialisation politique que contient ce cadre d’engagement seront présentées. En effet, l’affirmation d’objectifs de formation citoyenne ne suffit pas à valider la fonction d’agence de socialisation du service civil. Il convient de repérer les situations réellement vécues par les volontaires. Enfin, la contribution de cette expérience à la socialisation politique sera mesurée et le rôle du service civil volontaire dans ce processus analysé.

Des volontaires dotés d’une expérience politique contrastée

  • 11 Les militants ou les bénévoles se distinguent souvent du reste de la population par leur niveau soc (...)

6Afin de comprendre les processus de socialisation politique à l’œuvre dans l’expérience volontaire, il convient, tout d’abord, de s’arrêter sur les pratiques et les compétences citoyennes des volontaires au début du service. Ces derniers détiennent en effet un capital politique qui résulte à la fois d’héritages familiaux et d’expériences antérieures. Ces dimensions sont abordées dans le premier questionnaire au travers d’une série de questions traditionnellement utilisées pour étudier l’expérience politique. Elles permettent d’analyser celle des volontaires et de la resituer dans un continuum plus général en comparant les résultats obtenus avec ceux d’autres enquêtes sur les jeunes (Becquet 2009 ; Muxel 2001, 2007, 2010). Cette comparaison est particulièrement instructive compte tenu des caractéristiques sociales des volontaires qui diffèrent de celles des jeunes bénévoles et militants11. L’association cherche en effet à privilégier un recrutement social diversifié qui, selon elle, permet de contribuer à la construction d’une « société d’individus respectueux des différences ». Par conséquent, même si la population des volontaires n’est pas tout à fait représentative de la population des jeunes Français, elle se caractérise par une réelle diversité. Ces derniers débutent leur service dotés d’une expérience politique. Trois dimensions peuvent être examinées : leur rapport aux institutions, leur comportement électoral et leur participation à des projets et à des organisations collectives.

  • 12 Le score se construit à partir de l’attribution d’un coefficient à une modalité : par exemple oui=1 (...)

7Le rapport aux institutions, mesuré par un degré de connaissance et de confiance, informe sur la manière dont les jeunes perçoivent les « différents pôles de pouvoir et de décision » de la société et s’y orientent (Bréchon 2001 ; Muxel 2001 : 125). Ce rapport témoigne plus globalement de la légitimité accordée aux institutions et d’un niveau d’intégration politique. Il peut également orienter le comportement électoral et la participation à des organisations collectives. Le score de connaissance générale des institutions12 met en évidence une connaissance plutôt forte (57 %) ou moyenne (39 %) du rôle et du fonctionnement des principales institutions qui organisent le système politique. Néanmoins, comme le montre le tableau 6, le niveau de connaissance varie entre les institutions.

8L’appréhension de l’environnement institutionnel ne débouche pas nécessairement sur une confiance forte dans ces mêmes institutions. En effet, les volontaires ont une confiance plutôt moyenne, voire faible dans la majorité des institutions proposées dans le questionnaire. Seules les associations bénéficient d’une confiance forte (70 %). Le fait qu’ils effectuent leur service civil en leur sein explique probablement un tel niveau. De plus, les associations sont considérées comme des « concrétiseurs de l’action » (Fondation de France 2007) et correspondent à l’articulation entre morale humanitaire et efficacité gestionnaire décrite par Anne Muxel au sujet des valeurs des jeunes (Muxel 2010). Bien que les données sur la confiance dans les institutions varient d’une enquête à l’autre, rendant difficile la comparaison, les volontaires ont des opinions proches des jeunes.

  • 13 La question comprend quatre items : faible, moyenne, forte et sans avis.

Tableau 6 : Connaissance et confiance dans les institutions13

Connaissance

Confiance13

Oui

Pas vraiment

Non

Forte

Faible

Municipalité

61 %

32 %

 7 %

16 %

26 %

Conseil général ou régional

45 %

46 %

 9 %

NC

NC

Gouvernement

69 %

28 %

 3 %

 2 %

54 %

Assemblée nationale

56 %

38 %

 6 %

 6 %

40 %

Sénat

38 %

51 %

11 %

 3 %

42 %

Président de la République française

79 %

18 %

 3 %

 4 %

67 %

Institutions européennes

21 %

64 %

15 %

11 %

23 %

Syndicats

54 %

36 %

10 %

19 %

19 %

Associations

NC

NC

NC

70 %

2 %

Source : Enquête Unis-Cité

  • 14 Donnée Insee, Enquête participation électorale 2007-2008. Le taux de participation de la population (...)
  • 15 Source : ministère de l’Intérieur.

9Concernant l’élection présidentielle de 2007 et l’élection municipale de 2008, le taux de participation des volontaires en âge de voter est supérieur à celui des 18 à 24 ans. Le taux de participation à l’élection présidentielle est de 91 % contre 83 % chez les 18-24 ans14. Pour l’élection municipale de 2008, il est de 67 % contre 62 % pour l’ensemble de la population française15. Le vote est considéré par les volontaires comme un devoir citoyen (45 %) ou un droit (19 %), ce qui traduit une vision relativement normative de cet acte. D’ailleurs, seuls 18 % le définissent comme une « responsabilité » et 13 % comme une manière d’agir sur le monde. Cette position fait écho à l’attachement à cette pratique dont fait part Anne Muxel au sujet des jeunes (Muxel 2007 : 146). Le droit de vote n’est pas contesté, mais il n’est pas pour autant considéré comme un canal d’expression et d’action. Son efficacité politique est plus fréquemment remise en cause chez les volontaires abstentionnistes qui traduisent en acte leurs doutes à ce sujet. De plus, à l’instar des jeunes, d’autres pratiques plus participatives, comme les actions protestataires, sont mobilisées par les volontaires.

10Enfin, les volontaires étaient interrogés sur leur expérience d’engagement antérieure au service civil (l’exercice d’une fonction de délégué au cours de leur scolarité et la participation à un projet collectif scolaire, extrascolaire ou à une association). Le score construit à partir des réponses met en évidence que les volontaires ont déjà été engagés. Un cinquième (21 %) a un score fort, ce qui signifie qu’ils ont cumulé plusieurs investissements scolaires et extrascolaires avant leur service et près de la moitié (44 %) ont un score moyen, ce qui signifie qu’ils ont été impliqués à plusieurs reprises mais de manière moins dense et suivie. Au final, seuls 15 % des volontaires n’ont aucune expérience antérieure. En l’absence de données, seule leur participation associative peut être comparée avec celle des jeunes. L’année précédent leur service, 28 % des volontaires étaient à la fois adhérents et bénévoles, 15 % étaient uniquement adhérents à une association, 11 % uniquement bénévoles. Si leur taux d’adhésion est proche de celle des jeunes, leur activité bénévole apparaît plus importante. Concernant le type association, comme la majorité des jeunes, les volontaires fréquentent plutôt des associations sportives et culturelles mais citent nettement plus souvent les associations de solidarité, à but humanitaire, et locales (Becquet 2004 ; Roudet, Tchernia 2001).

  • 16 Les variables prises en compte sont : le comportement électoral, l’expérience protestataire, l’enga (...)

11S’il est possible de décrire les grandes tendances de l’expérience politique des volontaires avant leur service, il convient également d’être attentif à la présence de variations au sein de cette population. Les travaux d’Anne Muxel sur le sujet soulignent l’effet de certaines variables sociales sur les comportements politiques de la population juvénile. Cet effet se retrouve au sein de la population des volontaires. L’analyse factorielle de correspondances (AFC) met en évidence l’existence de trois profils de volontaires16.

12Un premier groupe (27 %) se distingue par une forte distance au monde politique et une faible expérience d’engagement. Ces volontaires ne sont pas inscrits sur les listes électorales ou, lorsqu’ils le sont, n’ont voté ni à l’élection présidentielle de 2007 ni à l’élection municipale de 2008. D’une manière générale, ils refusent de se positionner et c’est parmi eux que le vote peut être qualifié de « corvée ». En termes d’expérience d’engagement ou d’expérience protestataire, elle est faible ou nulle. Ce sont des jeunes hommes, issus de milieux populaires, peu ou pas diplômés, en situation précaire avant leur service, qui adoptent principalement ces comportements. Cet éloignement de la scène politique et cette absence de participation sont également constatés par Anne Muxel (2010 op. cit.). C’est le cumul entre faiblesse du niveau de qualification et précarité professionnelle qui induit une distanciation des enjeux collectifs et une défiance à l’égard du politique. Les deux autres groupes se différencient du premier par leur attitude nettement plus positive à l’égard de la chose publique. D’un côté, se trouvent des jeunes femmes de 18 à 20 ans, issues des classes moyennes et supérieures, bachelières et scolarisées avant leur service (35 %). Au regard de leur âge, leur expérience d’engagement est dense. De plus, elles votent plus régulièrement et considèrent cet acte comme « un droit » ou « un devoir citoyen ». Par conséquent, elles se situent à l’opposé du groupe précédent, leur intégration politique étant plutôt élevée. De l’autre, se trouvent des volontaires plus âgés (entre 21 et 25 ans) et diplômés de l’enseignement supérieur (38 %). Ils ont en commun avec les plus jeunes un fort capital d’expérience. Ce qui les distingue du groupe précédent est un rapport au vote plus distancié. S’ils estiment que le vote est plutôt « une manière d’agir sur le monde » ou « une responsabilité », leur positionnement politique n’est pas tranché et leur pratique électorale est plutôt intermittente. Ce profil est très proche de celui décrit au sujet des jeunes les plus diplômés, la fois très intégrés politiquement et ayant « un rapport au vote moins assuré et plus intermittent » (Muxel 2010 : 131).

13Cet écart entre les volontaires peut laisser supposer que la contribution du service à la socialisation politique sera plus importante chez les volontaires les plus éloignés de la politique ou les moins expérimentés que chez ceux ayant déjà un capital d’expériences politiques. Interrogés sur l’influence éventuelle du service sur leur orientation politique, leur connaissance des institutions et leur compréhension des phénomènes sociaux, ces volontaires éprouvent, au début de leur service, davantage de difficultés à évaluer les bénéfices qu’ils peuvent en retirer alors que les volontaires plus aguerris les perçoivent plus nettement. Leur distanciation à l’égard des institutions et du politique conduit en fait les premiers à être plus dubitatifs sur les effets du service civil volontaire sur cette dimension.

Le service civil volontaire comme matrice de socialisation politique

  • 17 Décret du 12 juillet 2006.

14Avant de s’intéresser à la contribution de l’expérience volontaire à la construction des dispositions politiques, il est nécessaire de préciser les contours du cadre au sein duquel elle se déroule et, en particulier, les dimensions plus particulièrement liées au politique. Trois peuvent être repérées : les deux premières, la « formation aux valeurs civiques » et les missions d’intérêt général, sont inhérentes à l’organisation du service civil volontaire17 et font l’objet d’une adaptation par Unis-Cité. La troisième est liée à l’organisation privilégiée par Unis-Cité, à savoir la constitution d’équipes de volontaires. Ces dimensions peuvent être considérées comme des matrices de socialisation.

  • 18 Préambule de la Charte du service civil volontaire.
  • 19 Titre 4, Charte du service civil volontaire.
  • 20 Service civil volontaire. La formation aux valeurs civiques, Note de l’Agence de la Cohésion social (...)

15La « formation aux valeurs civiques » renvoie à la fonction politique attribuée au service civil volontaire : « le président de la République française a décidé la création d’un service civil volontaire, parce que la cohésion sociale de notre pays passe par la transmission des valeurs de la République à la jeunesse »18. Cette fonction fait directement écho à celle antérieurement attribuée au service national qui était, entre autres, considéré comme un rite d’accès à la citoyenneté des jeunes hommes, mais aussi à celle généralement attribuée à l’institution scolaire au travers de l’instruction civique. Deux aspects sont mis en avant dans la Charte du service civil volontaire : « une connaissance des principes et des valeurs, des institutions et des lois qui fondent et organisent la République française » et « la compréhension des règles de la vie en collectivité »19. Dans cette perspective, l’objectif est d’accroître l’intégration politique des jeunes, la socialisation étant appréhendée comme « une adaptation des individus à un système donné » (Maurer 2004). Il s’agit donc d’un travail de mise en conformité des individus à travers la légitimation et l’inculcation de connaissances et de comportements normés. D’ailleurs, le fait d’avoir utilisé la notion de « valeurs civiques » et non de citoyenneté n’est pas anodin. Cette expression renvoie à la dimension morale de la citoyenneté, le citoyen devant avoir des qualités morales (Leca 1986), et, de manière sous-jacente, au contexte dans lequel a été mis en place le service civil volontaire, à savoir après les émeutes urbaines de novembre 2005. Il apparaissait donc important aux yeux du législateur d’insister sur les valeurs, le civisme et la vie en collectivité. Cette approche de la formation ne se traduit pas pour autant par l’adoption d’un modèle transmissif. L’âge des volontaires le rend difficile et la comparaison avec l’école irait probablement à l’encontre des objectifs poursuivis. Ainsi, une pédagogie active est largement encouragée par les textes : « La formation ne peut en aucun cas se limiter à la remise de documents écrits : elle est nécessairement interactive et doit favoriser la participation active du jeune » ou bien « la démarche pédagogique qui doit être retenue est celle de la formation-action, qui est une modalité de formation qui permet via le traitement d’un cas concret, une appropriation des compétences visées»20. La valorisation de cette méthode met en lumière que le processus de mise en conformité des individus suppose une appropriation des normes.

  • 21 Article D121-30, Décret du 12 juillet 2006.
  • 22 Avant la création du service civil volontaire, Unis-Cité proposait une « sensibilisation citoyenne  (...)

16Si les textes tentent de définir cette formation, ils laissent également aux organisations une certaine latitude21. Par conséquent, il existe des différences entre les structures qui accueillent les volontaires, chacune en faisant une traduction en fonction de son projet associatif et de ses ressources. Dans le cas de l’association Unis-Cité, l’intérêt pour la dimension citoyenne est antérieur à la création du service civil volontaire22. Bien que les formats et les contenus aient évolué, il existe une tradition de formation qui s’appuie sur les principes et les objectifs de l’association. Le but d’Unis-Cité est de former des citoyens à la fois intégrés et actifs : « Une société d’individus responsables et solidaires, conscients de leur propre rôle dans la construction de la société de demain, aux côtés des associations, des acteurs publics et des entreprises. Une société d’individus respectueux des différences et capables de les intégrer comme une richesse ». Les termes mobilisés diffèrent de ceux utilisés par le législateur, la notion de respect des différences remplaçant celle d’intégration républicaine pour désigner la vie en collectivité. Unis-Cité insiste également sur la nécessité d’une méthode active, prenant en compte le vécu des jeunes.

17L’activité des volontaires, à savoir la réalisation de « missions d’intérêt général », constitue la deuxième matrice de socialisation. À Unis-Cité, les volontaires effectuent plusieurs projets au cours de l’année et découvrent ainsi plusieurs associations. La qualité et le déroulement de ces projets jouent un rôle important dans la réussite du service civil volontaire. Ces projets peuvent être considérés comme contribuant à la socialisation politique des volontaires. En effet, l’activité militante ou volontaire est fréquemment considérée comme donnant lieu à des rétributions matérielles ou symboliques (Gaxie 1977). Il en résulte, entre autres, des « savoirs militants » (Willemez 2007) qui participent à la formation des dispositions politiques. Certes, le lien entre activité et formation n’est pas systématique et dépend de nombreux paramètres. Comme le souligne Johanna Siméant au sujet des activités humanitaires, « évoquer en amont des socialisations susceptibles de structurer des rapports au politique ne dit rien de leur activation, de leur transformation et plus encore de l’effet propre de l’exercice d’activités humanitaires » (Siméant 2003). Il en est de même concernant les projets réalisés. Le fait qu’ils relèvent du champ de la solidarité ne signifie pas que leur réalisation soit source de compétences citoyennes.

18La dernière matrice de socialisation est la vie d’équipe. Depuis sa création, Unis-Cité a opté pour un modèle relativement original, à savoir la réalisation des projets en équipe, alors que la majorité des associations qui accueillent des volontaires leur propose des missions individuelles. Les équipes de quatre ou de huit volontaires sont composées de jeunes issus d’horizons différents. Les volontaires perçoivent cette diversité. Ce sont principalement les « différences de parcours personnels » qui retiennent leur attention (37 %), suivies des « différences culturelles » (17 %), des « différences de niveau scolaire » (16 %) et des « différences de motivations pour l’engagement volontaire » (14 %). Ces différences, qui ne sont pas considérées comme négatives par les volontaires, ont un effet considérable sur le fonctionnement de l’équipe. Elles génèrent des échanges entre des jeunes aux origines, aux représentations et aux préoccupations sociales hétérogènes. Or, des travaux insistent sur le fait que les discussions et les liens tissés entre les personnes agissant ensemble peuvent contribuer à la politisation des individus (Duchesne, Haegel 2004 ; Eliasoph 1998 ; Hamidi 2006 ; Talpin 2006). En cela, la vie d’équipe comme forme d’organisation de l’activité volontaire, d’une part, et la composition des équipes, d’autre part, créent des conditions d’interaction qui sont aussi propices à la construction des dispositions politiques.

Des représentations et des comportements modifiés à la marge

19Si le service civil volontaire agit, au regard de ses objectifs et de son contenu, comme une matrice de socialisation politique, les résultats du questionnaire rempli par les volontaires au terme de leur engagement sont censés mettre en évidence des changements d’opinions et d’attitudes concernant les différentes dimensions préalablement examinées. Le niveau d’intégration politique des volontaires devrait globalement avoir augmenté et, au regard des trois profils décrits, les jeunes les plus distanciés au départ devraient en toute probabilité l’être moins. Pour mesurer ces changements, les volontaires ont répondu à des questions similaires au premier questionnaire et ont été interrogés sur l’influence du service sur leurs compétences, leurs pratiques et leurs velléités d’engagement. En reprenant les trois dimensions examinées précédemment, plusieurs remarques générales peuvent être faites.

20Au sujet du rapport aux institutions, la comparaison entre les connaissances de départ et les connaissances d’arrivée met en évidence une progression inégalement importante d’une institution à l’autre. D’une manière générale, la progression des connaissances est plutôt moyenne ou faible. Elle n’est importante que pour deux institutions et pour une proportion relative de volontaires. Trente-trois pour cent des volontaires estiment nettement mieux connaître le rôle des institutions européennes et 28 % le rôle des conseils général et régional. Pour les autres institutions, la progression est jugée moyenne : 67 % pour le Sénat et 63 % pour l’Assemblée nationale ou faible : 68 % pour la présidence de la République, 63 % pour le gouvernement, 61 % pour les syndicats et 54 % pour la mairie. Par conséquent, pour les institutions dont le rôle était peu connu au départ, une amélioration est constatée. Pour les autres, l’apport n’est pas absent mais relatif.

21Cette amélioration des connaissances ne se traduit pas nécessairement par une augmentation de la confiance dans ces mêmes institutions. D’emblée, la proportion de volontaires ne souhaitant pas donner leur avis sur le sujet a nettement augmenté, y compris chez les volontaires qui au départ avaient un avis. En dehors des associations, cela concerne environ un tiers d’entre eux. Pour les autres, les réponses mettent plutôt en évidence une stagnation ou une diminution de leur confiance. Une partie des volontaires a ainsi moins confiance dans le président de la République française (38 %), dans les partis politiques (91 %) et dans le gouvernement (30 %). Ce résultat est à mettre en perspective avec le positionnement politique des volontaires (plutôt de gauche) mais aussi avec l’échéance électorale de 2009 qui a pu avoir un effet sur leur appréciation des partis politiques. Au final, seules les associations voient leur image s’améliorer, celle-ci étant déjà positive au début du service.

22De plus, alors que dans la perspective de la socialisation politique, l’hypothèse d’un lien entre accroissement de la connaissance et augmentation de la confiance peut être formulée, celui-ci n’est pas nécessairement avéré. En s’intéressant au lien entre connaissance et confiance au sujet de quatre institutions (le gouvernement, l’Assemblée nationale, le Sénat et les institutions européennes), les résultats mettent en évidence que quelle que soit la progression de la connaissance, elle est plutôt associée à une stagnation de la confiance. Lorsqu’elle est faible ou absente, les volontaires se disent également ne pas avoir d’avis sur la confiance qu’ils ont dans l’institution concernée. Par conséquent, dans le cas de ces quatre institutions, le lien n’est pas établi. Il ne suffit donc pas de mieux maîtriser un fonctionnement institutionnel pour en avoir une représentation plus positive.

23Cinquante-neuf pour cent des volontaires estiment que le module de formation citoyenne n’a pas eu d’influence sur leurs orientations politiques, résultat qui entérine la représentation qu’ils avaient déjà au début de leur service. Leur positionnement politique n’a d’ailleurs que peu évolué. En revanche, les volontaires ont plutôt voté à l’élection européenne de juin 2009, leur taux de participation étant de 48 % contre 41 % pour l’ensemble des Français. Il est possible que le contexte du service les ait davantage conduits à voter que les autres jeunes mais, globalement, le service civil n’a pas amélioré leur rapport au monde politique.

24Reste la troisième dimension sur laquelle portait le questionnaire de fin de service : les velléités d’engagement dans le secteur associatif. Il semble que ce soit à ce niveau que l’effet du service soit le plus important. En effet, 86 % des volontaires estiment qu’il a une influence forte sur leur connaissance de la vie associative et 68 % sur leur envie d’agir. Elle est un peu moins élevée chez les volontaires qui pensaient au début de leur service qu’il n’en aurait pas, mais pour la moitié d’entre eux, elle est réelle. Ainsi, le fait d’avoir effectué son service civil au sein d’une association et, dans ce cadre, d’avoir réalisé des projets, a clairement contribué à améliorer la connaissance de ce secteur et à vouloir continuer à s’y investir. À ce sujet, les volontaires ont été interrogés sur les liens qu’ils souhaitent ou non maintenir avec les structures qu’ils ont fréquentées antérieurement et sur leur envie d’adhérer ou de devenir bénévoles. Ils ont l’intention de se tenir informés des activités des associations rencontrées (46 %) et une partie d’entre eux souhaite y devenir bénévoles (17 %). Au-delà des associations fréquentées, les volontaires expriment une intention forte d’adhérer à une association (61 %) et de devenir bénévoles (71 %). Ainsi, si les associations fréquentées leur ont permis de découvrir ce secteur et d’y agir, ce n’est pas toujours en leur sein que les volontaires envisagent d’inscrire leurs engagements futurs. Cette prise de distance n’est pas nécessairement négative. Elle peut tout autant renvoyer aux types de structures dans lesquelles les volontaires sont intervenus, aux projets réalisés ou encore traduire une volonté de différencier leurs expériences en choisissant un autre espace d’engagement. Les secteurs qui attirent les volontaires sont d’ailleurs relativement proches de ceux côtoyés au cours de leur service. Ceux de la solidarité de proximité et de l’humanitaire sont cités par 50 % des volontaires et ceux de l’animation locale et de la défense de l’environnement par près de 20 %. Le service a clairement permis une ouverture à d’autres secteurs que ceux habituellement fréquentés par les jeunes.

25Si les données laissent entrevoir des changements dans le comportement des volontaires, il convient de les remettre en perspective avec leur expérience antérieure, une partie d’entre eux étant en effet déjà adhérents ou bénévoles d’une association avant leur service. Il existe une réelle continuité dans les réponses des volontaires, en particulier au sujet de la velléité de devenir bénévole. Ainsi, 92 % des volontaires qui étaient bénévoles et 94 % des volontaires qui étaient adhérents et bénévoles avant leur service souhaitent l’être à nouveau. Cependant, des volontaires qui n’avaient pas d’activité associative avant leur service souhaitent désormais devenir adhérents (58 %) ou bénévoles d’une association (78 %). Pour ces volontaires, le service civil a eu un effet sur leur rapport à l’engagement associatif.

26Au regard de ces résultats, il serait possible de conclure que les représentations et les comportements des volontaires n’ont pas réellement changé et, par conséquent, qu’il n’y a pas eu de socialisation politique. Mais un tel constat est erroné. D’une part, apparaissent dans les données des déplacements qui ne sont pas nécessairement importants et ne concernent pas la majorité des volontaires, mais qui se repèrent. D’autre part, au sujet de la confiance dans les institutions, les modifications des opinions mettent plutôt en évidence l’intensification des jugements critiques. Or, la formation du jugement relève de la socialisation politique. En revanche, ce résultat peut ne pas correspondre aux attentes du législateur qui vise plutôt une hausse de la confiance dans les institutions. Elle serait associée à une meilleure intégration politique alors que, dans le cas présent, il s’agit plutôt d’une intégration politique critique.

27Pour achever l’analyse, il convient de repérer le rôle qu’ont pu jouer les différentes matrices dans ces déplacements. Il n’est pas évident de démêler les fils, les résultats mettant plutôt en évidence un apport diffus du service civil volontaire. Concernant la « formation aux valeurs civiques », les volontaires ont été interrogés sur son influence sur plusieurs dimensions. L’influence la plus faible imputée à ce module concerne les orientations politiques (10 % d’influence) et l’envie d’aller voter (19 % d’influence). Ainsi, la construction des préférences politiques apparaît plutôt déconnectée de l’expérience volontaire. À l’opposé, l’influence la plus forte concerne la connaissance de la vie associative (86 % d’influence), ce qui renvoie au contenu des formations, mais aussi au fait que les volontaires les fréquentent quotidiennement. Entre ces deux pôles, apparaissent les réponses renvoyant à la connaissance des institutions (65 % d’influence) et des faits sociaux (70 % d’influence), à la perception des attitudes discriminantes (60 % d’influence) et à la compréhension du monde (56 % d’influence). À leur sujet, les volontaires estiment qu’ils ont progressé. Par conséquent, le module de formation permet de transmettre des connaissances, ce qui est un de ses objectifs, mais ne va pas nécessairement jusqu’à modifier des comportements, voire des représentations dans le cas de la confiance dans les institutions.

28En ce qui concerne les projets réalisés par les volontaires, leur rôle effectif dans la socialisation politique est difficile à évaluer. Dans le deuxième questionnaire, ils étaient interrogés sur leur satisfaction à l’égard des projets. En croisant cette question avec celles portant sur les velléités d’engagement, les résultats montrent que la satisfaction à l’égard des projets a un effet sur la perception qu’ont les volontaires de l’influence du service civil sur leur envie d’agir après le service et sur les liens qu’ils souhaitent maintenir avec les associations. Cependant, cet effet n’est jamais dominant, une partie des volontaires très ou assez satisfaits répondant par la négative à ces deux questions. Il en est de même de la volonté d’adhérer à une association. Si le taux de réponses positives est toujours supérieur chez les volontaires satisfaits, un tiers d’entre eux n’envisage pas de rejoindre une association. En revanche, cette proportion est plus faible au sujet du bénévolat : 91 % des volontaires très satisfaits et 84 % des volontaires assez satisfaits souhaitent continuer à avoir une activité bénévole. Ainsi, la qualité des projets réalisés joue sur les dispositions à s’engager car elle participe à la construction de représentations positives de la vie associative. Cependant, le service civil volontaire étant une expérience située dans le temps, la satisfaction des volontaires s’exprime en référence à ce contexte. Une fois le service achevé, leurs intérêts peuvent se modifier et ne pas s’inscrire dans sa continuité.

29La dernière matrice repérée est la vie d’équipe. L’enquête met en évidence qu’au cours de leur service, les volontaires discutent de l’actualité et de politique avec les membres de leur équipe. 38 % déclarent avoir souvent parlé de l’actualité et 53 %, quelquefois et 16 % déclarent avoir discuté souvent de politique et 44 % quelquefois. L’intensité des discussions est proportionnelle à la qualité de l’intégration dans l’équipe. En effet, le contenu des interactions dans une équipe est principalement centré sur l’activité à réaliser. Il dépasse ce cadre à partir du moment où les volontaires ont davantage d’affinités. Le fait que les volontaires parlent plus souvent de l’actualité que de politique témoigne de leur distance au monde politique, mais aussi d’une certaine hésitation à exprimer publiquement leurs opinions politiques, celles-ci restant confinées à l’espace privé (Eliasoph 1998). En revanche, l’actualité est plus présente dans le quotidien des volontaires, d’une part, au travers des projets qu’ils réalisent qui renvoient à des questions sociales et, d’autre part, au travers de leur fréquentation des médias. Or, l’actualité participe de la socialisation politique car elle n’est pas déconnectée de visions politiques et, plus globalement, contribue à la construction des valeurs et d’un rapport au monde (Muxel 2010).

Conclusion

30Au terme de cette analyse, la contribution du service civil volontaire à la socialisation politique des jeunes apparaît relativement diffuse. Aux niveaux de ses objectifs et de son contenu, ce dispositif public se présente clairement comme une agence de socialisation politique. Il offre en effet une formation aux valeurs civiques, dont le contenu est relativement proche de l’éducation civique proposée par l’institution scolaire, mais dont les méthodes diffèrent, et un cadre d’engagement, dont le contenu dépend directement des missions proposées par l’association qui accueille les volontaires et de l’organisation du travail des volontaires. Ces deux éléments ne contribuent pas à l’identique à l’acquisition de compétences citoyennes et ne répondent pas toujours aux attentes du législateur. Il convient de retenir deux éléments principaux. Premièrement, le service civil volontaire a un effet sur l’intégration politique des jeunes. Il renforce la connaissance des institutions et améliore la compréhension des faits sociaux. Cependant, il ne suscite pas nécessairement de l’adhésion à l’ordre politique existant. La confiance dans les institutions reste très relative et le rapport au champ politique plutôt distancié. Ainsi, les volontaires maîtrisent davantage les phénomènes sociaux, économiques et politiques et acquièrent un regard critique, ce qui constitue une compétence politique indispensable à l’exercice du métier de citoyen. Deuxièmement, le service civil volontaire a un effet sur la perception de l’intérêt et de l’utilité de l’action collective, qui se repère encore plus chez les jeunes qui ne s’étaient jamais engagés avant leur service. Toutefois, seules les associations en bénéficient, les partis politiques et les syndicats restant des organisations qui suscitent encore de la méfiance. Ainsi, le service civil volontaire produit un vivier de jeunes bénévoles qui, s’ils trouvent un espace d’engagement approprié, le deviendront. Ces éléments montrent que, si un dispositif public se donne pour objectif de participer à la socialisation politique des jeunes, sa contribution effective peut tout à fait ne pas s’opérer dans le sens postulé par le législateur. Cet éventuel renversement met évidence que le service civil volontaire est un dispositif adossé à une conception spécifique de la citoyenneté qui apparaît en décalage avec celle qui sous-tend l’expérience volontaire.

Notes

1 Voir, à ce sujet, la synthèse sur les conceptions de la citoyenneté réalisée par Sophie Duchesne (1997).

2 Voir à ce sujet : Joignant 1997 ; Muxel 2010 ; et le dossier de la Revue française de science politique intitulé « Dimensions de la socialisation politique » (2002).

3 Pour une synthèse des approches des processus de socialisation politique, voir Maurer 2004 ; Percheron, 1985 et 1993.

4 Voir l’article 52 de la Loi no 2006-396 du 31 mars sur l’égalité des chances et l’article 1er de la Loi no 2006-586 du 23 mai 2006 relative au volontariat associatif et à l’engagement éducatif. Le service civil volontaire a été réformé en 2010 et remplacé par le service civique volontaire dont les caractéristiques sont proches.

5 Dans le discours présidentiel, sont principalement ciblés les « jeunes en difficulté ». Le dispositif final s’adresse à l’ensemble des jeunes âgés de 18 à 25 ans.

6 Les volontaires sont, par exemple, mis à la disposition d’associations de solidarité de proximité ou de lutte contre la pauvreté (accompagnement de personnes sans domicile, distribution de repas, rénovation de foyers d’accueil, etc.), d’associations environnementales (nettoyage d’espaces naturels, réalisation d’actions de sensibilisation, etc.), d’associations de quartier (réalisation d’animations en direction des enfants, accompagnement scolaire) et d’établissements accueillant des personnes âgées ou des personnes handicapées (réalisation d’animations).

7 Charte d’Unis-Cité (2003). Avant la création du Service civil volontaire, Unis-Cité proposait un « programme de sensibilisation citoyenne » qui représentait environ 10 % du temps de service et avait pour objectif de « réfléchir au sens et au contexte des actions menées en tant que volontaire ».

8 L’année de service civil volontaire est identique à l’année universitaire. Les volontaires de l’année 2008-2009 ont débuté un service de neuf mois en octobre 2008 ou un service de six mois en janvier 2009. Ils ont tous achevé leur service en juin 2009.

9 Cette enquête s’inscrit dans un programme de recherche sur le service civil volontaire que je mène en partenariat avec Unis-Cité. Ce programme bénéficie du soutien financier du Conseil régional d’Île de France.

10 L’échantillon est de 569 individus.

11 Les militants ou les bénévoles se distinguent souvent du reste de la population par leur niveau social et leur niveau de qualification plus élevé. Voir Agrikoliansky, Sommier 2005 ; Becquet 2004 ; Prouteau, Wolff 2004.

12 Le score se construit à partir de l’attribution d’un coefficient à une modalité : par exemple oui=1 et non=0. Il est la somme des coefficients attribués à chaque modalité. Dans le cas présent, le score agrège les réponses à plusieurs questions.

13 La question comprend quatre items : faible, moyenne, forte et sans avis.

14 Donnée Insee, Enquête participation électorale 2007-2008. Le taux de participation de la population française à l’élection présidentielle de 2007 est de 84 % (donnée ministère de l’Intérieur).

15 Source : ministère de l’Intérieur.

16 Les variables prises en compte sont : le comportement électoral, l’expérience protestataire, l’engagement antérieur et, comme variables descriptives : l’âge, le sexe, le diplôme, la situation avant le service et la profession du père.

17 Décret du 12 juillet 2006.

18 Préambule de la Charte du service civil volontaire.

19 Titre 4, Charte du service civil volontaire.

20 Service civil volontaire. La formation aux valeurs civiques, Note de l’Agence de la Cohésion sociale, 15 septembre 2006.

21 Article D121-30, Décret du 12 juillet 2006.

22 Avant la création du service civil volontaire, Unis-Cité proposait une « sensibilisation citoyenne » qui représentait 10 % du temps de service.

Auteur

Valérie Becquet est maître de conférences en sociologie à l’Université de Cergy-Pontoise. Après avoir consacré sa thèse à l’étude des pratiques bénévoles des étudiants au sein des universités françaises, elle travaille sur les pratiques citoyennes des jeunes, les espaces et les organisations dans lesquels ils s’engagent et les politiques de jeunesse visant à encourager leur citoyenneté. Depuis 2006, elle mène en collaboration avec Unis-Cité une recherche sur le service civil volontaire.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540