Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la jeunesse au Royaume-Uni et en France

 | 
Sarah Pickard
, 
Corinne Nativel
, 
Fabienne Portier-Le Cocq

La désaffection politique des jeunes

David Cameron à la tête du parti conservateur : la jeunesse est-elle un gage de modernité ?

David Cameron and the Conservative leadership: Rejuvenation from the top-down?

Agnès Alexandre-Collier

Résumé

En décembre 2005, l’élection de David Cameron alors âgé de 39 ans à la tête du parti conservateur a été l’occasion d’attirer un électorat nouveau. L’objectif était de miser sur la jeunesse et les minorités ethniques, a priori séduits par l’entreprise de modernisation du parti. Mais qu’en est-il vraiment de cette apparente « modernité» ? Le développement de blogs comme nouveaux modes de communication politique et le discours du leader sur des valeurs comme la protection de l’environnement et l’inclusion des minorités révèle plutôt, chez Cameron, une confusion entre jeunesse et modernité qui se joue derrière la construction d’une image stéréotypée de père de famille dynamique au mode de vie qu’on appellerait ici « bourgeois-bohème».
L’objet de cet article est donc de déconstruire le mythe. Si Cameron est jeune et appartient bien au courant des modernisateurs du parti, son discours de la modernité n’occulte pas pour autant l’ancrage des traditions. Qui plus est, son profil sociodémographique, contrairement aux apparences, le situerait même plutôt du côté de la tradition, en l’inscrivant dans la lignée de leaders patriciens aux origines aristocratiques, formés dans les public schools et à Oxbridge.

In December 2005, the election of 39-year-old David Cameron as the leader of the Conservative Party was meant to attract a new electorate. Specific attention was paid to young people and ethnic minorities, on the grounds that they would be seduced by the party’s modernising strategy. But how “modern” was it actually? The development of blogs as new means of political communication and the leader’s insistence on values such as the defence of the environment and its outreach to ethnic minorities have revealed some confusion between youth and modernity behind Cameron’s stereotyped image of the dynamic father with a “bobo” lifestyle.
This chapter aims at deconstructing the myth. Although Cameron is young and belongs to the party’s modernisers, his modernising rhetoric cannot conceal the weight of traditions. In spite of appearances, Cameron’s socio-demographic profile is close to the image of aristocratic patrician figures educated in public schools and Oxbridge.

Texte intégral

  • 1 David Cameron, né le 9 octobre 1966, avait donc quarante-trois ans et sept mois le 10 mai 2010, alo (...)
  • 2 Voir l’ouvrage de l’auteure qui reprend une partie de la thèse développée dans cet article : Agnès (...)

1La dernière campagne des élections britanniques de mai 2010 a été marquée, de façon sans doute exagérée, par l’âge de David Cameron, présenté comme le plus jeune Premier ministre depuis 1812, alors qu’il n’avait en fait que six mois de moins que Tony Blair lorsque celui-ci est devenu Premier ministre en 19971. Le contraste avec son prédécesseur Gordon Brown, de seize ans son aîné, a été surtout exploité pour valoriser le dynamisme et le changement incarnés par le dirigeant conservateur face à un dirigeant travailliste usé par le pouvoir. Ce que l’on retient cependant, c’est que l’âge de David Cameron a surtout été associé avec l’entreprise de modernisation2 qu’il a élaborée dès son élection à la tête du parti en décembre 2005, comme si la jeunesse était forcément un gage de modernité.

2Le terme même de jeunesse invite à une réflexion rapide sur ses multiples définitions. La jeunesse est entendue ici non pas comme une catégorisation démographique qui recouvre elle-même une grande diversité, en termes de tranche d’âge, de sexe, d’origines sociales et ethniques, mais comme un concept subjectif. C’est-à-dire qu’elle est définie par des représentations sociales qui confinent souvent aux clichés mais dont la force idéologique conditionne aussi la représentation et le traitement institutionnels dont elle fait l’objet (Blöss, Feroni : 1991). Autrement dit, la jeunesse mérite qu’on s’y intéresse non pas forcément pour ce qu’elle est objectivement, mais pour l’idée que l’on s’en fait, et plus précisément l’idée que s’en font ceux qui n’appartiennent plus à cette catégorie.

3En matière de sociologie politique, la jeunesse a souvent été un terrain d’exploration privilégié pour illustrer la thèse d’une désaffection croissante des citoyens envers la participation politique et en particulier le vote. De fait, les études sur les liens entre jeunesse et parti politique, en général, concernent essentiellement la base (qu’elle soit militante ou électorale) et rarement les élites, encore moins le leadership. Il existe en effet de nombreux travaux sur la participation des jeunes (Henn, Weinstein, Forrest 2005 ; Sloam 2007 ; Marsh, O’Toole, Jones 2007) et notamment la question de l’apathie électorale, du désintérêt qui serait inhérent à cette catégorie démographique et viendrait renforcer la thèse déjà galvaudée de la crise du politique. Lorsqu’on interroge les jeunes, trois types de critiques reviennent souvent : la perte de confiance envers les institutions politiques, la vanité des querelles politiciennes et la corruption des élites (Muxel 1996 : 79).

4Ces questions ne seront pas développées ici car l’objet de cet article est de centrer l’analyse sur la question du leadership et ses liens avec la jeunesse. Cette focalisation sur l’équipe dirigeante induit une vision « top-down » (ou descendante) de la structure partisane, qui va à l’encontre des modèles actuels que privilégie la sociologie politique, lesquels restent centrés sur les militants et la base en général. On en trouve une version assez radicale dans la théorie d’Anthony Downs (Downs 1957) qui s’inscrit dans le paradigme du choix rationnel et suggère l’idée d’une force centrifuge qui serait exercée par un leadership désireux de calquer sa propre image et d’inculquer ses valeurs à tous les échelons subalternes. Cette théorie, un peu datée, tend, par là même, à promouvoir l’image inexacte de militants et de députés passifs et instrumentalisés dont le rôle consiste simplement à soutenir et approuver les décisions du seul leader. Depuis peu, le leadership politique fait toutefois l’objet d’un regain d’intérêt renouvelé (Blondel, Thiébault 2010). À l’image du Partido Popular espagnol de José Maria Aznar dans les années 1990, les stratégies de modernisation entrepreneuriale mises en œuvre par certains grands partis, essentiellement conservateurs – il Popolo della Libertà de Sylvio Berlusconi en Italie et l’Union pour un Mouvement Populaire (UMP) de Nicolas Sarkozy – sur le modèle du « parti-entreprise » (Krouwel 2006 : 249-269) inspiré du « parti électoral-professionnel » qu’avait mis en avant Angelo Panebianco (Panebianco1988), ont sans doute été une source d’inspiration pour ces nouveaux Conservateurs (New Tories). Les trois caractéristiques qui sont propres au parti-entreprise – la désidéologisation, la faiblesse des liens électoraux et la centralisation du pouvoir autour du leadership (Hopkin 1999 : 308) – postulent l’autorité renouvelée du leader et sa capacité à aplanir les divergences, à occulter les dissensions et à vendre le « produit » partisan pour lequel il a été élu. C’est dans ce cadre théorique que l’on peut ainsi comprendre les stratégies du leader conservateur actuel, David Cameron, dans son désir de conquête d’une catégorie jusqu’ici relativement négligée par le parti conservateur : les jeunes (Pickard 2007 : 75-93).

L’âge du leader comme « ressource d’identification »

  • 3 Dernière consultation le 11/07/2011, http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive (...)
  • 4 http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive/101/How-Britain-Voted-Since-October- (...)
  • 5 Rowenna, David, « The restrained children of Cameron », Guardian, 06/10/2009, dernière consultation (...)

5L’une des stratégies de séduction qu’exerce le leader d’un parti politique repose sur l’identification (« sameness ») avec une catégorie sociale ou démographique qui se répercute à tous les niveaux, chez les électeurs, les militants, les députés. Dans le cas du parti conservateur, la jeunesse a permis au leader de cibler cette catégorie inédite dans l’électorat traditionnel du parti et de fédérer ainsi plusieurs catégories sociales variées autour d’un même critère démographique (les moins de quarante ans) au-delà des autres différences. Cette stratégie a sans doute été payante puisque, si l’on considère la répartition des électeurs par tranche d’âge, les jeunes ont été sensiblement plus nombreux à voter conservateur en 2010. Si les 18-24 ans se sont répartis équitablement entre les trois grands partis (30 % ont voté conservateur, 31 % travailliste, 30 % pour les libéraux démocrates et 9 % pour les autres partis), 35 % des 25-34 ans (30 % pour les travaillistes et 29 % pour les libéraux démocrates) et 34 % des 35-44 ans ont cependant voté pour les conservateurs3. Il s’agit d’un changement significatif pour le parti conservateur depuis 1997. Si l’on observe l’évolution du vote des jeunes (18-44 ans) pour le parti conservateur depuis 1974, on constate en effet qu’il atteint un pic lors de l’élection de 1992 (en moyenne 40 % pour les trois tranches d’âge) avant de s’effondrer en 1997 (en moyenne 27 %, contre 49 % pour les travaillistes et 16 % pour les libéraux démocrates), de stagner aux élections de 2001 et 2005 (autour de 26 %) puis de remonter brusquement en 20104. Dans le même esprit, l’élection de Cameron à la tête du parti semble avoir attiré un grand nombre de jeunes militants. Présidée depuis 2010 par Ben Howlett, l’association des Jeunes Conservateurs, Conservative Future, prétendait en 2009 que le nombre d’adhérents était passé de 15 000 à 20 000 en seulement dix-huit mois mais ces données restent difficiles à vérifier en l’absence de statistiques officielles5.

  • 6 Madano Partnership Ltd, 2010, The Elected Class of 2010, Londres, p. 12, dernière consultation le 2 (...)
  • 7 « What united most of them was their long history of friendship and, of course, their youth. None o (...)
  • 8 David Cameron fut élu en 2005 avec une minorité de voix parlementaires mais grâce à la majorité des (...)

6L’âge des candidats puis des députés conservateurs a été l’un des sujets préférés des journalistes lors de la dernière campagne électorale et le reflet d’une équipe dirigeante étonnamment jeune pour un parti dont l’âge moyen des militants a longtemps avoisiné les soixante-deux ans. Les médias se sont beaucoup penchés sur les candidats trentenaires du parti conservateur lors la dernière campagne. En réalité, ce rajeunissement, constaté depuis 1997, a concerné tous les partis politiques. L’enquête réalisée par l’agence Madano montre que les nouveaux députés de 2010, tous partis confondus, sont de plus en plus jeunes : 39 % ont moins de quarante ans en 2010 alors qu’ils étaient 32 % en 19976. Mais les candidats et les députés conservateurs se sont en effet avérés bien plus jeunes que les autres. Sur les 306 députés conservateurs, 75 (soit 24,5 %) ont moins de quarante ans mais ils étaient 51 % des candidats non-élus du parti (166 sur 325). Comparativement, les députés de moins de quarante ans ne représentent que 16 % chez les travaillistes (soit 41 sur 258) et 23 % chez les libéraux-démocrates (soit 13 sur 57) (Criddle 2010 : 322). La jeunesse relative des proches de David Cameron – que la presse n’a pas tardé à baptiser les « Cameroons » – a surtout servi à mettre en relief l’âge du leader et de l’équipe dirigeante dans son ensemble : David Cameron, George Osborne, devenu depuis Chancelier de l’Échiquier (ministre des Finances), et tous les membres de la « Notting Hill Set », ainsi nommés pour désigner ce groupe d’amis originaires des beaux quartiers londoniens, qui ont fait leurs études ensemble et proviennent du même milieu social7. L’élection même de David Cameron à la tête du parti, en 2005, alors qu’il était encore inconnu du grand public est presque le fruit du hasard. Face à l’expérience de David Davis et de Kenneth Clarke, deux ténors du parti qui ont posé leur candidature au poste de dirigeant sans toutefois faire l’unanimité, David Cameron est apparu d’abord comme le candidat par défaut avant de se retrouver propulsé à la tête du parti par les militants à l’issue du scrutin postal qui départage les candidats au dernier tour8.

  • 9 « He was a million to one outsider really, I don’t think he had a cat’s chance in hell of winning. (...)

7« Il avait une chance sur un million », explique l’éditorialiste Tom Bradby, « je ne pense pas qu’il avait la moindre chance de l’emporter. Vous savez, c’est un nouveau gars, un gosse, et personne ne savait rien de lui. Il n’était personne. Ce que je veux dire, c’est que son ascension politique a été l’une des plus surprenantes que je connaisse »9.

  • 10 À commencer par le Premier ministre Gordon Brown lui-même, alors âgé de 57 ans et dont les propos s (...)

8L’âge moyen des conseillers de l’équipe dirigeante, inférieur à quarante ans, a même conduit certains acteurs10 et commentateurs à redouter le scénario d’une « puéricratie » trop fougueuse et inexpérimentée. Ainsi, explique le journaliste Simon Heffer :

  • 11 « So many politicians today have never done anything other than politics. They got elected very you (...)

[…] il y a tant d’hommes politiques aujourd’hui qui n’ont jamais rien fait d’autre que de la politique… Ils ont été élus très jeunes ou sont devenus conseillers avant de l’être et ils ne sont pas des gens qui semblent bien connaître le monde réel… Ils ont des opinions qui sont celles de leurs partis ou celles de leurs aînés qui ont été fabriquées pour eux par des conseillers politiques11.

  • 12 Premier ministre conservateur de 1979 à 1990.
  • 13 Premier ministre conservateur de 1990 à 1997.

9Historiquement, la stratégie d’identification exercée par un leader n’est pas très récente au sein des partis politiques britanniques et tout particulièrement chez les conservateurs. L’élitisme social qui a longtemps prévalu est rapidement devenu incompatible avec l’extension du suffrage et la transformation du parti conservateur en parti de masse. L’élection du leader en 1965 a très progressivement fait émerger un nouveau type de dirigeant plus méritocratique, issu de la classe moyenne et du système éducatif public, dont Margaret Thatcher12 et John Major13 se sont faits par la suite les symboles. Cette stratégie d’identification, récente dans l’histoire du parti, est donc restée essentiellement sociale et non démographique, qu’elle soit liée au genre ou à l’âge. Margaret Thatcher n’a jamais mis en avant sa féminité pour séduire l’électorat féminin et l’inciter à s’identifier à elle.

  • 14 Discours de David Cameron, « Our Contract for Young People », Blackpool, 03/05/2010, dernière consu (...)
  • 15 Jean-Charles Lagrée, Paula Lew-Fai, 1983, La Jeunesse en questions. Orientations documentaires et s (...)

10De prime abord, la stratégie d’identification de David Cameron, nouvelle en ce sens, passe par une double volonté de cibler une catégorie spécifique d’individus et de « sectorialiser » la politique en mobilisant des enjeux qui concernent directement les jeunes. Le discours prononcé le 3 mai 2010 sur la création d’un service national civique pour les jeunes de seize ans considérés comme « notre meilleure ressource dans ce pays »14 relève de cet objectif. L’âge fonctionne à la fois comme un critère de catégorisation et comme une ressource d’identification biographique, permettant, pour reprendre l’analyse de Thierry Blöss et d’Isabelle Feroni, l’inférence d’éléments biographiques, et plus globalement leur interprétation : « À un âge déterminé est en effet associée une compétence relative à certains types d’activité » (Blöss, Feroni op. cit. : 2). Cette idée dérive rapidement vers le cliché car elle aplanit les différences et les spécificités en parlant de « la jeunesse » comme d’un concept générique et unificateur. Comme l’expliquent Jean-Charles Lagrée et Paula Lew-Fai, la référence explicite ou implicite à une définition bio- ou psychologique de la jeunesse conduit à imputer à une « nature jeune » des pratiques socialement déterminées, à occulter les différences d’origine, de situations, de devenirs sociaux, derrière l’identité présumée des dispositions psychologiques « jeunes », à accréditer l’idée qu’il existe une « nature » identique dont participent tous les jeunes et que l’unité du substantif (« la jeunesse ») recouvre l’unité d’une substance15.

11Malgré cette tendance à postuler l’unité de « la jeunesse », les sociologues mettent aussi souvent en avant l’ambivalence des perceptions sociales de la jeunesse. Comme l’expliquent Thierry Blöss et Isabelle Feroni :

À travers l’histoire, les représentations sociales de la jeunesse ont pris des formes variées et contradictoires : une forme critique, les jeunes étant définis avant tout par défaut, par excès, ou encore par opposition au monde des adultes ; une forme positive, qui exalte et glorifie leurs capacités d’innovation et d’enthousiasme (Blöss, Feroni op. cit. : 2).

  • 16 David Cameron, discours prononcé devant le Social Justice Policy Group, 10/07/2006.
  • 17 Dernière consultation le 29/11/2010, http://www.eric-ciotti.com/2010/07/05/accroitre-
    la-responsabil (...)

12À la lumière de cette interprétation, on peut dire que le discours catégorisant de David Cameron est resté globalement positif même lorsqu’il s’est conjugué avec un discours sécuritaire (« law and order ») destiné à rassurer l’électorat traditionnel. En 2006, David Cameron avait ainsi plaidé la cause des « hoodies », ces jeunes hommes perçus comme intimidants qui portent des sweat-shirts à capuche et qu’il identifiait comme « une réaction à un problème, non un problème en soi », ajoutant que les hoodies avaient un comportement « souvent plus défensif qu’offensif. C’est une façon de rester invisible dans les rues »16. Ce nouveau discours conciliant a été tourné en dérision par les travaillistes qui invitaient chacun à « serrer un ‘hoodie’ dans ses bras » (« Hug a Hoodie »), laissant l’impression que le laxisme était désormais du côté des conservateurs. Qu’il concerne la jeunesse prise dans son ensemble ou une catégorie spécifique de jeunes, la vision de la jeunesse qui s’y exprime semble en effet plus positive que celle de Nicolas Sarkozy dont le discours sur la responsabilité individuelle peut avoir un effet délétère sur des jeunes adultes qui tendent à y voir une stratégie d’infantilisation et de stigmatisation. On pense notamment au discours du député UMP Eric Ciotti sur la responsabilité parentale en cas de délinquance juvénile17.

13En règle générale, on retrouve cette dualité quand la jeunesse du leader est négativement associée au manque d’expérience, positivement à l’esprit d’innovation, la notion de prise de risque pouvant échouer dans les deux catégories. Mais David Cameron se veut refléter et véhiculer une image positive de la jeunesse, associée à l’enthousiasme et l’esprit d’innovation tout en contredisant l’idée du manque d’expérience. Il travailla pendant six ans au département de recherche du parti avant de devenir le conseiller du Chancelier de l’Échiquier Norman Lamont, de 1992 à 1993 et du ministre de l’Intérieur Michael Howard de 1933 à 1994 puis de faire une courte carrière, entre 1994 et 2001, dans les relations publiques, chez Carlton Communications, l’une des sociétés audiovisuelles les plus importantes de Grande-Bretagne.

Quand jeunesse rime avec modernité technologique

  • 18 Jeunes cadres dynamiques des années 1980.
  • 19 Équivalent des « bourgeois-bohèmes » ou « bobos » français.

14Les études sur le leadership politique montrent à quel point la puissance d’un leader se mesure dans sa capacité à contrôler l’agenda médiatique (Blondel, Thiébault et al. op. cit. : 33). Dans le cas de David Cameron, son expérience politique se confond avec une aptitude indéniable à la communication politique et un intérêt accru pour les nouvelles technologies. Celui que l’on présente aujourd’hui comme le « Premier ministre BlackBerry » (Kavanagh, Cowley op. cit. : 185) a toujours été un lecteur assidu de blogs sur Internet. En 2006, le lancement sur le site du parti du Webcameron (suivi pendant la campagne du Websamcameron sur sa femme Samantha) propose une série de vidéos mettant en scène le leader du parti en manches de chemise et conversant librement avec un journaliste. Contrairement aux autres membres du Cabinet fantôme, le dirigeant n’est identifié que par son prénom (« David nous parle de », « David s’exprime sur ») et se met en scène lisant la presse, une tasse à café à la main ou faisant la vaisselle près de ses enfants, dans un intérieur cossu mais relativement simple et typique d’une bourgeoisie jeune, urbaine et aisée. Ces spots de quelques minutes, tournés dans une atmosphère de télé-réalité, offrent l’image d’un leader jeune et accessible vivant comme un citoyen ordinaire. Pendant toute la campagne, David Cameron a capitalisé sur sa jeunesse pour exploiter certains stéréotypes à la mode comme des indices de modernité. Il roule à vélo et exhibe son épouse dont il dit que, malgré son sang bleu, elle a été une adolescente rebelle (Cameron 2008 : 50-51) et porte toujours un tatouage à la cheville. Grâce au Webcameron, il projette l’image d’un jeune père « yuppie »18 ou « bo-ho »19, très impliqué dans l’éducation de ses enfants, le partage des tâches et la protection de l’environnement. Bref, il s’affiche comme un leader moderne au sens caricatural du terme.

15Au-delà d’une évolution strictement démographique, le renouvellement générationnel incarné par David Cameron apparaît comme un élément important de la transformation récente des partis politiques. Pour certains spécialistes comme Aeron Davis, on assiste depuis peu à la transformation des partis « attrape-tout », parmi lesquels le parti conservateur britannique, en partis de cadres modernisés et structurés autour d’organisations centralisées et perméables à l’influence d’un arsenal externe de professionnels issus des médias, des instituts de sondages et du marketing politique. Dans une perspective comparative, la jeunesse de David Cameron illustre aussi cette nouvelle génération d’hommes et de femmes politiques « professionnalisés » qui s’entourent de tout un réseau d’experts et maîtrisent parfaitement les stratégies et les outils les plus modernes de la communication politique (Davis op. cit.), dans la logique du « parti-entreprise » précédemment évoqué.

Quand jeunesse rime avec libéralisme culturel et « new politics »

16Au-delà de cette caractéristique démographique, l’originalité du leadership conservateur réside surtout dans le postulat selon lequel la jeunesse serait synonyme de modernité idéologique. L’entreprise de modernisation mise en œuvre par la nouvelle équipe dirigeante passe par un intérêt accru pour les questions sociétales, l’ouverture aux minorités (ethniques, sexuelles) et un penchant pour le libéralisme culturel et moral qui correspond aux principales représentations sociales de la jeunesse et répond stratégiquement à ce que ces leaders identifient comme ses attentes. David Cameron s’est ainsi fait le chantre d’une modernité inédite que sa jeunesse prétend rendre plus crédible. Il a donc fait coïncider une double stratégie d’identification personnelle à une tranche d’âge spécifique et de mobilisation d’enjeux qui sont censés intéresser davantage les jeunes. D’où l’illusion que ce parti conservateur modernisé parle au nom d’une certaine jeunesse, voire de la jeunesse dans son ensemble, dont David Cameron serait lui-même un digne représentant.

  • 20 Il a fait installer une éolienne sur le toit de sa résidence londonienne.

17La campagne de David Cameron a donc reposé sur l’équation entre jeunesse, modernité technologique et enjeux inattendus. Les jeunes Britanniques seraient ainsi plus préoccupés par des enjeux que l’on appelle post-matérialistes. David Marsh et al. parlent même d’une « génération postmatérialiste plus concernée par les enjeux comme l’environnement ou la protection des animaux, et participant davantage à des actions politiques dominées par des enjeux et non par l’idéologie » (Marsh, O’Toole, Jones op. cit.). David Cameron incarne une synthèse artificielle des enjeux post-matérialistes, notamment lorsqu’il se présente comme un écologiste convaincu favorable aux énergies renouvelables20 et préoccupé par le réchauffement climatique. Pour autant, l’authenticité de cet engagement écologique est fortement remise en cause lorsqu’il est surpris par les journalistes roulant en vélo suivi de près par sa somptueuse voiture de fonction qui transporte ses affaires.

18Toujours est-il qu’au-delà des tendances multiples et variées qui structurent le parti conservateur, David Cameron émerge clairement comme un modernisateur, un « mod » pour reprendre l’expression du journaliste britannique Simon Walters (Walters 2001). En ce sens, il marche sur les traces du député Michael Portillo qui en 2001 s’était violemment opposé aux rockers traditionalistes, en manifestant une plus grande tolérance envers l’homosexualité ou la légalisation des drogues douces. La politique inclusive conduite envers les minorités ethniques, le soutien de David Cameron au pacte de partenariat civil (« Civil Partnership ») entre adultes du même sexe, sa tolérance envers la dépénalisation du cannabis et son désintérêt pour les « grammar schools », ces lycées classiques et sélectifs réservés aux élèves les plus doués qui étaient considérés encore récemment comme les derniers bastions d’un traditionalisme proprement conservateur, ont contribué à faire d’une position minoritaire, le libéralisme culturel, l’habillage officiel des nouveaux Tories. Une enquête auprès des élus de 2005 révélait que les traditionalistes ou « conservateurs sociaux », qui ont tendance à être hostiles aux droits des homosexuels, à la liberté de contraception et à l’avortement et à se montrer favorables à la famille traditionnelle, au châtiment corporel et à la censure, représentaient la très grande majorité du groupe (145 députés) contre vingt-huit libéraux sociaux (parmi lesquels David Cameron lui-même) et vingt-cinq « agnostiques », difficiles à identifier ou incapables de se prononcer clairement (Heppell, Hill 2009 : 396). On peut supposer que l’élection en 2010 de nouveaux députés plus jeunes, plus proches du courant modernisateur de David Cameron et galvanisés par l’alliance gouvernementale avec les Libéraux-Démocrates, devrait contribuer à inverser progressivement la tendance en faveur du libéralisme social et culturel.

19Le programme de modernisation du parti semble également confirmer la thèse d’Anne Muxel selon laquelle la jeune génération serait à la recherche d’un nouveau répertoire politique distinct de celui de ses aînés. C’est ce répertoire spécifique que l’on retrouve dans l’expression « new politics », récurrente dans la bouche de la nouvelle coalition gouvernementale. Selon Anne Muxel, il serait fondé sur les trois impératifs suivants :

« désidéologiser » la politique ;
rapprocher le monde politique et la population, en renforçant notamment la démocratie direct
et en rejetant l’élitisme ;
moraliser la politique (Muxel op. cit. : 82-83).

20On trouve en effet une certaine adéquation entre les réponses apportées par le parti conservateur et ces trois impératifs. Les New Tories seraient ainsi porteurs d’un programme politique dans lequel les jeunes pourraient ainsi d’autant mieux se retrouver que ses promoteurs appartiennent à la même génération qu’eux, une stratégie que le New Labour avait toutefois déjà initiée avant eux. Ainsi la désidéologisation, premier aspect du répertoire politique évoqué par Anne Muxel, est l’une des composantes de leur nouvelle vision. Elle apparaissait déjà dans le projet de « troisième voie » élaborée par Anthony Giddens pour dépasser les étiquettes traditionnelles de gauche et de droite (Giddens, Pierson 1998). Or n’est-ce pas aussi ce que propose le « Red Toryism » ou « conservatisme progressiste » de Phillip Blond (Blond 2010), l’un des conseillers de David Cameron et ancien directeur de DEMOS, un groupe de réflexion (« think-tank ») travailliste ?

21N’est-ce pas également cette même volonté de proximité citoyenne, deuxième aspect du répertoire politique, que l’on retrouvait déjà dans l’expression d’« empowerment » popularisée par le New Labour (c’est-à-dire la mise en capacité ou l’autonomisation des individus) et qui caractérise aujourd’hui le projet de cette « grande société » (« Big Society ») défendu par David Cameron ? Il s’agit en effet de rendre le pouvoir aux individus en investissant les associations caritatives et bénévoles, l’Église, les communautés, le secteur privé et en renforçant la démocratie directe au niveau local pour créer ce que les conservateurs appellent une politique du voisinage (« neighbourhood politics ») et briser ainsi le moule de la relation politique traditionnelle entre le gouvernement et les individus.

  • 21 David Cameron, « The next age of government», discours devant le TED (Technology Entertainment Desi (...)

22La « new politics » des Conservateurs, qui aurait vocation à transcender les clivages partisans, peut être interprétée comme l’expression de ce répertoire politique propre à la jeunesse surtout lorsqu’il s’accompagne d’une volonté de moraliser la vie publique – troisième impératif mis en avant par Anne Muxel – en luttant contre la bureaucratie et la corruption. Au lendemain du scandale des notes de frais des parlementaires en mai 2009, la volonté d’aseptiser des pans entiers de la vie publique, entachés par des années de scandales (ou « sleaze », selon l’expression consacrée) et d’assainir les comptes publics s’est retrouvée de façon récurrente dans les discours de campagne de David Cameron. En témoigne la création annoncée pendant la campagne électorale de 2010 d’un Bureau de la responsabilité budgétaire (Office for Budget Responsibility), destiné à évaluer les finances publiques de manière indépendante et à obliger le gouvernement à rendre des comptes au contribuable. C’est cette obsession pour la transparence qui a aussi incité le leader conservateur à suggérer lors d’un discours du 10 février 201021 que l’une des principales missions d’un futur gouvernement conservateur serait la publication en ligne de toutes les dépenses publiques et des données statistiques relatives aux différents services publics, ce que David Cameron ne tardera pas à mettre en œuvre dès son arrivée au pouvoir.

Conclusion : Quelle modernité ?

  • 22 Voir entre autres Sam Gyimah (ed.), 2005, From the Ashes. The Future of the Conservative Party, Lon (...)
  • 23 David Cameron MP, « Public Service », in Sam Gyimah (ed.), ibid., p. 20.
  • 24 Contraction d’Oxford et de Cambridge qui désigne ainsi des études supérieures dans les universités (...)

23Au cœur de cette stratégie de modernisation subsiste une question qui demeure complexe : de quelle modernité s’agit-il exactement ? Depuis 2005, les références récurrentes à cette tradition paternaliste héritée de Benjamin Disraeli à l’époque victorienne, qu’on appelle « One Nation », fondamentale dans l’histoire du parti conservateur émaillent, derrière l’affichage de la modernité, les publications de propagande électorale22. Elles ont surtout servi à décontaminer l’image du parti conservateur accablé par le poids du thatchérisme et son incapacité à gérer l’héritage laissé par la Dame de fer. Le discours d’une « société brisée » (« broken society ») a surtout permis au leader de vanter le retour aux sources d’un paternalisme social ancestral mais occulté par des décennies de matérialisme et d’individualisme thatchériens. David Cameron cherche à se distinguer du credo thatchérien en affirmant que la société existe bien mais que ce n’est pas la même chose que l’État23. Mais le plan d’austérité budgétaire annoncé au lendemain des élections de mai 2010, conjugué lors de la campagne avec un euroscepticisme galopant et une politique sécuritaire musclée, montre que plus que le digne héritier de Margaret Thatcher, il en est le fils prodigue. À la lumière du discours paternaliste, repris aujourd’hui au sein du Cabinet dans le combat contre la pauvreté mené par l’ancien dirigeant du parti, Iain Duncan Smith, la modernisation revendiquée par David Cameron peut donc s’interpréter aussi comme un retour à un âge d’or victorien : celui d’un conservatisme social, protecteur et fédérateur (« One Nation ») dans le maintien d’inégalités sociales perçues comme naturelles et stimulantes, et où le leader patricien devait lui-même apparaître comme la personnification du parti de l’Angleterre, de l’aristocratie foncière et de l’Église établie. Loin du profil méritocratique des leaders précédents, David Cameron incarne en fait aussi un retour en arrière. Sa jeunesse et son charisme le rendent relativement populaire, facilitant la comparaison avec Tony Blair. Mais il est aussi l’emblème d’un retour à l’élite traditionnelle (« establishment ») du parti issu de l’aristocratie, des écoles privées et très onéreuses que sont les « public schools » et d’Oxbridge24. David Cameron, fils d’un riche agent de change et héritier de trois éminents députés conservateurs des xviiie et xixe siècles, vaguement apparenté à la reine en personne, formé à Oxford au Brasenose College, ancien membre de l’exclusif Bullingdon Club – réservé à une jeune élite masculine, fortunée et décadente – s’inscrit totalement dans cette tradition patricienne fondée sur les privilèges héréditaires. Malgré sa jeunesse, David Cameron serait bien un Tory au sens historique du terme, emprunt d’humanitarisme, soucieux de préserver l’ordre hiérarchique naturel de la société tout en protégeant les plus démunis, sans rien renier de la politique économique de Margaret Thatcher. Derrière l’affichage de la modernité, l’ancrage des traditions vient confirmer la thèse de la continuité sous le masque du changement car le renouvellement générationnel à la tête du parti est aussi l’occasion pour le parti de revenir à ses attributs originels.

  • 25 Janaki Mahadevan, « Young people write to Cameron in defence of youth services », Children & Young (...)

24Et depuis mai 2010, le masque s’effrite au point d’aliéner cette même jeunesse sur laquelle Cameron avait cherché à s’appuyer25. L’introduction d’un vaste plan d’austérité prévoyant notamment l’augmentation fulgurante des droits d’entrée à l’université, a donné lieu à d’importantes mobilisations étudiantes qui n’ont pas tardé à être réprimées par le gouvernement. Retournement pour le moins ironique qui laisse l’impression amère que l’affichage d’une jeunesse purement cosmétique n’aurait été qu’un appât pour amadouer cette catégorie d’âge et instiller, sournoisement, des mesures contraires à ses intérêts. Les émeutes particulièrement violentes de l’été 2011 semblent en avoir été l’illustration la plus cinglante.

Notes

1 David Cameron, né le 9 octobre 1966, avait donc quarante-trois ans et sept mois le 10 mai 2010, alors que Tony Blair, né le 6 mai 1953, était sur le point de fêter ses quarante-quatre ans le 1er mai 1997.

2 Voir l’ouvrage de l’auteure qui reprend une partie de la thèse développée dans cet article : Agnès Alexandre-Collier, 2010, Les habits neufs de David Cameron, Les conservateurs britanniques (1990-2010), Paris, Presses de Sciences Po, collection « Nouveaux Débats ».

3 Dernière consultation le 11/07/2011, http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive/2613/How-Britain-Voted-in-2010-aspx?view=wide

4 http://www.ipsos-mori.com/researchpublications/researcharchive/101/How-Britain-Voted-Since-October-1974.aspx?view=wide

5 Rowenna, David, « The restrained children of Cameron », Guardian, 06/10/2009, dernière consultation le 10/07/2011, http://www.guardian.co.uk/commentisfree/2009/oct/06/toryconference-conservatives

6 Madano Partnership Ltd, 2010, The Elected Class of 2010, Londres, p. 12, dernière consultation le 29/11/2010, http://www.theclassof2010.co.uk.

7 « What united most of them was their long history of friendship and, of course, their youth. None of them, with the exception of [Oliver] Letwin, had reached the age of forty », in Peter Snowdon, 2010, Back from the Brink. The inside story of the Tory resurrection, Londres, Harper Collins, p. 218.

8 David Cameron fut élu en 2005 avec une minorité de voix parlementaires mais grâce à la majorité des militants. Au second tour de l’élection, après l’élimination de Kenneth Clarke, David Cameron recueillit 90 voix parlementaires contre 108 pour les deux autres candidats, David Davis (57) et Liam Fox (51). En dernier ressort, le vote postal des adhérents (taux de participation de 78 %) fut une victoire massive pour Cameron qui remporta deux fois plus de voix (134 446) que son concurrent David Davis (64 398).

9 « He was a million to one outsider really, I don’t think he had a cat’s chance in hell of winning. You know, he was a new kid, new boy and no one knew anything about him. He was a nobody. I mean his has been one of the most stunning political rises ever ». Interviewé par Aeron Davis, 2010, Political Communication and Social Theory, article 3, « Professionalised Parties, the Electoral Mechanisms and the New Wave of Party Leaders: the Rise of David Cameron », Londres, Routledge, p. 46.

10 À commencer par le Premier ministre Gordon Brown lui-même, alors âgé de 57 ans et dont les propos sur Cameron furent rapportés sur BBC Online, le 23/09/2008 : « I’m all in favour of apprenticeships, but let me tell you, this is no time for a novice », cité par Peter Snowdon op. cit., p. 312.

11 « So many politicians today have never done anything other than politics. They got elected very young or they became special advisers before that and they’re not people who seem to know very much about the real worldThey have views that are the views of their party, or they have views of their senior that are manufactured for them by special advisers and policy wonks ». Interviewé par Aeron Davis op. cit., p. 43.

12 Premier ministre conservateur de 1979 à 1990.

13 Premier ministre conservateur de 1990 à 1997.

14 Discours de David Cameron, « Our Contract for Young People », Blackpool, 03/05/2010, dernière consultation le 04/02/11, http://www.conservatives.com/News/Speeches/2010/05/David_Cameron_Our_contract_for_young_people.aspx

15 Jean-Charles Lagrée, Paula Lew-Fai, 1983, La Jeunesse en questions. Orientations documentaires et sources de recherche en sciences sociales en 1982, Paris, La Documentation française, cité par Thierry Blöss et Isabelle Feroni op. cit., p. 3.

16 David Cameron, discours prononcé devant le Social Justice Policy Group, 10/07/2006.

17 Dernière consultation le 29/11/2010, http://www.eric-ciotti.com/2010/07/05/accroitre-
la-responsabilite-penale-des-parents-denfants

18 Jeunes cadres dynamiques des années 1980.

19 Équivalent des « bourgeois-bohèmes » ou « bobos » français.

20 Il a fait installer une éolienne sur le toit de sa résidence londonienne.

21 David Cameron, « The next age of government», discours devant le TED (Technology Entertainment Design), 10/02/2010.

22 Voir entre autres Sam Gyimah (ed.), 2005, From the Ashes. The Future of the Conservative Party, Londres, The Bow Group.

23 David Cameron MP, « Public Service », in Sam Gyimah (ed.), ibid., p. 20.

24 Contraction d’Oxford et de Cambridge qui désigne ainsi des études supérieures dans les universités les plus prestigieuses du pays.

25 Janaki Mahadevan, « Young people write to Cameron in defence of youth services », Children & Young People Now, 17/01/2011, dernière consultation le 10/07/2011, http://www.cypnow.co.uk/news/1049711/Young-people-write-Cameron-defence-youth-services. « Young fighting cuts in Cameron County », Guardian, 09/04/11, dernière consultation, le 10/07/2011, http://www.guardian.co.uk/society/2011/apr/09/young-fighting-cuts-cameron-county

Auteur

Agrégée d’anglais et docteur en science politique de l’Institut d’Études Politiques de Paris, Professeur de civilisation britannique à l’Université de Bourgogne. Spécialiste et des relations entre le Royaume-Uni et l’Union européenne et de la vie politique britannique, en particulier du parti conservateur, elle est notamment l’auteur des trois ouvrages suivants : La Grande-Bretagne eurosceptique? L’Europe dans le débat politique britannique (Paris, Éditions du temps, 2002) ; Anatomie des droites européennes, en collaboration avec Xavier Jardin (Paris, Armand Colin, 2004) et Les habits neufs de David Cameron. Les conservateurs britanniques 1990-2010 (Paris, Presses de Sciences Po, 2010).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540