Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la jeunesse au Royaume-Uni et en France

 | 
Sarah Pickard
, 
Corinne Nativel
, 
Fabienne Portier-Le Cocq

La désaffection politique des jeunes

Dépolitisation ou radicalisation ?

Depolitisation or radicalisation? Young people in France and politics as seen through the Valeurs surveys

Bernard Roudet

Résumé

À partir des résultats pour la France des enquêtes européennes sur les Valeurs (1980, 1991, 1999 et 2008), cet article examine les évolutions en cours dans les liens que les jeunes Français entretiennent avec la politique. Bien qu’ils restent toujours peu politisés, les jeunes Français tendent désormais à s’intéresser davantage à la politique. Abstentionnistes intermittents lors des élections, ils continuent à préférer la participation protestataire au vote. Aujourd’hui moins ancré à gauche, leur positionnement politique s’oriente légèrement plus aux extrémités de l’échiquier politique. S’ils affirment dans leur ensemble un désir de changement social, ils restent majoritairement réformistes mais peuvent parfois exprimer une certaine radicalité. Ce questionnement conduit à mettre en évidence l’influence du niveau d’études sur leurs valeurs politiques, ainsi que la polarisation, induite par celui-ci, entre une jeunesse disposant d’un bon bagage scolaire et une jeunesse pas ou faiblement diplômée.

This article examines evolutions in the links between young people in France and politics. It is based on findings for young French people from four waves (1980, 1991, 1999 and 2008) of the European surveys on citizens’values called “European Values Study” (www.europeanvaluesstudy.eu). Whilst French youth remains not very politicized, it now tends to be more interested in politics than in the past. Young French people continue to opt more for political protest than for the traditional ballot box and electoral participation. Today, French youth is less associated with the political Left as it moves more towards political extremes on both sides of the political map. Young French people as a whole express a desire for social change and generally speaking are in favour of reforms; however they sometimes express somewhat radical viewpoints. Lastly, the level of studies of a young person has an impact on his/her political values and on the polarisation of views expressed.

Entrées d'index

Texte intégral

Les liens à la politique des jeunes Français à la lumière des enquêtes Valeurs

  • 1 Treize pour cent des 18-29 ans s’abstiennent aux deux tours de l’élection présidentielle et 51 % au (...)

1Dépolitisation, radicalisation, manifestation, abstention, protestation, les mots ne manquent pas pour évoquer les liens des jeunes Français à la politique, signalant des tendances parfois contradictoires qu’il n’est pas toujours facile d’interpréter. Largement mobilisés lors de l’élection présidentielle de 2007, les jeunes s’absentent des urnes quelques semaines plus tard lors des élections législatives (Insee 2007)1. Exprimant régulièrement dans les sondages leur méfiance vis-à-vis des partis politiques, ils manifestent fréquemment dans la rue pour contester certains projets gouvernementaux les concernant et pour attirer l’attention des responsables politiques sur leur situation. Dès lors, les médias peuvent s’inquiéter aussi bien d’une dépolitisation que d’une radicalisation de la jeunesse, tandis que les pouvoirs publics recherchent les moyens de réactiver la citoyenneté des jeunes et veulent éviter les mouvements protestataires.

  • 2 Les résultats de la dernière enquête Valeurs pour l’ensemble de la population française ont fait l’ (...)

2Ces liens complexes des jeunes Français à la politique, qui semblent parfois paradoxaux, les résultats de la dernière enquête sur les valeurs des Français peuvent contribuer à les éclairer en apportant des éléments d’analyse sur les recompositions en cours2. Bien qu’ils restent toujours peu politisés, les jeunes Français tendent désormais à s’intéresser davantage à la politique. Abstentionnistes intermittents lors des élections, ils continuent à préférer la participation protestataire au vote. Aujourd’hui moins ancré à gauche, leur positionnement politique s’oriente légèrement plus aux extrémités de l’échiquier politique. S’ils affirment dans leur ensemble un désir de changement social, ils restent majoritairement réformistes mais peuvent parfois exprimer une certaine radicalité. Autant de points qui seront examinés successivement dans cet article, avant de mettre en évidence l’influence du niveau d’études sur les valeurs politiques des jeunes, ainsi que la polarisation induite par celui-ci entre la jeunesse disposant d’un bon bagage scolaire et la jeunesse non diplômée ou faiblement diplômée.

3Les résultats de l’enquête Valeurs relatifs aux jeunes concernent la tranche d’âge des 18-29 ans. Dix-huit ans constitue la limite d’âge inférieure des personnes interrogées dans l’enquête. C’est une nécessité pour réaliser des enquêtes internationales prenant en compte les législations de différents pays. Ainsi, en France, on ne peut pas poser certaines questions à des mineurs sans autorisation parentale (celles concernant la politique par exemple). La limite supérieure de la tranche d’âge est portée à 29 ans. Olivier Galland a en effet montré que l’accès plus tardif aux statuts définissant l’âge adulte impose, d’un point de vue à la fois statistique et sociologique, de repousser la borne supérieure de la classe d’âge habituellement utilisée en France (24 ans) et d’y adjoindre la classe quinquennale immédiatement supérieure (Galland 2000). Les résultats concernant les adultes recouvrent les 30 ans et plus.

Présentation des enquêtes Valeurs

4Les enquêtes sur les valeurs des Français s’inscrivent dans un programme de recherche international destiné à suivre sur le long terme l’évolution des valeurs en Europe. Trois enquêtes ont déjà été réalisées en 1981, 1990 et 1999. L’enquête de 2008 permet donc des comparaisons sur près de trente ans. En France, cette enquête est placée sous la responsabilité scientifique de chercheurs et d’universitaires, regroupés dans l’Association pour la recherche sur les systèmes de valeurs (Arval : www.valeurs-france.fr).

5Cette grande enquête par questionnaire permet de comparer les résultats concernant les jeunes avec ceux relatifs aux adultes, de saisir des évolutions dans le temps et des effets de générations. Les thèmes traités portent sur les rapports des jeunes à la politique, aux normes sociales, à la famille, au travail, à la religion, ainsi que sur leur sociabilité, sur leur participation associative et, de façon générale, sur l’évolution des rapports intergénérationnels et des modalités d’intégration des jeunes dans la société. Le terrain de la dernière enquête a été réalisé entre mai et août 2008 sur un échantillon représentatif de la population française : 3 071 personnes ont été interrogées en vis-à-vis dont 601 âgées de 18 à 29 ans. Le questionnaire comprend quelque 136 questions incluant 371 variables.

6L’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (Injep : www.injep.fr), établissement public du ministère chargé de la jeunesse, est partenaire des enquêtes Valeurs depuis 1999.

Une politisation peu importante, mais en hausse

7La politisation recouvre l’intérêt des individus pour la vie politique, ainsi que leur compétence dans ce domaine, soit leur connaissance des enjeux politiques et des débats d’actualité, leur maîtrise du vocabulaire et des codes de la politique. Les enquêtes Valeurs proposent quatre questions relatives à la politisation. Ces questions n’ont pas été posées à chaque enquête, mais les réponses données témoignent d’évolutions notables et apparaissent fortement corrélées (Tableau 1).

8Deux questions, posées à partir de 1990, concernent d’une part l’importance prise par la politique dans la vie et d’autre part l’intérêt déclaré pour la politique. Entre 1990 et 1999, ceux-ci n’évoluent pas : faibles chez les 18-29 ans, ils restent inférieurs à ceux des adultes. Mais cette importance et cet intérêt augmentent nettement en 2008. Même s’il reste encore à un niveau relativement modeste, le pourcentage de jeunes les plus politisés, ceux qui considèrent la politique comme très importante dans la vie et qui se déclarent très intéressés par la politique, double entre les deux dernières enquêtes. Aujourd’hui, sur ces deux indicateurs, les jeunes ne se différencient pas des adultes, voire même les dépassent. Ainsi, les moins de 30 ans sont quasiment aussi nombreux que les adultes à se déclarer intéressés par la politique (41 % contre 43 %), et ils sont nettement plus nombreux à estimer que la politique est un domaine important de la vie (50 % contre 43 %).

  • 3 Selon l’enquête sur les pratiques culturelles des Français de 2008, pour la première fois depuis l’ (...)

9La troisième question relative à la politisation concerne la fréquence des discussions politiques entre amis. Après avoir régulièrement baissé entre 1981 et 1999 parmi les 18-29 ans, celle-ci augmente en 2008 pour dépasser le taux initial de 1981. Aujourd’hui, les 18-29 ans qui discutent souvent de politique avec leurs amis sont même deux fois plus nombreux qu’en 1999. À nouveau, comme en 1981 et 1990, les jeunes discutent autant de politique que les adultes. En revanche, le quatrième indicateur, concernant le suivi de l’actualité politique dans les médias, n’évolue guère. En 2008, les jeunes ne sont pas plus nombreux qu’en 1999 à suivre l’actualité politique à la télévision, à la radio ou dans le journal. Si 36 % d’entre eux suivent l’actualité chaque jour, ce sont 63 % des 30 ans et plus qui font de même. Cette différence témoigne sans doute de la tendance des jeunes à moins lire les journaux, à moins regarder la télévision et à moins écouter la radio3.

Tableau 1 : Politisation des 18-29 ans de 1981 à 2008, et des 30 ans et plus en 2008 (% verticaux)

1981

1990

1999

2008

2008

30 ans et +

Importance de la politique dans la vie

Très important

 5

 5

13

13

Assez important

25

26

37

30

Pas très important

39

35

34

32

Pas important du tout

31

34

16

25

Intérêt pour la politique

Très intéressé

 5

 6

12

12

Assez intéressé

28

22

29

31

Pas très intéressé

33

30

30

29

Pas du tout intéressé

34

42

29

28

Fréquence des discussions politiques
entre amis

Souvent

12

10

 9

17

16

De temps en temps

53

52

46

53

53

Jamais

35

38

45

30

31

Suivi de l’actualité politique dans
les médias

Tous les jours

38

36

63

Plusieurs fois par semaine

21

23

12

Une ou deux fois par semaine

11

15

 9

Moins souvent

17

16

10

Jamais

12

10

 6

Lecture : 5 % des jeunes âgés de 18 à 29 ans considèrent en 1990 la politique comme très importante dans la vie, 13 % des adultes de 30 ans et plus considèrent en 2008 la politique comme très importante dans la vie.

Source : Enquêtes Valeurs, Arval-Injep.

10La jeunesse ne s’est jamais caractérisée par un fort intérêt pour la politique au sein d’une société française globalement peu politisée (Bréchon 2005). Mais les résultats de la dernière enquête Valeurs font apparaître une remontée de la politisation des jeunes, aujourd’hui comparable à celle des adultes. Rien n’indique toutefois que cette remontée ne soit pas ponctuelle et qu’elle prélude à une « repolitisation » progressive des jeunes générations. Des effets de contexte peuvent jouer sur les réponses et cette valorisation de la politique peut varier selon les enjeux et les circonstances (Cautrès 2009). Quoi qu’il en soit, ce plus fort intérêt des jeunes pour la vie politique est-il accompagné de changements dans leurs formes de participation politique ?

Faible participation politique conventionnelle, forte participation protestataire

11La participation politique recouvre la participation dite conventionnelle, inscrite par le droit de vote dans le fonctionnement de la démocratie représentative et organisée autour de l’offre des partis politiques. À côté de cette participation électorale, apparaissent des formes de participation non institutionnelles, plus individualisées et essentiellement protestataires : par exemple, participer à une manifestation ou signer une pétition. En ce qui concerne la participation électorale, la première enquête Valeurs apparaît concomitante de l’augmentation de l’abstention en France, à partir de l’élection présidentielle de 1981 (Bréchon 2009). Cependant, les enquêtes Valeurs ne permettent de mesurer que partiellement l’évolution de l’abstention. Il importe pourtant de la caractériser rapidement, car elle constitue un élément important du rapport des jeunes Français à la politique. L’abstention est toujours plus forte chez les jeunes (Bréchon 2011).

12Cette moindre participation électorale est une donnée structurelle qui s’explique par un effet de cycle de vie. Anne Muxel parle du « moratoire électoral des années de jeunesse » (Muxel 2001). Le vote augmente avec l’entrée dans la vie adulte, au fur et à mesure de l’insertion sociale et professionnelle, et d’une familiarisation progressive avec la vie politique. Selon les analyses d’Anne Muxel et de Vincent Tournier (Muxel 2010 ; Tournier 2009), si l’abstention s’est indéniablement répandue, le différentiel de participation électorale entre les jeunes et les adultes apparaît relativement stable depuis trente ans. Quant aux abstentionnistes systématiques, ils ne représentent qu’environ 10 % des inscrits, proportion qui reste stable elle aussi. C’est l’abstentionnisme intermittent qui augmente tout particulièrement parmi les jeunes. Avec le renouvellement générationnel, le vote est moins conçu comme un devoir, autrefois accompli sans même être politisé, que comme un droit exercé au gré des enjeux mobilisateurs du moment. Les jeunes électeurs, davantage que les adultes, se montrent mobiles dans leurs premiers choix électoraux, tout en hésitant jusqu’au dernier moment pour décider de leur vote. Mais le principe du vote reste en lui-même fortement valorisé par les jeunes générations.

  • 4 Nous avons établi une liste descriptive des principaux mouvements protestataires lycéens et étudian (...)

13En même temps que se développe l’abstentionnisme intermittent, des formes de participation politique non conventionnelles tendent à s’accroître parmi les jeunes. Les réponses à une question de l’enquête Valeurs sur les formes d’action politique protestataire sont particulièrement significatives de cette évolution (Tableau 2). Près de deux jeunes sur trois ont déjà signé une pétition en 2008 et près d’un sur deux a participé à une manifestation. Si le pourcentage de pétitionnaires n’a guère augmenté depuis 1999, celui des manifestants s’est accru de 7 points en 2008 et apparaît nettement supérieur à celui des adultes. L’attachement à la manifestation s’affirme d’autant plus que l’on est jeune. « Ce phénomène est d’abord générationnel : les générations âgées sont peu protestataires, celles du baby-boom le sont nettement plus, mais celles qui arrivent à l’âge adulte aujourd’hui confirment cette tendance » (Muxel 2010 : 166)4. Les autres formes d’action (participer à un boycott ou à une grève, occuper des bureaux ou des usines) sont beaucoup moins pratiquées par les jeunes. Il faut toutefois noter que la participation à chacune de ces trois actions a augmenté depuis l’enquête de 1999, particulièrement la participation à un boycott.

  • 5 La participation a une organisation politique, quant à elle, ne concerne, selon l’enquête Valeurs d (...)

14Cette importance accordée à l’action directe est à rapprocher de la remise en cause, dont témoigne le vote intermittent, de la médiation traditionnelle que constitue la représentation politique. Aux modes institutionnels de participation politique sont préférées des formes d’actions plus individualisées5. Alors qu’auparavant politisation et participation politique étaient très liées, ce lien est aujourd’hui moins fort. On peut être politisé, mais ne pas voter en signe de refus de l’offre politique ; on peut manifester sans s’intéresser à la politique, par une réaction émotionnelle à des enjeux immédiats ou par affinité avec un groupe de pairs (Gaubert 1995).

Tableau 2 : Formes d’action politique protestataire pratiquées par les 18-29 ans de 1981 à 2008, et par les 30 ans et plus en 2008 (en %)

Formes d’action politique

1981

1990

1999

2008

2008

30 ans et +

Signer une pétition

47

46

62

64

64

Participer à une manifestation autorisée

34

30

41

48

40

Participer à un boycott

14

 9

 9

16

15

Participer à une grève sauvage

12

 3

 8

11

12

Occuper des bureaux ou des usines

 7

 2

 3

 5

10

Source : Enquêtes Valeurs, Arval-Injep.

Un clivage droite-gauche qui fait toujours sens et un positionnement politique orienté moins à gauche et davantage aux extrêmes

15Des commentaires insistent souvent sur le caractère dépassé du clivage gauche-droite ou, en tout cas, sur le resserrement de l’offre de l’échiquier politique notamment sur les questions économiques. Or, les résultats de la dernière enquête Valeurs font apparaître que les Français, et tout particulièrement les jeunes, refusent nettement moins qu’auparavant de se classer sur une échelle politique graduée de 1, pour la gauche, à 10, pour la droite (Tableau 3). Ce moindre refus de se positionner politiquement semble confirmer la tendance à une augmentation de la politisation et indiquer que, quoiqu’en disent certains commentateurs, la polarité politique fait toujours sens pour les Français, y compris parmi les jeunes générations.

16Les analyses politiques ont montré que, depuis une quarantaine d’années, l’orientation politique dominante des jeunes générations privilégie la gauche, mais que l’écart avec la droite diminue régulièrement (Muxel 2010 : 147). Dans l’enquête Valeurs, les évolutions dans les positionnements des jeunes sur près de trente ans sont assez significatives. Le positionnement à gauche (de 1 à 4 sur l’échelle) est quasiment stable par rapport à 1981 (36 % en 2008 et 37 % en 1981), après avoir diminué autour de 30 % en 1990 et 1999. Le positionnement à droite (de 7 à 10 sur l’échelle) a augmenté de 6 points en 2008 (17 %), alors qu’il était stabilisé autour de 11 % entre 1981 et 1999. Le positionnement au centre (5 et 6 sur l’échelle) a lui aussi augmenté de 6 points depuis 1981, mais plus progressivement (39 % contre 33 %). Alors qu’en 1981, la plus grande partie des jeunes se situaient à gauche de l’échelle, c’est au centre qu’ils se positionnent majoritairement en 2008. Parallèlement à ce mouvement vers le centre et la droite, on constate une montée des positionnements aux extrémités de l’échelle. Par rapport à 1999 et 1990, les jeunes se classent en 2008 davantage à l’extrémité gauche de l’échelle (1 et 2), positionnement qui a doublé depuis 1999 pour retrouver son niveau de 1981, permettant ainsi à l’ensemble de la gauche de retrouver son résultat global de la première enquête. Quant au positionnement très minoritaire à l’extrémité droite de l’échelle (9 et 10), il tend à augmenter très faiblement mais régulièrement depuis 1981.

17Globalement, ces évolutions témoignent d’un positionnement politique des jeunes qui, s’il reste ancré à gauche, tend à glisser sensiblement vers le centre et la droite, mais peut-être aussi vers les extrémités de l’échelle. L’évolution la plus forte depuis 1999 étant toutefois la baisse du non-positionnement sur l’échelle politique, celle-ci a pu profiter à toutes les orientations politiques. Selon les données rassemblées par Anne Muxel, le glissement à droite est confirmé par l’analyse des résultats des enquêtes électorales conduites depuis les années 1970. Au fil des élections, les jeunes se situent toujours plus à gauche qu’à droite mais cet écart a diminué, notamment depuis vingt ans. Lors du premier tour de l’élection présidentielle de 1988, la moitié des 18-30 ans ont voté pour la gauche socialiste (49 %) ; seul un tiers d’entre eux le fera pour les présidentielles de 2007 (32 %). Les votes juvéniles aux extrémités de l’échiquier politique évoluent différemment : l’extrême gauche progresse de 6 % à 10 % entre 1988 et 2007, tandis que l’extrême droite passe de 10 % à 5 %. Cette évolution se retrouve dans l’ensemble de l’électorat, mais la poussée de l’extrême gauche paraît plus marquée dans les tranches d’âge jeunes. Quant à la droite du gouvernement, son attractivité est plutôt stable sur vingt ans (Muxel, 2010 : 213).

Un désir affirmé de changement social pour une société plus égalitaire

18L’augmentation des formes de participation protestataire ainsi que du positionnement à l’extrémité gauche de l’échelle politique signifierait-elle que les jeunes générations seraient aujourd’hui plus critiques vis-à-vis de la société, davantage sensibles à une logique de transformation sociale et politique ? La jeunesse est souvent associée à la contestation de l’ordre établi. Des approches sociologiques ont pu noter que le potentiel de changement social se concentre chez les jeunes adultes, à la fois assez âgés pour participer à ce changement et assez jeunes pour ne pas être engagés dans une profession, une famille, une façon de vivre qui réduit cette capacité de changement (Galland 2007 : 111).

19À une question relative aux modalités de changement dans l’organisation sociale, question qui n’avait pas été posée en 1999, une nette majorité de jeunes se prononce pour une amélioration progressive de la société par des réformes (65 %), pourcentage similaire à celui des adultes en 2008 et qui reste stable au fil des enquêtes (Tableau 4). Les opposants résolus à tout changement sont de plus en plus minoritaires : 10 % en 2008, taux inférieur à celui des adultes (16 %). Mais l’évolution la plus notable concerne les adeptes de la position radicale, visant à changer toute l’organisation de la société par une action révolutionnaire, position qui concerne près du quart des jeunes en 2008, faisant plus que doubler ses adeptes par rapport à 1981 et supérieure de 10 points au taux des 30 ans et plus.

Tableau 4 : Souhait de changement dans l’organisation de la société des 18-29 ans de 1981 à 2008, et des 30 ans et plus en 2008 (% verticaux)

Changement social

1981

1990

2008

2008

30 ans et +

Il faut changer radicalement toute l’organisation de notre société par
une action révolutionnaire

11

 6

24

14

Il faut améliorer petit à petit notre société
par des réformes

66

66

65

68

Il faut défendre courageusement notre société actuelle contre tous les changements

15

23

10

16

Ne sait pas / Sans réponse

 8

 5

 1

 2

Source : Enquêtes Valeurs, Arval-Injep.

20Une telle évolution est surprenante ; on aurait pu supposer que le changement radical ait été davantage à l’ordre du jour au moment de l’arrivée de la gauche au pouvoir en 1981. Dans les années 1990, le contexte lié à la chute des régimes communistes pouvait s’accompagner du recul et du faible score de la perspective révolutionnaire constaté dans les résultats de l’enquête. Quelque vingt ans plus tard, le retour d’une option radicale se réfère sans doute, davantage qu’aux lendemains radieux de la révolution socialiste, à la perspective altermondialiste et aux différentes formes d’activisme social et politique (Jordan 2003 ; Jeanneau, Lernould 2008). En tout cas, ce résultat témoigne d’une certaine radicalité, peut-être ponctuelle, dans les opinions d’une forte minorité des jeunes générations, radicalité à la fois dans le changement social souhaité et dans les formes d’action collective envisagées. Si ces opinions n’impliquent pas forcément des pratiques, elles proposent en tout cas l’image d’une jeunesse concernée par les évolutions de notre société.

21Mais de quel idéal de société peut témoigner ce désir de changement ? Une question de l’enquête demande à la personne interrogée de choisir parmi deux opinions la plus proche de la sienne. Chacune est axée sur un modèle de société, le premier centré sur la valeur « liberté », le second sur la valeur « égalité ». Ces deux propositions sont les suivantes :

« Je trouve que la liberté et l’égalité sont également importantes. Mais s’il fallait choisir l’une ou l’autre, je considérerais que la liberté est plus importante, c’est-à-dire que chacun puisse vivre en liberté et se développer sans contrainte ».

« Certainement la liberté et l’égalité sont importantes. Mais s’il fallait que je choisisse, je considérerais que l’égalité est plus importante, c’est-à-dire que personne ne soit défavorisé et que la différence entre les classes sociales ne soit pas aussi forte ».

22La réponse « ni l’un, ni l’autre », qui apparaît dans le Tableau 5, était permise aux répondants, mais elle ne figurait pas parmi les choix prévus ; elle devait être formulée spontanément par la personne enquêtée. À l’aube des années 1980, la majorité des jeunes optent pour la liberté. En 1990 et 1999, l’écart tend à se réduire pour se renverser en 2008 : les partisans de l’égalité deviennent alors majoritaires. À chaque enquête, il n’y a sur cette question pratiquement aucune différence entre les réponses des jeunes et des adultes.

Tableau 5 : Modèle de société des 18-29 ans de 1981 à 2008, et des 30 ans et plus en 2008 (% verticaux)

Choix de société

1981

1990

1999

2008

2008

30 ans et +

Liberté

53

47

49

40

40

Égalité

35

43

41

57

57

Ni l’un, ni l’autre

 8

 7

 8

 3

 2

Ne sait pas / Sans réponse

 4

10

 2

 0

 1

Source : Enquêtes Valeurs, Arval-Injep.

23Raul Magni Berton (2009) souligne combien cette évolution, sur l’ensemble de la population française, est paradoxale. En 1981, année marquée par l’élection d’un président et d’une assemblée socialistes, mettant en avant des principes égalitaires et des projets de nationalisation, c’est la liberté qui est privilégiée dans les réponses. En 2008, dans une Union européenne limitant les interventions des États et dans une France venant d’élire un président de droite s’élevant contre l’égalitarisme, c’est l’égalité qui est mise en avant. L’évolution de l’opinion paraît donc aller à l’encontre de l’évolution politique. Alors qu’en 2008 la seconde privilégie la liberté, la première valorise l’égalité. Il semblerait ainsi que la société civile, dans l’expression de ses opinions, veuille contrebalancer les évolutions de la société politique qu’elle a mise en place. On peut supposer que l’expression de cette opinion égalitaire révèle une inquiétude croissante face aux différenciations sociales, face aux phénomènes d’exclusion et d’augmentation des inégalités que connaît notre société, notamment parmi les jeunes générations.

L’influence du niveau d’études et le clivage entre deux jeunesses

24Il importe de noter l’influence du niveau d’études sur les rapports des jeunes générations à la politique. En fonction de celui-ci, le déficit politique des jeunes n’a pas les mêmes conséquences sur leur rapport à la démocratie. Les jeunes les plus diplômés sont tout aussi critiques à l’égard de la classe politique que les jeunes qui le sont moins. Selon l’enquête Valeurs de 2008, qu’ils aient terminé leurs études au plus tard à 18 ans, pour les moins diplômés, ou au plus tôt à 22 ans, pour les plus diplômés, seuls 19 % des jeunes font confiance aux partis politiques. Mais les plus diplômés restent davantage attachés au fonctionnement et aux principes de la démocratie représentative : 52 % des jeunes qui ont fini leurs études après 21 ans ont confiance en le parlement contre 34 % des jeunes qui ont terminé avant 19 ans. Selon Gérard Grunberg et Anne Muxel, une telle dissociation révèle un paradoxe démocratique qui fonde désormais, dans les nouvelles générations, les formes d’expression de la citoyenneté (Grunberg, Muxel 2002). Certes, l’élévation du niveau d’études ne freine pas la disposition critique à l’égard de la politique ; elle induit toutefois un accroissement des valeurs universalistes et humanistes de tolérance, d’ouverture sur le monde et sur autrui qui compense le retrait politique et qui garantit un attachement au système démocratique.

25De même, contrairement à ce que l’on pourrait penser, les actions de protestations ne sont pas le fait des jeunes les plus en difficultés, mais sont davantage présentes parmi des jeunes diplômés ou appartenant aux groupes sociaux favorisés. Les résultats de l’enquête Valeurs montrent que les personnes les plus désavantagées d’un point de vue socio-économique sont les moins actives politiquement (Magni, Berton 2010). Ainsi, 57 % des jeunes les plus diplômés (fin d’études après 21 ans) ont déjà pris part à une manifestation contre 30 % des moins diplômés (fin d’études avant 19 ans). Au contraire, parmi les moins diplômés, le lien se distend avec la politique : seuls 27 % se déclarent intéressés par la politique (contre 54 % des plus diplômés). Plus abstentionnistes, plus en retrait des formes de participation protestataires, ces jeunes seraient toutefois davantage partisans de changer radicalement la société par une action révolutionnaire : 32 % contre 19 %. Ils sont plus nombreux à refuser de se situer sur une échelle politique (14 % contre 5 %) et, lorsqu’ils le font, ils se situent légèrement plus à l’extrême gauche (15 % contre 12 %).

  • 6 Nous nous référons dans ce paragraphe aux chiffres et aux tendances signalées par Anne Muxel (Muxel (...)

26Ce mécontentement des jeunes peu diplômés à l’égard de la société et de sa classe politique, cette radicalisation de leurs opinions constatées dans l’enquête Valeurs se traduisent-elles en actes dans leurs choix électoraux pour ceux d’entre eux qui votent ? Certes, les jeunes votent toujours en nombre pour les deux partis de gouvernement que sont le Parti socialiste (PS), pour la gauche, et l’Union pour mouvement populaire (UMP), pour la droite. Ce fut le cas de 44 % des jeunes sans diplôme et de 56 % des étudiants lors du premier tour de l’élection présidentielle de 20076. Mais, pour les mêmes élections, un tiers des jeunes chômeurs (32 %) et un tiers des jeunes sans diplôme et déjà au travail (33 %) ont voté soit à l’extrême gauche, soit à l’extrême droite, alors qu’à peine deux étudiants sur dix (16 %) ont fait de même. Ces signes de radicalisation se portent donc aux deux extrêmes de l’échiquier politique. Si le fléchissement général du vote en faveur de l’extrême droite est aussi présent parmi la jeunesse non diplômée (14 % en 1988 et 9 % en 2007), celle-ci vote toujours plus que la jeunesse diplômée pour l’extrême droite (3 % des étudiants en 2007). Mais la radicalisation politique d’une partie de la jeunesse se manifeste davantage à l’extrême gauche et sa poussée parmi les 18-30 ans apparaît liée au vote des jeunes particulièrement fragilisés. Parmi les électeurs de 18-30 ans n’ayant pas le Baccalauréat, le vote en faveur de l’extrême gauche augmente de 9 points entre les élections présidentielles de 1988 et de 2007 (de 5 % à 14 %), alors qu’il reste stable parmi les détenteurs du bac (8 % en 1988 comme en 2007), mais atteignant toutefois 13 % en 2007 parmi les étudiants.

27Anne Muxel a souligné combien, dans la France d’aujourd’hui, le niveau de diplôme apparaît comme un facteur politiquement discriminant, entraînant un clivage nettement plus important dans les classes d’âge jeunes que dans le reste de la population : « Le différentiel est particulièrement marqué entre les jeunes qui poursuivent des études dans l’enseignement supérieur et les jeunes qui sortent du système scolaire de façon précoce et sans diplôme » (Muxel 2010 : 39). Dans la société française, marquée par la démocratisation des études, par l’élévation du niveau scolaire et par le rôle central accordé au diplôme, le fait d’avoir un bagage scolaire reconnu participe fortement et très tôt à la réussite de l’orientation socioprofessionnelle des jeunes. A contrario, ne pas être diplômé est devenu un facteur de relégation. Dès lors, confrontés à des formes d’insertion inégalitaires, les jeunes peu ou pas diplômés rejettent une société qui elle-même tend à les exclure. Or, les travaux de sciences politiques ont bien établi les liens entre les conditions de l’intégration sociale et les modalités de l’intégration politique : « Plus les conditions d’insertion sociale et culturelle sont réunies, plus les conditions de l’insertion politique sont facilitées » (Muxel 2010 : 43).

28C’est donc parmi ces jeunes avec un faible niveau d’études que peut se creuser un rapport distancié à la politique. L’absence de formation, couplée avec des déficits sociaux, renforce un refus des principes politiques démocratiques pour réguler le vivre ensemble. La continuité du modèle démocratique n’est donc pas induite par le renouvellement générationnel : l’éducation est en fait le réel enjeu pour la stabilité de ce modèle (Grunberg, Muxel 2002). Reste à savoir, dans cet enjeu pour les politiques publiques, quels peuvent être les lieux, les contextes institutionnels et les modalités d’action qui pourraient permettre de remédier à ce déficit de citoyenneté, entre le rôle central attribué à l’école, la place des associations ou des conseils de jeunes au sein du quartier ou de la commune, ou encore des dispositifs institutionnels promouvant la participation et le volontariat (Becquet 2009 ; Roudet 2005).

Notes

1 Treize pour cent des 18-29 ans s’abstiennent aux deux tours de l’élection présidentielle et 51 % aux deux tours des législatives.

2 Les résultats de la dernière enquête Valeurs pour l’ensemble de la population française ont fait l’objet de deux publications (Bréchon, Tchernia 2009 ; Bréchon, Galland 2010), voir aussi http://valeurs-france.fr. Un livre dirigé par Olivier Galland et Bernard Roudet, relatif aux résultats pour les jeunes Français, est en préparation.

3 Selon l’enquête sur les pratiques culturelles des Français de 2008, pour la première fois depuis l’arrivée de la télévision dans les foyers, le temps que les jeunes lui consacrent a diminué. La proportion d’auditeurs quotidiens de la radio, comme la durée d’écoute hebdomadaire, est nettement en baisse parmi les jeunes. Enfin, la lecture quotidienne de journaux payants continue à diminuer, particulièrement chez les jeunes générations. Toutefois, la presse gratuite et la presse en ligne sont davantage lues par les jeunes que par les adultes (Donnat 2008).

4 Nous avons établi une liste descriptive des principaux mouvements protestataires lycéens et étudiants qui se sont déroulés en France entre 1968 et 2008. Sur quarante ans, une vingtaine de mouvements ont été recensés sachant que cette liste n’intègre pas les émeutes urbaines qui ont affecté les banlieues françaises depuis le début des années 1980 (Roudet 2009).

5 La participation a une organisation politique, quant à elle, ne concerne, selon l’enquête Valeurs de 2008, que 3 % des jeunes Français.

6 Nous nous référons dans ce paragraphe aux chiffres et aux tendances signalées par Anne Muxel (Muxel 2010 : 212-219).

Auteur

Chargé de recherche à l’Institut national de la Jeunesse et de l’éducation populaire, Injep (www.injep.fr), établissement public du ministère chargé de la jeunesse (Paris). Il travaille sur les valeurs, les comportements et les modes de vie des jeunes, en France et en Europe, principalement sur leurs rapports aux valeurs démocratiques. Il a dirigé plusieurs livres, notamment : Les jeunes Européens et leurs valeurs. Europe occidentale. Europe centrale et orientale, La Découverte, coll. « Recherches », 2005 (avec Olivier Galland), ainsi qu’un ouvrage de synthèse sur la situation des jeunes Français : Les Jeunes en France, Presses de l’université Laval - Injep, coll. « Regards sur la jeunesse du monde », 2009.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540