Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Les politiques de la jeunesse au Royaume-Uni et en France

 | 
Sarah Pickard
, 
Corinne Nativel
, 
Fabienne Portier-Le Cocq

Introduction

Sarah Pickard, Corinne Nativel et Fabienne Portier-Le Cocq.

Texte intégral

1Au xxie siècle, la jeunesse est très souvent associée à des représentations et des connotations négatives. C’est particulièrement le cas au Royaume-Uni et en France où, si l’on se fie au discours politique, aux médias et à l’opinion publique, les jeunes formeraient une génération désœuvrée et dangereuse qui menacerait l’ordre social (Roche et al. 2004 ; Bonelli 2007 ; Bordes 2007 ; Barnardo’s 2008 ; Furlong 2009 ; Muncie 2009). Les thèmes récurrents sont, par exemple au Royaume-Uni, la violence et la délinquance des jeunes (Muncie 2009 ; Pickard 2009a, 2009b), les incivilités (France 2009 ; Bell 2009, 2011), les grossesses adolescentes (Portier-Le Cocq 2009), l’hyperalcoolisation (Plant, Plant 2006, Pickard 2009b), ou encore l’inactivité et le chômage (Bradley, Hickman 2004 ; Furlong, Cartmel 2006). En France, les jeunes des banlieues font souvent la une (Vulbeau 2001 ; Le Goaziou et al. 2006). Les préoccupations portent tout particulièrement sur la violence dans les cités (Portier-Le Cocq 2008), le mal-logement (Fondation Abbé Pierre 2011), la faible participation à la vie sociale (Cicchelli et al. 2004) ainsi que sur le chômage et la précarité (Nativel 2011a). Ainsi, le discours et les représentations oscillent entre la diabolisation et la victimisation.

2Lorsqu’il est question de jeunesse, force est de constater que les références positives se font bien plus rares. La participation des jeunes à la société civile, le bénévolat ou d’autres dispositifs de citoyenneté tel que le service civil volontaire en France (Cicchelli 2008 ; Becquet 2009) sont rarement évoqués dans le discours politico-médiatique. La participation électorale des jeunes retient certes l’attention, mais c’est surtout en lien avec sa baisse ou sa faiblesse relative (Pickard 2005 ; Marsh 2006 ; Muxel 2010). La participation aux mobilisations sociales et aux mouvements protestataires est, quant à elle, généralement considérée comme un acte négatif alors qu’elle remet en cause les théories concernant l’apathie et la désaffection politique de cette génération.

3En somme, le plus souvent, les jeunes sont jugés soit déviants, soit irresponsables par les pouvoirs publics britanniques et français et les politiques de jeunesse visent avant tout à normaliser et à discipliner leurs comportements en vue d’encourager leur socialisation. Ceci s’effectue soit par le biais de la moralisation – notamment des parents considérés comme « démissionnaires » – soit par une intervention accrue des forces de l’ordre.

4Si l’on s’attarde sur les formes prises par les dispositifs publics des deux côtés de la Manche depuis la fin des années 1990, on constate une configuration relativement similaire reflétant une importante tension entre répression et accompagnement. Au Royaume-Uni, les gouvernements néotravaillistes de Tony Blair (1997-2007) ont mis en œuvre de nombreuses mesures en vue de réduire les comportements qualifiés d’« antisociaux » tout en encourageant l’augmentation de la participation citoyenne. Par exemple, le gouvernement blairiste avait insisté sur l’importance d’inculquer un sentiment d’appartenance citoyenne et avait commandité le rapport Crick (2008) sur ce sujet. Ces préconisations se sont traduites par l’introduction en 2002 d’enseignements à la citoyenneté dans les écoles.

  • 1 Selon les propos du député UMP Eric Ciotti à l’origine de cette proposition faite en juillet 2011 d (...)

5De la même manière, en France, des cours d’éducation civique, juridique et sociale ou d’éducation à la citoyenneté et aux valeurs civiques sont dispensés aux lycéens depuis 2001. Néanmoins, dans la même période, les gouvernements français ont également multiplié les mesures répressives. On constate même des tentatives pour concilier ces approches contradictoires avec notamment la proposition d’instaurer un « service citoyen » par le biais d’un encadrement militaire des mineurs délinquants dans le but de leur « inculquer des savoirs, un savoir-faire et un savoir-être »1.

6Les réponses gouvernementales aux émeutes urbaines qui ont éclaté en août 2011 dans certains quartiers défavorisés de Londres et d’autres grandes villes britanniques sont une parfaite illustration de ce double mouvement entre, d’une part, l’injonction aux familles à discipliner leur progéniture pour en faire de « bons citoyens », et d’autre part, l’intensification des forces de l’ordre et de l’appareil judiciaire. Selon Kenneth Clarke, secrétaire d’État à la Justice du gouvernement de coalition de David Cameron en 2011, l’irruption des émeutes serait due à l’inadaptation du système pénal et à la reproduction en Grande-Bretagne d’une underclass constituée de jeunes « sauvageons » (Pickard 2012). On note à cette occasion la prolifération du qualificatif « feral » (féral) dans le discours politique sur la jeunesse britannique. Quelques années auparavant, en France, les émeutes de 2005 dans certaines zones urbaines sensibles avaient suscité une forte réprobation et des métaphores controversées de la part de celui qui s’apprêtait à devenir chef de l’État, Nicolas Sarkozy. Son appel à nettoyer la cité des 4000 de La Courneuve au « Kärcher » s’était apparenté, selon le sociologue Michel Wieviorka, à une insulte, un sentiment beaucoup plus grave que l’absence de reconnaissance. Il marque donc un moment fort de la dégradation du lien entre les jeunes des quartiers sensibles et la politique (Leprince 2011).

7Mais quelle est donc cette jeunesse qui suscite tant d’émois ? La jeunesse, soit la période qui se situe entre l’enfance et l’âge adulte, est une construction sociologique et non pas un fait biologique (Frith 1984, 2005 ; Côté 2006 ; Furlong, Cartmel 2007 ; Galland 2009). Pour les sociologues, la jeunesse est une phase de transition, sans bornes chronologiques fixes, vers l’autonomie et l’indépendance caractérisée par diverses étapes telles que la fin des études, l’obtention d’un emploi rémunéré, l’accession à un logement et la vie en couple (Frith 1984 ; Galland 2009). Depuis deux décennies environ, cette transition vers l’âge adulte a considérablement changé (Kehily 2007 ; Van de Velde 2008). Le chemin vers l’autonomie est désormais de plus en plus long et de moins en moins linéaire (Cicchelli 2008 ; Heinz 2009). La période de la jeunesse s’est ainsi allongée et les seuils sont plus flous qu’auparavant, au point que le terme d’« adulescence » est apparu dans les deux pays d’étude.

8Sur les plans politique et juridique, la définition de la jeunesse est également vague. Si l’âge de la majorité se situe officiellement à dix-huit ans, les seuils juridiques exprimant la fin de l’enfance varient. Ces variations ont bien entendu des incidences sur la décohabitation, la responsabilité pénale ou encore l’insertion dans la vie active et collective.

9Sur le plan démographique, les tranches d’âge utilisées au Royaume-Uni par le Bureau des statistiques nationales (Office for National Statistics – ONS) et en France par l’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) pour qualifier les jeunes diffèrent légèrement. L’ONS utilise généralement la tranche d’âge des 16-24 ans, tandis que l’INSEE fait une distinction entre celle des 15-19 ans et celle des 20-24 ans. Au demeurant, la proportion des jeunes de moins de 25 ans est quasiment identique au Royaume-Uni et en France. En 2010, elle était de 12 % au Royaume-Uni, soit 7 460 000 personnes (ONS 2011), et de 12,4 % en France, soit 7 788 281 individus (INSEE 2011).

10In fine, au Royaume-Uni comme en France, le terme « les jeunes » est difficile à saisir. Il ne s’agit pas d’un groupe homogène, plusieurs seuils marquant la transition vers l’âge adulte, et qui plus est, ceux-ci ne sont pas strictement similaires dans les deux pays. Le fait qu’il n’existe pas de bornes fixes pour signaler le début et la fin de « la jeunesse » constitue une contrainte méthodologique qu’il nous a semblé nécessaire de signaler au lecteur puisque les articles constituant cet ouvrage font souvent référence à des seuils d’âge variant en fonction des situations et des contextes étudiés. Toutefois, dans l’ensemble, l’ouvrage traite principalement des jeunes de 16 à 25 ans. Il constitue le prolongement de travaux collectifs entamés lors d’un colloque franco-britannique intitulé « Jeunesse et politique(s) au Royaume-Uni et en France aujourd’hui » qui s’est tenu à Paris, en septembre 2010. Cette manifestation a rassemblé de nombreux chercheurs et spécialistes de la jeunesse des deux côtés de la Manche. Trois thèmes majeurs se sont dégagés pour former la trame d’un questionnement sur les liens entre les jeunes, la politique et les politiques de jeunesse au xxie siècle.

11L’objectif du livre est de dépasser la stigmatisation et les représentations négatives vis-à-vis des jeunes que nous avons évoquées précédemment, afin d’appréhender ces questions à travers une démarche à la fois méthodique et critique dont l’objectif est de saisir dans quelle mesure les politiques publiques sont susceptibles ou non de résoudre le problème de la désaffection politique de cette génération dans les deux pays étudiés. Il s’agit par conséquent de mettre en lumière les évolutions des liens entre les jeunes et la politique d’une part, et les mutations des politiques de jeunesse d’autre part. Ainsi, la première partie de l’ouvrage part d’un constat, celui d’une désaffection de l’engagement politique traditionnel principalement par le biais de la participation électorale et d’un fossé grandissant entre les jeunes et les représentants politiques, pour développer l’argumentaire suivant : dans les deux pays, on constate qu’il existe une confrontation de deux principaux types de politiques de jeunesse. Il s’agit, d’une part, d’un volet « punitif » qui fait appel à des dispositifs publics fondés sur la stigmatisation et le contrôle social, c’est-à-dire sur des valeurs négatives et des pratiques répressives. Ce volet est abordé dans la deuxième partie de l’ouvrage. L’autre versant correspond à un « tournant » en matière de politique de jeunesse. Il se caractérise par des dispositifs cherchant à promouvoir la citoyenneté et la participation à la vie publique afin de susciter un renouvellement des formes et des modalités de l’engagement politique. Ce volet axé sur l’accompagnement constitue la troisième et dernière partie du livre. L’objectif n’est pas de chercher à évaluer lequel des deux pays a le mieux réussi sa mutation vers cette nouvelle approche axée sur la citoyenneté, mais de mettre en évidence les principales tensions et contradictions qui la caractérisent ainsi que son potentiel et ses limites. Les expériences et dispositifs étudiés ne peuvent être compris qu’à la lumière des nombreux facteurs sociaux, politiques, culturels et institutionnels qui s’inscrivent dans un cadre national, d’où l’intérêt de ce regard croisé entre le Royaume-Uni et la France.

12Certes, les deux pays représentent deux modèles d’État-providence très différents. Dans le modèle corporatiste qui caractérise la France, l’aide sociale aux moins de vingt-cinq ans s’opère essentiellement par le système d’allocations familiales, tandis que le modèle libéral britannique pousse à une individualisation et une décohabitation plus précoces, désolidarisant ainsi les familles. On peut donc émettre l’hypothèse que ces modèles mènent à des divergences en matière de citoyenneté juvénile. Cependant, la crise économique et financière qui a éclaté en 2008 laisse apparaître d’importantes convergences. En effet, les répercussions sur le chômage et l’insertion professionnelle sont tout aussi néfastes au Royaume-Uni qu’en France puisqu’en 2011, plus de 20 % des jeunes de moins de 25 ans sont sans emploi dans ces deux pays. De manière générale, à l’échelon international, les jeunes sont les plus touchés par la crise économique, ce qui en janvier 2011, avait amené l’ancien Premier ministre britannique Gordon Brown à demander au G20 de se préoccuper de cette question et de faire du chômage des jeunes une priorité, estimant qu’il s’agissait là d’une « bombe à retardement » (Nativel 2011 : 98). Aussi, le renouveau de la citoyenneté doit également être appréhendé dans le cadre d’un sursaut qui amène la jeunesse mondiale à formuler de nouvelles revendications de justice sociale.

13La première partie de l’ouvrage est consacrée aux relations entre la jeunesse et les partis politiques et se compose de trois articles. Bernard Roudet aborde le thème des jeunes Français et de leurs relations avec la politique en s’appuyant sur l’enquête de 2008 menée par I’Institut national de la jeunesse et de l’éducation populaire (lnjep) sur les valeurs des jeunes (http://valeurs-france.fr). L’étude dévoile deux grandes tendances : une importante dépolitisation et une désaffection pour les structures politiques classiques. La participation politique est faible lorsqu’elle reste conventionnelle – le passage aux urnes – mais forte dans des formes protestataires. On constate également que le clivage droite/gauche fait toujours sens et que le positionnement politique est moins orienté à gauche et davantage aux extrêmes. À partir de ces résultats, l’auteur montre que les rapports entretenus entre les jeunes et la politique sont fortement déterminés par leur niveau d’études, et que ce sont les jeunes dont le niveau d’études est faible qui développent un rapport distancié à la politique. Trois sociologues britanniques (Marsh, O’Toole, Jones 2007) aboutissent à des conclusions similaires pour les jeunes au Royaume-Uni en montrant qu’ils ne sont pas apathiques mais plutôt aliénés, dans la mesure où la notion de participation est définie par les institutions dominantes de manière très étroite et « top down ».

14Le deuxième article de Jeremy Tranmer porte sur les jeunes militants du parti travailliste au Royaume-Uni. Pendant les années 1980 et 1990, ces Young Socialists luttent activement contre le parti conservateur. Mais ils se montrent aussi très critiques à l’égard des dirigeants du parti travailliste – trop peu à gauche à leur goût – et sont donc source d’ennuis pour ces derniers. Cette situation conflictuelle entre la direction du parti et les jeunes militants se transforme par la suite avec l’arrivée au pouvoir de Tony Blair en 1997 dans un nouveau contexte politico-économique. Au cours de son premier mandat, les Young Socialists changent de nom pour devenir les Young Labour ; dans la foulée, ils changent de position pour apporter un soutien fidèle à la direction du parti. Toutefois, en dépit de quelques rares efforts, le parti travailliste mené par Tony Blair, Gordon Brown puis, depuis 2010 par Ed Miliband, ne semble pas investir davantage dans sa jeunesse militante. Ainsi, une importante désaffection apparaît au xxie siècle. Celle-ci se traduit par une diminution du nombre et de la proportion de jeunes militants chez les travaillistes. Nous constatons le même manque d’investissement vis-à-vis des jeunes militants au parti conservateur (Pickard 2007) et ce schéma existe aussi en France, à droite comme à gauche du monde politique (Bargel 2009 ; Muxel 2010).

15Les récentes tentatives du parti travailliste britannique pour attirer de nouveaux militants et votants parmi la population juvénile trouvent un écho dans le troisième article rédigé par Agnès Alexandre-Collier. L’auteure analyse la manière dont depuis 2005, le parti conservateur britannique a cherché à renouveler son image dans l’espoir d’attirer le vote des jeunes. Par le biais de David Cameron, le chef du parti, les conservateurs tentent de moderniser et de rajeunir l’idéologie, la communication et la ligne politique du mouvement pour plaire aux jeunes. La jeune génération serait, dans son ensemble, à la recherche d’un nouveau répertoire politique distinct de celui de ses aînés. Pour l’auteure, si David Cameron veut refléter et véhiculer une image positive de la jeunesse, le parti conservateur garde ses traditions conservatrices. En effet, les politiques sont encore plus répressives qu’auparavant, ce qui risque de dissuader certains jeunes de voter pour le parti conservateur, ou de voter tout simplement et, en conséquence, d’accentuer leur désaffection pour la politique. Lucie Bargel (2009) a constaté qu’en France, les partis politiques ont également essayé de rajeunir et de moderniser leur image afin d’attirer le vote des jeunes.

16La deuxième partie de l’ouvrage traite de la délinquance et de la répression dans les politiques de jeunesse. Nathan Hughes analyse l’aliénation ressentie par certains jeunes dans leur quartier en posant la question de savoir si elle est le résultat du comportement « intolérable » des jeunes, ou de « l’intolérance » de la part des adultes qui vivent dans le même quartier. En examinant les représentations médiatiques des jeunes, ainsi que les politiques gouvernementales de 1997 à 2010, l’auteur en conclut qu’il est important pour les adultes d’impliquer les jeunes dans la vie des quartiers afin de résoudre les problèmes posés par des incivilités devenues socialement intolérables. Punir et réprimer les jeunes n’est pas la solution, selon l’auteur. Cet argument est également débattu en France (voir par exemple, Goasguen, Rosenczveig 2010).

  • 2 La présomption juridique qu’un individu ne peut pas avoir l’intention de commettre un crime en rais (...)

17Les incivilités peuvent dégénérer en délinquance juvénile. C’est le thème abordé par Elizabeth Gibson-Morgan qui offre une analyse comparative détaillée des politiques répressives vis-à-vis des jeunes au Royaume-Uni et en France. Elle fait le constat que les deux pays adoptent des définitions juridiques très différentes du jeune et du doli incapax2. En revanche, ils ont tous les deux recours à des politiques de plus en plus punitives. Selon l’auteure, il serait nécessaire que les systèmes juridiques britannique et français respectent davantage la Convention des Nations unies sur les droits de l’enfant de 1989, afin de fournir une réponse juridique plus adéquate pour aider les jeunes en difficulté.

18La sévérité du système judiciaire envers les jeunes au Royaume-Uni est également le thème central du dernier article figurant dans cette partie. Emma Bell étudie dans quelle mesure le nouveau gouvernement britannique de coalition pourrait inverser la tendance très répressive qu’avait adoptée le gouvernement travailliste précédent. Toutefois, bien que la coalition ait adopté une rhétorique moins punitive que celle de son prédécesseur, Tony Blair, au début de son mandat, il semble qu’en raison de la crise économique et du contexte idéologique, sa politique pénale vis-à-vis des jeunes demeurera de la même veine que celle des travaillistes, et pourrait même empirer.

19La troisième partie est consacrée à la question de savoir comment encourager et valoriser la participation des jeunes à la vie publique. Il s’agit en particulier d’identifier les types de dispositifs favorisant la participation au niveau local – en particulier au niveau des quartiers – et au sein des institutions. C’est à partir d’enquêtes sociologiques faisant appel à des méthodes qualitatives et quantitatives que les cinq articles de cette dernière partie s’attachent à fournir des réponses à ces questions.

20Pauline Beunardeau montre que dans la France des années 1980, la figure du « grand frère » s’est extirpée des cités pour devenir un symbole des politiques émergentes en matière de prévention de la délinquance. À partir des données d’une enquête menée dans la commune de Saint-Denis en 2007-2009, l’auteure apporte un éclairage sur le « mystère politique » que constitue l’apparition des « grands frères » dans un pays qui historiquement rejette le communautarisme. Elle aboutit à la conclusion que les espoirs portés par la politique des « grands frères » ne se sont guère transformés en un dispositif convaincant et que celui-ci est, en définitive, perçu comme un échec.

21Toujours en France, une des mesures annoncées suite aux émeutes urbaines de l’automne 2005 a été la création d’un service civil volontaire à destination des 16-25 ans. Il a pour objectifs de favoriser l’insertion professionnelle des jeunes et d’encourager leur engagement, en leur proposant de réaliser des missions d’intérêt général et de suivre une « formation aux valeurs civiques ». L’article de Valérie Becquet s’intéresse à la dimension citoyenne de ce dispositif en étudiant son éventuelle contribution à la socialisation politique des volontaires. L’auteure s’appuie sur les données d’une enquête quantitative longitudinale réalisée en 2008 et 2009 auprès des volontaires de l’association Unis-Cité pour chercher à comprendre dans quelle mesure l’expérience volontaire permet d’acquérir des connaissances et des compétences utiles à l’exercice du métier de citoyen. Les résultats de cette enquête montrent que le service civil volontaire a un effet sur l’intégration politique des jeunes. Il renforce la connaissance des institutions et améliore la compréhension des faits sociaux. Cependant, il ne suscite pas nécessairement l’adhésion à l’ordre politique existant.

22Annabelle Allouch propose quant à elle un regard comparatif sur les dispositifs d’ouverture sociale lancés dans l’enseignement supérieur depuis les années 2000 en France et en Angleterre. Ceux-ci reposent sur le postulat de la légitimité de l’intervention des universités d’élite dans la lutte pour l’égalité des chances et l’accès de jeunes issus de milieux défavorisés dans le supérieur. L’article tente d’éclairer l’impact de cette intervention, à la fois sur le traitement des inégalités sociales et scolaires qu’elle promeut dans l’espace public et sur la définition des missions de ces institutions du supérieur, initialement chargées de former les élites nationales. L’analyse repose sur une enquête ethnographique menée dans deux Grandes Écoles françaises et une université anglaise : l’Université d’Oxford. L’auteure pointe une importante contradiction : si les politiques d’ouverture sociale contribuent à la diffusion d’une nouvelle interprétation de la mobilité sociale des jeunes issus de milieux populaires sur la base de la prise en charge des individus « à potentiel », celles-ci marquent surtout le retrait progressif de l’État-providence en matière d’éducation. Ce retrait délègue de facto aux universités la prise en charge des missions de l’État envers les élèves de milieux populaires, au nom d’une responsabilité sociale des élites à l’égard de la société.

23L’article de Tom Cockburn et Frances Cleaver s’intéresse à l’engagement des jeunes dans les « mécanismes démocratiques » en Angleterre. Il souligne le potentiel et les limites de ces mécanismes lorsqu’il s’agit d’intégrer la parole des jeunes. À travers quatre études de cas contrastées, cet article examine les représentations que les jeunes se font de la démocratie et leurs attitudes face à la « citoyenneté active » au sens large. La majorité des jeunes répugnent à s’engager auprès d’institutions formelles. Ils justifient ce désengagement par une série d’arguments. Ils invoquent tout d’abord leurs expériences passées très négatives de la « démocratie », qu’il s’agisse d’expériences faites en milieu scolaire, auprès de figures d’autorité comme la police et les collectivités locales, ou encore au sein de leur propre famille. Deuxièmement, les espaces pour participer à la citoyenneté et à la démocratie ne leur conviennent pas. Enfin, en Angleterre, le modèle de démocratie axé sur la représentation n’encourage pas la citoyenneté directe et participative, mais un simple rôle passif du vote. Lorsque les jeunes constatent que les adultes ne les ont effectivement pas écoutés et qu’ils n’ont pas pris en compte leurs opinions, une forme de cynisme envers la démocratie se dégage. Les jeunes consultés dans le cadre de l’étude partent du principe que leurs opinions ne font aucune différence et que le choix entre les partis politiques est très limité.

24L’article de Linda Milbourne qui clôt l’ouvrage s’appuie sur une étude empirique de structures associatives travaillant avec des jeunes Britanniques âgés de 14 à 19 ans dans les quartiers défavorisés. L’objectif de l’étude était de comprendre si l’insistance sur le localisme et les projets menés par les jeunes marque une véritable transition vers des services plus à l’écoute des jeunes et une amélioration des espaces qui leurs sont offerts. L’article plaide pour une meilleure compréhension des complexités, y compris des obstacles pour impliquer les jeunes les moins engagés, et met en évidence la puissante dynamique institutionnelle qui caractérise les espaces d’expression et de militantisme juvéniles. En imposant un certain nombre de contraintes, notamment d’ordre administratif, l’appareil institutionnel court le risque de produire des effets démobilisateurs sur les jeunes.

25En définitive, l’ouvrage met en évidence un certain nombre d’ambiguïtés, de tensions et de contradictions au sein des politiques de jeunesse au Royaume-Uni et en France. Nous constatons que dans les deux pays, les politiques publiques oscillent entre des mesures visant à favoriser le bien-être et le développement des jeunes et celles qui punissent tout comportement considéré comme antisocial. Il ressort des articles que ce volet « punitif » axé exclusivement sur les incivilités et la délinquance juvénile est très clairement inadapté pour répondre à la problématique de la désaffection et du désengagement politique. Les conclusions qu’apportent les auteurs donnent plutôt à penser qu’il aggrave nettement le phénomène en dissuadant la participation à la vie politique du pays.

26Nous avons pu identifier un certain nombre de mesures d’accompagnement et d’encadrement des jeunes vers la citoyenneté qui correspondent à un tournant dans les politiques de jeunesse. Si ces mesures font parfois appel à des innovations sociales et semblent prometteuses, elles ne suscitent néanmoins pas un consensus écrasant. Dans ce livre, tous les auteurs s’accordent pour en montrer les limites résultant de défauts de conception ou de mise en œuvre.

27En tout état de cause, les perspectives qui se dessinent dans la seconde décennie du xxie siècle viennent nuancer les expériences analysées dans cet ouvrage. En effet, les plans d’austérité qui frappent les deux pays depuis 2010 signifient que de nombreux dispositifs ont subi d’importantes coupes budgétaires, tandis que d’autres ont été totalement supprimés. Au Royaume-Uni, ces réformes ont touché l’enseignement supérieur avec des coupes budgétaires entraînant l’augmentation des frais d’inscription universitaire, l’abolition de la bourse d’études (Education Maintenance Allowance) pour les jeunes âgés de 16 à 18 ans issus de milieux défavorisés, ainsi que la refonte du service d’accueil, information et d’orientation jeunesse connu sous l’appellation Connexions et du service jeunesse (Youth Service). En France, le Haut commissariat à la jeunesse qui avait été institué en janvier 2009 a été dissous au bout d’un an et les dispositifs tels qu’« Envie d’Agir » ou le Revenu de solidarité active (RSA) pour les jeunes ont également subi des coupes importantes. Dans ce contexte de retrait de l’État-providence sur fond de crise économique et financière, la jeunesse est dorénavant considérée comme « déclassée », « désœuvrée », « perdue », et même « sacrifiée » (Chauvel 1998 ; Peugny 2009 ; Howker, Malik 2010). Il n’est donc guère étonnant que la seconde décennie du xxie siècle soit marquée par un renouveau de la contestation sociale au sein de cette génération. Ces nouvelles formes de militantisme se substituent aux anciennes allégeances aux partis politiques tout en battant en brèche les dispositifs citoyens pilotés par les institutions gouvernementales. Celles-ci montrent surtout que les jeunes Britanniques et Français aspirent à une autonomie et à une participation accrues dans des sociétés où l’insertion et l’épanouissement par le travail rémunéré sont de plus en plus précaires et incertains.

28Par conséquent, il nous semble important et urgent qu’au Royaume-Uni comme en France, les chercheurs en sciences sociales s’interrogent sur les nouvelles formes de mobilisation au sein de la jeunesse et leur impact sur les politiques publiques.

Notes

1 Selon les propos du député UMP Eric Ciotti à l’origine de cette proposition faite en juillet 2011 devant être débattue à l’Assemblée nationale à l’automne 2011 pour une application dès janvier 2012.

2 La présomption juridique qu’un individu ne peut pas avoir l’intention de commettre un crime en raison de son jeune âge.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2012

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540