Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

III. En quête d’un ailleurs : paroles et écritures de la migration

"Canada is a fine country, you know, stupid in some ways, but it’s a fine country1 "  : imaginer l’"autre Amérique" dans les récits de vie des exilés du nazisme au Canada

Patrick Farges

Résumé

The forced migration of refugees from National Socialism brought to Canada a small but particularly complex wave of 5,000 to 6,000 German-speaking migrants who had been forced to leave Europe on political, religious and/or racial grounds. Stigmatised and socially excluded in the old homeland, these exiles experienced loss and rupture, but also complex mechanisms of acculturation and the recomposing of identity. Their personal narratives testify to the complexity of the adaptation process.

Texte intégral

  • 1 Entretien de l’auteur avec Daniel Iggers, Toronto, le 24 avril 2003. Les citations de l’anglais et (...)

1Daniel Iggers possède la double nationalité, canadienne et états-unienne. C’est un immigrant de la «  deuxième génération  », fils de deux émigrés juifs germanophones arrivés en Amérique du Nord dans les années 1930. Son père est le grand historien et historiographe juif allemand Georg G. Iggers, dont la famille a fui l’Allemagne au milieu des années 1930 peu après l’arrivée au pouvoir d’Adolf Hitler pour aller vivre dans le sud des États-Unis. Sa mère, Wilma Abeles-Iggers, est, quant à elle, originaire des Sudètes, région majoritairement germanophone rattachée à l’hybride Tchécoslovaquie créée à l’issue de la Première Guerre mondiale. La famille de Wilma s’est installée dans la région de Hamilton (Ontario) en 1939, après que les Accords de Munich avaient anéanti les perspectives d’avenir de cette famille juive. Wilma et Georg se sont rencontrés à Chicago dans les années 1940. Aujourd’hui, à plus de 80 ans, ils continuent de faire l’aller-retour entre leur résidence de Buffalo (État de New York) et celle de Göttingen (Allemagne), tout en traversant régulièrement la frontière canadienne pour rendre visite à la nombreuse famille de Wilma. Ils ont eu trois fils, qui ont chacun adopté une posture identitaire propre, synthèse de leurs sentiments d’appartenance à l’Allemagne, au Canada, aux États-Unis et à la diaspora juive. La phrase de Daniel, le cadet, seul à résider au Canada, rend bien le sentiment mêlé et ambigu que l’on peut éprouver à comparer les deux «  Amériques  », non pas du Sud et du Nord, mais L’Amérique (celle que les immigrants italiens appelaient «  Lamerica  »  ; voir Gabaccia, 2000) et cette «  autre  » Amérique qu’est le Canada. «  Canada is a fine country, you know, stupid in some ways, but it’s a fine country  »  : on y est bien, mais le pays ne fait pas rêver  ; on en défend le modèle sociétal, mais on n’en comprend pas toujours le fonctionnement.

  • 2 Sur ce point, voir notamment Eakin, 1999.

2La migration forcée due à la mise en place du régime nazi en Allemagne et à son extension en Europe a conduit environ 5 000 à 6 000 personnes de langue allemande, menacées en raison de leur appartenance raciale, religieuse ou politique, à trouver refuge au Canada. Cette translation géographique, culturelle et sociale vers différents pays d’accueil est couramment appelée «  exil  ». Après avoir longtemps privilégié les personnalités culturelles et politiques, les études sur l’exil se sont recentrées sur «  l’exil des gens ordinaires  » (Benz, 1991) et sur les processus d’intégration car, bien souvent, la terre d’exil est devenue société d’accueil au fil des années. Le présent article s’inscrit dans le cadre d’une recherche achevée portant sur l’acculturation au Canada de ces exilés, c’est-à-dire sur l’adaptation de normes, valeurs et pratiques culturelles qu’entraîne la migration (Farges, 2006). Dans le cadre de ce projet, nous avons procédé depuis 2002 à une trentaine d’entretiens approfondis d’histoire orale. Ces sources directes ont été complétées par la collecte, dans des fonds d’archives publics ou privés, de diverses sources écrites à caractère autobiographique  : mémoires, correspondances et autres «  ego-documents  ». S’il est nécessaire de tenir compte des problèmes liés à la fiabilité de ces sources, l’intérêt du corpus est peut-être justement de déplacer le regard vers les stratégies narratives mises en œuvre et d’essayer d’en comprendre les raisons2.

3Notre article a pour objet de présenter les stratégies qui expliquent ex post pourquoi on a fait sa vie au Canada, ce «  second best  » par rapport aux États-Unis (ou par rapport à Israël dans le cas des exilés juifs). Comme toute migration en effet, l’exil des personnes fuyant le nazisme comporte toujours une dimension comparative entre «  ici  » (le Canada) et «  là-bas  » (l’Allemagne ou l’Autriche), fût-elle implicite  : «  La situation de l’émigrant, du migrant, de l’immigrant est une situation de va-et-vient entre un pays de départ et un pays d’accueil et elle invite donc les intéressés et ceux qui les voient partir à dresser des comparaisons  » (Green, 1990  : 1335). Mais la comparaison a également lieu entre «  ici  » et les autres destinations envisagées au moment du départ, au premier rang desquelles les États-Unis. L’exil au Canada se prête donc à une analyse par pays d’accueil, où la comparaison avec les autres destinations est au moins implicite. Le cas de l’exil aux États-Unis, particulièrement bien documenté, constitue un horizon de référence pour l’étude du cas canadien. À ce titre, l’exemple canadien représente une variation intéressante sur le thème de l’exil vers l’«  Amérique  ». Recherche d’une cohérence biographique, déplacement des cartes mentales et ajustements émotionnels sont alors les éléments – réels ou imaginaires – d’une renégociation identitaire symbolique entre une Amérique et l’autre.

«  Second best  » et destination «  accidentelle  »

  • 3 Au Canada, huit camps ont accueilli les exilés internés entre 1940 et 1943 : le camp A à Farnham (Q (...)

4Un grand nombre d’exilés arrivés au Canada avaient initialement eu l’intention de trouver refuge aux États-Unis, mais ils se sont heurtés au système des quotas et des listes d’attente (Collomp et Groppo, 2000  : 1-8). Bien sûr, la politique canadienne d’accueil des réfugiés, juifs en particulier, fut tout aussi, sinon plus, restrictive (Abella et Troper, 2000). En règle générale toutefois, ces derniers ne le savaient pas. Ceux qui réussirent malgré tout à s’exiler au Canada devinrent donc ces «  immigrants accidentels  » que décrit Paula J. Draper dans sa thèse intitulée The Accidental Immigrants : Canada and the Interned Refugees (1983). Dans ce travail, l’historienne évoque notamment la trajectoire des Camp Boys, ces réfugiés internés au printemps 1940 par la Grande-Bretagne en tant que «  ressortissants d’un pays ennemi  » (enemy aliens), puis transférés dans des camps d’internement au Canada et en Australie où ils sont restés enfermés de longs mois3. Échoués au Canada «  par hasard  » et sans l’avoir anticipé, les exilés ont dû réajuster leurs attentes et leurs cartes mentales. Les États-Unis ont continué de représenter pour eux un horizon comparatif primordial, l’exemple omniprésent d’une autre trajectoire possible, souvent informée par les vies parallèles de cousins ou d’amis qui y avaient trouvé refuge. Rappelons à titre de comparaison que les États-Unis ont accueilli, entre 1933 et 1939, environ 140 000 exilés du nazisme. Le voyage au Canada a donc cela de particulier qu’il s’agit d’un voyage vers l’autre Amérique, celle à laquelle les migrants n’avaient pas pensé avant le départ. La plupart des récits de vie – et, au-delà, nombre de témoignages concernant le Canada – font apparaître le Canada comme un «  second best  », après les États-Unis. Le Canada fut, certes moins que l’Amérique latine ou Shanghai – qui furent des solutions d’ultime recours – un lieu d’exil de second choix par rapport à une destination idéale, les États-Unis.

  • 4 Archives du Congrès juif canadien, Montréal, Collections UJRA, Série Bc « Internés », Dossier Alfre (...)

5Les déclarations en ce sens ne manquent pas. En 1942, Trudy Adler, installée aux États-Unis, écrit à un Comité d’aide aux réfugiés, le Canadian Central Committee for Interned Refugees (CCIR), afin que son frère, Alfred Adler, soit libéré du camp d’internement canadien dans lequel il se trouve depuis bientôt deux ans : «  [W]e are most anxious to have Alfred join us here in America or at least have him released in Canada, we would much rather have this then [sic] see him go back to Europe where there is no one of our family left4.  »

6Cette même idée de pis-aller se retrouve dans les récits de vie. On aurait en effet pu s’attendre à ce que les exilés, soucieux de donner une cohérence à leur parcours, trouvent a posteriori des arguments pour justifier leur arrivée au Canada. Mais il n’en est rien  : ils en accentuent au contraire le caractère fortuit. En 1988, Gerry Waldston déclarait en entretien :

I did not want to return to Britain because I felt nothing but betrayal and second-class citizenship under their rule […]. To return to Germany was out of the question and the U.S. didn’t want me, so there were really no choices but to make my way in a new country. (cité dans Jones, 1988 : 286)

7En 2001, Erwin Schild écrivait : «  Though immigration to the United States was ruled out for the time being, Canada was, at least, as close as I could get.  » (Schild, 2001  : 233) Cette constance des déclarations dans le temps est tout à fait remarquable. Elle coïncide avec le constat général des historiens canadiens de l’immigration. L’exil forcé dû au nazisme reflète ainsi plus généralement une tendance longue de l’immigration au Canada. Ainsi Harold M. Troper, spécialiste d’immigration juive, écrit-il  :

Canada was not so much a land of second chance as a land of second choice. [Immigrants] came to Canada because restrictive immigration regulations or lack of resources prevented them from reaching their first choice, usually the United States. For them, Canada was a second-best America. (Troper, cité dans Klein et Dimant, 2001 : 4)

8Le Canada apparaît donc comme ce morceau d’Amérique que l’on rejoint par défaut. L’immigration n’y est pas le résultat d’un choix, mais plutôt de la conjonction d’une forte contrainte et d’un enchaînement de circonstances. Il s’agit alors de s’en accommoder et d’adapter l’imaginaire aux contraintes migratoires  : le «  choix  » de l’individu migrant est toujours un choix fait sous contrainte.

«  Going West  » vs «  going home  »

9Pourtant, dans l’imaginaire des exilés, aller au Canada, c’était malgré tout aller vers l’«  ouest  », l’horizon de tous les possibles, et le voyage s’accompagnait d’une opération de comparaison implicite. «  Going West  » aurait dû être synonyme d’une vie meilleure, malgré les incertitudes. En contrepartie, le mouvement vers l’est – fût-ce simplement l’est canadien – était toujours déjà assimilé à un espoir de retour. Gretl (Margarete) Rabas, originaire de la région des Sudètes, se souvient qu’après avoir passé deux années difficiles sur une ferme dans les contrées les plus reculées de l’ouest canadien, son retour vers l’est, qui prit la forme d’une installation de plus de trente ans à Montréal, s’apparentait déjà pour elle à un retour vers la Heimat  :

Nous sommes montés dans le train [pour Montréal] et sommes partis vers l’est où un nouveau destin, un nouvel avenir, une nouvelle incertitude nous attendaient. Dans nos cœurs, nous pensions qu’il s’agissait là du début d’un retour vers la Heimat. (Rabas, 1993  : 57, notre traduction)

10On peut lire une description analogue sous la plume d’Elsa Scharing, qui connut un itinéraire semblable à celui de Gretl Rabas. En 1941, le voyage vers les provinces de l’est lui semble annonciateur d’un retour définitif  ; Montréal se trouve alors – géographiquement et imaginairement – «  à mi-chemin  », ainsi qu’elle l’écrit dans un manuscrit autobiographique intitulé Montreal, die Halfway Station  :

  • 5 Archives Seliger, Fondation Friedrich-Ebert, Bonn, « Treuegemeinschaft Kanada », Carton 5, Elsa Sch (...)

Montréal, l’étape à mi-chemin  : c’est ainsi qu’apparut la grande ville portuaire sur le Saint-Laurent aux premiers émigrants en provenance de l’ouest lointain qui commencèrent à y affluer en ce printemps 1941. Située à mille miles de l’océan par la voie fluviale, Montréal était un tremplin situé à mi-chemin entre notre existence de pionniers en Colombie-Britannique et notre petite patrie au cœur de l’Europe, qui restait le but ultime pour les exilés sudètes, dès que la guerre serait finie. Main Street, c’est-à-dire le Boulevard Saint-Laurent, devint vite notre point de ralliement parce qu’on y trouvait quantité de commerçants juifs qui vendaient tous les produits de tradition européenne qui nous avaient tant manqué5.

11Ce passage atteste des circulations imaginaires et réelles que les exilés ont vécues une fois arrivés au Canada. Grand pays méconnu, terme – d’abord envisagé comme provisoire – du voyage, le Canada se construit, dans l’imaginaire des exilés, avant tout comme une représentation résultant de l’interaction entre la géographie perçue et vécue – arpentée –, et les attentes et stéréotypes préexistants.

Cartes mentales et appropriation du Nouveau Monde

  • 6 Le concept de « mental map » est né dans les années 1960 chez les géographes anglo-saxons et a conn (...)

12Pour la plupart des exilés, le Canada était, au moment du départ, une destination largement inconnue. C’est pourquoi ils mentionnent souvent un Canada rétrograde, sauvage, un territoire qui reste à écrire. Cet univers de représentations provient en partie des cartes mentales que les exilés véhiculaient (des cartes héritées en particulier des récits d’aventures circulant dans l’entre-deux-guerres en Europe), mais aussi d’une opération de comparaison perpétuelle entre «  ici  » et «  là-bas6  ».

13Erwin Schild n’oubliera jamais l’instant d’étrangeté absolue où le paquebot sur lequel il se trouvait a pénétré dans l’embouchure du Saint-Laurent : «  I shall never forget sailing into the mouth of the St. Lawrence River, entranced by the eerie bleakness of Anticosti, the widest rivermouth I had ever seen, so un-European in its vast size.  » (Schild, 1981  : 43) Dans son autobiographie rédigée en 1993, Gretl Rabas revient elle aussi sur sa découverte du Canada  :

Nous pûmes nous faire une première impression des paysages canadiens. Beaucoup de terres vides et beaucoup de forêts  : voilà ce que saisissaient au vol nos yeux avides et curieux. De temps en temps, on voyait des champs, mais aucune trace d’hommes ou de maisons. (Rabas, 1993  : 41, notre traduction)

14Ces deux textes retiennent sans aucun doute certaines des impressions «  premières  » de la jeune Gretl ou du jeune Erwin découvrant le Canada depuis la fenêtre d’un wagon de train ou d’une cabine de paquebot. Mais, extraits d’un récit de vie rétrospectif, ils ont bien sûr aussi incorporé des bribes de discours circulant sur la culture canadienne et captées au cours d’une vie  : c’est ce qui les rend particulièrement intéressants ici.

15La perception que les acteurs ont du monde est organisée par les «  cartes mentales  » qu’ils véhiculent, et qui affleurent parfois dans leurs récits de vie. Si la distance géographique est mesurable, la distance psychologique imaginée ou perçue, elle, ne l’est pas  : les cartes mentales offrent alors un instrument pour tenter de la mettre en mots. Elles sont l’expression cartographique d’une représentation subjective de l’espace et donnent un accès – certes limité – aux références cognitives spatiales de l’individu, comme la structuration subjective de l’espace, ou le jeu entre exo-centrage et ego-centrage. L’arrivée au Canada était donc précédée d’une imagination du Canada, d’une préscience ou d’une pré-conscience plus ou moins détaillée. On connaît bien le mythe de l’«  Amérique  » imaginée  : l’historien des migrations transatlantiques Dirk Hoerder la définit comme «  a conglomerate of often unjustified hopes, myths, concrete pieces of information, and real improvements  » (Hoerder, 1999  : 83). Ce qui fait la force du mythe, c’est qu’il allie un «  fond de vrai  » avec un «  grand récit  » plausible et mobilisateur, auquel il est facile de croire.

  • 7 L’ouvrage de Daniel Francis, National Dreams: Myth, Memory and Canadian History (1997), propose un (...)
  • 8 Cette couleur voyante était héritée de la période wilhelminienne et marquait l’appartenance à l’Emp (...)

16En revanche, on sait beaucoup moins de choses sur la force évocatrice du Canada7. Dans deux articles déjà anciens, Karin Gürttler (1976) et Paul Goetsch (1983) analysaient l’image du Canada dans la littérature de voyage allemande, constatant que la terre hostile, la nature monstrueuse ou l’absence de culture et de civilisation en constituaient le cœur. Plus récemment, Gisela Sigrist (1995) a étendu l’analyse au xxe siècle pour aboutir aux mêmes conclusions. Il apparaît donc que la représentation du Canada dans la littérature de langue allemande, qui a alimenté, rappelons-le, l’imaginaire des exilés, est extrêmement stable, voire stéréotypée. De nombreux récits de vie font également référence au souvenir de véritables cartes, celles des mappemondes dans les écoles de l’Allemagne de Weimar ou de l’Autriche-Hongrie impériale. Le Canada y apparaît sous forme d’une grande tache rouge8, indéterminée et menaçante, aussi imposante que vide d’indications. Dans un manuscrit autobiographique, John Newmark (Hans Neumark, né en 1904 à Brême) écrit  :

  • 9 Archives nationales du Canada, Ottawa, MG30-C192 « Fonds Eric Koch », Vol. 1, Manuscrit de John New (...)

Voilà tout ce que j’avais appris à propos de ce pays au cours de mes premières années d’école  : c’était une vaste, une énorme tache rose dans mon atlas, il y avait des ours, des Indiens et des trappeurs et, bien évidemment, la Police Montée. Le fleuve principal était le Saint-Laurent et certains des Grands Lacs se trouvaient sur le territoire canadien. Ah oui, il y avait aussi les Chutes du Niagara. Si l’on m’avait demandé à l’époque quelle était la capitale du pays ou bien le nom de ses villes principales, j’aurais été incapable de répondre. Les leçons de géographie de mon école primaire à Brême (Basse-Saxe) ne s’attardaient pas trop sur cette lointaine colonie britannique9.

  • 10 Archives de l’Université du Manitoba, Winnipeg, MSS 59 « Fonds Henry Kreisel », Vol. 7, Dossier 1.

17C’est aussi ce qu’écrit en 1943 le jeune Henry Kreisel, né en 1922 à Vienne, au cours de ses études de lettres à l’Université de Toronto dans un travail sur l’œuvre du poète juif-canadien A. M. Klein  : «  Six years ago I knew little about Canada, nothing about Canadian poetry. Canada was to me a strip of territory, coloured red on the map to indicate the status of a British Dominion10  ». Gretl Rabas confirme  :

À l’école, que certains d’entre nous avaient fréquentée dans la vieille Autriche et d’autres déjà dans la Tchécoslovaquie nouvellement créée, nous avions appris que le Canada s’étendait de l’Atlantique au Pacifique, et puis cela s’arrêtait là. […] C’était un très vaste territoire qui comportait beaucoup d’espaces vides et de forêts peuplées d’Indiens. (Rabas, 1993  : 22, notre traduction)

18Ces représentations, qui avaient formaté l’imaginaire des exilés, ne leur offraient pas la possibilité de se faire une idée nuancée du pays qui les accueillait et qui ne pouvait leur apparaître que comme cette terre inhospitalière vierge de toute culture. Et il y a fort à parier que cette pré-connaissance du Canada a influé de manière déterminante sur la perception «  première  » du Canada par Gretl Rabas que nous citions plus haut. Elle ne pouvait en effet pas faire autrement que de «  reconnaître  » les paysages canadiens à l’aune des schèmes interprétatifs qu’elle avait à sa disposition  : «  Beaucoup de terres vides et beaucoup de forêts  ».

Le Canada, terra inculta

19Dans nombre de récits de vie d’exilés germanophones, l’histoire et la culture canadiennes semblent pouvoir être schématiquement résumées ainsi  : d’abord considéré comme une terra incognita, le Canada est soumis, après la «  conquête  » par les Européens, à un jugement sans appel qui en fait une terra inculta qu’il faut civiliser. Et souvent, les exilés s’attribuent en passant le rôle de «  civilisateurs  », voire de «  missionnaires  ». Observateurs de ce pays d’accueil qui les intriguait, ils ont parfois repris à leur compte l’une des idées qui circulaient dans l’après-guerre et qui faisaient du Canada une nation à venir, un géant nordique endormi prêt à s’éveiller – à condition de l’y aider. Voici ce qu’écrit l’un d’entre eux :

The war had transformed the country from a colonial backwater of the British Empire into a modern nation. We came in at just the right time, at the beginning of the cultural and economic postwar boom, and most of us were at just the right age. There we were, rejected by Europe and unwanted by the United States, anxious to adopt Canada as our new home and eager to do well in it. There had hardly been any immigration to Canada since the 1920s, and we did not have to compete with other groups, as the postwar immigrants have had to do. As immigrants we had, as it were, a monopoly. (Koch, 1980 : 258)

20Grâce à sa participation active à l’effort de guerre aux côtés des alliés (participation dont ont d’ailleurs directement pâti les exilés internés), le pays avait en effet gagné en reconnaissance internationale. Le journaliste et essayiste Charles Wassermann, fils du grand écrivain juif autrichien Jakob Wassermann, reconnaît l’immense potentiel de ce «  pays de l’avenir  » (Land der Zukunft) dans ses nombreuses notes de voyage  :

Autrefois les États-Unis d’Amérique étaient «  le pays des possibilités infinies  ». Mais à présent tout a changé. […] Alors que les États-Unis consolident leurs acquis, avec toutes les conséquences négatives que cela comporte, le Canada est, par bien des aspects, un géant endormi sur le point de se réveiller. (Wassermann, 1961  : 9, notre traduction)

21Il est significatif que ce passage date de 1961, période où le vieux continent semble durablement divisé et fragilisé à la suite de la construction du mur de Berlin et où les États-Unis sont enlisés dans la guerre froide. Le journaliste Carl Weiselberger, lui aussi d’origine autrichienne, transpose cette même idée sur le terrain culturel. Selon lui, le Canada est «  un pays jeune en quête d’une culture propre  »  :

La création artistique au Canada correspond à l’évolution d’un pays jeune qui vient à peine de sortir d’une situation coloniale pour devenir une nation puissante et qui mène, ou souhaite mener, une vie autonome. (Weiselberger, 1981  : 217, notre traduction)

  • 11 Déjà journaliste reconnu à Vienne, Carl Weiselberger (1900-1970) est devenu critique d’art pour l’O (...)

22On retrouve ici le motif du pays jeune arrivé à maturité. Libéré de la contrainte coloniale, il semble «  prêt  » à assumer sa situation post-coloniale dans l’après-guerre. Les exilés «  arrivés au bon moment  » se sont ainsi retrouvés aux premières loges. Défrichant un terrain culturel qui avait été longtemps défini de l’extérieur (par l’Angleterre, la France ou bien les États-Unis), ils voulaient à présent se l’approprier afin d’y apposer leur marque. C’est ce qu’ont fait nombre d’entre eux, dans des domaines aussi divers que le journalisme (Carl Weiselberger), la radio-télévision (Eric Koch, Charles Wassermann), la musique (John Newmark, Helmut Kallmann), la littérature (Henry Kreisel) ou le commerce d’art (Max Stern)11.

«  Mosaïque  » vs melting pot  : réclamer sa part de diversité

  • 12 Sa mère, née von Hammerstein, est issue d’une famille de militaires prussiens hostile aux Nazis. So (...)

23Parfois, le «  second best  » canadien ouvrait donc de nouvelles perspectives d’épanouissement individuel qui auraient peut-être été impossibles de l’autre côté de la frontière. L’acculturation passait souvent par une comparaison entre deux systèmes imaginés  : le système assimilationniste et téléologique du melting pot d’une part, le paradigme ouvert de la «  mosaïque  » et de la diversité culturelle d’autre part. Gottfried Paasche, né en 1937 dans une famille allemande, a vu son exil prendre fin au Canada. Hostiles au régime national-socialiste, ses parents ont quitté l’Allemagne en 193512. Gottfried grandit au Japon, puis, à partir de 1948, aux États-Unis. Il quitta les États-Unis en 1966 (il accentue le fait que sa décision n’était pas motivée par le refus de combattre au Vietnam et qu’il n’était donc pas un «  draft dodger  ») et décida de venir s’installer au Canada, profitant d’une opportunité de carrière qui lui permit d’intégrer une équipe de recherche en sociologie à l’Université York (Toronto). Pour lui, cette décision fut vécue comme l’aboutissement d’un exil comprenant plusieurs étapes. Par son parcours singulier, il est particulièrement bien placé pour comparer le Canada et les États-Unis  :

  • 13 Entretien avec Gottfried Paasche, Toronto, 23 avril 2003. Voir aussi G. Paasche, 1994, « Being Germ (...)

[I]t was better to live beside a super power than in it. […] I had an image of Canada as a peace-loving, United-Nations-supporting country. I was aware of Lester Pearson, the UN, and of his Nobel Peace Prize. […] I am the outsider looking in, but a very particular kind of outsider (the “outside-insider” ?)13.

24Gottfried Paasche réside encore aujourd’hui dans ce pays qu’il a «  appris à aimer  », revendiquant pour lui-même et pour sa famille le statut d’«  outsider  » regardant à l’intérieur. Si le Canada leur a permis de préserver leur statut d’entre-deux, celui d’«  autochtone étranger  », c’est peut-être parce que les représentations collectives en matière d’intégration ont voulu se démarquer du modèle états-unien imaginaire du melting pot. Déjà le Premier ministre canadien Wilfrid Laurier (1841-1919) était l’auteur, à la fin du xixe siècle, d’une célèbre définition de la nation canadienne, qu’il comparait à une cathédrale gothique (anglaise, cela va de soi)  :

  • 14 Ces propos de Wilfrid Laurier ont été souvent cités et repris par des hommes et des femmes politiqu (...)

I have visited in England one of those models of gothic architecture which the hand of a genius, guided by an unerring faith, has moulded into a harmonious whole. This cathedral is made of marble, oak and granite. It is the image of the nation I would like to see Canada become. For here I want the marble to remain marble, the granite to remain granite, the oak to remain oak ; and out of all these elements, I would build a nation great among the nations of the world14.

  • 15 Le terme est apparu en 1909 ; il s’agit du titre d’une pièce de théâtre d’I. Zangwill autour du mar (...)
  • 16 La critique de la métaphore du « creuset » a commencé très tôt (H. P. Fairchild, 1926, The Melting (...)

25À la différence des États-Unis au xxe siècle en effet, où le mythe fondateur du «  creuset15  », bien que largement remis en cause16, continue néanmoins d’exercer un fort attrait notamment auprès des migrants eux-mêmes, le discours canadien sur l’immigration s’est donc constitué en opposition, parfois affirmée, à ce modèle. Nancy L. Green retrace la trajectoire complexe du concept de melting pot aux États-Unis. Si le terme est à l’origine utilisé pour décrire une situation idéale où les différents groupes immigrants seraient fondus en une seule «  race américaine  », il a acquis dans le dernier tiers du siècle une acception très différente  : peu à peu, le terme en est paradoxalement venu à désigner la diversité ethnique du pays (Green, 1999  : 65). Souvent les Canadiens opposent leur «  mosaïque  » au «  creuset  », signe que le système de représentations états-unien influence directement le système canadien.

  • 17 Le concept de « scripts culturels » est apparu dans les études sur l’interculturel, principalement (...)

26Le processus individuel d’acculturation passe, nous l’avons vu, par la participation à la culture du pays d’accueil, mais aussi par l’adaptation de ses propres schèmes interprétatifs aux «  scripts culturels17  » disponibles, socialement et culturellement acceptés dans ce même pays. Il s’agit ici de mettre en avant les modalités de l’insertion du «  moi  » dans l’imaginaire canadien, ainsi que les procédés narratifs gouvernant cette opération. Cette insertion, cette appropriation du pays d’accueil par l’imaginaire peut prendre la forme d’une reformulation narrative du moi, toujours déjà auto-créatrice  : l’important est ici la prise de distance de soi à soi, l’effort de réflexivité. Chaque procédé, choisi individuellement en fonction des possibilités offertes à chacun (dans l’horizon des possibles), permet d’inscrire le moi dans le grand récit de la famille, du groupe, de la nation  :

Rendre compte d’une histoire personnelle suppose que l’on montre aussi comment elle a été accaparée par les puissances de l’imaginaire, porteuses de fables et de vérités qu’ignore (et peut-être doit ignorer) l’histoire collective, celle qui nous sert d’étai symbolique et de lien social. (Burgelin, cité dans Chiantaretto, 1997  : 99)

27Au-delà des appartenances et des références familiales et sociales données (le soi), l’identité du moi se recompose dans l’acceptation ou la distanciation individuelle par rapport à ce donné. On ne raconte pas ce qui s’est passé, mais il s’est passé ce qu’il est possible de raconter. La réinscription de soi dans l’Histoire (publique) n’est possible que si l’histoire propre (privée) a été réécrite pour soi  : le «  moi privé  » est alors in/formé par des catégories collectives et, dans la mesure où cette opération amalgame les niveaux temporels et les voix narratives, le travail critique est complexe.

  • 18 La citation de Kundera est empruntée au titre de l’ouvrage de R. Gwyn, 1996, Nationalism without Wa (...)
  • 19 Le mot « Hyphe/Nation », qui circule depuis les années 1990, est un jeu de mots sur les multiples i (...)

28Cet aspect est indissociable d’un second  : comme l’imaginaire canadien était, contrairement à l’imaginaire états-unien, relativement peu surdéterminé pour les exilés eux-mêmes, il a peut-être laissé davantage de place à la création identitaire. Car ce que certains dénoncent comme l’«  insoutenable légèreté de l’être-Canadien18  » s’avère être une chance  : cette «  nation à trait d’union  » (Hyphe/Nation)19 permet de cultiver les «  identités ethniques  », les «  identités à trait d’union  », plus souples et donc plus propices à l’expérimentation et à la recherche personnelle. Et la construction identitaire se fait souvent par comparaison avec le cas états-unien. W. Gunther Plaut, qui a connu l’exil aux États-Unis et au Canada, écrit dans son autobiographie  :

There was no “un-Canadian” to rival the “un-American” of the southern neighbour. There was no all-Canadian girl who lived next door, no “spirit of Canadianism” dwelling in the breasts of the citizens. Whatever overt nationalism existed was, so it appeared to me, negatively based – on a fear of the American presence. […] Canadians appeared to define their national existence as not being American. (Plaut, 1981  : 192)

29Dans sa critique du multiculturalisme, le philosophe canadien Charles Taylor a beaucoup insisté sur les effets de cette politique sur les identités individuelles ainsi que sur l’accroissement des demandes publiques de reconnaissance d’identité privées (Taylor, 1994  : 25-73). Selon lui, les identités sont avant tout le résultat d’une construction dialogique  : nous nous définissons par rapport et en débat avec nos «  significant others  », c’est-à-dire cet environnement social et culturel que nous avons choisi comme partenaire et référent. Dans le même temps, si l’identité est le produit d’une construction dialogique, alors la reconnaissance publique de notre identité est tributaire de l’existence de forums ou d’espaces où nous puissions négocier ces identités. C’est là l’une des spécificités du multiculturalisme canadien, qui est à la fois la description d’une réalité démographique, une politique s’appuyant sur un budget et des institutions et, surtout, une représentation de la nation-mosaïque (Day, 2000). C’est ce dernier élément qui a donné naissance à un espace symbolique de négociation publique des identités.

  • 20 Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, 1967, Rapport final, Vol. 1 : (...)
  • 21 Entretien avec Willie Glaser, Montréal, 24 mars 2003.
  • 22 Ainsi que nous le montrons en détail dans notre étude (Farges, 2006 : chapitres 4 et 5).

30Plus que tout autre pays et davantage que les États-Unis, le Canada, «  a fine country  », a peut-être permis à ses citoyens issus de l’immigration de «  garder un accent  ». C’était déjà là une des préoccupations des experts de la Commission Royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme en 1967 qui soulignaient qu’il fallait permettre aux immigrants d’«  exprimer cette nouvelle culture [canadienne], si l’on ose dire “avec un accent étranger”20  », de se l’approprier sans se contenter de l’absorber mimétiquement. Garder un accent dans la culture d’accueil  : une belle idée que la politique du multiculturalisme a certainement tenté de mettre en pratique avec plus ou moins de bonheur. Si les récits attestent que leurs auteurs se sont approprié une sorte d’espace identitaire «  à trait d’union  », ils refusent pourtant le titre de «  Canadiens à trait d’union  » (hyphenated Canadians), jugé péjoratif parce qu’indice d’un manque. Ainsi Willie Glaser refuse-t-il explicitement cette appellation, et cela malgré le fort accent qu’il a gardé toute sa vie. Pour lui, elle «  n’a pas de sens  » (meaningless), elle est même péjorative voire discriminante lorsqu’elle est déformée pour devenir  : «  ethniques à trait d’union  » (hyphenated ethnics)21. D’une manière qui semble contradictoire, les différences ethniques sont à la fois soulignées et refusées, reflétant toute la dialectique du multiculturalisme. Les exilés germanophones considèrent avec raison que le surcroît de, ou le repli sur, une «  identité ethnique  » revient à réduire les identités significatives à une seule, et donc à anéantir une identité réelle qui oscille en permanence entre «  soi  » et «  moi  », «  moi pour moi  » et «  moi pour les autres  ». Enfin, ils ont généralement une plus grande facilité à se déclarer «  Canadiens  ». L’identification au Canada, qui est en fait une forme de non identification, devient alors une manière commode de résoudre des difficultés d’ordre biographique. N’entrant pas toujours véritablement dans une catégorie ethnique – la «  voie royale  » pour acquérir un statut au sein d’un Canada-mosaïque22 –, les exilés ont eu recours à une catégorie molle et fluctuante, à une identité «  à la carte  » en dehors du menu fixe. En conclusion de sa réflexion personnelle sur l’identité, l’exilé Helmut Kallmann écrit que «  [s] i l’identité était une simple affaire de choix, [il] serai[t] volontiers Canadien et rien d’autre  » (Kallmann, 2002  : 19, notre traduction), confirmant cette aisance qu’ont de nombreux exilés à se déclarer «  Canadiens  », une catégorie identitaire ouverte.

Bibliographie

Sources primaires non publiées

Archives du Congrès juif canadien, Montréal, Collections UJRA, Série Bc «  Internés  ».

Archives nationales du Canada, Ottawa, MG30-C192 «  Fonds Eric Koch  ».

Archives de l’Université du Manitoba, Winnipeg, MSS 59 «  Fonds Henry Kreisel  ».

Archives Seliger, Fondation Friedrich-Ebert, Bonn, «  Treuegemeinschaft Kanada  ».

Entretien avec Willie Glaser, Montréal, 24 mars 2003.

Entretien avec Daniel Iggers, Toronto, 24 avril 2003.

Entretien avec Gottfried Paasche, Toronto, 23 avril 2003.

Sources primaires publiées

James, Carl E. et Shadd, Adrienne (éds), 1994, Talking about Difference. Encounters in Culture, Language, and Identity, Toronto, Between the Lines.

Jones, Ted, 1988, Both Sides of the Wire – The Fredericton Internment Camp, Fredericton, New Ireland Press.

Kallmann, Helmut, 2002, «  In Sachen Identität  », in Berlin Aktuell. Zeitschrift für exilierte Berliner no 69, Berlin, Mairie de Berlin, p. 19-21.

Kallmann, Helmut, Potvin, Gilles et Winters, Kenneth, 1992, Encyclopaedia of Music in Canada, Toronto, University of Toronto Press.

Koch, Eric, 1980, Deemed Suspect. A Wartime Blunder, Toronto, Methuen.

Maheu, Renée, 1997, Un piano sur la mer. John Newmark et son temps, Montréal, Éditions Les Intouchables.

Paasche, Gottfried et Kuhn, Joaquin (éds), 2001, The Strange Story of the Shooting of Captain Hans Paasche. The Writings and Actions of a Peace Martyr, Toronto, Blue Riding.

Plaut, W. Gunther, 1981, Unfinished Business – An Autobiography, Toronto, Lester et Orpen Dennys.

Rabas, Margarete, 1993, Leben und Schaffen der Sudetendeutschen in Kanada, Winnipeg, Wolf Verlag.

Schild, Erwin, 1981, «  A Canadian Footnote to the Holocaust. A Review Essay of Deemed Suspect – A Wartime Blunder, by Erich [sic] Koch  », in Canadian Jewish Historical Society Journal no 5.1, Windsor, Ontario, Canadian Jewish Historical Society, p. 31-44.

Schild, Erwin, 2001, The Very Narrow Bridge – A Memoir of an Uncertain Passage, Toronto, Malcolm Lester.

Wassermann, Charles U., 1961, Das Land der Zukunft  : 20.000 Kilometer kreuz und quer durch Kanada, Gütersloh, Bertelsmann.

Weiselberger, Carl, 1981, in Liddell, Peter et Riedel, Walter (éds), Carl Weiselberger. Eine Auswahl seiner Schriften, Toronto, German-Canadian Historical Association.

Sources secondaires

Abella, Irving et Troper, Harold, 2000 [1983], None Is Too Many – Canada and the Jews of Europe, 1933-1948, 3e éd., Toronto, Key Porter Books.

Bhabha, Homi K., 1994, The Location of Culture, London / New York, Routledge.

Benz, Wolfgang, 1991, Das Exil der kleinen Leute. Alltagserfahrungen deutscher Juden in der Emigration, Munich, Beck.

Chiantaretto, Jean-François (éd.), 1997, Écriture de soi, écriture de l’histoire, Paris, In Press.

Collomp, Catherine et Groppo, Bruno, 2000, «  L’Europe productrice de réfugiés  ; les États-Unis, un accueil sélectif  », in Matériaux pour l’histoire de notre temps no 60, Nanterre, Bibliothèque de Documentation Internationale Contemporaine, p. 1-8.

Day, Richard J. F., 2000, Multiculturalism and the History of Canadian Diversity, Toronto, University of Toronto Press.

Draper, Paula J., 1983, The Accidental Immigrants : Canada and the Interned Refugees, thèse de doctorat, Toronto, Université de Toronto.

Eakin, Paul John, 1999, How Our Lives Become Stories. Making Selves, Ithaca, Cornell University Press.

Farges, Patrick, 2006, Le Trait d’union. Cultures et identités des exilés germanophones au Canada (1933 à nos jours), thèse de doctorat, Saint-Denis, Université Paris 8.

Francis, Daniel, 1997, National Dreams : Myth, Memory and Canadian History, Vancouver, Arsenal Pulp Press.

Gabaccia, Donna, 2000, Italy’s Many Diasporas. Elites, Exiles and Workers of the World, Seattle, University Washington Press.

Goetsch, Paul, 1983, «  The Image of Canada in Nineteenth-Century German Travel Literature  », in German-Canadian Yearbook / Deutschkanadisches Jahrbuch no 7, Toronto, University of Toronto Press, p. 121-135.

Green, Nancy L., 1990, «  L’histoire comparative et le champ des études migratoires  », in Annales ESC no 6, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 1335-1350.

Green, Nancy L., 1999, «  The Comparative Method and Poststructural Structuralism : New Perspectives for Migration Studies  », in Lucassen, Jan et Leo (éds), Migration, Migration History, History : Old Paradigms and New Perspectives, Berne, Peter Lang, p. 57-72.

Gürttler, Karin R., 1976, «  Das Kanadabild in der deutschen Reiseliteratur des 18. Jahrhunderts  », in Annalen. Deutschkanadische Studien no 1, Montréal, Université de Montréal, p. 31-47.

Hoerder, Dirk, 1999, «  Segmented Macrosystems and Networking Individuals: The Balancing Functions of Migrations Processes  », in Lucassen, Jan et Lei (éds), Migration, Migration History, History : Old Paradigms and New Perspectives, Berne, Peter Lang, p. 73-84.

Klein, Ruth et Dimant, Frank (éds), 2001, From Immigration to Integration – The Canadian Jewish Experience : A Millenium Edition, Toronto, Malcolm Lester.

Lévy, Jacques et Lussault, Michel (éds), 2003, Dictionnaire de la géographie et de l’espace des sociétés, Paris, Belin.

Sigrist, Gisela, 1995, «  Kanada – Wunschraum, Kanada – Wunschtraum  », in Zeitschrift für Kulturaustausch no 45.2, Stuttgart, Institut für Auslandsbeziehungen, p. 208-218.

Taylor, Charles, 1994, Multiculturalism : Examining the Politics of Recognition, éd. et intro. A. Gutmann, Princeton, Princeton University Press.

Troper, Harold M., 2001, «  New Horizons in a New Land: Jewish Immigration to Canada  », in Klein, Ruth et Dimant, Frank (éds), From Immigration to Integration – The Canadian Jewish Experience : A Millenium Edition, Toronto, Malcolm Lester, p. 3-18.

Notes

1 Entretien de l’auteur avec Daniel Iggers, Toronto, le 24 avril 2003. Les citations de l’anglais et du français sont présentées en langue originale ; les citations de l’allemand sont présentées en traduction française.

2 Sur ce point, voir notamment Eakin, 1999.

3 Au Canada, huit camps ont accueilli les exilés internés entre 1940 et 1943 : le camp A à Farnham (Québec), le camp B à Little River (Nouveau-Brunswick), le camp I à l’Île-aux-Noix (Québec), le camp L de la ville de Québec, le camp N à Sherbrooke (Québec), le camp Q à Monteith (Ontario), le camp R à Red Rock (Ontario), et enfin le camp T à Trois-Rivières (Québec).

4 Archives du Congrès juif canadien, Montréal, Collections UJRA, Série Bc « Internés », Dossier Alfred Adler, Lettre de Trudy Adler au CCIR, 12 mai 1942.

5 Archives Seliger, Fondation Friedrich-Ebert, Bonn, « Treuegemeinschaft Kanada », Carton 5, Elsa Scharing, Manuscrit Montreal, die Halfway Station [non daté], p. 1-2, notre traduction.

6 Le concept de « mental map » est né dans les années 1960 chez les géographes anglo-saxons et a connu un essor important dans les années 1970 (Lévy et Lussault, 2003 : 132-133).

7 L’ouvrage de Daniel Francis, National Dreams: Myth, Memory and Canadian History (1997), propose un certain nombre de pistes, mais il porte essentiellement sur les représentations (anglo-)canadiennes sans considérer celles des immigrants.

8 Cette couleur voyante était héritée de la période wilhelminienne et marquait l’appartenance à l’Empire britannique. Elle permettait aux écoliers d’identifier facilement l’« ennemi ».

9 Archives nationales du Canada, Ottawa, MG30-C192 « Fonds Eric Koch », Vol. 1, Manuscrit de John Newmark [non daté], notre traduction.

10 Archives de l’Université du Manitoba, Winnipeg, MSS 59 « Fonds Henry Kreisel », Vol. 7, Dossier 1.

11 Déjà journaliste reconnu à Vienne, Carl Weiselberger (1900-1970) est devenu critique d’art pour l’Ottawa Citizen. Eric Koch, né à Francfort en 1920, fut directeur des services anglais de la Canadian Broadcasting Corporation au Québec jusqu’à sa retraite en 1979. Nous l’avons interviewé à plusieurs reprises à Toronto. Charles Wassermann (1924-1978) était journaliste et écrivain. Il fut l’auteur de nombreuses pièces radiophoniques. John (Hans Joseph) Newmark (Neumark) était pianiste, chambriste et un grand accompagnateur. Né à Brême en 1904, naturalisé canadien en 1946, il s’est éteint à Montréal en 1991 (Maheu, 1997). Helmut Kallmann, né à Berlin en 1922, est historien et archiviste de la musique. Avec Gilles Potvin et Kenneth Winters, il a dirigé en 1992 une encyclopédie de la musique au Canada. Né à Vienne, Henry Kreisel (1922-1991) a rédigé de nombreuses nouvelles et deux romans en langue anglaise : The Rich Man (1948) et The Betrayal (1964). Pendant plus de quarante ans, Max Stern (1904-1987) a joué un rôle central dans le commerce d’art canadien par l’intermédiaire de sa galerie d’art montréalaise, la Dominion Gallery.

12 Sa mère, née von Hammerstein, est issue d’une famille de militaires prussiens hostile aux Nazis. Son père est le petit-fils d’un Juif converti, Richard Witting – frère du célèbre Maximilian Harden –, et le fils du capitaine Hans Paasche, éminent pacifiste et critique de l’impérialisme wilhelminien assassiné par l’armée en 1920 (Paasche et Kuhn, 2001).

13 Entretien avec Gottfried Paasche, Toronto, 23 avril 2003. Voir aussi G. Paasche, 1994, « Being German, Being Canadian », in C. E. James et A. Shadd (éds), Talking about Difference – Encounters in Culture, Language, and Identity, Toronto, Between the Lines, p. 103-117.

14 Ces propos de Wilfrid Laurier ont été souvent cités et repris par des hommes et des femmes politiques, notamment par Jean Chrétien (discours du 24 septembre 1997, Archives Jean Chrétien, www.pco-bcp.gc.ca).

15 Le terme est apparu en 1909 ; il s’agit du titre d’une pièce de théâtre d’I. Zangwill autour du mariage impossible entre un Irlandais et une Juive à New York (The Melting Pot, New York, Macmillan, 1909). Il est repris par H. M. Kallen quelques années plus tard (« Democracy vs. the Melting Pot », in The Nation 100 [25 février 1915]).

16 La critique de la métaphore du « creuset » a commencé très tôt (H. P. Fairchild, 1926, The Melting Pot Mistake, Boston, Little, Brown and Co.). Mais c’est aujourd’hui l’ouvrage de N. Glazer et D. P. Moynihan (1963) qui est plus particulièrement associé à la remise en cause de ce paradigme comme modèle d’intégration (Beyond the Melting Pot: The Negroes, Puerto Ricans, Jews, Italians, and Irish of New York City, Cambridge Massachusetts, MIT Press).

17 Le concept de « scripts culturels » est apparu dans les études sur l’interculturel, principalement dans la littérature anglo-saxonne et allemande. Chaque individu naît dans un contexte culturel précis. Il enregistre intuitivement et par l’intermédiaire de constructions linguistiques et iconiques les « scripts culturels » propres à son environnement. Ces scripts recouvrent une réalité très différente en fonction du milieu culturel d’origine et sont amenés à évoluer lorsque l’environnement change : par comparaison, par adaptation ou par confrontation.

18 La citation de Kundera est empruntée au titre de l’ouvrage de R. Gwyn, 1996, Nationalism without Walls – The Unbearable Lightness of Being Canadian, Toronto, McClelland and Stewart.

19 Le mot « Hyphe/Nation », qui circule depuis les années 1990, est un jeu de mots sur les multiples identités « à trait d’union » au sein des nations multiculturelles. Remettant en cause la vision traditionnelle de la « nation », Homi K. Bhabha a, quant à lui, construit le mot « Dissemi/Nation » (Bhabha, 1994 : 148 sq.).

20 Commission royale d’enquête sur le bilinguisme et le biculturalisme, 1967, Rapport final, Vol. 1 : « Introduction générale. Les langues officielles », Ottawa, Imprimeur de la Reine, p. XXII.

21 Entretien avec Willie Glaser, Montréal, 24 mars 2003.

22 Ainsi que nous le montrons en détail dans notre étude (Farges, 2006 : chapitres 4 et 5).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540