Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

III. En quête d’un ailleurs : paroles et écritures de la migration

En quête d’un ailleurs : paroles et écritures de la migration

"They have tried the bitter and the sweet" : la comparaison entre le Canada et les États-Unis dans The Refugee de Benjamin Drew (1856)

Sandrine Ferré-Rode

Résumé

From 1815 to the American Civil War, a steady flow of fugitive slaves crossed the border from the United States to Canada to seek refuge “under the lion’s paw.” In 1855 Boston abolitionist Benjamin Drew visited the Black fugitives to record their stories in those communities of Canada West where they had settled. While their testimonies invariably denounce the horror of slavery, they also provide insights into the former slaves’ perception of Canada, highlighting the ambivalent nature of the fugitives’ rapport with their host country, rather than sanctioning the image of Canada as a Promised Land.

Texte intégral

  • 1 La Constitution américaine (1787) contient une clause (Art. IV, Section 2) engageant les autorités (...)
  • 2 Deux autres migrations noires eurent lieu avant « l’ère des fugitifs ». Il y eut d’abord la vague « (...)
  • 3 Le premier esclave « officiel » de Nouvelle-France, un Africain baptisé Olivier Le Jeune, arriva en (...)

1Le 18 septembre 1850, le Congrès américain ratifia le Fugitive Slave Act1, loi qui renforçait les mesures visant à récupérer les esclaves qui s’échappaient des plantations du Sud des États-Unis pour trouver refuge dans les États libres du Nord. Il s’agissait en effet de tenter d’enrayer l’amplification au sein de l’Union de ce phénomène particulièrement délicat qui, depuis l’année 1815, se manifestait sous la forme d’un flot discret mais continu d’esclaves en quête de liberté du côté nord de la ligne Mason-Dixon2. En rendant la menace de capture bien réelle même dans les États libres, la nouvelle loi eut pour effet notable d’accroître – surtout entre 1850 et le début de la guerre de Sécession (1861-1865) – le nombre de fugitifs qui décida de passer le 49e parallèle pour s’établir dans les colonies de l’Amérique du Nord britannique, où l’esclavage fut aboli par l’Acte du Parlement impérial de 1833 qui interdit cette pratique dans l’ensemble de l’Empire britannique3.

  • 4 Le Haut-Canada (Upper Canada), appellation en vigueur de 1791 à 1840, correspondait à la partie sud (...)
  • 5 Pour une carte détaillée des communautés noires établies dans la colonie par les fugitifs, voir Fro (...)
  • 6 En revanche, un des cousins de Benjamin Drew, Thomas Drew, était rédacteur-en chef du Worcester Spy (...)
  • 7 En 1854, le mouvement abolitionniste fut contrecarré par deux événements majeurs. Le vote du Kansas (...)

2La plupart des fugitifs emprunta le «  chemin de fer clandestin  » (Underground Railroad) pour atteindre prioritairement la province du Canada-Ouest4, car les zones de passage de la frontière étaient concentrées dans la région de Niagara5. Au début de l’année 1855, un directeur d’école également journaliste amateur de Boston, Benjamin Drew, parcourut la province canadienne et visita quatorze communautés noires dans le but d’interviewer les esclaves américains y ayant trouvé refuge. Drew, abolitionniste convaincu mais peu connu6, souhaitait publier une sélection de ces entretiens afin de s’engager activement dans le combat abolitionniste qui venait de subir plusieurs revers importants7. Plus particulièrement, les abolitionnistes du Massachusetts cherchaient à contrecarrer les effets dévastateurs d’un pamphlet pro-esclavagiste publié en 1854 par le révérend Nehemiah Adams de Boston, et intitulé A South-Side View of Slavery. Lorsqu’en 1856, le recueil de témoignages de Drew fut publié par l’éditeur bostonien John P. Jewett, qui avait fait paraître en 1852 le roman d’Harriet Beecher Stowe Uncle Tom’s Cabin, ce fut sous le titre original de The Refugee : A North-Side View of Slavery, l’objectif étant clairement de pourfendre l’œuvre d’Adams (Drew, 2004  : ix).

  • 8 Sur la question de la représentativité de cet échantillon, voir Frederick R. Black, July 1972, « Bi (...)
  • 9 Voir le témoignage de Henry Crawhion, à Chatham (Drew, 2004 : 180).
  • 10 Drew précise dans la préface du recueil : « The narratives were gathered promiscuously from persons (...)

3Le recueil se compose de cent quatorze entretiens, regroupés selon un critère exclusivement géographique, à savoir le nom de la communauté où ils furent recueillis. Une vingtaine de témoignages sont issus de femmes, en majorité épouses de fugitifs également interviewés8. Tous sont d’humbles anonymes – l’identité d’une partie d’entre eux est par ailleurs volontairement occultée – à l’exception d’Harriet Tubman, connue pour son rôle actif au sein du chemin de fer clandestin. La plupart des réfugiés sont d’anciens esclaves, mais certains sont des affranchis. Si une majorité vit en ville, quelques témoins font aussi figure de véritables pionniers dans des zones reculées et hostiles de la province, comme dans la communauté de Queen’s Bush. La longueur des témoignages est très variable, allant de quelques lignes (réservées en priorité à décrire l’atrocité de l’esclavage), à plusieurs pages de récit pour rendre compte d’un parcours personnel souvent tourmenté mais aussi, plus largement, pour dénoncer avec force détails les méfaits de l’institution esclavagiste aux États-Unis. Le temps de résidence au Canada des témoins est extrêmement variable, allant d’une journée seulement9 à plusieurs décennies. Enfin, tous ces témoignages sont livrés à la première personne. Drew n’intervient personnellement qu’à travers une longue introduction à l’ensemble du recueil, et plus ponctuellement pour présenter les différentes communautés visitées. Bien qu’ayant vraisemblablement posé des questions lors de ses entretiens, Drew affirme s’être interdit dans la mesure du possible d’interrompre ses témoins, préférant laisser libre cours à leurs récits10.

4La visée de Drew était, sans ambiguïté, de nourrir l’argumentaire abolitionniste en dénonçant les méfaits de l’esclavage aux États-Unis par le biais de témoignages recueillis de la bouche même de ceux qui avaient subi cette pratique avant d’y mettre un terme par la fuite. Cela dit, de par leur nouvelle situation géographique, la plupart des témoins de Drew sont insensiblement amenés à fournir quelques détails sur leur vie au Canada. C’est ainsi que, assez naturellement, les anciens esclaves confrontent leur vision des États-Unis à celle du Canada, et comparent deux modèles de société. L’objectif de cet article est de recenser, à travers l’analyse des témoignages des réfugiés, mais aussi des remarques de Drew lui-même, les thématiques dominantes que laisse apparaître la comparaison entre le Canada et les États-Unis. On cherchera particulièrement à montrer que la pratique comparatiste, si elle semble de prime abord fonctionner essentiellement selon un schéma manichéen élémentaire opposant l’odieuse Amérique aux vertueuses colonies, peut également révéler quelques nuances fondamentales, qui permettent de mieux cerner la relation singulière qui se noue dans la seconde moitié du xixe siècle entre la communauté noire récemment installée dans la province du Canada-Ouest, et la société qui accueille ces réfugiés pas comme les autres.

«  To reveal the secrets of the prisonhouse  »

5Parmi les premiers témoignages reproduits dans The Refugee figure une brève intervention d’Harriet Tubman qui commence par la phrase : «  Now I’ve been free, I know what a dreadful condition slavery is  » (Drew, 2004 : 20). D’emblée, cette remarque permet de saisir un élément fondamental de la situation de tous les réfugiés interviewés par Drew  : avoir passé la frontière (réellement, mais aussi symboliquement celle entre l’esclavage et la liberté) est une condition sine qua non pour autoriser toute comparaison. En effet, le passage au nord du 49e parallèle figure bien plus que le simple transfert d’un individu d’un pays à l’autre  : il représente le franchissement de la barrière de l’ignorance, puisqu’il fournit l’accès, à travers la connaissance d’un autre modèle social, à la compréhension de ce qui devrait constituer la normalité par opposition à l’anomalie. Autrement dit, une fois au Canada, les esclaves pouvaient commencer à véritablement prendre la mesure de ce qu’ils avaient enduré, et à imaginer une autre société que celle imposée par l’élite esclavagiste.

  • 11 Quelques restrictions s’imposent néanmoins aux ex-esclaves qui, de crainte d’être retrouvés, ou afi (...)

6L’importance de cette révélation est d’autant plus grande que deux éléments de taille s’y agrègent. D’une part, l’éloignement physique du lieu même de la tyrannie permet de libérer la parole, en ce qu’elle n’est (presque) plus l’objet possible de répression11. Dans le premier paragraphe de l’introduction à son recueil, Drew justifie le choix difficile des esclaves en affirmant que la fuite, et donc le passage au statut de hors-la-loi, se sont imposés aux réfugiés uniquement à cause de l’oppression du système esclavagiste. Par le biais d’une métaphore carcérale, Drew explique ainsi qu’en se dérobant physiquement à leurs propriétaires, les esclaves se rendent maîtres d’eux-mêmes et s’octroient la liberté d’expression – droit individuel fondamental du citoyen américain –, ce qui les hisse au rang de témoins privilégiés de l’univers fermé, mal connu et répressif qu’est la société esclavagiste du Sud  : «  Many, in spite of all opposition, in the face of torture and death, will seek an asylum in foreign lands, and reveal to the ears of pitying indignation, the secrets of the prisonhouse.  » (Drew, 2004  : 1)

7De même, à l’occasion de la présentation de la communauté noire de Toronto, Drew décrit, sans se priver au passage d’une remarque sarcastique sur le système esclavagiste, comment la distance sécurisante permet de révéler l’indicible, tout en garantissant l’authenticité des témoignages, parce que les témoins ne gagneraient rien à exagérer les faits  :

  • 12 Le recueil de Drew s’inscrit dans la lignée des récits d’esclaves individuels, profondément soucieu (...)

A large majority of the adult colored people [in Toronto] are refugees from the South. Several of these furnished their testimony in regard to the institution under whose fostering care they were reared. They gave their statements readily and with every appearance of truth. Their evidence is as reliable as any which can be obtained. No longer dreading the lash, they are free to utter their real sentiments, and to communicate their actual experiences. (Drew, 2004  : 65-66, nous soulignons)12

  • 13 Drew défend dès l’introduction la véracité des témoignages recueillis. Sans nier les lacunes possib (...)

8Par ailleurs, dans la mesure où l’institution esclavagiste, pour perdurer, doit reposer sur un climat de terreur destiné à maintenir l’esclave dans l’ignorance13 et la méfiance absolue de tout homme blanc, il s’avèrerait plus aisé, selon Leonard Harrod, interviewé à Windsor, de connaître la vérité sur l’esclavage en étant au Canada plutôt qu’aux États-Unis  :

  • 14 Dans son célèbre récit d’esclave intitulé Narrative of the Life of Frederick Douglass, An American (...)

A man can get more information in Canada about slavery, than he can in the South. There I would have told you to ask master, because I would have been afraid to trust a white man : I would have been afraid that you would tell my master. […] A colored man tells the truth here, – there he is afraid to. (Drew, 2004  : 239)14

9Par corrélation, non seulement l’esclave ne peut fournir une source fiable tant que prisonnier de son statut, mais, par ailleurs, la propagande nécessaire au maintien de l’institution esclavagiste promeut le mensonge et l’hypocrisie, ainsi qu’en témoigne William Street, interrogé à Chatham  : «  If a northern man were to go right into a slave State, he would not see the worst of slavery. By the time he was up in the morning, the slaves would be a mile off – he would see but little of the evil – he wouldn’t get to see it.  » (Drew, 2004  : 200)

10Ainsi, d’une certaine façon, le Canada est le pays qui sert de miroir dans lequel on peut chercher non seulement le reflet du pays d’origine, mais surtout ce qui le distingue du nouveau pays d’accueil. C’est l’image qui ressort du témoignage de William Howard, qui vit à Toronto  :

My opinion is, that the yoke ought to be taken from every man, and that every one should be loosed. It looks quite strange to me when I look back into the country where I was born, and see the state of things there. If they would set the slaves free, they would go to work and make a living. (Drew, 2004  : 77, nous soulignons)

11L’impression ressentie et livrée par Howard scelle la caractéristique essentielle de chaque pays  : le Canada figure la normalité, tandis que les États-Unis apparaissent comme la nation de l’étrangeté, mais aussi celle de l’égarement.

«  Patria cara, carior libertas15  »

  • 15 À l’occasion de la critique de l’affaire Burns (voir note 8), Drew commente : « The time has come f (...)

12La notion d’égarement, que l’on associe au sentiment de manque de repères, ou d’absence de fiabilité, et donc à la sensation d’insécurité, transparaît notamment dans les témoignages qui insistent de façon récurrente sur le fait que le Canada est bien plus que le pays de la liberté  : c’est le pays de la vraie liberté, alors que les États-Unis galvaudent cette valeur pourtant fondamentale. Selon Aby B. Jones, un affranchi que Drew rencontre à London, en Ontario, la définition même du concept de liberté n’est pas la même de chaque côté du 49e parallèle, puisqu’elle est prédéterminée, et donc modifiée et rendue instable, par le seul critère de la race  :

Yet, although I was nominally free, and had free papers, I did not consider myself free in the eye of the law: the freedom was limited. The papers said I was to have as much liberty as was allowed to a free man of color. I saw at once that I was not really free; that there was a distinction made. I wished then to emigrate to some place where I could be really a FREE MAN. (Drew, 2004  : 105)

  • 16 Le retour à l’esclavage n’est jamais envisagé par les témoins, qui préféreraient mourir, comme l’af (...)

13Peu de témoignages recueillis par Drew ne font pas état du désir irrépressible que les esclaves ont ressenti, à un moment de leur vie, de s’approprier cette vraie liberté  : telle est la raison fondamentale de l’évasion et du passage au Canada. De ce fait, à l’instar de William Thompson, interviewé à Galt, tous les anciens esclaves s’accordent à penser leur vie comme scindée en deux, avec d’une part la vie d’esclave – détestable, insupportable, «  amère  » – et d’autre part la vie d’homme libre – la vraie vie, la vie rêvée, la vie «  douce  »  : «  I know the sentiments of the colored people here, and they have the greatest detestation of slavery. Freedom is sweet to them. They have tried the bitter and the sweet : nearly all the grown people have been slaves.  » (Drew, 2004  : 95)16

  • 17 Afin de dissuader les esclaves de fuir vers le Canada, les esclavagistes ont souvent exagéré la rud (...)
  • 18 Cette remarque fait écho à Frederick Douglass qui affirme : « We could see no spot, this side of th (...)

14Clairement, l’attrait pour le Canada est fondé sur cette quête de la liberté, ce qui laisse peu de place à d’autres intérêts pour ce pays du Nord17. Il faut dire que le Canada n’était pas toujours bien connu des réfugiés. À Toronto, John A. Hunter confie : «  A great many slaves know nothing of Canada, – they don’t know that there is such a country.  » (Drew, 2004  : 80)18 Par ailleurs, privés d’enseignement, les esclaves qui connaissaient le Canada comme possible refuge voyaient leurs velléités de fuite émoussées par une propagande efficace dont Dan Hosiah Lockhart, à St. Catharines, rapporte quelques éléments  :

  • 19 Lewis et Milton Clarke, esclaves originaires du Kentucky qui trouvèrent refuge au Canada, livrent d (...)

It is ignorance that keeps the slaves there. I was told before I left Virginia, – have heard it as common talk, that the wild geese were so numerous in Canada, and so bad, that they would scratch a man’s eyes out; that corn wouldn’t grow there, nor any thing else but rice; that every thing they had there was imported. (Drew, 2004  : 34)19

15Quoi qu’il en soit, plusieurs témoignages font état d’un sentiment de nostalgie qu’éprouvent les réfugiés forcés de quitter les États-Unis pour venir s’installer au Canada. Certains regrettent un climat plus clément, d’autres une meilleure qualité de vie. D’autres encore souffrent d’être séparés de leur famille et de leurs amis. Harriet Tubman résume ces sentiments en affirmant : «  We would rather stay in our native land, if we could be as free there as we are here.  » (Drew, 2004  : 20) En conséquence, de nombreux esclaves renient leur américanité sous la contrainte pour atteindre au Canada un idéal de liberté. Or, si cet idéal prévaut sur l’attachement à la patrie d’origine, il peut aussi façonner une relation particulière à la patrie d’accueil. Ainsi le témoignage du révérend Alexander Hemsley, installé à St. Catharines, permet d’esquisser les contours, chez les réfugiés noirs, d’une nouvelle identité britannique fondée avant tout sur un antagonisme essentiellement idéologique avec les États-Unis. Du coup, la nouvelle nationalité se définit par défaut, autrement dit négativement  :

I then made up my mind that salt and potatoes in Canada, were better than pound-cake and chickens in a state of suspense and anxiety in the United States. Now I am a regular Britisher. My American blood has been scourged out of me; I have lost my American tastes; I am an enemy to tyranny. (Drew, 2004  : 26, nous soulignons)

  • 20 Dans son récit d’esclave intitulé A Narrative of Thomas Smallwood, Coloured Man, publié en 1851 au (...)
  • 21 Les États-Unis sont également accusés d’une autre forme d’hypocrisie, puisque ce pays renégat prêch (...)

16Ainsi s’esquisse le portrait contrasté de deux pays qui s’opposent diamétralement par les valeurs distinctes qu’ils représentent  : le vice et l’hypocrisie pour les États-Unis, la vertu et l’honnêteté pour le Canada20. L’hypocrisie reprochée aux États-Unis provient notamment de la transgression des valeurs humanistes et égalitaires prônées par l’un des documents fondateurs de la nation américaine, à savoir la Déclaration d’Indépendance, proclamée le 4 juillet 177621. Drew entame d’ailleurs l’introduction de son recueil par une parodie de ce texte  : en imitant le style, le lexique et le contenu de la Déclaration, il tente de rendre justice aux réfugiés en invoquant la tyrannie et l’oppression comme seules causes de leur évasion. Il s’agit de légitimer l’acte d’émigration, comparable, selon Drew, à une rébellion impossible (et donc pardonnable)  :

  • 22 La nature symbolique du 4 juillet et sa signification particulière pour l’esclave sont soulignées p (...)

When in any State, the oppression of the labouring portion of the community amounts to an entire deprivation of their civil and personal rights; when it assumes to control their wills, to assign them tasks, to reap the rewards of their labor, and to punish with bodily tortures the least infraction of its mandates, it is obvious that the class so overwhelmed with injustice, are necessarily, unless prevented by ignorance from knowing their rights and their wrongs, the enemies of the government. To them, insurrection and rebellion are primary, original duties. If successfully thwarted in the performance of these, emigration suggests itself as the next means of escaping the evils under which they groan. From the exercise of this right, they can only be found inadequate to hold in check the natural desire of liberty. (Drew, 2004  : 1)22

  • 23 Ces principes apparaissent dans le British North America Act de 1867, Constitution adoptée par le C (...)

17Dès lors que l’hypocrisie américaine est décelée et confrontée à la probité canadienne, un paradoxe fondamental, engendré par un antagonisme évident entre les régimes politiques distincts des deux pays, apparaît. De fait, une république, surtout associée aux droits inaliénables définis par la Déclaration d’Indépendance – «  life, liberty and the pursuit of happiness  » – paraît a priori plus engageante qu’une monarchie dont la devise – «  order, peace and good government23  » – semble laisser moins de place à la liberté individuelle. Dans l’introduction de son recueil, Benjamin Drew exprime, par le biais d’une question rhétorique, l’ambiguïté du choix politique auquel le fugitif est ainsi confronté  :

[I]t is a positive fact, that many thousands have fled from the “happiness” of southern servitude, and found freedom in Canada. […] Why have they left a government which acknowledges that “all men are born free and equal,” and given their allegiance to another that does not recognize so democratic a doctrine? What circumstances have led them to prefer a monarchy to a republic? (Drew, 2004  : 8-9)

18Le témoignage d’Ephraim Waterford, homme libre installé dans la communauté de New Canaan, près de Colchester, rend le dilemme particulièrement explicite en évoquant son parcours personnel  :

  • 24 Dans son récit publié en 1848 à Boston, un autre fugitif célèbre, William Wells Brown, évoque sa pr (...)

I came into Indiana in the spring that James K. Polk was made President. I stayed there till about two years ago. I left on account of oppression in Indiana. I had a farm there of forty acres paid for, and I had the deed. A law was passed that a colored man could not devise real estate to his wife and children, and there were other equally unjust laws enacted. I told them “if that was a republican government, I would try a monarchical one”. (Drew, 2004  : 262)24

  • 25 Rappelons que le raid sur l’arsenal fédéral de Harper’s Ferry (Virginie), mené en 1859 par l’abolit (...)
  • 26 L’événement est à l’origine d’une anecdote que l’histoire n’a pas encore authentifiée. La lettre de (...)

19Dans certains cas, le contraste entre les deux régimes politiques positionne le Canada non plus seulement comme protecteur de ses sujets (notamment noirs), mais aussi comme redresseur de torts, voire fomenteur potentiel d’une offensive armée vis-à-vis de son voisin25. À Chatham, J. C. Brown raconte comment, en 1829, il fut chargé d’encadrer la communauté noire de Cincinnati (Ohio) lorsque celle-ci se vit contrainte, en raison d’une politique locale fortement ségrégationniste, de quitter l’État pour s’installer au Canada. Après avoir résumé les négociations menées par son organisation avec le lieutenant-gouverneur de la province du Haut-Canada, Sir John Colborne26, qui accepta d’accueillir les Noirs et le fit savoir officiellement par une réponse écrite adressée à Brown, celui-ci termine en précisant  :

I have this letter now in my possession – his [Sir John Colborne’s] memorable words. Mr Hammonds, our friend, editor of a daily paper in Cincinnati, published the letter at my request. The publication made an excitement in the corporation of Cincinnati. […] The reason was […] that I […] was doing a great deal of mischief; for every one that I took off to Canada was a sword drawn against the United States. (Drew, 2004  : 171)

  • 27 Dans les longs passages de son récit où il défend le bien-fondé d’une guerre civile pour parvenir à (...)

20L’image de l’épée dressée contre les États-Unis sert à rappeler que, bien qu’exilés et coupés de leur pays d’origine, les ex-esclaves installés au Canada ne se sentaient absolument pas indifférents au sort de leurs congénères moins chanceux. Du coup, dans l’éventualité d’un conflit provoqué par la question esclavagiste, certains réfugiés n’hésitent pas à proclamer leur disposition immédiate à prendre les armes et à retraverser la frontière27, à l’exemple d’Isaac Williams, de St. Catharines  :

  • 28 Quelques témoignages évoquent une autre forme de rétribution possible, insinuant que les États-Unis (...)

It is the wickedest thing a man can do to hold a slave – the most unconscionable sin a man can do. If there were any chance to fight for the slaves’ freedom, I’d go and stand up at the south and fight as readily as I would now go out of doors. I believe it would be just and a righteous cause. I feel great pity for the poor creatures there, who long for a way, yet can see no way out. (Drew, 2004 : 46)28

«  The best poor man’s country that I know of  »

  • 29 Le roman parut d’abord en feuilletons dans National Era, un hebdomadaire de Washington, en 1851, pu (...)
  • 30 Le chapitre « Liberty » rend compte de l’arrivée des fugitifs au Canada. Il s’ouvre sur une citatio (...)
  • 31 Parmi les conséquences de cette (trop) belle image, figure, chez les historiens, abolitionnistes et (...)

21À force de représenter la liberté et les bonnes valeurs morales, le Canada devient Canaan, Terre Promise située aux antipodes des plantations du Sud américain. Le roman abolitionniste d’Harriet Beecher Stowe, Uncle Tom’s Cabin (1852)29, dans lequel un couple d’esclaves trouve une liberté provisoire au Canada30 avant l’ultime traversée du retour en Afrique, reste sans nul doute l’exemple le plus flagrant de la volonté de dresser du Canada une image idyllique31. Ce mythe de la Terre Promise canadienne a longtemps fait croire aux Canadiens comme aux Américains, noirs ou blancs, que les fugitifs, une fois sur le sol canadien, y trouvaient tout simplement le bonheur. En fait, les témoignages recueillis dans The Refugee dressent du Canada un portrait en demi-teintes, notamment lorsqu’il s’agit d’évoquer la réussite économique des réfugiés noirs et leur intégration dans la société canadienne.

22Établir un bilan précis de la qualité de vie des réfugiés noirs au Canada demeure difficile. Certains témoignages font part de la réussite économique et sociale indiscutable des réfugiés, comme William Howard, à Toronto, qui ne tarit pas de superlatifs à l’égard du Canada  :

Canada is the best place that ever I saw: I can make more money here than anywhere else I know of. The colored people, taken as a whole, are as industrious as any people you will find. They have a good deal of ambition to go forward, and take a good stand in the community. I know several who own houses and lands. (Drew, 2004  : 78)

23Cependant, d’autres témoignages rendent également compte des énormes difficultés rencontrées par les fugitifs arrivant dans un environnement totalement nouveau, où il faut tout (re)construire, comme l’explique Benjamin Miller, installé à London  :

We that begin here illiterate men, have to go against wind and tide. We have a learned, enterprising people to contend with; we have a colder climate than we have been used to, to contend with; we have our own ignorance and poverty to contend with. It takes a smart man to do all that: but many do it, all make a living and some do lay up money. I asked one of our white squires, if he ever saw a colored man that was, well, in this township, begging. He said, No. (Drew, 2004  : 132)

  • 32 Ce fut le rôle notamment des True Bands de veiller à ce que cette assistance parvienne bien à ceux (...)

24Plusieurs fugitifs avouent aussi la nécessité ressentie par la plupart des communautés noires canadiennes de créer un système de soutien moral et surtout financier pour aider les plus indigents32. Ainsi George Williams, qui vit à Sandwich, explique que la prospérité n’était clairement pas à la portée de tous  :

I do not go so strong as some against receiving assistance. I have seen many cases of destitute suffering people, who needed aid, and our people could scarcely help them. But the best way would be to manage by means of societies corresponding with those of the States. In some places, the colored people can manage without aid, – but here not. (Drew, 2004  : 242)

25Finalement, le témoignage de John Holmes, interviewé à London, est sans doute celui qui résume le mieux la situation des réfugiés noirs. Selon lui, la réussite économique est possible à qui s’en donne la peine, mais le Canada n’est pas le pays de cocagne. C’est le paradis peut-être, mais le paradis du pauvre, proposition antinomique pour le moins peu flatteuse pour le Canada  :

I have lived in Canada twenty-four years, and have made out pretty fair since I have been here. I came here expecting to work, but have not had to work so hard here as I did at the South. I know all the old settlers, but a great many have come lately, whom I am not acquainted with. Those that will work, do well – those that will not – not: it is the same here as everywhere. It is the best poor man’s country that I know of – if a man comes without a shilling, he can get along well. (Drew, 2004  : 121)

  • 33 La province fut d’autre part la première, en 1793, à faire passer une loi visant l’abolition gradue (...)
  • 34 « This permissive clause left judgment on the merits of each case to the Governor, and ordinarily h (...)
  • 35 Robinson définit cette position ainsi : « Whatever may have been the condition of […] Negroes in th (...)

26Sur la question de l’intégration des réfugiés noirs dans la société canadienne, deux aspects distincts cohabitent. D’une part, le Canada est indiscutablement présenté comme le pays où les ex-esclaves noirs bénéficient d’un système judiciaire qui les considère les égaux des Blancs. Le Canada-Ouest jouissait en outre d’une bonne réputation auprès des réfugiés à cet égard33  : en effet, à une période où les demandes américaines d’extradition d’esclaves commençaient à affluer, l’Assemblée de la province vota en 1833 une loi qui octroyait au gouverneur le pouvoir d’approuver ou non l’extradition de hors-la-loi fugitifs venant de pays étrangers, extradition qui, dans le cas d’un esclave en fuite, était généralement refusée34. Cette ligne de conduite avait par ailleurs été celle suivie dès 1819 par John Beverley Robinson, alors Attorney General du Haut-Canada, qui avait réaffirmé l’égalité des Noirs devant la loi britannique, quel qu’ait pu être le statut de ceux-ci aux États-Unis35. L’égalité raciale devant la justice est un acquis capital, et qui marque une différence essentielle avec les États-Unis, ainsi que l’expose Henry Gowens, interviewé dans la petite communauté de Galt  :

  • 36 À Queen’s Bush, Mrs John Little fait également part de sa satisfaction immense d’être parvenue, par (...)

The colored people can do as well in Canada as they could in the United States under any circumstances. Even in the free States they are accounted as nothing, or next to nothing. But in Canada, all are really free and equal. Color is not recognized in the laws of the land. During all the time I have lived in Canada, no white person has suffered any inconvenience, or had cause to complain, because I was placed on an equality with him. (Drew, 2004  : 99)36

  • 37 Voir l’étude de Jason H. Silverman, 1985, Unwelcome Guests: Canada West’s Response to American Fugi (...)

27Néanmoins, l’égalité raciale prônée par la loi n’est pas garante de l’exclusion d’attitudes racistes37. Selon George Elliott Clarke, la plupart des «  récits d’esclaves canadiens  » éludent cette question, succombant à l’effet pervers de la nécessité, coûte que coûte, de démasquer l’Amérique  :

  • 38 Le silence des réfugiés à l’égard du passé esclavagiste, même limité, du Canada, fait partie intégr (...)

[E]xiled African-Americans / proto-African Canadians denounced American slavery, but, simultaneously, supported the creation of a Canadian nationalist anti-Americanism that, while essential for abolitionist purposes, also legitimized the repression of the reality and history of Euro-Canadian racialism. (Clarke, 2005  : 23)38

28Pourtant, les témoignages compilés par Drew ne cachent pas la prégnance, au sein de la société canadienne, de préjugés racistes qui entraînent, dans certains lieux, des attitudes ségrégationnistes, ici dénoncées par Francis Henderson, interrogé à London, en Ontario  :

There is much prejudice here against us. I have always minded my own business and tried to deserve well. At one time, I stopped at a hotel and was going to register my name, but was informed that the hotel was “full.” At another time, I visited a town on business, and entered my name on the register, as did the other passengers who stopped there. Afterward I saw that my name had been scratched off. I went to another hotel and was politely received by the landlady: but in the public room – the bar – were two or three persons, who as I sat there, talked a great deal about “niggers,” – aiming at me. But I paid no attention to it, knowing that when “whiskey is in, wit is out.” (Drew, 2004  : 112)

  • 39 Smallwood lui-même, si enclin à louer le Canada, fait part de sa désillusion lorsqu’il dit de Toron (...)

29Plusieurs témoignages tentent de réfléchir aux origines de ce racisme, attribué le plus généralement tantôt à l’arrivée massive d’une population pauvre qui fait craindre le pire aux habitants locaux, tantôt à la méfiance envers tout étranger. Mais, parmi certains récits, une autre explication s’esquisse, accréditant la thèse d’un racisme canadien imputable à une sorte de contamination américaine39, comme l’explique Alfred T. Jones, qui vit à London  : «  The people from the old country, being many of them unaccustomed to colored people, have some strange ideas respecting us  : a sort of “second-hand prejudice,” as Ward calls it.  » (Drew, 2004  : 107) Samuel Ringgold Ward, abolitionniste américain qui œuvra pour l’Anti-Slavery Society of Canada à partir de 1851, fut parmi les premiers à dénoncer les méfaits du racisme au Canada. Son autobiographie, publiée en 1855, en attribue les causes à, d’une part, la prégnance de l’idéologie pro-esclavagiste importée directement des États-Unis et des Antilles parmi les franges les plus aisées de la société canadienne, et, d’autre part, à la haine du Noir qui prévaut parmi les classes les plus défavorisées (Ward, 1855  : 143). John D. Moore, à London, confirme la pensée de Ward, mais ajoute qu’à la différence des États-Unis, la loi s’érige en rempart à la discrimination  :

I find it the reverse here from what it was in the States. There is prejudice here among the low class of people, but they have not got the power to carry it out here that they have in the States. The law here is stronger than the mob – it is not so there. If a man insults me here, he is glad to get out of the way for fear of the law; it was not so in the States where I lived. A ruffian there may insult or throw stones at a colored man, and he must get out of the way – I found no law on my side. (Drew, 2004  : 122)

  • 40 Dans The Refugee, ce sont surtout deux aspects de ce différend que les réfugiés et Benjamin Drew év (...)

30Quoi qu’il en soit, le racisme existant au Canada fut la source de maints débats au sein même de la communauté noire, dont les opinions divergeaient quant à la façon de vivre et aux moyens à mettre en œuvre pour trouver une place digne au sein de la société canadienne. Cette querelle fut notamment illustrée par les écrits d’Henry Bibb, publiés dans son journal The Voice of the Fugitive (1851-1853). Bibb, fondateur de la Refugees’ Home Society, près de Windsor, défendait la création de communautés établies à l’écart des Blancs, comme il en existait dans le sud-ouest de l’actuel Ontario à Wilberforce, Buxton (également connu sous le nom d’Elgin Settlement, fondé par William King), ou Dawn (à l’origine British-American Institute, fondé par Josiah Henson et Hiram Wilson). Les principaux rivaux de Bibb, Mary Ann Shadd et Samuel Ringgold Ward, prônaient l’intégration raciale à travers The Provincial Freeman (1853-1859), et critiquaient le recours à des dons en nature et en argent destinés à financer les communautés noires séparées (Williams, 2005  : 44)40.

31Ainsi, les controverses qui existèrent au sein des communautés noires montrent que, contrairement aux idées reçues, les réfugiés installés au Canada ne vivaient pas nécessairement en harmonie ensemble. La quête du bonheur, même au nord du 49e parallèle, n’était donc pas dépourvue d’aléas. Les témoignages étudiés rendent intelligiblement compte du fait que le Canada n’était pas nécessairement le pays idéal, malgré l’image quasiment romantique qui pouvait en être donnée, image renforcée par le rôle de faire-valoir attribué aux États-Unis, notamment lorsqu’il s’agissait d’opposer le véritable pays de la liberté et de la justice à celui de la sournoise tyrannie. En fait, les témoins de Drew parlent du Canada en utilisant des références et des points de repère qui sont américains, porteurs qu’ils sont de nombreux préjugés et de profonds traumatismes hérités du système esclavagiste, que le seul passage de la frontière ne permettait pas d’effacer. Ce lourd héritage a nécessairement entravé la formation de leur identité canadienne, constamment confrontée au spectre américain. De même, la société canadienne de l’époque, que ses préjugés aient été importés ou non, semblait dubitative quant à l’accueil qu’elle devait réserver à ses nouveaux habitants. C’est sans doute pourquoi la relation des Noirs au Canada fut marquée, dès le départ, par un sentiment d’ambiguïté, ou d’ambivalence. C’est sans doute aussi pourquoi le Canada, pour près de deux tiers des réfugiés Noirs installés au Canada-Ouest et au Canada-Est, ne constitua finalement qu’un espace de transition, avant le retour aux États-Unis après la guerre de Sécession et l’abolition définitive de l’esclavage (Winks, 1997  : 289). Ainsi, en 1863, dans son Report to the Freedmen’s Inquiry Commission, Samuel Gridley Howe, mandaté par le Président Lincoln pour enquêter sur la situation des réfugiés canadiens (afin d’en tirer éventuellement des enseignements pour les États-Unis une fois l’émancipation acquise), soulignait  : «  [The African Americans have] not taken firm root in Canada, and […] desire to go to the Southern region of the United States, partly from love of warmth, but more from love of home.  » (cité dans Frost, 2007 : 324)

Bibliographie

Sources primaires

Brown, Henry Box, 2001 [1849], Narrative of Henry Box Brown, who escaped from Slavery, enclosed in a Box 3 Feet Long and 2 Wide. Written from a Statement of Facts Made by Himself. With Remarks upon the Remedy for Slavery, by Charles Stearns, Boston, Brown and Stearns. Documenting the American South. University Library, University of North Carolina at Chapel Hill, http://docsouth.unc.edu/neh/boxbrown/boxbrown.html, page consultée le 16 avril 2007.

Brown, William Wells, 2003 [1848], The Narrative of William W. Brown, A Fugitive Slave, Mineola, New York, Dover Publications.

Clarke, Milton and Clarke, Lewis, 1999 [1846], Narratives of the Sufferings of Lewis and Milton Clarke, Sons of a Soldier of the Revolution, During a Captivity of More than Twenty Years Among the Slaveholders of Kentucky, One of the So-Called Christian States of North America, Boston, Bela Marsh, Documenting the American South, University Library, University of North Carolina at Chapel Hill, http://docsouth.unc.edu/neh/clarkes/clarkes.html, page consultée le 16 avril 2007.

Douglass, Frederick, 1986 [1845], Narrative of the Life of Frederick Douglass, An American Slave, New York, Penguin.

Drew, Benjamin (éd.), 2004 [1856], The Refugee : A North-Side View of Slavery, Mineola, New York, Dover Publications.

Frost, Karolyn S., 2007, I’ve Got a Home in Glory Land : A Lost Tale of the Underground Railroad, Toronto, Thomas Allen Publishers.

Smallwood, Thomas, 2000 [1851], A Narrative of Thomas Smallwood (Coloured Man), Toronto, Mercury Press.

Stowe, Harriet Beecher, 2001 [1852], Uncle Tom’s Cabin or, Life among the Lowly, New York, Modern Library.

Ward, Samuel Ringgold, 1999 [1855], Autobiography of a Fugitive Negro : His Anti-Slavery Labours in the United States, Canada, & England. London, John Snow. Documenting the American South. University Library, University of North Carolina at Chapel Hill. http://docsouth.unc.edu/neh/wards/ward.html, page consultée le 20 avril 2007.

Sources secondaires

Clarke, George Elliott, Spring 2005, «  ‘This is no Hearsay’: Reading the Canadian Slave Narratives  », Papers of the Bibliographical Society of Canada no 43.1, p. 7-32.

Trudel, Marcel, 1960, L’Esclavage au Canada français  : Histoire et conditions de l’esclavage, Québec, Presses Universitaires Laval.

Walker, James, 1976, The Black Loyalists : The Search for a Promised Land in Nova Scotia and Sierra Leone, 1783-1970, New York / Halifax, Africana Pub. Co. et Dalhousie University Press.

Williams, Dorothy W., 2005, «  L’imprimé et la culture des communautés noires  », in Fleming, Patricia, Lamonde, Yvan et Black, Fiona A. (éds), Histoire du Livre et de l’Imprimé au Canada, de 1840 à 1918 vol.  2, Montréal, Presses de l’Université de Montréal, p. 43-46.

Winks, Robin W., 1997, The Blacks in Canada : A History, 2nd ed., Montréal et Kingston, McGill-Queen’s University Press.

Notes

1 La Constitution américaine (1787) contient une clause (Art. IV, Section 2) engageant les autorités des États à assurer le retour des fugitifs à leurs propriétaires. Le Fugitive Slave Act de 1793 précisait les modalités de cette clause pour en renforcer la mise en application. Le Fugitive Slave Act de 1850 fut voté dans le cadre d’une série de compromis visant à satisfaire les États esclavagistes sur diverses questions qui divisaient profondément l’Union.

2 Deux autres migrations noires eurent lieu avant « l’ère des fugitifs ». Il y eut d’abord la vague « loyaliste », provoquée par la guerre d’Indépendance américaine (1775-1783), qui entraîna l’exode de milliers de personnes qui, souhaitant rester fidèles à la couronne britannique et accompagnées d’environ 2 000 esclaves, trouvèrent refuge en Amérique du Nord britannique. Parallèlement, environ 3 500 « Loyalistes Noirs », principalement esclaves fugitifs à qui les autorités coloniales avaient promis liberté, égalité et propriété s’ils rejoignaient l’armée britannique, arrivèrent en Nouvelle-Écosse après la fin du conflit. Cependant, déçus par leurs conditions de vie, plusieurs centaines émigrèrent en Sierra Leone dans les décennies suivantes (Walker, 1976 : 1-17). Il y eut ensuite, pendant et après la guerre de 1812, la vague des « réfugiés » (Black Refugees) : environ 2 000 esclaves et affranchis, galvanisés par la promesse britannique faite trente ans plus tôt aux Loyalistes, intégrèrent l’armée britannique, et s’installèrent essentiellement dans les Provinces maritimes (Winks, 1997 : 114-141).

3 Le premier esclave « officiel » de Nouvelle-France, un Africain baptisé Olivier Le Jeune, arriva en 1628 et mourut vraisemblablement homme libre en 1654 (Trudel, 1960 : 3-5). L’esclavage dans la colonie française, autorisé par l’ordonnance de l’intendant Raudot en 1709, concerna un peu plus d’un millier de Noirs (et environ 3 000 esclaves indiens, appelés « panis ») qui travaillaient surtout comme domestiques en milieu urbain. Après la Conquête, la continuité de l’esclavage fut garantie par le traité de capitulation rédigé à Montréal en 1760 par le marquis de Vaudreuil, et confirmée lors du traité de Paris de 1763 (qui assurait aux sujets britanniques le droit de conserver leurs biens et propriétés) puis par la Proclamation royale de 1763 et par l’Acte du Québec de 1774 (Winks, 1997 : 24-26). De plus, la Grande-Bretagne soutint l’esclavage lors du vote de l’Imperial Act de 1790 qui, pour encourager l’immigration en Amérique du Nord britannique, permettait l’importation de Noirs, de préférence asservis (Winks, 1997 : 26). Cependant, l’esclavage au Canada demeura une pratique marginale, sans commune mesure avec son pendant américain, parce qu’indéniablement sans intérêt économique substantiel, et, de surcroît, associée à un « mal américain » qui la rendait de plus en plus impopulaire auprès d’une majorité de Canadiens (Winks, 1997 : 112-113). La loi d’abolition, votée le 28 août 1833, entra en vigueur le 1er août 1834. Winks remarque que les colonies canadiennes ne sont pas citées dans l’Acte, ce qui laisse penser que le gouvernement britannique considérait déjà l’esclavage comme inexistant au Canada. Par ailleurs, Winks estime qu’environ une cinquantaine d’esclaves noirs canadiens ont pu être concernés par la loi, sans qu’elle ne se réfère à leur cas spécifiquement (Winks, 1997 : 111).

4 Le Haut-Canada (Upper Canada), appellation en vigueur de 1791 à 1840, correspondait à la partie sud de la province actuelle de l’Ontario. Avec la création de la Province-Unie du Canada en 1840, le Haut-Canada prit le nom de Canada-Ouest (Canada West) avant de devenir l’Ontario lors de la Confédération en 1867.

5 Pour une carte détaillée des communautés noires établies dans la colonie par les fugitifs, voir Frost, 2007 : 138.

6 En revanche, un des cousins de Benjamin Drew, Thomas Drew, était rédacteur-en chef du Worcester Spy, principal organe de presse anti-esclavagiste du Massachusetts (Drew, 2004 : ix-x).

7 En 1854, le mouvement abolitionniste fut contrecarré par deux événements majeurs. Le vote du Kansas-Nebraska Act laissait aux citoyens le choix d’autoriser ou non l’esclavage dans ces deux nouveaux Territoires, pourtant situés au nord de la ligne fixée par le Missouri Compromise de 1820. Et, suite à un procès retentissant, Anthony Burns, esclave fugitif capturé à Boston, fut renvoyé dans le Sud sous escorte fédérale, malgré l’opposition farouche des abolitionnistes. À l’occasion de la présentation d’Amherstburg, Drew évoque l’affaire Burns en ces termes : « Massachusetts swallowed so bitter a dose, that the whole world made up faces […] » (Drew, 2004 : 246). Toutes les réfé-rences au recueil de Drew sont celles de l’édition de 2004 publiée par Dover Publications (Mineola, New York) et introduite par Tilden G. Edelstein.

8 Sur la question de la représentativité de cet échantillon, voir Frederick R. Black, July 1972, « Bibliographical Essay: Benjamin Drew’s Refugee and the Black Family », Journal of Negro History no 57.3, p. 284-289.

9 Voir le témoignage de Henry Crawhion, à Chatham (Drew, 2004 : 180).

10 Drew précise dans la préface du recueil : « The narratives were gathered promiscuously from persons whom the author met in the course of a tour through the cities and settlements of Canada West. While his informants talked, the author wrote: nor are there in the whole volume a dozen verbal alterations which were not made at the moment of writing, while in haste to make the pen become a tongue for the dumb. » (Drew, 2004 : xxviii)

11 Quelques restrictions s’imposent néanmoins aux ex-esclaves qui, de crainte d’être retrouvés, ou afin de ne pas mettre en danger les personnes les ayant aidés à fuir, sont parfois contraints à l’auto-censure.

12 Le recueil de Drew s’inscrit dans la lignée des récits d’esclaves individuels, profondément soucieux de garantir l’authenticité de leurs contenus, et particulièrement attachés à assumer un rôle didactique. Sur ces conventions, voir, entre autres, James Olney, 1990, « ‘I Was Born’: Slave Narratives, their Status as Autobiography and as Literature, » in Charles T. Davis and Henry L. Gates Jr (éds), The Slave’s Narrative, New York, Oxford University Press, p. 148-175.

13 Drew défend dès l’introduction la véracité des témoignages recueillis. Sans nier les lacunes possibles de ses témoins, il affirme que, jugée à l’aune de l’importance des révélations faites, cette ignorance pèse peu : « Objections may be urged to the testimony of the refugees on the score of their ignorance. We may naturally expect errors and mistakes in regard to dates, ages, proceedings at law, and other matters to know which would require an amount of information not vouchsafed to American slaves. But errors of this sort are of secondary consequence, and should rather be imputed to those who have from interest or necessity (the tyrant’s plea) placed their candle under a bushel, that it might not give light to all who were in their house. » (Drew, 2004 : 10)

14 Dans son célèbre récit d’esclave intitulé Narrative of the Life of Frederick Douglass, An American Slave, Douglass confirme cette idée, indiquant que les esclaves se protègent en

respectant scrupuleusement la maxime suivante : « a still tongue makes a wise head » (Douglass, 1986 : 62).

15 À l’occasion de la critique de l’affaire Burns (voir note 8), Drew commente : « The time has come for Americans to adopt the motto of De Witt Clinton – « patria cara, carior libertas » [Dear is my country, liberty is dearer]. » (Drew, 2004 : 246)

16 Le retour à l’esclavage n’est jamais envisagé par les témoins, qui préféreraient mourir, comme l’affirme Philip Younger à Chatham : « I cannot be a slave any more, – nobody could hold me as a slave now, except in irons. Old as I am, I would rather face the Russian fire, or die at the point of the sword, than go into slavery. » (Drew, 2004 : 175)

17 Afin de dissuader les esclaves de fuir vers le Canada, les esclavagistes ont souvent exagéré la rudesse du climat, mais plusieurs témoins de Drew démentent, dont William Jackson, à Queen’s Bush : « The health of the colored people [is] very good – there [is] hardly any sickness at all: indeed, the climate of Canada agrees with them as well as with the white people. It is healthy for all. » (Drew, 2004 : 133-134) Il faut sans doute y voir une stratégie qui modifie le débat pour insister sur le côté bienfaisant d’un climat rude. Drew use aussi de l’argument climatique pour montrer la détermination des esclaves à fuir, en s’interrogeant dans l’introduction : « Why have [the refugees] exchanged the genial clime of the south for a realm where winter holds half the year? » (Drew, 2004 : 9)

18 Cette remarque fait écho à Frederick Douglass qui affirme : « We could see no spot, this side of the ocean, where we could be free. We knew nothing about Canada. Our knowledge of the North did not extend farther than New York […] » (Douglass, 1986 : 123)

19 Lewis et Milton Clarke, esclaves originaires du Kentucky qui trouvèrent refuge au Canada, livrent d’autres aspects de cette propagande : « I could not forget all the horrid stories slaveholders tell about Canada. They assure the slave that, when they get hold of slaves in Canada, they make various uses of them. Sometimes they skin the head, and wear the wool on their coat collars – put them into the lead-mines, with both eyes out – the young slaves they eat; as for the red coats, they are sure death to the slave. However ridiculous to a well-informed person such stories may appear, they work powerfully upon the excited imagination of an ignorant slave. » (L. et M. Clarke, 1846 : 40-41)

20 Dans son récit d’esclave intitulé A Narrative of Thomas Smallwood, Coloured Man, publié en 1851 au Canada, un autre fugitif, Thomas Smallwood, souligne ces divergences en citant intégralement l’œuvre intitulée « Epigram to the United States of North America » du poète écossais Thomas C. Campbell (1777-1844) : « When shall some mighty genius arise to fling a standard of light over the United States: when their own flag shall no longer be a subject for declamatory orators and punning poets. “United States! Your banner wears two emblems – one of fame; / Alas! The other that it bears reminds us of your shame: / The White Man’s liberty, in types, stands blazing by your Stars; / But what’s the meaning of the stripes? They mean your Negroes’ scars.” » (Smallwood, 2000 : 26)

21 Les États-Unis sont également accusés d’une autre forme d’hypocrisie, puisque ce pays renégat prêche des valeurs contraires à la doctrine chrétienne. À St. Catharines, Henry Atkinson s’insurge : « Since I have been here, I have heard the passage about the fast that the Lord hath chosen, to loose the bands of wickedness, to undo the heavy burdens, to let the oppressed go free, and that ye break every yoke. I never heard that down South. If a colored man were to say it, he’d have the handcuffs put on quick, – if a white man were to say it, he’d have to leave, because they’d say he was “putting too much into the niggers’ heads.” » (Drew, 2004 : 55) Le Canada n’offre cependant pas de modèle parfait d’antithèse avec les États-Unis puisque, bien que jugé plus respectueux des valeurs chrétiennes, le pays montre aussi ses failles par la ségrégation raciale imposée dans certaines églises.

22 La nature symbolique du 4 juillet et sa signification particulière pour l’esclave sont soulignées par le passage du récit de Smallwood qui décrit son arrivée au Canada : « On the fourth day of July I arrived at Toronto, in Canada; and how different were my feelings that day to what they would have been had I been in the States. There I would have been compelled painfully to witness as I had done for many years their hypocritical demonstrations in honour of a day, which they say, brought to them freedom. But I sorrowfully knew that it was in honour of a day that brought me, and my race among them, the most degrading, tyrannical, and soul-withering bondage that ever disgraced the world or a nation. But here, I was on Canada’s free soil, and I may rejoice and give thanks to God in honour of that day, it being the day on which I first put my feet in a land of true freedom, and equal laws. » (Smallwood, 2000 : 53). Voir aussi le discours de F. Douglass intitulé « The Meaning of July Fourth for the Negro » (5 juillet 1852, Rochester, New York).

23 Ces principes apparaissent dans le British North America Act de 1867, Constitution adoptée par le Canada lors de la Confédération.

24 Dans son récit publié en 1848 à Boston, un autre fugitif célèbre, William Wells Brown, évoque sa première tentative de fuite en dénonçant l’imposture américaine : « [W]hen I thought of slavery, with its democratic whip – its republican chains – its evangelical blood-hounds, and its religious slave-holders – when I thought of all this paraphernalia of American democracy and religion behind me, and the prospect of liberty before me, I was encouraged to press forward […]. » (W. W. Brown, 2003 : 31) Parvenu au Canada, Brown rend l’opposition avec le régime monarchique plus explicite, à tel point que la situation du fugitif semble soudain une aberration : « This I know will sound strangely to the ears of people in foreign lands, but it is nevertheless true. An American citizen was fleeing from a democratic, republican, Christian government, to receive protection under the monarchy of Great Britain. » (W. W. Brown, 2003 : 46)

25 Rappelons que le raid sur l’arsenal fédéral de Harper’s Ferry (Virginie), mené en 1859 par l’abolitionniste radical John Brown, fut orchestré à partir du Canada.

26 L’événement est à l’origine d’une anecdote que l’histoire n’a pas encore authentifiée. La lettre de demande d’asile rédigée par Brown fut remise en mains propres par des émissaires noirs à John Colborne, lequel, après lecture de la missive, aurait déclaré : « Tell the Republicans on your side of the line that we Royalists do not know men by their color. Should you come to us you will be entitled to all the privileges of the rest of his Majesty’s subjects » (Winks, 1997 : 155-156). Brown ne fait pas référence à cette phrase, mais confirme le bon accueil réservé à ses messagers et, plus tard, aux réfugiés noirs, qui fondèrent la communauté de Wilberforce (voir Winks, 1997 : 155-162).

27 Dans les longs passages de son récit où il défend le bien-fondé d’une guerre civile pour parvenir à l’émancipation de tous les esclaves américains, l’ex-esclave Henry Box Brown, qui n’a jamais vécu au Canada mais le décrit en des termes presque mystiques, évoque, dès 1849, le soutien inconditionnel des réfugiés noirs canadiens en cas de conflit armé entre le Nord (fort de ses 12 millions d’habitants libres) et le Sud : « On the Northern frontier, runs that talismanic line, over which a slave has but to place his foot, and glorious liberty becomes his possession. Here stand, twelve millions of free-men, ready to fight in behalf of the panting fugitive, while nearly 20,000 sturdy hearts beat quick to the sound of the trumpet of freedom, and are ready to leave their homes in Canada, to assist their brethren. » (H. B. Brown, 1849 : 88) Lorsque la guerre de Sécession éclata, la prophétie de Brown fut confirmée par l’engagement, dans les rangs de régiments noirs recrutés au Canada, de centaines de fugitifs (Winks, 1997 : 289).

28 Quelques témoignages évoquent une autre forme de rétribution possible, insinuant que les États-Unis devront rendre compte de leur infamie au moment du jugement dernier. À Windsor, Lydia Adams dit : « I am afraid the slaveholders will go to a bad place – I am really afraid they will. I don’t think any slaveholder can get to the kingdom. » (Drew, 2004 : 235-236)

29 Le roman parut d’abord en feuilletons dans National Era, un hebdomadaire de Washington, en 1851, puis sous forme de livre en 1852 à Boston et à Toronto. En 1853, le public montréalais put lire une traduction dans le magazine La ruche littéraire et politique (Williams, 2005 : 44).

30 Le chapitre « Liberty » rend compte de l’arrivée des fugitifs au Canada. Il s’ouvre sur une citation éloquente de John P. Curran : « No matter with what solemnities he may have been devoted upon the altar of slavery, the moment he touches the sacred soil of Britain, the altar and the God sink together in the dust, and he stands redeemed, regenerated, and disenthralled, by the irresistible genius of universal emancipation » (Stowe, 2001 : 542). L’intrigue est ensuite longuement interrompue pour engager le lecteur à réfléchir au sens du mot « liberté » : « Liberty! – Electric word! What is it? Is there anything more in it than a name – a rhetorical flourish? (…) What is freedom to a nation, but freedom to the individuals in it? » (Stowe, 2001 : 545) Et lorsque le bateau des fugitifs accoste au Canada, Stowe cède à l’appel mystique : « But the boat swept on. Hours fleeted, and at last, clear and full rose the blessed English shores; shores charmed by a mighty spell, – with one touch to dissolve every incantation of slavery, no matter in what language pronounced, or by what national power confirmed » (Stowe, 2001 : 550).

31 Parmi les conséquences de cette (trop) belle image, figure, chez les historiens, abolitionnistes et ex-esclaves, un penchant à exagérer l’attrait du Canada aux yeux des esclaves, et consécutivement, à grossir le nombre de réfugiés. Dans sa version la plus extrême, leur nombre peut atteindre 60 000, chiffre invalidé par Robin W. Winks, qui l’estime plus vraisemblablement proche de 30 000 (Winks, 1997 : 233-240).

32 Ce fut le rôle notamment des True Bands de veiller à ce que cette assistance parvienne bien à ceux qui en avaient besoin (voir Drew, 2004 : 165-167).

33 La province fut d’autre part la première, en 1793, à faire passer une loi visant l’abolition graduelle de l’esclavage. Appelée Simcoe’s Bill, du nom de John Graves Simcoe, gouverneur du Haut-Canada qui la fit voter, elle visait à interdire l’importation d’esclaves dans la province et garantissait l’affranchissement, à l’âge de 25 ans, des esclaves de la province nés après 1793. Contrairement aux idées reçues, elle ne fut pas la preuve d’un mouvement abolitionniste précoce au Canada, car, peu populaire, elle ne fut votée que de justesse. (Winks, 1997 : 96-98)

34 « This permissive clause left judgment on the merits of each case to the Governor, and ordinarily he could be counted on to exercise compassion toward a fugitive slave whose only crime was self-theft, a patent impossibility where slavery did not exist. » (Winks, 1997 : 169)

35 Robinson définit cette position ainsi : « Whatever may have been the condition of […] Negroes in the country to which they formerly belonged, here they are free – for the enjoyment of all civil rights consequent to a mere residence in the country and among them the right to personal freedom as acknowledged by the laws of England […] must be extended to these Negroes as well as others under His Majesty’s Government in this Province. » (cité dans Frost, 2007 : 203) La fermeté canadienne et britannique vis-à-vis de l’extradition d’esclaves fut entérinée par l’article 10 du traité Webster-Ashburton de 1842 qui autorisa uniquement, au grand dam des Américains, l’extradition de criminels, sans que les esclaves en fuite soient inclus dans cette classe d’individus. Ratifié le 22 août 1842, ce traité avait également pour but de fixer définitivement la frontière entre le Canada et les États-Unis (Articles 1 à 7) et de mettre un terme à la traite négrière par la création d’une flotte de surveillance (Articles 8 et 9). Voir le texte du traité sur http://www.yale.edu/lawweb/avalon/diplomacy/britain/br-1842.htm

36 À Queen’s Bush, Mrs John Little fait également part de sa satisfaction immense d’être parvenue, par son travail acharné et la force de sa détermination, à assurer son indépendance économique, à affirmer son statut de femme libre, et à être enfin considérée comme l’égale d’une femme blanche, victoire suprême sur le système esclavagiste : « I got to be quite hardy – quite used to water and bush-whacking; so that by the time I got to Canada, I could handle an axe, or hoe, or any thing. I felt proud to be able to do it – to help get cleared up, so that we could have a home, and plenty to live on. I now enjoy my life very well – I have nothing to complain of. We have horses and a pleasure-wagon, and I can ride out when and where I please, without a pass. The best of the merchants and clerks pay me as much attention as though I were a white woman: I am as politely accosted as any woman would wish to be. » (Drew, 2004 : 163)

37 Voir l’étude de Jason H. Silverman, 1985, Unwelcome Guests: Canada West’s Response to American Fugitive Slaves, 1800-1865, Millwood, New York, Associated Faculty Press.

38 Le silence des réfugiés à l’égard du passé esclavagiste, même limité, du Canada, fait partie intégrante de cette attitude. Chez Drew, aucun réfugié n’y fait allusion, à l’exception de Sophia Pooley, à Queen’s Bush. Âgée de plus de 90 ans, elle raconte qu’elle fut kidnappée enfant et vendue comme esclave à Joseph Brant, chef de la tribu indienne des Mohawks, peu avant la Révolution Américaine. Elle vécut cinq ans parmi les Indiens, avant d’être revendue à un Anglais établi près d’Hamilton, jusqu’à ce qu’elle s’échappe pour aller vivre à Waterloo (Drew, 2004 : 135-137).

39 Smallwood lui-même, si enclin à louer le Canada, fait part de sa désillusion lorsqu’il dit de Toronto : « But, even here, I have met a prejudice equal to anything I ever experienced in the South » (Smallwood, 2000 : 27) Mais il formule aussi sa théorie d’une contagion américaine : « The United States is the most hypocritical, guileful, and arrogant nation on the face of the earth. It is far preferable for coloured people to be subjects of any other nation than that. Its people rend earth and air with protestations of freedom! They taunt other nations with tyranny! […] They send out emissaries among the people of other nations to emit their poisonous principles. » (Smallwood, 2000 : 65, nous soulignons)

40 Dans The Refugee, ce sont surtout deux aspects de ce différend que les réfugiés et Benjamin Drew évoquent à maintes reprises : la ségrégation scolaire et religieuse. Dans l’ensemble, les réfugiés qui abordent le sujet soulignent leur satisfaction de voir leurs enfants scolarisés, que ce soit avec des Blancs ou non, puisque cela constitue une différence majeure avec l’interdiction de l’accès au savoir dans les plantations américaines. Quant à Drew, à l’occasion de la présentation de la ville d’Hamilton, il émet l’opinion selon laquelle les Noirs canadiens feraient mieux d’abandonner leurs écoles et églises séparées dès que possible (Drew, 2004 : 82-83).

Auteur

CRAN, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540