Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

II. Appropriation de l’espace nord-américain : modalités et enjeux

Évolution de l’interprétation des phénomènes de gentrification en milieu urbain au Canada et aux États-Unis de la revanche à l’émancipation

laurence Gervais-Linon

Résumé

Since the 1960s, the “gentrification” process has been studied in Europe and in North America. Two trends have emerged that represent one Canadian and one American model of the transformation of inner cities. These two contrasted academic discourses try to explain gentrification, through Professor Neil Smith’s American “revanchist city” model on the one hand, and the image developed by David Ley of a Canadian “emancipated city” on the other hand.

Texte intégral

1Nombre d’études ont à présent été effectuées sur le phénomène de gentrification ou d’«  embourgeoisement  » des quartiers aux États-Unis et au Canada depuis la création du concept en 1964 par la sociologue anglaise Ruth Glass. Deux courants théoriques s’opposent, l’un américain, l’autre canadien, avec d’un côté notamment l’Américain Neil Smith et sa théorie du «  différentiel de loyer  » (rent gap  ; Smith, 1987  : 151-172) fondée sur la mobilité du capital, la production et l’offre, et de l’autre le Canadien David Ley (Ley, 1994  : 59-60) et les tenants de l’explication culturelle, de la consommation et de sa demande. Il s’agit de deux discours académiques contrastés sur la gentrification avec, d’une part, la ville «  émancipée  » des Canadiens et, de l’autre, la ville «  revancharde  », construction américaine. Ces deux courants posent en fait la question de savoir si la gentrification est un processus enviable ou au contraire dangereux.

2Si ces deux visions sont indissociables des contextes locaux qui les ont engendrées – le Canada et les États-Unis – chaque courant tend à généraliser sa vision aux deux pays. Se pose donc la question de l’existence d’un type de gentrification spécifique à l’Amérique du Nord, différente de celle étudiée en Europe notamment, ou bien d’une tendance quasi universelle, par ailleurs constatée et analysée dans de nombreux autres pays (entre autres, le Brésil, l’Australie, le Royaume-Uni, la France, l’Allemagne et le Japon) que d’aucuns associent volontiers au phénomène de globalisation des échanges (Sassen, 1998). Le corollaire de cette question est de savoir s’il existe une «  géographie de la gentrification  »  : si chaque environnement urbain produit son type de gentrification, alors les causes en seront sensiblement différentes chaque fois, et ce sont ces différences qu’il conviendra de confronter aux réalités physiques des villes ainsi qu’aux théories développées en Amérique du Nord et ailleurs, aux États-Unis et au Canada, pour l’exemple qui nous occupe.

Les différents discours sur les causes de la gentrification

3De très nombreux auteurs ont tenté de définir le processus de gentrification. Globalement, tous s’accordent pour dire qu’il associe trois phénomènes récurrents  : une transformation sociale  ; une transformation physique du quartier, ou réhabilitation  ; enfin, une transformation économique, soit la hausse de la valeur du foncier et de l’immobilier à la fois dans les quartiers concernés et ceux qui les jouxtent, d’où le phénomène de «  déplacement  » (displacement) des habitants.

4Le phénomène de gentrification aux États-Unis est de fait lié à la reconstruction et à la réhabilitation des quartiers centraux qui commencent dans les années 1950. Dès les années 1920 les ghettos s’y développent à la périphérie des centres-villes. Après la Seconde Guerre mondiale, l’augmentation des salaires, la transformation de l’économie américaine, la politique d’aide à l’accession à la propriété du gouvernement américain contribuèrent à la fois à l’étalement urbain et à la dégradation des centres-villes. C’est à ce moment que commencèrent les campagnes de «  réhabilitation  » de ces quartiers, d’abord à Greenwich Village à New York, où la gentrification fut associée au mouvement de la contre-culture, puis dans des dizaines d’autres grandes villes aux États-Unis durant les années 1960, comme dans les quartiers de Philadelphie (par exemple Society Hill). Le tout s’opéra sur fond de disparition des emplois manufacturiers et d’augmentation du secteur tertiaire qui devait transformer la géographie urbaine. Au centre des villes se construisirent des immeubles de luxe pour abriter bureaux et logements dans des quartiers comme Battery Park City à New York, alors que des parcs d’attraction apparaissaient au cœur des villes comme à Chicago.

5Ces transformations économiques s’accompagnèrent de changements politiques alors que les villes se trouvaient prises dans la compétition inhérente à la globalisation, avec la déréglementation, la privatisation du logement public et de certains services urbains et le démantèlement de l’État providence. Dans ce contexte, la gentrification devint le corollaire de la «  ville globale  » (Sassen, 1998).

6Bien des questions restent posées quant aux facteurs déclenchant ce phénomène, notamment celles qui opposent Neil Smith et sa théorie de désinvestissement-réinvestissement, fondée sur la mobilité du capital et la «  revanche  » des centres-villes américains, à David Ley qui voit la cause de la gentrification dans l’«  émancipation  » de la classe moyenne dans les villes canadiennes. La première approche met l’accent sur la production de l’espace urbain, le rôle du capital et des acteurs collectifs tels que les promoteurs et les institutions de crédit (Smith, 1987  : 151). La seconde insiste sur les «  gentrifieurs  » et leurs choix de localisation en fonction de leurs orientations en matière de culture, de consommation et de reproduction (Ley, 1980  : 238-258  ; Rose, 1984  : 47-74  ; Williams, 1986  ; Beauregard, 1986).

La mobilité du capital ou le centre-ville revanchard

7Les marxistes structuralistes, par opposition aux positivistes, insistent sur le rôle du capital, des classes, de la production et de l’offre dans le processus de gentrification. Dans cette approche, la gentrification ne peut être réduite à un phénomène lié uniquement aux choix en matière de consommation et de préférences des consommateurs pour tel ou tel quartier  : il s’agit d’une explication fondée sur les mécanismes économiques des cinquante dernières années (Rose, 1984  : 47-74).

  • 1 Il s’agit de « reconquérir » la ville et en particulier les quartiers défavorisés. Les « urban pion (...)

8Le concept d’une gentrification «  revancharde  » chez Neil Smith (Smith, 1996  : 13-18) vient du parallèle qu’il établit entre la classe moyenne qui s’est réapproprié New York dans les années 1980 et les notables monarchistes opposés à la Commune de Paris en 1871 qui voulaient leur revanche sur les républicains qu’ils considéraient comme leur ayant «  volé  » la ville (Slater, 2004). Pour Smith la gentrification est aussi une nouvelle frontière, identique à celle inventée par Frederick Jackson Turner, avec la «  sauvagerie  » de la «  jungle urbaine  » que repousse une classe moyenne blanche «  terrifiée  » par «  un marché immobilier ravagé, la menace et la réalité du chômage, le déclin des services sociaux, et l’émergence de groupes minoritaires qui apparaissent comme des acteurs urbains puissants  » (Smith, 1987  : 462-465). Smith illustre son propos avec le discours sur le «  renouveau urbain  » dans les médias des années 1960 et 1970  : le parallèle est frappant, on y rencontre des «  pionniers urbains  », des «  cow-boys urbains  » et parfois dans certains magazines spécialisés dans l’immobilier des «  éclaireurs urbains  » chargés de repérer les quartiers en voie de gentrification1. Il donnera plus tard l’exemple du maire de New York Giuliani et de sa politique musclée de lutte contre la criminalité (Smith et DeFilippis, 1996). Selon Smith, Giuliani a préparé le terrain pour la gentrification à New York  :

  • 2 D’autres auteurs suivent le chemin tracé par Smith de l’explication « revancharde » et des effets d (...)

Giuliani led the clamor for a different kind of revenge. He identified homeless people, panhandlers, prostitutes, squeegee cleaners, squatters, graffiti artists, “reckless bicyclists”, and unruly youth as the major enemies of “public order and public decency”, the culprits of urban decline for generating widespread fear. (Smith, 1996  : 230)2

9Dans son ouvrage The New Urban Frontier : Gentrification and the Revanchist City, Smith étudie le rôle joué par la gentrification dans la création de la ville moderne. Il nous montre que les causes et les effets de la gentrification sont liés à un certain nombre de changements sociaux, politiques et économiques durant les cinquante dernières années. Selon lui, les causes de la gentrification sont fortement liées aux processus d’étalement urbain et de restructuration économique de la période d’après-guerre. La gentrification peut être vue comme une réponse au phénomène de l’étalement urbain massif des années 1950, et pour les politiques, promouvoir la gentrification du centre-ville est une manière d’attirer les capitaux sous forme d’investissement et d’impôts locaux.

10Premièrement, la restructuration de l’économie américaine après la Seconde Guerre mondiale a en partie aidé à créer les conditions nécessaires à la désintégration des quartiers péri-centraux. Grâce à l’augmentation du pouvoir d’achat, aux politiques d’aides aux entreprises s’installant à l’extérieur des villes, à la construction massive de grands axes autoroutiers, à la fuite de la classe moyenne blanche hors des quartiers du centre-ville, le déclin des centres-villes et la concentration dans des immeubles détériorés d’une population à bas revenus ont été rendus possibles.

11Ensuite, dans les années 1980, ce «  désinvestissement  », associé à la proximité des emplois du centre-ville, à un bon réseau de transports en commun, parfois à une architecture ancienne et souvent à une politique de la ville de «  revitalisation  » du centre, causa de l’intérêt de nouveaux «  gentrifieurs  » et du «  réinvestissement  » de ces quartiers. Les quartiers concernés sont considérés par Neil Smith comme «  mûrs  » pour la gentrification lorsqu’apparaît le phénomène du «  différentiel de loyer  »  : soit lorsqu’une différence naît entre les loyers effectivement générés par ces quartiers habités par des populations à bas revenus vivant dans des immeubles anciens et mal entretenus, et les loyers qui pourraient être perçus si ce quartier était rénové, les immeubles réhabilités ou reconstruits. Pour Smith, il s’agit d’un «  mouvement de retour du capital, non des gens, vers les centres  » (Smith, 1996  : 51-53, 75-76, 70-71).

12Plus tard, Smith admettra l’existence d’une nouvelle classe moyenne  ; il reconnaît qu’il y a eu une indéniable transformation des structures d’emploi, les cadres moyens et supérieurs des secteurs en expansion étant largement représentés parmi les «  gentrifieurs  ». C’est un pas vers la théorie de David Ley et l’explication plus culturelle et sociale de la gentrification. Mais Smith maintiendra toujours l’analyse du différentiel de loyer :

[t]he rent-gap theory (…) refers to the history of investment and disinvestment at the neighborhood scale. But in addition to these local dynamics, gentrification represents a significant historical geographical reversal of assumed patterns of urban growth intimately connected to a wider frame of political economic change. (Smith, 1996  : 75)

Quand la classe moyenne s’émancipe de la banlieue et des valeurs qu’elle véhicule

13Ley étudie le processus de gentrification au Canada, où il est aujourd’hui aussi répandu qu’aux États-Unis. Même si ce n’est que dans les années 1980 que le terme sera adopté au Canada, il est question de whitepainting à Toronto au milieu des années 1960, ou plus simplement de «  réhabilitation  » (townhousing) dans les années 1970. Dans son article «  Gentrification in Canada’s Cities  », Slater fait la revue des études dédiées à la gentrification à ses débuts dans les années 1970, période de «  réforme  » et de création de programmes municipaux et provinciaux au Canada, visant à reconvertir et à améliorer le parc de logements et à attirer résidents et entrepreneurs. Il cite Ley pour les six plus grandes villes du Canada, mais aussi Jon Caulfield pour Toronto et Damaris Rose pour Montréal (Slater, 2005  : 42-52  ; Rose, 1989  : 55  ; Caulfield, 1994).

  • 3 « […] closer management of growth and development, improved public services, notably housing and tr (...)

14C’est dans son ouvrage de 1980, Liberal Ideology and the Post-Industrial City, que David Ley introduit une nouvelle explication des causes de la gentrification qui va s’opposer à celle de Smith et qui s’articule autour de trois hypothèses  : premièrement la restructuration d’une économie industrielle en une économie de services  ; deuxièmement le rôle plus important du gouvernement dans cette nouvelle économie – pour lui à Toronto, Montréal et Vancouver, il y a corrélation entre quartiers gentrifiés et électorat favorable à une politique de «  réforme3  » de la ville  ; et enfin la création d’une nouvelle classe moyenne aisée nord-américaine, liée à cette économie post-industrielle et à sa globalisation (Hamnett, 1991  : 173-189).

15Il se rapproche en cela de la théorie de Richard Florida qui expose lui aussi l’émergence d’une nouvelle classe sociale qu’il appelle Creative Class (Florida, 2005) dans un contexte où, comme l’affirme Ley, «  hippies had become yuppies  ». Cet élément est important car, en tant que géographe, Ley apporte une dimension spatiale nouvelle à ce concept sociologique. Pour lui, il existe une «  géographie de la société post-industrielle  », voire une géographie de la gentrification. Il parle de l’esthétisation et de la marchandisation de l’art et des modes de vie qui y sont liés, dans des quartiers comme Yorkville et the Annex à Toronto, Kitsilano et Fairview Slopes à Vancouver, le Plateau-Mont-Royal à Montréal, où la gentrification suit les artistes  ; et de l’importance des valeurs héritées de la contre-culture des années 1960 et leur appropriation par la nouvelle classe moyenne professionnelle des années 1970 et 1980 (Ley, 1994  ; 59-60). Celle-ci dédaigne la banlieue et sa monotonie et est indissociable du mouvement de la gentrification de ces années.

16Pour Caulfield aussi, la gentrification des années 1970 et 1980 à Toronto est le signe du rejet par la classe moyenne des valeurs associées à la banlieue, à la planification et au développement urbains des années 1960 et à l’économie de marché de masse dans une tentative de réappropriation post-fordiste du centre de la ville et de ses vieux quartiers. Pour lui, la gentrification est un mouvement social volontaire de protestation, ou «  critical social practice  » (Slater, 2005  : 42). Ley traduit la théorie de Caulfield et estime que la gentrification est «  le sauveur de la ville  » et moins une pratique sociale «  critique  » comme le dit Caulfield que d’«  émancipation  » (Caulfield, 1989  : 617-632). Enfin Damaris Rose introduit le concept de «  gentrifieur marginal  » (Rose, 1984  : 47-74), qui décrit la classe moyenne employée de façon marginale et à revenus modérés, très représentée parmi les femmes et les parents isolés, et qui serait particulièrement attirée par les centres des villes mieux desservis en transports et en services que les banlieues.

17Même si Ley est plus critique envers la gentrification et ses effets que Caulfield ou Rose, il n’en reste pas moins que l’ensemble de ces théories ont tendance à présenter le phénomène comme quelque chose de globalement positif pour la ville et par conséquent totalement à l’opposé des théories de la revanche et de la mobilité du capital. Pourtant, de chaque côté on cherche à établir une théorie si ce n’est universelle, du moins applicable à l’ensemble de l’Amérique du Nord.

Implications des divergences théoriques

18Ce qui est clair, c’est que chaque théorie est indissociable de son contexte  : la théorie de l’émancipation de la classe moyenne est à étudier dans le contexte de réforme urbaine au Canada entre 1960 et 1970  ; et celle de la revanche et de la mobilité du capital, à prendre dans celui de la ville duelle post-industrielle (abandon et pauvreté des quartiers centraux et retour des capitaux dans les années 1980). Slater nous met en garde contre une tendance à la généralisation de part et d’autre qui aurait abouti à gommer les contextes et à créer artificiellement une «  gentrification nord-américaine  » et il nous encourage à prendre en compte les spécificités nationales et même locales dans le phénomène de gentrification. Cette tendance à la généralisation est, en outre, un défaut très compréhensible à l’égard de l’étude d’un phénomène encore nouveau pour lequel on manque de recul et d’études de terrain comparatives États-Unis – Canada, mais aussi Amérique du Nord – Europe.

19Pourtant, Smith lui-même a fait l’effort d’intégrer les effets de la désindustrialisation et de la globalisation de l’économie sur la consommation de la classe moyenne dans sa théorie de mobilité du capital en 1987 (Smith, 1987  : 151-172). On peut raisonnablement penser que les théories des uns et des autres censées expliquer la gentrification dans sa globalité naissent en fait d’un contexte qu’elles n’arrivent pas à dépasser. Il n’y a pas une, mais plusieurs causes à la gentrification, ce qui n’empêche pas le phénomène de se développer dans des environnements variés.

  • 4 Les termes employés pour décrire ces processus sont eux-mêmes très variés. Ce que l’on peut remarqu (...)
  • 5 Il est intéressant de noter que si le phénomène de déplacement est reconnu et même investi idéologi (...)

20Le problème majeur de la gentrification est le déplacement, l’exclusion des habitants les plus pauvres des quartiers gentrifiés. Or, même si c’est le point d’ancrage du débat sur la gentrification, l’intérêt porté à la polémique évoquée plus haut a eu tendance à détourner l’attention du vrai problème. Par ailleurs, la rhétorique généralement associée à la gentrification4, ainsi que l’image qu’en rendent les médias, ont tendance à l’angéliser et à faire oublier le phénomène de déplacement. Peu d’études ont été effectuées à ce sujet, et encore moins d’études comparatives États-Unis – Canada5.

  • 6 Atkinson, Rowland, « Displacement through Gentrification: How Big a Problem? », Radstats, http://ww (...)

21On peut définir le déplacement comme un processus selon lequel le choix des ménages en termes de logement est contraint par l’action d’un autre groupe social6. Il existe plusieurs types de «  déplacement  » ou d’exclusion  : celui des résidents qui, ne pouvant faire face ni à l’augmentation du niveau de vie induite par la transformation du tissu social du quartier, ni à l’augmentation des loyers induite par la réhabilitation, sont forcés de partir se reloger ailleurs. Sont également «  déplacés  » les petits commerçants qui eux non plus ne peuvent plus payer les baux commerciaux des quartiers gentrifiés et sont remplacés par des chaînes multinationales telles que Starbucks ou Gap. Il faut enfin considérer le déplacement, plus ou moins volontaire, des petits propriétaires qui cèdent aux pressions des promoteurs et réalisent une plus-value en vendant leur bien. Le déplacement qui frappe un quartier à forte identité ethnique induira aussi de fait la destruction de cette communauté.

22Beaucoup d’experts pensent que le seul moyen de faire face au problème du déplacement est l’action gouvernementale, comme le contrôle de l’augmentation des loyers. Pourtant, ce n’est pas ce qui s’est passé dans la plupart des grandes villes américaines où la ville encourage plutôt le développement. En 1996, le Department of Housing Preservation and Development déclarait que 13 sites sur Harlem seraient vendus pour un dollar à des promoteurs qui auraient des projets de construction de nouveaux logements. Cependant, un tiers des nouveaux logements devaient être attribués aux habitants des quartiers concernés. Par ailleurs, le ministère du Logement soutient également l’accès à la propriété, même lorsque cela doit faire augmenter les prix du marché. Le problème du déplacement est qu’il s’agit d’un phénomène irréversible. Même si la récession économique du début des années 1990 a ralenti la rénovation et la construction de certains quartiers à New York par exemple, les personnes et les commerces victimes de déplacement ne sont pas revenues. Aujourd’hui SoHo, ATT Village, Chelsea, Brooklyn Heights, pour n’en citer que quelques-uns, sont hautement gentrifiés  ; Park Slope, Harlem, et Jamaica sont en bonne voie de l’être.

  • 7 R. Alan Walks et Richard Maaranen, « Does Gentrification Lead to Greater Social Polarization? Evide (...)

23David Ley écrivait en 1986 que si le problème des centres-villes avait reçu beaucoup d’attention de la part du gouvernement et des chercheurs aux États-Unis et en Grande-Bretagne depuis les années 1970, il n’en était pas de même au Canada. En étudiant le marché immobilier de Vancouver, il démontrait les effets de la revitalisation des quartiers pauvres, comme la démolition ou la reconversion des logements à prix modéré et surtout le déplacement des résidents notamment dans le quartier de Kitsilano. Pierre Filion dans une étude de la gentrification à Toronto, R. Alan Walks et Richard Maaranen, ainsi que Robert A. Murdie, dans une étude sur le quartier West-Central à Toronto, mettaient aussi en évidence les problèmes de déplacement causés par la gentrification, et J. David Hulchanski, le problème de la suburbanisation de la pauvreté due à la gentrification dans cette même ville7.

24Il semble donc aujourd’hui que la plupart des chercheurs s’accordent tant au Canada qu’aux États-Unis ou en Grande-Bretagne à dire que, loin d’être le salut que l’on a cru pour les centres-villes, la gentrification est le signe d’une transformation de la géographie sociale du xixe siècle vers plus de ségrégation sociale et ethnique et la disparition des zones résidentielles de la classe ouvrière et qu’elle est un «  prélude à la reconversion de parties entières des centres-villes en parcs de jeux pour la bourgeoisie  » (Hamnett, 1991  : 187).

25Bien sûr, il ne s’agit pas de nier la diversité des grandes villes américaines ou canadiennes et, partant, la diversité des phénomènes de gentrification. Cependant, on peut aujourd’hui établir quelques grandes lignes. Il y a les grands centres urbains manufacturiers de l’époque fordiste, transformés par la désindustrialisation, comme Detroit ou Milwaukee pour les États-Unis, ou pour le Canada Toronto, hier ville d’abattoirs porcins puis centre de production automobile, aujourd’hui centre financier et ville transformée par l’économie du savoir. Il y a les centres commerciaux et de production qui sont aussi réseaux d’investissement comme Chicago, San Francisco, la Silicon Valley aux États-Unis, et Montréal au Canada, qui doit aussi en partie sa renaissance à l’économie du savoir. Enfin on trouve les centres régionaux, comme Indianapolis aux États-Unis et Vancouver pour le Canada, à la fois métropoles régionales financières et centres culturels. Sans oublier aux États-Unis les villes de la Sunbelt comme Atlanta, Dallas ou Phœnix. Selon que ces villes furent des centres industriels, commerciaux, culturels ou d’immigration, la gentrification qui les touche aujourd’hui est différente.

26À Chicago par exemple, les logements publics construits dans les années 1950 et 1960 ont joué un rôle clé dans la restructuration de la politique de logement des années 1990. Beaucoup de ces logements subventionnés à Chicago le sont grâce à un système de contrats à durée déterminée avec l’État de l’Illinois. Or un grand nombre de ces contrats sont arrivés à échéance en 2000 et les propriétaires de grands ensembles subventionnés ont profité des clauses qui leur permettaient de ne pas renouveler leur participation aux programmes de logements à loyers modérés. Ceci a eu pour effet la démolition de centaines d’immeubles de logement subventionnés et la construction par des promoteurs privés d’habitations destinées à être louées ou vendues à la classe moyenne aisée attirée par le centre-ville (Gervais-Linon, à paraître). À Atlanta, ce sont apparemment les Jeux olympiques de 1996 qui ont gentrifié une partie du vieux centre-ville. Vancouver a plusieurs grands projets qui vont transformer le centre-ville tels que les Jeux olympiques et paralympiques en 2010, le réaménagement des anciens locaux du grand magasin Woodwards, la création d’une nouvelle ligne de métro de 18 nouvelles stations avant 2009, et de multiples autres projets liés aux transports tels que la construction d’un nouveau pont à six voies, les développements immobiliers le long de False Creek, le village international et la «  City Gate  », etc.

27Enfin, la croissance économique d’après-guerre qu’a connue Montréal l’a profondément marquée. La création en 1969 d’une structure supra-municipale sur l’Île de Montréal a donné le coup d’envoi à une planification régionale des équipements et du développement. Par ailleurs les politiques de réaménagement urbain ont été très actives et la gentrification, si elle est le résultat des changements économiques et démographiques, est aussi celui des programmes municipaux visant à améliorer le parc des logements et à attirer entreprises et acteurs de la nouvelle économie du savoir.

28On a démontré ici qu’un certain nombre de similitudes existent entre les deux pays qui font penser qu’il y a un modèle de gentrification «  nord-américain  » fortement lié à la politique gouvernementale de néo-libéralisme et aux politiques locales (municipales aux États-Unis et provinciales au Canada) d’encouragement de la gentrification par le biais de la «  revitalisation  » des quartiers. Ceci va plutôt dans le sens de l’explication par la mobilité du capital analysée par Smith. Il semble clair également, notamment si on se réfère aux études d’il y a déjà dix ans sur la gentrification dans ces deux pays, que l’origine du phénomène y est liée dans les deux cas à un contexte géographique d’étalement urbain dans les années 1950 et 1960 et au-delà. Pourtant, aujourd’hui, il est évident que l’explication du tout économique de l’auteur ne suffit pas. La gentrification peut ne pas apparaître là où se trouve le «  différentiel de loyer  » et être remplacée par la rénovation, la détérioration ou l’abandon.

29D’un autre côté, même si l’influence locale et contextuelle de «  l’ère de la réforme  » au Canada dans les années 1970 et 1980 en particulier à Toronto, soulignée par Ley et les autres tenants de l’explication par «  l’émancipation  », n’est pas à négliger, il semble que l’on soit passé à autre chose aujourd’hui et que même au Canada, la gentrification soit intimement liée aux politiques publiques municipales et provinciales. Il existe une dimension autant «  historique  » ou «  politique  » que géographique de la gentrification, mais ces aspects pris un par un ne suffisent pas à expliquer le phénomène. Les théories vers lesquelles on se tourne aujourd’hui, si elles doivent tenir compte des spécificités géographiques et dire pourquoi la gentrification apparaît dans certains quartiers et non dans d’autres, doivent aussi préciser quels groupes sociaux deviennent des gentrifieurs. De nos jours, la gentrification n’apparaît plus seulement dans un nombre limité de villes post-industrielles dominées par les services (Hamnett, 1991  : 173-189). Il est important de tenir compte du phénomène universel qu’est l’existence d’une nouvelle classe sociale dont la naissance serait due au changement des structures d’emploi et à la restructuration sociale (Smith, 1987  : 462-465) et qui considère la ville comme un territoire objet de conflits «  essential to the operation of the urban economy  » (Sassen, 2001). L’hypermobilité, la globalisation des échanges et la relativité du sens donné à la localisation et aux distances ont changé la donne de l’espace urbain mais ne lui ont pas ôté toute valeur, la ville est aujourd’hui plus que jamais un espace humain, économique et social à (re)conquérir.

Bibliographie

Abu-Lughold, Janet, 1994, From Urban Village to East Village : The Battle for New York’s Lower East Side, Oxford, Blackwell.

Atkinson, Rowland, «  Displacement Through Gentrification: How Big a Problem?  », Radstats, http://www.radstats.org.uk/no069/article2.htm.

Beauregard, Robert, 1986, «  The Chaos and Complexity of Gentrification  », in Smith, Neil et Williams, Peter (éds), Gentrification of the City, London, Unwin Hyman.

Betancur, John et Doug Gills, 2002, (éds) The Collaborative City : Opportunities and Challenges for Blacks and Latinos in U.S. Cities, New York, Garland.

Caulfield, Jon, 1989, «  Gentrification and Desire  », in Canadian Review of Sociology and Anthropology, vol.  26, no 4, p. 617-632.

Caulfield, Jon, 1994, City Form and Everyday Life : Toronto’s Gentrification and Critical Social Practice, Toronto, University of Toronto Press.

Filion, Pierre, 1991, «  The Gentrification-Social Structure Dialectic: A Toronto Case-Study  », in International Journal of Urban and Regional Research, vol.  15, no 4, p. 563.

Florida, Richard, 2005, The Flight of the Creative Class, New York, Harper Business.

Gervais-Linon, Laurence, Chicago, l’irréparable fracture, Paris, Autrement, Collection Mémoires, à paraître.

Hamnett, Charles, 1991, «  The Blind Men and the Elephant: The Explanation of Gentrification  », in Transactions of the Institute of British Geographers, vol.  16, no 2, p. 173-189.

Lees, Loretta, 2000, «  A Re-Appraisal of Gentrification: Towards a Geography of Gentrification  », in Progress in Human Geography, vol.  24, no 3, p. 389-408.

Ley, David, 1980, «  Liberal Ideology and the Post Industrial City  », in Annals of the Association of American Geographers no 70, p. 238-258.

Ley, David, 1996, The New Middle Class and the Remaking of the Central City, Oxford, Oxford University Press.

Robinson, Tony, 1988, «  Gentrification and Grassroot Resistance in San Francisco’s Tenderloin  », in Urban Affairs Review, vol.  30, p. 483-513.

Robson, Garry et Butler, Tim, 2001, «  Coming to Terms with London: Middle Class Communities in a Global City  », International Journal of Urban and Regional Research no 24, p. 70-86.

Rose, Demaris, 1984, «  Rethinking Gentrification: Beyond the Uneven Development of Marxist Urban Theory  », in Environment and Planning  : Society and Space no 1, p. 47-74.

Sassen, Saskia, 1994, Cities in a Global Economy, Thousand Oaks, CA, Pine Forge Press.

Sassen, Saskia, 1998, Globalization and its Discontents, New York, New York Press.

Sassen, Saskia, 2001, http://www.india-seminar.com/2001/503/503%20saskia%20sassen.htm.

Slater, Tom, 2005, «  Gentrification in Canada’s Cities  », in Atkinson, Rowland et Bridge, Gary, Gentrification in a Global Context, Londres / New York, Routledge, p. 39-56.

Slater, Tom, July 2004, «  North American Gentrification? Revanchist and Emancipatory Perspectives Explored  », in Environment and Planning, vol.  36, no 7, p. 1191-1213.

Smith, Neil et DeFilippis, J., 1996, «  The Reassertion of Economics: The 1990’s Gentrification in the Lower East Side  », International Journal of Urban and Regional Research no 23, p. 638-653.

Smith, Neil, 1996, The New Urban Frontier, Gentrification and the Revanchist City, Londres / New York, Routledge.

Smith, Neil, 1987, «  Of Yuppies and Housing: Gentrification, Social Restructuring, and the Urban Dream  », in Environment and Planning D : Society and Space, vol.  5, no 2, p. 151-172.

Smith, Neil, 1987, «  Gentrification and the Rent Gap  », in Annals of the Association of American Geographers, vol.  77, no 3, p. 462-465.

Williams, Peter, 1986, «  Class Constitution Through Spatial Reconstruction? A Re-Evaluation of Gentrification in Australia, Britain and the United States  », in Smith, Neil et Williams, Peter (éds), Gentrification of the City, London, Unwin Hyman.

Notes

1 Il s’agit de « reconquérir » la ville et en particulier les quartiers défavorisés. Les « urban pioneers », « urban home-steaders », et « urban cowboys » deviennent dans les années 1970 les nouveaux héros de la frontière urbaine aux États-Unis, ceux qui osent partir à la conquête des ghettos. Dans les années 1980, les magazines immobiliers parlent de « urban scouts » (éclaireurs) dont la tâche est de repérer (to scout out) les quartiers en voie de gentrification, de vérifier qu’il y a possibilité d’investissement profitable et en même temps de raconter à quel point les gens du quartier sont accueillants.

2 D’autres auteurs suivent le chemin tracé par Smith de l’explication « revancharde » et des effets désastreux de la gentrification sur le déplacement des populations les plus déshéritées. On citera parmi beaucoup d’autres, Janet Abu-Lughold et son étude du East Village à New York (Abu-Lughold, 1994), Thomas Robinson sur San Francisco (Robinson, 1988) ou encore Betancur avec une étude du quartier portoricain de West Town à Chicago (Betancur, 2002).

3 « […] closer management of growth and development, improved public services, notably housing and transportation, more open government with various degrees of neighborhood empowerment, and greater attention to such amenity issues as heritage, public open space, and cultural and leisure activities. » (Ley, 1994 : 59-60)

4 Les termes employés pour décrire ces processus sont eux-mêmes très variés. Ce que l’on peut remarquer c’est qu’ils sont très souvent connotés positivement. On parle de « central-city revival », « back-to-the-city-movement », « urban reinvestment », « rediscovery », « urban redevelopment », « urban regeneration », « urban pioneering », « rehabilitation », « neighborhood resettlement », etc.

5 Il est intéressant de noter que si le phénomène de déplacement est reconnu et même investi idéologiquement aux États-Unis et au Canada, il ne l’est pas en Grande-Bretagne.

6 Atkinson, Rowland, « Displacement through Gentrification: How Big a Problem? », Radstats, http://www.radstats.org.uk/no069/article2.htm.

7 R. Alan Walks et Richard Maaranen, « Does Gentrification Lead to Greater Social Polarization? Evidence from Large Canadian Cities 1971-2001 » ; Robert A. Murdie, « Ethnic Transformation and Gentrification in West-Central Toronto » ; J. David Hulchanski, « The Suburbanization of Poverty: Toronto’s Case Study », research Papers CURA, Urban Affairs Association, Montréal, April 19-26, 2006, http://www.urbancentre.
utoronto.ca/pdfs/curp/UAA-2006-CURA_participation.pdf.

Auteur

Université Paris 8

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540