Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

II. Appropriation de l’espace nord-américain : modalités et enjeux

Appropriation de l’espace Nord-Américain: modalités et enjeux

Entre similitudes et particularismes: la suburbanisation aux États-Unis et au Canada depuis 1945

Hélène Harter

Résumé

The purpose of this paper is to study suburbanization in the United States and Canada since 1945 and the distinctiveness of the Canadian city. It analyzes to what extent Canadian and American suburbs offer some similarities and differ from each other, how they work in different social, cultural, political, and administrative contexts. It proves that the concept of the North American city is relevant to some extent but that the Canadian city is also distinct.

Texte intégral

  • 1 Nous emploierons le terme états-unien plutôt qu’américain pour désigner ce qui relève des États-Uni (...)
  • 2 Marshall McLuhan expose ainsi dans un article de 1977 la dépendance symbolique entretenue par les É (...)

1Le Canada et les États-Unis partagent une expérience commune : celle de deux anciennes colonies situées au nord du continent américain, deux pays jeunes qui se sont construits autour de l’immigration et de la mise en valeur de leurs grands espaces. Qui plus est, les échanges économiques, culturels, techniques et humains sont importants entre ces deux États depuis la fin du xixe siècle : aujourd’hui, 200 millions de personnes franchissent chaque année leur frontière. Cela conduit certains chercheurs à penser l’Amérique du Nord comme un ensemble cohérent. Or, comme les échanges entre les deux partenaires sont inégaux, le Canada n’est souvent vu que comme une extension des États-Unis. Les études sur le monde urbain n’échappent pas à cette tendance dans la mesure où le taux d’urbanisation est très élevé dans les deux pays (autour de 80 %). De nombreux géographes urbains états-uniens1 comme Brian J. L. Berry et Maurice Yates utilisent le concept de « ville nord-américaine » (Berry, 1981 ; Yates et Garner, 1976). Certains font de même au Canada, à l’instar de L. S. Bourne, géographe à l’Université de Toronto, qui parle d’un réseau urbain nord-américain. L’idée ne fait pas l’unanimité cependant. Alors que Maurice Yates et Barry Garner tempèrent leurs propos dans la troisième édition de The North American City en 1980, certains auteurs vont plus loin et expliquent que les villes canadiennes diffèrent fondamentalement de celles des États-Unis parce qu’elles se sont développées dans un environnement socioculturel et politique différent. C’est le cas de Michael A. Goldberg et John Mercer qui publient en 1986 The Myth of the North American City: Continentalism Challenged. Ce nouveau questionnement est surtout le fait de chercheurs canadiens qui entreprennent, à partir des années 1970, de différencier leur pays face au puissant voisin du Sud et de renverser les stéréotypes d’un pays sous influence états-unienne2.

  • 3 On trouve surtout des rééditions, comme celle de l’ouvrage de M. Yates. La dernière date de 1997.
  • 4 Sur Montréal, voir les travaux de Paul-André Linteau (1981, Maisonneuve ou Comment des promoteurs f (...)

2Trente ans plus tard, l’historiographie s’est peu renouvelée3. La question de la spécificité urbaine canadienne reste toujours posée. C’est sous l’angle de la suburbanisation, phénomène majeur depuis 1945, que nous aborderons la question. Aujourd’hui, un Canadien sur trois et un Américain sur deux vivent en banlieue. Malgré cela, et en dépit du fait que les études urbaines constituent un champ de recherches très développé en Amérique du Nord, la banlieue canadienne a donné lieu à peu d’études historiques globales4. Alors qu’on dispose depuis une vingtaine d’années de la belle synthèse sur les banlieues états-uniennes de Kenneth T. Jackson, ce n’est qu’en 2004 que paraît sous la plume de Richard Harris un ouvrage traitant de l’ensemble des banlieues canadiennes. Il manque en outre une réflexion à la fois historique et comparative sur ces deux pays. Dès lors, il est pertinent de réfléchir à la validité du concept de « ville nord-américaine » en adoptant cette double approche. Cela conduit à se demander quels sont les éléments de ressemblance et de distinction entre banlieues canadiennes et états-uniennes. Sont-ils identiques selon les périodes ? Comment les expliquer ? Accréditent-ils la thèse d’une ville canadienne simple déclinaison de la ville états-unienne ou peut-on y voir les révélateurs de deux sociétés distinctes et de la relation complexe qu’entretient le Canada avec les États-Unis ?

Des banlieues canadiennes marquées par l’influence états-unienne

  • 5 U.S. Census Bureau, « Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas: Concepts, Components, and Po (...)

3Les indicateurs économiques et démographiques montrent une forte convergence entre les villes canadiennes et états-uniennes. Ils constituent un argument fort en faveur du concept de « ville nord-américaine ». Suivant le modèle de Boston, New York et Philadelphie avec un demi-siècle de décalage, des banlieues se développent autour des villes canadiennes à l’heure de la Révolution industrielle (Binford, 1985). Des municipalités indépendantes se créent à la périphérie des grandes villes : Maisonneuve à Montréal en 1883, Westdale à Hamilton en 1911. La suburbanisation est en marche. Elle s’intensifie dans les années 1920 et surtout après la Seconde Guerre mondiale. Entre 1951 et 1971, la population métropolitaine de Montréal augmente de 78 % et celle de Toronto de 108 % (Nader, 1976 : 130). Sur le modèle états-unien, de nouveaux outils statistiques sont imaginés pour s’adapter à cette réalité. La notion de métropole, c’est-à-dire une ville et sa banlieue, apparaît aux États-Unis lors du recensement de 1910, puis on parle d’aire métropolitaine à partir des recensements états-unien et canadien de 1950 et de 1951. Aujourd’hui, une Metropolitan Statistical Area (MSA) correspond aux États-Unis à une aire urbanisée peuplée d’au moins 50 000 habitants. On en compte 361. Au Canada, 27 CMA (census metropolitan areas ou région métropolitaine de recensement) abritent au moins 100 000 habitants : 21,3 millions de Canadiens y vivent en 20065.

  • 6 Les villes limitées à leurs frontières administratives.

4Les banlieues sont à l’origine de l’essentiel de la croissance de ces aires métropolitaines. La population des zones suburbaines des 20 plus grandes agglomérations états-uniennes augmente de 45 % dans les années 1950, alors que celle des villes-centres6 ne progresse que de 0,1 %. L’agglomération montréalaise enregistre une hausse de 103 % de sa population entre 1951 et 1981, tandis que la ville de Montréal atteint son maximum de peuplement en 1966 avec 1 222 255 habitants (Linteau, 1992 : 213). C’est un phénomène qu’on retrouve dans toute l’Amérique du Nord. À New York, le retournement démographique intervient même dès 1950. Dès lors, la part des grandes villes au sein de leur agglomération décroît. Chicago n’abrite plus aujourd’hui que 32 % de la population de son agglomération et San Francisco, 11 %. Les villes canadiennes résistent un peu mieux à la concurrence suburbaine mais, comme aux États-Unis, le temps de la dépendance des banlieues à l’égard des villes-centres est révolu. Montréal compte 1,6 million d’habitants au sein d’une région métropolitaine de 3,5 millions, alors que la ville abrite encore les ¾ de la population de son agglomération en 1951 (Linteau, Durocher et Robert, 1989 : 281).

  • 7 Statistique Canada, « Population and dwelling counts, for Canada, provinces and territories, and ce (...)
  • 8 Sur les autres villes canadiennes : L. J. Evenden et G. E. Walker, 1993, « From Periphery to Centre (...)

5De part et d’autre du 49e parallèle, le dynamisme des banlieues tient à la dimension à la fois résidentielle et économique de la suburbanisation. La déconcentration de l’activité économique commence dans les années 1950. Dans la décennie suivante, les villes-centres des 15 plus grandes métropoles états-uniennes perdent un million d’emplois tandis que leurs banlieues en créent trois millions. La tertiarisation et la mondialisation accélèrent le phénomène au début des années 1990. Aujourd’hui, la région économique de Montréal s’étend de Granby à Saint-Jérôme et de Vaudreuil à Sorel7, tandis qu’à Atlanta à peine 28 % des emplois sont localisés dans la ville-centre. De nombreuses villes disposent de parcs d’activités (Business Parks) en banlieue, dont certains sont si développés qu’ils donnent naissance à de nouveaux pôles économiques, les edge cities. On en compte environ 180 aux États-Unis (Arlington dans l’agglomération de Dallas, Tysons Corner dans celle de Washington, DC par exemple). Au Canada, la plus connue est celle de Burnaby dans l’agglomération de Vancouver. Dans ce contexte, les fronts d’urbanisation se développent toujours plus loin du centre-ville, tel le comté McHenry distant de Chicago de 100 kilomètres. On parle alors de edgeless cities ou d’exurbs (Lang, 2003 ; Hayden, 2003 : 155, 181-182), ce qui nourrit l’étalement urbain (urban sprawl) et pas seulement à Los Angeles. L’aire urbaine de New York augmente sa superficie de 65 % entre 1970 et 1990. Celle d’Atlanta s’étend sur 15 comtés en 1980 alors qu’elle n’en intégrait que 5 dix ans plus tôt. À Montréal8, l’urbanisation ne se limite plus à partir des années 1950 à l’Île de Montréal. Elle fait sentir ses effets jusqu’à Saint-Léonard et Rivière des Prairies. Et ce n’est qu’un début (Linteau, 1992 : 491-496).

  • 9 Le nombre d’habitants des banlieues nés à l’étranger a augmenté de 251 % à Las Vegas dans les année (...)

6Au vu de ces éléments on peut parler d’une « ville nord-américaine », d’autant qu’on retrouve de part et d’autre du 49e parallèle des visions similaires de la ville. Alors que les Européens préfèrent les centres-villes, les Nord-Américains plébiscitent la banlieue, où la vie est pour eux signe de promotion sociale. On analyse d’ailleurs l’installation croissante des minorités en banlieue à partir des années 1960 comme le signe de l’intégration croissante de ces populations dans la société mainstream. À Montréal, une importante communauté d’origine italienne vit à Saint-Léonard au début des années 1980 tandis que des Canadiens d’origine grecque et portugaise sont installés dans le quartier Laurier (McNicoll, 1993 : 195). Aux États-Unis, la suburbanisation des immigrants se fait surtout à partir des années 1990. Durant cette décennie, les banlieues accueillent un million de migrants de plus que les villes-centres. Il en résulte qu’à Houston en 2000, 15 % des habitants des banlieues sont nés à l’étranger alors qu’ils n’étaient que 1,5 % dans ce cas en 1970. On atteint les 50 % à Miami (27 % en 1970) (Berube, Katz et Lang (éds), 2005 : 58-67, 111-136)9. La

  • 10 The Globe and Mail, 11 juillet 1946, « Standardized-like anthills ».
  • 11 Parmi les ouvrages récents, signalons A. Flint, 2006, This Land: The Battle over Sprawl and the Fut (...)

7banlieue répond aux aspirations profondes de la population canadienne et états-unienne. Plus encore qu’un marqueur social, elle constitue le moyen par excellence de jouir de la nature loin de la pollution et de la promiscuité des villes densément peuplées tout en rendant possible l’idéal de la maison individuelle et l’accès aux services modernes qu’offre la ville. Rares sont ceux qui professent une opinion différente. L’éditorial du Globe and Mail du 11 juillet 1946 qui déplore « Toronto’s endless dwellings of suburbia, each meticulously exact on its thirty-seven foot frontage, not an inch out of line10 », fait figure, tout comme les écrits de David Riesman, d’exception. Cet intellectuel devient célèbre en dénonçant au lendemain de la Seconde Guerre mondiale l’uniformité des banlieues qu’il associe au conformisme et à l’abandon des valeurs des pionniers qui ont fait la grandeur des États-Unis (Riesman, 1950). Aujourd’hui, la banlieue est moins consensuelle et de nombreux experts s’inquiètent du coût social et économique d’un étalement urbain incontrôlé11. En tout cas, qu’ils soient laudateurs ou critiques, les discours sur la banlieue sont similaires de part et d’autre du 49e parallèle. Ils contribuent à la construction d’une réalité urbaine nord-américaine différente de celle des autres régions du monde.

  • 12 Entre 1946 et 1960, le nombre de véhicules en circulation passe aux États-Unis de 26 à 62 millions.
  • 13 Le Veterans’ Land Act au Canada (1942) et le GI Bill aux États-Unis (1944) apportent une aide aux a (...)

8Comment expliquer l’évolution parallèle des banlieues au Canada et aux États-Unis ? Elle est à mettre sur le compte des défis semblables qu’ont dû relever les habitants des deux pays et de leur environnement géographique et économique assez similaire. Comme les pays d’Europe occidentale, les États-Unis et le Canada sont confrontés à une urbanisation intense à la fin du xixe siècle. Le développement de l’industrie et l’augmentation rapide de la population nécessitent toujours plus d’espace. Mais contrairement aux pays occidentaux déjà fortement urbanisés, les États-Unis et le Canada, pays neufs, disposent encore de vastes terrains qui vont permettre un étalement urbain plus important. En outre, dans les décennies qui suivent, le contexte économique se prête plus qu’en Europe au développement des banlieues. C’est particulièrement le cas aux États-Unis, plus riche que le Canada. Le développement de la classe moyenne favorise dès l’entre-deux-guerres l’acquisition d’une automobile et l’accession à la propriété pour une partie importante de la population12. Moins tributaires des transports en commun, les citadins peuvent s’installer toujours plus loin à la périphérie des villes ; un phénomène qui s’accélère après 1945 dans une Amérique du Nord qui profite des Trente Glorieuses. C’est ainsi que la réalisation de l’autoroute des Laurentides à Montréal à la fin des années 1950 permet l’urbanisation de l’Île Jésus (Laval) puis du secteur Sainte-Thérèse et Boisbriand. Durant la décennie suivante l’ouverture du pont Champlain provoque l’urbanisation massive de Brossard sur la rive sud (Linteau, 1992 : 495-496). Le recours à des techniques de construction particulières contribue également à la spécificité des banlieues nord-américaines. La production en série appliquée à la construction permet au lendemain de la Seconde Guerre mondiale d’y bâtir des lotissements d’une taille inconnue en Europe. Grâce aux économies d’échelle, les promoteurs commercialisent des maisons aux prix très compétitifs. Les lotissements pionniers de Levittown (New York), Park Forest (Illinois) et Don Mills (Ontario) font rapidement des émules dans toute l’Amérique du Nord et incarnent pour le reste de la planète la banlieue américaine. Leur succès est d’autant plus rapide que les autorités canadiennes et états-uniennes facilitent l’obtention de prêts aux particuliers qui s’installent en banlieue. Ces lotissements d’un nouveau genre constituent en effet une solution très efficace pour répondre aux besoins de logements des jeunes ménages du Baby Boom et régler la crise du logement qui sévit au lendemain de la guerre13.

  • 14 L. Wirth, 1964, « The Metropolitan Region as a Planning Unit », in A. J. Reiss (éd.), Louis Wirth: (...)
  • 15 R. Wood, 1958, « Metropolitan Government, 1975: An Extrapolation of Trends. The New Metropolis: Gre (...)
  • 16 V. Ostrom, C. M. Tiebout et R. Warren, 1961, « The Organization of Government in Metropolitan Regio (...)
  • 17 A. Downs, 1994, New Visions for Metropolitan America, Washington, The Brookings Institution ; D. N. (...)

9Le recours à des modèles de développement suburbain similaires au Canada et aux États-Unis n’a pu se réaliser que parce que les idées circulent intensément de part et d’autre de la frontière. À l’époque coloniale, l’influence française puis anglaise est très prégnante dans les villes canadiennes. Les choses changent avec la révolution industrielle et l’accès à l’autonomie en 1867. Le Canada multiplie les échanges avec les États-Unis. Les praticiens de la ville se tournent vers leurs voisins états-uniens qui sont confrontés à des défis similaires aux leurs et qui, en raison de l’avance technique et économique de leur pays, disposent d’une solide expérience pour y faire face, contrairement à eux. La relation est inégale, le Canada étant à la recherche de modèles, à la différence des États-Unis. La circulation des idées s’intensifie encore au xxe siècle avec la modernisation des transports. Les écrits de l’urbaniste Louis Wirth de l’École de Chicago sont lus dans les deux pays dans l’entre-deux-guerres14. Il en est de même à la fin des années 1950 des thèses de Robert Wood sur les effets pervers de la fragmentation municipale15. On connaît également de part et d’autre de la frontière les thèses des économistes et politologues états-uniens néo-libéraux Vincent Ostrom, Elinor Ostrom, C. M. Tiebout et R. Warren sur les bienfaits d’un système métropolitain « polycentrique » organisé autour de municipalités indépendantes16. Dans les années 1990, ceux qui s’intéressent à la question métropolitaine lisent les travaux d’Anthony Downs et de Neal Peirce sur les États-Unis et ceux de Donald N. Rothblatt et Andrew Sancton sur le Canada17. La ville se vit mais se pense aussi à l’échelle nord-américaine.

Des signes croissants de distinction

10Cela ne veut pas dire pour autant que les villes canadiennes et états-uniennes soient interchangeables. Ainsi, la suburbanisation ne concerne aujourd’hui qu’un tiers des Canadiens contre un Américain sur deux. Les États-Uniens sont plus attirés par la vie en banlieue que les Canadiens. À cela s’ajoute le fait que le Canada est dix fois moins peuplé que les États-Unis. L’une des conséquences est que les agglomérations canadiennes sont beaucoup moins touchées par l’urban sprawl que celles des États-Unis. N’oublions pas en outre que le Canada a connu les mêmes évolutions urbaines que les États-Unis mais avec un temps de retard. Les différences dans les niveaux de développement économique ont également fait sentir leurs effets par le passé. Des revenus moins élevés couplés à des conditions de crédits moins avantageuses contraignent ainsi de nombreux Canadiens à se passer des services d’un promoteur immobilier au moins jusqu’aux années 1920. La pratique est encore tellement répandue après-guerre qu’en 1949 le gouvernement fédéral met sur pied le programme Build Your Own Home à l’attention des vétérans (Harris, 2004 : 101-103, 117).

  • 18 L’un des échecs états-uniens les plus retentissants a lieu à New York. Le projet d’autoroute urbain (...)

11Les différences entre les deux pays ne s’arrêtent pas là. Leurs banlieues connaissent des développements similaires dans un premier temps, puis, au fur et à mesure des années, l’environnement socioculturel et politique propre à chaque pays induit un développement distinct. Les choix faits en termes de transport ont ainsi un impact direct sur l’évolution des villes et de leurs banlieues. Aujourd’hui, le taux d’équipement des ménages états-uniens en automobile est supérieur de 50 % à celui des Canadiens tandis que la capacité des autoroutes urbaines est quatre fois plus importante aux États-Unis. Ainsi, il n’y a pas de freeways à Vancouver jusqu’au milieu des années 1980, alors que les villes états-uniennes s’équipent massivement au lendemain de la Seconde Guerre mondiale. De même, l’hostilité au développement des autoroutes urbaines qu’on rencontre en Amérique du Nord à partir des années 1960 prend plus d’ampleur au Canada qu’aux États-Unis18. À Toronto, on renonce ainsi à certains projets qui auraient conduit à la destruction d’une partie du centre-ville. Il est donc logique que les Canadiens se caractérisent par un attachement plus fort que les États-Uniens aux transports en commun. Au milieu des années 1980, les financements alloués à ce mode de transport sont deux fois et demie plus importants dans les zones urbaines canadiennes qu’états-uniennes. Toronto est d’ailleurs en 1954 la première métropole nord-américaine à se doter d’un métro depuis la Grande Dépression. Moins motorisés que leurs voisins américains, les citadins canadiens sont davantage dépendants de la proximité de transports en commun pour leur logement et leur emploi. Ils parcourent pour aller travailler des distances 25 % moins longues (Goldberg et Mercer, 1986 : 252). Cela a une influence directe sur la morphologie des villes canadiennes qui sont plus compactes. Cela se traduit notamment par moins d’embouteillages et un cadre de vie de meilleure qualité qu’aux États-Unis.

12Autre différence significative entre le Canada et les États-Unis : les rapports que les villes établissent avec leurs banlieues. La polarisation sociale et géographique est moins forte dans les villes canadiennes qu’états-uniennes. La dichotomie entre un centre-ville repoussoir, qui cumule les problèmes économiques, sociaux et raciaux, et des banlieues peuplées essentiellement par les classes moyennes et les élites y est moins marquée. Les quartiers en difficulté connaissent des problèmes sociaux et économiques bien moins importants qu’aux États-Unis. Ainsi, les villes canadiennes n’abritent pas de ghetto et ne connaissent pas d’émeutes raciales. Au milieu des années 1980, le taux de crime violent par habitant y est six fois moindre qu’aux États-Unis (Goldberg et Mercer, 1986 : 252). Les villes-centres canadiennes se distinguent également par le maintien en leur sein de quartiers favorisés comme Rosedale et Forest Hills à Toronto (Ley, 1993 : 214). Qui plus est, elles demeurent des bassins d’emploi importants quand la délocalisation des emplois en banlieue s’accélère aux États-Unis. Elles continuent de rester attractives alors que le dépérissement de nombreuses villes-centres accélère la fuite des classes moyennes états-uniennes vers les banlieues, leur cadre de vie plus sûr et leurs écoles de meilleure qualité. Les recettes fiscales des villes et la qualité des services publics s’en trouvent diminuées, ce qui nourrit le cercle vicieux de l’exode vers les banlieues.

13L’attirance des États-Uniens pour les banlieues est également révélatrice d’un rapport différent à la puissance publique de part et d’autre du 49e parallèle. De nombreux citadins voient dans la vie en banlieue la possibilité de vivre dans un environnement où les administrations municipales sont moins développées que dans les villes-centres. Cela traduit une forte méfiance à l’égard des pouvoirs publics et une hostilité aux politiques redistributives, à l’idée que ses impôts puissent financer des services dont on ne bénéficie pas, notamment les prestations sociales. Au Canada, la culture politique est différente. L’interventionnisme de la puissance publique est davantage accepté par la population (Lipset, 1991). Par exemple, les services comme le ramassage des ordures sont souvent gérés par les pouvoirs publics quand ils sont assurés par des prestataires privés aux États-Unis. Il en résulte plus de planification urbaine et moins d’étalement, des ressources plus équitablement allouées et moins de pauvreté. Dès lors, les citadins éprouvent moins de raisons de quitter les villes-centres.

14Des conceptions différentes du fédéralisme contribuent également aux caractères particuliers des banlieues canadiennes et états-uniennes. Au Canada, l’État fédéral intervient moins dans les questions urbaines qu’aux États-Unis. C’est avec la crise des années 1930 que le gouvernement états-unien s’est pour la première fois préoccupé des villes qui relèvent juridiquement des États fédérés. Une première loi sur le logement est votée à cette époque. Dans les années d’après-guerre et surtout à partir des années 1960, il alloue des subventions à la rénovation urbaine. À partir de 1956, il octroie des sommes importantes pour le financement des autoroutes. Ce n’est pas le cas au Canada (Goldberg et Mercer, 1986 : 143), d’où une plus grande difficulté pour réaliser ces équipements coûteux indispensables au développement des banlieues. Tout dépend alors de l’intérêt des responsables de chaque province pour ce type d’infrastructures et des moyens financiers dont ils disposent.

15Le poids des spécificités culturelles et historiques de chaque province conduit à une diversité des banlieues plus fortes au Canada. Comme le montre Paul-André Linteau, les Canadiens français jouent un rôle très actif dans le développement des banlieues au Québec à la fin du xixe siècle alors que l’économie de la province est pourtant dominée par les anglophones. Les opérations foncières à Montréal sont le plus souvent de petite taille et les équipements collectifs tels les rues et l’adduction d’eau sont financés par les pouvoirs publics quand, à Toronto, on trouve à la même époque des programmes immobiliers de grande taille viabilisés essentiellement par les acteurs privés. Il en résulte au Québec une urbanisation discontinue, le modèle ontarien ne faisant sentir ses effets dans la province qu’après la Seconde Guerre mondiale (Linteau, 1992 : 218-219 ; Harris, 2004 : 140).

  • 19 La pérennité des villes états-uniennes est par contre protégée par la charte que leur a octroyée l’ (...)
  • 20 Ces amalgamations sont loin de faire l’unanimité, à tel point qu’une défusion partielle est à l’œuv (...)
  • 21 Cette entité administrative réunit la ville de Toronto et 12 villes et villages suburbains (Weston, (...)
  • 22 Les premiers sont créés en 1857.

16L’influence des provinces sur les villes est aujourd’hui encore très importante. En effet, les villes canadiennes sont davantage tributaires de leur province que les villes états-uniennes ne le sont de leur État fédéré. Non seulement elles dépendent de leurs transferts financiers, mais les provinces peuvent modifier leur statut voire les faire disparaître, sans concertation19. Afin d’améliorer la gestion des villes, les autorités provinciales procèdent régulièrement à la centralisation des fonctions urbaines par le biais de fusions forcées. Laval, dans l’agglomération de Montréal, est ainsi créé en 1965 pour regrouper 14 municipalités de l’Île Jésus, tandis qu’en décembre 2000 les autorités de Québec décident de faire passer le nombre de municipalités de la province de 1325 à 114720. Les provinces sont au cœur du processus de fusion alors qu’aux États-Unis l’initiative part des villes qui souhaitent agrandir leur territoire. Elles sont aussi à l’origine de nouveaux outils de gouvernance à l’échelle de l’agglomération. En Ontario, Metro Toronto est créé en 195321 tandis qu’un GO Transit est mis en place en 1967 pour gérer les transports à l’échelle métropolitaine, puis un Greater Toronto Services Board en 1998. En Colombie-Britannique, un Greater Vancouver Regional District est créé dans les années 1960. Au Manitoba, 12 municipalités disparaissent en décembre 1971 au profit d’un gouvernement métropolitain centré autour de Winnipeg. À la fin de cette décennie, des municipalités régionales de comté sont également créées pour assurer plus de coordination entre les villes d’un même secteur de banlieue. On en compte 12 à Montréal (Wichern, 1986 : 297-302). Des regroupements territoriaux sont également imaginés aux États-Unis mais ils sont d’une nature différente. Les districts métropolitains22 sont centrés sur un seul domaine d’action (la police, la santé). Souvent, ils contribuent à la fragmentation métropolitaine en multipliant les niveaux de prise de décision. Pour y remédier, certains responsables locaux comme Myron Orfield font campagne pour que les aires métropolitaines soient dotées d’une représentation politique unique (Metropolitics). Leur point de vue est cependant minoritaire. Il se heurte à l’hostilité des villes de banlieue. Très attachées à leur indépendance, elles voient dans ces organismes une nouvelle source d’intervention des pouvoirs publics et craignent des politiques redistributives à l’échelle de l’agglomération. On est bien loin du système canadien.

17La frontière continue de signaler des différences à l’heure de la mondialisation. Les idées circulent mais les modèles urbains sont difficilement transposables d’un pays à l’autre car ils sont le produit d’une histoire et d’une organisation de la société particulières. À la fin du xixe siècle, alors que le Canada doit faire face à une forte urbanisation, les villes canadiennes cherchent leur inspiration essentiellement à l’étranger. Le modèle américain conditionne ainsi le développement des banlieues canadiennes durant leurs premières décennies d’existence. Aujourd’hui encore, celles-ci en portent largement les marques, notamment à travers les lotissements ou la place accordée à l’automobile. Puis est venue avec les années 1950-1960 et le temps de la prospérité, l’époque de l’émancipation et de la recherche de solutions canadiennes. La Communauté urbaine de Montréal en 1969 s’inspire ainsi de la création deux ans plus tôt du Twin Cities Metropolitan Council de Minneapolis-Saint Paul et encore plus d’une expérience canadienne : Metro Toronto. À la difficulté d’appliquer un modèle fait pour des villes qui se sont développées dans un contexte socio-économique, culturel et politique différent, s’ajoute pour les Canadiens la volonté d’affirmer leur identité vis-à-vis de leur puissant voisin du Sud.

18Aujourd’hui, Toronto fait plus figure de modèle pour les villes canadiennes que les villes états-uniennes. Le Canada est devenu un pays innovant en termes de gouvernance urbaine, notamment en matière de gestion métropolitaine, alors que les villes états-uniennes, soucieuses de conserver leur indépendance, bloquent tout projet novateur de réorganisation urbaine. Cela va à l’encontre du stéréotype d’un pays sous influence, mais également de l’idée de l’historien américain Seymour M. Lipset selon laquelle les États-Unis, pays né d’une révolution, seraient le pays de la rupture par excellence, tandis que le Canada « contre-révolutionnaire » privilégierait la continuité (Lipset, 1991 : 1). Pour étudier les villes d’Amérique du Nord, il faut par conséquent tenir compte des particularismes nationaux comme nous incitent à le faire Michael A. Goldberg et John Mercer (Goldberg et Mercer, 1986). Cette démarche est encore plus nécessaire quand on travaille sur des villes particulières qui, par définition, constituent chacune un champ d’étude unique. Cela ne doit pas cependant nous dispenser de pratiquer le comparatisme continental, pourvu que nous évitions l’écueil de la généralisation systématique. En effet, il y a incontestablement une spécificité urbaine nord-américaine, notamment en ce qui concerne les banlieues. Bien que les villes canadiennes possèdent leurs particularismes qui n’en font pas une simple copie des villes états-uniennes, il est néanmoins nécessaire de les penser dans leur espace nord-américain. Elles ont plus de points communs avec les villes états-uniennes qu’avec les villes européennes, africaines, asiatiques ou sud-américaines. Elles doivent par conséquent être étudiées comme une expérience originale au sein d’un espace qui lui-même connaît une expérience différente de celle que nous connaissons en Europe continentale. Il faut en outre être particulièrement attentif à la dimension temporelle, l’influence états-unienne étant plus ou moins importante selon les étapes de leur développement.

Bibliographie

Berry, Brian J. L., 1981, Comparative Urbanization: Divergent Paths in the Twentieth Century, New York, St. Martin’s Press.

Berube, Alan, Katz, Bruce et Lang, Robert E. (éds), 2005, Redefining Urban and Suburban America: Evidence from Census 2000, Washington, DC, Brookings Institution Press.

Binford, Henry C., 1985, The First Suburbs: Residential Communities in Boston Periphery, 1815-1860, Chicago, The University of Chicago Press.

Bourne, Larry S. et Ley, David F. (éds), 1993, The Changing Social Geography of Canadian Cities, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Ghorra-Gobin, Cynthia, 1997, « Ville et culture suburbaine : l’expérience nord-américaine », in Lacroix, Jean-Michel (éd.), Villes et politiques urbaines au Canada et aux États-Unis, Paris, PSN, p. 69-80.

Goldberg, Michael A. et Mercer, John, 1986, The Myth of the North American City, Vancouver, University of British Columbia.

Harris, Richard, 2004, Creeping Conformity: How Canada Became Suburban, 1900-1960, Toronto, University of Toronto Press.

Hayden, Dolores, 2003, Building Suburbia: Green Fields and Urban Growth, 1820-2000, Vintage Books, Random House, New York.

Jackson, Kenneth T., 1985, Crabgrass Frontier: The Suburbanization of the United States, New York, Oxford University Press.

Lang, Robert E., 2003, Edgeless Cities: Exploring the Elusive Metropolis, Washington, DC, Brookings Institution.

Ley, David F., « Past Elites and Present Gentry: Neighbourhoods of Privilege in the Inner City », in Bourne, Larry S. et Ley, David F. (éds), 1993, The Changing Social Geography of Canadian Cities, Montréal, McGill-Queen’s University Press.

Linteau, Paul-André, 1990, « Canadian Suburbanization in a North American Context: Does the Border Make a Difference? », in Stelter, Gilbert A. (éd.), Cities and Urbanization: Canadian Historical Perspectives, Toronto, Copp Clark Pitman Ltd, p. 208-224.

Linteau, Paul-André, 1992, Histoire de Montréal depuis la Confédération, Montréal, Boréal.

Linteau, Paul-André, Durocher, René et Robert, Jean-Claude, 1989, Histoire du Québec contemporain, Montréal, Boréal, vol. 2.

Lipset, Seymour Martin, 1991, Continental Divide: The Values and Institutions of the United States and Canada, New York, Routledge.

McNicoll, Claire, 1993, Montréal : une société multiculturelle, Paris, Belin.

Nader, George A., 1976, Cities of Canada, vol. 2, Profiles of Fifteen Metropolitan Centres, Macmillan, Maclean-Hunter Press.

Riesman, David, 1950, The Lonely Crowd, New Haven, Yale University Press.

Stelter, Gilbert A. et Artibise Alan F. J. (éds), 1986, Power and Place: Canadian Urban Development in the North American Context, Vancouver, University of British Columbia.

U.S. Census Bureau, « Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas: Concepts, Components, and Population », Statistical Abstract of the United States: 2006, http://www.census.gov/prod/2005pubs/06statab/app2.pdf.

Statistique Canada, « Population of Census Metropolitan Areas (2001 Census boundaries) », http://www40.statcan.ca/l01/cst01/demo05a.htm.

Statistique Canada, « Population and dwelling counts, for Canada, provinces and territories, and census subdivisions (municipalities), 2006 and 2001 Censuses », http://www12.statcan.ca/english/census06/data/popdwell/Table.cfm?T=302&SR=1&S=3&O=D&RPP=25&PR=24.

Wichern, Philip, 1986, « Metropolitan Reform and the Restructuring of Local Governments in the North American City », in Stelter, Gilbert A. et Artibise Alan F. J. (éds), Power and Place: Canadian Urban Development in the North American Context, Vancouver, University of British Columbia Press.

Yeates, Maurice et Garner, Barry J., 1976, The North American City, New York, Harper and Row.

Notes

1 Nous emploierons le terme états-unien plutôt qu’américain pour désigner ce qui relève des États-Unis. De même, l’expression Amérique du Nord exclut le Mexique même s’il en fait partie d’un point de vue géographique.

2 Marshall McLuhan expose ainsi dans un article de 1977 la dépendance symbolique entretenue par les États-Unis à l’égard du Canada qui joue le rôle d’« interprète de la destinée américaine » (M. McLuhan, 1977, « Canada: The Borderline Case », in D. Staines (éd.), The Canadian Imagination: Dimensions of a Literary Culture, Cambridge, Harvard University Press, p. 227).

3 On trouve surtout des rééditions, comme celle de l’ouvrage de M. Yates. La dernière date de 1997.

4 Sur Montréal, voir les travaux de Paul-André Linteau (1981, Maisonneuve ou Comment des promoteurs fabriquent une ville, 1883-1918, Montréal, Boréal Express), de Walter van Nus, Jean-Pierre Collin et Michèle Dagenais. Sur Toronto, voir les recherches menées par Peter G. Goheen, Richard Harris et Robert A. Murdie. On notera également l’étude de Bruce Elliott sur Nepean dans la banlieue d’Ottawa (1991, Nepean, The City Beyond: A History of Nepean, Birthplace of Canada’s Capital, 1792-1990, Nepean, City of Nepean) et celle de John Weaver sur Westdale dans la banlieue d’Hamilton (1982, « From Land Assembly to Social Maturity: The Suburban Life of Westdale (Ontario), 1911-1951 », in G. A. Stelter et A. F. J. Artibise (éds), Shaping the Urban Landscape, p. 321-355).

5 U.S. Census Bureau, « Metropolitan and Micropolitan Statistical Areas: Concepts, Components, and Population », Statistical Abstract of the United States 2006, http://www.census.gov/prod/2005pubs/06statab/app2.pdf, page consultée le 20 mars 2006. Statistique Canada, « Population of Census Metropolitan Areas (2001 Census boundaries) », http://www40.statcan.ca/l01/cst01/demo05a.htm, page consultée le 13 avril 2007.

6 Les villes limitées à leurs frontières administratives.

7 Statistique Canada, « Population and dwelling counts, for Canada, provinces and territories, and census subdivisions (municipalities), 2006 and 2001 censuses », http://www12.statcan.ca/english/census06/data/popdwell/Table.cfm?T=302&SR=1&S=3&O=D&RPP=25&PR=24, page consultée le 13 avril 2007. Sur Toronto, voir Matthew (M. R.), hiver 1993, « Suburbanization of Toronto Offices », in The Canadian Geographer, p. 293-307.

8 Sur les autres villes canadiennes : L. J. Evenden et G. E. Walker, 1993, « From Periphery to Centre : The Changing Geography of the Suburbs », in L. S. Bourne et D. F. Ley (éds), The Changing Social Geography of Canadian Cities, Montréal, McGill-Queen’s University Press, p. 235.

9 Le nombre d’habitants des banlieues nés à l’étranger a augmenté de 251 % à Las Vegas dans les années 1990 et de 283 % à Atlanta. Les Asiatiques sont aujourd’hui majoritaires dans la vallée de San Gabriel (comté de Los Angeles) alors qu’ils y représentaient moins de 5 % de la population il y a quarante ans. À New York, deux tiers d’entre eux vivent en banlieue.

10 The Globe and Mail, 11 juillet 1946, « Standardized-like anthills ».

11 Parmi les ouvrages récents, signalons A. Flint, 2006, This Land: The Battle over Sprawl and the Future of America, Baltimore, The Johns Hopkins University Press.

12 Entre 1946 et 1960, le nombre de véhicules en circulation passe aux États-Unis de 26 à 62 millions.

13 Le Veterans’ Land Act au Canada (1942) et le GI Bill aux États-Unis (1944) apportent une aide aux anciens combattants de la Seconde Guerre mondiale tout comme la Société centrale d’hypothèques et de logement (Central Mortgage and Housing Corporation [CMHC]) qui assure depuis 1945 les prêts hypothécaires au Canada (Harris, 2004 : 116-120).

14 L. Wirth, 1964, « The Metropolitan Region as a Planning Unit », in A. J. Reiss (éd.), Louis Wirth: On Cities and Social Life, Selected Papers, Chicago, The University of Chicago Press, p. 304-318.

15 R. Wood, 1958, « Metropolitan Government, 1975: An Extrapolation of Trends. The New Metropolis: Greenbelt, Grassroots, or Gargantua », in American Political Science Review, vol. 52, p. 108-122 ; R. Wood, 1961, 1,400 Governments, Cambridge, Harvard University Press.

16 V. Ostrom, C. M. Tiebout et R. Warren, 1961, « The Organization of Government in Metropolitan Regions: A Theoretical Inquiry », American Political Science Review, vol. 55, p. 831-842 ; E. Ostrom, 1972, « Metropolitan Reform: Propositions Derived from Two Traditions », Social Science Quaterly, vol. 53, no 3, p. 474-493.

17 A. Downs, 1994, New Visions for Metropolitan America, Washington, The Brookings Institution ; D. N. Rothblatt et A. Sancton, 1993, Metropolitan Governance: American Canadian Intergovernmental Perspective, Berkeley, University of California.

18 L’un des échecs états-uniens les plus retentissants a lieu à New York. Le projet d’autoroute urbaine qui devait relier le tunnel Holland aux ponts de Manhattan et de Williamsburg est abandonné en 1969.

19 La pérennité des villes états-uniennes est par contre protégée par la charte que leur a octroyée l’État fédéré.

20 Ces amalgamations sont loin de faire l’unanimité, à tel point qu’une défusion partielle est à l’œuvre à Montréal dès janvier 2006. L. Quesnel, 2005, « La restructuration des agglomérations métropolitaines au Québec », in R. Hudon et J.-P. Augustin (éds), Villes, régions et universités : Recherches, innovations et territoires, Pessac-Laval, Maison des sciences de l’homme d’Aquitaine, Presses de l’Université Laval, p. 222.

21 Cette entité administrative réunit la ville de Toronto et 12 villes et villages suburbains (Weston, Swansea, York, etc.). Elle permet une gestion coordonnée des problèmes communs à l’agglomération : les transports, la distribution d’eau, les parcs, la santé, la sécurité, la planification urbaine, etc.

22 Les premiers sont créés en 1857.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540