Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

I. Espace politique et modèle américain : échanges et influences

Les premières mesures de protection des sites autochtones aux États-Unis et au Canada : pillage et circulation des biens

Yannick Meunier

Résumé

The enactment of federal laws concerning archaeology in the United States and Canada came as a response to the looting of ancient native sites in both countries. While this article investigates who the looters were and what their motives could be, it also aims to provide insights into the various concerns the laws addressed, especially by comparing the management of the collections of Native artefacts held by the Canadian and American national museums.

Texte intégral

1Au tournant du xixe siècle, aux États-Unis et au Canada, les autorités savantes et politiques traitaient le pillage des sites autochtones avec partialité. Tant que cette activité, qui consiste à s’approprier les vestiges d’un site ancien (cimetière, maison, village) en abattant ou non les structures qui les préservent, ne nuisait pas à un projet social, alors elle était exercée en toute liberté et impunité. Si cette forme de pillage peut être considérée, même en l’absence de lois écrites, comme un vol d’objets, en revanche les découvertes que faisaient les explorateurs, les topographes, les géologues, les fermiers, ou encore les ouvriers employés dans la construction, relevaient d’une démarche fortuite. Quant aux archéologues amateurs, plus intéressés par la valeur scientifique de l’objet que par sa valeur marchande, ils forment généralement le premier contingent d’une archéologie institutionnelle. S’ensuivent deux options qui scellent le destin du site ancien  : soit il bénéficie de mesures de protection, soit il est laissé à l’abandon – ce qui est en soi un acte conservateur – mais avec les risques que nous connaissons. Dans un même esprit, la spoliation des biens autochtones, commise par les premiers muséums d’histoire naturelle, peut être considérée comme une forme euphémique de pillage, même si elle n’est pas entendue ainsi, eu égard à la constitution de collections publiques. Face à ces situations, comment les États-Unis et le Canada ont-ils réagi au pillage des sites anciens perpétré dans leur territoire respectif  ? Tel est l’objet de cet article où sont mis en regard les cheminements par lesquels ces États voisins ont élaboré les premières lois visant à protéger les sites autochtones.

Une activité permissive

2La collection d’objets autochtones d’Amérique du Nord est une source de revenu pour les uns, une occupation sans lendemain pour les autres. La préface de l’ouvrage Indian Relics and Their Values en donne un bon aperçu  : «  For several hundred years pioneer Americans found these relics and placed them on the kitchen shelf  » (Brown, 1942  : 7). Dans Ancient Cliff Dwellers of Mesa Verde, Don Watson rappelle que le site troglodytique de Cliff Palace (Colorado) contenait de nombreux objets, lorsque deux cow-boys, Richard Wetherill et Charles Mason, pénétrèrent dans ce village indien en décembre 1888  : «  Pottery, baskets, fabrics, stone and bone tools, turquoise and shell jewelry, burials and mummies were found in a marvelous state of preservation  » (Watson, 1948  : 350). Les débuts de l’archéologie canadienne participent également de la collection, quitte à profaner les lieux sacrés des Indiens. «  La période antérieure à la Confédération est marquée par une chasse aux curiosités […] qui, dans les propriétés nouvellement acquises par les colons d’origine européenne, dégénère en destruction de cimetières indigènes  » (Forbis et Noble, 1987  : 85). Ainsi, la chasse aux curios précède l’archéologie et les premiers musées où sont exposés les artefacts à des fins d’éducation. Mais c’est dans l’ouest de l’Amérique du Nord que l’ampleur des dégâts dépasse l’entendement, ainsi que l’origine de la Smithsonian Institution permet de le comprendre.

  • 1 An Act to establish the “Smithsonian Institution” for the increase and diffusion of knowledge among (...)

3Le testament de James Smithson (1765-1829) stipulait que la somme qu’il léguait au gouvernement américain d’Andrew Jackson devait contribuer à l’enrichissement et à la diffusion de la connaissance. Sur ce principe universel fut fondée la Smithsonian Institution (1846)1. Son premier secrétaire, le physicien Joseph Henry, encouragea la recherche et la publication scientifique conformément à l’esprit de Smithson. Cependant, ses plans furent bouleversés par l’arrivée d’un zoologiste, Spencer F. Baird, qui rallia le conseil de l’établissement autour de l’idée d’un muséum d’histoire naturelle. Pour le doter d’un fonds conséquent, Henry et Baird sollici-tèrent les agents fédéraux, les militaires, les marchands, les prospecteurs, les missionnaires et les médecins qui parcouraient l’Ouest américain, mais aussi l’Île de Vancouver et la Colombie-Britannique. Si l’on considérait que les cultures indiennes et inuit risquaient de disparaître au contact de la civilisation (Cole, 1995  : 13), il devenait urgent de collecter les matériels autochtones jusqu’en Alaska, devenu entre-temps un territoire américain (1867).

4Le pillage institutionnalisé, fondé sur un argument aussi souverain que l’enrichissement d’un fonds ethnographique non souillé par la civilisation, stimulait le commerce des objets autochtones et l’appétit des muséums. Le Peabody Museum of American Archaeology and Ethnology (Harvard, Cambridge, Massachusetts), l’American Museum of Natural History (New York), ou le Field Museum of Natural History (Chicago, Illinois) rivalisaient d’ingéniosité afin d’acquérir les plus belles pièces. Cependant, la constitution d’un fonds avait d’autres ambitions que l’accumulation. Elle devait permettre de comparer la diversité et la production culturelle des peuples autochtones selon une démarche évolutionniste influencée par les travaux de Charles Darwin publiés dans L’Origine des espèces (1859). Dès lors, le projet ethnographique et la démarche muséographique ne faisaient qu’un. La reconstitution scénarisée des «  habitats  » autochtones devenait une attraction populaire, mise en perspective par les muséums. La concurrence que se livraient ces puissants emblèmes des villes du Nord-Est, notamment à travers les expositions commémoratives, telles que la Centennial Exhibition (1876, Philadelphie, Pennsylvanie), la Columbian International Exposition (1893, Chicago, Illinois), ou la Louisiana Purchase Universal Exposition (1904, Saint-Louis, Missouri), entraînait un intérêt croissant pour l’archéologie amérindienne et le pillage des sites autochtones. Ainsi Wetherill, codécouvreur de Cliff Palace, pilla consciencieusement le site voisin, Spruce Tree House, avant de vendre une partie du butin à la Société historique du Colorado (Lee, 1970). On le retrouvait plus tard, négociant des vestiges de Pueblo Bonito (Nouveau-Mexique) avec l’American Museum of Natural History (AMNH). Se posa alors la question de la protection des ruines pueblos dans le Sud-Ouest.

La loi de 1906 sur les Antiquités nationales

  • 2 F. W. Putnam et alii, 1879, « Reports upon archaeological and ethnological collections from the vic (...)
  • 3 Lewis H. Morgan (1818-1881) s’est illustré par une monographie sur les Iroquois (1851), mais ce son (...)
  • 4 En effet, l’AIA possédait des écoles d’archéologie à Athènes (1882), à Rome (1895) et en Palestine (...)

5L’amorce d’un mouvement en faveur de la protection des sites autochtones coïncida avec l’intérêt scientifique qu’ils suscitaient auprès des anthropo-logues. L’historien Ronald F. Lee reconnaît à cinq institutions un rôle moteur, à commencer par le musée Peabody et son conservateur Frederic W. Putnam, auteur d’une somme sur les ruines pueblos2. La date de la parution de son ouvrage, 1879, nous renvoie à l’histoire de l’anthropologie dans la société américaine. Cette année-là, la Smith-sonian Institution inaugura son Bureau de l’Ethnologie. Celui-ci héritait de l’activité ethnographique des missions d’exploration des territoires de l’Ouest, regroupées au sein de la U.S. Geological Survey, à la tête duquel on nomma John W. Powell. Militaire de carrière et géologue, Powell était aussi linguiste. Dans le premier rapport qu’il remit à Baird (nommé secrétaire après le décès de Henry en 1878), il exposa les méthodes d’investigation et les résultats scientifiques des membres de son équipe. La plupart étaient des naturalistes, des géographes et d’anciens militaires qui, auprès de populations indiennes, inuit et aléoutes, recueillaient des données qui intéressaient la cartographie, l’ethnologie, l’archéologie, et surtout la linguistique. Quant au matériel collecté, il était versé au U.S. National Museum, une autre branche de la Smithsonian Institution. En 1879, Lewis H. Morgan, l’un des fondateurs de l’anthropologie3, est élu président de l’American Association for the Advancement of Science. Durant son mandat, l’AAAS s’ouvrit à l’ethnologie (Section H). De même, la Société d’anthropologie de Washington, qui s’était formée sur un projet archéologique, céda rapidement à l’ethnologie (Lamb, 1906  : 564). Ne restait en lice que l’Archaeological Institute of America. Fondé à Boston en 1879, l’AIA était cependant tourné vers la Grèce et la Rome antiques, dénigrant totalement l’archéologie amérindienne pour le peu d’intérêt que les peuples indiens avaient apporté à l’Histoire, selon la vision de son président-fondateur Charles E. Norton, professeur d’histoire de l’art à Harvard (Sheftel, 1979  : 5). Comparées aux monuments de l’Antiquité et des hautes civilisations précolombiennes, les ruines pueblos ne suscitaient guère l’enthousiasme de Norton, qui rechignait à y envoyer ses archéologues rompus aux méthodes d’une fouille moderne au contact des archéologues européens4. Dès lors, l’archéologie amérindienne se forma sur le terrain de l’exploration, confiée aux géologues et aux géographes. Jusqu’au début du xxe siècle, elle se confondait, dans le Sud-Ouest, avec un ramassage de surface, proche en cela d’une ethnographie, car on considérait «  l’Indien  » de peu d’ancienneté (Trigger, 1992  : 82-83).

  • 5 La résolution est signée le 22 juin 1892 par décret présidentiel de Benjamin Harrison.

6Dans An Introduction to the Study of Southwestern Archaeology, l’archéologue Alfred V. Kidder décrit comment Adolph F. Bandelier, engagé par l’AIA en 1880, contre l’avis de Norton, bâtit son travail archéolo-gique sans recourir à la fouille du site Pecos au Nouveau-Mexique (Kidder, 1962  : 88). Bandelier dressa le relevé des ruines, collecta du matériel, et s’informa auprès des vieux Indiens pour reconstituer l’ancien village, en partie saccagé par des gens du coin venus récupérer les matériaux d’origine (poutres, pierre). À partir du cas de Pecos, une pétition en faveur de la protection des ruines pueblos, lancée à l’initiative de Marshall P. Wilder et Edmund F. Slafter de la New England Historic Genealogical Society, fut adressée au Congrès. Le sénateur du Massachusetts, George F. Hoar, un temps associé au musée Peabody et à la Smithsonian Institution, exposa la situation devant les membres du Senate Committee on Public Lands le 10 mai 1882. Il s’appuya sur la problématique scientifique que posait l’ancienneté des sites autochtones, entravée par les dégradations répétées des pilleurs. Malgré les faits, le Sénat débouta sa demande devant l’impossibilité de protéger tous les sites pueblos. Dix ans plus tard, une nouvelle pétition, soutenue par le milieu de l’anthropologie de Boston, aboutit à une enclave protectrice autour de Casa Grande (Arizona) de 184 hectares5. Néanmoins, ce premier succès était une goutte d’eau dans un Sud-Ouest qui attirait de plus en plus une foule bigarrée de pilleurs. En outre, les sites se trouvaient souvent dans des réserves indiennes ou à proximité, sur des terres concédées à l’agriculture par l’Indian Homestead Act (1884) ou le General Allotment Act (1887). Les Indiens pouvant céder leurs lots à titre onéreux, des spéculateurs saisirent cette opportunité pour acheter ceux contenant des ruines pueblos.

  • 6 « Des sociétés historiques, scientifiques, de sciences naturelles naissent un peu partout incitant (...)
  • 7 Déjà implantée à Boston (1879), New York et Baltimore (1884), Philadelphie (1888), Chicago, Détroit (...)
  • 8 An Act for the Preservation of American Antiquities (34 Stat. L. 225).

7Tous ces agissements, depuis le trafic des objets indiens, dont on suit d’un œil critique le parcours jusqu’en Europe, jusqu’à l’abus des lois d’accession à la propriété, en passant par l’absence de protection de sites emblématiques, eurent pour conséquence de souder les cercles scientifiques et l’opinion publique. Au tournant du xixe siècle, la popularité de l’archéologie et de l’anthropologie est symptomatique d’une époque où fleurissent aux États-Unis – comme au Canada, toute proportion gardée6 – des sociétés savantes, et où s’ouvrent dans les universités et les musées des départements d’archéologie ou d’anthropologie. On assiste également à des dons de milliers d’objets, sans doute exhumés clandestinement. En 1905, par exemple, le Révérend Edward C. Mitchell versa à la Société historique du Minnesota sa collection d’environ 21 500 objets savamment classés durant trente-trois ans, dont des herminettes, des hachettes, des couteaux, des pointes de lance, et 15 crânes indiens exhumés on ne sait d’où («  Recent Progress in American Anthropology  », 1906  : 518). La même année, cette société reçut, d’un membre qualifié d’archéologue, une collection estimée à plus de 100 000 objets provenant d’une vaste région couvrant le Minnesota jusqu’aux contreforts des Rocheuses et au sud du Kansas. On ne parle plus de pillage, sauf pour le dénoncer, mais de fouilles encadrées par des membres de sociétés commanditaires des campagnes. Ainsi, la Société historique et archéologique de l’Ohio se spécialisait dans l’exhumation des tertres funéraires de la civilisation Adena dont on retrouvait l’influence dans le sud de l’Ontario (période Woodland). De ce côté de la frontière, le pillage coexistait tout autant avec l’archéologie. Forbis et Noble notent que, dans l’intervalle de 1867 à 1914, «  la profanation de fosses funéraires huronnes est devenue un sport du dimanche pour les pillards, malgré les reproches et les objurgations des autorités compétentes  » (Forbis et Noble, 1987  : 85). Mais aux États-Unis, l’idée d’une protection des sites autochtones dans l’espace public avançait avec le concours des sociétés archéologiques, affiliées à l’Archaeological Institute of America7, et anthropologiques de niveau national (Bureau de l’Ethnologie, Association d’anthropologie américaine). Si un premier projet de loi fut présenté par un sous-comité scientifique en 1899, six années d’intenses débats furent toutefois nécessaires pour aboutir à l’Antiquities Act, signé le 8 juin 1906 par Theodore Roosevelt8.

Le Canada autochtone  : un prolongement naturel des États-Unis

8Alors que le Congrès des États-Unis s’apprêtait à voter l’Antiquities Act, le Canada laissait encore les musées américains constituer d’importantes collections ethnographiques et archéologiques dans ses territoires, notamment en Colombie-Britannique, quasi exsangue d’objets indiens. Pourtant, le Parlement provincial désapprouva relativement tôt l’attitude des collecteurs à la solde des musées américains, préférant que les objets remplissent les musées d’Ottawa ou de Londres. Mais cela n’empêcha nullement la poursuite de cette pratique au profit de muséums américains. Ainsi, l’AMNH, engagé dans la Jesup North Pacific Expedition (1897-1902), rapporta environ 8 000 pièces du versant canadien. L’expédition new-yorkaise, dirigée par Franz Boas, s’inscrivait dans une problématique scientifique absolue  : s’attaquer à la théorie selon laquelle l’Amérique fut originellement peuplée par des tribus asiatiques et restituer l’histoire culturelle du Pacifique Nord. En revanche, la plupart des autres musées n’avaient pas de projet particulier  : ils complétaient leurs fonds, et à l’occasion déclaraient posséder les plus beaux spécimens. L’aisance avec laquelle ils agissaient résultait de collaborations fructueuses avec de nouveaux arrivants tels que l’Écossais James A. Teit ou l’Anglais Charles Hill-Tout, deux ethnologues autodidactes des peuples Salish, ou encore le médecin Charles F. Newcombe, et Israel W. Powel, surintendant des Indiens en Colombie-Britannique. Bien entendu, la collection s’étendait à d’autres œkoumènes canadiens. L’AMNH se targuait de nouveaux objets inuit et athapascans, collectés dans les Territoires du Nord-Ouest et au Manitoba («  Recent Progress in American Anthropology,  » 1906  : 470). Face à la répétition des «  incursions  » menées au Canada par les muséums américains, on peut s’interroger sur l’absence de mesure de protection du patrimoine autochtone canadien à l’aube de l’Antiquities Act, qui tient lieu de référence. En effet, la loi américaine, au regard de son parcours, permet de tirer un certain nombre de leçons que l’on peut soumettre au cas canadien, à commencer par l’image qu’évoquait l’Autochtone dans le milieu scientifique.

La commission géologique du Canada

9Au Canada, l’attrait pour les sciences naturelles précéda celui pour les cultures autochtones. C’est par l’étude de la nature, de sa diversité, de sa formation, qu’on en vint à s’intéresser aux objets indiens. Comme dans les cabinets de curiosité, ils sont rangés avec des spécimens de plantes, d’oiseaux et de minéraux. Ils forment, comme l’écrit W. H. Collins, le directeur du musée national du Canada, «  toutes les branches de l’histoire naturelle  » («  all branches of natural history  », Collins, 1928  : 39). On comprend mieux la situation lorsque l’on sait que Collins, avant d’occuper ce poste, était le chef de la commission géologique du Canada. Il démontre, par ses propos surannés, à quel point les anthropologues canadiens dépendaient des sciences naturelles. C’est par l’exploration des territoires, d’abord dans l’Est du Canada, puis dans l’Ouest – avec la construction du chemin de fer transcanadien jusqu’à Port Moody (1881-1885) – qu’ils s’affranchissent de la commission géologique établie à Montréal. C’est d’ailleurs en Colombie-Britannique que les géologues s’essaient véritablement à l’ethnographie dans un climat concurrentiel entre muséums américains. À cet égard, l’expédition de milliers d’objets autochtones vers le Sud ne semblait pas affecter les autorités montréalaises, plus préoccupées par la classification et la conservation des matériaux de nature différente (minérale, organique, anthropique) dans des bâtiments inadaptés. L’inventaire des collections, établi d’après des échantillons géologiques et de fossiles, laissait peu de place à l’ethnographie. C’est pourquoi le géologue George M. Dawson déposa les 115 objets haida qu’il avait rapportés des Îles de la Reine Charlotte au musée Peter Redpath de l’Université McGill, où son père était conservateur, et non au musée de la commission géolo-gique du Canada (Cole, 1985  : 76-77). L’Act de 1877, relatif aux missions des géologues, qualifiait pourtant le musée de la commission de Canadian Museum of natural history, mineralogy and geology (Collins, 1928  : 39), mais en réalité la culture matérielle des peuples autochtones y était totalement absente. Ne comptaient que la minéralogie et la géologie, au profit d’une industrie mondiale où le Canada, avec ses ressources minières, pesait de tout son poids.

  • 9 On avance les chiffres de 1 017 visiteurs en 1875, 1 728 en 1876, 9 549 en 1882, 14 465 en 1886, et (...)

10Avant le départ de la commission pour Ottawa (1880), l’effectif était de huit géologues. Jusqu’alors modeste, la fréquentation du musée augmenta de façon spectaculaire9, sa mission éducative s’appuyant sur les collections géologiques et zoologiques. Quant aux collections ethnographiques et archéologiques, elles n’étaient associées à aucun projet en particulier. La mainmise des muséums américains sur les biens autochtones canadiens laissait une impression de fatalisme gagner les ethnologues d’Ottawa (Cole, 1985  : 79). Avec la nomination de George M. Dawson à la tête de la commission géologique du Canada (1895-1901), installée dans un ancien hôtel rue Sussex, la partie anthropologique s’en trouva valorisée. Des objets autochtones, conservés chez soi ou abusivement dans des ministères, furent versés au musée, ce qui posa à nouveau le problème de l’exiguïté des salles. Après plusieurs rapports alarmants sur la dégradation du bâtiment, Dawson nota, à une date aussi tardive que 1899, de notables avancées dans le projet d’un nouveau musée, conçu spécialement pour recevoir les collections. Dix ans après la mort de Dawson (1901), le Victoria Memorial Museum (musée commémoratif Victoria) accueillait les collections.

Le Victoria Memorial Museum

11Lorsqu’en 1907, la commission géologique du Canada intégra le sous-ministère des Mines, on sortit le musée du pôle géologique, et on lui assigna de nouveaux objectifs  : devenir le musée canadien de référence au moyen d’une collection canadienne inégalable (Collins, 1928  : 46). En 1910, le directeur Reginald W. Brock organisa le Victoria Memorial Museum en sections (géologie, minéralogie, paléontologie, biologie, anthropologie, topographie), et recruta des scientifiques, notamment américains, pour prendre la direction de chacune d’elle. La division de l’Anthropologie fut confiée au linguiste Edward Sapir, professeur à l’Université de Pennsylvanie. Dès lors, Sapir recruta deux archéologues, Harlan I. Smith, débauché de l’AMNH, et William J. Wintemberg, du musée provincial de l’Ontario, ainsi qu’un jeune anthropologue, Marius C. Barbeau, formé à l’Université d’Oxford et à la Sorbonne, et un ethnologue contractuel, Frederick W. Waugh. En 1912, Francis H. Knowles rejoignit la division comme anthropologue, puis l’année suivante arriva l’ethnologue néo-zélandais Diamond Jenness. Aussitôt, Sapir l’affecta à la Canadian Arctic Expedition (1913-1916), dirigée par Vihljalmur Stefansson et secondée par l’Américain Rudolph M. Anderson, également chef de la division de la Biologie.

12Jusqu’au milieu des années 1920, les anthropologues canadiens et américains travaillaient de concert. Les premiers participaient à de nombreux congrès, notamment ceux de l’Association d’anthropologie américaine, en devenaient membres, et publiaient leurs travaux dans des revues connues du monde entier  : l’American Anthropologist, la Geographical Review, le Journal of American Folk-Lore. En 1914, Jenness expérimenta l’archéologie sur l’Île Barter (Alaska), et en 1926, il conduisit une campagne de fouille dans le détroit de Béring d’où il rapporta une importante collection de près de 3 000 pièces, conservée à Ottawa (Morrison, 1991). En 1918, Barbeau fut élu président de l’American Folk-Lore Society. De leur côté, des anthropologues américains séjournaient au Canada où ils conduisaient d’importantes études sur les Indiens, comme Franck G. Speck (Université de Pennsylvanie) sur les Algonquins du Nord-Est et les Iroquois. Clark Wissler (AMNH) examina les têtes de harpon rapportées par Stefansson de l’Arctique canadien. Leonard Bloomfield (Université d’État de l’Ohio) entreprit l’étude des Cri de la Saskatchewan et du Manitoba.

  • 10 Totem Pole Preservation Committee.

13Cependant, ce partenariat entre les deux pays pâtit d’une lamentable affaire de vol de mâts kwakiutl dans le village d’Alert Bay (Île de Vancouver). Selon Cole, on aurait délibérément saoulé les Indiens avant de subtiliser les mâts pour les acheminer quelque part aux États-Unis (Cole, 1985  : 271). L’affaire fit grand bruit tant au Conseil des monuments et des sites historiques du Canada qu’à la Société royale du Canada, si bien que des mesures répressives furent envisagées. Il s’agissait, pour l’essentiel, d’interdire l’exportation des mâts, ou de les vendre, avec l’accord des propriétaires indiens, seulement à des musées canadiens. Finalement, une autre proposition fut retenue  : au lieu de laisser les mâts se dégrader naturellement, Smith et Barbeau proposèrent de les préserver in situ. Un tel projet n’était pas sans arrière-pensées touristiques. En effet, n’étaient concernés que les mâts dressés le long du fleuve Skeena, suivant le tronçon de la ligne ferroviaire Edmonton-Prince Rupert que le Canadian National s’apprêtait à ouvrir. Ce type de patrimoine indien «  haut en couleur  » était considéré comme un excellent instrument de publicité pour la compagnie nationale, rivale de la Canadian Pacific Railway (Meunier, 2007  : 79-82). Par le biais de la conservation, le Canada se trouvait valorisé. En 1924, Charles Camsell, sous-ministre des Mines, établit une commission en faveur de la sauvegarde des mâts10. Celle-ci comprenait le sous-ministre des Affaires indiennes, Duncan C. Scott, Camsell lui-même, J. B. Harkin, des Parcs nationaux du Canada, et deux représentants du Victoria Memorial Museum, Sapir et Barbeau. En 1925, la campagne de conservation et de restauration démarra sous la direction de Scott. Le Canadian National transportait la main-d’œuvre et le matériel. Il détacha même l’un de ses ingénieurs, T. B. Campbell, pour conduire les travaux, inspectés par l’archéologue Smith. Entre-temps, la division de l’Anthropologie vécut un changement notable. Au mois de septembre 1925, Sapir remettait sa démission au directeur du musée, L. L. Bolton, qui se tourna alors vers Jenness pour occuper ce poste.

L’amendement de la Loi sur les Indiens de 1927

  • 11 Correspondance Jenness / Scott, 8 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.
  • 12 Correspondance Scott / Jenness, 9 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.
  • 13 La Loi sur les Indiens (1876) constitue la base de l’administration des Indiens par les Affaires In (...)
  • 14 Correspondance Jenness / Scott, 28 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.
  • 15 Cette loi stipule : « That any person who shall appropriate, excavate, injure, or destroy any histo (...)

14Peu de temps après sa nomination (12 janvier 1926), Jenness s’informa auprès du sous-ministre Scott sur la législation concernant l’exportation des mâts hors du Canada. Il venait de recevoir une lettre d’Harlan Smith au sujet d’un institut américain du Wisconsin intéressé par l’achat d’un mât indien. Il ne s’agissait pas de n’importe quel mât, mais d’un de ceux qui venaient d’être restaurés à grands frais par le gouvernement fédéral11. Comme on s’y attendait, la législation canadienne ne pouvait s’opposer à la demande12. Cependant, Scott se sentait prêt à déposer une motion visant à prévenir l’exportation des mâts à la présente session du Parlement fédéral. Le 26 avril 1926, il demanda l’avis de Jenness sur un amendement de la Loi sur les Indiens13 qu’il venait de rédiger concernant la protection des sites indiens. D’emblée, Jenness nota de sérieuses lacunes  : «  Nothing in the amendment as it now stands will prevent the destruction or mutilation of totem-poles and other objects.  » Jenness suggéra d’incorporer un volet sur leur protection, y compris les monuments funéraires. «  No person shall remove or destroy any Indian grave house…14  » Il proposa également de distinguer les mâts sous un label «  monument historique  », de sorte que leur protection restât en vigueur lorsque les réserves indiennes seraient abolies (Jenness était partisan de l’assimilation des peuples autochtones dans la société canadienne). Il termina son courrier en rappelant la situation  : «  There is urgent need for immediate protection, and this the Indian Act will supply for many years.  » Hormis le label «  monument historique  » non retenu pour la circonstance, les termes de l’amendement de la Loi sur les Indiens de 1927 établirent les premières mesures répressives qui, certes, s’appliquaient au cas canadien, mais dont la teneur est fort semblable à celle de l’Antiquities Act15.

  • 16 Uniform Rules and Regulations, Prescribed by the Secretaries of the Interior, Agriculture, and War (...)

15L’effet d’emprunt à la loi américaine est corroboré par une profonde connaissance qu’avait Jenness de ses quatre articles. Depuis longtemps, il caressait l’idée de revenir en Alaska pour y conduire une campagne de fouille archéologique, ce qu’il fit au cours de l’été 1926 près des villages inupiat de Wales (cap du Prince de Galles) et d’Inalik (Île de la Petite Diomède) qui relevaient du Bureau de l’Éducation. Mais fouiller dans une circonscription fédérale nécessite un permis auprès du ministère de l’Intérieur. Pour l’obtenir, il fallait remplir un certain nombre de conditions, détaillées dans les 17 articles d’un document appelé Uniform Rules and Regulations16 et envoyé au candidat après réception de sa demande (art. 9 URR). Avant toute chose, le législateur insistait sur les compétences scientifiques et les capacités de l’institut dont dépendait le candidat à mener une campagne archéologique, ou à recueillir du matériel ethnographique. Le résultat de l’opération devait également profiter à l’ensemble des établissements scientifiques et éducatifs, avec comme objectif l’enrichissement de la connaissance. Dans cet esprit smithsonien, le matériel collecté était conservé dans des musées publics (art. 3 de l’Antiquities Act). Jenness était donc parfaitement au fait des rouages de l’Antiquities Act, lorsque le 26 avril, le sous-ministre Scott l’avisa de l’amendement de la Loi sur les Indiens. Dans ces conditions, on peut présumer que Jenness compara les deux documents et prit dans la loi américaine les éléments essentiels qu’il estimait important d’inscrire dans l’amendement et qui ne figuraient pas dans le texte de Scott.

16Sur le fond, les deux actes condamnent le pillage (sans toutefois le nommer) et punissent tout contrevenant par une amende. En revanche, dans le détail, l’amendement de la Loi sur les Indiens est beaucoup plus restrictif que l’Antiquities Act, car il fut rédigé dans un but particulier  : obvier à l’exportation d’un mât au Wisconsin, et peut-être aussi satisfaire une partie de l’opinion encline à des mesures préventives après l’affaire d’Alert Bay. En conséquence, trois catégories d’objets figurent seulement dans l’amendement de 1927 (mât et poteau de maison, monument funéraire, pétroglyphe et pictogramme), alors que l’Antiquities Act embrasse l’ensemble du patrimoine autochtone américain  : «  any historic or prehistoric ruin or monument, or any object of antiquity  » (art. 1 de l’Antiquities Act). Dans le même esprit, l’amendement de 1927 concerne principalement les réserves indiennes de la Colombie-Britannique, alors que l’Antiquities Act couvre l’ensemble du domaine fédéral.

Une offensive menée sur tous les fronts

  • 17 Correspondance Jenness / Collins, 31 mai 1926, © Musée canadien des civilisations.
  • 18 Correspondance Jenness / Collins, 31 mai 1926, © Musée canadien des civilisations.
  • 19 Correspondance Jenness / Collins, 3 mai 1927, © Musée canadien des civilisations.

17Hormis la frange pacifique, les autres territoires canadiens, y compris les régions arctiques et subarctiques, furent exclus des premières mesures de protection. Jenness connaissait les limites de l’amendement de 1927. Il se lança alors dans une croisade contre les muséums américains. Il s’investit d’autant plus dans cette tâche que le Victoria Memorial Museum devint le musée national du Canada le 5 janvier 1927. Jenness, qui avait devancé l’événement, exposa sa vision d’un musée national et le rôle qu’il entendait donner à chacun dans une lettre adressée à W. H. Collins le 31 mai 1926. Il réagissait aux propos du directeur du Royal Ontario Museum of Archaeology, C. T. Currelly, qui s’était indigné de l’attitude souveraine du Victoria Memorial Museum à son endroit. Currelly l’accusait de détenir abusivement tout le matériel rapporté au cours de la Canadian Arctic Expedition, et notamment les objets ethnologiques du golfe du Couronnement. Les deux musées avaient contribué à la préparation de l’expédition, et Currelly estimait qu’une partie de la collection inuit lui revenait. Mais Jenness ne l’entendait pas ainsi. Pour lui, le ROMA, doté d’une collection provenant du monde entier, et rattaché à l’Université de Toronto, avait une mission éducative résolument internationale. À l’inverse, le musée d’Ottawa, par son statut national, se limitait au patrimoine canadien. Mais c’était sans compter avec la présence de muséums américains qui nuisait au projet national. Jenness s’en offusqua auprès de Collins  : «  The United States Museums are finding Canada a splendid collecting field. Last year (and again this year) the Heye Museum in New York had a party gathering all the specimens it could purchase from our prairie Indians into its store-rooms17.  » Là-dessus, Jenness invoqua le devoir de coopération avec le musée de Toronto. Il était même prêt à engager la division de l’Anthropologie dans l’acquisition d’objets pour le ROMA, afin d’établir un front solidaire face à la voracité du voisin du Sud  : «  In this way the two museums could help each other and prevent many of the most valuable specimens from going to the U.S.18.  » Jenness continua ainsi d’affirmer la mission de gestionnaire du patrimoine autochtone dévolue à son établissement. L’arrivée d’un assistant de conservation du Field Museum of Natural History de Chicago, intéressé par le Nord, l’incita aussitôt à rédiger trois articles visant à réglementer les fouilles archéologiques en Arctique  : (1) interdiction de fouiller sans la présence d’un archéologue «  confirmé  »  ; (2) tous les objets archéologiques deviennent la propriété de «  muséums irréprochables  » où ils sont accessibles «  à tout chercheur travaillant sur les vestiges inuit  »  ; (3) rédaction d’un rapport exhaustif sur les «  sites fouillés  » et diffusion des résultats au département des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon du ministère de l’Intérieur19.Si ces trois points n’avaient pas de valeur juridique à proprement parler, ils fournissaient en revanche un cadre référentiel permettant au directeur de la branche des Territoires du Nord-Ouest et du Yukon, et aux policiers affectés dans cette région, de s’assurer de l’honnêteté des fouilles archéologiques qui y étaient menées. Comme précédemment, ces mesures semblent s’inspirer de l’Antiquities Act, et notamment de l’article 3.

  • 20 1927 est une date symbolique : c’est le 60e anniversaire du Canada, doublement célébré par la popul (...)

18Le pillage des sites anciens et la spoliation des objets indiens et inuit ont conduit les États-Unis et le Canada à protéger leur patrimoine autochtone au moyen d’actes juridiques. Cependant, les deux pays n’ont réagi ni avec la même détermination, ni à la même vitesse, puisque les États-Unis se sont dotés de mesures répressives vingt ans avant le Canada. On pouvait donc se demander si le Canada avait suivi le même chemin que son voisin, ou pris une autre voie, pour élaborer sa propre législation. Deux raisons peuvent expliquer cet écart  : l’anthropologie des peuples autochtones et la condamnation du pillage par l’opinion publique. En effet, il ressort de cette étude une adéquation entre l’intérêt scientifique que suscitaient ces peuples et la préservation de leurs cultures matérielles. Tel était le cas aux États-Unis dans la seconde moitié du xixe siècle. En revanche, le débat anthropologique sur l’origine culturelle des peuples d’Amérique du Nord ne faisait pas recette au Canada, du moins à cette époque. Le pays était engagé dans la cartographie de ses ressources minières, et, à l’occasion de l’exploration des territoires, les géologues de la commission géologique du Canada rapportaient, avec les échantillons de roche et de minerais, des objets autochtones. Ce désintérêt pour les cultures indiennes et inuit, à l’exception de quelques érudits (Trigger, 1992  : 58-66), laissa le champ libre aux muséums américains, qui pouvaient «  piller  » les biens autochtones au Canada. Par ailleurs, l’opinion américaine férue d’archéologie obtenait, après vingt-cinq ans de débats conduits par des anthropologues, des mesures de protection du patrimoine autochtone sis sur le domaine public (Antiquities Act). Ainsi, il ne s’agissait pas de la même catégorie de «  pilleurs  » à laquelle les deux États fédéraux avaient à faire. Si les anthropologues américains condamnaient le pillage des ruines pueblos, commis par des Américains de tous horizons, en revanche ils s’en accommodaient en Colombie-Britannique, où des milliers d’objets indiens traversaient la frontière et enrichissaient leurs musées. La circulation des biens autochtones dura jusqu’au moment où l’opinion canadienne s’en indigna. Dès lors, le Canada s’engagea sur les traces de son voisin, mais modestement, au moyen d’un amendement de la Loi sur les Indiens. Mais il le fit promptement. Il fallut une année au Canada (1927) pour afficher sa volonté de protéger son patrimoine autochtone, alors qu’un quart de siècle (1882-1906) avait été nécessaire aux États-Unis pour aboutir à l’Antiquities Act. Comment cet écart fut-il comblé si rapidement  ? Tout semble reposer sur les épaules d’un seul homme  : Diamond Jenness. C’est lui qui raffermit magistralement l’amendement de 1927 de sorte à freiner l’appétit des muséums américains. Il trouva les mots justes, à la hauteur de la situation. Mais tout laisse penser qu’il s’inspira directement de l’Antiquities Act  : en puisant dans l’appareil législatif américain, Jenness aurait retourné contre ceux-là mêmes qui avaient été à l’origine de la loi leurs propres armes. Le gouvernement canadien n’était plus aussi passif face aux événements. Avec le Victoria Memorial Museum, intronisé musée national du Canada en 192720, il entendait rivaliser avec les prestigieux muséums américains, tout en forgeant une identité nationale à travers la valorisation de sa collection publique.

Bibliographie

Brown, Allen, 1942, Indian Relics and Their Values, Chicago, Lightner Publishing Co.

Cole, Douglas, 1995 [1985], Captured Heritage : The Scramble for Northwest Coast Artifacts, Norman, Oklahoma, University of Oklahoma Press.

Collins, William H., 1928, «  The National Museum of Canada  », Bulletin no 50, Annual Report for 1926, Ottawa, National Museum of Canada, p. 32-70.

Correspondance de Diamond Jenness (I-A-164M). Dossier : Dept. of Indian Affairs. Deputy Superintendent General (D. C. Scott) (1926-1929), boîte 643 f.2, Jenness / Scott 8 avril 1926 ; Scott / Jenness 9 avril 1926 ; Jenness / Scott 28 avril 1926, Scott / Jenness 5 mai 1926. Dossier : National Museum of Canada. Director / Acting Director (Dr. W. H. Collins) (1926-1927) boîte 652 f. 1 : Jenness / Collins, 31 mai 1926 ; Jenness / Collins, 3 mai 1927. © Musée canadien des civilisations.

Forbis, Richard G. et Noble, William C., 1987, «  Histoire de l’archéologie au Canada  », Encyclopédie du Canada, tome 1, Montréal, Stanké Ltée, p. 85-87.

Kidder, Alfred V., 1962, An Introduction to the Study of Southwestern Archaeology, New Haven, Yale University Press.

Lamb, Daniel S., 1906, «  The Story of the Anthropological Society of Washington  », American Anthropologist no 8.3, p. 564-579.

Lee, Ronald F., 1970, The Antiquities Act of 1906, 2001 Electronic Edition, National Park Service, U. S. Department of the Interior Archeology Program, http://www.nps.gov/archeology/pubs/lee/index.htm, page consultée le 1er avril 2006.

Meunier, Yannick, 2007, «  Kurt Seligmann et Marius Barbeau, chronique d’une rencontre décisive  », in Jessup, Lynda, Nurse, Andrew and Smith, Gordon E. (éds), Around and About Marius Barbeau : Modelling Twentieth Century Culture, Mercury Series, Cultural Studies Paper 84, Hull, Canadian Museum of Civilization, p. 79-93.

Morrison, David A., 1991, The Diamond Jenness Collections from Bering Strait, Hull, Archaeological Survey of Canada, Mercury Series Paper 144.

«  Recent Progress in American Anthropology. A Review of the Activities of Institutions and Individuals from 1902 to 1906  », 1906, American Anthropologist, n. s. vol.  VIII, no 3, p. 441-547.

Sheftel, Phoebe S., 1979, «  The Archaeological Institute of America, 1879-1979: A Centennial Review  », American Journal of Archaeology vol.  83, no 1, p. 3-17.

Trigger, Bruce G., 1992, Les Indiens, la fourrure et les Blancs, Louiseville, Boréal.

Watson, Don, 1948, «  Ancient Cliff Dwellers of Mesa Verde  », National Geographic Magazine no 94.3, p. 349-376.

Notes

1 An Act to establish the “Smithsonian Institution” for the increase and diffusion of knowledge among men est voté le 10 août 1846 lors de la 1re session du 25e Congrès. Une importante somme d’argent (104 960 livres sterling 8s. et 6d., soit 508 318 dollars et 46 cents) accompagnait le testament.

2 F. W. Putnam et alii, 1879, « Reports upon archaeological and ethnological collections from the vicinity of Santa Barbara, Cal., and from ruined pueblos in Arizona and New Mexico, and certain interior tribes », Report of the U.S. Geographical Surveys West of 100th Meridian, vol. 7, Archaeology, Washington.

3 Lewis H. Morgan (1818-1881) s’est illustré par une monographie sur les Iroquois (1851), mais ce sont surtout ses études sur les systèmes de parenté et ses thèses évolutionnistes qui le rendirent célèbre tant en Amérique du Nord qu’en Europe.

4 En effet, l’AIA possédait des écoles d’archéologie à Athènes (1882), à Rome (1895) et en Palestine (1899).

5 La résolution est signée le 22 juin 1892 par décret présidentiel de Benjamin Harrison.

6 « Des sociétés historiques, scientifiques, de sciences naturelles naissent un peu partout incitant les gouvernements à ériger des musées, à instituer des programmes éducatifs ayant trait à l’archéologie. » (Forbis et Noble, 1987 : 85)

7 Déjà implantée à Boston (1879), New York et Baltimore (1884), Philadelphie (1888), Chicago, Détroit (1890), l’American Anthropological Association ouvre des bureaux à Denver, Boulder, Colorado Springs et Pueblo entre 1897 et 1903, tandis que San Francisco et Los Angeles (406 membres en 1905) fondent leur propre société (« Recent Progress in American Anthropology », 1906 : 505).

8 An Act for the Preservation of American Antiquities (34 Stat. L. 225).

9 On avance les chiffres de 1 017 visiteurs en 1875, 1 728 en 1876, 9 549 en 1882, 14 465 en 1886, et 31 595 en 1896 (Collins, 1928 : 40, 46).

10 Totem Pole Preservation Committee.

11 Correspondance Jenness / Scott, 8 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.

12 Correspondance Scott / Jenness, 9 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.

13 La Loi sur les Indiens (1876) constitue la base de l’administration des Indiens par les Affaires Indiennes, comme le contrôle des terres des réserves ou la réorganisation des villages. Plusieurs fois amendée, en 1880, en 1884 (interdiction des potlatch), en 1889, en 1924, en 1927 (interdiction de levées de fonds), la Loi sur les Indiens visait un objectif clair : l’assimilation totale des Indiens.

14 Correspondance Jenness / Scott, 28 avril 1926, © Musée canadien des civilisations.

15 Cette loi stipule : « That any person who shall appropriate, excavate, injure, or destroy any historic or prehistoric ruin or monument, or any object of antiquity […] shall upon conviction, be fined… » (Sec.1, Antiquities Act)

16 Uniform Rules and Regulations, Prescribed by the Secretaries of the Interior, Agriculture, and War to carry out the provisions of the Act for the Preservation of American Antiquities, 28 décembre 1906.

17 Correspondance Jenness / Collins, 31 mai 1926, © Musée canadien des civilisations.

18 Correspondance Jenness / Collins, 31 mai 1926, © Musée canadien des civilisations.

19 Correspondance Jenness / Collins, 3 mai 1927, © Musée canadien des civilisations.

20 1927 est une date symbolique : c’est le 60e anniversaire du Canada, doublement célébré par la population qui n’avait pu fêter le Cinquantenaire en 1917 en raison de la Grande Guerre.

Auteur

CRAN, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540