Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

Préface: comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd’hui ?

Hélène Quanquin, Christine Lorre-Johnston et Sandrine Ferré-Rode

Texte intégral

Le Canada, « cas limite »

1C’est en 1967, dans un contexte de guerre froide, que Marshall McLuhan publie son essai fondateur, « Canada : The Borderline Case », qui aborde l’identité du Canada dans sa relation ambiguë avec les États-Unis. Jouant sur la polysémie du titre, McLuhan fait du Canada un pays à l’identité névrosée, sorte de « cas limite » dont la singularité ne tiendrait qu’à de subtiles différences avec son voisin du Sud. Mais bien que complexes et parfois ténues, les frontières qui séparent les deux pays sont d’après lui également nombreuses, le Canada constituant un « cas » identitaire particulier : « le cas “frontières” ». Cette idiosyncrasie canadienne amène McLuhan à renverser la relation habituelle entre les États-Unis et le Canada, et à considérer celui-ci non plus dans sa relation de dépendance symbolique à l’égard de son puissant voisin, mais plutôt dans son « rôle de dialogue et de liaison » (« role of dialogue and liaison ») avec les États-Unis, la frontière entre les deux pays agissant comme un « intervalle de résonnance » (« an interval of resonance », McLuhan, 1977 : 226).

2Il n’est pas anodin que McLuhan lie dans le même article la position particulière du Canada à la démarche comparative et à sa nécessité : « What may be banal and commonplace situations, merely by their confrontation and interface, are changed into something very important. » (McLuhan, 1977 : 245) La comparaison, dont la frontière est le principal point de repère, s’appuie sur des phénomènes de mise en relation et met en évidence des processus d’interaction qui fonctionnent à double sens : mécanismes de résistance à des modèles établis, mais aussi mécanismes d’influence et de contamination, qui, pris dans leur ensemble, renvoient à une double dynamique de convergence et de divergence. C’est dans cette perspective que le Canada, « pays aux frontières multiples » (« a land of multiple borderlines », McLuhan, 1977 : 244), représente le lieu de la comparaison par excellence, un espace qui, pour reprendre les mots de McLuhan, se fait à l’occasion « interprète de la destinée américaine » (« interpreter of the American destiny », McLuhan, 1977 : 227).

La comparaison du Canada avec les États-Unis : une démarche politique et éthique

  • 1 À noter l’exception que constitue l’ouvrage fondateur de la comparaison entre le Canada et les État (...)

3Si McLuhan remarque en 1967 que les travaux comparatistes sur le Canada sont encore peu nombreux, l’abondance des études mettant en relation le Canada et les États-Unis de nos jours confirme que la mise en parallèle relève non seulement de l’intérêt personnel des chercheurs, mais également d’un questionnement plus profond sur les relations entre les deux pays. Il est également significatif que, malgré un intérêt croissant des Américains pour leur voisin du Nord, ce regard croisé émane encore le plus souvent de chercheurs canadiens. La remarque faite en 1992 par les directeurs des actes d’un colloque consacré à la comparaison des féminismes canadien et américain, « […] although many of the Canadian contributors make valiant efforts to draw comparative conclusions, the American authors tend to be somewhat more insular in their writing » (Backhouse et Flaherty, 1992 : 3), semble toujours d’actualité1. La comparaison entre le Canada et les États-Unis relève en priorité de questionnements internes à la société canadienne, ce qui explique que celle-ci ait été un terreau particulièrement fertile pour la réflexion sur la comparaison, sa théorie et sa méthodologie. C’est donc au Canada que peut être approchée au plus près la double dimension – éthique et politique – de la comparaison, évoquée par McLuhan.

4« Pour l’historien, la comparaison se présente comme une feinte qui invite, d’une manière un peu paradoxale, à découvrir dans le miroir de l’autre une image plus fidèle de soi » (Bouchard, 2001 : 74) : c’est ainsi que l’historien québécois Gérard Bouchard résume la démarche comparatiste. La définition a de quoi surprendre, car elle fait de la comparaison une « feinte », une entreprise qui relèverait donc de la dissimulation et de l’artifice. Mais le terme porte une autre connotation, celle du geste qui, dans un combat, est destiné à tromper l’adversaire, renvoyant ainsi la comparaison au déséquilibre et à l’inattendu, à la « transgression » (Bouchard, 2001 : 75). C’est cette vision d’une « valeur éthique » de la démarche comparative comme questionnement scientifique qu’analyse Marcel Detienne dans Comparer l’incomparable :

Il y a une valeur éthique de l’activité comparative que je veux défendre. C’est qu’elle invite à mettre en perspective les valeurs et les choix de la société à laquelle on appartient, que l’on y soit né par la grâce de Dieu, qu’on l’ait choisie dans son histoire idiosyncrasique, ou qu’on ait été conduit à y vivre jusqu’à en devenir le résident, plus ou moins assimilé, accepté ou acculturé. Il ne semble pas trop présomptueux de dire qu’en construisant des comparables, plus ou moins bons, à plusieurs, entre historiens et anthropologues, on apprend à se mettre à distance de son soi le plus animal, à porter un regard critique sur sa propre tradition, à voir, ou entrevoir, que c’est, vraisemblablement, un choix parmi d’autres. (Detienne, 2000 : 59)

  • 2 Voir par exemple la remarque suivante : « Canadian / American relations have been a subject fretted (...)

5Les relations avec les États-Unis, souvent vues comme inégales, en même temps que la question du positionnement du Canada par rapport à un voisin encombrant dominent le débat politique canadien depuis plusieurs décennies2. En 1969, le Premier ministre Trudeau s’exclamait ainsi devant des journalistes américains : « Living next to you is like sleeping with an elephant ; no matter how friendly and even tempered is the beast, one is affected by every twitch and grunt. » De fait, la signature de deux accords importants de libre-échange (dont l’ALENA) dans les vingt dernières années a ajouté à la dimension politique de la comparaison entre les deux pays, qui vise à dégager les spécificités canadiennes face à « l’éléphant » américain. Si la plupart des travaux ont permis de remettre en cause le stéréotype partagé par de nombreux observateurs d’une société et d’une culture canadiennes sous influence, ils participent également de l’entreprise de réaffirmation de l’indépendance du Canada. Dans un contexte de proximité à la fois historique, culturelle, et géographique, la comparaison entre le Canada et les États-Unis a clairement contribué à l’expression d’une identité nationale canadienne spécifique. Plus récemment, le refus canadien de s’engager en Irak aux côtés des troupes américaines a donné un second souffle à la comparaison entre les deux pays en rappelant la possibilité d’un positionnement différent, ainsi que l’exprime de façon très personnelle le politologue canadien Philip Resnick :

Because Canada, not known for saying “No” to the United States on major issues of foreign or defence policy, actually had the temerity to side with the French, the Germans, the Russians, the Latin Americans, the Africans, indeed most of the countries of the world in its opposition to a unilateral American-initiated attack on Iraq, I was all the happier to be a Canadian. (Resnick, 2005 : 8)

  • 3 Le lecteur ne trouvera donc pas, en particulier, d’étude d’ordre général sur l’économie, le système (...)

6Face à l’abondance déjà notée de travaux qui comparent le Canada et les États-Unis, l’intérêt du présent ouvrage réside principalement dans le fait que le « miroir » décrit par l’historien québécois Gérard Bouchard ne se trouve ni au Canada ni aux États-Unis, mais en France. La valeur inhérente à ce déplacement du regard, ou « déracinement » (Bouchard, 1999 : 51), est ainsi mise en valeur par Philip Resnick : « Sometimes it is when you are thousands of kilometres away from home that you begin to see things in a new light » (Resnick, 2005 : 7). Les contributions, qui émanent dans leur très grande majorité d’américanistes et de canadianistes français, permettent ainsi d’identifier d’autres enjeux de la comparaison entre le Canada et les États-Unis que ceux habituellement étudiés3.

Le Canada, « un pays aux frontières multiples »

7« Canada is a land of multiple borderlines, psychic, social, geographic », annonce McLuhan dans son essai de 1967 (McLuhan, 1977 : 244). Le motif polysémique de la frontière, qui marque une relation de confrontation et de proximité simultanées, reflète bien la complexité, pour le Canada, des phénomènes en jeu dans la comparaison avec les États-Unis.

8La démarche comparative propose un bilan nuancé des ressemblances et des différences, qui vise à mesurer l’impact des forces d’influence et de résistance ; c’est le cas des études de Salah Oueslati, Andrew Ives, Marine Le Puloch, Yannick Meunier, Laurence Gervais-Linon et Hélène Harter. Individuellement, ces analyses se concentrent sur des sujets touchant à la législation, au judiciaire, à l’économie, la politique et l’urbanisme. Prises dans leur ensemble, elles laissent voir comment l’élaboration de systèmes politiques, de modèles sociaux ou urbains sensiblement différents reflète par-dessus tout des modes d’appropriation de l’histoire et du territoire particuliers, modes qui représentent, pour reprendre les mots de Marcel Detienne, « des choix parmi des possibles » (Detienne, 2000 : 52). Si ce rôle important de la subjectivité et de la sensibilité dans les phénomènes liés à la relation du Canada avec les États-Unis apparaît en filigrane dans les articles mentionnés précédemment, il est plus fortement marqué dans les contributions de Sandrine Ferré-Rode, Patrick Farges et François Durpaire, dont l’analyse s’appuie sur des témoignages, pour certains entièrement originaux, ainsi que dans celles de Claire Omhovère et Christine Lorre-Johnston, qui visent à saisir les nuances entre les deux pays telles qu’on peut les entrevoir dans l’écriture littéraire. La variété des démarches épistémologiques adoptées au fil des douze articles permet ainsi de saisir les multiples dimensions de ce qui tout à la fois relie et sépare le Canada et les États-Unis.

9La notion de frontière est axiomatique dans la définition du Canada, voire des États-Unis, mais elle se pense aussi au-delà de l’espace nord-américain. Selon Richard Cavell, à l’heure où les relations entre le local et le mondial se trouvent investies d’une nouvelle dynamique, les frontières jouent à plein leur rôle de catalyseur de différences, d’où la pertinence renouvelée de la pensée novatrice de Marshall McLuhan. L’étude de François Durpaire sur la population migrante des Noirs francophones au Canada fonctionne comme une illustration de ce principe. Quant à l’article de Patrick Farges sur les immigrés allemands, ou celui de Christine Lorre-Johnston, qui propose une lecture de deux romans d’écrivains d’origine chinoise, ils viennent rappeler que le Canada et les États-Unis sont des pays d’immigration : un regard comparatif tourné aussi vers le passé peut mettre en jeu un référent tiers – ici l’Allemagne ou la Chine – qui vient éclairer d’une perspective extérieure les deux pays. Certaines études imposent ainsi de briser le cadre strict de la comparaison à deux termes pour en élaborer un plus complexe, permettant d’intégrer aussi le souvenir d’un ailleurs passé, ou la possibilité d’un avenir ouvert au monde.

10La comparaison du Canada avec les États-Unis nous permet également de nous interroger sur la notion d’américanité, entendue de manière générale comme « dimension à la fois distinctive et commune de l’ensemble des peuples, des groupes culturels et même des individus qui habitent le continent des Amériques » (Cuccioletta, 2001 : 2). Pour certains des cas d’étude présentés ici, on pourrait parler d’une identité liée à la nord-américanité. On discerne en effet des liens entretenus au sein de groupes culturels du fait même de la continentalité de l’Amérique – c’est le cas des Noirs francophones étudiés par François Durpaire, mobiles d’une partie du continent nord-américain à l’autre, et au-delà. Ils redéfinissent à l’occasion des espaces d’identification culturels qui leur sont propres, à la fois en deçà et au-delà des cadres nationaux. Le phénomène est à rapprocher du concept d’« espaces identificatoires » défini par Léon Bernier, lesquels « fonctionneraient, non pas à la manière de poupées gigognes ou de cercles concentriques, mais plutôt selon des relations triangulaires » (Bernier, 2001 : 177). Dans le cas des Noirs francophones, ces relations sont à géométrie variable, entre le Québec et le reste du Canada, les États-Unis, les Antilles, la France ou l’Afrique. À l’inverse, là où l’expérience de l’Amérique du Nord confère une perspective commune forte, l’identité nationale vient parfois contrer cette tendance, laissant sa marque à la fois sur la communauté et l’individu. Ainsi les deux romans mis en parallèle par Christine Lorre-Johnston, s’ils partagent le même point de départ, c’est-à-dire l’histoire des guerres du xxe siècle qui ont traumatisé la Chine, et trouvent des points d’aboutissement comparables dans les grandes Chinatowns d’Amérique du Nord, n’en présentent pas moins des perspectives fortement contrastées et des modes distincts de s’envisager en tant que Nord-Américain.

11En s’interrogeant sur l’identité particulière du Canada par rapport aux États-Unis, les articles de cet ouvrage mettent en question deux modèles démocratiques qui se donnent à voir dans leurs particularités, avec toute l’ambivalence que ce mode de représentation peut entraîner. La comparaison permet de revenir sur des « différences » parfois devenues clichés et de nuancer des singularités revendiquées, qu’elles soient anciennes – par exemple, le Canada comme terre d’accueil des esclaves fugitifs américains étudiés dans l’article de Sandrine Ferré-Rode – ou bien contemporaines – le Québec comme territoire de la langue française en Amérique du Nord dans l’article de François Durpaire. L’ouvrage contribue ainsi à interroger des différences présupposées mais pas toujours examinées avec précision, non pas dans une visée essentialiste, mais pour tenter de saisir le véritable dynamisme qui fait leur intérêt.

Comparer le Canada avec les États-Unis aujourd’hui : enjeux et pratiques

  • 4 Cuccioletta souligne comment l’américanité a été un « terrain de recherche d’abord exploré par les (...)

12Deux objectifs président à l’architecture de cet ouvrage sur le Canada dans sa relation aux États-Unis. D’une part, il s’agit de rendre compte de la variété des disciplines qui s’intéressent à cette démarche, mais aussi, sans exclure les approches pluridisciplinaires, de mettre en relief les multiples thématiques possibles à l’intérieur d’une même discipline. D’autre part, précisément parce que le cadre strictement disciplinaire doit pouvoir être dépassé, il s’agit de cerner à nouveau les lignes de fond qui sous-tendent les intérêts parfois en apparence fort disparates des comparatistes qui mettent en relation le Canada avec les États-Unis4. L’émergence de trois grands pôles de réflexion – politique, espace, et migration – détermine ainsi une structure permettant d’appréhender chaque contribution de façon soit totalement indépendante, soit par le biais d’une dynamique d’interaction entre les articles, lesquels se complètent ou se contrastent autour d’une approche qui les polarise.

13D’emblée, la contribution de Richard Cavell pose, par le biais d’une exploration fouillée de la pensée de Marshall McLuhan sur la question, les fondements du débat sur la validité même de la comparaison du Canada avec les États-Unis. L’étude montre que, bien que nécessairement de nature subjective, le processus comparatif n’en est pas moins toujours nécessaire et d’actualité dans le contexte actuel de la mondialisation. Néanmoins, le couple traditionnellement formé par les États-Unis et le Canada a évolué depuis l’élaboration de la théorie de McLuhan qui, si elle reste en de nombreux points pertinente, doit aujourd’hui être réévaluée à la lumière des changements induits notamment par les effets de la signature de l’ALENA et aussi, a fortiori, par la nouvelle position qu’occupe le Canada sur l’échiquier international, notamment en matière de politique étrangère – le Canada étant désormais capable de se démarquer des États-Unis – et par la meilleure visibilité dont bénéficient les productions culturelles canadiennes.

14La première partie, intitulée « espace politique et modèle américain : échanges et influences », aborde la dimension politique de la comparaison du Canada avec les États-Unis à travers quatre articles qui mettent en évidence des mécanismes d’influence et d’échanges, conscients ou non. Ces mécanismes apparaissent tout autant dans les études portant sur le rapport du pouvoir aux Autochtones que dans celles traitant de l’espace public nord-américain. L’article de Marine Le Puloch analyse ainsi la façon dont la Cour suprême canadienne a été influencée par son homologue américaine dans la définition du titre autochtone de propriété foncière, allant jusqu’à reprendre les attendus d’une de ses décisions. Des mécanismes d’influence semblables sont également détectés par Yannick Meunier, dans son étude des circonstances dans lesquelles se sont élaborées les premières mesures de législation fédérale de l’archéologie autochtone dans les deux pays. Les deux articles, en dépit des rapprochements qu’ils opèrent, ne masquent pas les différences qui existent de part et d’autre de la frontière dans la perception même de l’Autochtone, et dans les politiques successivement élaborées pour gérer « la question indienne ». De la même façon, d’après les observations de Salah Oueslati, les similitudes apparentes entre les systèmes politiques canadien et américain ne peuvent réussir à masquer des différences bien réelles dans la conception de l’État, mais également dans le rapport au pouvoir tel qu’il se manifeste à travers le fonctionnement des groupes d’intérêt public. Au-delà de ces exemples, cependant, les échanges entre le Canada et les États-Unis et leur nature sont un enjeu politique d’importance au Canada. Selon Andrew Ives, les deux campagnes législatives canadiennes de 1911 et de 1988, qui se sont jouées sur la question du libre-échange, montrent que la question de l’influence, voire de la contamination américaine, a façonné le débat politique canadien de façon durable.

15« Appropriations de l’espace nord-américain : modalités et enjeux » regroupe trois articles qui décrivent un rapport spécifique à l’espace et à la frontière, que ceux-ci soient réels ou imaginaires. Les deux articles d’Hélène Harter et de Laurence Gervais-Linon abordent l’espace nord-américain par l’observation de deux phénomènes liés à l’urbanisation. Partant d’une réflexion sur le concept de « ville nord-américaine », Hélène Harter observe que la suburbanisation aux États-Unis et au Canada après 1945 révèle, des deux côtés de la frontière, des caractéristiques communes, mais que ces invariants ne sont pas incompatibles avec la possibilité pour les villes canadiennes d’une identité propre. L’étude de Laurence Gervais-Linon s’intéresse quant à elle au discours sur la « gentrification » urbaine tel qu’il s’est élaboré depuis les années 1960 de part et d’autre du 49e parallèle. L’analyse se concentre notamment sur la façon dont deux théories nationales foncièrement distinctes se sont échafaudées pour expliquer un phénomène pourtant quasiment identique. Considérées ensemble, ces deux études laissent entrevoir comment les différences dans l’organisation de l’espace urbain sont la projection d’enjeux qui relèvent des domaines politique et social.

16Le même mécanisme est parfois à l’œuvre dans l’écriture littéraire, comme le montre Claire Omhovère. Dans sa critique du roman américain Affliction, elle confirme la dimension subjective de la perception de l’espace et de la géographie. L’article démontre que cette œuvre de Russell Banks révèle des correspondances avec d’autres romans canadiens par leur présentation de la dimension géographique comme élément à part entière du récit et de la stratégie de narration, mais il décèle également l’originalité de l’approche de Banks, chez qui le rapport à l’espace privilégie la réflexion sur les rapports de pouvoir, plutôt que sur la nature de la relation intime de l’individu à l’espace.

17Enfin, la troisième partie, intitulée « En quête d’un ailleurs : paroles et écritures de la migration », s’intéresse au Canada dans sa relation aux États-Unis en tant que nation d’immigrants. Si l’histoire du peuplement des deux pays présente de multiples parallèles, l’étude comparative des rapports qu’entretiennent les individus issus de certaines communautés à leur histoire collective et individuelle, de part et d’autre de la frontière, permet de mettre en lumière des spécificités propres à la société canadienne. Dans son analyse du recueil de témoignages d’esclaves fugitifs publié en 1856 au Canada par l’abolitionniste américain Benjamin Drew, Sandrine Ferré-Rode revisite le mythe du Canada comme « Terre promise » pour plusieurs milliers d’esclaves américains en quête de liberté. Il ressort de cette réévaluation quelques-uns des traits saillants du rapport singulier que ces réfugiés entretiennent avec leur pays d’accueil et leur pays d’origine.

18L’article de Patrick Farges, à travers l’analyse des récits de vie produits au Canada par des exilés germanophones ayant fui le nazisme, permet de pénétrer dans le domaine de la subjectivité qui détermine les formes d’appropriation de l’histoire et du territoire. Farges montre d’abord à quel point le Canada doit initialement rivaliser, dans les attentes des réfugiés, avec une vision idéale de « l’Amérique » clairement restreinte au territoire états-unien, avant d’évoquer les multiples parcours de ces nouveaux arrivants qui, dans la redéfinition d’eux-mêmes, trouvent finalement au sein de la société canadienne un espace de liberté plus ouvert. L’article suivant s’inscrit également dans le contexte de la migration : il analyse la façon dont l’écriture littéraire donne lieu à l’élaboration de stratégies narratives nouvelles reflétant le rapport évolutif d’une communauté à sa société d’accueil. En mettant en regard deux romans récents écrits par des écrivains canadien et américain d’origine chinoise, et dont l’arrière-plan historique commun est la guerre, Christine Lorre-Johnston montre comment l’écriture vient respectivement, soit briser un silence, soit répondre à une tradition pour s’en détacher. De la même façon, à partir d’un recueil de témoignages d’anonymes et de figures connues du milieu francophone noir africain et caribéen au Canada, François Durpaire étudie les multiples composantes de l’identité de cette communauté. En dépassant la classique bipolarité pays d’accueil/pays hôte qui modèle les individus, l’article explore le caractère post-national et transnational de l’identité noire francophone au Canada, et invite à remettre en question certaines catégories identitaires considérées comme significatives, telles que la langue, la religion, l’origine ethnique, au profit d’autres, comme la socialisation, car plus à même de rendre compte du brassage des populations tel qu’il se constate aujourd’hui au Canada et ailleurs. La démarche de l’auteur illustre bien l’idée fondamentale de cet ouvrage : si l’analyse n’offre pas de comparaison systématique entre Canada et États-Unis, elle montre en revanche comment, du fait de la porosité des frontières pour ce groupe de migrants, ce n’est plus la comparaison nationale qui est adéquate, mais la redéfinition du cadre d’étude du groupe des noirs francophones en faveur d’un cadre transnational. Il y a déplacement du cadre d’étude, et la frontière entre le Canada et les États-Unis joue bien son rôle d’« intervalle de résonnance », l’auteur concluant sur la perception des États-Unis par ce groupe.

19Pris dans son ensemble, l’ouvrage vient donc rappeler combien les relations du Canada avec les États-Unis sont faites de ruptures et de continuités, et comment s’y enchevêtrent des forces de résistance et d’influence. Pour clore sur le mode comparatif, et dans une perspective nord-américaine, on pourrait voir dans la complexité, la fragilité mais aussi la durabilité de ce rapport un lointain écho septentrional de la « poétique de la relation » ébauchée par Édouard Glissant à propos de l’espace caraïbe, et « selon laquelle toute identité s’étend dans un rapport à l’Autre » (Glissant, 1990 : 23). Dans cette relation, idéalement, il n’y aurait ni déni de l’histoire, ni déférence ou soumission, mais place pour l’identité et les aspirations de chacun.

Bibliographie

Backhouse, Constance, et David H. Flaherty (éds), 1992, Challenging Times: The Women’s Movement in Canada and the United States, Montreal, McGill-Queen’s University Press.

Bernier, Léon, 2001, « L’Américanité ou la rencontre de l’altérité et de l’identité », in Donald Cuccioletta (éd.), L’Américanité et les Amériques, Québec, Éditions de l’IQRC, p. 176-192.

Bouchard, Gérard, 2001, Genèse des nations et cultures du Nouveau Monde. Essai d’histoire comparée, Montréal, Éditions du Boréal.

Cuccioletta, Donald (éd.), 2001, L’Américanité et les Amériques, Saint-Nicolas, Québec, Éditions de l’IQRC.

Detienne, Marcel, 2000, Comparer l’incomparable, Paris, Le Seuil.

Glissant, Édouard, 2001, Poétique de la relation, Paris, Gallimard.

La Bossière, Camille (éd.), 1994, Context North America : Canadian / US Literary Relations, Ottawa, University of Ottawa Press.

Lipset, Seymour Martin, 1990, Continental Divide: The Values and Institutions of the United States and Canada, New York, Routledge.

McLuhan, Marshall, 1977, “Canada: The Borderline Case”, in David Staines (éd.), The Canadian Imagination: Dimensions of a Literary Culture, Cambridge, Massachusetts, Harvard University Press, p. 226-248.

Resnick, Philip, 2005, The European Roots of Canadian Identity, Peterborough, Ontario, Broadview Press.

Schwartz, Mildred E., 1981, The Environment for Policy-Making in Canada and the United States, Montreal, C.D. Howe Institute.

Thomas, David M. (éd.), 2000, Canada and the United States: Differences that Count, 2nd éd., Peterborough, Ontario, Broadview Press.

Notes

1 À noter l’exception que constitue l’ouvrage fondateur de la comparaison entre le Canada et les États-Unis par l’historien américain Seymour Martin Lipset, Continental Divide: The Values and Institutions of the United States and Canada (1990).

2 Voir par exemple la remarque suivante : « Canadian / American relations have been a subject fretted over more voluminously and continuously in Canadian social and political history than any other topic.  » (J. J. Healy, in La Bossière, 1994 : 11).

3 Le lecteur ne trouvera donc pas, en particulier, d’étude d’ordre général sur l’économie, le système politique, ou les relations diplomatiques. Il faut noter que ces sujets ont déjà fait l’objet de plusieurs parutions en France, notamment dans le cadre des travaux de l’Institut des Amériques. Voir par exemple Martine Azuelos, Maria-Eugénia Cosio-Zavala, Jean-Michel Lacroix, éds., 2004, Intégration dans les Amériques : Dix ans d’ALENA, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle ; Jean-Michel Blanquer, Hélène Quanquin, Willibald Sonnleitner, Christine Zumello, éds., 2005, Voter dans les Amériques, Paris, IHEAL ; et Jean-Michel Lacroix et Gérard Boismenu, éds., 2008, Les enjeux de la politique étrangère canadienne. Marges de manœuvre et éléments de distinction, Paris, Presses Sorbonne Nouvelle.

4 Cuccioletta souligne comment l’américanité a été un « terrain de recherche d’abord exploré par les géographes et les littéraires» avant de vite devenir un « champ d’investigation pour l’ensemble des sciences sociales » (Cuccioletta, 2001 : 2).

Auteurs

CRAN, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

CRAN, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

CRAN, Université Sorbonne nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540