Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Comment comparer le Canada avec les États-Unis aujourd'hui

 | 
Hélène Quanquin
, 
Christine Lorre-Johnston
, 
Sandrine Ferré-Rode

Avant-propos

Jean-Michel Lacroix

Texte intégral

1Les textes qui suivent apportent une contribution stimulante à la définition du concept de nord-américanité. Le périmètre est variable même si la continentalité aide considérablement à identifier les repères, les balises et les frontières, mais surtout l’analyse résiste dès que l’on sort du champ géographique, politique ou économique.

2Au lieu de cerner le distinctif en isolant le Canada, le choix de la comparaison avec les États-Unis s’est imposé naturellement. Là plus qu’ailleurs, l’identité se fonde sur un espace qui se transforme en territoire imaginé et approprié.

3Le format de journées d’étude qui se sont tenues en avril et en octobre 2006 a permis de ne pas figer les réflexions et d’ouvrir le débat. L’initiative s’inscrit dans le cadre de la politique scientifique du Centre de recherche sur l’Amérique du Nord (CRAN) et l’organisation tout comme la responsabilité éditoriale de ce volume incombent à trois jeunes collègues, maîtres de conférences et membres publiants de l’équipe d’accueil EA 3978.

4Cette recherche a été soutenue par le Conseil scientifique de l’Université Sorbonne nouvelle – Paris 3 grâce à un projet innovant mis en place pour stimuler les énergies de la jouvence.

5Les contributions rassemblées ici ont permis de nourrir l’approche pluridisciplinaire grâce aux regards croisés de civlisationnistes, d’historiens et de littéraires. Au-delà des ressources propres de l’équipe de recherche – qu’il s’agisse de ses membres permanents ou associés – on a pu bénéficier d’interventions séminales de collègues canadiens. Mais l’intérêt des regards français sur la réalité nord-américaine est aussi celui de la distanciation opérée qui permet un recul objectif, non suspect de myopie ou de partialité.

6On ne sera pas surpris de constater que l’intérêt pour le voisin de proximité est plus fort du côté canadien que du côté américain. L’obsession des Canadiens qui consiste à vouloir transcender leur relation d’amour-haine, d’influence et de résistance avec le partenaire obligé du Sud est consubstantielle pour ainsi dire au projet politique du Canada. Le lien quasi organique entre les deux sociétés d’Amérique du Nord tolère mal les marges de manœuvre bien que certaines initiatives diplomatiques récentes en Irak notamment invitent à nuancer le propos.

7Même si le pari paraît impossible, une fois encore, la comparaison fait ressortir convergences et divergences. La perspective est classique mais incontournable et elle rend justice aux identités propres de chacun dans sa singularité respectable.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2009

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540