Version classiqueVersion mobile

Le Lieu du genre

 | 
Patrick Farges
, 
Cécile Chamayou-Kuhn
, 
Perin Emel Yavuz

Postface : Gender Politics et genre de questions littéraires

Andrea Oberhuber

Texte intégral

  • 1 Pour prendre connaissance de la liste de ces centres de recherche et de leur affiliation universita (...)
  • 2 D’autres publications vont dans le même sens : Fougeyrollas-Schwebel et al. 2003 ; Naudier et Rolle (...)
  • 3 Romaniste et germaniste de formation, je ne parle que des deux domaines que je connais.
  • 4 Il n’est pas besoin de renvoyer aux travaux fondamentaux de Michel Foucault (1975 et 1976), de Thom (...)

1Cela ne fait aucun doute : sous sa désignation travestie et équivoque de genre, le gender a fait son entrée dans l’institution universitaire française. Mieux encore, cette nouvelle catégorie d’analyse « importée » de la pensée et de la recherche états-uniennes, avec le décalage horaire obligatoire, est en train de faire pousser ses fleurs (du Mal) sur le sol français, dans certains départements, plus précisément au sein de centres de recherche à Paris, à Toulouse, à Lyon, à Saint-Étienne1. Non contente d’avoir essaimé ses (mauvaises) graines depuis quelque temps dans les axes de recherche de plusieurs universitaires, cette catégorie d’analyse apparaît également dans un nombre grandissant de publications – parfois même dans le titre (!) –, et elle s’affiche, en tant que problématique centrale, dans des colloques internationaux, le plus souvent d’ailleurs organisés par la « relève ». Témoignent de cet intérêt pour le genre le « Centre d’études féminines et de genre » bien implanté à l’Université de Paris 8 Vincennes Saint-Denis depuis de longues années et qui a justement réussi à ouvrir les études féminines/féministes aux Gender Studies, de même que des publications telles que Quand les femmes s’en mêlent : genre et pouvoir (Bard et al. 2004) ou Intellectuelles : du genre en histoire des intellectuelles (Racine et Trebitsch 2004)2 ; en font foi également le colloque « Genre Arts Société » organisé par une relève de chercheures à Reid Hall en janvier 2010 ou encore le grand colloque interdisciplinaire « Le genre à l’œuvre » qui a eu lieu en septembre 2011 au sein même de la Sorbonne. Conclure de cette triple présence du gender – dans l’enseignement, la recherche et la diffusion du savoir – que cette nouvelle approche fait partie intégrante de notre manière de penser nos objets d’étude, qu’ils soient littéraires, philosophiques, sociologiques, historiques ou artistiques, serait toutefois un leurre. Peu d’universitaires utilisent le gender comme concept fondamental dans leur recherche. Ce constat s’applique à la recherche allemande (chez les germanistes et les romanistes), bien que la réception critique des concepts et notions promus par les Gender Studies nord-américaines ait eu lieu relativement rapidement, mais davantage encore à la recherche française où, à regarder les dates de publication d’ouvrages ou articles issus de diverses disciplines, l’intérêt pour le concept ne s’est fait manifeste qu’au début du millénaire3. S’il est vrai que le gender permet de porter un regard nouveau, d’un point de vue historique et contemporain, sur la construction culturelle des identités sexuées (i.e. rôles sociaux « homme/femme » ; attributs du « masculin » et du « féminin ») et des identités sexuelles (hétérosexualité ; homosexualité/désir lesbien ; transsexualité et transgender), ainsi que sur les mécanismes de contrôle et de régularisation propres à toute société occidentale4, cette manière de penser autrement les objets socioculturels qui nous intéressent semble impliquer un haut degré d’agencements, de justification du cadre d’analyse, afin d’éviter l’« a-genre-ment » de nos études, soit l’indéfinition des idées, concepts et notions.

2À la question de Christine Planté : « [g]enre, un concept intraduisible ? » (Planté 2003 : 127-136), posée lors d’une table ronde, je répondrai selon ma double expérience – européenne et nord-américaine – à la fois par oui et par non. Rien de plus facile en apparence que de traduire le terme anglais gender par ce qui paraît être son équivalent en français : genre. Sur le plan linguistique, cette translation semble presque aller de soi. En revanche, d’un point de vue sémantique, comme le rappelle Christine Planté, cette traduction pose le problème de la polysémie d’un terme qui existe déjà dans la langue d’accueil et qui comporte au moins trois significations : un sens grammatical (qui ne se mobilise et ne se déplace pas aussi facilement qu’en anglais), un deuxième sens littéraire et artistique, et un troisième (peut-être même le premier ?) biologique (selon le principe classificatoire de l’histoire naturelle, le genre se situe entre la famille et l’espèce). En raison de cette polysémie du terme genre, on comprend mieux la « résistance à l’emploi de cette notion » qui apparaît comme « une singularité française et, en France, un peu comme une singularité des études littéraires » (Planté 2003 : 127). Il me semble pourtant que cette « résistance française » s’explique aussi par le refus d’un concept d’origine anglo-saxonne qui ne s’accorde pas avec le modèle universaliste largement dominant en France (en opposition au modèle différentialiste), particulièrement chez les « littéraires » français. Ne faut-il pas, derrière toutes les réserves émises à l’égard du gender, voir aussi une résistance à une certaine tradition intellectuelle nord-américaine qui traduit forcément un mode de pensée différent ?

  • 5 Christine Planté, rappelle à juste titre que, les premières réserves dépassées, « l’usage du mot ge (...)
  • 6 Mes recherches portent sur l’écriture des femmes (XIXe-XXIe siècles), les avant-gardes de l’entre-d (...)
  • 7 Notons qu’Éric Fassin a signé la préface de la traduction française tardive de Gender Trouble de Ju (...)
  • 8 On lira avec bénéfice le portrait que dresse l’auteur de l’évolution et des transformations qu’a su (...)

3On peut se demander pourquoi ce concept apparemment si étranger à la pensée française (et non à la langue !) n’a pu y être intégré, du moins pendant une quinzaine d’années5, en tant que terminus technicus en gardant sa forme d’origine, justement pour signaler cette appartenance de gender à une autre sphère culturelle. Parce que c’est la sphère culturelle états-unienne qui a déclenché la réflexion sur le sex / gender puis sur le queer – à quand la traduction française de ce terme ? –, avec toutes les implications philosophiques, anthropologiques, sociologiques, littéraires, j’estime pour ma part approprié de conserver la forme anglaise du terme, d’autant que la majeure partie de mes recherches se situe à la croisée du gender et du genre (littéraire et artistique)6. Plus généralement, mes cours de linguistique allemande m’ont appris que conserver la forme d’origine d’un mot étranger fait partie du processus « naturel » d’intégration à une langue de ce qui, initialement, a l’air d’un barbarisme – jusqu’au moment où le mot étranger finit par être accepté par les locuteurs. N’est-ce pas, par exemple, ce qui se produit depuis sa création avec le mot allemand Weltanschauung, qui passe également pour « intraduisible » parce qu’intimement lié à la philosophie allemande, notamment à la « vision » ou à la « conception du monde » propre au romantiques allemands ? On aura compris que l’adoption-adaptation du concept de gender est plus délicate que beaucoup d’autres, en raison de l’existence d’un terme correspondant en français. Toutefois, dans son article sur « Le genre aux États-Unis », Éric Fassin affirme avec un certain aplomb que la notion s’est désormais imposée sous l’appellation ambiguë de « genre » : « En France, le genre a finalement trouvé place dans la boîte à outils des sciences sociales, comme l’attestent plusieurs ouvrages parus en 2003 qui revendiquent ce vocable dès leur titre7 » (Fassin 2004 : 23). Bref, ce concept issu de la tradition intellectuelle anglo-saxonne qui pouvait paraître « étranger à la tradition nationale » (Fassin 2004 : 24)8 ne l’est plus. La trans(a)tla(n)ti(sati)on a remédié à ce mal de mots.

Le gender, un concept transdisciplinaire

4Le gender est, comme le mettent en évidence les études rassemblées dans le présent ouvrage collectif, un concept transdisciplinaire ; il se retrouve dans plusieurs disciplines et champs d’étude : anthropologie, sociologie, histoire, psychanalyse, études littéraires, histoire de l’art, études cinématographiques. Qu’il s’agisse d’analyser, du côté de l’expression artistique, les performances des actionnistes viennois dans les années 1960-1970, la mise en scène d’une figure hybride, mi-humaine mi-animale, telle l’Électre de Hofmannsthal, ou bien, du côté des récits de vie, la construction des identités sexuées dans les interviews biographiques, ou encore, dernier exemple, l’inscription de la subjectivité sexuelle dans le langage lors de l’entretien clinique consacré au transsexualisme – le concept doit toujours s’adapter aux particularités d’une méthode disciplinaire donnée. En ce sens, le gender ne peut être la seule catégorie d’analyse, comme je l’ai déjà montré, en m’appuyant sur la réflexion de l’historienne Joan Wallach Scott (1986), dans un article portant sur la pertinence de la critique littéraire féministe en combinaison avec les Gender Studies (Oberhuber 2006). Les théories et les approches traditionnelles, propres à chaque discipline, ne peuvent que gagner en épaisseur si elles tiennent compte d’un nouveau concept (qui en 2011 n’est d’ailleurs plus si nouveau !) susceptible d’interpréter différemment les phénomènes historiques, sociaux ou culturels auxquels tout-e chercheur-e fait face dans l’analyse de son objet d’étude. À la lecture des onze articles du présent ouvrage, on comprend l’importance du croisement méthodologique qui fait se conjuguer « études de genre » et études narratives et narratologiques dans le but de détecter les « mécanismes socioculturels de création et de régulation des genres sexuels », d’un côté, et de s’interroger sur la « narration genrée » posant la question du « dire » et du « faire » par et dans le récit, de l’autre, comme le rappellent les éditeur-e-s du volume. La réflexion pluridisciplinaire sur les genres sexuels à l’œuvre en sciences humaines et en sciences sociales, et ce, dans une perspective franco-allemande, s’avère féconde grâce à la diversité des objets d’étude. En même temps, le danger de mélanger au sein d’un même ouvrage des études de genre sur des objets fictionnels et d’autres ayant comme support d’analyse des récits « réels », comme ceux des travailleurs français en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, n’est pas à sous-estimer. Bien que le gender soit le dénominateur commun de toutes ces études et que le collectif s’inscrive ouvertement dans ce que les trois éditeur-e-s français-e-s appellent « Gender Turn », la narration du genre ne souscrit pas aux mêmes prémisses en fiction que lorsqu’elle se donne à lire comme vécue. En littérature – qui est mon domaine –, on le sait, tout est construit, et c’est ce qui fait le charme, si j’ose dire, des textes littéraires. Déconstruire la construction des identités sexuées ou sexuelles telles que mises en œuvre dans un texte de Rachilde, de Huysmans, de Renée Vivien ou de Claude Cahun pour ne citer que ces exemples significatifs en matière d’enjeux du gender dans les littératures décadente et moderniste, implique pour moi la connaissance du discours social véhiculant, à ces deux époques charnières de la reconfiguration des identités « masculine » et « féminine », non seulement les lieux communs mais également les attentes normatives vis-à-vis des sexes et des rôles à performer dans une société donnée.

5On se rappelle que Judith Butler, dans Gender Trouble, part de l’idée que l’univocité du sexe, la cohérence interne du genre et le cadre binaire qui régit à la fois le sexe et le gender sont des fictions régulatrices instaurées différemment à chaque époque-clef de l’histoire de l’humanité ; avec comme finalité de consolider voire de « naturaliser » des régimes de pouvoir convergents de la domination masculine. À l’intérieur de ce cadre normatif, les identités « autres » sont considérées comme des anomalies troublant l’ordre établi. C’est dans cette optique restrictive, à la lumière de ses lectures de Freud, de Joan Riviere et de Lacan, que Butler insiste sur le caractère culturellement construit des catégories fondamentales de sexe, de gender et de désir, en les présentant comme des effets d’une certaine (dé)formation du pouvoir politique, de même que du discours social dominant (théologique, philosophique, psychologique, biologique, moral, etc.). Le sexe n’est pas une surface neutre qui existerait dans une sphère prédiscursive et sur laquelle viendrait s’inscrire, après coup, le culturel. L’un des postulats initiaux de Butler n’est-il pas de dissocier catégoriquement le sexe « biologique » (sex) du sexe « social » (gender) et de ne pas établir les entités sex / gender en dichotomie parallèle à nature / culture ? Elle refuse ainsi de définir le gender comme l’interprétation culturelle du sexe puisque celui-ci est lui-même une catégorie « genrée » ? Elle arrive dès le premier chapitre, « Subjects of Sex/Gender/Desire », au constat suivant :

  • 9 Je renverrai toujours pour la clarté et la précision des formulations à l’édition anglophone.

Gender ought not to be conceived merely as the cultural inscription of meaning on a pregiven sex (a juridical conception), gender must also designate the very apparatus of production whereby the sexes themselves are established. As a result, gender is not to culture as sex is to nature9. (Butler [1990] 1999 : 11)

6Et Butler de poursuivre en insistant sur les implications politiques de toute construction identitaire :

[G]ender is also the discursive/cultural means by which “sexed nature” or “a natural sex” is produced and established as “prediscursive,” prior to culture, a politically neutral surface on which culture acts. (ibid.)

7Avec cette formulation, la conception de gender en tant que modèle d’identité construit de toutes pièces implique la notion d’une temporalité sociale, elle aussi construite. En d’autres termes, le gender n’est pas une catégorie intemporelle ou immuable ; aussi exige-t-il une redéfinition selon l’époque et le discours dominant qui nous intéressent dans une étude donnée.

(En)jeux de l’identitaire d’un siècle à l’autre

8Prenons rapidement deux exemples de la littérature française, l’un nous faisant remonter à la fin du xixe siècle et l’autre nous amenant dans cet entre-deux-guerres qui a connu l’avènement de la garçonne en France ou de la Neue Frau en Allemagne. Dans les deux cas, il s’agit de périodes de profonde métamorphose, en véritable perte de repères – politiques, culturels et identitaires – parce que les cartes du jeu social étaient en train d’être redistribuées. Ces deux périodes de la modernité et du modernisme s’avèrent fondamentales pour la révision des notions d’identité sexuée et d’identité sexuelle : tant vers la fin du xixe siècle que dans l’entre-deux-guerres, on se mit à voir la « différence des sexes » comme socialement modulable. Par ailleurs, la littérature et, bien sûr au même titre, les arts investissent de plain-pied les questions de la construction et de la reconfiguration des identités, déterminées auparavant par une logique dichotomique : on est « homme » ou on est « femme ». Vers 1880 se dessine en effet un bouleversement profond affectant la perception de ce qu’est ou peut être un homme/une femme, de ce qui distingue le féminin du masculin. Le dimorphisme sexuel, après s’être imposé définitivement au cours du xixe siècle, se voit finalement, au tournant du siècle, mis en cause par l’apparence de plus en plus androgyne du corps féminin ; il s’agit là d’une transformation radicale accompagnée d’une quête émancipatoire à plusieurs niveaux. Ainsi, c’est par la différence des sexes instaurée « naturellement » ou par loi divine que les sociétés du xixe siècle voudraient pouvoir comprendre et punir, exclure et investir, exercer un contrôle (éthique, médical, psychologique) et légiférer, non seulement sur les identités sexuées, mais également sur l’orientation sexuelle du sujet. L’imaginaire littéraire et social en porte les traces, dont il s’agit de décoder le sens au sein même des œuvres d’art, à travers l’absence des signes.

9Dans La Marquise de Sade (1887), Rachilde, « homme de lettres », comme elle se plut à se définir sur ses cartes de visite, procède au décloisonnement des frontières entre les rôles sociaux et les constructions identitaires de ses personnages. Mary notamment, la protagoniste, joue et déjoue les lieux communs du « féminin » en s’arrogeant le droit du savoir médical, traditionnellement chasse gardée des hommes. Dans ses agissements, ses apparences en public et ses relations à autrui, la jeune femme devenue tôt orpheline occupe de plus en plus manifestement la place de celle qui sait, d’une femme instruite pour représenter rapidement aux yeux de son entourage un être contre nature. Elle est assez audacieuse pour tromper son mari alors que l’adultère passe (encore) pour un privilège masculin ; une fois disparu l’attrait du mariage, Mary se prend ainsi un jeune amant qu’elle fait saigner selon les règles du jeu afin de satisfaire son plaisir sadique ; finalement, elle réussit avec bravoure la mise à mort de l’oncle médecin dont elle a lu les livres, sans que nul ne s’aperçoive de la cause du trépas par asphyxie, survenu dans le laboratoire du médecin, célèbre accoucheur n’ayant pas réussi à sauver la vie de la mère de Mary. L’usurpation du pouvoir-savoir masculin se fait au prix d’une virilisation psychologique dissimulée derrière de resplendissantes mascarades de la féminité. La narration fait clairement comprendre au lecteur que Mary incarne ce monstre hybride dont regorge la littérature décadente, figure de l’entre-deux (entre « féminin » et « masculin », entre prédatrice et femme fatale), figure déviante par rapport aux attentes sociales et, surtout, à l’origine de la déchéance de l’homme. La non convergence entre le sexe féminin et le gender ressort facilement de cette œuvre rachildienne qui se veut, comme beaucoup d’autres, une sorte de leçon morale. Mary est liée à la communauté des descendantes d’Ève : elle commet le péché originel de vouloir goûter au fruit défendu de l’arbre de la connaissance pour accéder par elle-même à la connaissance. Mais c’est cette connaissance, cette volonté de s’élever au-dessus du genre féminin qui aura raison d’elle. Livrée à son désir vampirique, après l’élimination de l’oncle « patriarcal », Mary est condamnée à errer dans un Paris nocturne, en quête de nouvelles proies.

10À l’instar d’autres figures féminines fictionnalisées par Rachilde, Mary apparaît comme un agent corrupteur d’une société décadente. Ses « sorties-de-soi » correspondent à autant de déviances : primo, elle anéantit une règle « naturelle » en refusant catégoriquement la maternité ; secundo, elle sort de son rôle de femme en s’appropriant le savoir traditionnellement détenu par les hommes ; tertio, elle s’affranchit d’une norme sociale en se faisant démiurge de sa propre vie, d’un mode de vie repensé en opposition aux attentes du groupe social qui l’a vu grandir.

  • 10 Depuis plusieurs années, les publications sur le bouleversement et la redéfinition des valeurs iden (...)
  • 11 Plusieurs de ces femmes pratiquèrent l’union libre ou optèrent pour le couple lesbien. On lira avec (...)
  • 12 Voir également Bard (1998) et Chardwick et Latimer (2003).

11Si les enjeux identitaires sont représentés de manière assez évidente dans bon nombre d’œuvres de la fin du xixe siècle10, Rachilde ne constituant pas un cas de figure exceptionnel, mis à part le fait qu’elle fût la seule femme auteur connue et reconnue parmi les décadents – ils paraissent plus complexes dans l’entre-deux-guerres. Ces années effervescentes sont en effet propices à l’avènement d’une génération d’auteures et d’artistes en train de s’émanciper des droits ancestraux en ce qui concerne la matrice hétérosexuelle du couple et le mariage (de raison), l’écriture et la création artistique11. La période entre la « Grande Guerre » et la Seconde Guerre mondiale voit s’installer à Paris les « femmes de la rive gauche », comme les appelle Shari Benstock (1987)12. Ces femmes sont écrivaines, éditrices, libraires, journalistes, peintres ou photographes ; elles ont pour nom Djuna Barnes, Sylvia Beach, Germaine Beaumont, Claude Cahun, Natalie Clifford, Colette, Lise Deharme, Jacqueline Lamba, Joyce Mansour, Dora Maar, Adrienne Monnier, Anaïs Nin, Valentine Penrose, Gertrude Stein, Renée Vivien, Edith Wharton, etc. Certaines ont tenu salon au cœur du Paris culturel des années 1920-1940, d’autres se sont retrouvées au carrefour de l’art et d’un nouveau mode de vie caractérisé par la libération des anciennes valeurs sociales et morales. À travers leur pratique littéraire et artistique, la communauté de femmes de la rive gauche et celles qui s’y apparentent ont élaboré une poétique de l’altérité.

  • 13 Pour avoir consacré ces dernières années plusieurs études à l’œuvre littéraire et photographique de (...)

12Dans ce contexte, c’est la démarche de Claude Cahun, auteure, photographe, actrice de théâtre, essayiste et activiste politique durant la Résistance, qui retient mon attention. Le choix de l’œuvre cahunien comme second exemple n’est pas anodin, on s’en doute bien. Est arrivé le moment, dans ces quelques considérations sur les questions soulevées dans et par le présent ouvrage collectif, où je m’implique davantage comme sujet parlant, ouvrant ma boîte de Pandore de chercheure autrichienne installée depuis dix ans dans l’institution nord-américaine, plus précisément dans une université montréalaise. Mon intérêt pour l’œuvre de Cahun, à la croisée des arts, des médias et des enjeux du gender, date d’avant mon exil choisi volontairement. La découverte de ces photographies sidérantes, qui ne laissent personne indifférent, a eu lieu en 1998. Je ne savais pas comment venir à bout de ces autoportraits photographiques réalisés en série ni de ces photomontages stupéfiants que je ne cessais de regarder dans le catalogue Claude Cahun. Bilder publié à l’occasion de l’exposition au Kunstverein München en 1997. Il fallait que je trouve une porte d’entrée, une clef nouvelle me permettant de commenter et d’analyser des images photographiques sans avoir besoin de m’appuyer sur une solide formation en histoire de l’art. À ma grande satisfaction, j’ai appris qu’il existait une œuvre littéraire faisant en grande partie écho à cette métamorphose permanente dont témoignent les photographies et où le devenir du sujet – féminin ? masculin ?, le plus souvent choisissant l’entre-deux – l’emporte sur l’être, c’est-à-dire une position de subjectivité stable13. Tant dans ses brèves notices parues dans divers journaux et revues de l’époque (Le Phare de la Loire, Mercure de France, Philosophie, entre autres) que dans les textes tels Vues et visions, Héroïnes, Aveux non avenus et Confidences au miroir, sans oublier les autoportraits, Cahun s’applique à (s)aborder le genre, au double sens du terme : elle interroge l’identité sexuée et sexuelle du sujet en se mettant en théâtre tout au long de sa carrière par le biais de stratégies intermédiales ; dans le même temps, l’auteure-artiste transgresse presque systématiquement les limites des genres littéraires définis par la poétique, qu’il s’agisse d’écrire des poèmes (en prose), des nouvelles ou des récits autobiographiques. Dans cet œuvre créé entre 1913 (premières publications en revue) et 1953 (derniers autoportraits), un an avant sa mort, sont imbriquées la question du gender et celle du genre littéraire. Cette distinction essentielle entre gender et genre explique en partie mon obstination à recourir davantage – ici mais aussi dans d’autres articles ou communications – au terme anglais, de façon à réserver la notion de genre au domaine littéraire, c’est-à-dire lorsqu’il s’agit d’entrer dans le domaine de la poétique des genres.

  • 14 Les Écrits de Cahun ont été réédités en 2002 par François Leperlier. À l’occasion de l’exposition C (...)

13Le spectateur de l’œuvre cahunien est souvent médusé par les très nombreux travestissements vestimentaires qui, vus dans l’ensemble, prennent la forme d’une série de mascarades devant l’objectif de l’appareil photo. Avec raison, on s’interroge sur ces jeux carnavalesques à travers lesquels le sujet cherche visiblement à s’indéfinir, en quête d’un état d’androgynie, ou mieux du « neutre », genre inexistant dans la langue française. Ce n’est donc pas un hasard si une des voix narratives déclare dans Aveux non avenus : « Brouiller les cartes. Masculin ? féminin ? mais ça dépend des cas. Neutre est le seul genre qui me convienne toujours. S’il existait dans notre langue on n’observerait pas ce flottement de ma pensée. Je serais pour de bon l’abeille ouvrière14 » (Cahun 1930 : 176). Un constat similaire de brouillage des pistes s’impose pour le lecteur des textes littéraires : il cherche parfois en vain à détecter l’identité genrée de la voix narrative qui semble vouloir le mener toujours sur les chemins de traverse, loin des autoroutes du sens facilement décodable, comme pour montrer qu’une vue peut cacher une vision, que les héroïnes antiques et bibliques ne sont pas ce qu’elles paraissent ; comme pour prouver que les aveux de nature autobiographique ne peuvent adopter une autre forme que celle du fragment, qu’ils sont impossibles à livrer dans un ordre chronologique, sensé et compréhensible, et qu’il vaut mieux les déclarer aussitôt non avenus ; comme enfin pour faire miroiter devant notre œil imaginaire que les « vraies » confidences ne peuvent se faire que face au miroir, autrement dit à notre propre image reflétée à l’envers.

14La déconstruction d’une identité unique est flagrante dans la démarche de Claude Cahun. Pour ce faire, elle ne recule devant aucun artifice : masque, déguisement, mise en scène de soi (comme autre), stratégies de réécriture des grands récits, détournement des genres littéraires – tous les moyens sont bons pour rompre avec les images binaires et les codes de représentation d’un féminin/masculin séculaire. Souscrivant à une esthétique de la frontière à explorer dans ses espaces non territoriaux, le sujet cahunien se situe toujours de l’autre côté par rapport aux attentes créées par les textes et les images photographiques chez lecteur-spectateur. Il se situe là où ni le sexe ni le gender ne peuvent être fixés une fois pour toutes, pour garder leur pluralité et, sans doute, une part de secret. Dans un essai-pamphlet intitulé Les paris sont ouverts (1934), Cahun ne se prononce-t-elle pas en faveur du secret poétique, lorsqu’elle fait défiler dans le titre courant : « La poésie garde son secret » en alternance avec : « La poésie livre son secret » ? Sur les trois dernières pages, ces affirmations contradictoires, à visée poétique et politique, sont abrégées et adoptent la forme interrogative : « Elle le livre ? », puis : « Elle le garde ? » et finalement, telle une signature elliptique mais en aucun cas énigmatique, par « Elle ». Au-delà d’une éventuelle signature sexuée qui propose ses idées sur l’indépendance du Poète par rapport à l’engagement politique d’Aragon en faveur du communisme, il convient bien évidemment d’établir le lien analogique entre Poésie et position éthico-esthétique de l’auteure Cahun.

Corps, performance, performativité

15En guise de conclusion et pour revenir aux principaux questionnements du présent collectif se donnant pour but d’investiguer la narration du genre, j’insisterais sur les notions de performativité et d’itération qui, dans la pensée butlérienne, sont intimement liées au gender. L’identité du sujet n’existe que sous la forme d’une série de performances, de mises en scène d’une identité que l’on veut bien adopter le temps du jeu de rôle, justement, que l’on performe tous les jours, devant soi ou face à autrui. Tant le sujet femme que le sujet homme « performent » une identité : celle-ci n’existe que parce qu’elle est donnée à voir quotidiennement ; et c’est en raison de leur itération que les normes de l’identité sexuée finissent par sembler naturelles. Au cœur de toute performance, il y a le corps du sujet. Aussi le gender se constitue-t-il comme la stylisation répétée du corps et de l’identité qu’endosse celui-ci en tant que corps performatif qui dit par le faire, en conformité ou non avec le sexe biologique. Chaque acte performatif, notamment lorsqu’il passe par le travestissement, revient à parodier l’identité féminine ou masculine, les révélant comme des copies d’un prétendu original.

  • 15 Que l’on me pardonne certains raccourcis que ne fait bien évidemment pas Butler dans sa démonstrati (...)

16Autrement dit, c’est en répétant une performance du gender que peut se légitimer une identité jugée anormale, qui ne cadre pas dans le modèle de pensée hétérosexuelle. L’identité se construit au sein ou bien à l’extérieur du système de l’hétérosexualité, longtemps imposé comme obligatoire. Mais pour Butler, qui s’appuie sur l’exemple du drag, la véritable subversion d’une pensée hégémonique doit nécessairement se faire à l’intérieur du système15. C’est ce que démontrent clairement l’article de Jacques Lajarrige, qui insiste sur l’utilisation du corps des actionnistes viennois dans leur performance souvent publique, ainsi que celui de Lorraine Alexandre, dont le travail artistique et analytique porte, dans le présent recueil, sur les représentations du corps des travestis comme supports médiatiques d’une identité narrative genrée. On pourrait ajouter l’exemple de Claude Cahun, cité plus haut, et celui de la Baroness Elsa (Freytag von Loringhoven), représentante Dada d’origine allemande et artiste de la performance avant la lettre qui, dans diverses mascarades, déambula dans les rues de la capitale états-unienne en se stylisant en œuvre d’art vivante. N’oublions pas le parti pris en faveur de la performance sur la scène du cabaret Voltaire de Hugo Ball et Sophie Taeuber, ou encore le travail de la peintre et collagiste Hannah Höch œuvrant dans le groupe dadaïste berlinois, aux côtés de Raoul Hausmann et Johannes Baader, et qui revisite, grâce à la coupe au couteau, les images publicitaires du féminin, du masculin et du couple hétérosexuel. À l’époque contemporaine, pour le cinéma « populaire » dont Wibke Straube propose une analyse trans*gender à l’exemple du film Ma vie en rose, il convient sans aucun doute de citer le travail de Pedro Almodóvar, plus particulièrement pour le dérangement du gender et du genre « cinéma espagnol » opéré dans ses premiers films, de Pepi, Luci, Bom et autres filles du quartier à Matador et Talons aiguilles.

  • 16 On aura compris l’allusion à Undoing Gender (Défaire le genre) de Judith Butler (2004), où la philo (...)

17Plusieurs de ces héros de papier et d’écran paraissent, au moment de leur apparition, socialement impossibles dans le contexte qui nous est donné à voir ou à lire. Leur place n’est pas assignée d’office. Ils conquièrent toutefois, au fil de la narration, une potentialité, ouvrant souvent, grâce à la défaite du genre16 et par la revendication de positions identitaires de l’entre-deux, à la resignification et à la réassignation des normes. Dès lors, la notion d’identité est de l’ordre de la co-existence de l’un et de l’autre, de l’un dans l’autre. De nouvelles configurations narratives du gender prennent alors la place du réel.

Bibliographie

Albert, Nicole G. (2005) : Saphisme et décadence dans Paris fin-de-siècle. Paris (Éditions de la Martinière).

Angenot, Marc (1986) : Le cru et le faisandé : sexe, discours social et littérature à la Belle Époque. Bruxelles (Labor).

Bard, Christine (1998) : Les garçonnes : modes et fantasmes des Années folles. Paris (Flammarion).

Bard, Christine, Christian Baudelot et Janine Mossuz-Lavau, dir. (2004) : Quand les femmes s’en mêlent : genre et pouvoir. Paris (Éditions de la Martinière).

Benstock, Shari (1987) : Femmes de la rive gauche : Paris 1900-1940. Paris (Des femmes).

Bollhalder-Mayer, Regina (2002) : Éros décadent. Sexe et identité chez Rachilde. Paris (Honoré Champion).

Bonnet, Marie-Jo (2000) : Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art. Paris (Éditions Blanche).

Butler, Judith ([1990] 1999) : Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity. New York-Londres (Routledge) (Trad. française [2005] : Trouble dans le genre : pour un féminisme de la subversion, trad. C. Kraus. Paris [Éditions de la Découverte]).

Butler, Judith (2004) : Undoing Gender. New York-Londres (Routledge) (Trad. française [2006] : Défaire le genre, trad. M. Cervulle. Paris [Éditions Amsterdam]).

Cahun, Claude (1930) : Aveux non avenus. Paris (Éditions du Carrefour) (Rééd. [2011]. Paris [Mille et une nuits]).

Cahun, Claude (1934) : Les paris sont ouverts. Paris (José Corti).

Cahun, Claude (2002) : Écrits, éd. F. Leperlier. Paris (Jean-Michel Place).

Chadwick, Whitney et Tirza True Latimer, dir. (2003) : The Modern Woman Revisted. Paris Between the Wars. New Brunswick (NJ)-Londres (Rutgers University Press).

Corbin, Alain, Jean-Jacques Courtine et Georges Vigarello, dir. (2005-2006) : Histoire du corps, vol. 1 : De la Renaissance aux Lumières ; vol. 2 : De la Révolution à la Grande Guerre ; vol 3 : Les mutations du regard. Le xxe siècle. Paris (Seuil).

Dottin-Orsini, Mireille (1993) : Cette femme qu’ils disent fatale : textes et images de la misogynie fin-de-siècle. Paris (Grasset).

Fassin, Éric (2004) : « Le genre aux États-Unis », in Bard, Christine et al. (dir.) : Quand les femmes s’en mêlent : genre et pouvoir. Paris (Éditions de la Martinière), p. 23-43.

Fassin, Éric (2009) : Sexe politique. Genre et sexualités au miroir transatlantique. Paris (Éditions de l’EHESS).

Foucault, Michel (1975) : Surveiller et punir. Naissance de la prison. Paris (Gallimard).

Foucault, Michel (1976) : Histoire de la sexualité, tome 1 : La volonté de savoir. Paris (Gallimard).

Fougeyrollas-Schwebel, Dominique, Christine Planté, Michèle Riot-Sarcey et Claude Zaidman, dir. (2003) : Le genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature. Paris (L’Harmattan).

Grenaudier-Klijn, France, Élisabeth-Christine Muelsch et Jean Anderson, dir. (à paraître) : Écrire les hommes : représentation du personnage masculin et de la masculinité dans l’œuvre des écrivaines de la Belle Époque (1890 – 1914).

Haraway, Donna (2007) : Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – fictions – féminismes. Paris (Exils Éditeur).

Laqueur, Thomas (1992) : La fabrique du sexe : essai sur le corps et le genre en Occident. Paris (Gallimard).

Maugue, Anne-Lise (1987) : L’identité masculine en crise au tournant du siècle : 1871-1914. Paris (Rivages).

Naudier, Delphine et Brigitte Rollet, dir. (2007) : Genre et légitimité culturelle. Quelle reconnaissance pour les femmes ? Paris (L’Harmattan).

Oberhuber, Andrea (2006) : « Un certain genre, après tout », in Mavrikakis, Catherine et Patrick Poirier (dir.) : Un certain genre malgré tout. Pour une réflexion sur la différence sexuelle à l’œuvre dans l’écriture. Québec (Nota bene), p. 283-296.

Oberhuber, Andrea, dir. (2007) : Claude Cahun : contexte, postures, filiation. Pour une esthétique de l’entre-deux. Montréal (Département des littératures de langue française, coll. « Paragraphes »).

Oberhuber, Andrea et Nadine Schwakopf (2011) : « Masques et travestissements du sujet féminin dans l’œuvre autographique de Claude Cahun », in Beaulieu, Jean-Philippe et Andrea Oberhuber (dir.) : Jeu de masques : les femmes et le travestissement textuel (1500-1940). Saint-Étienne (Publications de l’université de Saint-Étienne, coll. « L’école du genre »), p. 239-257.

Planté, Christine (2003) : « Genre, un concept intraduisible ? », in Fougeyrollas-Schwebel, Dominique et al. (dir.) : Le genre comme catégorie d’analyse : sociologie, histoire, littérature. Paris (L’Harmattan), p. 127-136.

Przybos, Julia (2002) : Zoom sur les décadents. Paris (José Corti).

Racine, Nicole et Michel Trebitsch, dir. (2004). Intellectuelles : du genre en histoire des intellectuelles. Paris (Éditions Complexe).

Scott, Joan Wallach (1986) : « Gender : A Useful Category of Historical Analysis », in The American Historical Review, vol. 91, no 5, p. 1053-1075.

Sedgwick, Eve Sokofsky (2008). Épistémologie du placard, trad. M. Cervulle. Paris (Éditions Amsterdam).

Notes

1 Pour prendre connaissance de la liste de ces centres de recherche et de leur affiliation universitaire, voir l’« Introduction » des éditeur-e-s du présent volume.

2 D’autres publications vont dans le même sens : Fougeyrollas-Schwebel et al. 2003 ; Naudier et Rollet 2007.

3 Romaniste et germaniste de formation, je ne parle que des deux domaines que je connais.

4 Il n’est pas besoin de renvoyer aux travaux fondamentaux de Michel Foucault (1975 et 1976), de Thomas Laqueur (1992) et d’Alain Corbin et al. (2005-2006). En revanche, je me permets de rappeler la portée politique des réflexions menées par Eve Sokofsky Sedgwick dans Epistemology of the Closet, traduit tardivement en français sous le titre Épistémologie du placard (2008), notamment pour le domaine des Gay and Lesbian Studies, ainsi que par Donna Haraway dans Manifeste cyborg et autres essais. Sciences – fictions – féminismes (2007 : en particulier p. 29-105).

5 Christine Planté, rappelle à juste titre que, les premières réserves dépassées, « l’usage du mot genre tend de plus en plus, en Europe, à être imposé par les différentes institutions pour désigner les études sur les femmes et la différence des sexes, avec ce risque qu’il se voie peu à peu vidé de sens et utilisé surtout comme un académique moyen de (ne pas) dire sexe, voire de (ne pas) dire femmes, ou féminisme » (2003 : 130).

6 Mes recherches portent sur l’écriture des femmes (XIXe-XXIe siècles), les avant-gardes de l’entre-deux-guerres (notamment les auteures et artistes surréalistes), les rapports texte/image et le livre d’artiste.

7 Notons qu’Éric Fassin a signé la préface de la traduction française tardive de Gender Trouble de Judith Butler, qu’il est notamment l’auteur de Sexe politique. Genre et sexualités au miroir transatlantique (2009), et qu’il connaît bien les débats universitaires des deux côtés de l’Atlantique.

8 On lira avec bénéfice le portrait que dresse l’auteur de l’évolution et des transformations qu’a subi le débat autour de sex, gender et sexualité dans les milieux universitaires et intellectuels états-uniens.

9 Je renverrai toujours pour la clarté et la précision des formulations à l’édition anglophone.

10 Depuis plusieurs années, les publications sur le bouleversement et la redéfinition des valeurs identitaires à la fin-de-siècle font légion. Aussi ne ferai-je qu’en mentionner quelques-unes à titre d’exemples : Angenot 1986 ; Maugue 1987 ; Dottin-Orsini 1993 ; Bollhalder-Mayer 2002 ; Przybos 2002 ; Albert 2005 ou encore Grenaudier-Klijn, Muelsch et Anderson (à paraître).

11 Plusieurs de ces femmes pratiquèrent l’union libre ou optèrent pour le couple lesbien. On lira avec bénéfice l’ouvrage de Marie-Jo Bonnet, Les deux amies. Essai sur le couple de femmes dans l’art (2000), notamment p. 159-260.

12 Voir également Bard (1998) et Chardwick et Latimer (2003).

13 Pour avoir consacré ces dernières années plusieurs études à l’œuvre littéraire et photographique de Claude Cahun, je me permets de renvoyer au collectif que j’ai dirigé en 2007 et où le lecteur/la lectrice trouvera un grand nombre de références bibliographiques susceptibles de l’intéresser (Oberhuber 2007), de même qu’à un article récemment publié (Oberhuber et Schwakopf 2011).

14 Les Écrits de Cahun ont été réédités en 2002 par François Leperlier. À l’occasion de l’exposition Claude Cahun au Jeu de Paume vient en outre d’être réédité cette année Aveux non avenus, qui était depuis longtemps épuisé, dans un volume à part.

15 Que l’on me pardonne certains raccourcis que ne fait bien évidemment pas Butler dans sa démonstration. Afin de bien saisir l’ampleur des notions de performativité et de répétition, plus particulièrement dans l’acte de subversion, on lira le chapitre « Bodily inscriptions, performative subversions », dans Gender Trouble (Butler [1990] 1999 : 163-180).

16 On aura compris l’allusion à Undoing Gender (Défaire le genre) de Judith Butler (2004), où la philosophe, loin de proclamer l’abolition du gender, affirme que « faire » son genre implique un processus visant à « défaire » les normes sociétales.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search