Version classiqueVersion mobile

Le Lieu du genre

 | 
Patrick Farges
, 
Cécile Chamayou-Kuhn
, 
Perin Emel Yavuz

L’entrelacement des narrations littéraires et du récit genré de soi: analyser la lecture comme un performatif de genre

Viviane Albenga

Texte intégral

1Dans la construction de soi, la lecture agit comme un vecteur parmi d’autres de récits et de discours qui sont autant de manières de retracer sa propre trajectoire socio-biographique, c’est-à-dire de donner un sens à cette trajectoire à un moment donné. Ce sens participe de l’élaboration des identités de genre car si l’on suit Teresa de Lauretis, la manière dont une histoire est racontée véhicule autant de représentations sur le genre que l’histoire elle-même. Elle le résume dans la phrase suivante, à portée programmatique : « la construction du genre est à la fois le produit et le processus de sa représentation » (de Lauretis 2007 : 47). Dans cette perspective, nous proposons ici d’appréhender le genre de la narration au prisme des appropriations de lectures, en portant la focale sur l’imbrication des narrations littéraires et du récit de soi.

2Le matériau empirique mobilisé est issu d’une enquête de type ethnographique associant observations et entretiens auprès de trois cercles de lecture à Lyon. Ce terrain se caractérise par la prédominance en nombre des femmes et il est également marqué par la sur-représentation des classes moyennes, la prédominance en nombre des cadres A, B et C de la fonction publique et des professions intellectuelles et artistiques. Le premier cercle s’inscrit dans les activités d’une association qu’on dénommera A, et se réunit à l’occasion de « trocs-lectures », c’est-à-dire de lectures à haute voix de textes publiés. Le second – « cercle B » – se tient mensuellement dans une bibliothèque municipale et les participants, qui sont quasi exclusivement des participantes, échangent autour de leurs « coups de cœur » à cette occasion. Le dernier groupe de lecteurs est composé des bookcrossers. La pratique du bookcrossing consiste à déposer des livres (à les « libérer » selon le langage indigène) dans des lieux publics afin qu’ils soient accaparés et lus par des inconnus. Un site Internet permet à chaque bookcrosser d’enregistrer les livres qu’il a « libérés », de rédiger une fiche de présentation sur ces derniers, et de constituer une « étagère virtuelle » des livres qu’il a lus. Par ailleurs, des livres sont échangés entre les bookcrossers par l’intermédiaire d’Internet ou lors de rencontres mensuelles organisées dans certaines villes, dont Lyon.

3Les entretiens recueillis auprès des participants à ces trois cercles peuvent être analysés comme des récits de soi genrés prenant appui sur la restitution narrative de narrations littéraires. Ces récits de soi sont mis en relation avec la mise en scène de soi des lectrices et lecteurs lorsqu’ils lisent à haute voix ou présentent leurs lectures en public. L’analyse croisée de ces matériaux empiriques met en jeu une pluralité de narrations littéraires appropriées de manière différenciée : romans policiers, science-fiction, (auto)biographies, autofictions, poésie, littérature classique et contemporaine européenne et nord-américaine. Au-delà de cette diversité, on peut reconstituer des registres de construction du genre par la lecture en montrant comment des figures d’identification peuvent être regroupées, ou au contraire dissociées en polarités, indépendamment des genres littéraires auxquelles elles appartiennent.

4En effet, les narrations appropriées par l’acte de lecture sont choisies par les lectrices et lecteurs comme des « performatifs de genre ». Ils et elles peuvent tenter de fixer par la lecture un genre hétéronormatif, qu’ils et elles échouent à « performer » dans leur expérience quotidienne, échec inévitable selon Judith Butler :

L’injonction à être d’un certain genre produit nécessairement des ratés, une variété de configurations incohérentes qui, par leur multiplicité, excèdent et défient celle-là même qui les fait advenir. De plus, l’injonction à être d’un certain genre peut prendre différents chemins discursifs : être une bonne mère, être un objet hétérosexuellement désirable, être un-e travailleur ou travailleuse capable. Cela revient à signifier une multiplicité de garanties en réponse à toutes sortes d’exigences simultanées. La coexistence ou la convergence de telles injonctions discursives permet une reconfiguration et un redéploiement complexes. (Butler 2005 : 271-272).

5Puisqu’un genre stable demeure une fiction normative, il est possible de parier sur l’élargissement de l’espace des possibles de genre, au-delà de l’hétérosexualité normative. Cette opposition entre tentatives de fixer un genre stable et déstabilisation du genre permet de définir d’une part des narrations masculinistes de soi, qui reconduisent la binarité de genre fondée sur l’hétérosexualité normative, et d’autre part des narrations féministes de soi, qui subvertissent cette binarité. Or, des narrations masculinistes et féministes peuvent coexister chez une même personne, ce qui implique de pouvoir appréhender et qualifier une subversion du genre inachevée.

6Après avoir mis en évidence la méthode d’analyse structurale utilisée pour mettre au jour le récit genré de soi dans son entrelacement avec les narrations littéraires, on s’intéressera à l’opposition de figures d’identifications littéraires, qui recoupe en partie l’opposition entre lecteurs et lectrices et correspond surtout à une opposition entre narrations plutôt masculinistes et narrations susceptibles de subvertir le genre. Puis on déplacera la focale sur les appropriations des auteurs homosexuel-le-s et/ou femmes qui permettent aux lecteurs et lectrices de se mettre en scène publiquement et de tirer profit de la relative subversion du genre que ces auteurs peuvent porter, sans soi-même payer le coût de la transgression.

1. L’analyse structurale du discours appliquée aux identifications lectorales

7Des méthodes d’analyse du discours permettent de prendre au sérieux les narrations de soi, et on aura notamment recours à des méthodes inspirées par l’analyse structurale du discours, formalisée par Roland Barthes, et appropriée en sociologie par Claude Dubar et Didier Demazière pour l’analyse des entretiens biographiques. Le matériau recueilli est analysé selon la méthode structurale qui « consiste donc à articuler les épisodes d’une histoire (ses séquences) avec la structure de ses “personnages” (ses actants) pour découvrir la logique du discours tenu à son destinataire (les arguments) » (Demazière et Dubar 1997 : 114). Dans notre cas, le repérage de personnages (« actants ») sexués, de séquences narratives et d’arguments idéologiques, dans les récits de lecture et dans le récit de la trajectoire biographique, permet de dégager des concordances et discordances significatives entre les narrations littéraires et la narration autobiographique.

8Les notions de « concordance » et de « discordance » appliquées à la narration sont issues des travaux de Paul Ricœur sur l’identité narrative. La perspective développée par Paul Ricœur est d’ailleurs un élément fondamental de notre approche, en ce qu’il considère que « le récit construit l’identité du personnage, qu’on peut appeler l’identité narrative, en construisant celle de l’histoire racontée. C’est l’identité de l’histoire qui fait l’identité du personnage » (Ricœur 1990 : 175). Or, cette identité se construit narrativement par la dialectique entre un principe de concordance et un principe de discordance :

La dialectique consiste en ceci que, selon la ligne de concordance, le personnage tire sa singularité de l’unité de sa vie considérée comme la totalité temporelle elle-même singulière qui le distingue de tout autre. Selon la ligne de discordance, cette totalité temporelle est menacée par l’effet de rupture des événements imprévisibles qui la ponctuent (rencontres, accidents, etc.) ; la synthèse concordante-discordante fait que la contingence de l’événement contribue à la nécessité en quelque sorte rétroactive de l’histoire d’une vie, à quoi s’égale l’identité du personnage. Ainsi le hasard est-il transmué en destin. Et l’identité du personnage qu’on peut dire mis en intrigue ne se laisse comprendre que sous le signe de cette dialectique. (Ricœur, ibid.).

9Dans l’étude ici menée, les événements discordants de la trajectoire biographique sont incorporés comme marqueurs temporels de la trajectoire de lecture. Les pratiques de lecture qui en résultent visent d’ailleurs à restituer la concordance identitaire, comme l’explique Claire : « ça dépend des moments, ça peut répondre à différentes situations. Mais par exemple, dans une période où on peut être disloqué, ça permet de raccommoder et de remettre les morceaux en place. »

10Néanmoins, le principe de discordance peut réapparaître, par l’intermédiaire des identifications lectorales mises en œuvre par les enquêtés, car ces identifications rejouent les événements discordants de la trajectoire biographique. En accomplissant des virtualités biographiques ou en permettant de vivre par procuration des expériences extrêmes, elles représentent des discordances dans la narration de soi et mettent au jour les seuils de rupture significatifs qui ont été franchis ou restent à franchir, et que les pratiques de lecture permettent d’éprouver, de mettre et remettre à l’épreuve. Ainsi, ces concordances et discordances, qui fondent le récit de soi par la lecture, correspondent à des identifications lectorales. Selon Pierre Bourdieu, l’identification est un mode d’appropriation populaire qui établit une continuité éthique avec le monde réel, alors que les classes dotées d’un capital culturel élevé privilégient au contraire la rupture esthétique dans leur réception des œuvres (Bourdieu 1979 : iv). Le plus souvent, les enquêté-e-s n’évoquent pas explicitement ce mode d’appropriation des œuvres, l’identification renvoyant pour eux et elles à la seule identification sympathique, alors que Hans Robert Jauss distingue en outre l’identification admirative et l’identification cathartique (Jauss 1978 : 165). Pourtant, les récits qu’ils livrent de leurs souvenirs de lecture font apparaître une gamme d’identifications qui incite à revoir le postulat bourdieusien précédemment énoncé. L’identification s’avère être un mode d’appropriation répandu et particulièrement éclairant pour mettre en évidence des registres de construction du genre par la lecture. En effet, les identifications à des figures, réelles ou imaginaires, personnages ou auteurs, informent – au double sens du terme – sur ce vers quoi tendent les personnes, et elles sont potentiellement performatives. Les identifications qui s’attachent à des personnages littéraires opposent des identifications admiratives envers des héros masculins, voire virils, à des identifications empathiques et cathartiques à l’égard de femmes dont l’expérience met au jour le caractère arbitraire des assignations de genre. Ainsi, ces identifications littéraires supportent une narration hégémonique de soi qui justifie l’adhésion ou la résistance à l’hétérosexualité normative, pour reprendre la terminologie de Judith Butler.

2. Une opposition de genre entre des identifications admiratives et des identifications empathiques et cathartiques

A) La valorisation de héros virils par les lecteurs

11Si l’identification admirative envers « des héros meilleurs que nous » opère essentiellement pendant l’enfance et l’adolescence, elle peut donner lieu, pour certains hommes en particulier, à des appropriations durables et socialement objectivées. Ainsi, Guillaume, participant au cercle A, journaliste indépendant de 26 ans, a fondé une association qu’il a nommée « Le p’tit gavroche », reprenant le nom du personnage des Misérables pour les valeurs qu’il défend.

12Autre héros de la littérature classique, Julien Sorel du Rouge et le Noir, dont Thomas, bookcrosser au chômage de 27 ans, souligne l’aptitude à se forger son propre destin :

J’aime bien en fait les faux gentils, ou alors les faux méchants. Les personnages qui sont ambigus en fait. Le Rouge et Le Noir ça parle de… je me rappelle plus du héros. Et donc c’est un gars qui parvient à gravir l’échelle de la société. Il gravit l’échelle de la société grâce à ses relations amoureuses avec des femmes. Il s’arrange toujours pour plaire à des femmes qui lui permettront justement de monter, de gravir l’échelle socialement. J’aimais bien ce gars parce qu’il était… pas vraiment un gars qui est bien à connaître, mais il s’en sort tout seul, il a une ligne de mire et il y va. Donc j’aime bien les faux héros comme ça.

13Notons que ce faux héros réussit à effectuer l’ascension sociale à laquelle aspire Thomas. Des figures masculines plus explicitement viriles apparaissent dans d’autres registres littéraires : ainsi du Livre dont vous êtes le héros, ouvrage d’heroic fantasy au cours duquel le lecteur doit fréquemment choisir, pour le héros, un chemin parmi plusieurs possibles, que Benoît, cadre en urbanisme de 31 ans, participant au cercle B, lit et relit depuis son adolescence parce que c’est « une lecture active. » Cette lecture dite « active » caractérise également la manière dont Yves, 64 ans, retraité de la distribution alimentaire, participant au cercle B, explique sa prédilection pour les romans policiers américains. Dans son cas, la lecture soutient la réaffirmation d’une virilité mise à mal par la maladie et peu renforcée lors d’un service militaire en Algérie caractérisé par une tension sans violence directe :

Il y a des moments où j’en avais besoin [de livres], c’est à l’armée. Parce que c’était la seule façon, on pouvait pas sortir, on pouvait rien faire, on était bouclé, c’était la seule façon de pouvoir s’évader, enfin m’évader, de cet univers de contraintes, de travail, de gardes, de patrouille… Donc je lisais beaucoup. Par des livres que mes amis m’envoyaient, parce que sur place il n’y avait rien. Je recevais des colis d’eux, et de ma douce amie de l’époque [il rit], qui était chargée de m’approvisionner.

14Depuis, Yves a continué à lire des romans policiers et d’espionnage qui selon lui mettent en évidence des rapports de pouvoir s’exerçant par la violence physique, qu’incarnent particulièrement la mafia et les forces spéciales :

C’est toujours des histoires de cambrioleurs, enfin de braqueurs de banques, c’est pas le gars qui va piquer des tableaux, c’est le gars qui perce une banque par les égouts, etc. Ou alors des trucs comme Bunker qui décrit le milieu carcéral américain, avec les bagarres entre les Noirs et comment les gars arrivent à survivre ou pas… ça aussi, c’est violent mais ça bouge. Mais c’est du roman. Je suis pas sûr que ça soit aussi… aux États-Unis si, parce que vous avez dû voir récemment le reportage à la télé, sur la Une, sur une prison où les gars s’entretuent allégrement. De l’intérieur de la prison, ils dirigent toutes leurs affaires. J’aime aussi beaucoup les romans américains écrits par Mario Puzzo sur la mafia. Il en a écrit quatre ou cinq. Parce que ça bouge. Pour moi, pour l’instant, le meilleur bouquin que j’aie lu, c’est Le Parrain. Ah ouais, je l’ai lu quatre ou cinq fois.

Après j’ai rajouté la politique-fiction, en commençant par les bouquins de guerre, j’aime beaucoup les bouquins comme ça, des trucs qui se passent au Vietnam, pendant la guerre du Golfe, en Indochine.

15À ces récits spectaculaires s’oppose donc l’expérience d’Yves comme appelé pendant la guerre d’Algérie, marquée par un sentiment d’impuissance mais également, a posteriori, d’inutilité. Le sentiment de fragilité du soi déstabilise la construction de la virilité. L’opposition entre virilité active et féminité passive, qui procède d’une logique masculiniste consacrant la supériorité du genre masculin, est battue en brèche par l’analyse des identifications lectorales qui sont à la fois passives et actives, confortant ou reconfigurant l’espace des possibles de genre. Tel est le cas des identifications sympathiques ou cathartiques chez les lectrices, qui sous-tendent des transgressions déjà existantes dans la trajectoire biographique.

B) Les transgressions de genre des lectrices

16On peut tout d’abord constater que parmi les transgressions accomplies, la rupture avec l’hétérosexualité normative peut correspondre à l’orientation homosexuelle mais pas nécessairement. L’identification à des auteures homosexuelles peut aussi bien servir de miroir à des pratiques sexuelles réelles, qu’à une subversion du genre féminin, puisque, selon le mot célèbre de Monique Wittig, « les lesbiennes ne sont pas des femmes » et que toutes les enquêtées ne s’éprouvent pas en accord avec l’ensemble des propriétés qui caractérisent le féminin hétérosexuel. La comparaison des identifications lectorales de Violaine, 30 ans, et Nina, 36 ans, toutes deux demandeuses d’emploi, est éclairante à cet égard. Violaine évoque en effet des lectures relatives à l’homosexualité féminine qui ont suscité chez elle une identification sympathique, comme la lecture des ouvrages d’Ann Scott, et elle mentionne dans les termes suivants un récit littéraire dont elle a oublié les références :

C’était une adolescente dans les années d’avant-guerre, elle partait en internat, elle savait pas qu’elle était lesbienne. Et tout d’un coup elle est fascinée par une femme. J’ai trouvé ça merveilleux et c’est rare que je lise des auteures lesbiennes.

17L’identification sympathique est liée dans ce cas aux pratiques homosexuelles de Violaine et soutient une légitimation du lesbianisme, ce qui n’est pas tout à fait le cas de Nina. Cette dernière s’est identifiée de manière presque totale à Violette Leduc, sur laquelle elle a réalisé son mémoire de maîtrise de lettres, allant jusqu’à analyser son parcours personnel en écho avec celui de cette dernière. Ainsi, l’homosexualité déclarée de Violette Leduc l’a incitée à se questionner sur sa propre orientation sexuelle suite à une série d’échecs amoureux et à la conscience de ne pas se comporter selon les attentes de ses compagnons. Le lesbianisme de cette dernière reflète non l’orientation sexuelle de Nina, mais sa propre inadéquation aux normes de la féminité hétérosexuelle, et en ce sens les figures lesbiennes permettent une projection imaginaire bien davantage liée à la rupture des normes de genre. Ces ruptures, lorsqu’elles ont trait à la féminité définie dans un cadre hétérosexuel, ne sont pas toujours vécues sur le mode de la subversion et peuvent être subies comme des stigmates impossibles à reconvertir en trait positif, sauf peut-être par l’humour.

18C’est ainsi que Nathalie présente ses lectures de « chick lit » ou littérature anglaise « pour nanas », comme elle nous l’explique. Comme elle insiste sur l’importance qu’elle accorde à l’identification aux personnages, nous la relançons à ce sujet :

— Et dans la littérature pour filles, tu retrouves l’attachement aux personnages ?
— Ah oui oui, j’ai trente ans, je suis célibataire, avec cette description en deux secondes, tu comprends pourquoi j’adore ça ! Alors je pense que ça peut énerver certaines nanas de mon âge. D’abord tu te retrouves dans des situations que tu as vécues. Il y en a un qui était vraiment génial, le bouquin est fait pratiquement pas de littérature normale on va dire, mais des échanges de mails, de messagerie instantanée entre elle et sa copine, des blocs notes, des post-it entre son copain et elle. Tu le lis hyper rapidement, mais c’est hyper bien, t’as l’impression d’être l’héroïne, tu personnifies complètement.

19Nathalie souligne également qu’elle peut s’identifier aussi bien à une trentenaire célibataire qu’à son homologue masculin. L’identification sympathique permet de se rassurer en cas d’inadéquation avec la norme de la féminité hétérosexuelle. Nathalie, célibataire à 30 ans, ne subit pas une remise en question d’elle-même aussi forte que Nina, 36 ans, qui voit s’amenuiser les possibilités d’une maternité qu’elle souhaite et auxquelles les femmes trentenaires sont enjointes dans leur ensemble.

20Par ailleurs, l’identification sympathique peut s’accompagner d’une « identification cathartique », au travers de récits qui ont trait à la mort d’un proche, à la sexualité et aux relations amoureuses, à la drogue et aux voyages périlleux. Ces thématiques ne supposent pas d’être incarnées par des personnages féminins. Pourtant, ce sont exclusivement des personnages féminins qui ont déclenché l’identification cathartique. Cela peut s’expliquer par l’appartenance de genre des enquêtés, mais également par la sur-représentation des femmes dans les rôles de victimes. À défaut de pouvoir évaluer la représentation des femmes comme victimes dans la littérature, on soulignera que selon l’étude de Sylvie Debras sur l’Est républicain, les femmes sont deux fois plus souvent en position de victimes dans les actualités (Debras, 2003 : 140). Enfin, ces différentes figures de femmes jouent avec des limites à ne pas franchir, limites flexibles selon la trajectoire biographique des interrogé-e-s.

21L’identification cathartique permet d’élargir l’espace des possibles, et de définir au sein de cet espace, le souhaitable et le proscrit, comme ce fut le cas de La vie sexuelle de Catherine M. pour Christian :

J’avais bien aimé ce livre parce que […] ça te fait réfléchir sur ta propre vie, et puis tu découvres un monde qu’il ne me tente pas de découvrir dans la vie de tous les jours, et finalement tu le découvres par ces lectures, parce que c’est tellement fort que tu te projettes un peu.

22Christian, 35 ans, consultant scientifique, trésorier de l’association A, constitue une exception notable dans ses appropriations identificatoires, mettant en jeu des figures féminines et des figures masculines homosexuelles.

23Ces identifications réactivent des clivages sexués car elles se fondent sur une commune appartenance sexuée avec les personnages ou auteurs, et ce surtout pour les lecteurs, car les lectrices peuvent s’identifier à des hommes. En outre, ces différentes figures de femmes tranchent singulièrement avec les « états de femmes » décrits par Nathalie Heinich comme un système clos constitué de « la première » (l’épouse légitime), « la seconde » (la maîtresse ou la seconde épouse) et « la tierce » (la gouvernante, la vieille fille, la veuve) (Heinich 1996). Nathalie Heinich conclut que le système des états de femmes est remis en cause avec l’émergence de la femme non liée, mais qu’il est encore présent dans les représentations sociales. Dans les identifications que nous avons relevées, sympathiques comme cathartiques, les personnages féminins sont toujours des femmes non liées et leur situation entre en écho avec un moment, actuel ou non, de la trajectoire des lectrices ou lecteurs, ou renvoie à un état envisagé comme possible. Or, les femmes non liées remettent en question les limitations à la mobilité des femmes, que cette mobilité soit physique, amoureuse ou identitaire. Nathalie Heinich remarque en effet que :

Dans l’ordre traditionnel, tel que le décrit la littérature romanesque des xviiie et xixe siècles, une position élevée dans la hiérarchie des états – celle qu’occupe les « premières » – va de pair avec une faible mobilité, corrélative d’une forte dépendance à l’égard du groupe familial. Aussi la mobilité géographique est-elle souvent synonyme de désordre, se conjuguant avec la mobilité identitaire, autrement dit de changement de place, par le déplacement d’un état à l’autre de la « première ». (Heinich, 2003 : 74)

24On a pu constater que les figures féminines suscitant l’identification transgressent toutes les restrictions à la mobilité physique, amoureuse et identitaire, auxquelles peuvent s’ajouter les obstacles à la mobilité sociale. Les membres du cercle B ayant décidé de lire en commun une série de romans mettant en scène « le monde ouvrier », Sandrine, la bibliothécaire qui anime ce cercle, a saisi l’occasion pour vanter les mérites d’un roman contemporain dont les ressorts narratifs reposent sur ces diverses mobilités. En effet, Un temps pour perdre de l’écrivaine catalane Maria Mercè Roca, met en scène une jeune fille de 18 ans employée à repasser des pantalons dans une usine de textile. Sandrine raconte qu’« elle gagne avec une copine un voyage à Paris et découvre l’amour. » Consciente de la banalité de l’histoire, comme elle le dit, elle ajoute que « tout est dans la finesse de l’écriture. Comment elle étouffe dans cette vie et comment une des seules perspectives c’est cette passion qui, je ne vous gâche rien en vous le disant, va se terminer. »

25En ce sens, ces identifications sont susceptibles de subvertir l’hétérosexualité normative qui enjoint non seulement à des pratiques hétérosexuelles mais encore à des dispositions de genre clivées et stables. Plus encore que les identifications à des figures littéraires, la réception d’auteur-e-s homosexuel-le-s et d’auteures contemporaines met en évidence les tensions inter-lecteurs et intra-individuelles entre reconduction et subversion du genre, via la notion de conscience du genre.

3. De la subversion du genre à la conscience du genre : le rôle des auteur-e-s homosexuel-le-s et des auteures contemporaines

26La présence d’auteur-e-s homosexuel-le-s ou féministes apparaît comme un trait significatif des appropriations des œuvres qu’évoquent les enquêté-e-s. Les auteur-e-s homosexuel-le-s demeurent toutefois moins bien représenté-e-s que les auteures françaises et européennes contemporaines. On a déjà mentionné les identifications empathiques et cathartiques de Violaine à l’égard d’auteures lesbiennes, et celles de Nina à l’égard de Violette Leduc. Dans les cercles de lecture, hormis la lecture de Sapho effectuée par Florence pour le troc-lecture du 8 mars 2006, la principale référence littéraire à l’homosexualité est Yves Navarre : en effet, Christian a lu lors d’un troc-lecture un extrait du Petit galopin de nos corps, une histoire d’amour contrariée entre deux hommes, qui se poursuit par un échange épistolaire. Lors de son entretien, il déclare avoir été fortement ému par cette lecture et va jusqu’à en rendre compte dans la lettre de l’association A :

  • 1 Lettre trimestrielle de l’association A, octobre 2006, compte rendu de lecture de Christian.

Mon coup de foudre de cette année, c’est la découverte inattendue et magique d’un livre intitulé Le petit galopin de nos corps. Ce livre, composé de correspondances et du témoignage de l’un des personnages, nous raconte la part de l’écriture comme vecteur et/ou catalyseur d’une passion et d’une complicité entre deux hommes.1

27Par ailleurs, les appropriations, par les unes et les autres, d’auteures qui adhèrent au féminisme ou se définissent féministes, mériteraient d’être approfondies au-delà de l’étude ici menée, tant elles occupent une place importante dans les discours recueillis en entretien et en observation. Ces auteures – Virginia Woolf, Annie Ernaux, Simone de Beauvoir, Nancy Huston, Benoîte Groult, Virginie Despentes – cristallisent des réactions et des usages de lecture d’ordre davantage affectif que politique. Les lecteurs, pour leur part, oscillent entre le rejet antiféministe de ces auteures et une appropriation que l’on peut qualifier de masculiniste et qui vise à affirmer la supériorité de l’homme lecteur sur la femme auteure. Le concept de masculinisme se révèle pertinent pour interpréter la manière dont Patrick s’est littéralement approprié l’écrivain Nancy Huston pour créer un site Internet sur elle, site qui n’existe plus en raison du refus catégorique de l’auteure. En effet, Patrick, sur ce site Internet comme lors de l’entretien qu’il nous a accordé, lui donnait le statut d’objet d’une relation hétérosexuelle :

Je suis tombé amoureux de son style, de sa force d’expression. […] J’ai voulu faire un peu de fiction. Je lui écrivais une lettre, Nancy on s’est déjà rencontrés en fait. […] J’avais bien mis un avertissement en disant que c’était une sorte de fiction, il n’y avait pas quoi que ce soit de sexuel, mais nos parcours se croisaient.

28Cette posture masculiniste consiste à réduire toute lecture ou toute écriture de femme à une appartenance de genre infériorisée, y compris et peut-être même surtout lorsque les pratiques de lecture et d’écriture remettent en question ce genre féminin.

29À l’inverse, pour les lectrices, la mise en scène de soi par l’entremise d’auteurs érigés en porte-parole prend une résonance particulière lorsqu’il s’agit d’auteures reconnues sur le plan littéraire et connues pour leurs prises de position féministes. La mise en avant de ces auteures s’accompagne d’une identification admirative, alors que ce mode d’identification est très rarement mis en œuvre à l’égard d’un personnage féminin imaginaire. Elles permettent une narration féministe de soi, qui allie les trois modes d’identification, empathique, cathartique et admirative. L’exemple le plus frappant à cet égard est celui de Claire, qui a initié une séance consacrée à Virginia Woolf. Claire évoque sa lecture sur un mode émotionnel et identificatoire : « Elle a une liberté qui me touche beaucoup […]. Je dirais que c’est quelqu’un qui me touche beaucoup et qui d’une certaine manière parle de la mort différemment des autres. » Au cours de l’entretien, Claire fait allusion au choc provoqué par le décès de son mari quelques années auparavant. La thématique de la mort, dont elle apprécie le traitement littéraire par Virginia Woolf, n’apparaît pas de manière anodine. Les identifications par la lecture se repèrent majoritairement par la mise en relation des souvenirs de lecture avec les éléments saillants de la trajectoire socio-biographique telle qu’elle a été reconstituée dans l’entretien.

30Claire propose, lors d’une séance du cercle B, une analyse de Vers le phare qui emprunte aux catégories de pensée féministes :

Mr Ramsay incarne le modèle patriarcal de la société anglaise. C’est marrant parce que dans tous ses romans on retrouvera le féminisme de Virginia Woolf […]. Mrs Ramsay est morte d’épuisement. Elle donne tout aux autres. Ça rappelle Une chambre à soi. Avoir un espace autonome autre que le cadre familial. […] On a peut-être oublié ce qu’était la société française avant, mais on n’avait pas trente-six solutions : on se mariait. Virginia Woolf a dû se marier […]. Lily Briscoe arrive à vivre ses choix : vivre de ne pas être mariée et d’être peintre.

31L’identification de Claire à Virginia Woolf peut ici se détecter grâce à la mise en parallèle de la trajectoire de Virginia Woolf, et de ce que nous connaissons de sa propre trajectoire. Vivant en union libre, très attachée à son indépendance économique, ayant une pratique régulière de l’écriture, Claire pose dans son entretien la question de l’équilibre entre un travail considéré comme alimentaire et le temps de loisirs, considéré comme un temps enfin consacré à soi.

32Le recours à des auteures pour affirmer des idées féministes sans prendre position soi-même est une variante plus achevée de la valorisation de personnages féminins considérés comme subversifs. La présentation de La Garçonne de Victor Marguerite par Maud, bookcrosseuse de 26 ans, en est emblématique : « C’est une jeune femme romantique qui est blessée par un homme et décide d’adopter la même attitude cynique et machiste, prendre les hommes et les jeter. Il y a des passages olé-olé pour l’époque mais ce qui m’a marquée c’est ce cynisme.» Ces descriptions de personnages féminins transgressifs utilisent le registre de l’émotion – « son histoire m’a touchée » – qui permet de contourner les contestations possibles et ainsi de faire exister certains styles de vie de femmes dans un discours public. Parfois, des réactions à des lectures à haute voix soulignent le caractère exceptionnellement affirmé d’un personnage féminin. Tel est le cas de Marguerite, une participante à un « troc-polar », lors de la lecture d’un extrait de Ne le dis à personne de Harlan Coben, un thriller à succès. Un serial killer sévit dans ce livre, tuant uniquement des femmes. Dans le passage lu, le narrateur vient d’être arrêté par la police et attend son avocat. Un personnage de femme avocate autoritaire apparaît, qui bouscule verbalement les officiers de police. À ce moment de la lecture, Marguerite s’exclame : « Ça c’est une femme. » Cette exclamation prend une tonalité affirmative particulière : loin d’être un performatif réactualisant la norme de genre, elle fait apparaître les traits distinctifs qui constituent une héroïne affirmée, digne de ce nom pour cette lectrice, par contraste avec les personnages féminins passifs voire victimes de serial killers particulièrement bien représentés dans ce troc-polar.

33L’identification admirative des lectrices se focalise davantage sur les auteures que sur les personnages féminins. Elles se sont érigées en créatrices et peuvent participer de l’émergence d’une conscience du genre pour les lecteurs et lectrices, enjoints d’actualiser les dispositions de genre qui correspondent à leur appartenance sexuée et parfois conscients de ces injonctions. Les écrits de certaines auteures rendent possible cette conscience du genre, comme le met en évidence Michel Bozon au sujet d’Annie Ernaux, de Camille Laurens et de Catherine Millet, auteures particulièrement mentionnées par nos enquêtés :

Si le désenchantement ne va pas jusqu’à une mise en cause plus générale de la forme des rapports sociaux de sexe, les trois livres contiennent néanmoins de nombreux éléments critiques sur les manifestations de la domination privée, dans la description sans ambages des actes sexuels par exemple, ou dans la mise en cause des rituels de séduction et de drague. À travers les dévoilements qu’ils opèrent, ces livres transmettent tous un vif plaisir de lucidité. (Bozon, 2004).

34Il est vrai que la mise au jour de l’arbitraire des rôles de genre par les auteures femmes constitue l’une des raisons de leur succès parmi les enquêtés, quel que soit leur sexe. Si Patrick met en exergue la féminité de Nancy Huston davantage que son féminisme, il n’en demeure pas moins que les œuvres de cette dernière portent la marque d’un point de vue situé, celui d’une femme consciente de la domination masculine qui attribue exclusivement aux hommes la création artistique, et aux femmes la procréation biologique :

Son Journal de la création, elle a un bonheur de l’écriture de certaines choses, elle arrive à parler de cet acte de création et de sa confrontation avec le quotidien. Elle montre bien que pour les hommes c’était moins un problème parce que souvent ils se mettaient dans leur tour d’ivoire pour créer. […] Tout en étant rationnelle dans son discours, elle montre un côté occulte, je dirais le côté sorcière, de la femme mais aussi dans l’homme, pourquoi pas ? Des femmes qui vont dire des choses habituellement cachées par la société. Elle va avoir le culot de le dire. Dans La Virevolte, c’est l’histoire d’une danseuse qui va quitter ses enfants pour vivre son art.

35Si une certaine conscience du genre est mise en œuvre par Patrick, elle ne peut être analysée comme une subversion de la binarité de genre.

36Ainsi, si les pratiques de lecture permettent un relatif déplacement des injonctions de genre, elles œuvrent néanmoins en faveur d’une stabilisation du genre. En effet, la construction d’un soi à la fois cohérent, stable, continu dans le temps, et en progression constante, en bref, « l’impératif de devenir soi-même » (Ehrenberg 1998), passe par une narration de soi qui utilise les identifications lectorales pour réaliser fantasmatiquement tant les implications de l’hétérosexualité normative dans ce qu’elles ont d’impossible, que les dérogations, socialement coûteuses, à cette injonction à un genre stable. On ne peut donc pas définir de narrations de soi purement masculinistes ou féministes par l’entremise de la lecture : d’un côté, la réaffirmation du genre par la lecture souligne bien la fragilité d’un genre stable et constant, et on l’a plus particulièrement mis en évidence par l’exemple d’Yves ; d’un autre côté, les transgressions des normes de genre et la réflexivité à l’égard du genre ne remettent pas en question la binarité hiérarchique du féminin et du masculin.

37Cette analyse est corroborée par l’étude des pseudonymes utilisés par les bookcrossers sur leur site Internet, qui met au jour la rareté des flexibilités du genre à l’égard de l’appartenance sexuée. Néanmoins, les personnages de sexe féminin auquel s’identifient les enquêtées, ainsi que Christian, ne sont pas en parfaite adéquation avec le genre féminin, puisqu’elles remettent en question d’une part le caractère nécessaire de l’hétérosexualité comme manière normative de mener une vie sentimentale et sexuelle, d’autre part la triple restriction à la mobilité des femmes. Ainsi, la narration de soi par la lecture appréhendée au prisme des identifications montre que le genre masculin et le genre féminin demeurent des polarités de référence. Les enquêtés peuvent, par la lecture, subvertir le contenu du genre auquel correspond leur sexe, sans pour autant cesser de se définir en fonction de ce genre, et donc sans abolir la binarité hiérarchique qui fonde le genre. Mais on ne saurait sous-estimer l’existence objectivement établie d’un panel de trajectoires possibles plus diversifié pour les femmes des générations étudiées par rapport à leur mère, que celui dont disposent les hommes par rapport à leur père (Chaudron 1984 : 20), ce qui transparaît dans l’opposition de genre des narrations de soi par la lecture.

38Il apparaît en outre que la lecture peut participer de la constitution d’une trajectoire socioprofessionnelle à soi pour les femmes, les effets différés du féminisme et de l’entrée massive des femmes sur le marché du travail leur permettant l’accumulation personnelle de capitaux, ce que suggère Terry Lovell dans sa lecture critique de La Distinction de Bourdieu où les femmes sont pensées uniquement comme des agents porteurs de capitaux culturels pour leur famille (Lovell 2000 : 20). Cette mobilité de genre accrue pour les femmes prend la forme d’une plus grande mobilité physique, amoureuse mais aussi sociale ; et c’est en ce sens que l’on peut relire les identifications empathiques et cathartiques suscitées par les lectures à ce prisme d’une mobilité certes plus importante, comme effet de la mobilité sociale et du féminisme, mais toujours limitée dans une certaine mesure par les injonctions de genre, les réassignations constantes à un genre féminin figé et infériorisé, dont les lecteurs font d’ailleurs usage à l’égard des lectrices, voire des auteures. Pour les unes et les autres, la mobilité de genre, plus grande pour les lectrices que pour les lecteurs, se traduit finalement par un processus d’individuation plutôt que par une subversion du genre.

Bibliographie

Bourdieu, Pierre (1979) : La Distinction. Paris (Seuil).

Bozon, Michel (2004) : « Littérature, sexualité et construction de soi. Les écrivaines françaises du tournant du siècle face au déclin de l’amour romantique », in The Australian Journal of French Studies, n° 12/1, p. 6-21.

Butler, Judith (2005) : Trouble dans le genre. Paris (La Découverte).

Chaudron, Martine (1984) : « Sur les trajectoires sociales des femmes et des hommes : stratégies familiales de reproduction et trajectoires individuelles », in Barrère-Maurisson, M.-A., F. Battagliola, B. Beccalli, A. Borzeix et al. : Le Sexe du travail. Structures familiales et système productif. Grenoble (Presses universitaires de Grenoble), p. 17-27.

Debras, Sylvie (2003) : Lectrices au quotidien. Paris (L’Harmattan).

Demazière, Didier et Claude Dubar (1997) : Analyser les entretiens biographiques. L’exemple de récits d’insertion. Paris (Nathan).

Ehrenberg, Alain (1998) : La Fatigue d’être soi. Paris (Odile Jacob).

Heinich, Nathalie (1996) : États de femmes. L’identité féminine dans la fiction occidentale. Paris (Gallimard).

Heinich, Nathalie (2003) : Les Ambivalences de l’émancipation féminine. Paris (Albin Michel).

Jauss, Hans Robert (1978) : Pour une esthétique de la réception. Paris (Gallimard).

Lauretis, Teresa de (2007) : Théorie queer et cultures populaires. Paris (La Dispute/Snédit).

Lovell, Terry (2000) : « Thinking Feminism With and Against Bourdieu », in Feminist Theory, n° 1/1, p. 11-32.

Ricœur, Paul (1990) : Soi-même comme un autre. Paris (Seuil).

Notes

1 Lettre trimestrielle de l’association A, octobre 2006, compte rendu de lecture de Christian.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search