Desktop versionMobile version

Le Lieu du genre

 | 
Patrick Farges
, 
Cécile Chamayou-Kuhn
, 
Perin Emel Yavuz

Aimer et stigmatiser: les rapports de genre dans les souvenirs et liens épistolaires des volontaires françaises, prisonniers et requis dans le "Troisième Reich"

Patrice Arnaud

Full text

1Le nombre de Françaises parties volontairement en Allemagne n’a sans doute pas excédé 70 000. Pourtant, peu de personnes ont été autant stigmatisées collectivement, pendant et après la Seconde Guerre mondiale. De manière récurrente, elles sont assimilées à des prostituées, tant dans les souvenirs et écrits de requis ou de prisonniers de guerre que dans les actes administratifs des autorités françaises, qu’il s’agisse du Gouvernement provisoire de la République française ou de l’État français ! Principales victimes de la seconde vague de tontes à la fin du printemps et au début de l’été 1945, leur histoire illustre la thèse de Fabrice Virgili selon laquelle leur corps ne leur appartient pas (Virgili 2000). La nation s’estime en droit de leur demander des comptes de l’usage qu’elles en font et elle voue aux gémonies celles qui s’expatrient chez l’ennemi. Pourtant, au-delà d’un mythe, qui se perpétue dans les récits et traduit le poids des attentes narratives de la société, une autre vérité se fait jour, selon laquelle ces femmes furent, en exil, l’objet des sollicitations amoureuses de la part de leurs compatriotes. Y furent-elles assujetties à la pression masculine ou leur faible nombre leur a-t-il permis de s’émanciper davantage de la tutelle des hommes qu’elles n’auraient pu le faire au France, au grand scandale de ces derniers ?

L’expatriation scandaleuse : des femmes décriées de toutes parts

  • 1 Directives du MBF du 22/12/1940, AN 40AJ862.
  • 2 Abschlussbericht – Hauptabteilung Arbeit bei dem MBHF, AN 40AJ846.
  • 3 Meldungen aus dem Reich, 04/02/1943, BA R58/185

2Autant les services allemands cherchent à attirer dans le Reich des ouvriers qualifiés, autant ils ne cherchent guère à recruter des femmes, comme en témoigne la directive du Haut Commandement militaire allemand en France (MBF : Militärbefehlshaber in Frankreich) du 22 décembre 1940, qui rappelle aux recruteurs que les femmes ne doivent être embauchées que si leur contrat correspond à un emploi vacant1. Ce n’est qu’en septembre 1942 que les Allemands s’intéressent au départ des femmes, mais encore limitent-ils leur propagande aux femmes ou concubines de prisonniers2, appel qui se solde par un échec cuisant, puisqu’en février 1943, seule une centaine d’entre elles a pris le chemin du Reich. Le Sicherheitsdienst (SD) compte, parmi les multiples facteurs, le fait que les prisonniers de guerre (PG) dissuadent leurs femmes de venir en Allemagne3.

  • 4 CGMOFA et Secours National, AN 40AJ863.

3À Vichy, l’expatriation des femmes fait l’objet des plus grandes réserves, dont témoigne une note du Commissariat général à la main-d’œuvre française en Allemagne (CGMOFA) qui accuse les volontaires « d’abandonner leur famille4 ». La police exprime la même défiance, comme l’illustre le rapport d’août 1942 du commissaire de Falaise :

Une vingtaine d’habitants sont partis travailler en Allemagne ; c’est la lie de la population : prostituées et délinquants. Il est à noter, depuis leur départ, une baisse notable des vols commis. (Quellien 2001 : 263)

4L’assimilation de la volontaire à une prostituée, officielle ou épisodique, s’enracine d’autant plus facilement que l’Occupant a commis de grandes maladresses dans le recrutement. La diffusion, le 30 septembre 1941, par l’inspecteur chef de Nancy, d’un appel aux prostituées pour alimenter les bordels destinés aux travailleurs étrangers déclenche l’ire des services du MBF, qui évoque une entreprise de sabotage du volontariat :

  • 5 AN 40AJ552.

5À la demande des autorités d’Occupation, les femmes de mœurs qui seraient désireuses de se rendre en Allemagne pour y continuer leur genre de vie en maisons spéciales sont priées de s’adresser sans retard au Chef de la brigade des mœurs qui leur fournira tous renseignements utiles à ce sujet. Ces femmes bénéficieront du transport gratuit […]. Elles n’auront de rapports qu’avec des ouvriers français.5

  • 6 Directeur du CGMOFA, devenu en 1944 commissariat général à l’Action sociale pour les Français trava (...)

6L’amiral Platon, secrétaire d’État à la famille, exprime le 26 août 1942 ses craintes à Gaston Bruneton6 que des femmes de mauvaises mœurs n’utilisent la Relève pour s’expatrier :

  • 7 Lettre de l’amiral Platon du 26/08/1942 à G. Bruneton, AN 40AJ862.

7Il est de votre devoir de vous opposer à tout engagement de femmes qui ne sont pas vraiment des ouvrières qualifiées et qui n’ont pas de motifs avouables pour souscrire de tels engagements7.

8De manière étonnante, cette mauvaise image se retrouve dans la propagande. Dans l’opuscule J’ai vu les ouvriers français en Allemagne, Georges Vigne relate sa conversation avec une ouvrière de 17 ans, partie sans le consentement de son père, et conforte ainsi l’idée selon laquelle une partie des volontaires françaises est constituée de filles des rues. Le fait que la propagande soit obligée d’évoquer cette image déplorable pour valoriser les filles « honnêtes et travailleuses » en demandant aux bureaux de placement de faire le tri, prouve à quel point ce préjugé est profondément ancré dans la société française :

[La vie au camp] ne serait pas désagréable, s’il n’y avait certaines Françaises […]. Il y a de tout ici. Des bonnes et des mauvaises. On n’a pas assez choisi. On a pris tout le monde. Il y en a qui sont venues en Allemagne pour… se distraire. Celles-là nous empoisonnent l’existence, à nous qui sommes honnêtes et sérieuses. La nuit, elles nous empêchent de dormir, en rentrant très tard et en ne se gênant pas pour faire du bruit. Le jour, il faut subir leurs propos orduriers. Et puis, il faut prendre garde à nos affaires. Elles nous chipent tout ce qui traîne. Dites en France aux bureaux de placement d’écarter toutes celles qui sont douteuses. (Vigne 1942 : 19-20)

9Le Manuel du déporté en Allemagne, rédigé par Michel Cailliau à Alger en novembre 1943, propage une vision semblable. L’auteur reproche aux femmes de continuer à vendre leur corps indifféremment aux Allemands et à leurs « frères français ». L’opposition des Françaises aux Russes et aux Polonaises, à qui l’on peut parler « comme à des hommes », démontre à quel point la Résistance propage des vertus « viriles » et considère la féminité avec méfiance :

Les premières ouvrières arrivées en Allemagne sont presque toutes des filles ramassées dans les rues et les « maisons », surtout les Françaises, c’est la lie de la France qui a été volontaire pour travailler en Allemagne. Elles vendent aux Allemands leur corps et à leurs frères français. D’autres, comme les Polonaises ou les Russes, tu peux leur parler comme à des hommes, elles ont les courages de la lutte. (Bories-Sawala 1996 : 292)

  • 8 L’auteur pourrait en être Adrienne Weill ou son amie le Dr Suzanne Lerin, spécialiste des maladies (...)

10En 1945, le ministère du Rapatriement dirigé par Henri Frenay accorde la plus grande attention au retour de ces femmes, expatriées depuis plusieurs années. Ses fonctionnaires n’hésitent pas, pour qualifier ce groupe, à utiliser le terme de « réinsertion », et à employer de nombreux lieux communs de l’anthropologie criminelle et de la rééducation des délinquants. Des notes manuscrites8 attribuent au centre d’Ivry la mission de relever moralement ces femmes « prédestinées biologiquement » (sic) à la « chute morale » :

  • 9 Dossier Jeunes femmes déportées, AN 9F3283.

Pression circonstance – Vaincues par le destin – éléments biologiques les prédestinent – Peu de prostituées désirent, peuvent se relever sauf quand l’âge vient […]. Rendement si on peut trier les éléments relevables des autres […]. Soigner – récupérer – développer niveau culturel – pionnier de l’édification socialiste.
u début on les gardait à la maison – sortie d’épreuve – sortie en commun avec cuisinière de confiance – maintenir contact avec extérieur – ne pas mettre centre en pleine campagne – sorties progressives et collectives.
Refaire le physique – santé – bains – Refaire le moral – pas de discours.
Elles n’aiment pas cuisine – marché – nettoyage – linge […]. Réadaptation vie sociale-intellectuelle […].
Apprendre les langues – enseignement ménager – coupe – tricot – sténo-dactylo – travail bureau – après certain temps apprentissage au dehors […]. Ne pas les remettre de force elles ont fui la campagne […].
Discipline – Horaire indispensable […]. Ne pas tout défendre à une femme […]. 20% insuccès […]. Problème des mineurs beaucoup plus difficile.9

  • 10 Selon l’auteur, un élément positif du séjour outre-Rhin est le fait que « les femmes [y] ont exercé (...)
  • 11 Dans d’autres notes du 6 décembre 1944, la commission consultative note qu’une élite se distingue d (...)
  • 12 Lettre d’Adrienne Weill du 16/11/1944 au docteur Coigny, AN 9F3283.
  • 13 Dans une lettre du 14/11/1944 à A. Weill, le colonel Garteiser de la Croix-Rouge française nie que (...)

11L’enfermement, l’apprentissage des travaux féminins et la formation professionnelle visent à leur inculquer les notions de travail et d’effort10 et à les éloigner de l’« oisiveté ». Les termes, très paternalistes, infantilisent ces femmes jugées insuffisamment développées intellectuellement, culturellement et socialement. Toutefois, les auteurs du programme prennent soin de ne pas les aliéner par une « rééducation » trop répressive. Bien que ce projet ne se veuille pas réactionnaire (« pionnier de l’édification socialiste »), il reprend de nombreux éléments moralisateurs issus du catholicisme social11 et prévoit une collaboration explicite avec le prêtre d’Ivry. Le ministère des Personnes déplacées et réfugiées (PDR) méconnaît la réalité du volontariat féminin. Adrienne Weill, en novembre 1944, regrette que « personne jusqu’à présent ait seulement réfléchi à la question »12. Cette méconnaissance alimente la rumeur sur la proportion élevée de prostituées. S’appuyant, malgré les dénégations de la Croix-Rouge13, sur des informations fantaisistes fournies par l’abbé Rodhain, le Comité d’étude pour la question des jeunes femmes déportées (sic) accrédite le mythe de la « traite des Blanches » :

  • 14 Note d’Adrienne Weill du 20/11/1944 sur les travaux poursuivis à Londres par l’UNRRA, AN 9F3283.

12[Des] malades, envoyées dans les « maisons de repos », reçoivent des « visites » et sont persuadées de faire un métier moins fatigant. [Certaines] […] se laissent persuader d’entrer dans une maison, d’autres y sont obligées après privations de nourriture et mauvais traitements […]. [D’autres] sont parties volontairement pour se livrer à la prostitution […]. Pour les [femmes déportées], il est également connu que les jeunes filles appartenant à des milieux très divers (juives cueillies dans la rue, étudiantes, commerçantes) ont été enlevées et emmenées en « maisons ». Il en est de même de certaines jeunes filles déportées pour leur action de Résistance […]. En ce qui concerne [les prostituées] il est impossible de savoir si leur nombre est inférieur ou supérieur à 5 000 […]. Il convient de veiller à ce que, dans les centres de rassemblement, les jeunes femmes susceptibles d’être relevées ne soient pas décidément perdues par les contacts qu’elles pourraient avoir avec les professionnelles. D’autre part, il a été remarqué que dans des centres, il pouvait se trouver des racoleurs cherchant, parmi les jeunes femmes déprimées par leurs expériences en Allemagne, des recrues pour la « traite des Blanches ».14

  • 15 Préparation du retour des jeunes femmes actuellement en Allemagne, AN 9F3283.
  • 16 Notes manuscrites du 13/12/1944, AN 9F3283.
  • 17 Rapport relatif aux femmes rapatriées d’Allemagne. Le supérieur hiérarchique a inscrit « NON » en f (...)

13Le vif intérêt accordé à la prostitution est lié au péril vénérien. D’après des rapports anonymes, on ne compterait, dans une usine, que cinq jeunes femmes vierges sur 115 célibataires, tandis que dans une autre elles seraient à 70 % syphilitiques15. En décembre 1944, un rapport s’attend à découvrir 25 à 30 % de syphilitiques16. Au début de l’année 1945, un autre rapport suggère de différencier les femmes « vraiment volontaires », à interner dans un « camp spécial », des femmes engagées pour rejoindre leur mari et des femmes en situation de nécessité. Dans les deux derniers cas, un séjour en « maison de repos » est préconisé pour les entourer d’un « climat moral sain » et les éloigner de leur ville de départ. Le but est politique : « éviter de créer des “martyres” appelées à former le noyau d’un parti d’opposition »17.

  • 18 Lettre du responsable de la mission en Allemagne à Mme le Dr Thuillier-Landry du 21/11/1944, AN 9F3 (...)

14Les Anglo-Saxons et l’UNRRA font pression sur Frenay pour proscrire les termes « prostituées » ou « camps » et suggèrent, à rebours de l’opinion française, de traiter ces femmes « comme des victimes de la politique nazie et non comme des personnes ayant violé les lois morales »18. La rapidité des retours, le manque de moyens et de volonté politique enterrent ces projets. Seules celles qui étaient jugées politiquement suspectes firent l’objet d’une mesure de détention préventive ou de mise en résidence surveillée. À leur arrivée, les femmes sont toutefois séparées des hommes et, sans les défendre, les requis déplorent parfois, comme Charles-Henri-Guy Bazin, cet opprobre qui les touche sans distinction : « Pauvres femmes ! Faibles femmes ! Tout de suite et toutes ensemble soupçonnées ! » (Bazin 1986 : 358).

15Par ces jugements s’exprime un présupposé, selon lequel le corps des femmes leur appartient moins qu’à la Nation. Admettre le départ des Françaises en Allemagne est quelque chose de scandaleux qui suggère un viol symbolique et explique le mythe de la prostituée qui entoure la volontaire française. Accepter de se couper de ses racines, c’est livrer son corps à l’ennemi, avec tous les risques que cela comporte. Dans Le diocèse des barbelés publié en 1973, Charles Klein, sous couvert de nuancer l’image de la volontaire-prostituée, conforte en réalité cette image en incriminant les conditions de vie, qui expliqueraient la déchéance :

Les femmes volontaires […] sont en partie recrutées dans la lie des grandes villes françaises, mais il y a aussi parmi elles bon nombre de jeunes filles et de femmes venues pour tenter leur chance : victimes du chômage, victimes de la propagande pour le travail en Allemagne, victimes le plus souvent de l’incapacité ou des désordres de leurs parents auxquels elles ont voulu échapper […]. Mais ces travailleuses placées dans des conditions de promiscuité et de misère indescriptibles sont pratiquement vouées au concubinage ou à la prostitution. Les lager des femmes sont souvent de véritables « enfers » d’immoralité et de misère : on trouvera des cadavres de nouveaux-nés jetés aux toilettes […]. La conduite des Françaises en Allemagne humilie profondément la plupart des prisonniers et travailleurs français. (Klein 1973 : 290)

16Aucune différence n’est par ailleurs faite entre concubinage et prostitution, comme si les deux phénomènes relevaient de la même « immoralité » : les relations sexuelles hors mariage. Henri Perrin, dans son Journal d’un prêtre-ouvrier en Allemagne, prend davantage de distances à l’égard de cette image qui circule dans les milieux catholiques, mais en réutilisant l’image biblique de la femme adultère, il conforte l’idée de péché :

Dans les milieux catholiques, on gardait la plus grande réserve à l’égard des Françaises embauchées en Allemagne ; d’abord en raison de leur « volontariat », puis des mœurs douteuses qu’on leur prête facilement […]. Les Françaises que nous avons vues semblent bien appartenir à un certain milieu […]. Elles croyaient trouver ici la liberté, l’argent, le plaisir, toutes ces idoles plus ou moins avouées de tant de jeunes Français, elles ont trouvé la solitude, la promiscuité des camps, et des salaires de misère […]. Qui osera leur jeter la pierre ? (Perrin 1945 : 226-229)

Volontaires femmes, requis et PG : relations amoureuses et stigmatisation

17L’image très dépréciative de ces Françaises, que reprennent à leur compte requis et PG laisserait supposer que les idylles furent rares. Les témoignages les plus sévères sont ceux de l’immédiat après-guerre et cela n’est guère étonnant puisque l’opinion publique, imprégnée par le résistancialisme gaullien, impose à ces récits un horizon d’attente conforme aux idées dominantes de la Libération. Pierre Destenay, en 1948, en décrivant une volontaire, écrit « qu’elle est comme le métro, la prend celui qui veut » (Destenay 1948 : 37). De même, Louis Le Bonniec évoque « quelques filles de joie, ignobles créatures, volontaires sans foi, ni loi », qui, si elles s’étaient attardées, « n’auraient pas tardé à recevoir des horions en pâture » (Le Bonniec 1947 : 24). En 1957, Charles Joyon ne dénonce pas seulement leur vulgarité, mais les accuse de tous les vices :

La fleur du panier, c’était sans conteste possible les femmes […]. La nausée m’en revient jusqu’au fond de l’estomac. La mentalité de ces créatures était si basse et si peu compatible avec la dignité humaine que le dégoût s’emparait des plus décidés au contact de ces filles. Tout ce que les lupanars des grandes villes avaient de crasseux et de répugnant, tout ce que les trottoirs de Paris, de Marseille et d’ailleurs possédaient de putains et de grues de dix-huitième ordre avait rappliqué en Allemagne […]. Dans ce milieu de dépravés, [les quelques filles de bonne famille] […] sombrèrent rapidement dans le vice et l’immoralité […]. Elles étaient toutes outrageusement maquillées et vêtues très court été comme hiver. « Rien sur les fesses, tout sur la gueule » comme disait un titi parisien. Il est vrai qu’elles ne possédaient pas une garde-robe bien fournie et la plupart n’avaient qu’une jupe et pas toujours une chemise. Nous les méprisions, mais nous les plaignions aussi un peu […]. Nous essayions auprès [d’elles] d’imaginer la vie […] des années passées auprès de femmes respectables, mères ou fiancées. [C]es Françaises n’avaient aucune pudeur et dans les camps mixtes, elles provoquaient et débauchaient les plus sages. Des orgies sans nom se sont déroulées que ma plume refuse à décrire. Leur vocabulaire en aurait remonté aux pires langages des prisons ou casernes. Il y eut évidemment beaucoup de maladies vénériennes en Allemagne […] et beaucoup de camarades en firent la navrante expérience. (Joyon 1957 : 81-83)

18Cet extrait exprime une vision sexuée et contradictoire de la moralité puisque, loin de fuir ces « putains », et malgré une sensation de « dégoût », c’est bien auprès d’elles que l’auteur et ses camarades cherchent le souvenir des « femmes respectables », malgré les maladies vénériennes. À l’usine Volkswagen de Munich, Jacques Évrard rapporte qu’on appelait ces femmes du nom de l’usine, « V.V », c’est-à-dire « volontaires et vérolées » (Évrard 1972 : 460). Or, derrière un discours convenu se dissimule une autre réalité. Ce qui dérangeait les requis, c’était aussi l’impudeur et le maquillage de ces femmes, manières d’afficher une féminité inconnue des ruraux et qui choquait les fils de bonne famille, comme le confirme Robert Deneri :

  • 19 Entretien avec Robert Deneri du 06/03/1998.

— Et quand vous dites « pas d’un meilleur milieu » ?
— Il faut tempérer le jugement d’un garçon de vingt ans qui n’a jamais quitté papa-maman, qui est un garçon sage, et qui, tout d’un coup, se trouve plongé dans un milieu, qui, aujourd’hui, serait considéré comme normal sur le plan sexualité, un mélange complet […]. Quand je dis que le milieu était…, il y a déjà le fait, choquant pour moi, de voir des femmes au milieu de garçons sans beaucoup de pudeur, et grossières dans le langage, disons au moins mal élevées, je ne peux pas porter de jugement sur le milieu.19

19Les prêtres partis assister spirituellement les requis stigmatisent en bloc ces femmes :

Il y avait les femmes, en grande majorité « professionnelles » sur le retour, qui n’arrivaient plus à gagner leur vie en France. Dieu sait la réputation qu’elles ont faite à nos femmes de France là-bas ! (Dillard 1945 : 71)

20Dans un autre passage, Victor Dillard exhorte les hommes à ne pas céder aux tentations en se remémorant la femme laissée au pays et développe une conception du rôle de la femme moralisatrice, proche de celle de Vichy, où le lien entre la terre et la femme est explicite :

N’oublie pas celle que tu as laissée en France. Rien ni personne ne te la rappelle ici. Elle est autrement fine, autrement tournée, autrement sensible que les femmes de par ici. Et elle parle comme on parle chez nous. Les Françaises d’ici ne te la rappelleront pas non plus, pauvres épaves qui représentent si mal notre pays. La tienne ne s’expatrie pas, elle a besoin pour vivre de la terre de chez nous, des paysages de chez nous, du ciel de chez nous. (Dillard 1945 : 71)

21Le jugement de Jean Pélissier sur les « Marie Madeleine » témoigne aussi d’une vision datée qui infantilise la femme, sexe faible soumis à ses pulsions et très influençable :

L’immoralité était bien plus grande parmi les jeunes filles volontaires […]. Plus que l’homme, la femme est sentimentale et impulsive, d’instinct grégaire et soumise aux réactions de son milieu […]. Ce fut une des œuvres capitales de l’Action catholique française d’essayer de soutenir, d’éclairer, d’encadrer, celles qui avaient la volonté de rester pures et de « repêcher » les Marie Madeleine […]. L’une d’elles […] engagée chez un dentiste […] ne peut plus vivre. Elle demande secours à un Français : « Si tu veux, nous vivrons ensemble ! ». (Pélissier 1945 : 93-94)

  • 20 Entretien avec Georges Ferrandon, printemps 2000.

22Les faibles salaires des Françaises favorisent l’établissement de liaisons pour obtenir un soutien moral ou matériel. Georges Ferrandon, à Coblence, confirme que les rares Françaises du Gau, qui n’étaient pas, admet-il en 2000, des « traîne-savates », s’étaient « acoquinées »20 avec des PG ou des travailleurs civils. Ainsi apparaît une autre réalité, qui révèle qu’en Allemagne, les Françaises furent les premières partenaires amoureuses de Français.

  • 21 Soit environ 15 % des procès de Françaises pour motifs « politiques ». Il s’agit pour la quasi-tota (...)
  • 22 Staatsarchiv Würzburg (StaWü), GW 8062387.
  • 23 Deux sont nées en 1917, trois en 1919, une en 1920, une en 1921, une en 1922 et une en 1923.
  • 24 Lettre de la Gestapo de Chemnitz du 20/08/1942 au Volksgerichtshof, AN 40AJ1521.
  • 25 Condamnation de l’AG Braunschweig à l’été 1943, Strafakten Braunschweig, BAMC-Caen.

23En effet, dix-neuf Françaises de notre échantillon judiciaire21 furent traduites en justice pour avoir eu des relations avec des PG. Dans onze cas, il s’agissait de relations intimes. Mais si l’on tient compte des travaux d’Andreas Heusler, la fréquence des relations entre les PG et les travailleuses étrangères était sans doute plus élevée, en raison d’une certaine tolérance des autorités (Heusler 1996 : 399). Dans l’échantillon des Françaises arrêtées par la Gestapo de Wurtzbourg, neuf Françaises sont incarcérées pour avoir fréquenté des PG, soit 13,4 %, mais seule l’une d’elle, une mère de famille de deux enfants vivant séparée de son mari, eut une liaison avec un PG, que la Gestapo punit à l’automne 1944 de trois semaines de camp d’internement22. En majorité, il s’agit de femmes jeunes, âgées de 21 à 26 ans pour neuf d’entre elles23. Seules trois ont dépassé la trentaine. On compte six femmes mariées, dont trois vivent séparées. La plupart sont des femmes de PG, comme Eléonore V., d’origine polonaise, partie dans l’espoir de faire évader son mari. En Allemagne, elle noue une liaison avec un autre PG à qui elle donne le costume apporté pour son mari24. Un procès devant le tribunal d’instance de Brunswick à l’été 1943 permet de mesurer la relative liberté sexuelle qui régissait ces rapports pas toujours exempts de considérations matérielles. Huit Belges et Françaises sont accusées d’avoir entretenu des relations sexuelles avec des PG en 1943. Une Belge est mineure au moment des faits (19 ans), une autre a 21 ans. Trois sont mariées, dont la mineure. Seules quatre femmes n’ont eu des relations qu’avec un PG, alors que deux ont eu deux amants différents, une trois et la dernière quatre. Les quatre femmes qui entretenaient des relations avec plusieurs amants, parfois en même temps, avouent avoir reçu des « cadeaux »25. Les femmes incriminées sont issues de milieux populaires et n’ont plus d’attaches familiales. On peut rappeler la figure de Marguerite, dont se moque Juliette Goublet :

Madame Marguerite avait […] retenu la table où déjà se trouvaient Maurice, Fernand et l’homme qu’elle épouserait bien, en l’occurrence un prisonnier transformé au sourire un peu ironique […]. Ce dernier, épanoui par la première revanche réelle qu’il avait prise sur la captivité depuis quatre ans ou presque dégustait son plaisir : enfin, il avait embrassé une Française ! Il annonça qu’il payait la tournée. (Goublet 1971 : 74)

24Dans les récits de requis apparaissent ces femmes de prisonniers dont la vertu fit parfois long feu. Pierre Auvergne relate qu’une de ces femmes se justifiait d’avoir pris un amant par la difficulté à tenir face à des hommes qui la sollicitaient sans cesse (Auvergne 1995 : 120-123). De même, Jean Edmond relate le cas d’une Bordelaise « dont la fidélité n’a pas tenu longtemps au milieu de cette masse d’hommes jeunes » (Edmond 1996 : 76), tandis que Paul Fourtier décrit une femme de requis :

Depuis peu, une Parisienne est arrivée au Labor. Épanouie, rieuse et bien en chair, Madame Duchemin a voulu suivre ici son mari qu’on a placé à la Dreherei. C’est un homme maigre, pâle, aux traits tirés comme un malade, et qui fait pitié. Cette femme a du mérite […]. Un jour, elle se présente au bras de Joseph, le plus beau spécimen de Guéfangue qu’on puisse trouver au camp […]. C’est ainsi qu’une épouse qu’on croyait modèle, séduite par la carrure d’un beau mâle, délaisse sans vergogne son mari en peine. (Fourtier-Berger 1999 : 261)

25Quelques lettres permettent de mieux cerner ces relations adultères. Le mythe du prisonnier explique en partie l’attraction exercée, comme en témoigne la lettre d’Olga R. à son amant (25 février 1942) dans laquelle elle s’excuse d’avoir embrassé un PG :

  • 26 Condamnation du 26/06/1942 d’Olga R., née en 1920, à une semaine de prison, AN 40AJ1556.

26Chéri ne soit pas jaloux de Roger et surtout, tu as vu sa lettre, je ne lui ai pas écri des baisers et des bécots, lundi, il m’a pris un baiser au dépourvu et je ne pouvais pas refuser, car alors il aurait peut-être pensé que je préférais être embrasser par les Allemands. A un prisonnier, il ne faut rien refuser de m’embrasser, cela lui a fait plaisir car il y a longtemps aussi lui qu’il avait pas bécoter une femme.26

  • 27 « Cela me rappelle cette remarque d’une femme de prisonnier : “Moi, au moins, c’est avec un Françai (...)

27Si le prêtre Victor Dillard était révulsé qu’une femme de PG puisse dire qu’elle trompait son mari, mais au moins avec un Français27, certaines volontaires s’imaginent qu’un refus pourrait donner l’occasion aux PG de croire qu’elles préfèrent donner leur corps aux Allemands. L’expatriation accrédite le soupçon de la trahison, que seul le don de soi à un PG permet de lever. Marguerite M. explique à la police, en octobre 1944, comment elle a cédé à un PG :

  • 28 Traduction du rapport d’interrogatoire de Marguerite M., StaWü, GW 8062740.

28Au début de la campagne de Russie, mon mari est parti volontaire dans la LVF [Légion des volontaires français]. J’ai été employée comme femme de ménage dans divers organismes allemands […]. Je vis séparée de mon mari. Je suis sortie souvent avec l’inspecteur de la poste aérienne de Reims qui m’a encouragée à venir ici. Là-bas, j’ai été attaquée de différentes parts par mes compatriotes en raison de mon engagement pour l’Allemagne. Je n’aime pas les Anglo-Américains et je ne sais ce qu’ils m’auraient fait lors de leur entrée à Reims […]. J’ai eu des relations avec le PG N. par pitié, car il est depuis longtemps loin de sa patrie.28

29Le passage d’un amant civil à un PG peut aussi avoir pour origine la jalousie, comme l’avoue Thérèse K. :

  • 29 Interrogatoire de Thérèse K., condamnée à 35 RM d’amende par l’Amtsgericht d’Ebingen, AN 40AJ1554.

30J’ai hébergé un certain temps Pierre M. avec lequel j’entretenais une liaison […]. J’avais aussi fréquemment dans ma chambre des relations sexuelles avec le PG Ernest F. […]. Je l’ai fait parce que M. sortait avec d’autres Françaises et que nous nous disputions à ce sujet. Il avait promis de m’épouser.29

31La lettre qu’envoie Madeleine D. à Victor, PG d’Hammerau, en août 1942, est un bon témoignage de la nature des relations amoureuses entre volontaires et PG :

Vic chéri je t’aime et je passerai quand même sur les Sophie ne croit pas que je ne soit pas jalouse si, mais mon amour pour toi est audessus de toutes ces petites mesquineries de la vie. La peine que j’ai ressentie en apprenant l’histoire avec Sophie ma mûrit […] je lutterais pour conserver ton amour et surtout pour le mériter tu vaut tellement mieux que moi […]. Parlont un peu de ce que jai fait depuis le Hollandais et bien cela à durer un mois pas plus et ça na jamais été loin. Le jour où je lai connu il ma demander d’aller à l’hotel j’ai refuser je te le jure sur la tête de ma mère. Il a compris alors il à cherché un privé pour moi que lui aurait payer […] tous les jours je mangais au restaurant avec lui en compagnie de la J. qui elle fréquentais son meilleur ami […]. C’était deux hommes correcte il ni a jamais rien eu entre nous jusqu’au jour ou décidé de rompre je ne voulais plus sortir avec c’était jouer avec le feu et surtout pas chic de ma part […] c’est J. qui ma fait savoir pour la Belge je ne lui parlait pas un jour je trouve sur mon lit une lettre qu’elle avait reçut de Germaine S. dans laquelle elle lui disait que tu fréquentais – je ne la nomme pas mais surtout qu’il ne fallait pas me le dire que j’aurais trop de chagrin […] mon Père est malade et maman a dit que si je ne rentre pas bientôt à la maison elle ne resisterat pas au chagrin et que c’est une dépêche qui me ferait revenir je lui ai écris aussitôt une grande lettre car ma maman c’est comme un grand amour c’est fragile il faut faire attention de ne pas la perdre.

  • 30 « Les jeunes filles séparées de leur famille, de leur milieu, sans ressources, le cœur vide, sont p (...)

32Cette lettre traduit, au-delà des sentiments en jeu, les multiples tentations et la méfiance qui régissait ces rapports. Il faut souligner la dévalorisation de soi (« tu vaut tellement mieux que moi ») qui justifie que la volontaire oublie les flirts de son amant avec une Sophie, une Belge et une Germaine, afin de le « mériter ». Si elle ne cache pas qu’elle a été courtisée par un Hollandais, elle prétend ne lui avoir jamais cédé, même si ce dernier cherchait à lui offrir un privé. Cet exemple prouve que l’aspect matériel était déterminant, le paiement, par l’homme, des sorties, voire du logement de la « fiancée » étant perçu comme normal30.

33Les lettres de rupture offrent un aperçu de l’horizon moral perturbé dans lequel évoluaient certains PG. La lettre qu’envoie Paul X. à Jacqueline C., en mai 1942, confirme le caractère éphémère de ces liaisons et l’impossibilité, pour le PG, à admettre qu’il a été quitté. Cette missive traduit à la fois la dissimulation, par les PG, de leur statut marital et leur mépris à l’égard des Françaises qu’ils essaient de séduire, la notion de devoir conjugal venant, bien tardivement, sauvegarder la morale du mariage après la rupture :

  • 31 Staatsarchiv München, SG M 11573

Alors il paraît que vous ne voulez plus me voir ; cela est épatant car j’avait l’intention de casser toutes relations avec vous […] mais j’espérais arriver à un résultat positif avec vous ce qui a reculé les choses […] ne me deviez-vous pas un petit merci pour vos chaussures ? Je suis navré de vous rappellé a la plus élémentaire politesse […] vous savez depuis un moment je n’étais plus votre dupe […] la comédie ayant assez duré. En effet par des indiscrétions commisent par certaines de vos copines jalouses certainement j’étais au courant de vos occupations sentimentales a Hammerau les Gaston L. et Albert M. et j’en passe n’avaient plus de secrets pour moi […] je dois vous avouer que je n’ai pas toujours été sincère avec vous ; je m’explique je vous ai écrit on ne brise pas facilement les liens du passé ; […] voici quels étaient ces liens : je suis marié depuis le 26 janvier 1940 et de plus père d’une délicieuse fillette qui aura deux ans le 17 octobre par conséquent l’amour que je vous ai avoué n’a été que le désir qu’on éprouve pour une jolie fille car soyez sûre que mon cœur est resté en France ; je connais mes devoirs. Ci-joint votre photo j’espère que vous aurez la gentillesse de me renvoyer la mienne […] Je vous quitte sans rancune et vous serre cordialement la main.31

34Le ressentiment envers l’ancienne maîtresse est partagé par tous ceux qui subissent une rupture. Le poème de R. Bernel, L’Infidèle, rédigé en mars 1944, mentionne « l’amour sans patrie » et le poète qualifie son ancienne amante de « catin » (Bernel, Fallotin 1946 : 24). Une autre lettre de rupture de décembre 1943 synthétise tous les reproches que PG ou requis adressaient aux volontaires françaises :

  • 32 Lettre du PG Albert H. à Marguerite V., née en 1922. Celle-ci fut condamnée à un an et demi de trav (...)

35J’éprouve le besoin de t’écrire pour t’avouer que ta conduite m’est profondément odieuse […] ce que je ne puis tolérer, c’est que tu as eu l’audace de me faire parvenir mon pantalon par l’intermédiaire d’un autre. Je ne suis pas un entremetteur, mais encore moins un souteneur. J’ai de la dignité […] que toi tu foules a tes pieds […] maintenant, j’ai du dégoût […] de moi-même, jugeant ta conduite, je me demande s’il est possible que je sois tomber si bas d’un seul coup […] tu es égoïste et menteuse au dernier degré et j’arrive même à douter de tes larmes […] au pays tu as une bonne maman et une famille honnête, pour eux, il faut que tu te ratrappe, il faut que tu t’effaces de la société trouble ou tu vies, et pour cela il t’est facile de couper tous les ponts qui préparent ta chute au ruisseau. Je sais, la guerre est horrible, mais pense qu’en France, des mamans, des sœurs, des femmes, et des fiancées sont rester honnêtes malgrés tout. Que beaucoup d’autres on chuter puis ont remonter la terrible pente vicieuse ou tu t’enlises un peu plus chaque jour. Quel plaisir éprouves tu à jouer ce rôle ignoble dans l’entourage des PG qui eux ne voient que ton sexe ? […] J’avais entrepri le roman, je l’abandonne, la fin serait trop lamentable […] je pense aussi que tu es Française et que ta conduite chez l’ennemi a son importance.32

  • 33 « Henriette, une Belge […] de quatre ans mon aînée […] venait me rejoindre deux fois par semaine [… (...)
  • 34 « Comme on changeait souvent de partenaire, je craignais les maladies vénériennes. Alors je me suis (...)

36Alors que les hommes profitent de la fragilité économique et sentimentale de ces filles, pour obtenir leur faveur, ils n’hésitent pas, après la rupture, à s’arroger un rôle de censeur moral, où tous les lieux communs, notamment le reproche de l’expatriation, sont repris. Le volontaire Joël Malucelli subit la même déception, qui découvre que sa maîtresse belge rend visite aux PG des environs. S’il accepte de reprendre la relation, il souligne que cette liaison temporaire n’était destinée qu’à atténuer les affres de la vie quotidienne33. L’ouvrier Moullet-Echarlod confirme que « les familles à la mode d’Allemagne […] n’étaient pas faites pour durer » (Moullet-Echarlod 1978 : 404-409). D’après Joël Malucelli, « on changeait souvent de partenaire » chez les volontaires, ce qui l’avait convaincu, par peur des maladies vénériennes, à se chercher une partenaire fixe34. Pour Yves Clavel, les rapports physiques permettaient surtout de se sentir vivant :

Comme tous les soirs, j’y avais rencontré des camarades Français des deux sexes. Nous nous mettions à la même table […] pour nous serrer de plus près autour d’une jolie fille de notre pays. Nous l’entreprenions tout de suite en propos égrillards, ou gaulois […]. Puis nous l’invitions à sortir avec l’élu d’entre nous pour la mener au bal à Moritzplatz, au cinéma ; et son favori ne tardait pas à la « sauter » contre un mur… Car, entre compatriotes sur une terre étrangère à cette époque-là, il n’y avait pas de temps à perdre pour satisfaire un désir amoureux, quand il se dénotait réciproque ! Muqueuse et tumescence, c’était l’affaire d’une convenance intime. Nous voulions tous profiter de la vie […] parce que nous traînions la même vie, comme des bêtes sous le joug ! (Clavel 1967 : 14)

37On retrouve le même désir physique brut dans le roman d’Yves Bertho, où le narrateur fait la connaissance de Françaises dans un café mal famé de Brême. Les débits de boisson faisaient office de lieu de rencontres où les idylles se nouaient rapidement :

Contre sa cuisse, il sentait la pression chaude de la cuisse de sa voisine. Rien n’était plus violent que d’y céder ensemble […]. Il se raccrocha maladroitement au bras nu de la fille qui s’exclama : « Ah ! Dites donc, c’est formidable comme vous avez les mains douces ! » […] Ces dames l’observèrent comme elles eussent considéré un jeune chiot, on se serra contre lui. Pierre protesta qu’il ne savait plus où mettre ses mains. « Mets les lui au panier » dit la vieille […]. Sur sa bouche, la tache rouge du maquillage semblait un raccord de peinture loupé. Brusquement, elle arrêta son débit : « Quoi ? Qu’est-ce que j’ai ? Ma gueule elle ne te plaît pas ? » […] Il sentit la main de Raymonde sur sa cuisse, elle se pencha : « On sort après dis ? ». La main était posée sur son pantalon, lourde, chaude […]. Il regarda Raymonde : un visage assez joli, pas fané, jeune même, mais sans candeur. (Bertho 1976 : 78-81)

  • 35 « Des copines françaises, c’est plutôt rare. La mienne est belge. » (Entretien avec Pierre Saka du (...)

38Dans leurs témoignages, les requis ont plus de mal à avouer ces amours et disent avoir préféré les Belges35. Le désir physique prime et les maîtresses sont parfois méprisées, comme pour l’instituteur Robert Lesaffre :

Marie-Rose […] semblait avoir poussé à l’ombre […]. Elle avait manifestement laissé son esprit en friche et tout portait à croire qu’ils n’auraient pas grand-chose à se dire […]. Impatient d’en finir, Marcel lui proposa une équipée […]. Une fois dans la place et après les préparatifs d’usage réduits à l’essentiel, le jeune homme dut se rendre à l’évidence : la petite donzelle était vierge ! Elle surmonta cette particularité sans se départir jamais de sa sereine mollesse, au point que le garçon en conçut un certain dépit. (Lesaffre 1986 : 145)

  • 36 Réponse de G. Vasseux du 14/09/1998, p. 5.
  • 37 « Celui qui lui avait été présenté comme un ami de la mère était un Gefang plus jeune qu’elle […]. (...)

39Aussi, lorsqu’il est remplacé après son retour de prison, l’instituteur n’en conçoit pas d’amertume et écrit que « la gamine était passée dans sa vie sans laisser de trace » (Lesaffre 1986 : 171). Leurs maîtresses sont parfois plus âgées que les requis. Gabriel Vasseux eut des « relations épisodiques » avec une trentenaire, mère divorcée, dont il souligne, en 1998, qu’elle n’était « pas une pute », mais un « sacré caractère »36. Ce décalage inversé dans l’âge, récurrent37, permet de comprendre une partie de l’incongruité des liaisons de guerre.

40Pour certains hommes, le plus intolérable était moins l’inconstance des amours que la remise en cause de leur rôle dominant. Georges Moullet-Echarlod décrit des relations qui font de la femme, en raison de la surabondance des hommes, la maîtresse de ses choix. Il est ainsi éberlué d’être sollicité par une volontaire qui pousse la complaisance jusqu’à lui offrir des cigarettes :

Décidément, il aurait tout vu sur cette terre d’Allemagne, dans cet univers particulier des Ausländer ou plus rien n’avait de sens ni de valeur […]. Au sein de cet immense creuset […] où tous les instincts, toutes les passions se trouvaient libérés, la femelle, objet de convoitise détenant toujours la décision, se livrait à la chasse à l’homme, disposant de certaines possibilités […] pour faire pencher une décision […]. La faim en était une, elle pouvait choisir qui partagerait sa couche, celle-là était libre de sa décision et tenait à conserver son indépendance. Il y avait celles qui cherchaient une protection auprès du mâle de leur choix qui les mettrait à l’abri des poursuites et sollicitations des autres, qui respectaient la règle tacite qui s’était instaurée dans ce monde à part qu’était le leur. Et il y avait les autres, pour qui cette aventure était une occasion qui ne se reproduirait plus […]. Les […] filles dévisageaient les mâles avec un regard effronté, accompagné […] quelquefois de coups d’œil engageants, assises sur un banc, attendant que leur mâle […] vienne les rejoindre. (Moullet-Echarlod 1978 : 394-397)

  • 38 « Petit animal sensuel décidé de prendre à la vie présente tout ce qu’elle peut lui donner […], Jea (...)

41Le transfert de la liberté de choix du partenaire de l’homme à la femme, qui place les hommes dans la position inconnue d’accorder leurs faveurs38, entraîne un tel bouleversement des codes moraux et genrés que beaucoup ont du mal à se raccrocher aux anciennes valeurs. Les prêtres catholiques en Allemagne sont désespérés par l’abandon de la morale du mariage. Unanimes, ils dénoncent une « frénésie de jouissance sexuelle » et une « atmosphère d’amoralisme complet » (Perrin 1945 : 226-233). Cependant, l’inversion des relations de genre n’est pas complète. En effet, certaines jeunes filles ne cherchent un « fiancé » que pour être tranquilles et se mettre à l’abri de la sollicitation permanente des hommes, ce qui correspond tout à fait à un schéma classique de domination masculine, tandis que l’argument matériel avantage le plus souvent les hommes, mieux rémunérés.

La parole des réprouvées : mémoire dominante et paroles singulières

42La parole de ces femmes a longtemps été inaudible pour l’opinion publique, parce que scandaleuse ou trop en décalage par rapport à la mémoire collective. Les deux premiers témoignages, parus dans les années cinquante, sont d’ailleurs publiés, l’un par une femme de PG, Régina Wallet, partie « par amour », l’autre par une prostituée, Marie-Thérèse. Ces deux livres, loin de proposer une vision alternative, plus nuancée, de la guerre, corroborent en réalité la stigmatisation de l’expatriation féminine – comme s’il eût été impossible de publier autre chose. Ainsi, la première reproduit le jugement dominant assimilant ses compagnes d’exil à des prostituées, même si elle place ce discours dans la bouche d’un volontaire homme :

Il y a aussi des cafés français, mais nos filles s’y tiennent si mal qu’on a honte pour elles et qu’on préfère aller ailleurs. Ah, ces créatures, soupire-t-il ! On dirait qu’un égout les a déversées là… Et l’on nous juge ici sur une telle engeance. Il y a pourtant de si belles filles chez nous et tant d’honnêtes ! Seulement celles-là… Elles ne vont pas travailler en Allemagne ! (Wallet 1953 : 39)

  • 39 Avocate, membre des Jeunes de l’Europe Nouvelle, elle part volontaire en Allemagne en mars-avril 19 (...)

43En 1971 encore, l’avocate Juliette Goublet39, en évoquant la fermeture des maisons closes du vieux Port de Marseille, conforte l’assimilation de la volontaire à la prostituée :

On a vu arriver ici la semaine dernière, les transfuges des maisons closes de votre fameux port de Marseille et du quartier réservé que nous venons de faire sauter. En pareil cas, la vermine va chez le voisin. (Goublet 1971 : 178)

  • 40 « Chaque soir, je rentrais bien sage à la maison, comme une vraie petite femme qui attend son époux (...)

44Le récit de Marie-Thérèse, Vie d’une prostituée, qui paraît entre 1947 et 1948 dans Les Temps Modernes, avant d’être publié sous le manteau en version intégrale, conforte le mythe en le personnalisant. La motivation de son départ est simple : « J’avais marre de Julot. J’ai donc fait faire un contrat pour l’Allemagne ». Elle ne s’estime pas un cas isolé, mais transforme son départ en acte d’indépendance vis-à-vis de la sujétion masculine : « combien qu’il y en avait de Françaises à Berlin, qui étaient venues volontaires en Allemagne pour pouvoir laisser leur Julot, vu qu’en France ça n’aurait jamais été possible » (Marie-Thérèse 1993 : 76). Après avoir partagé, la première nuit, la couche du responsable de la cantine, elle ne cache pas que les autres femmes l’ont traitée « de tous les noms » (57). De même, en Allemagne, elle se place sous la protection de Paul, condamné en France pour marché noir, « pour repérer où tout se trouvait, les bons coins pour gagner un peu plus de pognon » (59), puis fait « deux ou trois passes » l’après-midi. Devant la difficulté à trouver un logement, elle se met « en ménage » avec une prostituée allemande. Envers les hommes, elle affirme sa préférence pour une relation monnayée, puisque, qu’elle en réclame ou non, elle fait l’objet de la même condamnation : « Coucher avec un homme à l’œil, enfin pour rien, il se dit la même chose sur vous : celle-là, c’est une putain, que si vous faites payer, il vous juge comme une putain. Oui, mais maligne » (66). Elle revendique aussi son indépendance amoureuse, se moquant d’un Allemand qui voulait l’épouser : « Oh ! Que les hommes sont cornichons ! Que les femmes peuvent leur mettre plein la tête de tout ce qu’elles veulent » (74). Elle profite néanmoins matériellement de la situation en se faisant héberger par la famille d’un soldat40. Vis-à-vis des autres femmes, Marie-Thérèse s’estime bien lotie : « à côté de certaines Françaises, j’étais bien habillée et des chaussures avec des talons aiguilles, les chaussures à la mode pour les putains » (72).

  • 41 « Les prisonniers de guerre français qui travaillaient dans l’usine rencontraient les Françaises da (...)
  • 42 « Depuis que ma sœur avait perdu sa virginité, nous ne nous voyions presque plus » (Le Bobinnec 200 (...)

45Les autres récits, parus plus récemment, prennent davantage leur distance avec ces lieux communs, même si toutes les femmes tentent de laver la tache originelle liée à leur départ. Le récit de la journaliste française partie à l’été 1944, publié par Philippe Randa, se distingue en ce que la narratrice fréquente surtout des Allemands. Le genre est exclusivement abordé par le biais des viols qu’elle aurait subis des soldats de l’Armée Rouge. Toutefois, leur nombre et le positionnement à l’extrême-droite des éditions Dualpha laissent peser un doute sur la crédibilité du témoignage (Randa 2000 : 100-168). Le récit d’Odette Chambroux est surtout marqué par le viol de son père dont elle est victime à l’âge de quatorze ans et par l’avortement qui en résulte. Les hommes sont absents de son récit, hormis par le biais de figures protectrices : un soldat canadien et un officier américain qui l’engage comme cuisinière (Chambroux 1990 : 109). À l’inverse, Chantal Le Bobinnec, qui accompagna à l’âge de 18 ans sa mère et sa sœur en Allemagne, admet la fréquence des relations amicales ou amoureuses avec les PG41 et nie leur stigmatisation : « Ils savaient […] que les Françaises étaient venues de leur plein gré en Allemagne, mais ils ne paraissaient pas nous en tenir rigueur. Je n’ai jamais entendu la moindre réflexion à ce sujet » (Le Bobinnec 2008 : 65). Pour autant, elle « se sentait coupable d’être en Allemagne » et éprouvait le sentiment de « se racheter » en ravitaillant un prisonnier (80). Si sa sœur de 15 ans s’émancipe en nouant une idylle avec le « chef des Russes », la narratrice rejette cette forme de sujétion42. Pour autant, elle suit ses camarades, va danser les dimanches dans un camp d’hommes et noue une relation avec un requis. Elle confirme que la femme choisissait son compagnon et en changeait quand elle voulait :

Même Cadie, la belge édentée […] jetait avec désinvolture son bonnet par-dessus les moulins comme s’il avait vingt ans. Les hommes étaient nombreux, aussi pouvaient-elles choisir à leur guise. Une évidence s’imposait : les pauvres Henri et Georg étaient cocus. Henri n’acceptait pas la situation […] Yvonne […] revint […] avec un magnifique œil au beurre noir. (87)

46Changée de camp, elle fait la connaissance de nouvelles Françaises dont elle réprouve la liberté sexuelle au point de reprendre le discours moralisateur des hommes :

Dès le début, la baraque des Françaises devint un lupanar. Et comme c’était gratuit, les hommes s’y bousculaient et quelques-uns y passaient la nuit. Elles baisaient comme des chiennes… à tout va… avec n’importe qui… Je ne faisais aucune réflexion […] mais mon comportement était indifférent et cette différence les gênait. Mathilde […] avait rejoint ses compagnes ukrainiennes pour se protéger des hommes en rut. (94)

47Cette atmosphère de licence sexuelle l’inquiète au point qu’elle dort « un œil ouvert » et redoute « de [se] faire violer par cette bande d’excités » (94), ce qui nuance l’idée d’une inversion des relations de genre. Violentée par l’ami d’une camarade, elle se sauve de la situation en se prétendant lesbienne, ce qui lui vaut des insultes et une gifle. Avant la Libération, redoutant l’épuration, elle se place sous la protection d’un nouvel ami (143). Toutefois, c’est en France qu’elle est malmenée par de jeunes officiers FFI qui cherchent à lui faire avouer qu’elle est partie avec un Boche, la giflent et la traitent de « salope » et de « putain » (149).

Conclusion

48L’écriture des souvenirs des Français présents en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale, tant hommes que femmes, reste avant tout marquée par l’horizon d’attentes du lectorat, fortement imprégné par la mémoire résistancialiste gaullienne. Aussi l’assimilation de la volontaire à une prostituée perdure-t-elle jusqu’à aujourd’hui, même si les récits des trente dernières années nuancent davantage le propos et concèdent avec prudence des éléments d’inversion de l’identité de genre. Dans les récits de femmes, le souci de se dédouaner à titre individuel et de se démarquer du reste du groupe des femmes est un invariant qui témoigne de l’intégration, par les auteures, du poids de la réprobation sociale. Ainsi, les femmes volontaires paraissent, parmi les multiples catégories de la Seconde Guerre mondiale, stigmatisées pour avoir fait le « mauvais choix », particulièrement soumises à des préjugés moraux, d’autant qu’elles ne peuvent pas accorder à leur départ une dimension politique, parfois plus aisément « excusée ». Lié au mythe de la « traite des Blanches », le mythe de la volontaire-prostituée met en jeu à la fois les fantasmes collectifs liés à l’expatriation féminine et sa condamnation, illustrée par la vague de tontes de l’été 1945.

Bibliography

Auvergne, Pierre (1995) : Travail forcé chez Hermann Goering. Imprimé fourni par M. G. Wacheul.

Bazin, Charles-Henri-Guy (1986) : Déporté du travail à la BMW Eisenach 1943-1945. Cubnezais.

Bernel, René et André Fallotin (1946) : Années de sacrifice. Clermont-Ferrand.

Bertho, Yves (1976) : Ingrid. Paris (Gallimard).

Bories-Sawala, Helga (1996) : Franzosen im Reichseinsatz, 3 vols. Francfort/M. (Peter Lang).

Chambroux, Odette (1990) : L’exilée. Les Monédières (Lucien Souny).

Clavel, Yves (1967) : Les amants de guerre – Odyssée d’un Français à Berlin. Paris (Promotion et Édition).

Destenay, Pierre (1948) : Babel Germanique. Nancy (Berger-Levrault).

Dillard, Victor, Révérend Père (1945) : Suprêmes témoignages. Paris (Spes).

Edmond, Jean ([1996] 2000) : La vie en Allemagne nazie 1943-1945 – c’est là que j’étais. Récit rédigé en 1996, mis en ligne sur le web en 2000 et déposé à l’IHTP [ARC 067].

Évrard, Jacques (1972) : La déportation des travailleurs français dans le IIIe Reich. Paris.

Fourtier-Berger, Paul (1999) : Nuits bavaroises ou les désarrois d’un STO. Reims (P. Fourtier-Berger).

Goublet, Juliette (1971) : Oder-Neisse 43 – Les cahiers de Sœur Gertrude. Aurillac (Édition du Centre).

Heusler, Andreas (1996) : Ausländereinsatz – Zwangsarbeit für die Münchner Kriegswirtschaft 1939-1945. Munich (Hugendubel).

Joyon, Charles (1957) : Qu’as-tu fait de ta jeunesse ? Paris (Renée Lacoste).

Klein, Charles (1973) : Le diocèse des barbelés. Paris (Fayard).

Le Bobinnec, Chantal (2008) : Ma drôle de guerre à 18 ans – Allemagne 1942-1945. Paris (Éd. de Paris).

Le Bonniec, Louis (1947) : Dans le vent de l’est. Rennes.

Lesaffre, Robert (1986) : Des bruyères d’Auvergne aux ronces du STO. Paris (Les Lettres Libres).

Malucelli, Joël (1991) : De l’aube au crépuscule. Paris (La pensée universelle).

Marie-Thérèse (1993) : Vie d’une prostituée. Paris (Joëlle Losfeld).

Moullet-Echarlod, Georges (1978) : La faim au ventre – STO. Paris (La pensée universelle).

Pélissier, Jean (1945) : Si la Gestapo avait su ! Paris (Bonne Presse).

Perrin, Henri (1945) : Journal d’un prêtre-ouvrier en Allemagne. Paris.

Quellien, Jean (2001) : Opinions et comportements politiques dans le Calvados sous l’occupation allemande. Caen.

Randa, Philippe (2000) : Une Française dans la tourmente – Berlin 1944-1945. Paris (Dualpha).

Saka, Pierre (2003) : Lager 38. Tapuscrit.

Vigne, Georges (1942) : J’ai vu les ouvriers français en Allemagne. Paris.

Virgili, Fabrice (2000) : La France « virile » – des femmes tondues sous l’occupation. Paris (Payot).

Wallet, Régina (1953) : J’aimais un prisonnier. Paris (André Bonne).

Autres sources

Entretien avec Robert Deneri (06/03/1998), élève-polytechnicien né en 1922, déporté à Sachsenhausen.

Entretien avec Georges Ferrandon (printemps 2000), prisonnier devenu adjoint du délégué de Coblence.

Entretien avec Pierre Saka (18/11/2004).

Réponse de Gabriel Vasseux à notre questionnaire (14/09/1998).

Notes

1 Directives du MBF du 22/12/1940, AN 40AJ862.

2 Abschlussbericht – Hauptabteilung Arbeit bei dem MBHF, AN 40AJ846.

3 Meldungen aus dem Reich, 04/02/1943, BA R58/185

4 CGMOFA et Secours National, AN 40AJ863.

5 AN 40AJ552.

6 Directeur du CGMOFA, devenu en 1944 commissariat général à l’Action sociale pour les Français travaillant en Allemagne.

7 Lettre de l’amiral Platon du 26/08/1942 à G. Bruneton, AN 40AJ862.

8 L’auteur pourrait en être Adrienne Weill ou son amie le Dr Suzanne Lerin, spécialiste des maladies mentales.

9 Dossier Jeunes femmes déportées, AN 9F3283.

10 Selon l’auteur, un élément positif du séjour outre-Rhin est le fait que « les femmes [y] ont exercé un métier [qui] facilitera leur reclassement professionnel […]. Le plus grand nombre travaillait en usine et y a acquis une véritable technique. Il y a maintenant parmi elles des métallurgistes, des fraiseuses. Ce peut être là un élément favorable à leur “récupération morale et sociale” ». Résumé des études sur les femmes, AN 9F3283.

11 Dans d’autres notes du 6 décembre 1944, la commission consultative note qu’une élite se distingue de la masse et cite « Léo Pierra » (sic) [Léontine Pierart], militante jociste à Berlin, AN 9F3283.

12 Lettre d’Adrienne Weill du 16/11/1944 au docteur Coigny, AN 9F3283.

13 Dans une lettre du 14/11/1944 à A. Weill, le colonel Garteiser de la Croix-Rouge française nie que les Françaises aient pu être mises en maisons de prostitution comme pour d’autres nationalités, AN 9F3283.

14 Note d’Adrienne Weill du 20/11/1944 sur les travaux poursuivis à Londres par l’UNRRA, AN 9F3283.

15 Préparation du retour des jeunes femmes actuellement en Allemagne, AN 9F3283.

16 Notes manuscrites du 13/12/1944, AN 9F3283.

17 Rapport relatif aux femmes rapatriées d’Allemagne. Le supérieur hiérarchique a inscrit « NON » en face de la suggestion d’un internement en « camp spécial », AN 9F3291.

18 Lettre du responsable de la mission en Allemagne à Mme le Dr Thuillier-Landry du 21/11/1944, AN 9F3283.

19 Entretien avec Robert Deneri du 06/03/1998.

20 Entretien avec Georges Ferrandon, printemps 2000.

21 Soit environ 15 % des procès de Françaises pour motifs « politiques ». Il s’agit pour la quasi-totalité de procès auprès des tribunaux spéciaux et tribunaux de grande instance.

22 Staatsarchiv Würzburg (StaWü), GW 8062387.

23 Deux sont nées en 1917, trois en 1919, une en 1920, une en 1921, une en 1922 et une en 1923.

24 Lettre de la Gestapo de Chemnitz du 20/08/1942 au Volksgerichtshof, AN 40AJ1521.

25 Condamnation de l’AG Braunschweig à l’été 1943, Strafakten Braunschweig, BAMC-Caen.

26 Condamnation du 26/06/1942 d’Olga R., née en 1920, à une semaine de prison, AN 40AJ1556.

27 « Cela me rappelle cette remarque d’une femme de prisonnier : “Moi, au moins, c’est avec un Français”. On a son honneur, n’est-ce pas ? » (Dillard 1945 : 24).

28 Traduction du rapport d’interrogatoire de Marguerite M., StaWü, GW 8062740.

29 Interrogatoire de Thérèse K., condamnée à 35 RM d’amende par l’Amtsgericht d’Ebingen, AN 40AJ1554.

30 « Les jeunes filles séparées de leur famille, de leur milieu, sans ressources, le cœur vide, sont particulièrement vulnérables. Sans doute trouvent-elles rapidement et facilement un “protecteur”, mais dont le dévouement, n’est, hélas, pas désintéressé. » (Pélissier 1945 : 45)

31 Staatsarchiv München, SG M 11573

32 Lettre du PG Albert H. à Marguerite V., née en 1922. Celle-ci fut condamnée à un an et demi de travaux forcés par le SG de Francfort en juin 1944 pour fréquentation illégale de PG, AN 40AJ1546.

33 « Henriette, une Belge […] de quatre ans mon aînée […] venait me rejoindre deux fois par semaine […] Certains dimanches […] elle s’absentait […] j’appris par une de ses “amies” qu’[…]elle rendait visite […] à des PG […]. Bouleversé et choqué […] je lui écrivis une lettre de rupture […]. Je me suis laissé attendrir par la scène de larmes […]. Quelque chose s’était brisé en moi […]. Nous décidâmes de rester en ensemble jusqu’à la fin de la guerre » (Malucelli 1991 : 30-31).

34 « Comme on changeait souvent de partenaire, je craignais les maladies vénériennes. Alors je me suis dit “choisis-toi une bonne petite femme agréable pour vivre ensemble” » (Malucelli 1991 : 30-31).

35 « Des copines françaises, c’est plutôt rare. La mienne est belge. » (Entretien avec Pierre Saka du 18 novembre 2004). Voir aussi Saka 2003 : 11.

36 Réponse de G. Vasseux du 14/09/1998, p. 5.

37 « Celui qui lui avait été présenté comme un ami de la mère était un Gefang plus jeune qu’elle […]. Un des beaux-pères à la mode de l’Allemagne. » (Moullet-Echarlod 1978 : 404-409).

38 « Petit animal sensuel décidé de prendre à la vie présente tout ce qu’elle peut lui donner […], Jeannette s’était serrée tout contre lui, enhardie par l’obscurité elle l’embrassait goulûment […]. Ce moment, c’était le paiement du repas. » (Moullet-Echarlod 1978 : 404-409)

39 Avocate, membre des Jeunes de l’Europe Nouvelle, elle part volontaire en Allemagne en mars-avril 1943 et fait, à cette occasion, la couverture de journaux de collaboration en partant en tenue de religieuse. Elle revient en France en septembre 1943 et est condamnée pour dénonciations à cinq années de travaux forcés à la Libération par la cour de justice de la Seine en mars 1945. AN, Z6-131 dossier 365.

40 « Chaque soir, je rentrais bien sage à la maison, comme une vraie petite femme qui attend son époux parti à la guerre. » (Marie-Thérèse 1993 : 74)

41 « Les prisonniers de guerre français qui travaillaient dans l’usine rencontraient les Françaises dans les ateliers. Ils étaient très heureux de pouvoir bavarder avec nous. Tout de suite se noua une idylle entre Henri et Yvonne » (Le Bobinnec 2008 : 65).

42 « Depuis que ma sœur avait perdu sa virginité, nous ne nous voyions presque plus » (Le Bobinnec 2008 : 84).

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Terms of use: http://www.openedition.org/6540

Search OpenEdition Search

You will be redirected to OpenEdition Search