Desktop versionMobile Version

Le Lieu du genre

 | 
Patrick Farges
, 
Cécile Chamayou-Kuhn
, 
Perin Emel Yavuz

Introduction : Agencements/arrangements de genre

La narration comme espace performatif du genre

Patrick Farges, Cécile Chamayou-Kuhn und Emel Yavuz

Volltext

  • 1 Cette liste n’est pas exhaustive et, surtout, elle est en pleine évolution. En témoigne notamment l (...)

1Si le questionnement du (des) genre(s) a émergé relativement récemment en France, il constitue en revanche l’un des axes fondamentaux d’analyse de la culture et de la société dans la recherche germanophone, souvent plus avancée sur le sujet. Et tandis que divers départements ou centres de recherche interdisciplinaires leur sont consacrés dans les universités allemandes, les « études de genre » (Gender Studies) demeurent encore sous-représentées en France, puisqu’elles sont essentiellement regroupées sur trois sites : 1o/ Paris, avec le « Centre d’enseignement et de recherches pour les études féministes » de l’université Denis Diderot Paris 7, le centre « Genre et Sciences sociales » à L’école des hautes études en sciences sociales (EHESS), le « Centre d’études féministes et de genre » à l’université Vincennes Saint-Denis Paris 8 et l’Institut Émilie du Châtelet (IEC) ; 2o/ Toulouse, avec le « Portail genre » de l’université Toulouse II – Le Mirail et « L’équipe d’accueil Simone Sagesse » dans la même université ; et enfin 3o/ Lyon, avec le « Centre Louise Labé » de l’université Louis Lumière Lyon 21.

  • 2 C’est également cet aspect institutionnel que met en avant Anna De Biasio dans un numéro récent de (...)
  • 3 Signalons notamment deux projets innovants soutenus par le Conseil scientifique de la Sorbonne nouv (...)

2Comme pour tout autre champ scientifique que l’on peut qualifier d’« émergent », la question de l’institutionnalisation des « études de genre » – ou tout du moins du positionnement des institutions universitaires par rapport à elles – revêt une importance capitale2. Alors que l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 vient de fêter ses 40 années d’existence, diverses manifestations récentes (colloques et journées d’études, projets innovants, tables rondes, réflexions d’ordre pédagogique), semblent aller dans le sens d’une installation plus durable des « études de genre » dans le paysage scientifique et pédagogique de cette université3. Ce « Gender Turn » doit d’autant plus être salué qu’il trouvera sans conteste une forte résonance chez les nouveaux partenaires institutionnels de la Sorbonne nouvelle au sein du Pôle de recherche et d’enseignement supérieur (PRES) « Sorbonne Paris Cité ». C’est donc dans ce contexte favorable que nous souhaitons, par la présente publication, apporter une contribution à la sédimentation des « études de genre » à la Sorbonne nouvelle – Paris 3.

3C’est du constat d’un déséquilibre entre les recherches francophone et germanophone – dans le contexte d’une réception différenciée de la recherche anglo-saxonne de part et d’autre du Rhin – qu’est née l’idée d’une réflexion pluridisciplinaire sur la thématique des genres sexuels dans une perspective franco-allemande. Comment en effet expliquer ce retard pris par la recherche en France, quand on sait que les « Gender Studies » sont le résultat d’une évolution épistémologique rendue possible par l’émergence des mouvements féministes qui, dans les années 1970, se revendiquaient explicitement de Simone de Beauvoir, reprenant en chœur sa célèbre formule : « On ne naît pas femme, on le devient » ? Comment en outre expliquer ce retard relatif, quand on sait que la critique de la psychanalyse lacanienne a donné naissance, en France, aux réflexions théoriques sur « l’écriture féminine » qui visaient à ébranler les fondements « phallogocentriques » du langage, et dont les plus illustres représentantes sont Luce Irigaray, Monique Wittig, Julia Kristeva et Hélène Cixous ?

4Ce « retard » (qu’il faudrait sans doute qualifier de « décalage ») est d’autant plus frappant que ces théories, nées dans un contexte que l’on peut qualifier de « français », ont rencontré un écho plus que favorable aux États-Unis, où elles furent considérées comme un véritable courant de pensée : cette « French Theory » ou ce « French Feminism » (cf. Cusset 2003) qui se sont par ailleurs largement imposés en Allemagne. Car c’est certainement le fait que les études littéraires féministes en Allemagne aient, du moins au départ, rigoureusement suivi les avancées anglo-saxonnes en la matière qui s’est avéré déterminant. Ainsi, dès 1992, Barbara Vinken publiait un recueil d’articles, pour la plupart traduits de l’anglais, sous le titre : Dekonstruktiver Feminismus. Literaturwissenschaft in Amerika. Or on le sait, la déconstruction, terme derridien par excellence, avait fortement influencé les études nord-américaines. Ce concept allait par la suite s’avérer éminemment productif dans la mesure où il a permis d’introduire dans les années 1990 un véritable changement de paradigme : des Women Studies sont nées les Gender Studies, qui interrogent non plus exclusivement la représentation de la féminité, mais les mécanismes socioculturels de création et de régulation des genres sexuels.

5À la même époque paraissait aux États-Unis Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity (1990), l’ouvrage au contenu pour le moins polémique de l’américaine Judith Butler. Essentiellement dirigé contre la distinction opérée par les féministes entre Gender (identité sexuelle) et Sex (genre biologique), cet ouvrage tend à démontrer que le genre biologique, lui aussi, n’est jamais que traversé et construit par des dispositifs de pouvoir. L’une des caractéristiques de cet ouvrage est justement le dialogue qu’il instaure avec la pensée des French Theorists que sont Michel Foucault, Jacques Derrida, Jacques Lacan ou encore les représentantes de l’écriture féminine.

  • 4 Nous remercions Jean-François Laplénie pour cette remarque.
  • 5 Sur la circulation transatlantique des idées et des concepts des Gender Studies, voir Fassin 2009.

6Judith Butler – dont la pensée évolutive est parfois mal comprise – demeure essentiellement connue parce qu’elle défend la thèse du genre comme acte performatif : le genre apparaît comme le résultat d’un dire qui est, dans le même temps, un faire. En d’autres termes : dire « je suis une femme ou un homme », c’est se constituer en tant que tel-le, tout en reproduisant à cet effet les modalités sociopolitiques de création des genres, toujours prédéfinies par l’ordre du discours. Notons que Gender Trouble a été traduit en Allemagne dès 1991, c’est-à-dire un an à peine après sa parution aux États-Unis, sous le titre Das Unbehagen der Geschlechter (où la référence à Freud par l’utilisation du terme de « Unbehagen » – malaise – est remarquable, qui raccroche les « études de genre » à une tradition psychanalytique « authentiquement germanique »4), alors que la traduction française date seulement de 2005 : Trouble dans le genre. Comment expliquer que la critique de l’ontologie sexuelle formulée par Butler nous parvienne en différé, si on la compare, notamment, à la réception allemande ? Selon Éric Fassin, qui signe la préface de la traduction française, ce retard doit être imputé à la réception particulière des philosophes poststructuralistes français, car elle s’inscrit dans un contexte universitaire propre aux États-Unis5. Selon Butler elle-même, il s’agit là en réalité d’une « drôle de construction américaine » – une construction d’autant plus « drôle » pour les germanistes français dont les études portent sur les « études de genre » en Allemagne qu’ils les ont nécessairement abordées de manière indirecte, avant que Butler ne soit (re)connue en France. Leur lecture de la réception butlérienne / américaine de la pensée poststructuraliste française opérait donc nécessairement un détour par l’Allemagne, donnant ainsi lieu à une circulation et un croisement des concepts.

7Or la pensée butlérienne est loin d’être figée. La traduction française des textes de Butler sur le genre, encore en cours, a lieu alors même que la philosophe a abordé une réflexion davantage axée sur la relation du sujet au politique ou au religieux, et ce dans la perspective d’une éthique de la reconnaissance et de la responsabilité : en témoigne, par exemple, la parution en 2007 de Le Récit de soi. Dans le même temps, l’enthousiasme outre-Rhin pour Butler est quelque peu retombé et quelques-uns de ses textes les plus récents sont maintenant traduits en français – notamment grâce à une forte volonté éditoriale – avant de l’être en allemand !

8Ces différents « phénomènes-retard » ont donc conduit à vouloir appréhender les théories de Butler dans une approche synchronique, permettant ainsi une lecture globale de la double problématique « politique de la narration des genres » / « narration de la politique des genres ». Dans le sillage de ce que l’on a pu appeler le Performative Turn, il devient possible de penser le genre sexuel comme l’un des éléments constitutifs de l’acte narratif, qui confère au sujet de l’énonciation une position stable, celle-ci fût-elle un leurre. Selon Butler en effet, le « je » échoue inévitablement à faire le récit des conditions de sa propre émergence :

9Lorsque je rends compte de moi par le discours, mon moi vivant n’est jamais pleinement exprimé ou porté par ce discours. Mes mots s’effacent à mesure que je les livre, interrompus par le temps d’un discours qui n’est pas identique à celui de ma propre vie. (Butler 2007 : 36)

10Cette interruption, qui intervient au sein du schème discursif et qui peut être considérée comme une mise en déroute de toute forme d’authenticité, participe par ailleurs des structures mêmes de l’interpellation, c’est-à-dire des relations intersubjectives auxquelles nous sommes aliénés, à la fois en tant que « sujets narrants » et que sujets, ou plutôt, objets de la narration. Mais cela signifie aussi que toute interaction, en tant qu’elle est portée par le langage, se solde par une dépossession du soi face à l’Autre ; une dépossession qui permet, du reste, de faire le lien avec les modes de création du genre, lequel se « “fait” toujours avec ou pour quelqu’un d’autre, même si cet autre n’est qu’imaginaire » [nous soulignons] (Butler 2006 : 13).

11Si la narration est donc un éternel réagencement, si elle est une incessante refiguration discursive, est-ce alors à dire que la figure du « je » n’est jamais que dé-figurée ? C’est là, semble-t-il, tout l’enjeu des recherches allemandes qui, depuis quelques années seulement, ont mis en exergue le manque d’adéquation patent entre, d’une part, les « études de genre » et, d’autre part, les études narratives et narratologiques. Il existe néanmoins quelques exceptions : citons l’ouvrage de Vera et Ansgar Nünning, Erzähltextanalyse und Gender Studies (2004), et celui de Sigrid Nieberle et Elisabeth Strowick, Narration und Geschlecht. Texte – Medien – Episteme (2006). Si ces auteurs procèdent à un « croisement méthodologique » permettant d’allier analyse structurale et analyse thématique, ils démontrent avant tout que la narration, en tant qu’elle est un acte productif de sens, et non plus seulement le résultat de celui-ci, ne participe pas d’un médium unique, en l’occurrence : le langage ou le texte. Ainsi se pose en filigrane la question de savoir si l’étude plus approfondie des divers moyens de réalisation du dire et, partant, du faire, ne suggère pas aussi qu’il est possible de dire un autre « je », telle une figuration d’un autre genre.

12Il apparaît d’autant plus important de s’interroger sur la « narration genrée » qu’elle est, comme toute autre, surinvestie de récits puissants et pérennes. En 1957, Roland Barthes écrivait Mythologies et s’attachait à mettre en lumière le processus de la mythologie moderne, qui vise une réappropriation collective du réel au moyen d’une narrativisation du quotidien. Analysant la portée et le fonctionnement du mythe, il écrit :

13Lointaine ou non, la mythologie ne peut avoir qu’un fondement historique, car le mythe est une parole choisie par l’histoire : il ne saurait s’agir de la « nature » des choses.

14Cette parole est un message. Elle peut donc bien être autre chose qu’orale, elle peut être formée d’écritures ou de représentations : le discours écrit mais aussi la photographie, le cinéma, le reportage, le sport, les spectacles, la publicité, tout cela peut servir de support à la parole mythique. (Barthes 1957 : 182)

15Il pointe non seulement ici la dimension discursive et idéologique du mythe, mais surtout le caractère historique de cette construction, qui structure et régit à la fois les rapports sociaux et l’espace des représentations. C’est à la lumière d’une telle analyse que les courants poststructuralistes se sont attachés à déconstruire les mythes ancestraux profondément ancrés dans les cultures et les comportements quotidiens, légitimant les rapports de domination andro- et ethno-centrés. Parmi ces mythes éminemment persistants figure celui de la supériorité physique masculine, qui expliquerait la position dominante des hommes. Comme le démontre Ilana Löwy dans L’Emprise du genre (2006), ce mythe trouve son origine dans des représentations cristallisées des sociétés préhistoriques, qui sont à l’origine de la hiérarchie de genre par le biais de la politique des corps. En même temps que les progrès de la technique ont permis de libérer le corps de la problématique force/faiblesse, ce mythe s’est, selon les sphères d’action (famille, travail, etc.), adapté à la société moderne, ou bien il l’a tout simplement niée afin de se maintenir. Un autre de ces mythes, analysé notamment par l’historienne de l’art Griselda Pollock, est celui du « grand homme » dans l’histoire de l’art moderne en Occident. Ce mythe, qui caractérise l’artiste masculin à partir du critère du génie, apparaît dès lors comme un présupposé historique et culturel exclusif qui fonde l’histoire de l’art moderne occidentale et en constitue le canon. Face à ce discours, le travail des chercheur-e-s féministes depuis plus de trente ans consiste à essayer de comprendre pourquoi, pour paraphraser l’historienne de l’art Linda Nochlin, « il n’y a pas eu de grands artistes femmes » (1988). Ces mythes, qui agencent des récits et produisent du sens, méritent d’être analysés pour ce qu’ils sont : des constructions narratives. C’est justement ce que la narratologie postclassique s’emploie à analyser.

16Depuis une vingtaine d’années en effet, l’orientation prise par la narratologie se dégage nettement de l’étude genettienne du récit. À la suite de l’ouvrage paradigmatique de Jean-François Lyotard, La Condition postmoderne (1979), dans lequel l’auteur pose la narration comme un mode de diffusion du savoir, les études narratologiques ont considérablement ouvert leur champ d’analyse. Ainsi la recherche nord-américaine s’est-elle engagée sans retenue dans cette voie, à l’image de la Routledge Encyclopedia of Narrative Theory, parue en 2005, qui se présente comme une encyclopédie de la théorie narrative touchant aux domaines traditionnels de la narration (comme la littérature), mais aussi à d’autres domaines beaucoup plus inattendus (économie, médias, sciences, etc.) (Herman et al. 2005). Grâce à cette impulsion, la narratologie a quitté le strict champ des études littéraires pour s’inscrire dans celui, plus large, des sciences sociales et culturelles permettant, à partir des concepts développés pendant la période structuraliste et redéployés à l’échelle des études culturelles, postcoloniales et féministes, d’appréhender le monde. Cependant, face à l’enthousiasme théorique américain, on observe une dissymétrie d’intérêt en France. Si, sous l’influence d’un Édouard Glissant par exemple, la narration s’est ouverte à l’Autre, cet Autre reste fondamentalement considéré comme différent d’un point de vue culturel, ethnique et – comme nous allons le voir – genré. Pour leur part, les études féminines françaises développées par Hélène Cixous ou Julia Kristeva notamment, si elles ont introduit le féminin dans l’analyse du texte, n’ont pas réussi, à l’image de la clôture structurale de l’analyse du récit, à l’extraire de l’intérieur, du dedans – cette sphère que l’on présuppose être celle des femmes. Par conséquent, on peut dire que le genre semble être resté l’Autre des études narratologiques, en France notamment, même s’il commence, depuis quelques années, à devenir un concept efficient au sein de ce champ.

  • 6 Quant à la notion ricœurienne d’« unité narrative de la vie », il faut y voir un mixte instable ent (...)

17Mais qu’est-ce que la narration au juste ? Si l’on prend pour point de départ la distinction de Gérard Genette entre « récit » et « narration », on retiendra que le récit au sens premier, en tant qu’énoncé, est le produit de l’acte d’énonciation, qui est la narration. Dès lors, la narration apparaît bien comme un acte performatif dont on doit interroger la fonction et le sens. C’est alors la définition de Paul Ricœur dans Temps et Récit qui semble la plus à même d’apporter des éléments de compréhension. S’appuyant sur le concept aristotélicien de mimésis, Ricœur opère une triple distinction. Il décrit la mimésis I comme une compréhension première « du monde et de l’action », qui permet d’agencer en seconde instance un récit (muthos) selon un agencement d’actions (drôntas). La mimésis II ressort donc de cette mimésis narrative, de la fiction du langage et de sa capacité à créer un monde vraisemblable à travers une configuration structurelle, symbolique et temporelle logique. La mimésis III, enfin, repose sur les compétences du lecteur à traduire cette configuration en un univers de référence connu. De cette distinction, il ressort que la narration résulte d’un processus de préhension du monde qui ne peut se traduire que par un acte éminemment subjectif de configuration et d’agencement. Or, au cœur de ce processus se trouve la confrontation du sujet au monde et son inscription à l’intérieur de celui-ci. On comprend alors l’acte narratif comme un acte identitaire – un arrangement, une négociation – qui comprend en lui-même le jeu entre le soi et l’autre. L’œuvre de la fiction permet ainsi la restitution de l’expérience vive6 (Ricœur 1997 : 191-192).

18Le philosophe italien Aldo Giorgio Gargani exprime, quant à lui, ce jeu à l’aide de la notion – anglo-saxonne – de plotting, c’est-à-dire la construction de trames narratives qui se trouvent au fondement de l’activité narrative, en tant que forces ordonnatrices des significations. Selon lui, « la narrativité exprime la complexité d’une double trame : d’un côté, une trame liant ce qui arrive de manière apparente et visible, de l’autre, une autre trame cachée, inapparente, qui opère à un niveau plus profond » (Gargani 2002 : 51-52). Dès lors, le genre en tant que concept narratologique, permet justement d’articuler ce soi qui, pour dire qui il est, doit jouer avec l’autre et s’inventer à travers l’autre, « comme s’il ne pouvait atteindre l’authenticité que par le biais de masques […]. Pour dire ce que l’on est, il faut encore s’inventer soi-même par la narrativité » (Gargani 2002 : 51). Dès lors, la narration apparaît comme un espace performatif de représentation multiple, construit par le sujet et au sein duquel il se définit in medias res, dans une constante évolution. Cette notion d’espace performatif nous paraît particulièrement productive car elle engage les espaces symboliques de la mise en scène / mise en forme du genre par le corps.

19C’est donc la notion d’« identité narrative » genrée qu’il convient d’interroger ici. Selon Ricœur, c’est dans l’identité narrative qu’il y a possibilité de dire le « je » et que se jouent les agencements narratifs et les arrangements de genre avec les différents récits-cadres ou récits-maîtres circulant autour de nous. Il écrit :

20[L]’histoire d’une vie ne cesse d’être refigurée par toutes les histoires véridiques ou fictives qu’un sujet raconte sur lui-même. Cette refiguration fait de la vie elle-même un tissu d’histoires racontées. (Ricœur 1985 : 356)

21Le témoignage de soi est donc essentiellement hétérologique en ce qu’il incorpore quantité de récits dont une partie seulement est identifiable. Cette opération d’incorporation est justement ce que Ricœur nomme refiguration, « cet art de la composition qui articule concordance et discordance » (Ricœur 1991 : 39). La « refiguration » est alors une manière signifiante pour soi de réarranger et réagencer son récit propre pour les autres. Non seulement les grands récits nous assignent en permanence des identités de genre préexistantes, que nous sommes souvent contraints d’endosser. Mais, de surcroît, l’interaction avec les autres nous conduit à stabiliser en une identité narrative, toujours éphémère mais néanmoins signifiante, la diversité de notre expérience genrée du moi. Apparaissent alors deux formes d’identification du moi, que Ricœur nomme respectivement identité – le sentiment de « s’y retrouver » dans sa propre histoire – et ipséité – le moi agencé, cohérent et construit, destiné à être raconté. Et c’est le lien entre les deux qui fait la force de l’identité narrative, cette « forme d’identité à laquelle l’être humain peut accéder au moyen de la fonction narrative » (Ricœur 1991 : 35). Toujours selon Ricœur :

22[L]a différence entre idem et ipse n’est autre que la différence entre une identité substantielle ou formelle et l’identité narrative. […] À la différence de l’identité abstraite du Même, l’identité narrative, constitutive de l’ipséité, peut inclure le changement, la mutabilité, dans la cohésion d’une vie. (1985 : 355)

23Si l’on en croit Ricœur, seule la narration donne la possibilité d’exprimer les changements genrés du moi et d’unifier ce qui peut paraître contradictoire. On pourrait presque dire que notre identité genrée reste fragmentée jusqu’à ce que quelqu’un – souvent nous-mêmes – la raconte, c’est-à-dire l’agence et par là même l’arrange.

24Le présent volume est le résultat de réflexions interdisciplinaires nées d’une volonté de croiser identités genrées et formes de narration. Dans un champ émergent – notamment si l’on se place dans une perspective française – et parfois volontairement resté « expérimental », l’unité thématique ou théorique ne pouvait être l’objectif recherché. Le volume vise donc plutôt à offrir un panorama des travaux produits par des « jeunes chercheurs » et des « chercheurs confirmés », femmes et hommes, en solo ou en équipe, en France et en Allemagne.

25Il s’ouvre sur la lecture proposée par Jacques Lajarrige des mises en scènes et des performances « en actes » des artistes actionnistes viennois, qui ont placé le corps et la corporalité détournés, ainsi que la transgression, au cœur de leur production. Se pose d’emblée la question du statut narratif ou non de ces performances-actions éminemment situées et genrées. L’article se conclut sur les performances de VALIE EXPORT, qualifiées d’« actionnisme de l’image au féminin » et qui, dans une perspective intersectionnelle, n’ont de cesse de réagencer les identités genrée, sexuelle et sociale.

26Le travail photographique et analytique de Lorraine Alexandre avec des travestis et des transformistes est également centré sur le corps et les représentations du corps comme supports de l’identité narrative genrée : c’est le corps façonné et re-codé qui, en rendant visible la dure « loi du genre », par l’imitation et la parodie notamment, devient le vecteur d’une nouvelle forme de narration de soi. L’auteure évoque ainsi une nouvelle « grammaire » genrée permise par l’« écriture corporelle » qu’elle observe chez les travestis de genre.

27L’article de Susanne Beer, Marten Düring et Elissa Mailänder est le résultat d’un travail d’équipe interdisciplinaire centré sur les récits de soi de personnes ayant porté secours à d’autres personnes dans un contexte de violence collective (notamment dans l’Allemagne nazie). Il s’agit là d’une métaréflexion méthodologique sur la possibilité d’une « analyse herméneutique » des entretiens et sur la construction négociée, dans le cadre interactif du récit de soi produit pour les autres, des références – notamment générationnelles, socioculturelles et genrées – en fonction du cadre même de l’acte narratif. La narration genrée de soi apparaît alors comme le produit, momentanément stabilisé et remplissant diverses fonctions d’ajustement interpersonnel, d’une interaction sociale donnée.

28Les travaux de l’historien Patrice Arnaud sont consacrés aux récits de soi produits par les travailleuses et les travailleurs français en Allemagne durant la Seconde Guerre mondiale. Dans l’article, il s’intéresse aux représentations genrées que véhiculent les autobiographies d’hommes envoyés par le STO en Allemagne, et plus particulièrement aux implications qu’ont leurs représentations rétrospectives des femmes sur la reconstruction de leur propre identité masculine. En miroir, quelques récits autobiographiques écrits par des femmes viennent nuancer le propos. Ici, la narration genrée de soi croise bien souvent le récit-maître de la Nation.

29C’est à une plongée sociologique dans l’univers des cercles de lecture que nous invite Viviane Albenga. Elle analyse notamment comment les lectures de chacun – comme références socioculturelles au fort potentiel identificatoire – deviennent l’un des nombreux éléments constamment appropriés et incorporés dans les narrations genrées de soi. L’auteure s’intéresse ici à la fabrique du genre par le récit de soi. La lecture et, surtout, la restitution narrative de celle-ci deviennent de véritables « performances de genre » dans un cercle social et un espace des possibles donnés.

30Katharina Münchberg nous propose une relecture du mythe de Narcisse – d’Ovide à Thomas Mann en passant par Flaubert – comme expression narrative d’une subjectivité genrée. C’est notamment par le récit des origines du moi que sont simultanément créées l’intériorité et l’extériorité du sujet narrant. Le sujet est toujours dédoublé, à la fois le Même et l’Autre, l’instance de narration et le produit du récit.

31Se situant également dans l’univers des mythes, Antonia Eder nous invite à relire l’Elektra de Hofmannthal comme poétique de l’entre-deux, permettant une réflexion sur la fondamentale hybridité – monstrueuse ? – du récit genré.

32L’article de Herta Luise Ott permet de faire le lien entre les conceptions françaises et allemandes de l’« écriture féminine » des années 1980 – concept difficilement cernable et souvent décrié – et les réflexions actuelles sur une narration genrée de soi. L’auteure revient, plus de vingt ans après, sur les difficultés d’une narration au féminin, à partir des œuvres, quasi-canoniques en matière d’« écriture féminine », de Bachmann, Duras et Yourcenar d’une part, en les confrontant, d’autre part, aux narrations d’écrivaines de langue allemande de la nouvelle génération que sont Kathrin Röggla et Juli Zeh.

33Opérant une comparaison à la fois diachronique et interculturelle, Anne Isabelle François nous livre une analyse des « mise en voix » et des stratégies de genre chez deux écrivaines : Anna Seghers et Margaret Atwood. À partir de deux romans, Transit et The Edible Woman, l’article permet une plongée minutieuse dans la fabrique du récit genré. L’auteure montre en effet que ces deux romans mettent en œuvre des stratégies similaires de réappropriation de soi, au moyen de la capacité à prendre en charge le récit, à devenir l’instance de narration. Cette opération apparaît ici comme éminemment instable et peut varier à l’intérieur d’un même récit.

34Quittant la sphère de la littérature pour retrouver l’interaction communicationnelle, l’article de Jacques Brunet-Georget est centré sur une analyse du cadre interactionnel dans lequel se font les entretiens cliniques dans les démarches « de changement de sexe ». Le récit de soi, qui refuse évidemment toute opération d’assignation voire de « confession » de genre par le biais d’auto-déclarations ou d’auto-descriptions, revêt ici la fonction de subjectivation du genre. La psychanalyse offre-t-elle des moyens spécifiques pour penser l’indétermination et la plasticité du genre ?

35Les questions soulevées par Jacques Brunet-Georget (par exemple : « “Je suis femme”, dit-il ou dit-elle ? ») trouvent un écho dans le dernier article du volume, celui de Wibke Straube, sur la possibilité d’un « contre-récit » transgenre dans la narration cinématographique, à partir de l’exemple de Ma Vie en Rose (1997), qui s’inscrit dans une série de films queer sortis sur les écrans depuis les années 1990. Avec une grande rigueur, l’auteure s’emploie à systématiquement laisser ouverte une lecture « dé-normalisante » et « indéterministe » du genre dans le film, respectant cette indétermination jusque dans son propre usage – expérimental et volontairement instable – de la graphie.

36Enfin, Andrea Oberhuber, professeure de littérature comparée à l’université de Montréal, nous a fait le plaisir de proposer une lecture personnelle de l’ouvrage sous forme de postface. Sa position d’outre-Atlantique nous paraissait apporter une perspective intéressante afin de « trianguler » le débat croisé franco-allemand autour des questions de narration comme espace de performation du genre. Nous la remercions chaleureusement d’avoir accepté de contribuer à ce volume.

  • 7 Signalons que la présente publication s’inscrit dans le cadre de l’axe de recherche sur les « narra (...)

37La publication d’un ouvrage collectif est le résultat d’efforts convergents. Que soient ici vivement remerciés le Centre Interdisciplinaire d’Études et de Recherches sur l’Allemagne (CIERA), l’université Sorbonne nouvelle – Paris 3 (notamment le Conseil scientifique ainsi que l’EA 4223 – CEREG7) et l’EHESS (UMR 8566 – CRAL), qui nous ont fait confiance en finançant ce projet de recherche, dont la présente publication constitue une étape importante. Que soient également remerciées les personnes ayant participé au projet mais ne figurant pas dans le présent volume : nul doute que leur contribution sous forme de débats nourris se retrouve dans l’un ou l’autre des articles publiés ici. Enfin, nous tenons à remercier les lectrices/lecteurs scientifiques des Presses Sorbonne nouvelle pour leurs remarques qualitatives pertinentes.

Literaturverzeichnis

Barthes, Roland (1957) : Mythologies. Paris (Seuil, coll. « Points Essais »).

Butler, Judith (1990) : Gender Trouble. Feminism and the Subversion of Identity. New York-Londres (Routledge).

– Traduction allemande (1991) : Das Unbehagen der Geschlechter. Francfort-sur-le-Main (Suhrkamp).

– Traduction française (2005a) : Trouble dans le genre : Le féminisme et la subversion de l’identité. Paris (La Découverte).

Butler, Judith (1993) : Bodies that Matter : On the Discursive Limits of ‘Sex’. New York (Routledge).

– Traduction allemande (1995) : Körper von Gewicht : die diskursiven Grenzen des Geschlechts. Berlin (Berlin Verlag).

– Traduction française (2009a) : Ces corps qui comptent : de la matérialité et des limites discursives du sexe. Paris (Éditions Amsterdam).

Butler, Judith (2004) : Undoing Gender. New York (Routledge).

– Traduction française (2006) : Défaire le genre. Paris (Éditions Amsterdam).

– Traduction allemande (2009b) : Die Macht der Geschlechternormen und die Grenzen des Menschlichen. Francfort-sur-le-Main (Suhrkamp).

Butler, Judith (2005b) : Giving an Account of Oneself. New York (Fordham UP).

– Traduction française (2007a) : Le récit de soi. Paris (PUF, coll. « Pratiques théoriques »).

– Traduction allemande (2007b) : « Rechenschaft von sich selbst » (chapitre 1), in Kritik der ethischen Gewalt. Adorno-Vorlesungen 2002. Francfort-sur-le-Main (Suhrkamp), p. 9-57.

Cusset, François (2003) : French Theory, Foucault, Derrida, Deleuze et Cie et les mutations de la vie intellectuelle aux États-Unis. Paris (La Découverte).

De Biasio, Anna (2010) : « Studiare il maschile », in Allegoria. Per uno studio materialistico della letteratura, no 61 (« Declinare il maschile »), p. 9-36.

Fassin, Éric (2009) : Sexe politique. Genre et sexualités au miroir transatlantique. Paris (Éditions de l’EHESS).

Gargani, Aldo Giorgio (2002) : « Narrativité et existence », in Revue d’esthétique, no 42, p. 49-55.

Herman, David, Manfred Jahn et Marie-Laure Ryan, éds. (2005) : Routledge Encyclopedia of Narrative Theory. Londres (Routledge).

Löwy, Ilana (2006) : L’Emprise du genre. Paris (La Dispute, coll. « Le genre du monde »).

Lyotard, Jean-François (1979) : La Condition postmoderne : rapport sur le savoir. Paris (Minuit).

Nieberle, Sigrid et Elisabeth Strowick (2006) : Narration und Geschlecht. Texte – Medien – Episteme. Cologne (Böhlau).

Nochlin, Linda (1988) : Women, Art and Power and Other Essays, Boulder (West-view Press).

Nünning, Vera et Ansgar, éds. (2004) : Erzähltextanalyse und Gender Studies. Stutt-gart-Weimar (Metzler).

Pollock, Griselda (1999) : Differencing the Canon : Feminism and the Histories of Art. Londres (Routledge).

Ricœur, Paul (1985) : Temps et récit, vol. 3 : Le temps raconté, Paris (Seuil).

Ricœur, Paul (1991) : « L’identité narrative », in Revue des sciences humaines, no 221, p. 35-47.

Ricœur, Paul (1997) : Soi-même comme un autre [1990]. Paris (Seuil, coll. « Points Essais »).

Vinken, Barbara, éd. (1992) : Dekonstruktiver Feminismus. Literaturwissenschaft in Amerika, Francfort-sur-le-Main (Suhrkamp).

Anmerkungen

1 Cette liste n’est pas exhaustive et, surtout, elle est en pleine évolution. En témoigne notamment la volonté émanant du CNRS – et plus particulièrement de la Mission pour la place des femmes au sein du CNRS – de repérer les chercheur-e-s travaillant sur les questions de genre dans les universités françaises (cf. https://recherche.genre.cnrs.fr).

2 C’est également cet aspect institutionnel que met en avant Anna De Biasio dans un numéro récent de la revue semestrielle Allegoria. Per uno studio materialistico della letteratura (2010) pour expliquer en partie les réticences vis-à-vis des « études de genre » dans le cas italien.

3 Signalons notamment deux projets innovants soutenus par le Conseil scientifique de la Sorbonne nouvelle – Paris 3, « Performing Straight White Masculinities » (2008-2010), porté par Hélène Quanquin et Raphael Costambeys-Kempczynski, et « Identités de genre en représentation » (2009-2011), porté par Patrick Farges, Anne Isabelle François et Jean-François Laplénie, ainsi que la constitution d’un « Réseau genre et langage » interdisciplinaire (http://www.univ-paris3.fr/gender) à l’initiative de Maria Candea et Luca Greco. Notons enfin que le congrès international des Cultural Studies, « Crossroads 2012 » a lieu à la Sorbonne nouvelle.

4 Nous remercions Jean-François Laplénie pour cette remarque.

5 Sur la circulation transatlantique des idées et des concepts des Gender Studies, voir Fassin 2009.

6 Quant à la notion ricœurienne d’« unité narrative de la vie », il faut y voir un mixte instable entre « fabulation » et « expérience vive ». C’est précisément en raison du caractère évasif de la vie réelle que nous avons besoin du secours de la fiction pour organiser cette dernière rétrospectivement, dans l’après-coup, quitte à tenir pour révisable et provisoire toute figure de mise en intrigue empruntée à la fiction ou à l’histoire.

7 Signalons que la présente publication s’inscrit dans le cadre de l’axe de recherche sur les « narrativités » de l’EA 4223 – CEREG.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Nutzungsbedingungen http://www.openedition.org/6540

Suche in OpenEdition Search

Sie werden weitergeleitet zur OpenEdition Search