Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie, entreprise. Gérer les échanges

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Patrick Farges
, 
et al.

Partie 3 : Parler d’économie

De l’homme malade de l’Europe au nouvel Hercule de la mondialisation

Les "bulletins de santé" de l’économie allemande dans le discours de presse d’outre-Rhin

Marcel Tambarin

Résumé

À en croire les titres de la presse allemande en 2006-2007, l’Allemagne serait passée en peu de temps de l’état d’"homme malade de lEurope" à celui de nouveau prodige de la mondialisation. Un rétablissement aussi rapide quinattendu ne laisse pas d’étonner, surtout quand on se souvient qu’en 2003 le pronostic vital dominant était des plus réservés (Hans-Werner Sinn: « Peut-on encore sauver lAllemagne ? ») et quen 2005 encore une partie de la presse étrangère voyait même le patient déjà à lagonie. Les « bulletins de santé » de l’économie allemande, en l’occurrence les articles traitant de ce curieux cas (pour l’essentiel tirés de l’hebdomadaire Die Zeit), ont été soumis à un examen critique de manière à comprendre la cohérence d’un discours passé de constats longtemps alarmistes à de récents accès d’optimisme. Après avoir retracé l’évolution de la maladie, rappelé le diagnostic et les symptômes, et enfin les conditions de cette guérison quasi miraculeuse, on constate non seulement que le patient allemand n’était sans doute pas aussi malade qu’ont voulu le faire croire les adeptes d’un changement de modèle économique, mais qu’il a commencé à manifester les premiers signes de rétablissement au moment même où triomphait le discours sur "lhomme malade de l’Europe". De même que le mal allemand se révèle être pour une bonne part dorigine discursive, le "miracle" tient lui aussi avant tout de la mise en adéquation dun discours avec une évolution économique qui le contredit.

Binnen kurzem soll sich Deutschland vom kranken Mann Europas” zum neuen Muskelprotz” der Globalisierung entwickelt haben, zumindest den Schlagzeilen nach. Eine ebenso schnelle wie unerwartete Genesung wie diese muss überraschen, zumal wenn man bedenkt, dass es 2003 mit der herrschenden Lebensprognose nicht zum Besten stand (Hans-Werner Sinn: Ist Deutschland noch zu retten?) und dass noch 2005 ein Teil der ausländischen Presse den Patienten schon im Sterben wähnte. Die „Gesundheitsberichte” über die deutsche Wirtschaft, d.h. die Artikel, die diesen seltsamen Fall behandeln (vorwiegend der Zeit entnommen), werden daher einer kritischen Prüfung unterzogen, um die Kohärenz eines Diskurses zu untersuchen, der von langjährigen alarmierenden Befunden zu neuerlichen Anfällen von Optimismus übergegangen ist. Greift man die Krankengeschichte des deutschen Patienten wieder auf, dann die Diagnose samt Krankheitssymptome, und schließlich die Umstände dieser quasi Wunderheilung, so stellt sich nicht nur heraus, dass der deutsche Patient wohl nicht so krank war, wie es die Befürworter eines wirtschaftlichen Modellwechsels glaubhaft machen wollten, sondern dass die ersten Anzeichen der Besserung gerade zu dem Zeitpunkt spürbar wurden, da der Diskurs vom „kranken Mann Europas” seinen Höhepunkt erreichte. Ebenso wie die deutsche Krankheit zu einem guten Teil diskursiv bedingt erscheint, so hängt das „Wunder” vor allem damit zusammen, dass ein Diskurs einer wirtschaftlichen Entwicklung angepasst werden musste, die sich ihm widersetzt.

Texte intégral

  • 1 Daniel Eckert, « Finanzwelt feiert neues deutsches Wirtschaftswunder », in Die Welt, 27/04/2007 ; D (...)

1Exposé à l’étonnement que manifestaient en 2007 les commentateurs de la conjoncture économique allemande – en l’espèce, les journalistes de la presse écrite – devant le rétablissement apparemment miraculeux de l’Allemagne, le lecteur ne pouvait manquer de se laisser gagner par la contagion. Ne se trouvait-il pas tout à coup confronté à une éruption de titres enthousiastes saluant un nouveau « miracle économique » allemand (« Finanzwelt feiert neues deutsches Wirtschaftswunder »), au mieux tempérés d’une interrogation pour quelque raison garder (« Deutschland, ein Wirt-schaftswunderland ? »)1 ? Pour avoir lu pendant des années des articles alarmistes sur l’état de santé de l’économie allemande, le lecteur ne pouvait a priori que partager cet étonnement et se demander comment en si peu de temps l’Allemagne était passée de l’état d’« homme malade de l’Europe » à celui de nouvel « hercule » de la mondialisation.

  • 2 D’autres co-occurrences ont été recherchées, comme « krank + Wirtschaft », « krank + Ökonomie », « (...)

2Les « bulletins de santé » de l’économie allemande, c’est-à-dire les articles traitant de ce cas curieux, méritent donc pour le moins un examen critique permettant d’analyser la cohérence d’un discours qui est passé de constats longtemps pessimistes à des accès plus récents d’optimisme. Comme il s’agissait de procéder à une étude diachronique susceptible de s’étendre sur plusieurs d’années, il a fallu restreindre le corpus de manière à ce qu’il reste exploitable dans un tel cadre, ce qui en excluait les quotidiens. Et comme il s’agissait par ailleurs aussi de ne pas se limiter à un discours à destination des milieux économiques ou entrepreneuriaux, c’est un hebdomadaire d’information générale, à savoir Die Zeit, qui a été retenu comme source principale. Une recherche sur « kranke(r) Mann » lancée dans les archives électroniques (arrêtée à la date du 20 mars 2008) donne 143 articles, ce qui, après élimination des doublons et des articles qui se rapportent à des sujets purement médicaux, laisse 73 articles se rapportant à l’état d’un pays, et pour ce qui est de l’Allemagne un corpus de 27 articles, pour l’essentiel concentré sur les dix dernières années2.

3Comme les médias ne se privent pas de filer la métaphore, en parlant de maladie, de patient, de remède, de guérison, de rechutes etc., un schéma d’analyse d’inspiration médicale ne semble pas déplacé et l’on s’intéressera par conséquent d’abord à l’anamnèse du patient allemand, puis au diagnostic et aux symptômes, et enfin aux conditions de cette guérison quasi miraculeuse (thérapie et effets secondaires, manifestations de bonne santé, mérites des médecins) avant de s’interroger, pour finir, sur la part de suggestion, respectivement d’auto-suggestion, c’est-à-dire proprement discursive, de ce mal allemand.

1. En guise d’anamnèse

4L’image de « l’homme malade de l’Europe » est généralement attribuée au tsar Nicolas Ier, qui l’aurait employée pour qualifier le sultan et par extension l’Empire ottoman. Même s’il n’est pas avéré que le tsar l’ait exprimé exactement sous cette forme popularisée par le prince Gorchakov à la signature du traité de paix russo-turc en 1878, le constat se rapporte donc originellement à la Turquie et n’a longtemps concerné que ce pays, qui se voit encore aujourd’hui régulièrement qualifié de « kranker Mann am Bosporus » suivant la formule consacrée en Allemagne, et il n’est donc pas surprenant que dans Die Zeit, la Turquie recueille 19 occurrences sur un total de 72.

5Avec des variantes, l’expression a fait florès dans toute la presse et on la retrouve ainsi dans Die Zeit tour à tour employée pour désigner d’autres pays européens comme l’Italie, la Grèce, la France et le plus souvent, dans les années 1970 et 1980, la Grande-Bretagne, ou encore, avec des adaptations géographiques, des pays plus lointains comme le Japon ou les Philippines, qualifiés alors d’« homme malade de l’Asie » – ce qui donne d’ailleurs parfois un peu l’impression d’un jeu de mistigri, dans lequel il s’agirait de se débarrasser de ce statut peu flatteur au détriment d’un autre pays, voisin de préférence, quitte à succomber à quelques mythes propices à une exagération dans un sens ou dans l’autre (Nachtwey, Heise, 2006 : 2 sq.). Mais c’est bien l’Allemagne, respectivement la République fédérale, qui rassemble le plus d’occurrences (27), loin devant la Grande-Bretagne (14), la France (4), l’Italie (3), la Russie, respectivement les pays de l’Est (2), ou encore la Grèce, la Pologne et les États-Unis (1).

6La répartition dans le temps des occurrences allemandes tend à montrer que l’image de l’Allemagne en tant qu’« homme malade de l’Europe » est récente, car on ne trouve d’abord que 4 occurrences isolées en 1953, 1959, 1963 et 1978, concernant toutes les problèmes spécifiques de la Ruhr, alors qu’il faut attendre 1996 pour voir désigner ainsi le pays dans son entier. Ce sont donc les années 1996 à 2007 qui concentrent l’essentiel des occurrences et la même recherche lancée à des fins contrastives dans quelques autres organes de presse (Frankfurter Allgemeine Zeitung, Handelsblatt, Welt, Wirtschaftswoche) permet d’ailleurs de retrouver une concentration similaire.

L’évolution de la maladie

  • 3 Pour Die Zeit, les articles seront signalés dans le texte par le numéro et l’année de parution (199 (...)
  • 4 Comme le montrent aussi les nombreuses tables rondes et émissions radiodiffusées comme Deutschland (...)
  • 5 Pour un compte rendu exhaustif de Sinn, voir Bourgeois, 2008.
  • 6 « Führungslos » (signé CN = Christoph Neßhöver), in Handelsblatt, 01/04/2004.

7Le constat de la maladie est posé en 1996 : « Aus dem einstigen Wirtschaftswunderkind wurde der kranke Mann Europas. » (1996/22)3. Puis à partir de 1999, l’expression apparaît comme une évidence (« Die Bundesrepublik, die ökonomisch lange als Vorbild für Europa galt, wird jetzt oft als „kranker Mann Europas” bezeichnet », 1999/30) et l’emploi répété de l’épithète « krank » entraîne même des associations et des variations nouvelles comme « kranke[r] Riese » (2001/50) ou « kranke[r] Mann an der Spree » (2001/51), sur le modèle de « l’homme malade du Bosphore ». Cette banalisation de la métaphore s’étend jusqu’à l’année 2002, qui marque en quelque sorte le pic de la maladie4, ce qui n’est pas pour surprendre, car cette année-là, année électorale qui plus est, l’Allemagne reçoit un rappel à l’ordre budgétaire de la Commission européenne et le chapitre consacré à la situation économique dans le rapport annuel des cinq « sages » du Sachverständigenrat souligne avec insistance les faiblesses de l’Allemagne (Sachverständigenrat, 2002 : 21-190). Puis, paradoxalement, c’est au moment même où le diagnostic se popularise et se dramatise en même temps, avec en particulier le livre de l’économiste Hans-Werner Sinn et son titre anxiogène L’Allemagne peut-elle encore être sauvée ? (Sinn, 2003 ; de même Steingart, 2004)5, que la maladie commence à être remise en question, en 2003-2004. Dès le début de l’année 2003, alors que le Handelsblatt par exemple considèrera encore un an plus tard la maladie comme acquise6, Die Zeit se fait en effet l’écho du diagnostic des investisseurs britanniques beaucoup moins pessimiste que celui que posent les Allemands eux-mêmes (2003/17).

  • 7 Cf. par exemple, outre le Handelsblatt du 01/03/2007 déjà cité (« der einst kranke Mann »), Marina (...)
  • 8 Hans-Ulrich Jörges, « Hoppla, wir leben », in Stern, n° 21, 16/05/2007.

8La charnière dans l’évolution du discours, sinon de la maladie, se situe au début de l’année 2004, lorsque paraît un titre s’attaquant explicitement aux « déclinistes » (« Der Mythos vom Abstieg », 2004/17). Enfin de 2005 à 2007, les « bulletins de santé » se font de plus en plus optimistes. Ce sont d’abord des articles qui anticipent en 2005 la guérison de l’Allemagne (« Gesundet der kranke Mann Europas ? […] Dem Patienten geht es besser, doch er ist weiter therapiebedürftig », 2005/38), puis en 2006 des articles qui annoncent son prodigieux rétablissement, tantôt en se prévalant de la caution d’un expert : « In weniger als zwei Jahren habe sich Deutschland vom kranken Mann in eines der Wunderkinder des alten Kontinentes gewandelt, jubelt Holger Schmieding, Chefvolkswirt für Euroland bei der Bank of America. », 2006/34a) ; tantôt en saluant spontanément la métamorphose de l’homme malade, qui affiche à présent une vigueur de culturiste (« Gleichzeitig hat das Land es geschafft, sich vom vielfach bemitleideten kranken Mann Europas zum vereinzelt schon wieder beneideten Muskelprotz zu entwickeln. », 2006/52). De la sorte, en 2007, l’image d’homme malade appartient au passé, comme le montre l’emploi de l’adverbe « ehemals » (« Der ehemals kranke Mann Europas macht Luftsprünge, und die Nachbarn reiben sich die Augen », 2007/10). Et ce constat est unanime, puisqu’il s’étend à l’ensemble de la presse7 ; et du Stern8 qui titre « Hoppla, wir leben » à Die Zeit qui se fait l’écho de la presse internationale célébrant la « renaissance » de l’Allemagne (2007/20b), c’est quasiment une résurrection qui se trouve ainsi célébrée.

2. Symptômes, diagnostic et thérapie

9Le syndrôme de « l’homme malade » ne fait pas vraiment l’objet d’une définition précise dans les colonnes de Die Zeit. Au mieux apprend-on qu’il s’agit d’un état de torpeur, de stagnation, de blocage, le mot-clé étant celui de Reformstau, élu « mot de l’année » dès 1997 (« Lösungen für den „Reformstau” und den „Stillstand” », 1999/30). Il faut donc se contenter de caractériser ce qu’on pourrait tautologiquement appeler « la maladie de l’homme malade » à partir de ses symptômes, qui sont de deux types. Viennent d’abord ceux qui font apparemment l’unanimité et qui sont dans un premier temps repris sans être discutés : annoncés dès 1996, il s’agit en particulier de l’état désastreux des finances publiques et du chômage qui atteint des « dimensions weimariennes » (« Die Staatsfinanzen marode, Arbeitslosenzahlen in Weimarer Dimensionen », 1996/22). On les retrouve régulièrement évoqués, comme dans le compte rendu du livre de H.-W. Sinn (« Die Symptome sind bekannt: kein Wachstum, hohe Staatsverschuldung und Arbeitslosigkeit, finanziell desolate Sozialversicherungen und Kommunen », 2003/46). Viennent s’y ajouter un marché du travail rigide, des coûts du travail parmi les plus élevés du monde, sans parler des réflexes protectionnistes pour préserver aussi bien le marché de l’emploi face aux nouveaux pays de l’Union européenne que les entreprises face aux appétits étrangers (2001/50).

  • 9 « Die Finanzmärkte hoffen » (signé som = Ulf Sommer), in Handelsblatt, 08/07/2003.

10On retrouve donc, en gros, un diagnostic concordant avec le discours dominant tel que le propage par exemple l’ouvrage de H.-W. Sinn ou pour rester dans le champ de la presse le Handelsblatt: « Der „kranke Mann” in Europa ist […] zu Reformen verdammt, weil der Bankrott droht und das Land nur noch in Disziplinen wie Subventionen, Lohnnebenkosten und Arbeitslosigkeit Weltmeister ist. »9. Die Zeit ne partage toutefois pas tous les éléments du diagnostic dominant et conteste certains symptômes communément admis en les soumettant à une analyse critique. Revenant sur les « prétendus germes pathogènes » déjà évoqués auparavant (« vermeintliche Krankheitserreger », 2003/17), l’article consacré au « mythe du déclin » (2004/17) opère ainsi une distinction entre problèmes réels et prétendus problèmes en se réclamant d’un professeur d’économie de Leipzig : « Sie nennen auch die Krankheitserreger: die gesunkene Wettbewerbsfähigkeit. Die ausufernden Staats- und Sozialausgaben. Den inflexiblen Arbeitsmarkt. „Um diese vermeint-lichen Probleme dreht sich seit Jahren fast die gesamte ökonomische Debatte”, sagt Ullrich Heilemann ». Après avoir passé en revue et relativisé les arguments communément admis (manque de compétitivité, poids des prélèvements, chômage), l’article pointe trois autres causes présentées comme déterminantes dans les difficultés économiques allemandes, à savoir les trois chocs que l’Allemagne a eu à surmonter : la réunification (qui coûte plusieurs points de PIB par an), le passage à l’euro (qui a entraîné une augmentation des taux d’intérêt) et la raréfaction du crédit (qui freine les investissements et empêche les entreprises de répondre à la demande).

2.1. Potion amère

11Comme pour la pathologie, l’exposé des remèdes n’a rien de synthétique et les solutions aux problèmes – celles que salue Die Zeit aussi bien que celles que l’hebdomadaire se contente de citer, voire de critiquer – découlent tout simplement du constat initial : il s’agit donc d’assouplir ce qui est rigide, de faire bouger ce qui est immobile, d’abaisser les coûts de ce qui est trop cher. Mais, compte tenu des divergences sur le diagnostic, les solutions prônées dans Die Zeit diffèrent des réformes à l’anglaise qui sont évoquées mais sans être expressément recommandées dans un article de 1999 : « Und es sind gerade angelsächsische Reformen, beispielsweise flexiblere Arbeitsmärkte und niedrigere Lohnkosten […] , die schon seit einiger Zeit in Deutschland als Lösungen für den „Reformstau” und den „Stillstand” gefordert werden. » (1999/30).

12Loin de puiser dans cette inspiration anglo-saxonne qui amènera plus tard une partie de la presse aussi bien allemande qu’étrangère à s’imaginer Angela Merkel en seconde Margaret Thatcher, en « Maggie Merkel », le premier article de Die Zeit qui traite de l’homme malade s’interroge sur la possibilité de s’inspirer de Ludwig Erhard pour trouver des solutions aux problèmes actuels (1996/22). Certes, la libéralisation, l’assouplissement, la déréglementation ne sont pas écartées comme solutions aux problèmes économiques de l’Allemagne, mais dès ce premier article de 1996, on trouve aussi l’amorce d’une ligne qui ne cessera d’être défendue dans Die Zeit, à savoir le souci des salariés. Car si la libéralisation est acceptée dans le domaine du commerce ou de l’énergie, des limites lui sont imposées dans le domaine du travail (« Umgekehrt sind aber auch der Liberalisierung auf dem Arbeitsmarkt Grenzen gesetzt. ») – au nom précisément de la veine sociale, sinon socialiste, d’Erhard, puisqu’il est rappelé que celui-ci avait été l’élève du socialiste Franz Oppenheimer.

13Il n’est donc pas étonnant que Die Zeit rejette le modèle américain (2000/02) à cause des grandes inégalités sociales qu’il génère, de même que les solutions prônées par H.-W. Sinn, dont le compte rendu souligne surtout celles qu’il défend pour rendre le travail plus compétitif, c’est-à-dire la « flexibilité vers le bas des salaires » et l’abandon de tout salaire minimal, rejetées autant pour leur caractère anti-social que pour leur anachronisme : « Das ist das Problem in der Debatte: Ob Regierung, Opposition oder Teile der Wissenschaft – am Ende haben sie für jedes ökonomische Problem den gleichen Therapievorschlag aus dem 19. Jahrhundert. Wen wundert dann die Skepsis des Patienten gegenüber den Vorschlägen aus der „ökonomischen Schulmedizin“? » (2003/46).

2.2. Médecine alternative

14Selon Die Zeit, une alternative existe pour sortir de la crise, car l’exemple des pays scandinaves avec une politique économique nettement régulatrice et un fort taux de prélèvements, donc proche du modèle allemand, montre bien que la solution libérale des pays anglo-saxons n’est pas la seule envisageable pour sortir de la crise (2005/38). Il n’est pas question en tout cas de modifier précipitamment un modèle qui, somme toute, a fait ses preuves, au prétexte de sauver la vie du patient par de « courageuses amputations » (2005/43), et ce d’autant que les faiblesses d’hier peuvent devenir les forces de demain (2005/03). Fort logiquement, si les vrais problèmes sont bien ceux qui ont été identifiés dans l’article sur le mythe du déclin (la réunification, le passage à l’euro et la raréfaction du crédit) et du reste repris à l’identique par la suite (2006/34a), les solutions doivent leur correspondre ; et sans contester que le système de protection sociale pourrait être rendu plus efficace ou que le marché du travail gagnerait à être assoupli en temps normal, Die Zeit s’efforce de conjuguer politique de l’offre et politique de la demande, en excluant par exemple que le salut soit à rechercher dans les baisses de salaires à tout prix et dans la déréglementation du marché du travail (1996/22, 2002/02).

3. Une guérison miraculeuse ?

15Quelles que soient les divergences sur le diagnostic et sur les remèdes appropriés, en 2006 la guérison de « l’homme malade de l’Europe » ne fait pas de doute et au second semestre paraissent ainsi dans Die Zeit plusieurs articles faisant état de tous les signes manifestes de la santé retrouvée : la reprise des investissements, les créations d’emploi, le redémarrage de la croissance, la hausse des profits comme des rentrées fiscales (« Der ach so kranke Mann Europas erhebt sich aus dem Bett. Deutschland ist Exportweltmeister, Profitkrösus, und neuerdings schafft es sogar Jobs. », 2006/46). À l’origine de ce rétablissement confirmé par les économistes (Sachverständigenrat, 2006 : 50-85), Die Zeit identifie un miracle qui dès 2005 anticipe le nouveau « miracle économique » de 2007 : à savoir celui de la baisse des coûts salariaux, certes considéré comme un « miracle de moyenne ampleur » (« mittleres Lohnkostenwunder », 2005/38), mais comme un miracle quand même, puisque les coûts unitaires retombent en 2006 à peu près à leur niveau de 1996 (Sachverständigenrat, 2007 : 546). En termes plus concrets, un autre article précise ce que personne n’aurait remarqué, à savoir que dans des milliers d’entreprises les salariés ont renoncé à leurs acquis, qu’ils ont flexibilisé et augmenté leurs horaires de travail (2006/01).

16Cette amélioration des coûts salariaux, donc des coûts de production, donc de la compétitivité aurait selon Die Zeit déclenché un mécanisme vertueux (2005/30), que l’on peut résumer ainsi : sans pression salariale, pas d’inflation, sans inflation, pas de hausse des taux directeurs et donc une plus grande richesse disponible pour les entreprises, ce qui d’une part les rend plus intéressantes pour les investisseurs étrangers et d’autre part leur permet à nouveau d’investir, d’où création d’emplois, d’où hausses des rentrées fiscales. Bref, c’est un renouveau général, à tel point même que les ingénieurs commencent à manquer et que des milliers d’emplois se trouvent vacants dans les grandes entreprises (2007/10).

3.1. Mérites respectifs

  • 10 Ce n’est donc pas un hasard si Die Zeit a réservé un accueil plutôt favorable à Wirtschaft, die arm (...)

17L’exposé des progrès réalisés montre aussi à qui l’économie allemande en est redevable : en premier lieu aux Allemands eux-mêmes, comme l’affirment plusieurs articles en 2006 et 2007, tantôt sous une forme lapidaire (« Es ist ein besonderer Aufschwung. Keinen haben sich die Deutschen in den vergangenen Jahrzehnten mehr verdient. », 2007/20a), tantôt en explicitant les tenants et les aboutissants : « Es ist der Aufschwung der Bundesbürger. Während man in Berlin noch überlegte, wie viel Wandel das Volk ertrüge, haben sie in emsiger Kleinarbeit die Volkswirtschaft erneuert. In Tausenden von Betrieben haben die Mitarbeiter auf Leistungen verzichtet, ihre Arbeitszeiten flexibilisiert oder ausgeweitet. » (2006/01). Il en découle pour Die Zeit la nécessité de récompenser les Allemands pour leurs efforts, voire leurs sacrifices, car l’hebdomadaire n’a de cesse de rappeler que le redressement de l’économie s’est fait au prix d’effets secondaires très perceptibles par la majorité des salariés, c’est-à-dire au prix d’une stagnation du pouvoir d’achat, et même de la paupérisation pour certains10, et qu’il convient donc de corriger ces effets en les faisant bénéficier des fruits de la croissance retrouvée (2006/01, 2007/10).

  • 11 Stefan von Borstel, Jörg Eigendorf, Anja Struve, « Der Aufschwung ist nicht das Verdienst von Frau (...)

18Ce qui est sûr, à lire Die Zeit (mais pas seulement, car Die Welt, par exemple, tient le même discours)11, c’est que le rétablissement économique ne peut être mis à l’actif de la chancelière Angela Merkel ni du gouvernement (2006/01, 2006/34b, 2006/46). Si, en 2005, A. Merkel est encore représentée en ange salvateur, en infirmière tout de blanc vêtue (« Angela Merkel erscheint als Engel in der Misere, ganz in Weiß, wie die Krankenschwester mit dem Häubchen. », 2005/35), tout le succès de la thérapie est placé entre les mains du patient, chargé de boire son « amère potion », de « serrer les dents » et de prendre son destin en mains. Et c’est même tout mérite dans ce rétablissement que le gouvernement se voit dénier en 2006: « Der Auf-schwung ist da, aber die Regierung hat daran kein Verdienst. » (2006/34b).

19Au final, le jugement n’apparaît toutefois pas aussi tranché : les sacrifices des salariés comptent certes pour beaucoup dans le rétablissement, mais on ne saurait tout leur attribuer (ce serait aussi donner raison à ceux qui voient la panacée dans la flexibilisation radicale du travail) ; le gouvernement ne peut certes être crédité du rétablissement, mais sa politique financière n’y est pas non plus complètement étrangère. Alors à qui le mérite, se demande-t-on ? Pour Die Zeit, il n’y a pas d’explication mono-causale et la guérison découle en fait d’une convergence de facteurs : non seulement les efforts des salariés comme des entreprises, non seulement la politique gouvernementale, mais aussi le fait que plusieurs crises aient été surmontées, à savoir celle du bâtiment, celle du krach boursier de 2000, celle du passage à l’euro (2006/52, de même 2006/34a) – et surtout aussi une économie mondiale en plein boom suscitant une forte demande de produits allemands (2007/13).

3.2. Explication d’un miracle

20Comme le signalait l’introduction, il se manifeste quand même dans la presse beaucoup d’étonnement, voire d’incrédulité apparente devant la santé soudain recouvrée de l’Allemagne : on parle de miracle, on se frotte les yeux (2007/10), on se dit même que cet essor économique est trop beau pour être vrai (2007/20a). La première explication de cette dissonance réside dans un décalage temporel entre la perception du changement et le changement lui-même, qui se traduirait ici par un retard du discours sur l’évolution réelle de l’économie qu’il prétend décrire. Et l’on trouve de fait par exemple un article de 2003 constatant que la flexibilité dans le travail se pratique déjà depuis longtemps (2003/50), un autre de 2004 soulignant que les entreprises n’ont pas attendu l’« offensive de l’innovation » lancée par G. Schröder pour innover (2004/17). De fait, on relevait une amélioration de la compétitivité des entreprises dès 2004 (Sachverständigenrat, 2004 : 2) et c’est dès le début de l’année 2005 que le processus de rétablissement était engagé, comme le montre la baisse du chômage enregistrée au printemps (2006/52).

21Cela signifie donc qu’une grande partie des changements qui ont abouti au surprenant rétablissement constaté en 2006-2007 a été mise en œuvre bien avant que leur pleine portée ne soit vraiment perçue en Allemagne (Hassel, Williamson, 2004), qu’il s’agisse des mutations dans les entreprises ou des réformes gouvernementales (comme la première réforme fiscale en 2000 ou les premières lois Hartz en 2002-2003). Die Zeit en veut pour preuve le comportement irrationnel en apparence, mais en apparence seulement, des investisseurs étrangers auxquels cette évolution n’aurait pas échappé, comme le souligne une série d’articles qui font mine de se demander pourquoi diable ces investisseurs seraient attirés par un pays pourtant réputé en piteux état – la réponse étant bien sûr que si ces derniers affluent en Allemagne, c’est que le pays ne peut pas se trouver en si mauvaise posture qu’on le dit (« Was macht den kranken Mann Europas so attraktiv für britische Investoren? », 2003/17).

3.3. Un malade imaginaire ?

  • 12 Thomas Kaufner, « Wider das Jammern », in Manager-Magazin, 21/07/2003 ; « Investoren sind deutschen (...)

22Cette différence de perception et d’interprétation des mêmes données économiques conduit à la deuxième explication pour l’ampleur et la soudaineté du rétablissement tel qu’il apparaît dans la presse en 2006-2007. Pour Die Zeit, la maladie n’aurait en réalité tout simplement jamais été aussi fatale que les Allemands l’ont cru – ou bien qu’on a voulu le leur suggérer (Bofinger, 2006). Dès 2003, un article qui s’ouvre sur un appel à mettre fin aux éternelles jérémiades affirme en effet que la morosité économique relève aussi de l’auto-suggestion : « sie reden es sich selbst ein: Wachstumsschwäche, Bildungskrise, Haushaltsloch. Deutschland, einig Jammerland. » (2003/17). On retrouve ici un topos de l’auto-image des Allemands, dont on n’a pas grand peine à trouver des exemples dans les autres titres de la presse, ainsi dans le Manager-Magazin dénonçant une propension réputée allemande à s’apitoyer sur son sort, ou dans le Handelsblatt se faisant l’écho des investisseurs étrangers lassés par le pessimisme des Allemands12. D’ailleurs, même Die Zeit n’est pas exempt d’accès de « déclinisme », si l’on en croit un article de 1996 qui se posait déjà précisément la question soulevée par Hans-Werner Sinn en 2003 (« Das früher so gerühmte Modell Deutschland steckt in der Misere. Ist die soziale Marktwirtschaft noch zu retten? », 1996/12). Rien d’étonnant donc à ce que Die Zeit explique par une certaine complaisance dans le déclinisme l’étonnement des Allemands qui ne reconnaissent plus leur pays, tellement ils se seraient habitués à un rôle de perdant : « Die Deutschen selbst erkennen ihr Land nicht wieder. Sie sind schon gewöhnt an die Rolle von Verlierern, um nicht zu sagen von Opfern der Globalisierung, und mancher von ihnen hat sich darin gefallen. » (2007/10).

3.4. Un modèle dénigré

23Cette perception biaisée tient toutefois selon Die Zeit aussi à l’existence d’un discours que l’hebdomadaire n’est du reste pas seul à dénoncer (Heise, 2004) et qui dénigre le modèle économique autant que social allemand en accréditant l’idée que le pays va plus mal qu’il ne le fait en vérité. À en croire l’article de 2004 sur le mythe du déclin, l’Allemagne aurait en effet affaire sinon à un complot, du moins à une collusion de chantres du déclinisme entretenant une image de l’homme malade tenant plus de l’épopée ou de la littérature fantastique que de la réalité :

Die Geschichte erzählt von Deutschland. Einst war es eines der reichsten Länder der Welt. Heute ist es der „kranke Mann Europas“. Meint das Münchner ifo-Institut. Schreibt der britische Economist. Behauptet das Kieler Institut für Weltwirtschaft. Verkünden Verbandsfunktionäre, Ökonomen und Politiker in Talkshows und Zeitungen. (2004/17)

24Cette dénonciation de la médisance (« das so schlechtgeredete Land », 2005/03) se retrouve dans plusieurs articles confortant l’idée que c’est un certain discours qui est nocif et non pas le pays qui se trouve si mal en point. À force de subir le discours décliniste, les Allemands auraient fini par croire l’histoire de « l’homme malade de l’Europe » (« Irgendwann glaubten sie das Gerede von Deutschland, dem kranken Mann Europas. », 2006/01) – d’autant que la chancelière elle-même se range à l’occasion dans le chœur des détracteurs (« Die Kanzlerin selbst hat Deutschland vor der Wahl schlecht geredet », 2006/01).

  • 13 Hans-Werner Sinn, « Sind wir noch zu retten? », in Stern, n° 41, 03/10/2003 ; Hans-Werner Sinn, « D (...)

25Considéré dans cette perspective, l’article de 2004 dénonçant le mythe du déclin apparaît comme un contre-feu destiné à circonscrire celui qu’auraient allumé les incendiaires, comme un contre-discours au discours décliniste. Et ce n’est certainement pas un hasard si Die Zeit contre-attaque précisément au moment où les thèses de H.-W. Sinn ont trouvé un écho remarquable, puisque, outre les revues spécialisées (Sinn, 2004), des journaux et des périodiques à grand tirage lui ont ouvert leurs colonnes : Stern pour publier de larges extraits du livre avant sa sortie et Bild pour donner la plume à l’auteur, en sur-titrant en outre l’article d’un « notre plus intelligent professeur d’économie sonne l’alarme », c’est-à-dire en donnant à son discours la double légitimité de l’intelligence et du statut13. L’autorité académique consacrée par la presse à grand tirage n’empêchera toutefois pas Die Zeit de publier un compte rendu (2003/46) critiquant vertement le discours magistral de H.-W. Sinn et accusant la doxa néolibérale de simplisme et d’archaïsme. De même l’hebdomadaire dénoncera-t-il la « fable » des 35 heures (2004/28) en expliquant que de nombreux salariés travaillent depuis longtemps plus de 40 heures par semaine et qu’il ne s’agit en vérité que d’imposer plus de flexibilité et de réduire les salaires sous couvert de réformes prétendument incontournables. Dans le concert des voix qui s’adressent à l’opinion, Die Zeit se range donc plutôt du côté de celles qui dénoncent le caractère fallacieux de certaines réformes libérales (Müller, 2004) que du côté de celles qui n’y voient pas d’alternative (Hanke, 2006 ; Münchau, 2006). Les divergences sur l’appréciation de l’état de l’économie en 2003-2004 se révèlent ainsi être le reflet d’une bataille idéologique avec des enjeux de société, dans laquelle Die Zeit prend la défense du modèle économique et social allemand.

Conclusion

  • 14 Après la reconstruction et la réunification, selon Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires é (...)
  • 15 En ce sens, le discours sur l’homme malade sert effectivement de cheval de Troie, comme l’a remarqu (...)

26Le « troisième miracle économique allemand »14 de 2006/2007 s’explique donc en grande partie par le fait qu’au moment même où le discours dominant sur la remise en cause du modèle allemand battait son plein, vers 2003-2004, un processus d’adaptation et de mutation était déjà engagé, qui allait – conjointement avec des facteurs exogènes, certes – produire les résultats positifs que l’on sait. Que les adeptes d’un changement plus radical, voire d’un abandon du modèle économique allemand n’y aient pas prêté l’attention que lui ont portée les partisans de sa préservation et de son adaptation n’est pas pour surprendre, car les signes de flexibilité manifestés par l’économie allemande ne pouvaient que contrarier le discours dominant sur « l’homme malade de l’Europe ». Inversement, autant il convenait de noircir le tableau clinique du patient allemand pour le convaincre de se soumettre à des interventions radicales15, autant il importait de crier au miracle devant une guérison pourtant exclue par le diagnostic posé – sauf évidemment à reconnaître une erreur de diagnostic.

27Le recours au terme de « miracle » pour expliquer le redressement économique montre aussi une fois de plus que le discours économique à destination du grand public tend à évoluer sur un mode binaire, en basculant d’un extrême à l’autre, comme s’il n’y avait pas d’autre alternative que la crise ou le miracle, l’homme malade ou le prodige (Rödder, 2006), à tel point que la polarité miracle/maladie en est venue à constituer un véritable cliché quand il s’agit de décrire l’évolution économique allemande (par exemple Zohlnhöfer, 2006). Die Zeit se garde en tout cas dans l’ensemble des exagérations dans un sens comme dans l’autre, relativisant par l’ironie la gravité de la maladie (« Der ach so kranke Mann Europas », 2006/46) aussi bien que le niveau de forme retrouvé (en surenchérissant jusqu’au « Muskelprotz », 2006/52). Ayant moins donné dans la rhétorique de la crise, Die Zeit peut même se permettre de moquer ces modes économiques qui transforment du jour au lendemain un « homme malade » en « moteur européen » (2007/23) – et vice-versa.

  • 16 Comme dans cet éditorial de Françoise Crouïgneau : « Euro, pétrole, salaires… le phénix allemand fr (...)

28Enfin, si c’est le discours qui donne une impression erronée de l’état de l’économie allemande, en l’occurrence une image négative à travers la métaphore de « l’homme malade de l’Europe », il faut alors en bonne logique porter un regard tout aussi critique sur l’image positive de l’hercule, et se demander si le rétablissement de l’économie allemande qu’elle est censée exprimer n’est pas lui aussi, avant tout, un produit du discours. Dans ce cas le nouvel hercule de la mondialisation ne serait qu’un hercule de foire, comme tendraient du reste à le laisser penser les inquiétudes exprimées dans la presse allemande autant qu’étrangère dès la fin de l’année 2007 et encore davantage depuis le début de l’année 200816.

Bibliographie

Afheldt, Horst, 2003, Wirtschaft, die arm macht. Vom Sozialstaat zur gespaltenen Gesellschaft, Munich, Kunstmann.

Bofinger, Peter, 2006, Wir sind besser, als wir glauben – Wohlstand für alle, Reinbek, Rowohlt.

Bourgeois, Isabelle, 2008, « Comment concilier profits et solidarité ? », in Sociétal, n° 59, janvier 2008, p. 117-120.

Hanke, Thomas, 2006, Der neue deutsche Kapitalismus. Republik im Wandel, Francfort/M., Campus.

Hassel, Anke, Williamson, Hugh, 2004, « Deutsches (Auslauf)Modell. Das Wirtschaftssystem hat sich schon viel stärker verändert als angenommen », in Internationale Politik, n° 5, p. 41-48.

Heise, Arne, 2004, « Vom Modell Deutschland zum Modell Europa », in Blätter für deutsche und internationale Politik, n° 6, p. 733-741.

Müller, Albrecht, 2004, Die Reformlüge. 40 Denkfehler, Mythen und Legenden, mit denen Politik und Wirtschaft Deutschland ruinieren, Munich, Droemer Knaur.

Münchau, Wolfgang, 2006, Das Ende der Sozialen Marktwirtschaft, Munich, Hanser.

Nachtwey, Oliver, Heise, Arne, 2006. « Großbritannien: Vom kranken Mann Europas zum Wirtschaftswunderland ? », in WSI Mitteilungen, n° 3/2006, p. 131-137.

Rödder, Andreas, 2006, « Das „Modell Deutschland” zwischen Erfolgsgeschichte und Verfallsdiagnose », in Vierteljahrshefte für Zeitgeschichte, n° 3/2006, p. 345-363.

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwick-lung, 2002, Zwanzig Punkte für Beschäftigung und Wachstum: Jahresgutachten 2002/2003, Stuttgart, Metzler-Poeschel.

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwick-lung, 2004, Erfolge im Ausland – Herausforderungen im Inland. Jahresgutachten 2004/05, Stuttgart, Metzler-Poeschel.

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwick-lung, 2006, Widerstreitende Interessen – Ungenutzte Chancen. Jahresgutachten 2006/07, Stuttgart, Metzler-Poeschel.

Sachverständigenrat zur Begutachtung der gesamtwirtschaftlichen Entwick-lung, 2007, Das Erreichte nicht verspielen: Jahresgutachten 2007/08, Stuttgart, Metzler-Poeschel.

Sinn, Hans-Werner, 2003, Ist Deutschland noch zu retten?, Munich, Econ.

Sinn, Hans-Werner, 2004, « Der kranke Mann Europas. Diagnose und Therapie der deutschen Krankheit », in Internationale Politik, n° 5, p. 25-34.

Steingart, Gabor, 2004, Deutschland. Der Abstieg eines Superstars, Munich, Piper.

Zohlnhöfer, Reimut, 2006, « Vom Wirtschaftswunder zum kranken Mann Europas? Wirtschaftspolitik seit 1945 », in Schmidt, Manfred G., Zohln-höfer, Reimut (éds), Regieren in der Bundesrepublik Deutschland. Innen- und Außenpolitik seit 1949, Wiesbaden, Verlag für Sozialwissenschaften, p. 285-313.

Corpus (articles de Die Zeit seulement)

1996/12 Wilfried Herz, Ein Modell in der Misere, 15/03/1996

1996/22 Nikolaus Piper, Was würde Erhard heute tun, 24/05/1996

1999/30 Hans Kundnani, Britannien als Vorbild, 22/07/1999

2000/02 Konrad Seitz, Gefährlicher Treibstoff, 05/01/2000

2001/50 Christian Wernicke, Die teutonische Agenda, 06/12/2001

2001/51 Joachim Fritz-Vannahme, Unter Teppichhändlern, 13/12/2001

2002/02 Robert Leicht, Der deutsche Patient, 03/01/2002

2003/17 John F. Jungclaussen, Hört auf zu jammern!, 16/04/2003

2003/46 Frank Lübberding: Aus der Mottenkiste, 06/11/2003

2003/50 Wolfgang Gehrmann, Christian Tenbrock, Flexible Funktionäre, 04/12/2003

2004/17 Robert von Heusinger, Wolfgang Uchatius, Der Mythos vom Abstieg, 15/04/2004

2004/28 Dietmar H. Lamparter, Die 35-Stunden-Mär, 01/07/2004

2005/03 Uwe Jean Heuser, In Deutschland geht was, 13/01/2005

2005/30 Robert von Heusinger, Verrückte Börse, 21/07/2005

2005/35 Thomas Assheuer, Das Eiapopeia der Macht, 25/08/2005

2005/38 Uwe Jean Heuser, Deutschland, weitermachen!, 15/09/2005

2005/43 Thomas Assheuer, Das Beste kommt noch, 20/10/2005

2006/01 Uwe Jean Heuser, Einer für alle, 29/12/2005

2006/34a Robert von Heusinger, Danke, uns geht es gut, 17/08/2006

2006/34b Marc Brost, Dafür kann sie nichts, 17/08/2006

2006/46 Uwe Jean Heuser, Blendende Aussichten, 09/11/2006

2006/52 Kolja Rudzio, Gut, dass wir bescheiden waren, 20/12/2006

2007/10 Uwe Jean Heuser, Vorsicht, Aufschwung, 01/03/2007

2007/16 Thomas Fischermann, Gefährliches Lob, 12/04/2007

2007/20a Uwe Jean Heuser, Wo Deutschland wächst, 10/05/2007

2007/20b UJH (= Uwe Jan Heuser), „Deutsche Wiedergeburt?“, 10/05/2007

2007/23 Gunter Hofmann, Regierungslektüre, 31/05/2007

Notes

1 Daniel Eckert, « Finanzwelt feiert neues deutsches Wirtschaftswunder », in Die Welt, 27/04/2007 ; Daniel Dettling, « Talente, Toleranz und Technologien », in Handelsblatt, 01/03/2007.

2 D’autres co-occurrences ont été recherchées, comme « krank + Wirtschaft », « krank + Ökonomie », « krank + Land », « deutsch + Patient », « deutsch + Krankheit » etc., mais le tout n’ayant donné qu’un très petit nombre d’articles pertinents, le propos sera ponctuellement étayé à l’aide d’articles contemporains de ceux qui sont issus de la recherche sur « l’homme malade ».

3 Pour Die Zeit, les articles seront signalés dans le texte par le numéro et l’année de parution (1996/22 : n° 22 de l’année 1996), les références complètes se trouvant en fin de texte.

4 Comme le montrent aussi les nombreuses tables rondes et émissions radiodiffusées comme Deutschland - Europas kranker Mann (ARD, Presseclub, 03/11/2002, 12 h.).

5 Pour un compte rendu exhaustif de Sinn, voir Bourgeois, 2008.

6 « Führungslos » (signé CN = Christoph Neßhöver), in Handelsblatt, 01/04/2004.

7 Cf. par exemple, outre le Handelsblatt du 01/03/2007 déjà cité (« der einst kranke Mann »), Marina Küchen, « Lieber keine Spendierhosen… », in Hamburger Abendblatt, 20/04/2007 (« Die Zeiten, in denen Deutschland als der „kranke Mann Europas” galt, sind endlich vorbei. ») ; Matthias Wulff, « Aufbruch in ein neues Land », in Berliner Morgenpost, 29/07/2007 (« Lange Zeit galt Deutschland als kranker Mann Europas. […]. Auf einmal scheint das wie vergessen »).

8 Hans-Ulrich Jörges, « Hoppla, wir leben », in Stern, n° 21, 16/05/2007.

9 « Die Finanzmärkte hoffen » (signé som = Ulf Sommer), in Handelsblatt, 08/07/2003.

10 Ce n’est donc pas un hasard si Die Zeit a réservé un accueil plutôt favorable à Wirtschaft, die arm macht, ouvrage qui montre qu’en dépit d’un PIB croissant la part revenant aux salariés ne cesse de diminuer (Afheldt, 2004).

11 Stefan von Borstel, Jörg Eigendorf, Anja Struve, « Der Aufschwung ist nicht das Verdienst von Frau Merkel », in Die Welt, 04/12/2006.

12 Thomas Kaufner, « Wider das Jammern », in Manager-Magazin, 21/07/2003 ; « Investoren sind deutschen Pessimismus leid » (non signé), in Handelsblatt, 11/10/2005.

13 Hans-Werner Sinn, « Sind wir noch zu retten? », in Stern, n° 41, 03/10/2003 ; Hans-Werner Sinn, « Deutschland ist der kranke Mann Europas », in Bild-Zeitung, 21/04/2004 (sur-titre : « Unser klügster Wirtschafts-Professor schlägt Alarm »).

14 Après la reconstruction et la réunification, selon Frank-Walter Steinmeier, ministre des Affaires étrangères et candidat à la chancellerie en 2009, dans une interview (« Die SPD kann stolz sein », in Der Spiegel, n° 28, 09/07/2007).

15 En ce sens, le discours sur l’homme malade sert effectivement de cheval de Troie, comme l’a remarqué Michel Kauffmann lors de la discussion.

16 Comme dans cet éditorial de Françoise Crouïgneau : « Euro, pétrole, salaires… le phénix allemand fragilisé », in Les Échos, 06/03/2008.

Auteur

Université de Bourgogne – Dijon

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540