Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie, entreprise. Gérer les échanges

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Patrick Farges
, 
et al.

Partie 3 : Parler d’économie

L’évolution du concept de Soziale Marktwirtschaft1 de 1949 à 2002

Heike Romoth

Résumé

Dans cet article, nous avons voulu démontrer à partir de l’évolution du concept de soziale Marktwirtschaft que des changements sur le plan linguistique sont signe d’un changement conceptuel. L’analyse sémantique porte sur un corpus de six discours de politique générale tenus au Bundestag entre 1949 et 2002. Dans ces textes, nous avons distingué des stratégies différentes qui rendent compte de l’évolution du concept de soziale Marktwirtschaft : celle des chanceliers de l’union chrétien-démocrate (CDU) qui, dans les années cinquante et soixante, définissent leur concept en le marquant de leur position politique; le chancelier Brandt opposera le sien à celui de ses prédécesseurs en mobilisant des connotations négatives à l’aide de l’argument écologique ; Kohl et Schröder le renouvellent pour l’adapter aux exigences de l’économie mondiale. Ces évolutions conduisent à des changements au niveau de l’expression ; pourtant, l’expression soziale Marktwirtschaft ne semble pas prête à disparaître dans la mesure où ses connotations positives semblent continuer à rayonner sur les discours de politique générale.

In diesem Artikel wollten wir anhand der Entwicklung des Begriffs soziale Marktwirtschaft zeigen, dass Sprachwandel ein Zeichen für Veränderungen eines politischen Begriffs ist. Der Korpus für die semantische Analyse besteht aus sechs Regierungserklärungen, die zwischen 1949 und 2002 als Antrittsreden gehalten wurden. In diesen Texten haben wir verschiedene Strategien vorgefunden, die die Entwicklung des Begriffs soziale Marktwirtschaft aufzeigen: die der Kanzler der CDU, die in den fünfziger und sechziger Jahren ihren Begriff von sozialer Marktwirtschaft definieren und ihn gleichzeitig mit einer politischen Einstellung besetzen; Bundeskanzler Brandt stellt seinen Begriff von sozialer Marktwirtschaft dem seiner Vorgänger gegenüber, indem er mit Hilfe des ökologischen Arguments negative Konnotationen hervorbringt; Kohl und Schröder erneuern den Begriff, um ihn den Anforderungen der globalen Wirtschaft anzupassen. Jedoch scheint der Ausdruck soziale Marktwirtschaft deshalb nicht in Vergessen zu geraten, denn seine positiven Konnotationen scheinen den Regierungserklärungen weiterhin Glanz zu verleihen.

Texte intégral

Introduction

  • 1 Littéralement « Économie sociale de marché ». Nous proposerons une traduction littérale des termes (...)
  • 2 Économie de marché sociale et écologique.
  • 3 Nouvelle économie de marché.

1L’apparition d’expressions concurrentes à celle de soziale Marktwirt-schaft dans le discours politique, telles que ökologische und soziale Marktwirt-schaft2 ou neue soziale Marktwirtschaft3 semble indiquer une évolution du concept. Ce changement peut être dû à des facteurs divers : des réalités économiques, sociales et politiques différentes, des intérêts et positions politiques qui varient d’un parti politique à l’autre ou bien un changement de politique à l’intérieur d’un même parti.

2Afin de démontrer l’évolution du (des) concept(s) de soziale Marktwirt-schaft, nous avons analysé les discours de politique générale des chanceliers de la R.F.A. de 1949 à 2002. Par concept, nous entendons avec Loïc Depecker « une unité structurée de pensée par laquelle nous nous formons une connaissance du réel » (Depecker, 2002 : 43).

3Ces discours seront étudiés de façon chronologique afin de suivre l’évolution du concept de soziale Marktwirtschaft. Nous avons retenu trois périodes qui nous semblent correspondre à des stratégies différentes :

  • l’ère du parti chrétien-démocrate sous les gouvernements d’Adenauer et de Erhard (1949-1966) qui est une phase de définition du concept pendant laquelle les chanceliers tendent à marquer l’idée de soziale Marktwirtschaft d’un positionnement politique ;

  • l’ère du parti social-démocrate du chancelier Brandt (1969-1972) qui, pour nous, est celle d’une contre-attaque sémantique ayant une visée politique ;

  • la période de 1982 à 2002 sous les gouvernements des chanceliers Kohl et Schröder qui correspond à un renouvellement du concept et une adaptation aux réalités d’une économie mondiale.

1. L’élaboration et la définition du concept

4À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’Allemagne aspire à un nouvel ordre économique et social :

  • 4 Le système économique capitaliste n’a pas pu garantir les intérêts vitaux du peuple allemand au niv (...)

Das kapitalistische Wirtschaftssystem ist den staatlichen und sozialen Lebens-interessen des deutschen Volkes nicht gerecht geworden. Nach dem furchtbaren politischen, wirtschaftlichen und sozialen Zusammenbruch […] kann nur eine Neuordnung von Grund aus erfolgen. Inhalt und Ziel dieser sozialen und wirtschaftlichen Neuordnung kann nicht mehr das kapitalistische Gewinn- und Machtstreben, sondern nur das Wohlergehen unseres Volkes sein. (Ahlener Programm, voir Zonenausschuss, 1947 : 15)4

5Si en 1947, l’idée socialiste est encore très forte au sein même de l’Union chrétienne-démocrate, c’est le courant libéral qui s’imposera. Dans les Düsseldorfer Leitsätze, document programmatique de la CDU de 1949, on peut observer une prise de position en faveur d’un système qui conjugue rentabilité économique maximale et justice sociale :

  • 5 L’économie sociale de marché constitue la charte de l’économie commerciale ; elle est liée à un eng (...)

Die soziale „Marktwirtschaft“ ist die sozial gebundene Verfassung der gewerblichen Wirtschaft, in der die Leistung freier und tüchtiger Menschen in eine Ordnung gebracht wird, die ein Höchstmaß von wirtschaftlichem Nutzen und sozialer Gerechtigkeit für alle erbringt. (Ahlener Programm, voir Zonenausschuss, 1947 : 27)5

6Le concept soziale Marktwirtschaft et son expression par l’association des deux éléments lexicaux en un groupe de mots est, en grande partie, l’œuvre de l’économiste Alfred Müller-Armack.

7L’expression soziale Marktwirtschaft permet de distinguer son concept d’autres concepts, à savoir de Zentralverwaltungswirtschaft (économie centralisée) qui, en 1949, renvoie à l’ordre économique dans la zone d’occupation soviétique ; par ailleurs, elle permet de distinguer soziale Marktwirtschaft de freie Marktwirtschaft (économie de libre concurrence) que la CDU a condamné dans le Programme de Ahlen. De cette façon, la nouvelle expression semble démontrer une troisième voie ouverte par Alfred Müller-Armack. Ce concept présente également l’avantage de répondre aux exigences d’« un ordre fondamentalement nouveau » formulées dans le Programme de Ahlen même s’il est assez éloigné de l’idée d’un « socialisme libéral », encore envisagé par le parti chrétien-démocrate en 1947.

8Sur le plan linguistique, l’expression soziale Marktwirtschaft répond à trois critères :

  • elle est polylexicale ;

  • elle est figée (certaines propriétés transformationnelles sont bloquées) ;

  • le sens est non-compositionnel.

  • 6 Par polysémie, nous entendons ici la propriété d’un signe à avoir plusieurs sens.

9Les unités langagières répondant à ces trois critères sont des phrasèmes (Mešková, 2007, 477). Sans être idiomatique à proprement parler, le phrasème soziale Marktwirtschaft présente une « opacité sémantique » (Mešková, 2007, 477), c’est-à-dire qu’il est impossible de déduire le sens du phrasème par la composition des sens de ses éléments lexicaux sozial et Marktwirtschaft. Cette opacité réside avant tout dans la polysémie de l’adjectif sozial6. Sozial est en effet relatif à la société dans son ensemble mais également aux individus de cette même société. Cette polysémie donne une grande ouverture au concept soziale Marktwirtschaft que les acteurs politiques exploitent pour faire un travail de définition en accord avec leurs positions politiques.

10Voici la définition de sozial selon Adenauer :

  • 7 Les partenaires de la coalition sont en parfait accord sur le fait de se laisser guider dans leur t (...)

(1) Die Koalitionspartner sind sich völlig einig darin, daß sie sich bei ihrer ganzen Arbeit von dem Bestreben leiten lassen werden, so sozial im wahrsten und besten Sinne des Wortes zu handeln wie irgend möglich. (Adenauer, 1949)7

11Adenauer réalise un triple objectif : il réduit le sens de sozial par le groupe prépositionnel im wahrsten und besten Sinne des Wortes ; ainsi, il admet une polysémie mais précise qu’un seul des sens est vrai et meilleur que les autres. Ce faisant, il porte un jugement de valeur et sozial reçoit une connotation positive dans l’emploi qu’en fait Adenauer. Ce procédé transfère une connotation négative aux autres significations du mot ce qui permet au chancelier démocrate-chrétien, par la même occasion, de stigmatiser les emplois que ses adversaires politiques pourraient en faire. Adenauer fait une tentative pour établir une norme linguistique en prétendant qu’il existe un vrai sens des mots. Mais il faut se reporter à un autre énoncé pour connaître le sens de l’adjectif sozial qu’Adenauer privilégie.

  • 8 Même si, comme je l’ai expliqué, la meilleure politique sociale est une solide politique économique (...)

(2) Wenn auch, wie ich ausgeführt habe, die beste Sozialpolitik eine gesunde Wirtschaftspolitik ist, die möglichst vielen Arbeit und Brot gibt, so wird es doch nach diesem Kriege und dieser Not in Deutschland immer einen sehr großen Prozentsatz von Menschen geben, denen anders und besonders geholfen werden muß. Das gilt insbesondere auch von den Schwerkriegsbeschädigten. (Adenauer, 1949)8

12La compréhension qu’Adenauer a de l’adjectif sozial est relative à un ordre économique et social qui donne à la majorité de la population la possibilité de travailler et de subvenir à ses besoins. Dans sa définition, le concept Sozialpolitik est une partie du concept Wirtschafts-politik ; sur le plan logique, Sozialpolitik est subordonné à Wirtschaftspoltik qui est ainsi l’hyperonyme de Sozialpoltik. Dans la deuxième partie de l’énoncé, Sozialpolitik renvoie à des prestations sociales pour ceux qui ne sont pas en mesure de travailler. Adenauer évoque ici plus particulièrement les mutilés de guerre.

  • 9 Une harmonisation sensée des antagonismes sociaux est une condition incontournable pour l’améliorat (...)

(3) Ein verständiger Ausgleich sozialer Gegensätze ist eine unumgängliche Voraussetzung für den Aufstieg unseres Volks. […] Es scheint mir aber auch eine der wesentlichsten Grundbedingungen einer verständigen Sozial-politik zu sein, dem Fleißigen und Tüchtigen jede Aufstiegsmöglichkeit zu geben. (Adenauer, 1949)9

13Dans l’énoncé (3), Sozialpolitik évoque la promotion des plus méritants, à savoir de ceux qui sont travailleurs.

14Nous avons dit que l’ordre économique et social établi par l’économie sociale de marché était censé conjuguer rentabilité économique maximale et justice sociale ; les deux font partie du concept soziale Marktwirtschaft. Dans les définitions ci-dessus, Adenauer précise différents aspects de la justice sociale : une politique économique au service de la croissance qui procure des emplois à tous, une aide particulière pour les plus démunis et la possibilité de promotion pour les plus méritants. Le chancelier Erhard rappelle ce principe de coexistence entre rentabilité économique maximale et justice sociale dans l’économie sociale de marché :

  • 10 […] un peuple voulant augmenter la prospérité et l’étendre à toutes les classes sociales et qui ent (...)

(4) […] ein Volk, das auf breitester Grundlage den Wohlstand mehren und auch in Arbeitnehmerhand die Vermögensbildung fordern will […], ein solches Volk sollte sich nicht Überlegungen nach Verkürzung der Arbeitszeit hingeben. (Erhard, 1965)10

15Le discours de Erhard vient étayer les efforts d’ordre sémantique fait par le chancelier Adenauer et il fait usage du lexème Wohlstand (bien-être matériel) qui, selon Josef Klein, constitue une connotation très partagée de l’expression Soziale Marktwirtschaft (Klein, 1991, 53). Le lexème verbal mehren (multiplier, développer) fait apparaître une conception purement quantitative de Wohlstand de la part de la CDU.

16À l’issue de quatre périodes législatives sous un gouvernement à majorité CDU, l’expression Soziale Marktwirtschaft a perdu une grande partie de son caractère « ouvert » sur le plan sémantique.

2. La contre-attaque politique et sémantique du parti social-démocrate

17Le changement de gouvernement en 1969 introduit un changement politique qui s’accompagne d’un changement de discours. Greiffenhagen définit le rapport entre langue et politique comme suit :

  • 11 La langue n’est pas seulement un moyen important dont se sert l’homme politique mais elle constitue (...)

Sprache ist nicht nur ein wichtiges Mittel des Politikers, sondern das Element, in dem sein Beruf sich vollzieht. Was er auch tut, auf welchem Feld er auch wirkt, stets arbeitet er mit dem geschriebenen, gelesenen, gehörten oder gesprochenen Wort. (Greiffenhagen, 1980 : 9)11

18Dans une perspective politico-linguistique, la langue en usage se réalise en un acte de parole qui est lié à une intention, celle de la persuasion (Roth, 2004, 20). Dans ce sens, les changements sémantiques opérés par le SPD à partir de 1969 sont en même temps des actes politiques destinés à légitimer sa ligne politique et à faire adhérer les destinataires du discours à cette politique. Nous parlons de contre-attaque sémantique dans la mesure où un certain nombre d’éléments lexicaux utilisés par la CDU seront réutilisés par le SPD qui en redéfinit le sens, ou qui leur substitue des lexèmes concurrents.

19En 1959, avec le Programme de Godesberg, le SPD avait, sur le plan formel, marqué son adhésion à un ordre économique qui conjugue la libre concurrence et un niveau de prospérité de plus en plus élevé. Malgré ce changement programmatique, les chanceliers du parti social-démocrate (SPD) n’utiliseront pas l’expression soziale Marktwirtschaft dans les périodes législatives qui précéderont le gouvernement Kohl. Ce phénomène pourrait indiquer au moins deux choses :

  • l’expression forgée par des acteurs de la CDU est associée à ce parti et marquée d’un positionnement politique ;

  •  l’expression telle qu’elle a été définie par la CDU ne correspond pas au concept de soziale Marktwirtschaft du SPD.

20Dans son discours de 1973, le chancelier Brandt oppose les concepts du SPD et de la CDU et soulève plusieurs problèmes de sémantique :

  • 12 Depuis la Seconde guerre mondiale, la croissance économique et une prospérité grandissante ont amél (...)

(5) Wirtschaftliches Wachstum und steigender Wohlstand haben seit dem Zweiten Weltkrieg den Lebensstandard unserer Bürger wesentlich verbessert. Mehr Produktion bedeutet aber noch nicht automatisch mehr Freiheit für den Einzelnen. Lebensqualität ist mehr als Lebensstandard. Sie ist Bereicherung unseres Lebens über Einkommen und Konsum hinaus. Sie setzt ein neues Verständnis vom Allgemeininteresse voraus. […] Weder die Einzelnen noch die Gemeinschaft können auf Kosten der Natur leben. […] Es geht vielmehr um die Frage des Wo, Wie und Wofür des wirtschaftlichen Wachstums – und um die Einsicht, dass Wachstum und Ökonomisches Prinzip im Dienste des Menschen stehen müssen. (Brandt, 1973)12

21Brandt reprend ici le lexique de la CDU mais l’ajout d’un élément de sens nouveau lui permet une évaluation négative des éléments lexicaux employés par l’Union chrétienne-démocrate et une évaluation positive de son propre lexique par ce même procédé. Pour plus de clarté, nous avons organisé ces éléments sous forme de tableau :

élément lexical

sens

élément de sens nouveau

évaluation

wirtschaftliches Wachstum (CDU)

mehr Produktion

auf Kosten der Umwelt

négative

wirtschaftliches Wachstum (SPD)

mehr Produktion

im Dienste des Menschen

positive

Allgemeininteresse (CDU)

Freiheit des Einzelnen und der Gemeinschaft

auf Kosten der Natur

négative

Allgemeininteresse (SPD)

Verantwortung des Einzelnen und der Gemeinschaft

für die Umwelt

positive

22L’introduction de l’argument écologique dans son discours a donné au chancelier Brandt la possibilité de faire une évaluation négative des éléments lexicaux utilisés par la CDU qui, elle, leur attache une valeur positive. L’objectif consiste à ce que les destinataires – les électeurs en premier lieu – associent le SPD et sa définition de tel mot ou de telle notion. Les hommes politiques et les linguistes allemands désignent de tels procédés par l’expression Begriffe besetzen (investir les concepts).

23Brandt introduit également de nouveaux éléments lexicaux dans le discours politique : il oppose Lebensqualität (qualitié de vie) à Wohlstand (bien-être matériel) qu’il utilise comme synonyme de Lebensstandard (niveau de vie) ; ce faisant, il réduit Wohlstand à des aspects purement matériels. De cette façon, Willy Brandt remet en cause l’aspect quantitatif du concept de la CDU en faveur d’une approche qualitative privilégiée par le SPD qui apparaît clairement dans la comparaison entre Lebensstandard et Lebensqualität. Le tertium comparationis Bereicherung (enrichissement) comporte deux signifiés, l’un connoté positivement, l’autre négativement : Bereicherung unseres Lebens, dans le sens « enrichissement de la vie », puis (materielle) Bereicherung dans le sens « enrichissement » au détriment d’autrui par la dégradation de l’environnement et l’exploitation des ressources naturelles en faveur d’une croissance économique dans le seul but de faire des bénéfices.

3. Le concept renouvelé

24Dès 1983, le chancelier Kohl (CDU) met en œuvre une stratégie afin de redéfinir le sens de soziale Marktwirtschaft.

  • 13 Le temps d’une politique de renouvellement est venu.(a) Cette politique doit d’abord se réaliser pa (...)

(6) Es ist höchste Zeit für die Politik der Erneuerung.(a) Diese Politik muss sich zuerst beweisen in der Erneuerung der Sozialen Marktwirtschaft.(b) Alle geschichtlichen Erfahrungen dieses Jahrhunderts lehren : Eine Wirtschaftsordnung ist um so erfolgreicher, je mehr sich der Staat zurückhält und dem einzelnen seine Freiheit läßt.(c) Die Soziale Marktwirtschaft ist wie keine andere Ordnung geeignet, Gleichheit der Chancen, Eigentum, Wohlstand und sozialen Fortschritt zu verwirklichen.(d) Wir wollen nicht mehr Staat, sondern weniger ; (e) wir wollen nicht weniger, sondern mehr persönliche Freiheit.(f) (Kohl, 1983)13

25Dans l’énoncé (6b), Kohl propose un renouvellement de l’économie sociale de marché. Le substantif Erneuerung (renouvellement) est dérivé du verb erneuern qui a deux sens : remplacer par quelque chose de nouveau et faire revivre. Kohl définit cette nouvelle économie sociale de marché par la retenue de l’État et la liberté personnelle (6c).

26L’idée de compensation sociale réapparaît dans l’énoncé (6d) sous forme des groupes de mots Gleichheit der Chancen (SPD : Chancengleichheit) (égalité des chances) et sozialer Fortschritt (progrés social). Ces deux éléments appartenaient plutôt au champ lexical politique du SPD. Mais cela ne veut pas dire que Kohl leur attribue le même sens. Dans son discours de politique générale de 1987, Kohl reprend ce même énoncé (6d) et l’élargit :

  • 14 Développer une force économique, procurer du soutien social et moderniser en respectant l’homme : v (...)

(7) Wirtschaftskraft entfalten, sozialen Halt geben und menschengerecht modernisieren, darin vor allem bewährt sich die Soziale Marktwirtschaft.(a) Wir halten an der Sozialen Marktwirtschaft fest ; denn in dieser Wirtschafts- und Gesellschaftsordnung können Freiheit und Selbstverantwortung in Solidariät mit dem Nächsten und in Übereinstimmung mit dem Gemeinwohl gelebt werden.(b) Wie keine andere Ordnung ist die Soziale Marktwirtschaft geeignet, Gleichheit der Chancen, Wohlstand, Schutz der Umwelt und sozialen Fortschritt zu verwirklichen und damit die Zukunft zu sichern.(c) (Kohl, 1987)14

27L’énoncé (7b) semble rappeler le principe de solidarité de l’assurance sociale. Mais il peut aussi être lu différemment : des cotisations sociales à des organismes privés remplacent le principe de solidarité par des cotisations obligatoires gérées par l’État ; le système de solidarité de l’État social sera remplacé par un système caritatif ; le bien public est garanti par la baisse des charges qui pèsent sur les salariés. Le domaine de référence (Referenzbereich, Klein, 1991) du lexème Solidarität a été déplacé du domaine de l’organisation sociale vers le domaine religieux. Le lexème [dem] Nächsten (le prochain), qui appartient au champ sémantique religieux, ne peut pas évoquer comme domaine de référence l’organisation sociale. En revanche, un élément lexical comme Mitbürger (concitoyen) pourrait référer à ce domaine.

28Les éléments lexicaux modernisieren et Fortschritt ont au moins deux traits sémantiques communs qu’ils partagent par ailleurs avec Erneuerung : l’un des deux est relatif au temps, l’autre au changement. Les deux éléments sont connotés positivement. Il nous semble utile d’analyser ces éléments dans le contexte d’une définition que Kohl donne du progrès dans son discours de 1987 :

  • 15 Le progrès, nous en sommes conscients, a toujours eu un prix. Mais nous ne voulons pas nous passer (...)

(8) Fortschritt – das wissen wir - hatte schon immer seinen Preis. Aber wir wollen seinen Nutzen für die Menschen nicht missen. Unser Lebensalltag ist von vielen Belastungen befreit, die frühere Generationen noch selbstverständlich ertragen mussten. Der medizinische Fortschritt hat die Lebenserwartung erheblich verlängert. Erfindungsgabe hat unseren Arbeitsalltag erleichtert und uns zu einem Wohlstandsniveau verholfen, das wir kaum noch zu schätzen wissen, weil es für viele so alltäglich geworden ist. […] Die Chancen des wissenschaftlich-technischen Fortschritts müssen wir auch in Zukunft nutzen. (Kohl, 1987)15

29Ici, Kohl met en avant un certain nombre d’attributs du progrès scientifique et technique : il est au service de l’homme en prolongeant la durée de vie, il procure de la prospérité et il améliore les conditions de travail, c’est-à-dire qu’il génère du progrès social. Dans cette même logique, il devient impossible de remettre en cause le progrès scientifique et technique sans porter atteinte au progrès social.

30Le lexème Chancen, déjà apparu comme élément du groupe de mots Gleichheit der Chancen dans l’énoncé (7), réapparaît dans ce contexte. Dans le discours du SPD, le lexème nominal composé Chancengleichheit avait comme domaine de référence l’éducation ; dans l’emploi qu’en fait Kohl, il évoque les opportunités qu’apporte le progrès scientifique et technique dans le domaine de l’économie mondiale.

31Qu’en est-il, en 1987, du concept Soziale Marktwirtschaft pensé comme un équilibre entre les intérêts économiques et les intérêts des salariés ?

  •  le rôle de l’État comme institution responsable de l’organisation de la justice sociale est remis en cause (Wir wollen nicht mehr Staat, sondern weniger) ;

  •  l’égalité des chances (CDU : Chancengerechtigkeit) qui, traditionnellement, garantit l’accès de tous à l’éducation, doit garantir l’accès aux marchés mondiaux dans le domaine des nouvelles technologies ;

  •  le progrès social est lié au progrès scientifique (progrès de la médecine) ;

  •  le concept de solidarité se réduit à des valeurs chrétiennes d’amour du prochain (Solidarität mit dem Nächsten) ;

  •  le principe de l’État social disparaît (Selbstverantwortung).

32Ce renouvellement annoncé par le chancelier Kohl à l’aide du lexème Erneuerung annonce un retour vers le concept soziale Marktwirtschaft de Erhard qui partait du principe qu’il n’y avait pas besoin de l’intervention de l’État pour organiser la justice sociale, mais que le libre-marché était naturellement social. Mais la revendication d’un « État aminci » (schlanker Staat : gestion selon les principes de la production au plus juste) fait penser à un capitalisme que les concepteurs de l’économie sociale de marché, notamment Alfred Müller-Armack, avaient voulu dépasser.

33Les traits sémantiques communs aux éléments modernisieren, Fortschritt et Erneuerung, qui ont tous une connotation positive, font apparaître le changement comme une nécessité, une obligation d’aller avec son temps. Qui pourrait être contre la modernité ou le progrès ?

34Cette idée d’un changement nécessaire est reprise par le chancelier Schröder :

  • 16 Nous avons besoin d’une réduction nette des charges qui pèsent sur les ménages afin de relancer la (...)

(9) Wir brauchen eine Nettoentlastung der Haushalte zur Belebung der Binnenkonjunktur, damit die Menschen auch kaufen können, was die Wirtschaft herstellt. Durch Marktöffnung und Entbürokratisierung, durch die Förderung von Innovation und Zukunftsindustrien verbessern wir die Angebotsbedingungen für Produkte, neue Märkte und neue Verfahren. Beides gehört zusammen. […] Wir stehen nicht für eine rechte oder linke Wirtschaftspolitik, sondern für eine moderne Politik der sozialen Marktwirtschaft. (Schröder, 1998)16

35Les éléments Innovation, Zukunftsindustrien, neue Märkte, neue Verfahren (innovation, industries du futur, nouveaux marchés et nouveaux procédés) moderne Politik der sozialen Marktwirtschaft ont, comme les trois éléments utilisés par Kohl (modernisieren, Fortschritt, Erneuerung), une connotation positive. Cela est également vrai pour le lexème nominal Entbürokratisierung (débureaucratisation) que Schröder privilégie pour cette raison par rapport à Deregulierung (dérégulation).

36L’emploi fréquent d’éléments lexicaux à connotation positive permet au locuteur d’imprégner sa politique de ce rayonnement (Klein, 1991, 65) ; ce procédé semble d’autant plus fréquent que les mesures annoncées sont impopulaires. Des mesures libérales telles que Marktöffnung (ouverture du marché) et Entbürokratisierung annoncées par un chancelier du parti social-démocrate sont présentées comme des mesures d’une politique moderne d’économie sociale de marché. Par le recours à l’expression Soziale Marktwirtschaft, Schröder veut mobiliser chez les destinataires de son discours certaines connotations, évoquer l’idée d’un régime concurrentiel efficace, de la prospérité. Il veut ainsi conduire les destinataires à opérer une association entre la politique économique qu’il propose dans son discours et le modèle de l’économie de marché, connoté positivement.

37Schröder est le premier chancelier du SPD à utiliser l’expression soziale Marktwirtschaft dans un discours de politique générale. Nous avons évoqué deux raisons expliquant pour quel motif les chanceliers Brandt et Schmidt ne l’employaient pas dans leurs discours de politique générale :

  •  l’expression forgée par des acteurs de la CDU est associée à ce parti et marquée d’un positionnement politique ;

  •  le sens, tel qu’il a été défini par la CDU, ne correspond pas au sens que le SPD lui attribue.

38Pour Schröder, les choses se présentent différemment :

  1. par l’emploi de l’expression soziale Marktwirtschaft, il fait appel aux électeurs traditionnels de la CDU qu’il souhaite rallier à ce qu’il appelle neue Mitte (nouveau centre) ;

  2. ce qu’il présente comme étant une politique moderne de l’économie sociale de marché semble très proche du concept soziale Marktwirtschaft du chancelier Kohl ;

  3. les connotations positives de l’expression soziale Marktwirtschaft sont censées donner à des mesures de politique économique et sociale impopulaires un aspect positif.

Conclusion

39Dans cette contribution, nous avons essayé de démontrer en quoi les changements conceptuels et les changements sur le plan linguistique vont de pair : les éléments sozial et Marktwirtschaft, solidaires sur le plan sémantique, peuvent recevoir une interprétation individuelle, le concept soziale Marktwirtschaft se nourrit de ces tensions. Par ailleurs, il fait l’objet d’un travail de réinterprétation politique. Linguistiquement parlant, l’expression se trouve sous la forme d’un Groupe Nominal complexe, mais également dans des nominalisations (Erneuerung der sozialen Marktwirtschaft), il permet même des élargissements du groupe nominal : Moderne Politik der SMW voire ökologische und soziale Marktwirtschaft ou encore neue soziale Marktwirtschaft.

40Des travaux d’analyse quantitative sur l’emploi des mots-clés politiques (Shrouf, 2006) ont démontré que les changements linguistiques intervenus depuis 1949 sont signe de changements politiques. Cependant, nous avons pu observer que le rayonnement de ces éléments lexicaux rend le changement difficile : l’expression soziale Marktwirtschaft reste, aux yeux des électeurs, garant d’un certain nombre de valeurs ; c’est pour cette raison que les chanceliers Kohl et Schröder continuent à avoir recours à cette expression à laquelle leurs destinataires associent des éléments bien précis tel que Wohlstand (prospérité), pour ne donner qu’un exemple.

Bibliographie

Depecker, Loïc, 2002, Entre signe et concept. Éléments de terminologie générale, Paris, PSN.

Greiffenhagen, Martin (éd.), 1980, Kampf um Wörter? Politische Begriffe im Meinungsstreit, Munich, Vienne, Carl Hanser Verlag.

Klein, Josef, 1991, « Kann man Begriffe besetzen? Zur linguistischen Differenzierung einer plakativen politischen Metapher », in Liedtke, Frank, Wengeler, Martin, Böke, Karin (éds), Begriffe besetzen. Strategien des Sprachgebrauchs in der Politik. Opladen, Westdeutscher Verlag, p. 44-69.

Mešková, L’udmila, 2007, « Les aspects phraséologiques de la terminologie en marketing », in Behr, I. et al. (éds), Langue, économie, entreprise : le travail des mots, Paris, PSN, p. 475-484.

Roth, Kersten Sven, 2004, Politische Sprachberatung als Symbiose von Linguistik und Sprachkritik. Zu Theorie und Praxis einer kooperativ-kritischen Sprach-wissenschaft, Tübingen, Niemeyer.

Shrouf, A. Naser, 2006, Sprachwandel als Ausdruck politischen Wandels, Francfort/M., Peter Lang.

Zonenausschuss der CDU für die britische Zone, Ahlener Programm, Ahlen, 03.02.1947.

Corpus

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographi-scher Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 1. Wahlperiode, 5. Sitzung, 20.09.1949)

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographischer Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 5. Wahlperiode, 4. Sitzung, 10.11.1965)

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographi-scher Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 7. Wahlperiode, 4. Sitzung, 18.01.1973)

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographi-scher Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 10. Wahlperiode, 4. Sitzung, 04.05.1983)

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographi-scher Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 11. Wahlperiode, 4. Sitzung, 18.03.1987)

Erklärung der Bundesregierung betr. Regierungsprogramm – Stenographi-scher Bericht zu den Verhandlungen des Deutschen Bundestages (-Deutscher Bundestag, 14. Wahlperiode, 3. Sitzung, 10.11.1998)

Notes

1 Littéralement « Économie sociale de marché ». Nous proposerons une traduction littérale des termes allemands importants lors de leur première citation.

2 Économie de marché sociale et écologique.

3 Nouvelle économie de marché.

4 Le système économique capitaliste n’a pas pu garantir les intérêts vitaux du peuple allemand au niveau étatique et social. Après l’effroyable effondrement politique, économique et social […], un ordre fondamentalement nouveau doit voir le jour. Seule la prospérité de notre peuple et non le désir capitaliste de profit et de pouvoir peut constituer le contenu et l’objectif de ce nouvel ordre social et économique.

5 L’économie sociale de marché constitue la charte de l’économie commerciale ; elle est liée à un engagement social. Dans cette charte, le travail des hommes libres et travailleurs s’insère dans un ordre qui réalise pour tous une rentabilité économique maximale et une justice sociale.

6 Par polysémie, nous entendons ici la propriété d’un signe à avoir plusieurs sens.

7 Les partenaires de la coalition sont en parfait accord sur le fait de se laisser guider dans leur travail par la volonté d’agir, autant que possible, en accord avec les principes sociaux, et cela dans le vrai et le meilleur sens du terme social.

8 Même si, comme je l’ai expliqué, la meilleure politique sociale est une solide politique économique qui procure du travail et de quoi vivre au plus grand nombre, il existe toujours un pourcentage très élevé de la population qui, suite à la guerre et la misère en Allemagne, aura besoin d’une aide différente et particulière. Cela est vrai notamment pour les mutilés de guerre.

9 Une harmonisation sensée des antagonismes sociaux est une condition incontournable pour l’amélioration du niveau de vie de notre peuple. […] En même temps, il me semble qu’une des exigences les plus fondamentales d’une politique sociale sensée est de donner toutes les chances de promotion sociale à celui qui est travailleur et qui ne ménage pas ses efforts.

10 […] un peuple voulant augmenter la prospérité et l’étendre à toutes les classes sociales et qui entend exiger, pour les salariés aussi, l’accès à la propriété […], ce même peuple ne devrait pas penser à une réduction du temps de travail.

11 La langue n’est pas seulement un moyen important dont se sert l’homme politique mais elle constitue l’élément même dans lequel son métier se concrétise. Quoi qu’il fasse, quel que soit son champ d’action, il fait toujours usage de la parole écrite, lue, entendue ou dite.

12 Depuis la Seconde guerre mondiale, la croissance économique et une prospérité grandissante ont amélioré de façon considérable le niveau de vie de la population. Mais plus de production ne signifie pas automatiquement plus de liberté pour l’individu. La qualité de vie est plus que le simple niveau de vie. Elle est l’enrichissement de notre vie au-delà du revenu et de la consommation. Elle présuppose une nouvelle vision de l’intérêt commun. […] Ni les individus ni la collectivité ne peuvent vivre aux dépens de la nature. […] La question qu’il faut se poser est de savoir où, comment et pourquoi nous avons besoin d’une croissance économique – et il est nécessaire de comprendre que la croissance et le principe économique doivent être au service de l’homme.

13 Le temps d’une politique de renouvellement est venu.(a) Cette politique doit d’abord se réaliser par le renouvellement de l’économie sociale de marché.(b) Tous les enseignements de l’Histoire de ce siècle le démontrent : un ordre économique est d’autant plus performant que l’État s’efface et qu’il laisse les individus agir librement.(c) L’économie sociale de marché est l’ordre le plus à même de concrétiser l’égalité des chances, la propriété, la prospérité et le progrès.(d) Nous ne voulons pas plus d’État, mais moins d’État ; (e) nous ne voulons pas moins de liberté personnelle, mais plus de liberté personnelle.(f)

14 Développer une force économique, procurer du soutien social et moderniser en respectant l’homme : voici les principaux domaines où l’économie sociale de marché a fait ses preuves.(a) Nous tenons à l’économie sociale de marché ; c’est dans cet ordre économique et social que la liberté et la responsabilité de soi et de son prochain peuvent être vécues en accord avec l’intérêt public.(b) L’économie sociale de marché est à même de réaliser l’égalité des chances, la prospérité, la protection de l’environnement et le progrès social et, de cette manière, elle est en mesure de garantir l’avenir.(c)

15 Le progrès, nous en sommes conscients, a toujours eu un prix. Mais nous ne voulons pas nous passer de son utilité pour l’homme. Notre vie quotidienne a été libérée de beaucoup de contraintes que des générations précédentes ont supportées comme allant de soi. Le progrès en médecine a prolongé la durée de vie de façon considérable. La faculté d’invention a soulagé notre quotidien et il nous a menés vers un niveau de prospérité que nous ne savons plus apprécier à sa juste valeur puisque, pour beaucoup de personnes, il fait partie du quotidien. Nous devons saisir, dans l’avenir aussi, les opportunités du progrès scientifique et technique.

16 Nous avons besoin d’une réduction nette des charges qui pèsent sur les ménages afin de relancer la conjoncture intérieure et pour que les gens puissent acheter ce que l’économie produit. Par une ouverture du marché et par une dérégulation, par l’encouragement de l’innovation et des industries du futur, nous améliorons nos conditions d’offre pour des produits, de nouveaux marchés et de nouveaux procédés. Les deux vont de pair. […] Nous ne défendons pas une politique économique de droite ou de gauche, mais une politique moderne de l’économie sociale de marché.

Auteur

Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540