Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Langue, économie, entreprise. Gérer les échanges

 | 
Irmtraud Behr
, 
Dieter Hentschel
, 
Patrick Farges
, 
et al.

Partie 2 : Présenter l’offre

Confrontation de l’offre et de la demande d’accompagnement de l’entrepreneuriat immigré à partir du discours des acteurs

Thierry Levy-Tadjine

Résumé

Ce travail analyse et confronte les discours d’entrepreneurs immigrés et d’accompagnateurs afin d’identifier l’existence de distorsions cognitives pouvant soutenir une inclinaison discriminatoire. Il apparaît notamment que le discours des professionnels de l’accompagnement est très différencié selon que leur structure d’accompagnement est spécialisée dans le public immigré ou non. Le discours des porteurs de projet révèle que la partition sociale à laquelle ils font référence est davantage d’ordre socio-économique ou territoriale qu’ethnique, ce qui tend à remettre en cause les stéréotypes réduisant l’entrepreneuriat immigré à l’ethnic business.

Texte intégral

  • 1 L’analyse détaillée de ces cas est présentée dans Levy-Tadjine, 2004.

1Si les économistes et les gestionnaires commencent à s’intéresser aux discours des dirigeants d’entreprise et à prendre ceux-ci comme objets d’études, le discours des entrepreneurs « en herbe » est plus rarement étudié pour lui-même et a fortiori jamais confronté au discours de ceux qui se proposent de les accompagner. Tel est l’objet de nos travaux conduits pour le compte d’un organisme d’accompagnement, A.L.E.X.I.S.-Boutiques de Gestion de Lorraine sur une période de trois ans. À la demande de cette structure, nous nous sommes focalisés sur un public spécifique, les porteurs de projet d’origine immigrée, qui représentaient 25 % du public accueilli. L’analyse des discours de ce public et de ceux qui les accompagnaient visait à confronter l’offre et la demande sociale par rapport à ce service et, in fine, à questionner les pratiques professionnelles des chargés de mission. La structuration du propos en découle. Nous discuterons ainsi d’abord de « l’offre d’accompagnement » en comparant les discours des chargés d’accompagnement de structures, spécialisées ou non sur le public immigré. Puis nous analyserons les attentes des bénéficiaires de ces dispositifs. Nous avons, en effet, analysé dans un premier temps le discours institutionnel de quatre structures d’accompagnement et les discours individuels de 21 accompagnateurs d’A.L.E.X.I.S. sur leur mission et leur rapport au public concerné afin, notamment, d’identifier l’existence de distorsions cognitives venant appuyer une inclinaison discriminatoire. Puis nous avons confronté ces résultats aux discours de 32 porteurs de projet issus de l’immigration1 ayant bénéficié d’un accompagnement ou non. Les données recueillies ont été soumises à des analyses thématiques, structurales, lexicologiques et logico-syntaxiques à l’aide du logiciel TROPES. Ces dernières analyses étaient particulièrement utiles à notre sujet afin d’apprécier la perception des discriminations, qu’elles soient positives ou négatives, dans le discours, et leur implication sur les pratiques d’accompagnement. Les spécialistes en socio-cognition considèrent en effet que les mécanismes visant à la constitution de discriminations ethniques ou à leur perception s’appuient sur des mécanismes psycho-sociaux qui introduisent des distorsions cognitives dans l’appréhension d’autrui et se manifestent dans les discours.

1. Une analyse comparée et critique de quatre offres d’accompagnement en direction des porteurs de projet issus de l’immigration

2L’offre d’accompagnement entrepreneurial a été analysée à partir de trois corpus décrivant la démarche d’organismes spécifiquement dédiés au public immigré (le Collectif des Femmes de Louvain-la-Neuve, le GRDR et l’IRFED) et du corpus des accompagnateurs d’A.L.E.X.I.S., organisme générique d’accompagnement.

3Le GRDR (Groupe de Recherche et de Réalisations pour le Développement Rural) a été créé en 1969 par des ingénieurs agronomes à la demande d’immigrés originaires de l’Afrique de l’Ouest qui souhaitaient à l’époque être formés et outillés pour monter de petits projets dans leurs villages d’origine. Ces immigrés venaient pour l’essentiel du bassin du fleuve Sénégal (ouest du Mali, sud de la Mauritanie, est du Sénégal). Par la suite, le GRDR a étendu ses activités et accompagne aujourd’hui des porteurs de projet souhaitant créer une activité en Afrique ou en France. Pour sa part, le Collectif des Femmes de Louvain-la-Neuve s’est, tout comme l’IRFED à Paris, spécialisé dans l’accompagnement des femmes issues de l’immigration. Comme le GRDR, ces organismes prétendent à l’accompagnement de projets d’entreprendre des migrants « au pays » ou dans leur société d’accueil.

4L’idée de confronter le discours sur A.L.E.X.I.S. au discours sur ces structures historiquement ouvertes sur l’Afrique et sur les pays d’origine des porteurs consistait à évaluer s’il existait des différences d’approche de la relation d’accompagnement et si les acteurs percevaient des discriminations, qu’elles soient positives ou négatives. Ces distorsions prendraient trois formes : le biais de contraste, le biais d’assimilation et le biais de discrimination.

5Le biais de contraste traduirait une accentuation des différences inter-catégorielles dans le discours (Biernat, Vescio, 1993).

6Le biais d’assimilation (Tajfel, Sheikh, Gardner, 1964) revient pour l’individu « à maximiser les ressemblances entre les membres d’une même catégorie » (Lacassagne et al., 2001).

7Enfin, le biais de discrimination, mis en évidence par Tajfel, Billig, Bundy et Flament (1971), souligne que « les sujets impliqués dans une partition sociale ont tendance à favoriser les membres de leur catégorie au détriment de ceux de l’autre catégorie (biais d’auto-favoritisme ou biais pro-endogroupe) » (Lacassagne et al., 2001).

8Prenant ces travaux comme des clés de lecture, nous avons donc cherché à repérer ces distorsions cognitives dans le discours des analystes des structures d’accompagnement.

  • 2 Le rapport sur le GRDR et la présentation de l’IRFED adoptent, selon le logiciel TROPES, un style p (...)
  • 3 En revanche, le recours aux verbes factifs est majoritaire et sensiblement identique dans les quatr (...)

9Si le style des quatre discours diffère sensiblement2, l’analyse propositionnelle et l’analyse lexicologique révèlent des différences fondamen-tales dans l’approche de la relation d’accompagnement. La comparaison des discours révèle que l’angle d’attaque diffère, suggérant la dimension relationnelle de l’accompagnement. On constate ainsi que dans la présentation des activités de l’IRFED, le mot « accompagnement » n’est pas présent. Les verbes sont majoritairement factifs, mais appliqués au porteur de projet, alors que dans le discours sur A.L.E.X.I.S., les verbes factifs sont surtout appliqués au chargé de mission3. L’étude des propositions remarquables et des épisodes que synthétise le tableau 1 renforce encore la perception d’approches différenciées selon les organismes.

10Les propositions remarquables sont des résumés des parties les plus significatives d’un texte. Le découpage du texte en épisodes rend compte de la chronologie du discours et de sa structuration. À chaque épisode sont associés des mots représentatifs d’une étape du discours.

Tableau 1 : Étude des propositions remarquables dans quatre discours sur des organismes d’accompagnement de porteurs de projet issus de l’immigration

GRDR

Collectif des Femmes

IRFED

A.L.E.X.I.S.

Propositions remarquables

On a identifié 6 propositions remarquables sur l’histoire du GRDR et de l’immigration sénégalaise et plus largement africaine en France, une proposition remarquable sur l’insertion, et les trois propositions suivantes sur le rôle du GRDR comme outil d’insertion par l’aide à la création :

– « En France, le GRDR intervient en tant qu’acteur d’insertion dans l’objectif d’aider les immigrés à développer des actions leur permettant de promouvoir leur expression citoyenne».

– « la finalité du programme PAPPE est plus précisément d’apporter un appui aux migrants »

– « Migrants souhaitant soutenir leurs familles ou l’un de leurs membres par la création d’une activité économique ».

On a identifié 11 propositions remarquables qui correspondent aux cinq épisodes identifiés et qui mettent l’accent sur les difficultés économiques entourant l’acte de création d’entreprise par les migrants en Belgique.

L’IRFED est un dispositif de formation à la création d’activités pour les femmes.

On a identifié 10 propositions remarquables soulignant toutes que le « demandeur » et le « conseiller » sont inscrits dans une relation d’aide qui requiert un certain savoir-faire de la part du conseiller pour faire face à d’éventuelles difficultés dans la relation.

11Les discours semblent fortement contextualisés. Du fait de l’histoire du GRDR, le discours des chercheurs sur cette structure insiste sur l’histoire de l’immigration africaine et fait du processus d’accompagnement à la création d’activité un des leviers de l’insertion des migrants et de leurs familles. Le discours du Collectif des Femmes développe une analyse économique de l’entrepreneuriat immigré en posant l’accompagnement comme un moyen de remédier aux difficultés de financement que les immigrés rencontrent. Le discours relatif à A.L.E.X.I.S. met davantage l’accent sur la relation inter-individuelle d’accompagnement. Si cela est en partie imputable au profil du rédacteur du discours, chercheur en psycho-sociologie, c’est également le reflet du discours des chargés de mission d’A.L.E.X.I.S. que le rédacteur avait préalablement interviewés. Il est particulièrement frappant de noter que les dimensions liées aux réseaux communautaires, à l’influence de la famille du migrant ou à l’importance du groupe sont totalement absentes des discours sur A.L.E.X.I.S. alors qu’elles sont fortement ancrées sous des formes variées dans les trois autres discours.

12Le discours et les pratiques de l’IRFED internalisent ces dimensions en mettant l’accent sur la formation en groupe comme processus d’accompagnement. L’analyse lexicologique révèle ainsi que le « groupe » est l’une des références utilisées.

13En situant son action dans l’histoire de la migration africaine tout en ayant pour ambition de contribuer à l’insertion des porteurs de projet et de leurs familles, le GRDR intègre implicitement ces dimensions.

14L’examen détaillé des références utilisées dans les quatre discours et des relations entre celles-ci est donc particulièrement significatif (tableau 2, page suivante).

  • 4 Le terme « conversation » renvoie en fait à l’entretien d’accompagnement.

Tableau 2 : les références utilisées dans les quatre discours4

GRDR

Collectif des Femmes

IRFED

A.L.E.X.I.S.

Les références les plus utilisées (réponse à la question :
sur quoi porte le texte ?) et leur fréquence

GRDR (19)

Migrant (19) 

Projet (16)

France (14)

Sénégal (11)

But (10) Immigration (10)

Afrique (9)

Action (9)

Création (9) Immigré (9)

Association (7)

Origine (7)

Bassin (6)

Activité (6)

Famille (6)

Africain (6)

Entreprise (21)

Entrepreneur (16)

Réseau (15)

Projet (15)

Belgique (12)

Origine (10)

Travail (10)

Création (8)

Affaire (6)

Formation (12)

IRFED (10)

Femme (10)

Entreprise (8)

Créateur (7)

Création (6)

Durée (4)

Activité (3)

Groupe (3)

Demande (13), la demande spécifiant le demandeur dans la relation de demande d’accompagnement, i.e. le porteur de projet

Conseiller (11)

Relation (11)

Problème (10)

Entreprise (10)

Aide (8)

Conversation4 (7)

Méthode (6)

Choc (5)

Conseil (5)

Professionnel (5)

Création (5)

Projet (4)

Les relations entre les références utilisées et leur fréquence

Dossier→Sénégal (5)

Création→Activité (5)

Sénégal→Immigration (4)

Immigration→Africain (3)

Mali→Mauritanie (3)

Cours d’eau→Sénégal (3)

Migrant→Projet (3)

Bassin→Cours d’eau (3)

Migrant→Collectivité (2)

Création→Entreprise (7)

Origine→Africain (4)

Nation→Sud (4)

Programme→EQUAL (3)

Capital→Début (3)

Nation→Origine (3)

Belgique→Nation (3)

Porteur→Projet (3)

Projet→Création (3)

Création→Entreprise (4)

Femme→Entreprise (3)

Formation→Durée (2)

IRFED→Création (2)

Relation→Aide (5)

Méthode→Conversation (5)

Origine→Étranger (4)

Conversation→Conseil (4)

Création→Entreprise (4)

Méthode→Conseil (2)

Aide→Sens (2)

15Ces constats nous ont conduit à proposer que, n’étant pas spécialisés sur le public issu de l’immigration, les acteurs d’A.L.E.X.I.S. seraient plus sensibles aux difficultés et aux enjeux de la relation d’accompagnement dans une perspective interculturelle. La dimension liée à l’accommodation interculturelle est en effet moindre dans les dispositifs spécialisés (GRDR, Collectif, IRFED) puisque le public accueilli est assez homogène et les chargés de mission sont familiarisés avec son univers culturel.

16En contrepartie, la dimension éminemment individuelle du porteur et de son projet, qui est manifeste dans le discours par le recours à la notion de « demande » ou de « demandeur » et par l’absence de référence aux groupes et aux réseaux communautaires, serait hypertrophiée au sein d’un organisme tel qu’A.L.E.X.I.S. Les chargés de mission d’A.L.E.X.I.S. seraient plus attentifs aux spécificités individuelles qu’aux déterminismes historiques et collectifs des porteurs issus de l’immigration.

17Ces propositions et les analyses qui les fondent attestent d’une différenciation très nette dans le discours selon que les structures d’accompagnement sont spécialisées ou génériques. En revanche, les quatre discours examinés suggèrent implicitement que la création d’activité par le public issu de l’immigration et son accompagnement sont associés à des difficultés spécifiques. Ces quatre discours ont en commun de produire un biais de contraste, c’est-à-dire une accentuation des différences inter-catégorielles dans le discours.

18L’accent mis sur l’« insertion » dans le discours du GRDR ou sur les difficultés d’emploi puis de financement dans celui du Collectif des femmes rapproche la création des publics accompagnés par ces organismes de la création par dépit.

19Le discours sur A.L.E.X.I.S. n’assimile pas aussi systématiquement la création des publics issus de l’immigration à de la création par dépit, mais il fait état de difficultés spécifiques émergeant dans le cadre de la relation d’accompagnement. Le biais de contraste est focalisé sur l’accompagnement lui-même. Le discours souligne que l’accompagnement requiert du conseiller qu’il exerce des compétences particulières.

20Simultanément, le biais d’assimilation consistant pour l’individu « à maximiser les ressemblances entre les membres d’une même catégorie » est très marqué dans les discours du GRDR et du Collectif des Femmes, l’immigré étant d’abord situé dans le cadre de l’histoire migratoire à laquelle ces organismes sont associés, et dans le discours de l’IRFED sur les spécificités de l’accompagnement féminin. Il est moins net dans le discours sur A.L.E.X.I.S. du fait de la primauté accordée aux demandes individuelles.

21Cette dernière nous a conduit à interroger les demandeurs sur leur perception de l’offre d’accompagnement d’A.L.E.X.I.S. C’est l’objet de la deuxième partie de ce chapitre.

2. L’analyse du rôle de l’accompagnement selon les porteurs de projet

22Qu’ils soient accompagnés ou non, on doit noter une absence systématique de biais de contraste et de biais d’assimilation ethnique dans le discours des porteurs de projet enquêtés. Il y a, au contraire, un biais d’assimilation entrepreneuriale (« j’ai les mêmes difficultés que tous les entrepreneurs » ; « mon origine étrangère a été neutre dans mon aventure entrepreneuriale»).

23La seule difficulté spécifique assez communément reconnue concerne les premiers contacts avec les clients. Mais elle est aussitôt contrebalancée par la réputation acquise ultérieurement comme l’illustrent les propos suivants.

  •  « Certes, au début, on m’a un peu sous estimé. Mais une fois les premiers clients décrochés, ce qui compte, c’est le travail qu’on fait et les origines ne jouent plus » (cas 1).

  •  « L’origine étrangère peut créer des difficultés vis-à-vis des clients. La solution, un nom d’enseigne neutre : Bâtiment Sud Ouest. Une fois qu’ils ont contacté l’entreprise, mon nom n’est plus un problème si je fais du bon travail. Le plus délicat, c’est de passer le premier contact » (cas 3).

24L’absence ou la minimisation du biais cognitif d’assimilation ethnique est même encore plus évidente et paradoxale dans le discours de Mamadou Bah (cas 15).

25Cherchant pourtant à créer une affaire qui lui permette de « jeter des ponts entre la France et l’Afrique, de renouer avec sa culture d’origine», ce Guinéen, lorsqu’il évoque ses difficultés à entreprendre, compare davantage le contexte entrepreneurial français au contexte belge qu’au contexte guinéen ou africain :

C’est pas toujours rose ! On n’a pas toujours toutes les informations avant de se lancer. Croyez-moi, c’est pas facile. Parce qu’on n’a pas toutes les informations. Avec les charges qu’on doit payer. Et les charges sont fixes ! Que tu travailles ou pas, tu as quand même des charges. Si un mois, tu ne vends pas de voiture, tu dois quand même payer des charges. Moi, je vois qu’en Belgique par exemple, le système est pas le même. Ils ont beaucoup plus de facilités. C’est pas la même chose. Régime fiscal… C’est pour cela qu’ils arrivent à vendre mieux que nous ici… Il y a plus de souplesse. On comprend pourquoi les Français ne sont pas toujours – excusez-moi du terme – entreprenants. Ils préfèrent être employés qu’employeurs.

26Si le biais d’assimilation ethnique n’est pas repérable dans le discours, seul un biais de discrimination est identifiable chez certains porteurs de projet, notamment dans les discours sur la politique d’embauche envisagée. La politique de recrutement de M. et Mme Mario (cas 19), que nous avons déjà présentée, en est une illustration : « On a réfléchi un petit peu. On s’est dit qu’on allait essayer de mettre en avant les personnes qui sont un petit peu plus en difficulté. Parce que, ben, on sait comment ça se passe. Certaines personnes, on va essayer de leur donner une petite chance. »

  • 5 « Je ne pouvais faire autrement. Hors saison, on ne gagne pas assez. Mais tant pis, on partage la r (...)

27Mais tout comme dans la pratique d’Amid (cas 8) qui avait recruté « une fille de [son] quartier » et de Malik (cas 7) qui emploie à mi-temps, « pour lui rendre service » une jeune de son quartier qui était au chômage5, ces discours, confirmant l’absence de biais d’assimilation ethnique et l’absence de biais de contraste, révèlent que la partition sociale à laquelle les porteurs font référence est davantage d’ordre socio-économique (M. et Mme Mario) ou territoriale (Amid) qu’ethnique. Lorsque les porteurs admettent une partition ethnique, celle-ci est justifiée par des critères socio-économiques comme pour M. N, d’origine camerounaise (cas 29), ou par des mésaventures policières et judiciaires. Elle n’est alors pas définitive.

28Si ses mésaventures extra-entrepreneuriales l’ont rendu méfiant vis-à-vis des « Français », Amid (cas 8) n’exclut pas pour autant d’en employer à nouveau : « Je n’employais que des Français. Maintenant je suis un peu méfiant face aux Français. Il me faut les connaître en profondeur avant. »

29Sur l’ensemble des cas observés, seul un, Johnny I. (cas 27), affirme ouvertement un biais de discrimination fondé sur une partition ethnique. Il trouve que son pays d’accueil ne donne pas les mêmes chances aux minorités ethniques en matière d’insertion professionnelle. Aussi est-il fier aujourd’hui de travailler avec un membre de sa famille et serait disposé à recruter des personnes issues de sa communauté si son affaire se développait : il accorderait, par exemple, si trois postes étaient à pouvoir, un poste à un natif du pays d’accueil.

30Malgré les limites de notre échantillon, l’absence de biais cognitif de discrimination ethnique que nous observons est un résultat relativement robuste dans la mesure où il n’est pas affecté par la nature communautaire de l’activité. Il n’a ainsi pas été possible d’en détecter la moindre trace dans le discours de Salah (cas 6), créateur et gérant d’une boucherie Halal en plein cœur de la ZUP de Bayonne et pourtant fortement impliqué dans la vie de sa communauté. Il était, au contraire, très fier de faire état de ce qu’il employait un salarié français de 55 ans, ancien boucher dans la grande distribution.

31Ces absences quasi générales de biais cognitifs de contraste, d’assimilation et de discrimination ethniques et leur corollaire, la présence quasi généralisée d’un biais cognitif d’assimilation entrepreneuriale plaident pour la pertinence d’un accompagnement non spécialisé des projets comme celui pratiqué par A.L.E.X.I.S. L’étude des discours des porteurs de projet interrogés sur l’accompagnement ou sur les difficultés qu’ils ont perçues permettra d’en discuter plus avant la pertinence.

32Tous les porteurs de projet de notre étude ayant fait l’objet d’un accompagnement par A.L.E.X.I.S. ou par d’autres dispositifs en semblent satisfaits. Toutefois, il apparaît que la perception de l’utilité et de l’efficacité de l’accompagnement change selon le niveau d’études, traduisant des attentes différenciées.

33Pour les publics ayant un faible capital culturel, l’accompagnement est décrit ex post comme la condition sine qua non de leur aventure entrepreneuriale. M. Merdji (cas 22) reconnaît que, seul, il aurait été incapable de monter les dossiers et qu’il ne se serait pas lancé. « Moi, A.L.E.X.I.S., ça m’a vraiment aidé, ça a été utile pour remplir les dossiers, parce que c’est pas n’importe qui qui va le faire, qu’on ait fait des études ou pas. »

34Au contraire, les diplômés, soulignent en général l’apport méthodologique et la validation de leur projet que l’accompagnant leur a fourni en soulignant que même sans accompagnement, ils auraient pu se lancer. C’est le cas de M. Kami (cas 20) qui reconnaissait que, sinon, il lui aurait « fallu plus de temps. L’apport du conseiller, c’est qu’il donne une méthode » et qu’il veille au montage du plan d’affaires.

35M. et Mme Mario (cas 19) abondent dans le même sens. « On était surtout demandeur pour l’étude de marché. On n’aurait pas pu faire autant de choses car ça nous aurait pris beaucoup de temps. Et c’est sûr qu’on n’aurait pas fait ça si bien car c’est une activité nouvelle».

36Cette distinction dans les discours des porteurs de projet selon leur capital culturel est aussi le reflet de l’interventionnisme gradué des accompagnants en fonction de la capacité d’autonomie de leur vis-à-vis. Tous les accompagnés d’A.L.E.X.I.S. louent la disponibilité de leur conseiller pour répondre à leurs interrogations et inquiétudes. « Chaque fois que j’ai eu besoin de lui, on a toujours réussi à trouver un créneau horaire pour discuter notre projet » (Mario, cas 19). M. Merdji confirme explicitement : « Moi personnellement je n’ai rien vu qui n’allait pas chez A.L.E.X.I.S., chaque fois que j’y allais, j’avais un rendez-vous, bien reçu, à chaque fois, ils me montraient quelque chose de nouveau… j’avais confiance. Ils faisaient des recherches pour moi… mais s’il manque quelque chose, c’est des gens qui font la comptabilité » (cas 22). Globalement, ces constatations suggèrent que l’accompagnant est perçu comme un facilitateur. Ce rôle, qui n’est pas spécifique aux publics issus de l’immigration, est certainement renforcé dans leur cas, notamment du fait des discriminations qu’ils pourraient percevoir. Il est, en effet, notable de relever que tous les porteurs de projet accompagnés que nous avons interviewés avaient obtenu le crédit bancaire qu’ils avaient sollicité. Selon eux, A.L.E.X.I.S. les a rassurés et leur a donné une crédibilité. Nous avions rencontré les Mario (cas 19) à la veille de leur rendez-vous avec leur banquier et à l’issue d’un entretien avec leur chargé de mission, un entretien au cours duquel ils avaient peaufiné le dossier. Leur inquiétude était perceptible, mais soulignait également le rôle qu’ils attribuaient à l’accompagnant : « Demain, on va voir le banquier. On a une appréhension. C’est pour ça qu’on est venu voir M. O. aujourd’hui. Il a vérifié avec nous notre dossier et nos chiffres. Selon lui, il n’y aura pas de problèmes. On verra bien. On lui fait confiance ».

37Parfois, cette crédibilité que l’accompagnement génère va même très loin, au point d’étonner les chargés de mission eux-mêmes.

  • 6 Il convient de mentionner que la crainte de jugements négatifs de la part des premiers clients et l (...)

38L’un d’eux, qui avait accompagné un projet d’export par containers de poulets élevés en France vers le Sénégal, était lui-même stupéfait du rendez-vous de son porteur de projet avec le banquier. Il nous confiait être très hésitant sur le projet, car il n’avait aucune connaissance du marché et n’avait aucun moyen de vérifier l’étude de marché du porteur. Il s’était fié à ses chiffres et avait bâti un plan de financement et un compte d’exploitation prévisionnel en fonction d’eux, validant implicitement l’étude de marché. Cette validation implicite et les perspectives financières ont tellement rassuré le banquier que malgré les appréhensions du porteur de projet, il a accepté de financer le projet à hauteur du crédit sollicité et était même prêt à s’engager davantage en prenant une part dans le capital. Il semble ainsi avéré que le dispositif d’accompagnement générique crédibilise le projet et son porteur, notamment vis-à-vis des financeurs sollicités ou, comme l’illustre une enquête de 3CI (2004) auprès de porteurs de projets issus de l’immigration en Île-de-France, qu’il est un moyen pour le porteur de projet de faire face aux discriminations qu’il perçoit. Le cas d’A. Dahha (cas 12), qui n’a pas bénéficié d’accompagnement, en est une illustration paradoxale. Créateur d’une entreprise de gros-œuvre et de travaux d’étanchéité pour l’industrie, il a très vite ressenti le besoin de s’entourer de cadres en retraite et même de son ancien employeur, afin qu’ils l’accompagnent lors de ses premiers contacts en clientèle et lui servent de caution de crédibilité. Il percevait un risque de discrimination de la part de la clientèle et s’est donc doté d’un dispositif original de contournement de celle-ci6. Dans un contexte beaucoup plus communautariste que le contexte français, le contexte australien, Dennis Foley (2000 : 9) soutient que le recours délibéré des entrepreneurs aborigènes à des experts-comptables non indigènes obéit à la même logique.

39Cet exemple et les témoignages précédents tendent à suggérer que les discriminations perçues affectent le projet et que l’accompagnant doit y être attentif afin d’aider le porteur à conduire son projet. Le cas d’A. Dahha (cas 12) étant très particulier, si nos conclusions sont vraies, alors les porteurs non accompagnés et n’ayant pas son initiative devraient avoir une perception beaucoup plus marquée des discriminations et devraient connaître des altérations de leur projet beaucoup plus marquées. C’est ce que nous allons tenter de vérifier en procédant à une analyse comparative et critique des discours de porteurs accompagnés et de porteurs non accompagnés.

40Le discours des porteurs de projet et entrepreneurs issus de l’immigration n’ayant pas fait l’objet d’un accompagnement est sensiblement plus marqué par la perception de difficultés pour approcher les premiers clients et par la perception de discriminations (cas 3, cas 5, cas 8 et cas 11, par exemple) même si par la suite il y a dans leur discours un biais d’assimilation entrepreneuriale, comme nous l’avons déjà évoqué. Le cas 8 est l’un des plus significatifs :

Cas 8 : une expérience entrepreneuriale malheureuse suite à une suspicion policière.

Français, né à Roubaix d’origine algérienne, il quitte le Nord pour créer son affaire sur Biarritz. « À Roubaix, 80 % des jeunes sont sans emploi… Pour développer mon concept, il me fallait une population aisée. J’ai choisi Biarritz. J’ai ouvert début 1993 un magasin de 140 m2 avec un parking, bien situé et même un service “drive”. J’étais le premier libre-service de fleurs sur la région ». On notera que sa fierté d’avoir monté cette affaire, qu’il a dû abandonner, contraste avec la suite de son récit.

« Il y a 6 mois, tout a basculé. J’emmerdais personne, je faisais mes affaires. Mais Bayonne-Biarritz, c’est trop petit. Au regard des gens, on est comme un grain ».

« J’ai dû fermer. On m’a suspecté de blanchiment d’argent. C’est un mauvais concours de circonstance. Le mari d’une de mes employées (française de quartier dit “sensible”) avait été inculpé et incarcéré pour détention et trafic de cannabis. Il a été libéré mais était resté sous surveillance. Un jour, il m’a rendu visite à la boutique. » Selon lui, la police aurait fait un recoupement entre cette visite et les voyages réguliers qu’il effectuait aux Pays-Bas pour s’approvisionner en fleurs. En plus, « il y a eu un dépôt de plainte anonyme. Et pour finir, on m’a mis en examen et j’ai fait 4 mois d’incarcération préventive. Et tous ceux qui étaient en relation avec moi, notamment les commerçants, ont été ennuyés ». Il évoque Abdel, un de ses amis qui, comme lui, était venu de Roubaix pour créer une boutique de téléphonie sur Bayonne : « Juste avant de mourir de son accident de voiture, il a écrit une lettre aux administrations, aux impôts : “Arrêtez de nous harceler !” ».

  • 7 L’étude de Busenitz et Barney (1997) est sans doute la plus percutante car les auteurs y soulignaie (...)

41Ce cas extrême et quelques autres, non évoqués dans ces lignes, suggèrent que les entrepreneurs immigrés non accompagnés sont peut-être plus facilement soumis à des pressions discriminatoires. Lorsque la discrimination n’est pas explicitement évoquée (cas 1), le pessimisme de l’entrepreneur face aux systèmes d’aide et d’appui ou au système bancaire souligne la prégnance de la discrimination perçue et, en donnant naissance à un sentiment pessimiste, contraste alors avec l’optimisme dont font généralement preuve les entrepreneurs – ainsi que le soulignent par ailleurs nombre d’études (Palich, Bagby, 1995 ; Busenitz, Barney, 19977 ; Fonrouge, 1999 : 285-288). Ces résultats suggèrent qu’en servant de facilitateur, de médiateur et en faisant circuler les mots, un organisme d’accompagnement tel qu’A.L.E.X.I.S. contribue à réduire les pressions discriminatoires de l’environnement parfois hostile à l’entrepreneur issu de l’immigration. Comme le postule la littérature spécialisée, l’appartenance à un réseau d’affaires joue le même rôle. Ainsi, aucun des trois interviewés membres du Réseau des Hommes d’Affaires Africains (cas 27, 28, 29) ne s’est plaint de discriminations.

Conclusion

42Nous avons pu observer une différenciation très nette dans le discours des praticiens selon que leur structure d’accompagnement était spécialisée sur le public immigré ou non. En revanche, les discours examinés reflètent un biais de contraste, considérant implicitement que la création d’activité par le public issu de l’immigration et son accompagnement sont associés à des difficultés spécifiques. À l’opposé, le biais d’assimilation consistant pour l’individu « à maximiser les ressemblances entre les membres d’une même catégorie » est très marqué dans les discours des organismes spécialisés (GRDR, Collectif des Femmes de Louvain, IRFED), mais bien moins net dans le discours des structures génériques. Le biais d’assimilation ethnique est, par contraste, absent du discours des porteurs de projet interrogés, qui privilégient au contraire un biais d’assimilation entrepreneuriale. L’absence de biais d’assimilation ethnique et l’absence de biais de contraste révèlent que la partition sociale à laquelle les porteurs font référence est davantage d’ordre socio-économique ou territorial qu’ethnique, ce qui tend à remettre en cause les stéréotypes réduisant l’entrepreneuriat immigré à l’ethnic business.

43Ces conclusions ne tiennent pas compte des attentes initiales de l’entrepreneur potentiel lorsqu’il s’engage dans une démarche d’accompagnement. Elles étaient en effet fondées sur une analyse ex post du discours des porteurs de projet. L’observation filmée et enregistrée de séances d’accompagnement serait un moyen d’approfondir les propositions de ce travail.

Bibliographie

3CI, 2004, Favoriser l’initiative économique du public en difficulté issu de l’immigration en Île-de-France, Rapport réalisé pour le F.A.S.I.L.D., Paris, 3CI.

Biernat, Monica, Vescio, Theresa K., 1993, « Categorization and stereotyping: Effects of group context on memory and social judgment », in Journal of Experimental Social Psychology, 29, p. 166-202.

Busenitz, Lowell W., Barney, Jay B., 1997, « Differences between entrepreneurs and managers in large organizations: Biases and heuristics in strategic decision-making », in Journal of Business Venturing, 12, p. 9-30.

Foley, Dennis, 2000, « Successful Indigenous Australian Entrepreneurs: Case study analysis », in Aboriginal and Torres Straight Islander Studies Unit Research Report Series 4, Brisbane (Australie), Université Queensland.

Fonrouge, Cécile, 1999, De l’entrepreneur à l’entreprise : exploration de l’influence des facteurs individuels d’ordre cognitif sur la formation des stratégies des entreprises nouvellement créées, Thèse pour le doctorat en sciences de gestion, Bordeaux, Université Montesquieu – Bordeaux 4.

Lacassagne, Marie-Françoise, Sales-Wuillemin, Édith, Castel, Philippe, Jebrane Ahmed, 2001, « La catégorisation d’un exo-groupe à travers une tâche d’association de mots », in Papers on Social Representations (Peer Reviewed Online Journal), 10, http://www.psych.lse.ac.uk/psr/PSR2001/10_7Lacas.pdf (consulté le 29/03/2008).

Levy-Tadjine, Thierry, 2004, L’entrepreneuriat immigré et son accompagnement en France, Thèse pour le doctorat en sciences de gestion, Université du Sud – Toulon – Var (téléchargeable sur www.adreg.net ou www.alexis.fr).

Moreau, R., 2004, « L’entrepreneuriat collectif : la formation des groupes de fondateurs des Entreprises de Nouvelles Technologies », Communication au 3e Congrès de l’Académie de l’Entrepreneuriat, Lyon, 31 mars-1er avril 2004.

Palich, Leslie E., Bagby, Ray D., 1995, « Using cognitive theory to explain entrepreneurial risk-taking: Challenging conventional wisdom », in Journal of Business Venturing, 10, p. 425-438.

Tajfel, Henri, Billig, Michael G., Bundy, R. P., Flament, C., 1971, « Social categorization and intergroup behaviour », in European Journal of Social Psychology, 1, p. 149-178.

Tajfel, Henri, Sheikh, Anees A., Gardner, Robert C., 1964, « Content of stereotypes and the inference of similarity between members of stereotyped groups », in Acta Psychologica, 22, p. 191-201.

Notes

1 L’analyse détaillée de ces cas est présentée dans Levy-Tadjine, 2004.

2 Le rapport sur le GRDR et la présentation de l’IRFED adoptent, selon le logiciel TROPES, un style plutôt narratif tandis que les travaux sur le Collectif des Femmes seraient plus argumentatifs et ceux sur A.L.E.X.I.S. plus descriptifs.

3 En revanche, le recours aux verbes factifs est majoritaire et sensiblement identique dans les quatre discours. Ainsi, la part des verbes factifs représente respectivement 62 %, 61,9 %, 60,2 % et 60,8 % des verbes utilisés dans les discours sur le GRDR, sur l’IRFED, sur le Collectif des Femmes et sur A.L.E.X.I.S.

4 Le terme « conversation » renvoie en fait à l’entretien d’accompagnement.

5 « Je ne pouvais faire autrement. Hors saison, on ne gagne pas assez. Mais tant pis, on partage la recette. »

6 Il convient de mentionner que la crainte de jugements négatifs de la part des premiers clients et la nécessité pour l’entrepreneur de recourir à des dispositifs artificiels pour gagner sa crédibilité ne sont pas forcément propres aux immigrés. Comme le rapporte Moreau (2004 : 17), pour les entrepreneurs innovants, l’entrepreneuriat collectif est parfois une solution pour gagner en crédibilité et convaincre les clients. L’auteur rapporte le cas d’un créateur qui lui avouait « avoir menti à ses premiers clients. Quand ces derniers l’interrogeaient sur la “solidité” de son entreprise, le créateur s’inventait un associé fictif. En effet, échaudé par des refus de clients qui n’étaient pas rassurés par un créateur solitaire, c’est la parade qu’il a trouvée. Lui et son double imaginaire ont permis à l’entreprise de remporter ses premiers contrats ».

7 L’étude de Busenitz et Barney (1997) est sans doute la plus percutante car les auteurs y soulignaient que les 124 entrepreneurs de firmes d’1,7 an en moyenne – qui constituaient leur échantillon – étaient significativement plus confiants dans leur estimation des maladies mortelles et autres causes de mortalité que les 95 managers d’entreprises de plus de 10 000 salariés utilisés comme population-test. Ce résultat traduisait un optimisme global des entrepreneurs.

Auteur

Université St Esprit-de-Kaslik, Liban / Université de Bretagne Occidentale

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2011

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540