Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

3. Représentations

Jeunesse et sport dans la littérature germanophone du XXe siècle

Kerstin Hausbei

Texte intégral

  • 1 Le texte intégral de la thèse de doctorat est consultable sur http://www.ub.uni-siegen.de/epub/ dis (...)

1Le titre globalisant de cette contribution annonce un sujet bien trop vaste pour pouvoir être traité de façon satisfaisante en l’espace d’un article. Il se veut l’indication d’une démarche nécessairement fragmentaire, celle du premier arpentage d’un terrain en friche. Car si la critique s’est depuis longtemps intéressée au motif de la jeunesse dans la littérature germanophone du vingtième siècle et si elle commence à prendre en charge l’analyse du motif du sport, le lien entre ces deux motifs reste, quant à lui, dans une large mesure inconsidéré. Il paraît pourtant plausible qu’un tel lien existe dans la littérature, ne serait-ce qu’en raison du rôle décisif que la jeunesse et le sport ont joué en tant que mythes modernes par-delà les ruptures politiques, économiques et socioculturelles tout au long du vingtième siècle. À bien y regarder, le couple « jeunesse et sport » occupe en effet une place certaine dans les œuvres littéraires les plus diverses du vingtième siècle et il y remplit des fonctions divergentes. Plutôt que de choisir, à l’intérieur de ce vaste sujet, une problématique bien délimitée, il m’a paru intéressant de développer, à partir d’un corpus réduit, quelques perspectives et hypothèses pour un travail d’analyse à venir. Pour cette vaste entreprise, la thèse de doctorat de Mario Leis, intitulée Sport in der Literatur. Aspekte ausgewählter Sportmotive im 20. Jahrhundert1 a été un guide précieux, puisque dans le domaine bibliographique l’auteur fait preuve d’une grande rigueur dont on déplore cependant souvent l’absence dans les analyses et interprétations. Son travail fournit ainsi avant tout un recensement très complet des textes littéraires (surtout germanophones) du xxe siècle faisant appel au motif du sport.

  • 2 Voir Ödön von Horváth, Sportmärchen und andere Prosa und Verse, Frankfurt / Main, Suhrkamp, 1988, a (...)
  • 3 C’est le cas des protagonistes de Siegfried Lenz, d’Ulrich dans L’homme sans qualités de Musil, d’A (...)

2L’entrée en matière par l’axe du sport s’est révélée intéressante. Elle permet notamment de faire un constat qui peut surprendre à une époque et dans une société où la pratique et l’image du sport sont intimement liées au culte du jeune corps et mises au service d’un programme de jouvence que l’on pourrait appeler « le droit au jeune corps à tout âge » : dans les œuvres littéraires, la jonction des thèmes « sport » et « jeunesse » est beaucoup moins évidente que l’on serait tenté de le croire de prime abord. Il est connu que de nombreux textes consacrés au thème de la jeunesse ne font aucunement ou seulement en périphérie allusion au sport. Il est plus déroutant de constater que l’inverse est également vrai, et que de nombreux textes qui tournent autour du sport ne thématisent pas la jeunesse. Ainsi, certains textes se passent entièrement de protagonistes humains pour faire appel, notamment dans la poésie et la prose courte, à des personnifications du sport en général, de telle ou telle discipline en particulier ou encore d’un objet lié à la pratique ou à la commercialisation du sport2. Dans les autres œuvres, l’âge et l’état civil des protagonistes exerçant une activité sportive restent souvent singulièrement flous et semblent être sans importance pour le propos. Un troisième cas de figure est observable dans des œuvres où les protagonistes sportifs sortent très clairement du cadre que l’on peut fixer pour le terme jeunesse3. Dès lors que l’on applique le filtre « jeunesse » au corpus de Mario Leis, on observe ainsi une réduction relativement spectaculaire du nombre de textes pertinents. On remarque par ailleurs une spécificité des œuvres de fiction par rapport aux essais thématiques, écrits journalistiques et journaux intimes des mêmes auteurs. Car dans la littérature, sport et jeunesse ne sont pas traités sur le même plan. Si la jeunesse peut prétendre au statut d’un thème, le sport apparaît moins comme thème que comme motif.

  • 4 Lenz, Siegfried, « Das Dilemma des Hammerwerfers. Über einen Sportroman von Per Olov Enquist » [197 (...)
  • 5 Voir Hajo Bernett, « Musils Deutung des Sports », in : Karl Dinklage (Hg.), Robert Musil. Leben, We (...)
  • 6 Voir Günter Berg, « Die Männer boxen im Salatgarten. Bertolt Brecht und der Faustkampf », in : The (...)
  • 7 Bertolt Brecht, « Die Krise des Sports », in : idem, Werke. Große kommentierte Berliner und Frankfu (...)
  • 8 Voir Bertolt Brecht, « Le théâtre, institution sportive » et « Du théâtre considéré comme sport », (...)
  • 9 Bertolt Brecht, « Die Krise des Sports », op. cit., p. 224.

3Cela semble être dû à l’évolution, lors du vingtième siècle, de la place qu’occupe le sport dans la société. Lorsque Siegfried Lenz regrette, dans un essai de 19794, que la récurrence du motif du sport dans la littérature contemporaine n’ait pas retenu l’intérêt de la critique, il accompagne ce regret par un commentaire qui explique tant l’engouement des auteurs pour ce motif que le statut subordonné qui lui revient dans la construction littéraire et, à sa suite, dans la littérature critique. Car selon Lenz, le sport fascine les auteurs dans l’exacte mesure où il a trahi sa condition initiale, c’est-à-dire sa gratuité et sa fonction purement ludique ou, pour le tourner encore d’une autre façon, son autonomie par rapport à des enjeux écono­miques et politiques. Musil5 et le jeune Brecht6 avaient pareillement lutté à leur époque contre une telle récupération du sport. Brecht se prononce notamment « contre tous les efforts pour faire du sport un patrimoine culturel »7. Selon lui, l’adaptation doit plutôt se faire dans l’autre sens. Ainsi, il rêve de faire du théâtre une « institution spor­tive »8, où l’action scénique est conçue, en analogie à sa vision de la société, comme un combat, et où on retrouverait pour cette raison la relation particulière qui lie le public à l’événement sportif. Bref, Brecht est un ami du sport — chez lui généralement synonyme de boxe — « parce que et aussi longtemps qu’il est dangereux (mauvais pour la santé), barbare (donc inconvenant) et un but en soi »9. En 1979, le nouveau visage du sport est décrit par Lenz comme le contraire de cet état primitif :

  • 10 Lenz, Siegfried, « Das Dilemma des Hammerwerfers », op. cit., p. 487.

« Aigri par le levain de l’idéologie, rentabilisé comme source de profit, endoctriné sur le plan politique, asservi par la logique militaire comme exercice pour préparer le combat, le sport est devenu depuis longtemps un phénomène qui ne renseigne pas seulement sur les mythes et la morale d’une société, mais qui fait également les offres les plus diverses à la littérature en quête de problématiques. Jadis un phénomène d’une docile univocité, il s’est mué en une parcelle du monde ambivalente, contradictoire, assombrie par des intérêts et névroses puissants et j’estime qu’il n’est pas suffisant de déléguer celle-ci à la seule sociologie »10.

  • 11 Thomas Mann, Les confessions du chevalier d’industrie Félix Krull, traduction de Louise Servicen, P (...)
  • 12 In : Arnolt Bronnen, Werke. Mit Zeugnissen zur Entstehung und Wirkung, sous la direction de Friedbe (...)

4Si l’on suit Lenz dans cette analyse, on peut arriver à plusieurs conclusions : la première est celle qu’il tire lui-même, à savoir le fait que le sport a sa place légitime dans une littérature qui se construit autour de problématiques complexes. La récurrence du motif le prouve. La seconde conclusion me paraît plus importante pour notre sujet. Car si le sport peut renseigner sur les mythes et sur la morale d’une société, il ne paraît que logique qu’il fasse son entrée dans la littérature justement en vertu de cette capacité à refléter et à concentrer des problématiques qui le dépassent. En définitive et à quelques exceptions près, les auteurs s’intéressent relativement peu au sport en tant que tel, mais plutôt aux fonctions qu’il revêt dans les différents régimes politiques et économiques ainsi que dans la construction identitaire des différents groupes sociaux. En tant que motif, le sport est donc plus ou moins clairement subordonné au thème traité et à la perspective générale – apologique ou critique - du texte. Cette remarque s’applique aux cas où il n’intervient que de façon fugitive comme dans Les confessions du chevalier d’industrie Félix Krull de Thomas Mann11 ou dans Recht auf Jugend d’Arnolt Bronnen12. Dans les deux œuvres, le tennis est présenté comme le privilège d’une jeunesse aisée vivant sous la tutelle et avec l’argent des pères. Pour l’imposteur Félix Krull, le match de tennis est pour cette raison une gageure :

  • 13 Thomas Mann, Les confessions du chevalier d’industrie Félix Krull, op. cit., pp. 386-387.

« Accepter le rendez-vous et y aller n’avait pas été une mince audace de ma part. […] Exalté par ma tenue convaincante et les chaussures ailées à mes pieds, je me préparai à éblouir les gens et à faire bonne figure dans l’exercice d’un jeu dont je m’étais imprégné en qualité de simple spectateur, sans l’avoir jamais pratiqué en réalité. »13

  • 14 Günter Grass, Le chat et la souris, traduction de Jean Amsler, Paris, Seuil, 1962.
  • 15 Marie-Luise Fleißer, Le plus beau fleuron du club : où il est question de tabac, de sport, d’amour (...)
  • 16 Voir les exemples de Mario Leis, Sport in der Literatur, op. cit., notamment pp. 49-54.

5Mais le constat concernant la subordination du motif du sport s’applique également lorsque ce motif est exploité massivement, que ce soit chez Günter Grass ou Marie-Luise Fleißer qui présentent, respectivement dans Le chat et la souris14 et dans Le plus beau fleuron du club : où il est question de tabac, de sport, d’amour et de commerce15, la natation comme un enjeu identitaire et de reconnaissance sociale, ou dans la littérature de propagande du Troisième Reich16, lorsque des auteurs comme Rudolf G. Binding (Gesang olympischer Kämpfer, 1937), Alexander Lernet-Holenia (Der Marathonlauf, 1935) et Hermann Stahl (Der Läufer, 1939) invoquent le marathon sous un masque antiquisant pour inculquer à la jeunesse le nationalisme, l’héroïsme et la nécessité du sacrifice de soi au profit de la patrie et de la Volksgemeinschaft.

  • 17 Gerhard Krug, « Sport und moderne Literatur », in : Alex Natan (Hg.), Sport kritisch, Bern, Stuttga (...)
  • 18 Siegfried Lenz, Werkausgabe in Einzelbänden, Hamburg, Hoffmann und Campe, tome 4.

6« Le sport ne se suffit pas à lui-même »17, conclut Gerhard Krug à partir du roman Brot und Spiele de Siegfried Lenz18 dont l’action est pourtant exclusivement consacrée à la carrière d’un coureur de fond et met en scène sa dernière course. Et ce constat semble pouvoir s’appliquer, à de très rares exceptions près, à l’ensemble du corpus. Autrement dit, le motif du sport est traité comme symptôme, parabole ou illustration métonymique des structures mentales et sociales qui forment, elles, le véritable centre des textes. Si le sport est particulièrement apte à remplir ce rôle, c’est notamment dû à la transparence de ce signe, telle qu’elle apparaissait déjà dans l’extrait de Félix Krull, cité plus haut. Gerhard Krug constate à ce propos :

  • 19 Gerhard Krug, « Sport und moderne Literatur », op. cit., p. 170 : « deutlicher als diese Symbolik k (...)

« Aucune symbolique ne saurait être plus explicite que celle-là, le sport livre des images claires, des relations compréhensibles et des rapports de force mesurables »19.

7Nous pouvons en ce sens retenir que le corpus pour une analyse du couple « jeunesse et sport » dans la littérature est composé de textes qui traitent du thème de la jeunesse et qui font intervenir le motif du sport comme symptôme. Le thème de la jeunesse lui-même est déterminé dans une large mesure par la relation à la génération des pères. Deux enjeux importants pour les jeunes protagonistes se dégagent de cette problématique et ils impliquent chacun un traitement spécifique du sport : l’affrontement avec le(s) père(s) sur un mode conflictuel d’une part, et la recherche d’une identité autonome d’autre part.

8Le premier enjeu, qui occupe massivement la production littéraire de la première moitié du xxe siècle, mais qui apparaît aussi de façon moins exposée dans des œuvres plus tardives, est donc le conflit père-fils ou plus généralement le conflit des générations. Le sport intervient ici comme l’instrument de mesure d’un rapport de force permanent et souvent très violent. Dans des scènes qui frappent par la force des images utilisées, la compétition sportive est utilisée par des protagonistes exercés, physiquement forts et connaisseurs des règles comme une arme, grâce à laquelle ils torturent et humilient des antagonistes chétifs et en manque de pratique. Ainsi dans cet épisode extrait de Classe 1902. Une éducation sentimentale et politique dans l’Allemagne en guerre d’Ernst Glaeser où la compétition sportive est mise au service de plusieurs thèmes, le conflit des générations, la militarisation de la société et l’antisémitisme :

  • 20 Ernst Glaeser, Classe 1902. Une éducation sentimentale et politique dans l’Allemagne en guerre, tra (...)

« Léon Silberstein est toujours debout devant la classe alignée et sanglote sans abandonner son attitude militaire. Ses mains seulement remuent comme des oiseaux effarouchés qui ne parviennent pas à s’envoler. Brosius l’examine avec un air de commisération railleuse. L’embarras du malheureux petit garçon le divertit. Soudain le voilà qui reprend sa raideur d’officier, remet son lorgnon à sa place et inflige à Silberstein vingt-cinq flexions des genoux […]. Léon arrive bien à faire les cinq premières flexions ; mais je m’aperçois au bout d’un instant qu’il commence à trembler. Ses jambes vacillent, sa tête branle. Dans son épuisement, il tourne la pointe des pieds sur laquelle il s’appuie pour fléchir les genoux et creuse des trous dans le sol. Le docteur Brosius rit et lui crie : ‘Hop là, hop là ! mon petit Silberstein, fais-nous voir que tu es un bon petit Allemand.’ Et Léon s’efforce désespérément. Et c’est pitié de voir le mal qu’il se donne inutilement. De ses doigts écartés, il égratigne le sable. Son dos se voûte ; mais Brosius lui envoie une bourrade dans les reins en criant : ‘Tenons-nous bien, que diable !’ […] Maintenant, Brosius s’est placé à côté du pauvre Léon qui n’en peut plus et il exécute lui-même une série de flexions impeccables ».20

9Dans cette constellation conflictuelle, le motif permet aux auteurs de distribuer clairement des points, d’établir des rounds aux résultats mesurables. Les armes des faibles dans ce combat inégal sont la tricherie qui permet de compenser les faiblesses physiques, l’exploit inattendu qui déstabilise les forts, mais aussi l’écroulement subit pouvant aller jusqu’à la mort et qui menace la bonne conscience et la légitimité du torturant. Dans L’heure de gymnastique de Rilke, Karl Gruber remporte une telle victoire du faible qui lui coûte toutefois la vie.

10On peut établir une classification des textes en fonction de la répartition sur les générations du camp des forts et du camp des faibles et on constate alors un glissement progressif du sport, en tant qu’insigne du pouvoir, du camp des pères vers le camp des fils. De façon exemplaire, cette passation des pouvoirs, a lieu dans le récit Nicht der Mörder, der Ermordete ist schuldig de Franz Werfel. Il retrace le conflit père-fils sur une longue période. La compétition physique n’intervient que de façon ponctuelle, mais à des passages clefs de l’action. Vers le début du récit, le père, un officier dans la force de l’âge qui inspire admiration et crainte à son jeune fils chétif, humilie celui-ci lors d’un jeu de massacre au Prater. Le jeune garçon, fortement impressionné par la violence symbolique de ce jeu ainsi que par la danse étrange des personnages qu’il est censé viser, finit par blesser son père. C’est sur lui qu’il lance la balle. Est-ce un accident, est-ce une vengeance, volontaire ou intuitive ? Dans la suite de l’action, le fils s’éloigne de plus en plus du chemin que le père a tracé pour lui. Devenu officier, il s’allie avec les adversaires politiques de l’armée, de son père. Vers la fin du récit, le jeune homme s’introduit en pleine nuit dans la maison du père pour le tuer. Armé de deux haltères, il chasse le vieillard sans défense dans une course-poursuite autour de la table de billard jusqu’à ce que celui-ci, à bout de force, perde sa robe de chambre, dévoilant ainsi son corps nu et abîmé par l’action du temps. À genoux devant son fils, le vieil homme implore celui-ci de l’abattre sans plus le torturer. Le fils, qui était resté sur l’image d’un père puissant dont l’ombre avait assombri toute sa vie, découvre dans cette situation sa supériorité physique sur le père, et ce triomphe rend le meurtre impossible.

  • 21 Franz Kafka, Brief an den Vater. Lettre au père, édition bilingue, traduction de Marthe Robert, Par (...)

11Mais revenons un moment en arrière et considérons toute une série de textes où le sport est, entre les mains des pères et de leurs représentants symboliques comme les professeurs et les officiers dans l’armée, un instrument de torture et d’oppression par lequel ils tentent de briser la personnalité des jeunes afin de les rendre conformes aux besoins du monde des pères. Dans la Lettre au père de Kafka, cette figure oppressante et proprement effrayante du père — « cet homme gigantesque, […], l’ultime instance »21 — prend une forme paradigmatique, aussi parce que ce père blesse son fils au passage, par inattention, ainsi à la piscine :

  • 22 Ibid., p. 29.

« J’étais déjà écrasé par la simple existence de ton corps. Il me souvient, par exemple, que nous nous déshabillions souvent ensemble dans une cabine. Moi, maigre, chétif, étroit ; toi, fort, grand, large. Déjà dans la cabine je me trouvais lamentable, et non seulement en face de toi, mais en face du monde entier, car tu étais pour moi la mesure de toutes choses. Mais quand nous sortions de la cabine et nous trouvions devant les gens, moi te tenant la main, petite carcasse pieds nus vacillant sur les planches, ayant peur de l’eau, incapable de répéter les mouvements de natation que, dans une bonne intention, certes, mais à ma grande honte, tu ne cessais littéralement pas de me montrer, j’étais très désespéré […] d’autre part, j’étais fier du corps de mon père. »22

  • 23 Ernst Weiss, L’aristocrate, traduction de Dominique Tassel, Paris, Fayard, 1992.
  • 24 Ödön von Horváth, Jeunesse sans Dieu, traduction d’Armand Pierhal, Paris, C. Bourgois, 1988.
  • 25 Ibid., p. 47.
  • 26 Ibid., p. 39.
  • 27 Ibid.
  • 28 Ibid., p. 61.
  • 29 Ibid., p. 62.
  • 30 Frank Wedekind, Mine-Haha ou De l’éducation corporelle des jeunes filles, traduction de Ruth Henry (...)

12Souvent, le sport tourne cependant au rite d’initiation sadique et volontairement brutal dont le cadre est généralement l’école autoritaire, parfois spécifiée comme étant une école militaire. Si le discours officiel des oppresseurs met en valeur les vertus éducatives du sport liées à l’esprit de camaraderie, les disciplines favorites de l’oppres­sion sont, au contraire, justement des disciplines solitaires comme la natation — ainsi dans Der Fall Rufus. Ein Elternabend de Gabriele Wohmann ou dans L’aristocrate d’Ernst Weiss23 où des non-nageurs sont humiliés devant les autres élèves et mis dans des situations où ils risquent de se noyer — mais aussi la gymnastique, souvent montrée comme un exercice paramilitaire comme dans les textes déjà cités de Rilke et d’Ernst Glaeser. Les filles ne sont pas non plus épargnées de cette oppression à l’aide du sport. Dans Jeunesse sans Dieu24, Ödön von Horváth met en scène la formation paramilitaire que subissent les élèves, garçons et filles, pendant les vacances de Pâques. Si les garçons parviennent facilement à intégrer cet exercice dans leur identité sexuelle — « Bien entendu, les élèves s’en faisaient une fête et nous, les professeurs, nous en réjouissions tout autant, car nous aussi aimions jouer aux Indiens »25 —, chez les filles, cette militarisation de leur quotidien cause des troubles identitaires, renforcés par le regard des hommes qui les rejettent. Ainsi le personnage peu attrayant Jules César — « il n’y a plus de vraies femmes, il n’existe plus que des étudiantes, des rameuses, des gymnastes : des monstres ! »26, mais le narrateur lui-même partage dans un premier temps ce préjugé négatif à l’égard des « Vénus en godillots »27 (« rucksacktragende Venus »), avant de comprendre que les « pauvres petites filles »28 sont les victimes d’un système où « les hommes sont devenus fous et […] font la loi »29. Si l’accent est mis dans cette œuvre sur la perte de féminité causée par le sport, dans la plupart des textes, le sport des filles se présente plutôt comme une exploitation sexuelle qui n’est pas toujours condamnée par les auteurs. Dans Mine-Haha ou De l’éducation corporelle des jeunes filles de Frank Wedekind30, un texte particulièrement ambigu à cet égard, les filles sont entraînées de force dans une forêt, un univers qui oscille entre le conte de fée et la science-fiction terrifiante d’un camp d’éducation et d’exploitation extrêmement rationalisé. Coupées de toute civilisation, les filles y apprennent à danser et sont ensuite exploitées, jusqu’à leur première menstruation, dans des spectacles érotiques dont elles ne comprennent pas la signification.

  • 31 Christoph Hein, L’ami étranger, traduction de François Mathieu avec la collaboration de Régine Math (...)

13À l’inverse, le caractère sexuel de l’oppression des filles par le sport devient la cible d’une critique très franche dans le souvenir de jeunesse de la protagoniste dans L’ami étranger de Christoph Hein31. Pendant les leçons de gymnastique, les filles sont à la merci de leurs professeurs machistes et sadiques :

  • 32 Ibid., pp. 130-131.

« Les trois ou quatre filles, les plus belles et les plus développées, il [le professeur de sport] n’arrêtait pas de les faire se renverser à la barre ou de leur faire faire des mouvements de gymnastique. Les filles, le visage congestionné, faisaient sans cesse des exercices sous les regards jouisseurs du professeur […] il les incitait continuellement à sauter et à remuer devant lui, tout en leur prodiguant force secours et attouchements – officiellement sanctionnés, quand il s’agit du corps des filles. Des années après avoir quitté l’école, je m’en voulais encore de ne pas être sportive, de ne pas être souple, d’être un « tas de graisse ». […] Aujourd’hui je crois que les gens de ma génération ont tellement fréquenté les matelas des gymnases de nos établissements scolaires qu’ils les sentent encore dans tous leurs membres (y compris les « tas de graisse » et les « chiffes molles »). L’entraînement physique nous a, d’une certaine façon, fondamentalement esquintés. »32

14On trouve une variante plus surprenante du motif de l’oppression par le sport dans la pièce Recht auf Jugend d’Arnolt Bronnen. Ce texte est par ailleurs celui de notre corpus qui traite de la façon la plus explicite de la relation entre sport et jeunesse, le seul aussi à définir le terme jeunesse :

  • 33 Arnolt Bronnen, Recht auf Jugend, op. cit., p. 44.

« L’homme [dans un temps reculé] n’était pas jeunesse ; il combattait, acquérait de l’expérience, devait procréer, et nourrir les siens. Sa fin était déjà fixée en dehors de sa personne. Pour nous, toutes ces obligations tombent. À cause de cela, nous sommes projetés loin devant, en dehors de la culture, à la tête de la culture. C’est ça, la différence : autrement, nous serions des retardataires sans tambour ni trompette. Mais de cette façon, la culture elle-même gagnerait une lignée toute autre, faite de cette jeunesse sans culture, une lignée viable et capable d’apprendre. Une telle lignée se rangerait, après la dernière grande tension du sentiment dans la sensualité, de son propre gré dans le schéma. Ce serait alors la chute. »33

  • 34 Ibid., p. 67.

15La jeunesse devient donc, dans cette pièce, l’enjeu d’une utopie sociale. Harder, le jeune protagoniste et président de la « société secrète de la jeunesse », est persuadé que la jeunesse est un état de grâce lié au sentiment, et que les pères, représentants de la raison, tentent par tous les moyens – en employant la carotte ou le bâton – d’empêcher les jeunes, considérés par eux comme « rien que de futurs êtres humains »34, de vivre pleinement leur jeunesse :

  • 35 Ibid., p. 66.

« Et cette spéculation extraordinairement abjecte à laquelle ils se livrent : car nous n’avons pas beaucoup de temps pour penser, pour réfléchir. Et quand nous trouvons le temps de réfléchir, nous sommes déjà vieux. Juste opprimer – les opprimer – de cette façon, ils ne le perçoivent pas. Bien les gâter ou être bien sévère ou beaucoup de sport, pour que nous n’ayons surtout pas le temps de réfléchir, le temps de ressentir. Traverser la jeunesse au galop. Forcés, chassés par les oppresseurs. »35

  • 36 Ibid., p. 111.
  • 37 Voir ibid., p. 55.
  • 38 Ibid., p. 111.

16Le sport n’est donc plus ici désagréable pour les jeunes, mais il n’en est que plus néfaste puisque les pères, qui détruisent le senti­ment des jeunes par l’éducation, s’en servent comme d’un appât ou d’un narcotique. Harder : « C’est le sport qui vous caractérise, le sport que vous nous fourrez dans la gueule en guise de dédommagement »36. La pièce montre par ailleurs la récupération progressive du sport à l’exemple de deux personnages appartenant au monde des pères, mais représentant des classes d’âge différentes. Alors que le père du jeune Harder compte encore sur le tennis pour que son fils acquière l’élégance requise dans la bonne société37, le jeune adulte Bauer rejette ce type de « sport pratiqué par considération pour les règles de la bonne société » au profit d’un « sport pratiqué de façon sérieuse » qui « sert avec beaucoup de succès l’élevage d’une race saine et volontaire »38.

  • 39 Ödön von Horváth, Un fils de notre temps, traduction de Rémy Lambrechts, Paris, C. Bourgois, 1988.

17Si, chez Bronnen, la récupération idéologique et politique du sport s’accomplit encore à l’intérieur du camp des pères, c’est justement la militarisation de la société et la récupération du sport dans le cadre paramilitaire qui donnent l’occasion aux auteurs de renverser le rapport de force en faveur des fils. Cela se passe de façon exemplaire dans les romans de Horváth. Dans Jeunesse sans Dieu, le lecteur assiste au conflit central qui oppose le narrateur, professeur de lycée et représentant des Lumières, à un de ses élèves, déjà acquis à l’idéologie nazi et qui assassine un autre élève pendant le camp d’entraînement paramilitaire. Annonçant la passation de pouvoir, dès le début du roman, l’exercice de la dictée est remplacé par l’exercice sportif et paramilitaire. Et même si le narrateur parvient à gagner certains de ses élèves pour sa cause et si le jeune assassin se suicide, la prise du pouvoir par les idéologues de la jeunesse et du sport devient évidente avec le départ forcé du narrateur à la fin du roman. Dans Un fils de notre temps39, Horváth est encore plus explicite quant au lien entre sport et guerre. C’est notamment l’effet de perspective, obtenu par la narration à la première personne d’un personnage fortement endoctriné, qui permet cela :

  • 40 Ibid., p. 20.

« Après tout, l’armée a beaucoup de points communs avec le sport. On a presque envie de dire : c’est le plus beau des sports, car il ne s’agit plus seulement de records. Il s’agit de mieux. De la patrie. »40

  • 41 Ibid.
  • 42 Ibid., p. 24.

18Horváth est explicite également quant à la place du couple sport et guerre dans le conflit des générations. Avant de faire l’expérience de la guerre, de devenir invalide et d’admettre qu’il s’est trompé, le jeune narrateur se construit une identité à partir du sport et de son appartenance à l’armée. Les personnes de son entourage sont évaluées par lui en fonction de ce critère. Ainsi, le sous-lieutenant, son supérieur direct, est accepté parce que « c’est un sportif fabuleux, notre meilleur sprinter. Il court avec une classe terrible »41. À l’inverse, il méprise fortement son père, invalide de la première guerre mondiale, parce qu’il n’est plus apte au service militaire : « N’aie donc pas peur de la prochaine guerre, à ton âge tu es sûr de ne pas la faire ! […] Tu ne comptes plus »42.

19Le second enjeu du sport pour les jeunes protagonistes – qui n’est pas sans présenter des liens avec le premier – est de nature identitaire. C’est une nouvelle fois en vertu de ses résultats clairs et lisibles que le sport peut remplir cette fonction. Dès 1928, Willy Meisl analyse la valorisation du sport dans le contexte de ce qui est ressenti à l’époque comme une crise de la civilisation :

  • 43 Willy Meisl : Der Sport am Scheidewege. Mit einem Vorwort von Egon Erwin Kisch und Beiträgen von Fr (...)

« Notre époque de la civilisation a un trou, a même plusieurs trous qui sont censés être bouchés ou du moins masqués. Peut-être le sport est-il un tel liant, un médicament pour arrêter plus ou moins la diarrhée culturelle de cette époque. »43

  • 44 Ibid., pp. 23-24 : « Mon père est serveur de son métier — un larbin de pourboire. Il prétend que la (...)
  • 45 Friedrich Christian Delius, Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt (...)
  • 46 Ibid., p. 16.
  • 47 Ibid., p. 61.
  • 48 Ibid., p. 16.

20Cette fonction compensatrice du sport apparaît dans de nombreux textes du xxe siècle. Le vide que le sport est censé remplir est protéiforme. Il est issu de la crise du christianisme, de la crise des liens communautaires et familiaux, de la crise de l’identité nationale dans l’Allemagne de l’après-guerre, etc. à l’instar du protagoniste dans Un fils de notre temps, qui s’engage dans l’armée après avoir perdu tous ses repères identitaires en raison du déclassement social qu’il subit indirectement en tant que fils44 et directement en tant que chômeur et qui trouve dans ce cadre la possibilité de reprendre confiance en lui-même parce qu’on le juge uniquement en fonction de ses aptitudes physiques, les jeunes cherchent dans cette catégorie de textes à compenser leurs troubles identitaires en se définissant à partir du sport. Mais à la différence du texte de Horváth, le conflit des généra­tions est ici moins prépondérant, même s’il est rarement absent. L’en­jeu identitaire est souvent combiné avec le motif de l’adolescence comme dans Le chat et la souris de Günter Grass, où les performances sportives sont utilisées par le protagoniste pour faire oublier son apparente déformation physique (en réalité sa pomme d’Adam), ou encore dans Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde de Friedrich Christian Delius45, où l’auteur se sert de la crise pré-adolescente du protagoniste pour faire intervenir les grands paramètres de la société ouest-allemande d’après-guerre comme des éléments de la crise personnelle du personnage. Le narrateur à la première personne, un jeune garçon qui n’est « pas fort, pas rapide, pas grand et pas sportif »46 et qui est pour toutes ces raisons fort complexé, ce qui lui vaut de surcroît une névrodermite et un défaut d’élocution, doit se forger une identité propre pour pouvoir exister autrement que dans l’ombre surdimensionnée de son père. Ce père, le pasteur du village, se confond dans la tête du garçon avec le père au ciel dont il est le représentant. Et le garçon vit sous cette double tutelle dans une ambiance étouffante, « emprisonné entre la messe et le repas de midi »47. Son rêve est de « faire partie des meilleurs, des vainqueurs »48. Et c’est le sport, un monde parallèle qui n’est pas occupé par le double père, qui lui permet finalement d’y parvenir, à l’aide d’une victoire par procuration, celle de l’équipe nationale allemande lors de la coupe du monde de football en 1954. Dans la dernière partie du récit, Delius procède à un montage virtuose où il alterne des extraits d’articles de presse de l’époque et du commentaire célèbre de la retransmission en direct du match avec les commentaires de son jeune protagoniste qui suit le match, collé au poste de radio sous le regard des anges dans le bureau de son père, et qui vit à ce moment « un temps de répit lors duquel je pouvais oublier toutes mes tares ». Dans un esprit picaresque, Delius crée des interférences savoureuses entre les repères habituels du jeune garçon et les commentaires des journalistes qui présentent la finale de la coupe du monde comme un ultime combat entre le bien et le mal, empruntant leurs métaphores tantôt au domaine politique fortement imprégné à l’époque par le contexte de la guerre froide, tantôt au domaine religieux. Le jeune protagoniste parvient ainsi à trouver un état de bonheur :

« durant ces minutes, je m’éloignais de la force d’occupation trinitaire, Dieu, Jésus et le Saint Esprit, et je commençai à croire en un Dieu du foot, un Dieu des marginaux, et pas seulement en un seul, car si Turek était un Dieu du foot, alors les dix autres devaient eux aussi être des sortes de dieux ».

  • 49 Ödön von Horváth, Jeunesse sans Dieu, op. cit., p. 45.

21On retrouve ici un motif déjà utilisé par Horváth dans Jeunesse sans Dieu où un élève, lui aussi spectateur passionné de football, meurt suite à un refroidissement après avoir assisté à un match. Tandis que le gardien de but est à son chevet, le petit W. meurt, « un sourire bienheureux aux lèvres, calme et paisible… »49.

  • 50 Ödon von Horváth, « Legende vom Fußballplatz », in : idem, Sportmärchen und andere Prosa und Verse, (...)
  • 51 Ibid., p. 52.
  • 52 Ibid., p. 53.

22Dans « Légende du terrain de football »50, Horváth raconte un épisode analogue qu’il dote cette fois-ci d’une suite : le petit garçon est emmené par un ange jusque « loin derrière la voie lactée »51 pour assister, avec les autres « défunts spectateurs des compétitions de football »52, au match des anges, arbitré par un archange.

  • 53 Citation in : Rainer Moritz (Hg.), Doppelpaß und Abseitsfalle. Ein Fußball-Lesebuch, Stuttgart, Rec (...)

23Du Dieu du foot au foot des anges, la boucle se ferme. Sepp Herberger avait raison : « Le ballon est rond »53.

Notes

1 Le texte intégral de la thèse de doctorat est consultable sur http://www.ub.uni-siegen.de/epub/ diss/leis.htm. Elle a été publiée sous le titre Sport in der Literatur. Einblicke in das zwanzigste Jahrhundert, Frankfurt / Main, Berlin, Wien, u.a., Peter Lang, 2000.

2 Voir Ödön von Horváth, Sportmärchen und andere Prosa und Verse, Frankfurt / Main, Suhrkamp, 1988, ainsi que les exemples cités par Karl Riha dans « Fußball-Gedichte », in : Sprache im technischen Zeitalter, n° 92/15, décembre 1984, pp. 239-251.

3 C’est le cas des protagonistes de Siegfried Lenz, d’Ulrich dans L’homme sans qualités de Musil, d’Achim dans Das dritte Buch über Achim d’Uwe Johnson, de Josef Bloch dans L’angoisse du gardien de but au moment du penalty de Peter Handke, mais aussi des personnages dans les Turngedichte de Ringelnatz ou du Handstand auf der Loreley d’Erich Kästner pour ne citer que ces exemples.

4 Lenz, Siegfried, « Das Dilemma des Hammerwerfers. Über einen Sportroman von Per Olov Enquist » [1979]. In : ders. : Werkausgabe in Einzelbänden, tome 19 : Essays 1, 1955-1982, Hamburg, 1997, p. 484-490.

5 Voir Hajo Bernett, « Musils Deutung des Sports », in : Karl Dinklage (Hg.), Robert Musil. Leben, Werk, Wirkung, Hamburg, Rowohlt, 1960, pp. 145-156.

6 Voir Günter Berg, « Die Männer boxen im Salatgarten. Bertolt Brecht und der Faustkampf », in : The other Brecht II / Der andere Brecht II, sous la direction de Marc Silberman e.a. [= The Brecht Yearbook / Das Brecht-Jahrbuch, n° 18, 1993], pp. 1-17.

7 Bertolt Brecht, « Die Krise des Sports », in : idem, Werke. Große kommentierte Berliner und Frankfurter Ausgabe, sous la direction de Werner Hecht, Jan Knopf, Werner Mittenzwei e.a., tome 21 : Schriften 1 : 1914-1933, Berlin und Weimar, Aufbau-Verlag, Frankfurt / Main, Suhrkamp, 1992, p. 224.

8 Voir Bertolt Brecht, « Le théâtre, institution sportive » et « Du théâtre considéré comme sport », in : idem, écrits sur le théâtre, édition établie sous la direction de Jean-Marie Valentin, Paris, Gallimard, 2000, pp. 45-48.

9 Bertolt Brecht, « Die Krise des Sports », op. cit., p. 224.

10 Lenz, Siegfried, « Das Dilemma des Hammerwerfers », op. cit., p. 487.

11 Thomas Mann, Les confessions du chevalier d’industrie Félix Krull, traduction de Louise Servicen, Paris, Albin Michel, 1991.

12 In : Arnolt Bronnen, Werke. Mit Zeugnissen zur Entstehung und Wirkung, sous la direction de Friedberg Aspetsberger, tome 1, Klagenfurt, Ritter Verlag, s.d., pp. 33-155.

13 Thomas Mann, Les confessions du chevalier d’industrie Félix Krull, op. cit., pp. 386-387.

14 Günter Grass, Le chat et la souris, traduction de Jean Amsler, Paris, Seuil, 1962.

15 Marie-Luise Fleißer, Le plus beau fleuron du club : où il est question de tabac, de sport, d’amour et de commerce, traduction de Nicole Roche, Arles, Actes sud, 1994.

16 Voir les exemples de Mario Leis, Sport in der Literatur, op. cit., notamment pp. 49-54.

17 Gerhard Krug, « Sport und moderne Literatur », in : Alex Natan (Hg.), Sport kritisch, Bern, Stuttgart, Hallwag, 1972, p. 170 : « der Sport genügt sich selbst nicht ».

18 Siegfried Lenz, Werkausgabe in Einzelbänden, Hamburg, Hoffmann und Campe, tome 4.

19 Gerhard Krug, « Sport und moderne Literatur », op. cit., p. 170 : « deutlicher als diese Symbolik kann keine sein, der Sport liefert klare Bilder, überschaubare Zusammenhänge, meßbare Verhältnisse ».

20 Ernst Glaeser, Classe 1902. Une éducation sentimentale et politique dans l’Allemagne en guerre, traduction de Joseph Delage et Cécile Knoertzer, les nuits rouges, 2000, p. 12.

21 Franz Kafka, Brief an den Vater. Lettre au père, édition bilingue, traduction de Marthe Robert, Paris, Gallimard, 1957 / 1995, p. 25.

22 Ibid., p. 29.

23 Ernst Weiss, L’aristocrate, traduction de Dominique Tassel, Paris, Fayard, 1992.

24 Ödön von Horváth, Jeunesse sans Dieu, traduction d’Armand Pierhal, Paris, C. Bourgois, 1988.

25 Ibid., p. 47.

26 Ibid., p. 39.

27 Ibid.

28 Ibid., p. 61.

29 Ibid., p. 62.

30 Frank Wedekind, Mine-Haha ou De l’éducation corporelle des jeunes filles, traduction de Ruth Henry et Robert Valançay, Paris, Flammarion, 1984.

31 Christoph Hein, L’ami étranger, traduction de François Mathieu avec la collaboration de Régine Mathieu, Aix-en-Provence, Alinéa, 1985 et Paris, Presses de la Cité, 1992.

32 Ibid., pp. 130-131.

33 Arnolt Bronnen, Recht auf Jugend, op. cit., p. 44.

34 Ibid., p. 67.

35 Ibid., p. 66.

36 Ibid., p. 111.

37 Voir ibid., p. 55.

38 Ibid., p. 111.

39 Ödön von Horváth, Un fils de notre temps, traduction de Rémy Lambrechts, Paris, C. Bourgois, 1988.

40 Ibid., p. 20.

41 Ibid.

42 Ibid., p. 24.

43 Willy Meisl : Der Sport am Scheidewege. Mit einem Vorwort von Egon Erwin Kisch und Beiträgen von Frank Thieß, Arnolt Bronnen, Bert Brecht, Heinz Landmann, Carl Diem, Heidelberg, Iris Verlag, 1928, p. 20.

44 Ibid., pp. 23-24 : « Mon père est serveur de son métier — un larbin de pourboire. Il prétend que la guerre mondiale lui a fait perdre son standing, parce qu’avant 1914 il ne travaillait que dans les établissements les plus huppés, alors que maintenant il croupit dans un petit café des faubourgs. C’est qu’il boite un peu depuis sa captivité, et un garçon boiteux, on n’en veut pas dans un endroit chic ».

45 Friedrich Christian Delius, Der Sonntag, an dem ich Weltmeister wurde, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt, 1994.

46 Ibid., p. 16.

47 Ibid., p. 61.

48 Ibid., p. 16.

49 Ödön von Horváth, Jeunesse sans Dieu, op. cit., p. 45.

50 Ödon von Horváth, « Legende vom Fußballplatz », in : idem, Sportmärchen und andere Prosa und Verse, op. cit., pp. 50-54.

51 Ibid., p. 52.

52 Ibid., p. 53.

53 Citation in : Rainer Moritz (Hg.), Doppelpaß und Abseitsfalle. Ein Fußball-Lesebuch, Stuttgart, Reclam, 1995, p. 24.

Auteur

Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr