Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

2. Jeunesse et sport dans la société

Sport et jeunesse en SBZ/RDA (1945-1990). Quelques éléments de réflexion

Ulrich Pfeil

Texte intégral

  • 1 Cf. Mary Fulbrook, Anatomy of a dictatorship inside the GDR 1949-1989, Oxford, 1997.
  • 2 Cf. Clemens Vollnhals/Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der S (...)

1Après avoir consolidé son emprise sur l’État et la société jusqu’en 1948, le Parti socialiste unifié (SED) n’entendait pas se contenter de défendre son monopole de pouvoir et de diriger la RDA. Il réclamait de surcroît le « monopole idéologique » fondé sur le marxisme-léninisme, afin de soumettre toute la société est-allemande à sa domi­nation. Cet objectif « totalitaire » est l’élément qui permet de distinguer une dictature fondée sur une « Weltanschauung » (Welt­anschauungsdiktatur) d’une dictature autoritaire. C’est au nom de la réalisation d’une grande utopie qu’est légitimée la mobilisation de tous les moyens pour transformer totalement la société. Les tentacules du parti et de l’État, afin d’annuler toute séparation entre l’État et la société, cherchent à étouffer l’autonomie de l’économie, de la culture et de la société,1 et s’efforcent de placer tous ces domaines sous la férule du politique. Nous savons aujourd’hui que tant le « Troisième Reich » que la RDA se sont heurtés aux résistances du quotidien et à des facteurs exogènes. Idéologie et pratique quotidienne ne se recoupent pas, et la vie sous une dictature ne se réduit pas au contrôle permanent, à la répression et à l’exclusion. Au contraire, intégration et répression se complètent mutuellement et sont constitutifs de la stabilité intérieure du système.2

  • 3 Cf. Sigrid Meuschel, Legitimation und Parteiherrschaft in der DDR, Francfort/M., 1992, pp. 9 ss.

2Malgré l’expérience du 17 juin 1953, le degré de cohésion de la société de la RDA fut plus élevé qu’en Hongrie, Pologne et Tchécoslovaquie. Dans les années suivantes, de tels événements ne se reproduisirent pas en Allemagne de l’Est, tandis que l’on assista en 1956 à l’« octobre polonais » et à la révolution hongroise, en 1968 au « printemps de Prague » et dans les années 80 à la montée du syndicat polonais Solidarnosc. Bien que le potentiel de mécontentement ait été très fort en RDA aussi, il n’y eut pas de processus de trans­formation du socialisme de l’intérieur, car de nouvelles élites man­quaient pour initier une restructuration politique et sociale. Il fallut la « révolution pacifique » de l’automne 1989, réunissant tous les poten­tiels d’opposition, pour mettre en cause le régime et le faire tomber au cours de ces journées de novembre.3

  • 4 Cf. Kurt Schilde, « Jugend als Objekt historischer Forschungen. Eine Bilanz am Ende des 20. Jahrhun (...)

3Les succès des sportifs est-allemands renforcèrent l’image de stabilité de cet « autre » État allemand dès la fin des années 60. Sport et jeunesse furent alors deux facteurs importants d’intégration, qui contribuent à expliquer la stabilité relative de la RDA pendant ses quarante ans d’existence. Depuis quelques années déjà, les historiens leur accordent un intérêt croissant.4 Mais l’accès aux archives est-allemandes a confirmé une hypothèse que d’aucuns avaient déjà formulée avant la chute du Mur : le triomphe du « Sportstaat » RDA ne reposait pas uniquement sur des structures performantes, mais aussi sur un système de dopage, unique au monde, exploitant la bonne volonté et la bonne foi de la jeunesse au mépris des conséquences physiologiques et psychologiques, et dont la dimension ne fut révélée qu’après 1989/90.

La jeunesse en RDA – Espoir et garant du socialisme ?

« Die Jugendpolitik der SED begründet den Platz und die Aufgaben der Jugend der DDR und ihrer sozialistischen Jugendorganisationen (FDJ) im Kampf für den Frieden, Demokratie und Sozialismus wissenschaftlich und leitet die sich daraus ergebende Verantwortung für die SED, den sozialistischen Staat, die gesellschaftlichen Organisationen und Institutionen ab. »

Wörterbuch zur sozialistischen Jugendpolitik, Berlin (RDA), 1975, p. 124

  • 5 Cf. Ellen Key, Das Jahrhundert des Kindes, Königstein, 1978 [1902].
  • 6 Cf. Uwe Sander « 100 Jahre Jugend in Deutschland », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [APuZ], B 1 (...)

4Au début du xxe siècle, certains avaient pronostiqué le « siècle de l’enfant » en Allemagne,5 mais bien qu’un tel propos fût excessif, on peut néanmoins parler d’un « siècle de la jeunesse ».6 Dès la fin du xxe siècle, la jeunesse était devenue non seulement un objet de la politique et de la recherche, mais également un sujet politique, menace et défi pour les uns, promesse et mythe pour les autres. La jeunesse a toujours revendiqué son autonomie et a vu dans ses propres normes et principes une sorte de contre-projet face à la société et à la culture dominante dans lesquelles elle grandissait. Le regard des adultes sur la « culture jeune » est nécessairement un regard étranger, et aussi irrité, parce qu’ils croient pouvoir transmettre leurs valeurs et leurs expériences à la future génération. Mais comme la jeunesse se voit souvent comme le créateur de la culture de l’avenir, les conflits entre les générations sont inévitables, la jeunesse étant à la fois porteuse d’espoir et de menace.

  • 7 Cf. Dorle Zilch, Millionen unter der blauen Fahne, Rostock, 1994.

5L’histoire de la jeunesse en ex-RDA ne fait pas exception. Le régime connaissait l’importance de la future génération et créa un système de formation et d’encadrement assurant une certaine sécurité, mais laissant très peu de place aux aspirations individuelles. Les défilés des jeunes « sous le drapeau bleu » de la « Freie Deutsche Jugend » (FDJ) devant la tribune des dirigeants communistes correspondaient à leur idéal et devait symboliser la solidarité inconditionnelle des jeunes pour leurs « parents ».7

  • 8 Cf. Peter Wicke, « Zwischen Förderung und Reglementierung – Rock­musik im System der Kulturbürokrat (...)
  • 9 Cf. Michael Rauhut, Rock in der DDR, Bonn, 2002.

6Dans un pays où la musique rock fut l’objet de réunions du bureau politique du SED – et les réactions du Politbüro montrent les marges de manœuvre de la jeunesse dans cette dictature – la notion de « jeunesse » ne correspondait pas seulement à un phénomène biologique (entre 14 et 18 ans selon le droit pénal de la RDA), le temps de la vie entre l’enfance et la maturité, mais prenait une dimension sociétale, historique, politique et surtout idéologique.8 La musique rock, expression des sentiments, des humeurs, des besoins, des tendances et des exigences de la jeunesse, ne suivait pas les mécanismes de marché comme à l’Ouest, mais restait sous le contrôle de l’État et du « parti dominant », était évaluée selon des critères idéologiques et réduite par le parti à un instrument pour façonner la « personnalité socialiste » :9

  • 10 Cf. Generaldirektion beim Komitee für Unterhaltungskunst: Standpunkt zur Entwicklung der Rockmusik (...)

« La musique rock sert à montrer la beauté de la vie dans le socialisme et la paix, à renforcer le courage de vivre, à exprimer la fierté de ce que l’on a réalisé, à accroître le sentiment de solidarité avec l’État, à mettre en évidence les contradictions de la vie pour les surmonter et à s’engager – avec ses moyens – dans les luttes de notre temps. »10

  • 11 Cf. Helga Gotschlich, « Die Gründung der FDJ in der SBZ oder : Plötzlich war alles anders », in : i (...)

7Nous savons aujourd’hui que ces objectifs étaient illusoires ; au contraire, dans les années 80, la musique rock devint un vecteur « alternatif » de la jeunesse est-allemande pour exprimer son mécontentement à l’égard du « socialisme réellement existant » en RDA. Jusqu’à aujourd’hui, le Werther d’Ulrich Plenzdorf reste le meilleur exemple littéraire pour rendre compte de la volonté de préserver une certaine individualité et un élan juvénile dans les conditions particu­lières d’une dictature. Ces exemples montrent que l’histoire de la jeunesse en RDA n’est pas seulement un aspect de l’histoire sociale de la RDA ; ils mettent aussi en évidence – comme pour d’autres périodes du xxe siècle en Allemagne – la relation conflictuelle entre le désir de satisfaire l’auto-affirmation des adolescents et l’intention des adultes de les instrumentaliser à leur gré.11

8Les études des dernières années soulignent le double procédé employé par le SED pour intégrer les jeunes dans la société est-allemande : la pression et la séduction. D’un côté Sonja Häder a montré que le parti s’efforça de prescrire aux parents les méthodes d’éducation, de contrôler les professeurs et les écoles et de recruter très tôt les enfants pour ses organisations. Après une période assez libérale jusqu’en 1947/48, le régime imposa aussi sa tutelle et son idéologie sur les jeunes, mais en s’accrochant à ses dogmes idéologiques, il ne pouvait pas s’adapter à des situations changeantes et perdait ainsi une bonne partie de son influence. De surcroît, la socialisation idéologique se heurta encore à d’autres barrières : le poids des traditions politiques, sociales et culturelles, l’influence de la famille, du milieu local et de l’Église. En RDA, comme pendant le « Troisième Reich », le pouvoir en place se trouvait confronté à des espaces au sein desquels, et de manière très relative, les jeunes pouvaient réaliser leurs désirs et vivre selon leurs modes de vie, sans qu’ils constituent pour autant des lieux de résistance. Or, les jeunes en RDA ne furent pas seulement les victimes d’une politique « totalitaire », mais purent aussi vivre leur propre enfance et adolescence, connaître une normalité de l’anormal sous la dictature.

  • 12 Cf. Sonja Häder, Schülerkindheit in Ost-Berlin. Sozialisation unter den Bedingungen der Diktatur (1 (...)
  • 13 Cf. Ulrich Mählert, Die Freie Deutsche Jugend 1945-1949. Von den « Antifaschistischen Jugendausschü (...)

9De l’autre côté, en recourant à des pratiques similaires à celles employées par les nationaux-socialistes, tels les défilés lors du « Deutschlandtreffen der Jugend » avec une « Sportschau der Demokratischen Sportbewegung » au stade « Walter Ulbricht » à Berlin-Est (24 au 29 mai 1950), le serment au drapeau et les célébrations permanentes à l’occasion d’événements politiques ou sociétaux, le régime mit sur pied un système de stimulants, des colonies de vacances et des lieux de rencontre (Jugendclubs), afin de renforcer la solidarité, l’identité et la loyauté. Ces mesures ne furent pas sans succès, notamment chez les jeunes qui pouvaient ainsi se libérer de l’autorité et des contraintes parentales. En rétrospective, les Allemands de l’Est jugent souvent de manière positive ces aspects de leur adolescence et voient dans leur engagement au sein des « pionniers » et de la jeunesse communiste un acte normal, inévitable et apolitique.12 Mais en analysant ces organisations depuis leur fondation, les « Thälmann-Pioniere » comme la FDJ, nous sommes à nouveau confrontés à la question de leur signification et de leur fonction au sein du système totalitaire que le SED entendait instaurer.13

  • 14 Voir sur l’opposition et la résistance en RDA : Ulrike Poppe et alt. (éd.), Zwischen Selbstbehauptu (...)
  • 15 Cf. Peter Skyba, Vom Hoffnungsträger zum Sicherheitsrisiko. Jugend in der DDR und Jugendpolitik der (...)

10Dans son étude sur la politique de la jeunesse en RDA entre 1949 et 1961, Peter Skyba a mis en évidence la transformation de la FDJ en un instrument de domination et une « courroie de transmission » avant la construction du mur de Berlin, et il a montré comment elle avait servi à collecter des informations sur les intérêts et les opinions des jeunes. Mais pendant que le SED imposait son emprise sur la FDJ et la réduisait à une organisation de masse participant à la centralisation et à la militarisation de la société, l’attractivité de la FDJ baissait et bientôt le nombre de ses membres diminua après avoir connu une expansion quantitative jusqu’en 1953. Bien que la FDJ essayât de respecter davantage les exigences et les attentes de la jeunesse après les événements du 17 juin 1953, les réformes furent superficielles, si bien que les jeunes Est-Allemands restèrent souvent membres sans vraiment s’engager pour les objectifs fixés, ou se tournèrent de plus en plus souvent vers les organisations religieuses. Après 1957, la politique d’Ulbricht favorisa ce mouvement en renforçant la mise au pas de la jeunesse est-allemande, aggravant ainsi le dilemme de la FDJ. Instrument du pouvoir servant à l’endoctrinement et à la propagande, elle ne parvint pas à se gagner la jeunesse et elle se contenta trop souvent de déclarations peu sincères. De surcroît, avant la construction du Mur en 1961, s’était produit une vague d’émigration importante vers la RFA, expression de dissensions et d’opposition au régime.14 À cette époque-là, les mesures prises par le SED furent limitées et sa politique de la jeunesse se heurta à un problème insoluble : dès que les jeunes utilisaient certains espaces de liberté, le SED revenait sur les assouplissements qu’il avait consentis. Mais chaque restriction diminuait l’acceptation de la FDJ chez les jeunes. Il fallut attendre la construction du Mur pour qu’ils se vissent eux aussi obligés de s’arranger avec la situation en RDA.15

  • 16 Cf. Gert Geißler/Ulrich Wiegmann (éd.), Die parteilichen, geheimdienstlichen und vormilitärischen E (...)
  • 17 Cf. Jörn Mothes et al. (éd.), Beschädigte Seelen. DDR-Jugend und Staatssicherheit, Bremen, 1996.
  • 18 Cf. Angela Kowalczyk (« China »), Punk in Pankow. Stasi-« Sieg » : 16jährige Pazifistin verhaftet, (...)

11L’inefficacité de la FDJ soulève une question : pourquoi la grande majorité des jeunes ne s’est-elle pas ouvertement révoltée contre le régime comme dans d’autres pays du bloc Est ? Malgré l’incapacité de la FDJ à intégrer les jeunes et un mécontentement permanent, la stabilité de la RDA ne fut pas remise en question jusqu’en 1989. Certes, la Stasi avait mis en place tout un réseau pour intimider, corrompre, faire chanter, désagréger et démoraliser une partie de la jeunesse en RDA.16 Dans certains cas, elle s’infiltra même dans les familles pour briser les rapports de confiance entre parents et enfants et recruta des adolescents comme « collaborateurs informels » (Informelle Mitarbeiter). La Stasi sut utiliser la créativité et la naïveté juvéniles pour mobiliser les jeunes contre de potentiels ennemis intérieurs et extérieurs (nourrir l’image de l’ennemi).17 Elle obtenait les meilleurs résultats avec des jeunes présentant une « attitude positive » vis-à-vis du régime. Mais la Stasi ne pouvait guère compter sur ces jeunes disciplinés et proches du SED pour désagréger le milieu hostile des rowdies, des bandes, des « meutes » et des clubs : elle était donc obligée de recruter dans ces milieux malgré le manque de discipline et de fiabilité des membres. La Stasi ne parvint jamais à résoudre ce paradoxe, ce qui limita sans cesse les effets de son travail auprès des jeunes.18

  • 19 Cf. Michael Rauhut, Beat in der Grauzone. DDR-Rock 1964 bis 1972 – Politik und Alltag, Berlin, 1993 (...)
  • 20 Cf. Bettina Hertrampf/Christian Rüter, « Jugendfreizeit in der DDR und BRD von 1970 bis 1990 », in  (...)
  • 21 Cf. Alan L. Nothnagle, Building the East German Myth. Historical Mythology and Youth Propaganda in (...)

12De nouvelles études montrent que – à la recherche de leur propre identité – les jeunes en RDA trouvaient souvent refuge dans une culture « jeune » de consommation et dans l’organisation de leurs loisirs pour échapper aux tentacules du parti et de son service secret.19 Malgré l’omniprésence de l’État, les jeunes n’abandonnèrent jamais l’idée de trouver des espaces de liberté. Ils occupaient des immeubles désaffectés et y créaient des clubs pour organiser leur temps libre à leur gré et réaliser leurs projets avec ceux qui partageaient leurs idées et leurs opinions. Bien que l’État observât ces mouvements et tentât de les contrôler, le nombre de groupes informels ne cessa d’augmenter pendant les années 80. Leur existence, un sujet tabou dans les médias est-allemands, fut l’expression d’un décalage croissant entre les attentes sociales d’en bas et les réactions inadéquates d’en haut. Les regards se tournaient de plus en plus vers l’Ouest et la « culture jeune » s’inspira toujours davantage des modèles occidentaux qui parvenaient en RDA par les ondes hertziennes ouest-allemandes. Disques, jeans et magazines occidentaux, souvent introduits clandestinement par les parents et les amis ouest-allemands, étaient des produits très demandés et se négociaient au marché noir. Dorénavant, la distinction entre les jeunes, l’identification et l’appartenance à des groupes se faisaient souvent par le biais de ces produits,20 tandis que d’autres facteurs d’identification comme l’antifascisme, le culte d’Ernst Thälmann et les acquis sociaux per­daient leur efficacité. Alors que le SED misait encore sur la repro­duction de ses mythes fondateurs pour indiquer le chemin de l’avenir, les jeunes est-allemands crurent avoir trouvé leur orientation dans la culture occidentale,21 démissionnèrent en masse de la FDJ et se retrouvèrent parmi les manifestants en octobre/novembre 1989. Ils n’acceptaient plus de rester emmurés jusqu’à l’âge de la retraite et constituaient ces courants de protestation qui, partis des marges de la société, convergèrent vers le centre et firent imploser la dictature du SED.

Chaque sportif un activiste ?

13Le sport est généralement défini comme une activité physique exercée dans le sens du jeu, de la lutte et de l’effort tout en respectant certaines règles. La racine anglaise du mot disport souligne le caractère ludique du sport (se disporter = s’amuser). L’écrivain et germaniste Jean Giraudoux voyait dans le sport « l’art par lequel l’homme se libère de soi-même ». Bien qu’en RDA, ces qualités divertissantes et émancipatrices n’aient pas complètement perdu leur signification, l’idéologie s’est cependant greffée sur le sport :

  • 22 Kleines politisches Wörterbuch, Berlin (RDA), 1973, p. 461

« Sport umfaßt alle in Einheit des Körperlichen und Geistigen auf die Pflege des menschlichen Körpers und auf die Entwicklung der körperlichen Leistungsfähigkeit gerichteten Bestrebungen und Ergebnisse [...] und dient zur allseitigen Bildung und Ausprägung der sozialistischen Persönlichkeit. »22

  • 23 Cf. Hans-Dieter Krebs, « Die politische Instrumentalisierung des Sports in der DDR », in : Material (...)
  • 24 « Der Sport war so strukturiert, daß er unmittelbar der Partei unterstand und von ihrer Führung ang (...)
  • 25 Cf. Gunter Holzweißig, Diplomatie im Trainingsanzug: Sport als politisches Instrument der DDR in de (...)

14Comme le domaine de la jeunesse, le sport fut soumis aux besoins du SED23 et dirigé par le parti pour en faire un instrument de son pouvoir et une partie intégrante de la culture socialiste.24 Le sport devait être l’expression de la suprématie du socialisme, et ses « diplomates en survêtement » contribuer à la reconnaissance de la RDA dans le monde.25 Mais pour en arriver là, il fallait reconstruire et réorienter le sport en Allemagne de l’Est.

15Après que le conseil de contrôle des alliés eut liquidé le « Nationalsozialistische Reichsbund für Leibesübungen » par sa directive n° 23 (« Beschränkung und Entmilitarisierung des Sportwesens in Deutschland »), les associations et clubs sportifs (« Sport- und Turn­vereine ») furent également dissous. Dans l’immédiat après-guerre, l’organisation de toute activité sportive en Allemagne incomba tout d’abord aux communes. Sans avoir élaboré de conception particulière pour le sport en zone orientale, la « Sowjetische Militäradminis­tration » (SMAD) et le KPD/SED déléguèrent l’organisation du sport à la FDJ qui fonda ses propres groupes sportifs (« FDJ-Sport ») dès le mois de mars 1946. Pour venir à bout de la misère dans cette Allemagne en ruines, des sportifs et des membres de la FDJ organisaient des quêtes pour trouver des équipements et, bénévolement, remettaient en état des terrains pour relancer le sport en zone d’occupation soviétique (SBZ). Dès le printemps 1948, la FDJ prit officiellement la responsabilité du sport en SBZ sur ordre de la SMAD (sauf à Berlin-Est), mettant ainsi un terme au travail des administrations communales. L’organisation et la direction du sport furent dorénavant gérées par la seule FDJ qui, à l’occasion de la réunion du « FDJ-Zentralrat » les 20 et 21 mai 1948, édicta des directives obligatoires pour la reconstruction du sport en SBZ. La division de l’Allemagne affecta aussi le sport, comme en témoignèrent les premières compétitions au niveau de la zone (« Zonenmeisterschaften »).

  • 26 Cf. Günter Wonneberger, « Vom Kommunal- zum Volkssport : Ent­wicklung in der Ost-Zone Deutschlands  (...)
  • 27 Cf. Jürgen Winkler, « Sportpolitik », in : Andreas Herbst et al. (éd.), Die SED. Geschichte – Organ (...)

16En accord avec la SMAD, le SED commença en été 1948 à réorganiser le sport en un « mouvement antifasciste et démocratique ». Le 1er août 1948, la FDJ et le FDGB proclamèrent la création du « Deutsche Sportausschuss » (DS) qui devait diriger l’organi­sation du sport au sein des usines et entreprises, devenues les principaux centres de sport en SBZ/RDA. Après que des « Ausschüsse » se furent rapidement constitués dans les « Kreise » et les « Länder » de la SBZ, le DS de Berlin-Est fut fondé le 1er octobre 1948. Instrument de direction et de coordination, il favorisa désormais les activités sportives au niveau de la « production », en remplaçant les associations sportives dans les communes par des « Betriebssportgemeinschaften » (BSG). Quoiqu’officiellement indépendant, le DS devait régu­lièrement rendre compte au secrétariat du « FDJ-Zentralrat » et lui soumettre ses décisions.26 Après avoir surmonté les premières difficultés, le mouvement sportif est-allemand prit un nouvel essor. En décembre 1948, le DS comptait 227 000 membres, mais déjà un an plus tard, il avait doublé ses effectifs (542 000), parmi lesquels 110 000 femmes. Pour mieux promouvoir le sport, le DS, avec le concours de la FDJ et du FDGB, prit la décision « Über die Reorganisation des Sports in den volkseigenen Betrieben und ihnen gleichgestellten Betrieben auf Produktionsbasis », le 3 avril 1950, qui constitua la base de la création des « Sportvereinigungen » (SV) selon la structure du syndicat. Ainsi, toutes les BSG, en fonction de l’appartenance syndicale de leur entreprise mère, furent réorganisées dans un SV. Certains se souviennent encore aujourd’hui des succès du SV Lokomotive Leipzig (chemin de fer), du SV Dynamo Berlin (police popu­laire) et du SV Empor Rostock (commerce et industrie alimentaire) en coupe d’Europe de football et de handball.27

  • 28 Wolfgang Buss, « On the Road Towards a ‘Socialist Culture’ – The Ideological and Formal Positions o (...)

17Mais le SED poussa encore plus loin l’organisation et la centralisation du sport. En 1950, il fonda le « Amt für Jugendfragen und Leibesübungen », directement placé sous l’autorité du premier adjoint du ministre-président, Walter Ulbricht. Dans la première loi pour la jeunesse du 8 février 1950, la chambre du peuple avait demandé que toutes les institutions d’État s’engagent à promouvoir le mouvement sportif en RDA. Organisation de masse oblige, la FDJ donna l’exem­ple et lança un certain nombre de campagnes pour augmenter le nombre de participants aux activités sportives. Dans les régions rurales, elle organisa les premiers festivals sportifs pour jeunes et, avant la fin de l’année 1951, des activités extrascolaires furent intro­duites dans le programme des écoles et les étudiants des universités est-allemandes se virent « invités » à participer à des activités sportives obligatoires.28

  • 29 Cf. Monika Gibas, « Die DDR – das sozialistische Vaterland der Werktätigen – Anmerkungen zur Identi (...)
  • 30 Cf. Klaus Gallinat, Der Aufbau und die Entwicklung von Körperkultur und Sport in der SBZ/DDR am Bei (...)

18Cependant, fin 1950, la direction du SED déplora l’insuffisance de son influence sur les sportifs à la base. Dans des rapports internes, des fonctionnaires dénonçaient le manque de travail idéologique dans les associations sportives et l’impuissance du DS à mettre fin au « Nur-Sportlertum ». Mais, malgré de nouveaux efforts du DS et la rédaction d’un programme théorique « Die Aufgaben auf dem Gebiet der Körperkultur und des Sports », adopté lors du 5e congrès du DS le 17 mars 1951, les reproches persistèrent et le travail idéologique resta un sujet sensible tout au long de cette année fondamentale pour l’établissement de l’idéologie marxiste-léniniste dans la société est-allemande.29 Finalement, suite à la proposition de Walter Ulbricht, le bureau politique du SED décida en avril 1952 de créer le « Staatliche Komitee für Körperkultur und Sport ». Il exerça ses fonctions à partir du 24 juillet 1952, suite à la directive du conseil des ministres de la RDA. En fondant ce comité, la condamnation du DS était prononcée. Si les relations avec la RFA dans le domaine du sport n’avaient pas exigé une autre forme qu’un organisme étatique, le SED aurait déjà dissout le DS en 1952. Comme le « Deutsche Sportbund » (DSB) ouest-allemand avait refusé tout contact avec des instances de l’appareil d’État est-allemand, le DS, indépendant en apparence, eut encore quelques années devant lui, mais son travail se limita aux relations inter-allemandes. Tandis que le DSB cherchait à construire des ponts entre les deux Allemagnes par des rencontres sportives à tous les niveaux, la RDA limita ces compétitions et les jeunes furent presque exclus de ces rencontres.30

19Comme d’autres organisations de masse et comme le ministère de l’éducation populaire, la FDJ et le FDGB envoyèrent des représentants à la direction du nouveau comité. Mais le SED avait créé un organisme centralisé et étatique qui limitait l’influence de la FDJ et du FDGB dans le domaine sportif. Désormais, jusqu’à la fondation du « Deutscher Turn- und Sportbund » (DTSB) en 1957, le comité devint l’instance supérieure au sein de l’appareil de l’État pour toutes les questions concernant le sport en RDA : éducation des sportifs, mise en place de conditions adéquates pour un sport de haut niveau, orga­nisation des compétitions et formation des arbitres, homologation des records et mise à jour des classements, publication de magazines spécialisés et coopération avec les fédérations internationales.

  • 31 Cf. Hans Joachim Teichler, « Kritik und Selbstkritik im DDR-Sport der frühen 50er Jahre – Das Schei (...)

20Mais, ni le comité, ni les associations sportives dans les entreprises ne correspondaient aux attentes du SED concernant le sport de masse et de haut niveau,31 ce nouvel instrument du SED destiné à démontrer la suprématie du socialisme dans la concurrence avec la RFA ainsi que Walter Ulbricht le souligna lors de la 3e conférence du sport du 25 au 27 novembre 1955 :

  • 32 Walter Ulbricht, Zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung. Aus Reden und Aufsätzen, Bd. V 1954 (...)

« Auch welche Hymne gespielt wird, ist nicht gleichgültig, das ist eine politische Frage. Deutschland, Deutschland über alles – von der Maas bis an die Memel, die Hymne, die der Aufhetzung zum Kriege dient, oder unsere Nationalhymne, die Hymne des Friedens, der Demokratie und des sozialistischen Aufbaus – das ist doch ein Unterschied! Es ist Zeit, diese Frage in den Sportgemeinschaften offen und grundsätzlich zu stellen ! »32

  • 33 Cf. Norbert Seitz, « Nationalistischer Bilderbogen hinter fünf Ringen », in : Zeitschrift für Kultu (...)
  • 34 Cf. Lorenz Peiffer, « Die Madrider Entscheidung des IOC im Oktober 1965. Ein Wendepunkt in der Gesc (...)

21Dès la seconde moitié des années 50, la politique du sport en RDA devint davantage encore une partie intégrante de la politique alle­mande du SED, mobilisant toutes les réserves du pays pour encou­rager le sport de haut niveau. Ce fut tout à la fois un moyen de favo­riser l’identification des Allemands de l’Est avec leur propre état et de concurrencer la RFA dans un domaine hautement symbolique.33 Désormais, la politique du sport suivit toutes les étapes et volte-face de la politique allemande de la RDA pour vaincre et dépasser l’adversaire à l’Ouest du Mur et pour imposer la « théorie des deux États allemands ». Dans cette perspective, et aussi en terme d’image, les implications multilatérales du sport et les stades internationaux offraient l’occasion à la RDA de se présenter comme un État souverain et de fournir la preuve de l’efficacité de son système sportif et social. Étant donné le nombre de médailles d’or gagnées par les athlètes est-allemands lors des différentes coupes du monde et d’Europe et surtout lors des Jeux Olympiques, il n’est guère surprenant que la RDA ait enregistré ses premiers succès sur la scène diplomatique grâce au sport, remettant en cause la doctrine Hallstein et les marges de manœuvre de la RFA.34 En 1968 déjà, le Comité international olympique (CIO) reconnut le Comité olympique de la RDA avec les mêmes droits que celui de la RFA. Grâce aux victoires de ses athlètes, le régime du SED parvint au moins partiellement à camoufler ses faiblesses économiques et à détourner les regards de l’étranger du Mur, des barbelés et de l’ordre de tirer aux frontières, qui provoqua la mort d’une centaine de citoyens est-allemands.

22Derrière ces succès douteux se trouvait le DTSB, « organisation de masse unique et socialiste de tous les athlètes et sportifs de la RDA » qui, fondé en 1957, incarnait l’accomplissement de la centralisation dans le domaine sportif. Son président, Manfred Ewald (1926-2002), cadre du parti directement soumis aux décisions d’Ulbricht et de Honecker, acheva la séparation définitive des secteurs sport et jeunesse dans l’organisation et permit au SED de tout contrôler et de disposer d’une structure performante pour donner définitivement une orientation idéologique au sport en RDA.

  • 35 Cf. Paul Heider, Die Gesellschaft für Sport und Technik. Vom Wehrsport zur « Schule des Soldaten vo (...)

23Bien que le SED misât toujours plus sur le sport de haut niveau dès les années 50, il contribua aussi au développement du sport de masse pour former une conscience socialiste fondée sur la discipline et la fidélité aux principes socialistes (Walter Ulbricht en 1958 : « Jedermann an jedem Ort – einmal in der Woche Sport. »). Comme la direction du SED avait trouvé dans le Capital de Karl Marx des considérations positives sur le sport au sein de la formation militaire, cette explication « scientifique » lui servit désormais de justification pour introduire le « Wehrsport » dans le système sportif est-allemand. La « Gesellschaft für Sport und Technik » (GST) s’adressa d’abord aux jeunes et devait donner une formation « prémilitaire » aux garçons de 16 à 18 ans. Avec le DTSB, elle fut la deuxième organisation de masse en RDA chargée du sport selon le modèle soviétique.35

  • 36 Cf. Andreas Herbst, « Deutscher Turn- und Sportbund der DDR (DTSB) », in : Gerd-Rüdiger Stephan et (...)

24La mobilisation des masses pour le sport stricto sensu trouva son expression dans de multiples compétitions comme « Mach mit – bleib fit ! », « Lauf dich gesund ! », « Mein Urlaub – kein Urlaub vom Sport » et, pour la jeunesse, le « Cross der Jugend ». Certes, derrière ces activités se cachaient plus au moins ouvertement des objectifs idéologiques, mais Andreas Herbst a souligné aussi que la majorité des Allemands de l’Est y participait pour le plaisir et la détente. En rétrospective, les éléments positifs semblent l’avoir largement emporté sur les imperfections et les insuffisances.36

25Cette constatation vaut certainement pour beaucoup de jeunes de l’ancienne RDA, sauf pour ceux qui – grâce à l’accès aux archives – se sont rendus compte, après la chute du Mur, que leurs corps avaient servi d’instrument d’expérimentation. Sans aucun doute, les succès des athlètes est-allemands reposaient d’abord sur un système de sélection sévère et des conditions favorables au recrutement des meilleurs et au développement de leurs talents. Dès 1952, les « Kinder- und Jugendsportschulen » (KJS) formaient les futurs athlètes de haut niveau et permettaient aux jeunes de réussir le baccalauréat en même temps. La sélection était rigoureuse : ceux qui ne pouvaient pas s’adapter aux normes ou ne parvenaient pas à obtenir les résultats attendus devaient quitter ces écoles pour continuer leurs études dans des écoles « normales ». Les « produits » de ce système se présentaient régulièrement aux « Kinder- und Jugendsportspartakiaden » calquées sur le modèle soviétique. Presque tous les futurs champions de la RDA y avaient commencé leur carrière en y obtenant de très bons résultats.

  • 37 Cf. Brigitte Berendonk, Doping. Von der Forschung zum Betrug, Reinbek, 1992 ; Werner W. Franke, « F (...)
  • 38 Ines Geipel, « Das ‘Sportwunder’ DDR und die andere Seite seiner Medaillen », in : C. Vollnhals/J. (...)

26Mais, dans les années 70 et 80, les victoires des athlètes est-allemands ne pouvaient plus s’expliquer seulement par les structures performantes et les sommes exorbitantes que le SED versait pour le sport. Les voix masculines des nageuses est-allemandes trahissaient l’utilisation de produits dopants et leurs conséquences. L’ouverture des archives après 1989/90 permit de se faire une idée précise, jusqu’à la nausée, des mécanismes de dopage en RDA, encouragé par la direction du SED, stimulé par l’ambition des entraîneurs et le manque de scrupules des fonctionnaires et des médecins.37 Concrètement : la RDA avait dopé ses athlètes massivement, plus longtemps et plus agressivement qu’ailleurs, sans leur donner le choix et sans les informer des conséquences. Tandis que les médailles s’accumulaient, les dettes de l’État s’accroissaient et le décalage entre les victoires sportives et le délabrement des immeubles s’intensifiait.38

  • 39 Cf. Winfried Ranke, « Unbefangener oder unbedachter Umgang mit fragwürdig gewordener Vergangenheit  (...)
  • 40 Voir comme exemple hagiographique : Rudolf Ledig, « Kinder- und Jugendsportschulen. Bildungseinrich (...)
  • 41 Cf. Edelfrid Buggel, « Wurde Volkssport in der DDR vernachlässigt ? », in : Beiträge zur Sportgesch (...)

27Ce court article montre les liens permanents entre le sport et la jeunesse en RDA. Bien que le SED retirât progressivement à la FDJ ses responsabilités pour le sport en SBZ/RDA, le caractère ludique du sport resta malgré tout un moyen de mobilisation. Dans le sport de compétition, il devait conduire, en raison du dopage, à une exploitation dangereuse de la force juvénile. Cet état de la recherche indique aussi que nos connaissances sur les rapports entre ces deux phénomènes sociaux et culturels restent encore aujourd’hui limitées. L’accès aux archives de la RDA permet maintenant de mieux comprendre les différents mécanismes de l’intérieur. Il serait intéres­sant d’approfondir les relations institutionnelles entre le sport et la jeunesse, les conséquences sociales d’une manifestation comme le « Deutschlandtreffen der Jugend » de 1950 avec ses continuités symboliques rappelant une idéologie dont le SED prétendait avoir extirpé les racines.39 Le fonctionnement interne des « Kinder- und Jugendsportschulen » mériterait d’être éclairci pour mieux comprendre la politisation et la manipulation idéologique de ces établissements, qui ne furent pas uniquement un lieu destiné à promouvoir les meilleurs talents de la RDA.40 Les mêmes questions se posent pour la place des jeunes dans le sport de masse, qui reste toujours un sujet déran­geant.41 Et finalement, bien que sport et jeunesse en RDA soient marqués par des caractères propres au régime en place, des études trans-périodiques s’imposent pour mieux comprendre les spécificités allemandes du sport et de la jeunesse sur la longue durée.

La nageuse Kristin Otto (RDA) préférait les médailles d’or aux records du monde, elle en récolta 6 aux JO de Séoul !

Notes

1 Cf. Mary Fulbrook, Anatomy of a dictatorship inside the GDR 1949-1989, Oxford, 1997.

2 Cf. Clemens Vollnhals/Jürgen Weber (éd.), Der Schein der Normalität. Alltag und Herrschaft in der SED-Diktatur, Munich, 2002, pp. 9 ss.

3 Cf. Sigrid Meuschel, Legitimation und Parteiherrschaft in der DDR, Francfort/M., 1992, pp. 9 ss.

4 Cf. Kurt Schilde, « Jugend als Objekt historischer Forschungen. Eine Bilanz am Ende des 20. Jahrhunderts », in : Neue Politische Literatur 45 (2000) 3, pp. 400-426 ; Winfried Speitkamp, « Zwischen Erinnerung und Geschichte : Jugend im Blick des 20. Jahrhunderts », in : Archiv für Sozialgeschichte 41 (2001), pp. 566-592 ; Christiane Eisenberg, « Die Entdeckung des Sports durch die Geschichtswissenschaft », in : Historical Social Research/Historische Sozialforschung 27 (2002) 2/3, pp. 4-21.

5 Cf. Ellen Key, Das Jahrhundert des Kindes, Königstein, 1978 [1902].

6 Cf. Uwe Sander « 100 Jahre Jugend in Deutschland », in : Aus Politik und Zeitgeschichte [APuZ], B 19-20/2000, pp. 3-11

7 Cf. Dorle Zilch, Millionen unter der blauen Fahne, Rostock, 1994.

8 Cf. Peter Wicke, « Zwischen Förderung und Reglementierung – Rock­musik im System der Kulturbürokratie », in : id./Lothar Müller (éd.), Rockmusik und Politik. Analysen, Interviews und Dokumente, Berlin, 1996, pp. 11ss.

9 Cf. Michael Rauhut, Rock in der DDR, Bonn, 2002.

10 Cf. Generaldirektion beim Komitee für Unterhaltungskunst: Standpunkt zur Entwicklung der Rockmusik in der DDR, 21 mai 1984 ; SAPMO-BArch, DY 30/39004.

11 Cf. Helga Gotschlich, « Die Gründung der FDJ in der SBZ oder : Plötzlich war alles anders », in : id./Katharina Lange/Edeltraud Schulze (éd.), Aber nicht im Gleichschritt. Zur Entstehung der Freien Deutschen Jugend, Berlin, 1997, p. 25 ; Dorothee Wierling, « Die Jugend als innerer Feind. Konflikte in der Erziehungsdiktatur der sechziger Jahre », in : Hartmut Kaelble/Jürgen Kocka/Hartmut Zwahr (éd.), Sozialgeschichte der DDR, Stuttgart, 1994, pp. 404-425.

12 Cf. Sonja Häder, Schülerkindheit in Ost-Berlin. Sozialisation unter den Bedingungen der Diktatur (1945-1958), Cologne, 1998.

13 Cf. Ulrich Mählert, Die Freie Deutsche Jugend 1945-1949. Von den « Antifaschistischen Jugendausschüssen » zur SED-Massenorganisation: Die Erfahrung der Jugend in der Sowjetischen Besatzungszone, Paderborn 1995, id./Gerd-Rüdiger Stephan, Blaue Hemden – Rote Fahnen. Die Geschichte der Freien Deutschen Jugend, Opladen, 1996.

14 Voir sur l’opposition et la résistance en RDA : Ulrike Poppe et alt. (éd.), Zwischen Selbstbehauptung und Anpassung. Formen des Widerstandes und der Opposition in der DDR, Berlin, 1995 ; Ehrhart Neubert, Geschichte der Opposition in der DDR 1949-1989, Berlin ,22000 ; Klaus-Dietmar Henke et al. (éd.), Widerstand und Opposition in der DDR, Cologne, 1999.

15 Cf. Peter Skyba, Vom Hoffnungsträger zum Sicherheitsrisiko. Jugend in der DDR und Jugendpolitik der SED 1949-1961, Cologne, 2000.

16 Cf. Gert Geißler/Ulrich Wiegmann (éd.), Die parteilichen, geheimdienstlichen und vormilitärischen Erziehungsverhältnisse, Francfort/M., 1996.

17 Cf. Jörn Mothes et al. (éd.), Beschädigte Seelen. DDR-Jugend und Staatssicherheit, Bremen, 1996.

18 Cf. Angela Kowalczyk (« China »), Punk in Pankow. Stasi-« Sieg » : 16jährige Pazifistin verhaftet, Berlin, 1996 ; Edda Ahrberg (éd.), « Mit gestutzten Flügeln ». Jugend in der DDR. Materialband, Magdeburg, 1996.

19 Cf. Michael Rauhut, Beat in der Grauzone. DDR-Rock 1964 bis 1972 – Politik und Alltag, Berlin, 1993 ; Philipp Heldmann, « Les jeunes et la mode dans les années soixante », in : Documents 54 (1999) 1, pp. 74-78 ; id., « Konsumpolitik in der DDR. Jugendmode in den 60er Jahren », in : Hartmut Berghoff (ed.), Konsumpolitik. Die Regulierung des privaten Verbrauchs im 20. Jahrhundert, Göttingen, 1999, pp. 135-158.

20 Cf. Bettina Hertrampf/Christian Rüter, « Jugendfreizeit in der DDR und BRD von 1970 bis 1990 », in : Archiv für Sozialgeschichte 33 (1993), pp. 407-424.

21 Cf. Alan L. Nothnagle, Building the East German Myth. Historical Mythology and Youth Propaganda in the German Democratic Republic, 1945-1989, Arbor, 1999 ; Raina Zimmering, Mythen in der Politik der DDR. Ein Beitrag zur Erforschung politischer Mythen, Opladen, 2000.

22 Kleines politisches Wörterbuch, Berlin (RDA), 1973, p. 461

23 Cf. Hans-Dieter Krebs, « Die politische Instrumentalisierung des Sports in der DDR », in : Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », hrsg. vom Deutschen Bundestag, vol. III/2, Baden-Baden, 1995, pp. 1314-1369.

24 « Der Sport war so strukturiert, daß er unmittelbar der Partei unterstand und von ihrer Führung angeleitet wurde » ; Manfred Ewald, Ich war der Sport. Wahrheiten und Legenden aus dem Wunderland der Sieger (interviewt von Andert, R.), Berlin, 1994, p. 101.

25 Cf. Gunter Holzweißig, Diplomatie im Trainingsanzug: Sport als politisches Instrument der DDR in den innerdeutschen und internationalen Beziehungen, Munich, 1981 ; id., Sport und Politik in der DDR, Berlin, 1988 ; Peter Kühnst, Der mißbrauchte Sport : Die politische Instrumentalisierung des Sports in der SBZ und DDR, 1945-1957, Cologne, 1982 ; Carel Horstmeier, « Die Maus, die brüllte. Methoden der Anerkennungspolitik der DDR », in : Hallische Beiträge zur Zeitgeschichte 9 (2001), pp. 57-79.

26 Cf. Günter Wonneberger, « Vom Kommunal- zum Volkssport : Ent­wicklung in der Ost-Zone Deutschlands », in : Franz Nitsch/Lorenz Peiffer (éd.), Die Roten Turnbrüder. 100 Jahrearbeitersport, Marburg, 1995, pp. 192-196.

27 Cf. Jürgen Winkler, « Sportpolitik », in : Andreas Herbst et al. (éd.), Die SED. Geschichte – Organisation – Politik. Ein Handbuch, Berlin, 1997, pp. 466-477.

28 Wolfgang Buss, « On the Road Towards a ‘Socialist Culture’ – The Ideological and Formal Positions of the GDR in the Year 1951 », in : Arnd Krüger/Wolfgang Buss (éd.) : Transformationen : Kontinuität und Veränderungen in der Sportgeschichte. Transformations: Continuity and Change in Sport History, vol. 2, Hoya, NISH, 2002 (= Schriftenreihe des Niedersächsischen Instituts für Sportgeschichte, Band 17), pp. 125-132.

29 Cf. Monika Gibas, « Die DDR – das sozialistische Vaterland der Werktätigen – Anmerkungen zur Identitätspolitik der SED und ihrem sozialisatorischen Erbe », in : APuZ, 39-40 (1999), pp. 21-30, ici : p. 25.

30 Cf. Klaus Gallinat, Der Aufbau und die Entwicklung von Körperkultur und Sport in der SBZ/DDR am Beispiel regionaler Entwicklungen im Land Brandenburg (Mai 1945–Juli 1952), Francfort/M., 1997.

31 Cf. Hans Joachim Teichler, « Kritik und Selbstkritik im DDR-Sport der frühen 50er Jahre – Das Scheitern des Staatssport-Experiments nach sowjetischem Vorbild », in : Arnd Krüger/Wolfgang Buss (éd.) : Transformtionen: Kontinuität und Veränderungen in der Sportgeschichte. Transformations: Continuity and Change in Sport History, vol. 2, Hoya, NISH, 2002 (= Schriftenreihe des Niedersächsischen Instituts für Sportgeschichte, Band 17), pp. 108-117.

32 Walter Ulbricht, Zur Geschichte der deutschen Arbeiterbewegung. Aus Reden und Aufsätzen, Bd. V 1954-1956, Berlin (RDA), 1964, p. 557.

33 Cf. Norbert Seitz, « Nationalistischer Bilderbogen hinter fünf Ringen », in : Zeitschrift für KulturAustausch 50 (2000) 1, pp. 31-33; Thomas Blees, 90 Minuten Klassenkampf. Das Länderspiel BRD-DDR 1974, Frankfurt/M., 1999.

34 Cf. Lorenz Peiffer, « Die Madrider Entscheidung des IOC im Oktober 1965. Ein Wendepunkt in der Geschichte der deutsch-deutschen Sportbeziehungen » et Ulrich Pfeil, « Hymnen, Flaggen und olympische Medaillen. Deutsch-deutsche Systemwettspiele mit französischer Beteiligung », in : Arnd Krüger/Wolfgang Buss (éd.) : Transformationen : Kontinuität und Veränderungen in der Sportgeschichte. Transformations: Continuity and Change in Sport History, vol. 2, Hoya, NISH, 2002 (= Schriftenreihe des Niedersächsischen Instituts für Sportgeschichte, Band 17), pp. 118-124 et pp. 133-143.

35 Cf. Paul Heider, Die Gesellschaft für Sport und Technik. Vom Wehrsport zur « Schule des Soldaten von morgen », Berlin, 2002.

36 Cf. Andreas Herbst, « Deutscher Turn- und Sportbund der DDR (DTSB) », in : Gerd-Rüdiger Stephan et al. (éd.), Die Parteien und Organisationen der DDR. Ein Handbuch, Berlin, 2002, pp. 637-657, ici : pp. 655 s.

37 Cf. Brigitte Berendonk, Doping. Von der Forschung zum Betrug, Reinbek, 1992 ; Werner W. Franke, « Funktion und Instrumentalisierung des Sports in der DDR : Pharmakologische Manipulation (Doping) und die Rolle der Wissenschaft », in : Materialien der Enquete-Kommission « Aufarbeitung von Geschichte und Folgen der SED-Diktatur in Deutschland », hrsg. vom Deutschen Bundestag, vol. III/2, Baden-Baden, 1995, pp. 904-1143 ; Grit Hartmann, Die DDR im Spiegel ihres Spitzensports, Leipzig, 1998 ; Hans-Joachim Seppelt/Holger Schück, Anklage : Kinderdoping. Das Erbe des DDR-Sports, Berlin, 1999 ; Giselher Spitzer, Doping in der DDR. Ein historischer Überblick zu einer konspirativen Praxis, Cologne, 1998.

38 Ines Geipel, « Das ‘Sportwunder’ DDR und die andere Seite seiner Medaillen », in : C. Vollnhals/J. Weber (note 2), pp. 417-443.

39 Cf. Winfried Ranke, « Unbefangener oder unbedachter Umgang mit fragwürdig gewordener Vergangenheit », in : Dieter Vorsteher (éd.), Parteiauftrag : Ein neues Deutschland. Bilder, Rituale und Symbole der frühen DDR, Berlin, 1996, pp. 94-112.

40 Voir comme exemple hagiographique : Rudolf Ledig, « Kinder- und Jugendsportschulen. Bildungseinrichtungen zur Förderung sportlicher Talente in der DDR », in : Beiträge zur Sportgeschichte 13 (2001), pp. 5-20.

41 Cf. Edelfrid Buggel, « Wurde Volkssport in der DDR vernachlässigt ? », in : Beiträge zur Sportgeschichte 14 (2002), pp. 40-44.

Table des illustrations

Légende La nageuse Kristin Otto (RDA) préférait les médailles d’or aux records du monde, elle en récolta 6 aux JO de Séoul !
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6570/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 19k

Auteur

(DHI Paris)

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr