Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

2. Jeunesse et sport dans la société

Mise au pas et instrumentalisation de la jeunesse et du sport sous le 3e Reich

Gilbert Krebs

Texte intégral

1Avant comme après la prise du pouvoir en janvier 1933, la propagande national-socialiste a fait une large place au thème de la jeunesse, cherchant à faire passer le parti d’Adolf Hitler pour le « parti de la jeunesse », non sans un certain succès puisqu’un nombre de plus en plus important d’Allemands et surtout de jeunes étaient prêts à accepter cette prétention et que même des observateurs extérieurs et des opposants au régime en arrivaient à croire ces discours. Ils constataient le succès que les mots d’ordre du national-socialisme semblaient rencontrer auprès des jeunes, et la part active que les jeunes adhérents ou sympathisants du mouvement avaient prise dans les luttes politiques, les combats de rue et les grandes manifestations de masse qui ont précédé et accompagné l’arrivée au pouvoir. Le slogan affirmant que le national-socialisme représentait et réalisait les aspirations profondes de la jeunesse (« Nationalsozialismus ist organisierter Jugendwille ») leur semblait correspondre à la réalité.

2Ernst-Erich Noth, jeune écrivain allemand, chassé d’Allemagne dès 1933 et vivant en exil à Paris, expliqua en 1934 à ses lecteurs français :

« Le Reich se trouvait [en 1932] à la veille de la bataille décisive. La jeunesse était prête à la livrer. Si elle avait été entraînée dans la politique par une situation matérielle sans issue, elle s'était adonnée aussitôt à un véritable culte. La politique était devenue en Allemagne une question de foi ; le Führer, un dieu ; ses discours, des révélations ; son programme, une ‘somme de dogmes’. On s'exposait corps et âme dans la lutte, dont l'objectif prenait un sens mythique.

  • 1 E. E. Noth, La tragédie de la jeunesse allemande, Grasset, Paris, 1934, pp. 144‑145.

[...] La jeunesse voulait absolument la Révolution et elle ne lui semblait possible que par le renversement de l'Ordre existant, l'anéantissement de l'adversaire dans une bataille acharnée. »1

Le parti de la jeunesse ?

3Qu’en était-il en réalité ? S’il est vrai que le national-socialisme a su, mieux que d’autres partis politiques, mobiliser la jeunesse à son bénéfice, en faisant appel à la soif d’activité, au « potentiel révolutionnaire » de la jeune génération et en exploitant son profond désarroi devant la situation politique et économique, devant le chômage massif et le manque de perspectives d’avenir ; s’il est exact qu’il a su lui faire miroiter des lendemains radieux après le renversement de l'édifice vermoulu de la république de Weimar, en promettant de rétablir un « nouvel ordre » après la disparition du « désordre établi », cela ne signifie pas que la prise du pouvoir a été faite par la jeunesse et pour la jeunesse.

4D’abord, il faut relativiser la « jeunesse » du parti nazi.

  • 2 Horst Möller, « L’évolution du système des partis dans les dernières années de Weimar », in : G. Kr (...)

« Le NSDAP, s'adressant à toutes les couches de la population, exprimant une protestation à la fois sociale et nationale, était, si l'on considère ses adhérents, ses cadres, ses dirigeants et son électorat, un parti relativement jeune ; seul le KPD était d'une ‘jeunesse’ comparable. »2

  • 3 Le livre d’E. Günther Gründel, Die Sendung der jungen Generation. Versuch einer umfassenden revolut (...)

5Dans ce jugement de Horst Möller, il faut surtout retenir le mot « relativement ». Lors de son arrivée au pouvoir, le nouveau chancelier avait 43 ans, son « lieutenant » à la tête du parti, Rudolf Hess en avait 38, Goering 39, Goebbels 35 et Himmler 33. Quant au « chef de la jeunesse national-socialiste », Baldur von Schirach, que H.D. Bracher qualifie de « berufsjugendlicher Germanistikstudent » il n’était âgé que de 25 ans. Par rapport à la « gérontocratie » qui caractérisait les grands partis sous Weimar, le NSDAP faisait indéniablement la part belle à la « génération du front ». Mais l’âge moyen de cette génération qui a combattu pendant quatre ans se situait en 1933 plus près de la quarantaine que de la vingtaine. Ce sont ces classes d’âge qui marquent de leur empreinte les effectifs, les cadres mais aussi le programme et la pratique politique du NSDAP. C’est une génération qui a le sentiment d’avoir tout donné et tout perdu, d’avoir enduré en vain des privations et des souffrances sans précédent et d’avoir été trahie par les politiciens de l’ancienne génération qui ont déclenché la guerre mais n’ont pas su la gagner et par les Novemberverbrecher, ces criminels responsables de la débâcle finale et de la révolution de novembre 1918. Cette « jeune génération »3 estime qu’elle a pour mission d’assurer la régénération de l’Allemagne et elle somme les « vieux » de lui céder la place.

  • 4 Bernd-Jürgen Wendt, Deutschland 1933-1945. Das dritte Reich, Hannover 1995, pp. 282-283.

« ‘Macht Platz ! ihr Alten !’ – mit dieser Aufforderung mobilisierte Gregor Strasser die Jungwähler gegen die ‘verkrustete’ ältere Gene­ration und gegen das Weimarer Establishment und nutzte den Generationenkonflikt als Instrument zur Machteroberung. »4

Les jeunes et le parti national-socialiste avant 1933

6Ce discours « jeuniste » du parti a manifestement eu du succès au début des années trente, mais davantage auprès des 20-25 ans qu’auprès des « jeunes » proprement dits. Avec l'aggravation de la crise économique et politique, la société allemande s’est radicalisée. Les deux partis situés aux extrémités du spectre politique profiteront de cette évolution. C’est lors des élections de septembre 1930 que se manifesta ce « glissement de terrain » qui finit par ensevelir la démocratie en Allemagne : le KPD passa de 54 à 77 et le NSDAP de 12 à 107 sièges au Reichstag. Ces succès, de l’avis des spécialistes, étaient dus pour une part non négligeable au renouvellement du corps électoral par l’arrivée des « nouveaux électeurs », de ceux qui s’étaient abstenus aux scrutins précédents et de ceux qui ont atteint récemment l’âge légal pour voter (20 ans).

7En revanche le discours jeuniste a eu relativement peu de succès auprès des plus jeunes. En fait, jusqu’à la prise de contrôle total de la société allemande, le parti national-socialiste n’a pas réussi de percée significative dans l’univers des mouvements de jeunesse, ni dans l’ensemble chatoyant des organisations « libres », qui se réclamaient de la Jugendbewegung, de cette idéologie « juvéniliste » née en Allemagne au début du siècle, ni parmi les mouvements de jeunesse inféodés aux églises, aux syndicats, aux partis politiques ou rattachés aux associations de gymnastes (Turnerbünde). Les uns restaient ancrés dans les choix politiques des mouvements d’adultes ou des familles de pensée dont ils étaient issus, les autres, les « indépendants », dont les principaux mots d’ordre étaient autonomie et apolitisme de la jeunesse, n’éprouvaient aucun besoin de se rallier à un parti politique quel qu’il soit. Jusqu’au début des années trente, les contacts concrets entre des groupes de la Jugendbewegung et le mouvement national-socialiste étaient rares et limités à certains groupes marginaux : par exemple les Adler und Falken ou les Artamanen (où militèrent entre autres H. Himmler et W. Darré ou encore Höss, futur commandant d’Auschwitz), et des organisations à tendance paramilitaire comme la Schilljugend ou les Geusen.

8Il n’en reste pas moins que la jeunesse tenait une place importante dans les projets politiques et le discours d’Hitler, à la fois comme levier pour mobiliser les masses en vue de la prise du pouvoir et comme porteuse et garante de l’avenir du peuple allemand, notamment en vue des guerres à venir. Les considérations qu’Adolf Hitler a confiées à Hermann Rauschning correspondent à des réflexions anciennes, même si l’entretien rapporté ici date du début des années trente.

  • 5 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, réédition Paris, Le livre de poche, 1979, p. 332.

« C'est avec la jeunesse que je commencerai ma grande œuvre éducatrice, dit Hitler. Nous, les vieux, nous sommes usés. Oui, nous sommes déjà vieux. Nous sommes gâtés jusqu'à la moelle. Nous n'avons plus d'instincts sauvages. Nous sommes lâches, nous sommes sentimentaux. Nous portons le poids d'une histoire humiliante et le souvenir confus des époques d'asservissement et d'humiliation. Mais ma splendide jeunesse ! Y en a-t-il une plus belle dans le monde ? Voyez donc ces jeunes hommes et ces jeunes garçons ! Quel matériel humain ! Avec eux, je pourrai construire un nouveau monde. »5

Jeunesse de parti et jeunesse d’état

9Dès 1922 le mouvement national-socialiste avait créé sa première organisation de jeunesse qui prendra par la suite le nom de Hitler-Jugend et sera placée sous la tutelle du chef de la SA. Le succès tarda à venir : au début de 1932, la Hitlerjugend, composée à 70 % de jeunes ouvriers et apprentis, à 12 % d’écoliers et qui comptait un fort pourcentage de jeunes chômeurs, ne dépassait pas 40 000 membres environ (seulement 20 000 cotisants) – à comparer avec les effectifs des mouvements de jeunesse protestants (près de 600 000), catholiques (881 000) ou sportifs et gymnastes (1,5 million). Vers la fin des années vingt, le NSDAP a complété son dispositif par la création d’organisations de jeunes destinées à encadrer les écoliers (NS-Schülerbund) et les étudiants (NS-Studentenbund). Seul ce dernier, malgré la relative modestie de ses effectifs a réussi, au début des années trente, à jouer un rôle notable dans les élections estudiantines grâce à l’activisme de son chef Baldur von Schirach (depuis 1928) et en profitant de l’abstentionnisme obstiné de la majorité des étudiants.

10Après la prise du pouvoir, l’évolution des rapports du national-socialisme avec la jeunesse se confondit avec les étapes de sa mainmise totale sur la société et l’état. Baldur von Schirach, qui avait été promu chef suprême de la jeunesse national-socialiste, Reichs­jugendführer der NSDAP, en 1932, deviendra, le 17 juin 1933, chef suprême de la jeunesse allemande, Jugendführer des Deutschen Reiches. Mais il n’avait pas attendu cette promotion pour commencer à donner à son action une dimension nouvelle.

11Préludant à la prise du pouvoir et à la campagne électorale, une « journée nationale de la jeunesse », (Reichsjugendtag), réunit le 1er octobre 1932 environ 80 000 jeunes hitlériens pour entendre et applaudir les discours de leurs chefs et du Führer lui-même et pour défiler en rangs serrés. Les effectifs de la Hitler-Jugend commencèrent à croître cette année-là (100 000 adhérents à la fin de l’année 1932) mais c’est seulement après la prise du pouvoir et dans le contexte de la Gleichschaltung qu’elle est devenue un mouvement de masse. Pour y parvenir Baldur von Schirach procéda par étapes, suivant un schéma bien connu dans d’autres secteurs de la société allemande : un savant mélange de brutalité et de terreur d’une part, de promesses et d’efforts de séduction d’autre part. L’objectif final était clair :

  • 6 Cité d’après Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, Düsseldorf, 1982, p. 19.

« De même que le parti national-socialiste est dorénavant le seul parti, de même les Jeunesses hitlériennes doivent devenir la seule orga­nisation de la jeunesse. »6

12Cette prétention allait plus loin encore puisqu’elle englobait la totalité de l’action éducative et se posait donc non en complément mais en rivale des puissances éducatrices traditionnelles.

  • 7 Ibid.

« Les Jeunesses hitlériennes sont résolues à prendre en main [erfassen] toute la jeunesse et tous les aspects de la vie du jeune Allemand. »7

13Le processus commencé dans les premières semaines de 1933 devait se prolonger pendant plusieurs années, suivant des modalités différentes selon les secteurs. Le 5 avril 1933 la HJ occupa le siège berlinois de l’organisme central de coordination des mouvements de jeunesse, Reichsausschuß der deutschen Jugendverbände, saisissant les fichiers et les archives, destituant les dirigeants et confisquant les biens. Très rapidement, la plupart des organisations de jeunesse furent dissoutes, leurs biens saisis, leurs foyers (notamment les auberges de jeunesse) confisqués au profit de la Hitler-Jugend. Les mouvements de jeunesse communistes, socialistes et juifs furent les premiers à subir ce sort, bientôt suivis par toutes les autres organisations syndicales et politiques. Celles qui étaient proches des partis de droite se rallièrent « volontairement » et en bloc à la Hitler-Jugend, de même que les organisations de jeunesse protestantes. Les mouvements de la jeunesse sportive furent à leur tour intégrés malgré une certaine réticence de la Reichswehr qui aurait aimé pouvoir assurer sa mainmise sur ce secteur clé de la formation des jeunes. Le processus fut un peu plus long pour les corporations estudiantines, protégées par les puissants lobbies des « anciens » (Alte Herren), et pour les mouvements de jeunesse catholiques dont la survie était garantie par le Concordat, mais dont les marges de liberté furent progressivement réduites à néant. Les premières furent définitivement « mises au pas » en 1936, les seconds en 1937.

14La loi du 1er décembre 1936 établit formellement le monopole de la Hitler-Jugend et donc l’autorité de Baldur von Schirach pour tout ce qui concerne les organisations de jeunesse.

  • 8 Cf. Michalka, op. cit. p. 90.

« Art. 2 : La Hitler-Jugend a pour tâche, à côté de la famille et de l’école, d’éduquer la totalité de la jeunesse allemande physiquement, intellectuellement et moralement dans l’esprit du national-socialisme pour la préparer à servir le peuple et la communauté. »8

15Ce n’était qu’une étape dans le processus : après la disparition définitive de tous les mouvements de jeunesse libres et sans doute aussi en prévision de la guerre que le IIIe Reich s’apprêtait à déclencher, de nouveaux décrets d’application furent promulgués en 1939. Ils renforçaient la position du Reichsjugendführer vis-à-vis des autres départements ministériels, et stipulaient que servir dans la Hitler-Jugend était un honneur (« Ehrendienst am Deutschen Volk »), mais aussi une obligation pour tous les jeunes Allemands entre 10 et 18 ans. Des amendes, voire des peines de prison, menaçaient les parents qui n’inscrivaient pas leurs enfants ou quiconque empêchait un jeune de servir dans la Hitler-Jugend, et la police pouvait obliger un jeune à remplir ses obligations vis-à-vis du mouvement de jeunesse hitlérien.. L’entrée dans la Hitler-Jugend devenait un service obligatoire, à l’instar du service militaire.

16Toutes ces mesures eurent pour conséquence de faire « exploser » les effectifs de la Hitler-Jugend. Entre la fin de 1932 et la fin de 1934 les effectifs passèrent de 100 000 environ à 3,5 millions. Et en 1939, sur 8 870 000 jeunes Allemandes et Allemands, 8 700 000 appartenaient à l'une des branches du mouvement. Entre 10 et 14 ans, ils étaient enrôlés respectivement dans le Jungvolk et le Jungmädelbund ; à la Hitler-Jugend proprement dite pour les jeunes gens de 14 à 18 ans correspondait pour les jeunes filles le Bund Deutscher Mädel (BDM). Au-delà de 18 ans, le système d’embrigadement total de la jeunesse fut complété par un ensemble de diverses organisations dont la plus importante était le Service du travail (Reichsarbeitsdienst, RAD), d’abord volontaire puis obligatoire pour les jeunes gens depuis 1935, pour les jeunes filles depuis 1939. Outre la fonction économique de cette organisation (travaux d’intérêt public, puis remplacement de la main d’œuvre mobilisée pendant la guerre, par exemple au moment des moissons, etc.), elle servait aussi à l’entraînement physique et à l’endoctrinement idéologique : la vie communautaire dans les camps de travail se prêtait parfaitement à cette fin. Pour les jeunes hommes, le service militaire obligatoire, réintroduit dès 1935, en violation des clauses du Traité de Versailles, sera bien entendu le maillon le plus important de cette chaîne d’asservissement et d’éducation totalitaire.

17Ce dispositif d’ensemble devait servir à façonner de jeunes Allemands entièrement prisonniers des idées et des fantasmes nazis, un objectif qu’Hitler exposa le 4 décembre 1938 dans un discours célèbre prononcé devant des dignitaires du parti :

  • 9 Discours prononcé le 4 décembre 1938 à Reichenberg, reproduit par­tiellement dans Wolfgang Michalka(...)

« [...] lorsque ces garçons entreront dans notre organisation à l’âge de dix ans et qu’ils y respireront pour la première fois de leur vie un air frais, ils passeront quatre ans plus tard du Jungvolk à la Hitler-Jugend et là nous les garderons encore une fois pendant quatre ans. Et ensuite nous ne les rendons surtout pas à leurs géniteurs, nous les faisons entrer dans le Parti, le Front du Travail, ou la SA ou la SS ou le NSKK, etc. Et lorsqu’ils y auront passé deux ans ou un an et demi et s’ils ne sont pas encore des nationaux-socialistes convaincus, ils feront leur service du travail et y seront de nouveau dressés pendant six mois, sous le signe de la bêche allemande. Et s’il subsiste encore, çà et là, après six ou sept mois, quelques traces de conscience de classe ou de morgue sociale, la Wehrmacht se chargera pendant deux ans de les en guérir. Et lorsqu’ils en reviendront après deux ou trois ou quatre années, pour éviter toute rechute, nous les réintégrerons tout de suite dans la SA, la SS, etc. et ils ne retrouveront plus la liberté de toute leur vie. » 9

18Certes, ces déclarations cyniques n’étaient pas connues de la population et il a fallu aux jeunes Allemands beaucoup de temps pour comprendre où les menait le régime – beaucoup de temps, de souffrances et de sacrifices.

Le monopole éducatif du parti

19Il apparaît clairement, dès les pages de Mein Kampf consacrées à l’éducation, que le national-socialisme, pour pouvoir combattre l’influence éducative des parents, de l’école traditionnelle ainsi que des Églises, pour pouvoir façonner le nouvel homme, comptait surtout sur des moyens et des institutions éducatives parallèles. En quelques années, toute la jeunesse allemande s’est trouvée enrôlée dans le mouvement national-socialiste. Le rôle des parents dans l’éducation des enfants n’était pas officiellement mis en question, mais il devenait de plus en plus difficile de soustraire les enfants à l’endoctrinement dont ils étaient l’objet au sein des mouvements de jeunesse. Les églises devaient se limiter strictement à l’instruction religieuse et leur action rencontrait de plus en plus de difficultés. Quant aux écoles, elles-mêmes progressivement imprégnées de l’esprit nazi par les nouveaux programmes et les nouveaux manuels d’enseignement, elles ont de plus en plus de mal à résister aux empiétements des petits et grands chefs de la Hitler-Jugend et à empêcher l’absentéisme de ses membres. Aux yeux du parti, le mouvement de jeunesse devait avoir non seulement le monopole de l’éducation en-dehors du foyer et de l’école, il revendiquait aussi le rôle prédominant à l’école même.

  • 10 Cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin, 1934.

20Dans son livre sur la Hitler-Jugend, Baldur von Schirach10 prenait sans doute soin d’insister sur la nécessaire complémentarité de l’action des différents agents éducatifs mais en insistant bien sur le fait que leur action doit être subordonnée à l’intérêt supérieur de la communauté nationale et que les objectifs de celle-ci sont définis par le parti national-socialiste. Les jeunes membres du mouvement de jeunesse ne manquèrent pas de profiter de ce blanc-seing. Un véritable conflit de générations se faisait jour, qui n’était pas fait pour déplaire aux responsables du parti et aux idéologues nazis.

  • 11 Melita Maschmann, Fazit. Mein Weg in der Hitler-Jugend, dtv, 1979, p. 24.

« J’ai commencé à manquer l’école alors que j’étais en Seconde. Le service de la Hitler-Jugend dévorait de plus en plus de mon temps et de mes forces. Souvent je partais de la maison à 5 heures du matin et je n’apparaissais à l’école que pour la deuxième ou la troisième heure de cours ou bien je disparaissais après la grande récréation pour le reste de la matinée. »11

21Cette évolution ne pouvait surprendre que ceux qui ignoraient la nature réelle du nouveau régime … et qui n’avaient pas lu les décla­rations du Führer. Comme tous les régimes totalitaires, le national-socialisme rejetait par principe toute idée de pluralisme et de tolérance et cherchait à créer une société totalement placée sous la coupe d’un état omniprésent, lui-même soumis à la domination du parti unique et de son idéologie. L’état totalitaire entend contrôler la vie publique comme la vie privée et imposer à tous les citoyens, quels que soient leur statut social, leur sexe ou leur âge, les modes de pensée et les règles d’action définis par le parti dominant. Il cherche à transformer les hommes et les femmes pour en faire des exécutants dociles de ses entreprises : pour y parvenir il est prêt à utiliser tous les moyens, alternant la séduction et la terreur. La jeunesse était une cible privilégiée pour cette action.

Principes et objectifs de l’éducation national-socialiste

22Pour connaître l’esprit dans lequel le parti envisageait d’éduquer les Allemands, il suffisait de lire ce que Adolf Hitler avait écrit au début des années vingt dans Mein Kampf, et qu’il a également exposé avec une brutale franchise dans ses entretiens avec Hermann Rauschning déjà mentionnés:

  • 12 En allemand : Ordensburgen, cf. ci-dessous, note 15.
  • 13 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, réédition Paris, Le livre de poche, 1979, p. 333 sq.

« Ma pédagogie est dure. Je travaille au marteau et arrache tout ce qui est faible ». Dans mes « Burgs » de l'Ordre,12 nous ferons croître une jeunesse devant laquelle le monde tremblera. Une jeunesse violente, impérieuse, intrépide, cruelle. C'est ainsi que je la veux. Elle saura supporter la douleur. Je ne veux en elle rien de faible ni de tendre. Je veux qu'elle ait la force et la beauté des jeunes fauves. Je la ferai dresser à tous les exercices physiques. Avant tout, qu'elle soit athlétique : c'est là le plus important. C'est ainsi que je purgerai la race de ses milliers d'années de domestication et d'obéissance. C'est ainsi que je la ramènerai à l'innocence et à la noblesse de la nature ; c'est ainsi que je pourrai construire un monde neuf. » 13

23À aucun moment, le national-socialisme n’a disposé d’une base théorique cohérente, pas plus dans le domaine de l’éducation de la jeunesse que dans d’autres domaines essentiels de la société et de l’état, mais seulement d’un fonds d’idées simples, traduites en mots d’ordre inlassablement martelés. C’est donc dans des écrits programmatiques et de propagande – à commencer par Mein Kampf, où Hitler exposa à la fois son cheminement personnel et ses visées politiques – qu’on peut trouver l’essentiel des idées concernant l’éducation des jeunes et du peuple entier et des indications sur le rôle de l’éducation physique et sportive. Le discours national-socialiste sur ces questions s’est ensuite développé au fur et à mesure que les ambitions du mouvement se sont précisées mais sans jamais s’écarter des grands axiomes proclamés depuis le début par le chef suprême du mouvement.

24Dans Mein Kampf, la spécificité des objectifs de l’éducation nazie est exposée tout de suite après les pages consacrées aux problèmes de la race et à la nécessité de préserver coûte que coûte la force et la pureté raciale du peuple. Aussi la première mission assignée ici à l’éducation est-elle de lutter contre la dégénérescence de la race, de garantir la santé et la vigueur physique des jeunes. Partant du principe

  • 14 Adolf Hitler, Mein Kampf, en un volume, 782 pages, 11e éd., 1942, F. Eher, Munich. Les indications (...)

« qu’un homme sans grande formation scientifique mais en bonne santé physique, doté d’un caractère bon et ferme, empli d’esprit de décision et de force de volonté, est plus précieux pour la communauté du peuple qu’une mauviette [Schwächling] pleine d’esprit »14 (MK, 452)

25Adolf Hitler explique que l’objectif central du nouvel état, de l’état raciste (völkisch), dans le domaine de l’éducation ne doit pas consister à :

« faire ingurgiter de force [einpumpen] de simples connaissances mais à élever [heranzüchten] des corps parfaitement sains. Le dévelop­pement des capacités intellectuelles ne vient qu’au deuxième rang. » (MK, 452)

26L’école doit réduire ses exigences intellectuelles

« et ne pas surcharger les jeunes cerveaux d’un ballast ... dont ils ne retiendront qu’une faible partie, comme le montre l’expérience » (MK, 454).

27En revanche, continue Hitler, il faudrait au moins deux heures d’éducation physique et de sport par jour et en particulier de sports de combat comme la boxe. En effet, l’Etat « völkisch »

« n’a pas pour mission d’élever une colonie d’esthètes pacifiques et de dégénérés physiques. Son idéal humain n’est pas l’honorable petit-bourgeois ni la vieille fille vertueuse mais des incarnations farouches de la force virile et des femmes capables, à leur tour, de mettre au monde des hommes. » (MK, 455)

28L’existence de cette race saine d’hommes forts, résistants, énergiques correspond, explique A. Hitler, à une nécessité vitale pour un pays. Si les élites dirigeantes allemandes avaient été éduquées de cette manière au lieu de n’être gavées que de nourritures spirituelles, elles auraient su, en 1918, résister à cette révolution faite par une « bande de proxénètes, de déserteurs et de voyous » (ibid.). Il faut retrouver l’esprit de 1914, non seulement par le développement de la force physique, mais aussi en rendant aux Allemands et surtout aux jeunes leur confiance en eux-mêmes. Cette jeunesse nouvelle sera une garantie pour l’avenir, pas seulement pour les futurs succès face à la menace extérieure ou intérieure, mais aussi pour la continuité de l’espèce et la pureté de la race, car, explique-t-il, les jeunes filles seront irrésistiblement attirées par ces jeunes Allemands aussi beaux que courageux.

«  Car c’est aussi l’intérêt de la nation de faire en sorte que les plus beaux corps se trouvent et contribuent ainsi à accroître la beauté du peuple » (MK, 458).

29Les jeunes filles devront, elles aussi, être éduquées dans le même esprit :

« là aussi l’accent doit être mis principalement sur l’éducation du corps, puis en second lieu sur les valeurs de l’âme et en dernier lieu sur celles de l’esprit. L’objectif inamovible de l’éducation féminine doit être la future mère » (MK, 460).

30L’objectif est clair : former une génération apte à mener le combat au nom du Deutschtum sur les deux fronts : sur celui de l’affrontement militaire avec les ennemis qui veulent maintenir l’Allemagne en esclavage et l’empêcher de poursuivre son expansion, d’autre part sur le front de cette « lutte des races » (Rassenkampf), beaucoup plus impitoyable que la « lutte des classes », dans laquelle Hitler a cru découvrir le principe premier de l’histoire du monde. En donnant à sa jeunesse une éducation appropriée, l’état völkisch doit veiller à créer une génération qui sera apte, le moment venu, à affronter les ultimes et suprêmes combats pour la domination de la terre. (MK, p. 475)

31Les caractéristiques principales de cette éducation nouvelle que préconisait le national-socialisme peuvent se résumer ainsi :

  1. C’était une éducation à prétention totale. Même si, pour des raisons d’opportunité, il devait composer, dans un premier temps avec les puissances éducatives anciennes, les parents, l’école et les églises, l’état totalitaire völkisch, incarné dans son parti unique, revendiquait pour lui la priorité pour l’éducation, en attendant de pouvoir imposer son monopole.

  2. C’était une éducation anti-intellectuelle. Elle postulait la priorité du développement des capacités physiques, des forces du caractère et de l’âme sur le développement de l’intellect et sur l’acquisition de connaissances.

  3. C’était une éducation idéologique, quasiment religieuse. La foi dans le Führer, le respect du dogme national-socialiste, en particulier de son credo raciste et de son antisémitisme biologique en constituaient la base.

  4. C’était une éducation qui mettait la communauté au-dessus de l’individu. En tous points les intérêts du peuple l’emportent sur les intérêts particuliers. L’épanouissement de la personnalité n’est plus un but en soi.

  5. C’était une éducation à visée militariste et belliciste. La préparation à la guerre, préparation physique, technique et morale, est au centre de son programme.

Le primat du corps

32Ce projet éducatif fait une telle place au développement des aptitudes du corps et à la formation du caractère par l’effort physique, qu’il est difficile de distinguer entre le discours sur l’éducation de la jeunesse et le discours sur le sport. À aucun autre moment de l’histoire contemporaine de l’Allemagne, les deux réalités, jeunesse et sport, considérées comme objets des sollicitudes de l’état et de la société ou comme objets du discours public n’ont été si étroitement liées que sous le « Troisième Reich » entre 1933 et 1945. C’était dû à la fois à la survie de traditions et de structures propres à l’Allemagne, à la nature particulière du régime national-socialiste et aux objectifs qu’il s’était fixés.

33En fait, le discours national-socialiste sur la jeunesse intègre systématiquement les valeurs et les finalités traditionnellement propres au sport, plus précisément encore les valeurs et finalités attribuées au sport en Allemagne où l’idéologie du Turnen a longtemps résisté à l’influence de la conception anglo-saxonne du sport. Pour le Turner, l’éducation physique est aussi une éducation civique et morale. Cela est vrai pour le Deutscher Turner Bund mais aussi pour les organisations « alternatives » comme le Arbeiter Turnerbund et dans le cadre du Schulturnen. Parmi les valeurs, on trouve au premier plan le primat du corps sur l’esprit, du développement des capacités physiques sur l’acquisition de savoirs abstraits, livresques, de la formation du caractère sur le développement des facultés intellectuelles. Cela peut aller jusqu’au mépris de l’intellectualisme et au culte du corps.

34L’idéologie sportive repose aussi sur des principes de dépassement de soi. En s’efforçant de réaliser les performances maximales, d’aller au-delà de ses forces, le sportif se forge un moral de vainqueur, gagne de l’assurance. Il doit chercher à se dépasser lui-même, mais il cherche aussi à dépasser ses rivaux. L’esprit de compétition est inhérent à l’esprit sportif et tous les sportifs ne sont pas capables de se souvenir que ce n’est qu’un jeu, que cela ne devrait être qu’un jeu. C’est vrai pour les sports individuels ou, plus encore, pour les sports d’équipe lorsque les sportifs se considèrent comme les « champions » d’une cause, ou d’une collectivité qui dépasse les limites de l’équipe et se confond avec la ville, la nation … ou la race. Dans le cas des sports d’équipe ou des rencontres internationales, l’esprit de compétition individuel s’efface et se trouve remplacé par l’affrontement entre collectivités rivales. La volonté de démontrer par les succès sportifs, par le nombre de médailles gagnées, la supériorité de l’Allemagne et de la « race aryenne » sur les autres peuples, éclatera tout particulièrement à l’occasion des Jeux Olympiques de Berlin en 1936.

35On voit facilement que l’objectif qui consiste à forger des corps sains et résistants, des caractères trempés, n’a pas toujours pour but le développement individuel, mais plus souvent encore le désir de préparer la nation à des affrontements moins pacifiques en renforçant ses qualités physiques et la conscience de sa supériorité sur les autres peuple. Cette dérive était déjà présente dans le mouvement gymnaste allemand : il sera accentué dans le sport national-socialiste qui est intégré dans le projet éducatif nazi. Par la pratique du sport il faut redonner au peuple allemand sa confiance en lui-même

« Notre peuple allemand, qui est aujourd’hui à terre, piétiné par le reste du monde, a besoin tout particulièrement de la force de suggestion que donne la confiance en soi. Cette confiance en soi doit être inculquée au jeune Allemand depuis son plus jeune âge. Toute l’éducation et toute la formation doivent se fixer cet objectif. Sa vigueur physique et sa santé doivent lui donner la foi dans l’invincibilité de toute la substance de son peuple. » (MK, 456)

36On comprend que pour le national-socialisme, l’éducation ainsi conçue est une affaire trop importante pour être laissée à la respon­sabilité des individus et en particulier des parents. C’est l’État qui doit prendre en mains la formation de cette nouvelle génération, « affirmer son autorité et combattre l’ignorance et l’incompréhension » qui règnent en matière de préservation de la substance du peuple (Erhaltung des Volkstums). L’État doit ainsi se substituer aux éducateurs naturels ou du moins compléter l’éducation donnée par les parents et corriger les erreurs de ceux-ci.

  • 15 Nationalpolitische Anstalten (Napola) héritières des Kadettenanstalten de l’Empire, les Adolf-Hitle (...)

37Le projet éducatif national-socialiste est donc forcément une décla­ration de guerre à l’école, ou du moins une négation des valeurs humanistes sur lesquelles se fonde traditionnellement l’enseignement allemand. Le système éducatif allemand prestigieux et riche d’une forte tradition, n’a pas été épargné par la Gleichschaltung. Mais les changements les plus importants ont concerné l’esprit de l’enseignement, les programmes, la mise au pas des enseignants et le rôle dévolu à l’école dans l’ensemble du dispositif d’éducation. Ce rôle s’est trouvé restreint à cause de l’importance croissante prise par le mouvement de jeunesse du parti et à cause de la création d’établissements spécialement destinés à la formation de la nouvelle élite de l’État et de la société national-socialistes. 15

Les sportifs mis au pas

38La « Gleichschaltung » du secteur sportif s’est produite de la même façon que dans le domaine de l’éducation scolaire. Sous Weimar, la vie sportive en Allemagne était florissante. Les ligues sportives ont connu des croissances d’effectifs, les fêtes sportives devenaient de véritables manifestations populaires de masse. Mais dès ce moment, le parti national-socialiste a cherché aussi à infiltrer le milieu sportif, non sans quelque succès, en particulier dans le milieu des gymnastes (Deutscher Turnerbund et Akademischer Bund für Leibesübungen), qui se sentaient proches du mouvement national-socialiste dans la mesure où celui-ci reprenait à son compte des discours et des objectifs nationalistes qui avaient cours aussi chez les Turner.

39Cette pénétration ou imprégnation des milieux de la gymnastique « nationale » s’exprimait en particulier à l’occasion des grandes manifestations gymniques comme le Deutsches Turnfest. La première de ces fêtes après la guerre eut lieu à Munich en 1923, l’année de l’inflation, de la résistance dans la Ruhr occupée, du putsch d’Hitler. La tonalité était violemment nationaliste et antifrançaise, le mot d’ordre « Fest für deutsches Volkstum, deutsche Einheit, Ehre und Freiheit ». Hitler et ses fidèles étaient présents à cette occasion mais ils durent se contenter de résultats très en-deçà de leurs espoirs. Les dirigeants des ligues de gymnastes voulaient « une manifestation patriotique apolitique » (eine unpolitische vaterländische Veranstaltung) et refusaient de se laisser embrigader au service d’un parti politique. La situation ne changea pas fondamentalement en 1928 à l’occasion du 14eDeutsches Turnfest qui eut lieu à Cologne.

40Mais en 1933 à Stuttgart, pour la 15e édition de cette manifestation, la situation avait changé, à la tête de la ligue se trouvait désormais un membre du parti national-socialiste, Edmund Neuendorff, et le nouveau chancelier fut invité dès le 4 mars à patronner la manifestation. Dans un premier temps, la réaction du nouveau pouvoir fut réservée (à l’évidence, le parti n’avait pas encore décidé de quelle manière il allait assurer son contrôle sur le milieu sportif). Bien que les nouveaux dirigeants du Deutscher Turnerbund aient déclaré qu’ils mettaient leurs troupes à la disposition du nouveau régime pour réaliser ses objectifs, la réponse fut d’abord polie mais évasive. Mais finalement le chancelier Hitler assista à la manifestation et y prit même la parole.

41Entre temps, le parti avait arrêté sa stratégie pour mettre au service de ses ambitions tout le secteur de l’éducation physique et du sport, en particulier le mouvement des gymnastes. Comme pour les organisations de jeunesse, cette entreprise de Gleichschaltung se déroula simultanément selon deux procédures bien rodées : d’une part neutralisation, interdiction et persécution des organisations a priori hostiles ou jugées indésirables, d’autre part, intégration plus ou moins volontaire des organisations « nationales » ou « apolitiques » dans de nouvelles structures fortement centralisées et contrôlées par le parti. À vrai dire, le parti n’a pas rencontré beaucoup d’opposition en voulant introduire dans les milieux des Turner « bourgeois » le Führerprinzip et des « valeurs » comme le dévouement à la commu­nauté, la pureté de la race, l’esprit guerrier, etc.

42En revanche, il n’a eu aucun succès du côté des organisations proches des syndicats et du SPD comme la Zentralkommission für Arbeitersport und Körperpflege (ZK) fondée en 1912. Dès le mois de mars 1933, l’organisation d’obédience communiste Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit (KG) qui comprenait environ 4000 clubs et 250 000 membres fut interdite et ses biens confisqués. Le Arbeiterturn- und Sportbund (ATSB, près d’un million de membres) étroitement lié au parti social-démocrate ne lui survécut que peu de temps. En juin 1933, une circulaire du ministère de l’Intérieur intitulée La restruc­turation des organisations sportives allemandes décréta la disparition définitive du « sport de classe ». Tous les clubs et fédérations gymniques et sportifs de gauche furent interdits, leurs biens mis sous séquestre. Leurs membres purent par la suite adhérer à la nouvelle fédération sportive nazie « Deutscher Reichsbund für Leibesübungen » (DRB) à titre individuel s’ils étaient présentés par deux parrains et avaient signé une déclaration d’allégeance au régime. Le 10 mai 1933, le nouveau « Commissaire du Reich pour le sport et la gymnas­tique », le SA-Gruppenführer Hans von Tschammer und Osten (nommé fin avril), prononça la dissolution de la Fédération centrale des organisations sportives dites « bourgeoises », Deutscher Reichsausschuß für Leibesübungen (dra) qui regroupait 38 ligues sportives représentant chacune une discipline sportive.

43Une nouvelle fédération centrale fut créée en juillet 1934 sous le nom de Deutscher Reichsbund für Leibesübungen placée sous la direction autoritaire de von Tschammer avec le titre de Reichssportführer. Les fédérations sportives spécialisées furent réorganisées en 21 administrations centrales (Reichsfachämter). L’existence des 43 000 club sportifs allemands n’était pas mise en cause, mais leurs activités et leur recrutement étaient étroitement contrôlés au niveau régional par des Gau- et des Bezirksbeauftragte. En 1938 le DRB prit le titre de Nationalsozialistischer Reichsbund für Leibesübungen (NSRL) et fut placé sous la responsabilité directe du parti national-socialiste. Les derniers vestiges d’autonomie qui avaient subsisté au niveau des clubs disparurent définitivement.

La « sportification » de la société allemande

44Le DRB était pourtant loin d’avoir le monopole de la pratique du sport et de l’éducation physique dans la société national-socialiste. Les SA pratiquaient des disciplines sportives de type militaire (tir, marches, courses d’endurance, parcours du combattant, etc.) ; les SS mirent en place en 1937 une organisation particulière pour l’entraînement sportif en favorisant tout spécialement l’équitation et l’escrime (Reinhard Heydrich dirigea la section d’escrime à partir de 1940). Le « Front allemand du travail » (Deutsche Arbeitsfront), un succédané du syndicalisme, offrit lui aussi dans le cadre de son organisation « La force par la joie » (Kraft durch Freude, KdF) de multiples occasions de pratiquer le sport populaire de masse, et même le Reichsnährstand, l’organisation de la paysannerie allemande, chercha à promouvoir le sport dans la population rurale.

45Après la disparition de l’autonomie des Länder et la création d’un ministère du Reich pour l’éducation et la science, le sport scolaire et universitaire fut intégré dans ce ministère. Tous les étudiants étaient tenus de suivre pendant les 3 premiers semestres à l’université une formation sportive de 3 h par semaine. En 1937 le ministre Rust porta à 5 h par semaine l’enseignement physique et sportif obligatoire à l’école, qui était de 3 h hebdomadaires depuis 1935. Mais dans les écoles spéciales créées par le parti pour assurer la relève de ses cadres, l’éducation sportive tenait une place beaucoup plus grande. Les élèves des Adolf Hitler-Schulen avaient entre 6 et 8 heures d’éducation physique et sportive par semaine (c’était la discipline au plus fort horaire). Dans les Napola, la place du sport était centrale : on y pratiquait l’athlétisme, l’escrime, la natation, la gymnastique aux agrès, la boxe, l’équitation, le vol à voile Le caractère de préparation militaire était particulièrement marqué.

46L’interpénétration entre les deux domaines, la jeunesse et le sport, était évidente au niveau du discours et des objectifs mais aussi au niveau des organisations puisque la Hitler-Jugend se posait explicitement en rivale de l’école non seulement pour l’endoctrinement idéologique, mais aussi pour l’entraînement physique et pré-militaire. Ce dernier est présenté comme un devoir national, Körperertüchti­gungspflicht (« Dein Körper gehört der Nation »). La HJ a pris rapidement le contrôle de toutes les activités sportives des jeunes (Jugendsport) et a instauré un vaste système de compétitions sportives au niveau local, régional et national (en 1939 environ 7 millions de jeunes participent au Reichssportwettkampf).

  • 16 Cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin, 1934.

47La Hitler-Jugend a également créé, ou plutôt confisqué à son bénéfice, des écoles de sports pour former les moniteurs et éducateurs sportifs (Reichssportschulen) et mis en place des unités spéciales où sont pratiqués des sports (p.ex. l’aviation légère, le vol à voile, la motocyclette, le tir etc.) dont le caractère de préparation militaire est indéniable. Cet entraînement physique et sportif (qui s’étend aussi aux organisations féminines du BDM) est considéré comme partie intégrante du service d’un Hitlerjunge (HJ-Pflichtdienst) et sa pratique donne lieu non seulement à des compétitions mais aussi à des épreuves de passage, à la délivrance d’insignes et de médailles.16 Les corps sains et vigoureux devaient aussi apprendre la discipline : beaucoup d’activités avaient un caractère militaire très évident : marches, manœuvres, défilés, exercices, avec ou sans armes, etc. Les camps, organisés de manière militaire, constituaient le lieu par excel­lence de l’endoctrinement idéologique et de l’entraînement physique et militaire.

48On voit ainsi se développer, dans tous les secteurs de la société allemande, une pratique des activités physiques sportives aux formes multiples, aux organisations diverses mais finalement au service des mêmes objectifs idéologiques. Les compétitions sportives, qu’elles fussent organisées par les clubs sportifs pour leurs membres, par les écoles, ou par les mouvements de jeunesse, constituaient un des pôles majeurs des activités physiques. Elles avaient l’avantage de promouvoir l’esprit de concurrence entre individus et entre collectivités, de développer l’envie de vaincre, de fortifier la cohésion du groupe et elles constituaient aussi des vitrines où le « nouvel Allemand » pouvait se présenter aux yeux de la population allemande et aux yeux du monde.

La mise en scène de la jeunesse et du sport

49Dans le même esprit, les compétitions sportives étaient toujours insérées dans des manifestations festives, avec musique, défilés et discours. Inversement, toutes les manifestations de masses, même lorsqu’elles n’avaient pas de rapport direct avec le sport, comportaient toujours des éléments mettant en scène des groupes de jeunes et de sportifs, ces deux catégories étant généralement confondues.

50Bien des historiens du « Troisième Reich » ont mis en évidence le rôle qu’ont joué dans l’accession au pouvoir du national-socialisme, comme dans sa consolidation et sa survie, les grandes manifestations de foules, savamment mises en scène et calculées pour susciter un sentiment quasi mystique d’adhésion à une communauté. C’est dans ces « grandes messes » du régime que se célébrait la nouvelle Allemagne, que s’opérait la fusion intime de l’individu et du groupe par la magie du son et de la lumière : lueur des flambeaux, des feux de camps, des projecteurs dessinant un dôme de lumière dans la nuit, chants et déclamations en chœur, roulements de tambour, martèlement des pas sur le pavé, discours incantatoires …

51L’année national-socialiste était jalonnée de « fêtes nationales » pour commémorer de grands moments de l’histoire du « mouvement », pour ressusciter des fêtes païennes (solstices) ou pour honorer certaines catégories de la population (fête des moissons), etc. Mais en dehors de ce calendrier officiel, il y avait pléthore de célébrations régionales ou locales, organisées par les échelons locaux du parti, par des clubs sportifs ou des écoles. Toutes contribuaient à asseoir et à pérenniser un régime et une idéologie dont les visées criminelles n’avaient pourtant pas tardé à apparaître au grand jour.

52Mais les Allemands n’étaient pas les seuls à avoir du mal à se soustraire à la fascination qu’exerçait cette esthétisation de la politique. Le cas des Jeux Olympiques de Berlin en 1936 est un exemple frappant de l’efficacité de l’événement sportif, bien mis en scène, pour donner une image flatteuse d’un régime condamnable.

53Après les premiers contacts en 1927, c’est en 1931 que la décision de donner les jeux de 1936 à Berlin fut prise, suscitant dès ce moment des réserves à cause des incertitudes quant à l’avenir économique et politique d’une Allemagne secouée par la crise. Ces réserves grandirent évidemment après l’arrivée au pouvoir des nazis et après les premières exactions antisémites du régime. Du côté allemand aussi la question se posait de savoir si l’on maintenait les engagements pris. Dans certains milieux sportifs nazis, on estimait que l’esprit olym­pique internationaliste et humaniste était incompatible avec l’esprit du « sport allemand ».

54Mais, à la réflexion, le régime prit conscience du bénéfice qu’il pouvait tirer de cette manifestation qui attirerait à Berlin les représentants du monde entier. Il n’hésita pas à donner au Comité Olympique les assurances demandées quant au caractère non politique de la manifestation et à l’absence de discrimination raciale, bien décidé à ne pas les tenir. Le résultat dépassa tous les espoirs. D’abord sur le plan sportif : l’Allemagne, qui n’avait jusque-là gagné aucune médaille olympique, en gagna deux dès le premier jour, sous les yeux du Führer ravi, et au moment du bilan final, on s’aperçut que l’Allemagne était en tête du palmarès. Il y eut bien sûr quelques déconvenues : notamment les victoires de l’athlète noir américain Jesse Owens. Mais Hitler pouvait facilement surmonter la mauvaise humeur qu’il en avait éprouvée en constatant l’extraordinaire succès populaire et international que ces Jeux avaient remporté. Ce qui avait fasciné les observateurs étrangers, c’était à la fois « l’impeccable organisation de ces Jeux » que signalait l’ambassadeur de France, André François-Poncet, l’apparente prospérité de la nouvelle Allemagne et l’enthousiasme que le public allemand montrait pour ses athlètes et pour ses dirigeants.

55Le souvenir de ces Jeux fut perpétué par le film de Leni Riefenstahl Les Dieux du stade. Ce n’est pas un documentaire réaliste mais une œuvre de propagande à prétentions esthétiques, une parfaite illustration de l’esthétisation de la politique et du rôle dévolu au culte des corps et des sports dans l’entreprise hitlérienne.

  • 17 Jean-Marie Brohm, Jeux olympiques à Berlin, éditions Complexe, Bruxelles, 1983, 221 pages, ici p. 1 (...)

« Les Dieux du stade, film au style lourdement expressionniste et romantique allemand, est un hymne au corps aryen qui insiste sur quelques thèmes mythologiques propres au fascisme : femmes amazones, éphèbes nus extasiés, cheveux flottant au vent, muscles tendus et luisants, poses héroïques. La musique elle-même martèle et souligne ce culte rendu à la force virile et à l’esprit de lutte. »17

56Ces Jeux olympiques furent aussi un couronnement pour les efforts déployés par le régime pour valoriser la jeunesse et, à travers elle, les qualités de santé et de force physique. Quel jugement peut-on porter sur ces efforts et sur leurs résultats ?

J.O. de Berlin 1936 : la délégation française fait son entrée dans le Olympia-Stadion en faisant le salut ... olympique

Un bilan mitigé

57D’abord il convient de rappeler que les motifs qu’avait le Troisième Reich de courtiser la jeunesse et de promouvoir la santé des corps et la vigueur physique n’étaient nullement inspirés par des considérations humanistes, mais par la volonté de puissance, par le désir de revanche et l’ambition d’assurer aux Allemands, représentants par excellence d’une prétendue « race aryenne », la domination du monde au détriment des autres peuples et races. Et l’on sait jusqu’à quelles extrémités criminelles le Reich est allé pour satisfaire cette ambition. Il faut rappeler aussi que tous les jeunes Allemands n’étaient pas jugés dignes de bénéficier de ces soins et de cette éducation : progressivement exclus des organisations de jeunesse, puis des écoles, relégués en marge de la société, les jeunes juifs allemands ont fini par être déportés et assassinés, au nom de la même « pureté de la race » qui était le mot d’ordre de la politique de la jeunesse national-socialiste.

58Même pour les autres, les douze années de domination national-socialiste sur la société allemande n’ont pas suffi pour transformer tous les jeunes Allemands en athlètes décérébrés ou en automates marchant au pas. Malgré l’indéniable fascination que cette politique exerçait sur la jeune génération, il restait beaucoup d’îlots de résistance. Celle-ci se traduisit rarement par une opposition ouverte et des actes de résistance active, beaucoup plus souvent par des com­portements de résistance passive de jeunes cherchant par différents moyens à se soustraire à l’embrigadement et à l’endoctrinement omniprésent. Mais ni les uns, ni les autres n’ont pu échapper aux dernières conséquences de ce régime. La jeunesse allemande cajolée, glorifiée, manipulée, mise en condition, dressée pendant douze années, de 1933 à 1945 a été finalement été jetée en pâture au moloch de la guerre.

Le Reichsjugendführer Baldur von Schirach inspecte ses troupes

Notes

1 E. E. Noth, La tragédie de la jeunesse allemande, Grasset, Paris, 1934, pp. 144‑145.

2 Horst Möller, « L’évolution du système des partis dans les dernières années de Weimar », in : G. Krebs et G. Schneilin (eds.), Weimar ou De la démocratie en Allemagne, Asnières, PIA, 1994, p. 308.

3 Le livre d’E. Günther Gründel, Die Sendung der jungen Generation. Versuch einer umfassenden revolutionären Sinndeutung der Krise, paru en 1932 à Munich, est un des témoignages les plus caractéristiques des espoirs de renouveau dont « la jeune génération » était porteuse en ces années-là. À remarquer que Gründel évoque longuement le national-socialisme, mais sans adhérer totalement aux thèses de celui-ci.

4 Bernd-Jürgen Wendt, Deutschland 1933-1945. Das dritte Reich, Hannover 1995, pp. 282-283.

5 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, réédition Paris, Le livre de poche, 1979, p. 332.

6 Cité d’après Arno Klönne, Jugend im Dritten Reich, Düsseldorf, 1982, p. 19.

7 Ibid.

8 Cf. Michalka, op. cit. p. 90.

9 Discours prononcé le 4 décembre 1938 à Reichenberg, reproduit par­tiellement dans Wolfgang Michalka (Hrsg), Deutsche Geschichte 1933-1945. Dokumente zur Innen- und Außenpolitik, Frankfurt a.M., 1993, p. 91.

10 Cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin, 1934.

11 Melita Maschmann, Fazit. Mein Weg in der Hitler-Jugend, dtv, 1979, p. 24.

12 En allemand : Ordensburgen, cf. ci-dessous, note 15.

13 Hermann Rauschning, Hitler m’a dit, réédition Paris, Le livre de poche, 1979, p. 333 sq.

14 Adolf Hitler, Mein Kampf, en un volume, 782 pages, 11e éd., 1942, F. Eher, Munich. Les indications de page qui sont données à la suite des citations extraites de Mein Kampf se rapportent à cette édition, les traductions sont de nous.

15 Nationalpolitische Anstalten (Napola) héritières des Kadettenanstalten de l’Empire, les Adolf-Hitler-Schulen et les Ordensburgen, qui offraient aux anciens élèves des Napola et des AHS la possibilité d’une formation complémentaire de 3 ans pour accéder à l’élite des chefs nazis. Mais ces nouveaux établissements étaient finalement peu nombreux par rapport aux milliers d’établissements traditionnels. À la fin de la guerre il y avait 35 Napolas (dont une pour jeunes filles), 12 Adolf Hitler-Schulen et 3 Ordensburgen. Si on y ajoute les 2 Junkerschulen des SS, cela ne fait qu’un total de 52 écoles.

16 Cf. Baldur von Schirach, Die Hitler-Jugend. Idee und Gestalt, Berlin, 1934.

17 Jean-Marie Brohm, Jeux olympiques à Berlin, éditions Complexe, Bruxelles, 1983, 221 pages, ici p. 153.

Table des illustrations

Légende J.O. de Berlin 1936 : la délégation française fait son entrée dans le Olympia-Stadion en faisant le salut ... olympique
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6569/img-1.jpg
Fichier image/jpeg, 184k
Légende Le Reichsjugendführer Baldur von Schirach inspecte ses troupes
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6569/img-2.png
Fichier image/png, 417k

Auteur

Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr