Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

2. Jeunesse et sport dans la société

Le sport ouvrier : outil au service de la lutte des classes ?

Guillaume Robin

Texte intégral

1L’intitulé de notre champ d’investigation peut sembler à première vue paradoxal dans la mesure où la question en elle-même, dans sa formulation, prend le contre-pied des thèses actuellement véhiculées sur le sport comme instrument d’intégration et de cohésion sociale. Tout, en effet, nous porte à croire, dans les discours officiels, dans les prises de décision politiques, dans les manifestations sportives d’ampleur locale ou internationale, qu’actuellement (du moins en apparence), les clivages idéologiques sur les terrains de sport se sont peu à peu estompés, faisant place à un système de valeurs commun à tous : intérêt revendiqué pour la compétition à tous les niveaux, quête de performances, le sport comme « fin en soi » …

2Paradoxale, la formulation de notre question l’est donc pour deux raisons : d’une part parce qu’elle sous-entend qu’on puisse soumettre le sport à une idéologie, d’autre part – par corrélation – parce qu’elle fait du sport non une fin en soi, un phénomène sui generis, mais un outil au service d’une cause qui le dépasse.

3En conséquence, plusieurs questions se posent :

  • Dans quelle mesure le sport, mis au service du prolétariat, peut-il favoriser la lutte des classes ?

  • Qu’est-ce qui a bien pu maintenir la cohésion du mouvement sportif ouvrier pendant une décennie alors que les partis ouvriers s'entredéchiraient depuis l'après-guerre ?

  • Peut-on encore parler d’un primat de la politique là où l’unité du sport ouvrier semble contredire l’évolution politique de la République de Weimar ?

4Dans les années vingt, l’Allemagne voit cohabiter grosso modo trois formes d’association sportives : les fameux Turner, d’inspiration nationaliste, le sport de compétition (plus connu à l’époque sous le nom de « sport bourgeois » et seul rescapé de l’histoire) et, enfin, le sport ouvrier né à la fin du dix-neuvième siècle.

5Afin de mieux saisir les enjeux de cette époque, un bref aperçu des différentes associations sportives ouvrières s’avère nécessaire. Celles-ci se répartissent en de petits clubs locaux, tous blottis dans le giron de l’ATSB (Arbeiterturn- und Sportbund), organe central du sport ouvrier allemand. En marge de l’ATSB, deux associations retiennent notre attention : la fédération cycliste ouvrière Solidarität et les Amis de la Nature qui comptent plus de 100 000 adhérents dans les années vingt. L’ensemble de ces organisations se trouve lui-même chapeauté par la ZK (Zentralkommission für Sport und Körperpflege).

Le « sportif soldat »

6Le MSO (mouvement sportif ouvrier) refuse dès son origine l’idée d’un sport « neutre » telle qu’elle est répandue dans les clubs « bourgeois ». Helmut Wagner, théoricien du sport ouvrier, voit dans cette idée une neutralisation de la mobilisation ouvrière :

  • 1 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 129.

« En déclarant que le sport est une affaire neutre, on essaye de convaincre les travailleurs sportifs du fait que le sport dépasse les classes. Ainsi, on retire les centres d’intérêt de nombreux ouvriers de la sphère de la lutte politique entre le capital et le travail, on le neutralise.»1

  • 2 Ibid., p. 132.
  • 3 Ibid., p. 168.

7Convaincu que « le sport ouvrier est au service de la lutte des classes des travailleurs »2 et que « sport et politique sont intimement liés »3, Wagner œuvra contre la dépolitisation rencontrée dans le sport « bourgeois ». Le MSO revendiqua son caractère politique :

  • 4 Ibid.

« Le mouvement ouvrier doit être politisé […] C’est-à-dire mettre en évidence la grande ligne politique de classe du mouvement ouvrier dans son ensemble et montrer ses liens avec le sport ouvrier. »4

  • 5 « Festschrift zu unserem am Sonnabend, 3. August 1929 und Sonntage, 4. August 1929 stattfindenden 2 (...)

8Avant d’être rebaptisée ATSB, l’ATB (Arbeiterturnbewegung) se qualifie elle-même en 1919 de « quatrième pilier du mouvement ouvrier allemand » à côté des syndicats, du parti et des corporations.5 En plaçant le sport au service de la lutte de classe, les penseurs du MSO font des Turner ouvriers de petits soldats. Le thème du « sportif soldat » apparaît tout au début du vingtième siècle. Les coureurs cyclistes de l’association « Solidarité » se qualifient déjà de « cavalerie rouge » :

  • 6 In : Arbeiterradfahrer, N° 337, August 1910, p. 15 ; cf. Kühn Fritz, Die Arbeitersportbewegung, Ein (...)

« Si le parti et les syndicats représentent la grande armée soudée qui progresse telles l’infanterie et l’artillerie, les cyclistes ouvriers sur leurs destriers d’acier sont alors les hussards rouges de la lutte de classe, les patrouilles d’éclaireurs [...] en mettant leurs destriers d’acier au service de la bonne cause, en allant rouler dans les campagnes là où les ténèbres enveloppent les esprits, en apportant des tracts dans les forges et les ateliers, en soutenant la campagne des élections du Reichstag et en se consacrant comme ce fut le cas récemment au service des renseignements lors des manifestations publiques afin de signaler quand arrive l’ennemi. »6

9La pratique sportive implique désormais un engagement politique. C’est cet engagement qui différencie les « vrais sportifs » des faux (les sportifs « bourgeois »). Le théoricien Paul Franken rappelle que :

  • 7 Franken Paul, Unser die Zukunft, op.cit., p. 4.

« l’activité sportive ne doit pas être une fin en soi. Un vrai sportif doit créer par le sport de nouvelles valeurs et, en prenant une part active à la vie politique, doit permettre de créer les conditions sociales d’émancipation culturelle du prolétariat. Les sportifs doivent être des guerriers pour un avenir meilleur. »7

  • 8 Kühn Fritz, Die Arbeitersportbewegung, Ein Beitrag zur Klassengeschichte der Arbeiterschaft, Münste (...)
  • 9 Freie Sportwoche, 1927.
  • 10 « Die Zerschlagung der Arbeitersportbewegung in Bremen », in : Blecking D., Arbeitersport gestern u (...)

10La politisation des sportifs ouvriers varie selon les villes. Tandis qu’à Kiel en 1920, 45 % des sportifs ouvriers reconnaissent leur appartenance à un parti politique ouvrier, ils sont 99 % à Schwerin et à Hambourg.8 Les sportifs ouvriers semblent incontestablement avoir joué un rôle politique actif dans le district de Brème, bastion du SPD. En 1927, la Freie Sportwoche donne ainsi en première page la consigne de « voter pour la social-démocratie, [de] voter pour la liste Rhein »9. En 1928, le même journal titre : « La victoire de la social-démocratie est aussi la nôtre. »10 Au début des années 1930, les membres de l’ATSB continuent à se faire les zélateurs de la social-démocratie au moment des élections.

11En tant qu’étape dans la politisation du prolétariat, l’éducation du corps ne saurait se comprendre sans l’éducation de l’esprit. La renaissance physique du prolétariat doit être accompagnée d’un réveil spirituel et en ce sens, il apparaît insensé de vouloir séparer l'éducation du corps de l'éducation de l’esprit car

  • 11 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 171.

« conformément à cela, il faut considérer fondamentalement que l’homme est un individu (un être indivisible) et qu’ainsi, l’éducation du corps et de l’esprit sont indissociables. »11

12L’association sportive ouvrière remplit ainsi la fonction d'une école de formation politique. Selon Wagner, les clubs ouvriers doivent évoquer durant leurs assemblées des questions d’ordre social ou politique :

  • 12 Ibid., p. 168.

« Des conférences politiques [...] ont leur place dans les assemblées des associations sportives ouvrières […] Il est important que les ouvriers, réunis dans une organisation sportive et qui ne se rendent pas aux réunions syndicales ou aux réunions du parti, comme c’est malheureusement souvent le cas, sachent pourquoi ils sont dans le mouvement sportif ouvrier. Il est nécessaire qu’on leur rappelle constamment à l’aide d’importantes questions d’actualité les réalités du clivage de classe dans la société actuelle. »12

13En enseignant à leurs membres l’histoire du mouvement ouvrier, les associations sportives ouvrières sont un vecteur d’éducation politique. On note dans l’extrait suivant comment Wagner, par le jeu des répétitions de l’adjectif « prolétaire » et dans un style emphatique censé forcer l’admiration du lecteur, parvient à donner au sport ouvrier une dimension héroïque :

  • 13 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 170.

« Le mouvement sportif ouvrier doit lui aussi parler de son passé et le rendre sans cesse plus familier à la jeune génération. Le sport ouvrier a toutes les raisons d’être fier de son passé. La jeune génération doit apprendre dans l’histoire des anciennes associations gymniques et sportives des ouvriers, comment ceux-ci ont lutté, comment ils ont été opprimés et ont enduré les railleries de la police royale et impériale constamment sur leur dos et comment ils parvinrent quand même à s’affirmer en serrant les dents. On y trouve une grande part de l’abnégation courageuse prolétarienne, de la fidélité de convictions prolétarienne et de l’héroïsme prolétarien. Les sportifs n’ont vraiment aucune raison d’en avoir honte. Le mouvement ouvrier doit retisser partout les liens de son passé, y compris le sport ouvrier. Voici un beau chantier spirituel. »13

  • 14 Sächsischer Arbeitersport, n° 31, 30.07.1929, p. 354.
  • 15 Brunner Detlev, Sozialdemokratie und Vereinswesen, SPD, Volkshäuser, Arbeitersport, Marburg, 1995, (...)
  • 16 Cf. « Fest am See » in : Langewiesche D., « Politik-Gesellschaft-Kultur. Zur Problematik von Arbeit (...)

14Les écoles de formation de l’ATSB sont des écoles de formation politique, à l’instar de l’école fédérale de l’ATSB fondée à Leipzig en 1926. Les fonctionnaires du sport ouvrier ne reçoivent pas seulement une formation technique mais aussi politique, ce qui fait du mouvement sportif ouvrier et gymnique « un pionnier du socialisme dont l’école fédérale livre l’outillage. » 14 L’objectif de ces écoles qui remplissent « le rôle d’un centre idéologique et sportif »15 est de guider leurs pensionnaires vers les syndicats et les partis ouvriers. Dans les années vingt, les fêtes nationales – c’est notamment le cas du 1er mai – ne réunissent pas seulement les partis politiques et les syndicats mais aussi la base du sport ouvrier. Le premier mai, aucun sportif ouvrier n’est autorisé à manquer au défilé traditionnel. Ils profitent de l’occasion pour montrer que l’union fait la force. Ils sont aussi présents dans d’autres manifestations comme la fête de la révolution, la fête de la constitution ou la « fête LLL » (fête Luxemburg–Lénine–Liebknecht) qui a lieu chaque année le 15 janvier. Le 1er mai 1926 à Dresde, les sportifs ouvriers défilent aux côtés du SPD et des syndi­cats. Les grandes chorales de chanteurs ouvriers, les spectacles gym­niques et sportifs du cartel sportif ainsi que les danses folkloriques de la jeunesse ouvrière encadrent les discours festifs prononcés par les camarades du parti et des syndicats. Les sportifs ouvriers participent au congrès du SPD à Marburg en 1929 où, par l’organisation d’un spectacle des chœurs en mouvement, ils ajoutent leur touche à la grande « fête au bord du lac ».16

15Dans le camp ennemi, l’ATSB est considérée comme un suppôt de la social-démocratie, comme en témoignent divers articles issus de la presse « bourgeoise ». Le Sportpolitische Rundschau remarque que :

  • 17 Sportpolitische Rundschau 4 (1931), H. 8, p. 162.

« lors des fêtes sportives de la ZK flotte, à côté du drapeau rouge, le pavillon du Reich. Les meneurs appartiennent tous sans exception au SPD et leurs discours sont empreints de l’esprit du SPD ».17

  • 18 « Aufruf zur Reichspräsidentenwahl », in : ATZ n° 5, 9 mars 1932, p. 49.

16Hormis quelques particularismes sur le plan local, le SPD passe à la fin des années vingt souvent pour le parti de l’ATSB. L’ATSB appelle lors du congrès de Leipzig à voter SPD lors des élections municipales, régionales et législatives et mène une active propagande. L’ATSB voit aussi dans le soutien de la social-démocratie un moyen judicieux d’obtenir des aides financières. Le 13 mars 1932, l’ATSB appelle, à l’instar du SPD, à voter Hindenburg lors des élections présidentielles « parce qu’aucun candidat du SPD, parce qu’aucun candidat ouvrier n’a des chances d’être élu » et que « le mot d’ordre du SPD est en cela la seule tactique juste pour tout sportif socialiste et pour tout sportif ouvrier ! »18

  • 19 « Protokoll des 17. Bundestages 1930 », p. 170.
  • 20 Brunner D., Sozialdemokratisches Vereinswesen, Volkshäuser, Arbeitersport, p. 32.

17Lors du congrès fédéral de l’ATSB en 1930, 244 délégués sur 253 font partie du SPD et 87 % sont organisés dans des syndicats.19 Le SPD est donc hautement représenté à la tête de l’ATSB. Inversement, les fonctionnaires de l’ATSB prennent une place active dans les services du SPD. Cornelius Gellert, président de l’ATSB de 1919 à 1933 et président de l’ISOS à partir de 1927, entre au Reichstag en 1930 comme député SPD. Wildung, directeur de presse de l’ATZ puis président de la ZK à partir de janvier 1921, est conseiller municipal SPD entre 1920 et 1923. Karl Schreck, membre de la ZK, fait partie, dès 1919, du groupe parlementaire du SPD au Reichstag. Tous ces exemples montrent qu’« il existait une épais réseau d’affiliations réciproques »20 tant et si bien que pour l'historien Brunner,

  • 21 Ibid., p. 35.

« l’ATSB avait une orientation ouvertement social-démocrate et était étroitement imbriqué dans le tissu organisationnel du mouvement ouvrier social-démocrate. »21

18Les associations sportives ouvrières soutiennent en outre les mani­festations officielles des partis ouvriers et des syndicats et en y participant, les sportifs ouvriers éprouvent un sentiment de cohésion identitaire. Voici ce que rapporte un membre de la TV Fichte à propos de la fête « LLL » :

  • 22 Interview H. B., Berlin 1981, p. 56, cité par Dierker H., p. 175.

« C’était une manifestation dans la manifestation [...] Qui se trouvait sur le trottoir ne revenait pas de son étonnement. Nous arrivâmes comme section de randonnée, naturellement accompagnés comme toujours de nos guitares et de nos mandolines. Nous chantâmes des vieilles chansons révolutionnaires et des chansons de randonnée. Nous fûmes également applaudis. Comme nous l’avons déjà dit, cela se déroulait dans une atmosphère pacifique. C’était un spectacle impressionnant. » 22

19L’exemple de la TV Fichte n’est pas fortuit car ses adhérents avaient déjà pris part à la révolution spartakiste et s’étaient prononcés pour la République des Conseils. La TV Fichte est pétrie d’une forte tradition de lutte révolutionnaire. Voici un autre témoignage d’un ancien sportif de la TV Fichte qui corrobore notre analyse :

  • 23 Interview de H. Boden, 20 août 1981, cité par Teichler H. J., Illustrierte Geschichte des Arbeiters (...)

« Je me souviens encore qu’autrefois, en hiver, avait lieu chaque année un défilé en direction des tombes de Karl Liebknecht et de Rosa Luxemburg dans le Friedrichsfelde. C’était la fête L-L-L […] qui avait lieu près des tombes de ces personnages assassinés et on y trouvait aussi des skieurs avec leur matériel. Même les rameurs faisaient le déplacement avec leurs pagaies sur l’épaule, bien que ce ne fût pas la saison. C’étaient donc à l’époque de puissantes manifestations révolu­tionnaires. »23

20Comme il se doit, les sportifs de la TV Fichte se rendent en masse au défilé du 1er mai où ils doivent faire montre de leur discipline. Il est tout naturel en tant que club [...] de défiler le premier mai en rangs serrés. Le premier mai, tout le monde est de la partie.

Entre discours et réalité

  • 24 Dierker H., Arbeitersport im Spannungsfeld der zwanziger Jahre.

21Néanmoins, sur le plan local, l’engagement politique des sportifs ouvriers ne semble pas aussi marqué. L’étude de Herbert Dierker24, appuyée sur cinquante interviews d’anciens sportifs ouvriers dans les années vingt, réparties entre huit femmes et quarante-deux hommes, relativise la thèse du « sportif soldat ». Sur les 50 personnes sondées, 20 déclarent avoir fait partie du SPD, 13 du KPD et 17 personnes sont sans étiquette politique. 66 % des personnes interrogées appartiennent donc à un parti ouvrier. Mais cette étude fait aussi état d’une différence relative entre les licenciés et les fonctionnaires en matière d’engagement politique. Les délégués du congrès national de l’ATSB à Hambourg en 1926 votèrent une motion, dite motion n° 12, selon laquelle tout sportif ouvrier majeur doit faire partie du SPD ou du KPD ou adhérer à un syndicat. Le délégué de Saxe, Georgie, exprima à ce sujet sa désapprobation :

  • 25 « Protokoll über die gemeinsame Sitzung des Bundesvorstands, des Bundesausschusses, der Kreisvertre (...)

« Celui qui concrètement a une activité dans l’association ou dans le district doit reconnaître que, si la résolution 12 entre en vigueur, de nombreuses associations devront exclure la moitié de leurs membres. Devons-nous commettre cette bêtise sous prétexte que cette motion a été acceptée lors du congrès national de l’ATSB ? »25

  • 26 « Protokoll des Bundestags des ATSB », Leipzig, 1928, p. 80.

22Gellert, président du congrès de l’ATSB de Leipzig en 1928, affirma sans être contredit par les délégués de la TV Fichte qu’à peine 12 % des membres du club de la TV Fichte étaient politiquement organisés.26 Ce ne sont pas tant des motifs politiques que des motifs socioculturels qui déterminent l’appartenance à une association sportive ouvrière. Et Dierker de poursuivre :

« — Concrètement, comment êtes-vous entrés dans l’association sportive TV Fichte de Eisbüttel ?

  • 27 Interview H. S., Hambourg, 1981, p. 10, cité par Dierker H., p. 173.

— C’est tout simple. Enfants, nous avons joué au football dans la rue. Il n’y avait pas encore de circulation. Tout près de nous, au coin de la rue, il y avait un club bourgeois du nom de St Pauli. Il y avait là bas un entraîneur qui nous encourageait toujours à adhérer au club de St Pauli. Dans la rue, nous en avions du reste l’envie. Mais nous devions obtenir naturellement la signature des parents et c’est ainsi que je suis allé trouver mon père qui me demanda si j’étais fou, ce que j’allais faire dans le sport bourgeois, et me dit d’aller dans le sport ouvrier pour faire du sport. Alors, nous nous sommes inscrits dans le sport ouvrier. Mon frère m’accompagna aussitôt. »27

23Par-delà les mobiles politiques, le milieu social semble être un élément déterminant d’adhésion à un club ouvrier. À la question : « Y avait-il dans votre association des discussions politiques? », M. H. Z., membre des Freie Schwimmer de Neukölln, répond :

  • 28 Interview H. Z., Berlin, 1981, p. 13, cité par Dierker H., p. 177.

« On ne parlait presque pas politique. Nous savions tous que nous – à supposer que je puisse maintenant généraliser – appartenions à la classe ouvrière. Nous étions au SPD ou au KPD. Mais nous n’avions pas de discussions. La scission n’apparut que lorsque les communistes commencèrent à discuter. »28

24M. E. A., fonctionnaire dans la TV Fichte décrit la situation politique dans son association de la manière suivante :

  • 29 Interview E. A, Berlin, 1983, p. 40, cité par Dierker H., p. 179-180.

« La majorité n’avait pas de parti. Nous avons eu aussi quelques membres du SPD et toute une série d’enfants de sociaux-démocrates. Et nous entretenions avec eux le même rapport qu’avec les autres […] Il n’y avait pas de différences […] Ils avaient grandi avec nous et faisaient partie d’équipes dans lesquelles ils étaient solidement intégrés. »29

25En racontant l’anecdote du sportif qui prend le prétexte de devoir s’entraîner pour le championnat quand on lui demande de distribuer des tracts pour le SPD, le Deutsche Arbeiter Sportzeitung (DASZ) déplore l’indifférence générale des sportifs ouvriers vis-à-vis des questions politiques. Le classement dans un camp politique précis, tel qu'on peut le voir dans le mouvement sportif ouvrier international, allemand et berlinois, joua sur le plan associatif et dans la vie quotidienne des témoins interrogés un rôle relativement plus ténu.

  • 30 Dwertmann H., « So lasst sie auch unter sich . Ambivalente Gestaltungen und Einstellungen im Hannov (...)
  • 31 « Die Braunschweiger Arbeitersportgemeinschaft », in : SZGS (Sozial- und Zeitgeschichte des Sports)(...)

26L’inauguration du stade de Hanovre montre elle aussi l’ambivalence de la base du MSO à l’égard de la vie politique. Lorsque Noske, éminent fonctionnaire du SPD, participa à la première inauguration du stade en 1922, le cartel sportif ouvrier de Hanovre boycotta la manifestation30. Cet exemple souligne une nette rupture entre la base et le parti en matière d’engagement politique. La sociabilité et l’intérêt sportif furent des éléments déterminants.31 On constate ainsi dans le Brunswick une certaine distance de la base, même si leur appartenance politique au SPD n’a jamais été contestée. L’exemple de l’ASV Fichte à Berlin, pourtant marquée politiquement, corrobore notre propos. L’importance ne provient pas tant de l’engagement politique pour un parti ouvrier. Les activités sportives et extra-sportives, un vaste réseau de relations et de communication plus ou moins formel ainsi que l’engagement social et culturel comptent manifestement davantage. Le rejet du sport « bourgeois » ne s’effec­tue donc pas sur la base de principes et de convictions politiques fortes, mais opère davantage comme une démarcation symbolique du sport pratiqué par les riches :

  • 32 Interview de H. Singer, Jg. 1906, cité par Nitsch F., 100 Jahre Arbeitersport. Die Roten Turnbrüder(...)

« L’appartenance spécifique des membres à un parti politique était certes enregistrée par les autres camarades, mais dans la vie associative quotidienne, du moins jusqu’en 1928-1931, elle joua un rôle insignifiant. Ce qui importait davantage, c’était l’intérêt commun pour le sport et le sentiment identitaire d’appartenir comme sportifs ouvriers à la classe ouvrière : le sport bleu [le sport bourgeois], c’est pour ceux qui ont du pognon, le sport rouge, pour les prolos. »32

27On constate par conséquent que le matériau historique sur lequel s’appuie Brunner n’est pas assez solide. Il aurait fallu examiner, comme nous avons tenté de le faire à l’aide des travaux de Dierker, comment la base du sport ouvrier est l’expression ou non d’une conscience politique. Brunner semble ignorer la disparité flagrante entre les fonctionnaires du sport ouvrier et les simples adhérents.

Le sport ouvrier, miroir des tensions politiques de Weimar

28Si les sportifs ouvriers se sont prévalus pendant longtemps d’une conscience politique plus ou moins marquée, ils n’échappèrent pas en tant que tels aux tensions qui déchirèrent la République de Weimar. On serait tenté d’affirmer que le MSO est le miroir de ces tensions. Celles-ci apparaissent à trois niveaux : niveau international, niveau national et niveau local (nous nous intéresserons principalement au cas berlinois).

  • 33 « Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersportkongresses. Abgehalten am 15/16. Januar (...)

29À une échelle internationale, le mouvement sportif ouvrier fut divisé relativement tôt. Suite au premier congrès de la ZK du 15 au 16 janvier 1921 à Iéna, la minorité communiste qui prit parti pour la Troisième Internationale refusa de se rallier à l’ISL (Internationale Sportive de Lucerne), qualifiée d’organisation « jaune ».33 Ainsi se constitua à Moscou en 1921 l’ISR (Internationale Sportive Rouge). Aux yeux des fonctionnaires de l’ISL, l’unité du mouvement sportif ouvrier se voyait mise à mal par la création de l’ISR. L’ISL fut qualifiée par son adversaire communiste de suppôt de la bourgeoisie car pour ce dernier,

  • 34 « Kreistag des Ersten Kreises » in : ATZ, 1923, p. 77.

« son activité (l’ISL) […] se déroule dans le cadre d’une collaboration avec la classe bourgeoise. Par conséquent, ce que réalise concrètement l’ISL, c’est le soutien de la bourgeoisie. »34

30En 1925 se pose la question de la participation de l’ISR aux Olympiades ouvrières de Francfort organisées par l’ISL socialiste. L’ISL décide finalement, au cours de la séance du 14 septembre 1924, de ne pas inviter l’ISR à Francfort. Curieusement, en dépit de cette décision, les relations entre l’ISR et l’ISL ne se désagrègent pas, même si les deux organisations s’affrontent ouvertement. Depuis le congrès d’Helsingfors en 1927, l’ISL décide de rompre tout contact avec l’Union Soviétique.

  • 35 Le SPD se sépare en 1917 des « minoritaires » qui forment au congrès de Gotha l’USPD (Unabhängige S (...)
  • 36 « Aus der Bundesverwaltung », in : ATZ, 1917, p. 107 : « Streit der Parteien ».
  • 37 « Wegbereitung », in : ATZ, 1918, p. 146 : « parteipolitische Neutralität ».

31Au plan national, les relations sont d’un autre ordre. Harnisch, président de l’ATB durant la première guerre mondiale, demande le 16 juin 1917, suite à la scission du mouvement politique ouvrier,35 de ne pas livrer une « bataille des partis » au cœur des organisations sportives.36 L’unité du mouvement sportif ouvrier doit être préservée. Le président de l’ATB se prononce en faveur de la « neutralité politique en matière de parti ».37 Tandis que la neutralité affichée par les associations sportives ouvrières à l’époque wilhelminienne avait été le moyen d’échapper aux répressions exercées par l’état, l’ATB prend dès 1917 le parti de la neutralité pour d'autres raisons. L’ATB manifeste d’abord une certaine prudence à l’égard de l’avenir politique de l’Allemagne :

  • 38 « Aus der Bundesverwaltung », in : ATZ, 1918, p. 152.

« Nul ne peut dire pour l’instant quelle forme d’état nous adopterons définitivement. »38

  • 39 « Protokoll der Verhandlungen des 12. Bundesturntages, Leipzig 1919 », p. 25 : « Bekenntnis zur Dik (...)

32En observant une attitude de neutralité politique afin d’éviter que les tensions ne se répercutent dans les structures du MSO, l’ATB avait trouvé un moyen habile de faire taire la branche communiste en interdisant tout prosélytisme et toute instrumentalisation du sport ouvrier au service des objectifs politiques du KPD. La neutralité politique de l’ATB ne permit pourtant pas d’étouffer les dissensions idéologiques entre la majorité socialiste réformiste et la branche commu­niste révolutionnaire. Dès 1919, l’opposition communiste tint à se démarquer de la ligne officielle de l’ATB. Lors du congrès fédéral de l’ATB, rebaptisée à cette occasion ATSB, le délégué berlinois Lieske demande de « prendre parti pour la dictature du prolétariat » et de suivre les objectifs politiques du KPD.39 Malgré ces voix contestataires, l’unité du sport ouvrier fut préservée et sembla même consolidée. À la suite du putsch Kapp, le SPD entreprend une politique de coalition avec le centre et demande l’aide de la Reichswehr contre les ouvriers en grève dans la Ruhr, ce qui lui fait perdre une grande partie de son électorat. Tandis que le SPD subit une hémorragie élec­torale sans précédent, le KPD se hisse peu à peu au rang de parti de masse. Le délégué de Heilbronn Reinhardt profite de la situation pour dénoncer au cours du congrès fédéral de l’ATSB à Munich en 1921 les failles de la tactique de neutralité politique :

  • 40 « 13. Bundestag des ATSB. Abgehalten zu München vom 10. bis 13. Mai 1921 », Leipzig 1921, p. 55.

« Je voudrais souligner que l’actuel congrès fédéral pense que la politique socialiste majoritaire est neutre et qu’il s’agit de politique partisane dès qu’un communiste ou un indépendant exprime son point de vue. »40

33Au cours du 14e congrès de l’ATSB à Kassel en 1924, une résolution réaffirmant la neutralité politique du sport ouvrier est votée, qui stipule que :

  • 41 « 14. Bundestag des ATSB in Kassel, Pfingsten 1924 », p. 25.

« la concertation et la prise de position sur les questions actuelles de politique ne sont pas du ressort de notre fédération. Introduire celles-ci dans notre fédération conduirait à des disputes internes et signifierait la désagrégation de la fédération. C’est pourquoi, le congrès fédéral attend des membres et des clubs qu’ils préservent le parti de la neutralité jusqu’alors adopté à l’égard des partis ouvriers. »41

34Jusqu’en 1928, l’ATSB refuse de prendre position officiellement pour le SPD. Cependant, des voix éminentes du MSO s’élèvent contre le parti du juste milieu jugé dépassé :

  • 42 Internationale Arbeitersportolympiade, Wildung F., p. 17.

« Dans les années qui ont suivi la révolution, beaucoup d’éléments ont contribué à la paralysie idéologique, y compris le fait que le mouvement sportif ouvrier dut garder un juste milieu entre le communisme et le socialisme. Ce faisant, il dut s’affaisser car tout compromis passé à long terme conduit nécessairement à la déchéance spirituelle. C’est pourquoi le mouvement sportif ouvrier ne retrouvera un contenu idéologique que lorsqu’il sera solidement placé  sur le sol du socialisme. »42

35à Berlin, sur un plan plus local, les fonctionnaires contestataires de l’ATSB épousent des conceptions politiques bien plus radicales. Dans le club berlinois de la TV Fichte, les communistes qui constituent la majorité des adhérents se heurtent à la présidence de l’ATSB. Afin de tenir à l’écart des postes importants les membres du SPD, ils décident de réserver les places de dirigeants aux membres du KPD ou de l’USPD, ce qui pousse les socialistes minoritaires à quitter la TV Fichte et à fonder la FTB (Freie Turnerschaft Berlin). La TV Fichte reven­dique très tôt son appartenance à l’Internationale communiste et au KPD et prend position en faveur d’une entente sportive cordiale avec l’Union Soviétique, contrairement au reste de l’ATSB. Pour cette raison, la TV Fichte est exclue de l’ATSB – avant d’être à nouveau admise en 1925.

La division du mouvement sportif ouvrier

36étant donné la relative fixité idéologique du mouvement sportif ouvrier, les tensions du monde politique devaient se répercuter à la longue sur le mouvement sportif ouvrier. Nombreux sont les sujets de conflit qui divisent les communistes et les socialistes : la demande de subventions de l’état, la question de la participation à des rencontres sportives avec l’Union Soviétique, l’instrumentalisation du sport ouvrier à des fins politiques. Ayant, dans un premier temps, refusé de proclamer officiellement son appartenance au SPD, l’ATSB abandonne peu à peu sa politique de retenue, convaincue

  • 43 Jahrbuch der deutschen Sozialdemokratie für das Jahr 1926, p. 510.

«  [qu’]il est du devoir du parti de soutenir le mouvement sportif ouvrier contre le travail de sape communiste ».43

37Wildung, chef de la ZK, abandonne lui aussi la thèse de la neutralité politique au milieu des années vingt à l’occasion d’une brochure parue à l’occasion des olympiades ouvrières de Francfort en 1925. Il met en cause la « paralysie intellectuelle » qui a poussé le mouvement sportif ouvrier à « conserver un juste milieu » entre le socialisme et le communisme, car,

  • 44 Wildung F., « Der Arbeitersport, sein Wesen und seine Organisation », in : Erste Internationale Arb (...)

« soit le mouvement est délibérément socialiste, soit il est communiste. Il ne peut être les deux à la fois. Mais rester neutre, c’est s’embourber. »44

  • 45 Gellert C., Der Kampf um den Bund, Leipzig, s.d.
  • 46 In : « Protokoll 16. Bundestag 1928 », p. 27.

38En 1928, suite au 6e congrès de l’Internationale communiste à Moscou, le KPD adopte la thèse du « social-fascisme ». Dès lors s’installe entre la majorité SPD et la fraction communiste de l’ATSB une lutte sans merci. Les deux partis s’accusent mutuellement de vouloir diviser le mouvement sportif ouvrier. À l’occasion du 16e congrès de l’ATSB à Leipzig en 1928, le président du congrès Gellert publie une brochure où sont mis en avant les efforts d’unité entrepris par l’ATSB et où sont adressés des reproches à la minorité communiste, accusée de poursuivre depuis le début de la République de Weimar une politique de scission.45 Au terme de ce congrès, l’ATSB décide d’exclure la minorité communiste pour « injures et calomnies inouïes contre la fédération et ses dirigeants » et de ne plus entretenir de relations avec le KPD.46 Pour l’ATSB, désireuse de

  • 47 In : « Protokoll 16. Bundestag 1928 », p. 27.

« pouvoir enfin remplir pleinement ses tâches véritables et, exempte de clivages et de déchirements internes, de ne pas se donner en spectacle devant ses adversaires »47,

39la séparation est avant tout une question d’image.

40Par cette décision l’ATSB retourne ainsi dans le giron du parti dont elle était issue quelques décennies auparavant :

  • 48 Wildung F. auf dem 17. Bundestag des ATSB 1930, « Protokoll des 17. Bundestages », p. 24.

« Nous nous sentons à nouveau faire corps avec le prolétariat social-démocrate allemand. »48

41De son côté, l’opposition communiste met au point la stratégie de « l’unité par le bas » en ciblant ses attaques dans des campagnes tournées contre les fonctionnaires de l’ATSB, qualifiés de « traîtres », de « social-fascistes » ou de « diviseurs » de manière à attirer les masses aux côtés du KPD. Les deux partis campèrent sur leurs positions et s’enfermèrent dans des schématismes idéologiques.

  • 49 Jahn F., Der Kampf der klassenbewussten Kräfte des deutschen Arbeitersports um die Erhaltung und Wi (...)
  • 50 Überhorst H., Frisch, frei, stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933, Düs (...)

42Les grands courants historiographiques du sport ouvrier allemand se sont penchés sur la question de la responsabilité dans la scission de l’ATSB. L’historiographie officielle de la RDA voit dans la social-démocratie réformiste les causes formelles de la division du MSO.49 En revanche, selon l’historien Horst Überhorst, c’est le KPD qui, par ses activités subversives, aurait joué un rôle déterminant dans l’éclatement du sport ouvrier.50 Aucune de ces deux thèses ne semble recevable, car toutes deux oublient d’une part que la neutralité politique avait été refusée dès le départ par l’opposition communiste, et que d’autre part, elle avait été interprétée par la plupart des fonctionnaires de l’ATSB dans un sens social-démocrate. L’ATSB, en majorité socialiste, se sentit alors assez forte dans les années 1925-1928 pour tenir tête à l’opposition berlinoise. C’était sans compter sur sa détermination. Jusqu’à la prise du pouvoir en 1933 par les national-socialistes, l’histoire du mouvement sportif ouvrier fut placée sous le signe d’un duel fratricide.

  • 51 Cf. « Geschäftsbericht des ATSB über die Jahre 1928-1929 », Leipzig, 1930, p. 19.
  • 52 ZK. « Geschäftsberichte Reichskonferenz, Führertagung, Berlin, 1930 », p. 4.
  • 53 Ruhr-Echo, 17 juin 1930.

43Jusqu’en 1929, la direction de l’ATSB affirme avoir exclu 33 246 membres et 367 clubs de ses rangs.51 Elle passe de 770 058 membres le 1er janvier 1928 à 738 048 membres le 1er avril 1929.52 En sortant de l’ATSB, les associations sportives communistes ne purent plus compter sur des soutiens financiers. Ainsi, les nageurs communistes à Essen durent dispenser leurs cours durant les heures d’ouvertures normales des piscines publiques.53

  • 54 Cf. Volkssport 1929, 37, 569 ; Volkssport 1930, 2, 31 ; Volkssport 1930, 20, 268, Volkssport 1930, (...)

44L’ATSB chercha à se démarquer de l’opposition sportive rouge qui devenait à ses yeux un dangereux adversaire. De manière significative, elle adopta la même attitude qu’elle avait eue auparavant à l’encontre des associations sportives dites « sauvages ». Elle reprocha aux sportifs communistes l’indiscipline et l’incapacité à former leurs membres d’un point de vue pédagogique et idéologique. Fixé idéologiquement sur la ligne du KPD, le sport communiste fut accusé de reproduire les modèles du sport « bourgeois » (compétitions, éducation militaire et donc collaboration de classe.54 Toutes ces attaques furent destinées à marginaliser le « sport rouge ». à des fins de polé­mique, le Herner Volkszeitung attaque ainsi en avril 1920 une mani­festation des sportifs rouges à Herne :

  • 55 Herner Volkszeitung, 3 mars 1930, cité par Stiller Eike, 1991, p. 390.

« Dans le même temps, environ 300 adultes et 40 jeunes communistes déambulaient en direction du quartier de Horsthausen derrière un lambeau de tissu sale au rouge délavé. L’allure de cette racaille qui attisait la peur suffisait à susciter le dégoût parmi les honnêtes ouvriers et c’est pourquoi elle ne pourra jamais devenir un mouve­ment de masse quand bien même elle sortirait en claironnant dans la rue plus fréquemment et plus bruyamment […] Mais que la croix gammée et l’étoile soviétique se le tiennent pour dit : ni les bœufs ni les ânes n’arrêtent la social-démocratie dans son élan. »55

La naissance de la Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit

  • 56 Roter Kulturkampffront.
  • 57 Communauté d’Intérêts en vue du Rétablissement de l’Unité du Sport Ouvrier.
  • 58 Communauté de Combat pour l’Unité sportive Rouge.
  • 59 Cf. Rot Sport, 1931, n° 46, p. 2.

45Jusqu’au milieu des années vingt, le KPD ne montre pas grand intérêt pour les questions d’ordre culturel. Lors du 11e congrès du KPD à Essen en 1927 fut formulée la demande de création d’un « Front de Combat Culturel Rouge »56, sorte d’étape vers l’indépen­dance de la branche communiste dans le sport ouvrier. Le 26 mai 1929, 54 délégués de l’opposition sportive ouvrière se retrouvent à Berlin pour fonder l’IG (Interessengemeinschaft zur Wiederherstellung der Einheit im Arbeitersport)57. L’IG programme, outre les rendez-vous politiques, des expositions et des journées culturelles. Organisée en 19 régions et en 150 districts, l’IG est rebaptisée en 1930 KG (Kampfgemeinschaft für Rote Sporteinheit)58 et possède selon les chiffres officiels 70 000 adhérents.59 La KG voit dans le SPD l’un des éléments déterminants ayant participé à l’essor du fascisme et fait donc de la social-démocratie son ennemi numéro un :

  • 60 « Mitgliedsbuch und Pass Nr. 154688 der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit », Berlin, 1931.

« En s’alliant avec les national-fascistes, les social-fascistes mènent la lutte contre la classe ouvrière révolutionnaire. »60

  • 61 Internationale Sportive Ouvrière Socialiste, nouveau nom de l’ISL.

46La KG organisa du 4 au 12 juillet 1931 les spartakiades de Berlin pour fêter le 10e anniversaire de l’ISR tout en faisant concurrence à l’olympiade de Vienne mise en place par l’ISOS.61 Cependant, le préfet de police de Berlin interdit la manifestation et priva la KG d’une reconnaissance officielle. La KG profita de la campagne électorale en Prusse au printemps 1932 pour réaffirmer sa lutte contre la social-démocratie :

  • 62 Grube E., « Die Bedeutung des 2. Reichskongresses der KG, Erfurt-Berlin ». In : Der Rote Sportfunkt (...)

« Si nous voulons mettre k.o. le fascisme nazi, il faut briser l’influence que les dirigeants réformistes exercent sur les masses. »62

  • 63 Cf.  Westdeutscher Arbeitersport, 13 juillet 1932.
  • 64 A propos des débordements de la spartakiade de la Ruhr, cf. Ruhr-Echo, 12 juillet 1932.

47Les rapports faisant état des agressions perpétrées par les national-socialistes contre les sportifs communistes conduirent la KG à former des troupes de défense destinées à intensifier « l’action antifasciste ».63 En dépit de ces mesures, la KG ne vit pas dans le fascisme son principal adversaire, mais continuait à croire que seul le combat contre la social-démocratie lui permettrait de triompher du fascisme. Elle n’infléchit pas sa position jusqu’en 1933. Les activités de la KG se bornèrent à des contre-manifestations telles les « spartakiades de la Ruhr » (l’un des fiefs de l’ATSB) censées se tenir le 3 juillet 1932 à Essen. Le KPD participa à l’organisation de cet événement sportif qui n’eut finalement pas lieu car au moment où les sportifs ouvriers pénétrèrent dans le stade, des échauffourées éclatèrent avec la police, « contrainte » de dissoudre la manifestation dans la violence. Lors de ces débordements, il y aurait eu entre un et six morts et une cinquantaine de blessés (chiffre variable selon les communiqués de presse64). En 1931, Ernst Grube rappelle que la KG a pour tâche de gagner à sa cause tous les sportifs présents dans les clubs « bour­geois » (l’ATSB est notamment visée) :

  • 65 Grube Ernst, Sport für alle, 1931, p. 15.

« Lutter contre l’embourgeoisement du sport ouvrier, gagner à sa cause tous les sportifs et sportives présents dans les fédérations sportives bourgeoises. Mettre en œuvre toutes les énergies en vue de triompher du capitalisme, lutter inlassablement pour le socialisme. À cet effet, nous exécutons un travail sportif et politique qui consiste à former et à éclairer le prolétariat dans l’intérêt des exploités et non des exploiteurs. »65

48Dans le cadre de l’action antifasciste, la KG entreprend de fédérer toutes les organisations ouvrières non communistes. Jusqu’alors, les organisations de jeunesse n’ont guère été développées dans la KG. Voß constate en 1931 dans l’Internationaler Arbeitersport qu’une tâche importante de la direction fédérale consiste en

  • 66 Internationaler Arbeitersport, 1931, 6, 229.

« la création de sections de jeunesse dans le but de gagner la jeunesse à la cause du sport rouge de classe. L’incompréhension encore souvent présente de nos vieux fonctionnaires pour les problèmes de la jeunesse et l’absence encore plus catastrophique de groupes et sections de jeunesse doivent disparaître par la création d’une organisation fortement centralisée. »66

49Mais la création d’une organisation de jeunesse très structurée induisait une prise de conscience nouvelle des anciens fonctionnaires com­munistes, dubitatifs à ce sujet :

  • 67 « Reichsspartenleitung der Fußballsparte der KG », cité par Stiller Eike, 1991, p. 404.

« Dans de nombreux clubs, la vieille conception selon laquelle la jeunesse et le travail pionnier ne font que coûter de l’argent aux clubs doit être dépassée par l’idée qui présuppose que c’est justement l’appréhension de la jeunesse prolétaire qui doit être particulièrement prise en compte par les associations de la communauté révolutionnaire. »67

  • 68 KJVD, Proletarisches Spielbuch (recommandé dans la KG), cité par Stiller Eike, 1991, p. 407.

50Les organisations de jeunesse de la KG n’entreprirent rien de fon­cièrement neuf, hormis l’introduction de certains jeux comme « l’arrestation manquée», « l’aide rouge », « la défense du drapeau rouge » ou « prolétaires de tous les pays, unissez-vous ! » 68 qui apparentaient les enfants de la KG à de petits champions de la lutte de classe. Mais en dépit de tous les efforts de politisation entrepris par le MSO, l’œuvre des associations sportives ouvrières s’épuisa dans les querelles intestines. En réalité, faute de véritable lutte de classe, le mouvement sportif ouvrier allemand se concentra sur une lutte interne dont les conséquences allaient être funestes.

Manifestation de la Kampfgemeinschaft à Erfurt en 1930

Notes

1 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 129.

2 Ibid., p. 132.

3 Ibid., p. 168.

4 Ibid.

5 « Festschrift zu unserem am Sonnabend, 3. August 1929 und Sonntage, 4. August 1929 stattfindenden 25jährigen Bezirksjubiläum », ATSB 14. Kreis, 2. Bezirk, Görlitz 1929, p. 10.

6 In : Arbeiterradfahrer, N° 337, August 1910, p. 15 ; cf. Kühn Fritz, Die Arbeitersportbewegung, Ein Beitrag zur Klassengeschichte der Arbeiterschaft, Dissertation, Rostock 1922, p. 64.

7 Franken Paul, Unser die Zukunft, op.cit., p. 4.

8 Kühn Fritz, Die Arbeitersportbewegung, Ein Beitrag zur Klassengeschichte der Arbeiterschaft, Münster 1981, p. 68.

9 Freie Sportwoche, 1927.

10 « Die Zerschlagung der Arbeitersportbewegung in Bremen », in : Blecking D., Arbeitersport gestern und heute, Heft 6 : « Der Sieg der Sozialdemokratie ist auch unser Sieg ».

11 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 171.

12 Ibid., p. 168.

13 Wagner H., Sport und Arbeitersport, 1931, p. 170.

14 Sächsischer Arbeitersport, n° 31, 30.07.1929, p. 354.

15 Brunner Detlev, Sozialdemokratie und Vereinswesen, SPD, Volkshäuser, Arbeitersport, Marburg, 1995, p. 20.

16 Cf. « Fest am See » in : Langewiesche D., « Politik-Gesellschaft-Kultur. Zur Problematik von Arbeiterkultur und Kultur. Arbeiterorganisationen in Deutschland nach dem ersten Weltkrieg », in : Archiv für Sozialgeschichte 22 (1982) p. 387.

17 Sportpolitische Rundschau 4 (1931), H. 8, p. 162.

18 « Aufruf zur Reichspräsidentenwahl », in : ATZ n° 5, 9 mars 1932, p. 49.

19 « Protokoll des 17. Bundestages 1930 », p. 170.

20 Brunner D., Sozialdemokratisches Vereinswesen, Volkshäuser, Arbeitersport, p. 32.

21 Ibid., p. 35.

22 Interview H. B., Berlin 1981, p. 56, cité par Dierker H., p. 175.

23 Interview de H. Boden, 20 août 1981, cité par Teichler H. J., Illustrierte Geschichte des Arbeitersports, p. 100.

24 Dierker H., Arbeitersport im Spannungsfeld der zwanziger Jahre.

25 « Protokoll über die gemeinsame Sitzung des Bundesvorstands, des Bundesausschusses, der Kreisvertreter und des technischen Zentralausschusses », Leipzig, 1926, p. 8.

26 « Protokoll des Bundestags des ATSB », Leipzig, 1928, p. 80.

27 Interview H. S., Hambourg, 1981, p. 10, cité par Dierker H., p. 173.

28 Interview H. Z., Berlin, 1981, p. 13, cité par Dierker H., p. 177.

29 Interview E. A, Berlin, 1983, p. 40, cité par Dierker H., p. 179-180.

30 Dwertmann H., « So lasst sie auch unter sich . Ambivalente Gestaltungen und Einstellungen im Hannoverschen Arbeitersport », in : SZGS 7 (1993), p. 71-81.

31 « Die Braunschweiger Arbeitersportgemeinschaft », in : SZGS (Sozial- und Zeitgeschichte des Sports) 7 (1993), p. 39-47.

32 Interview de H. Singer, Jg. 1906, cité par Nitsch F., 100 Jahre Arbeitersport. Die Roten Turnbrüder, p. 136.

33 « Protokoll über die Verhandlungen des Ersten Arbeitersportkongresses. Abgehalten am 15/16. Januar 1921 in Jena », Leipzig, 1921, p. 32.

34 « Kreistag des Ersten Kreises » in : ATZ, 1923, p. 77.

35 Le SPD se sépare en 1917 des « minoritaires » qui forment au congrès de Gotha l’USPD (Unabhängige Sozialdemokratische Partei Deutschlands). L’USPD est constitué lui-même des socialistes parlementaires en conflit avec Ebert, ainsi que des spartakistes. La branche spartakiste forme le KPD le 30 décembre 1918.

36 « Aus der Bundesverwaltung », in : ATZ, 1917, p. 107 : « Streit der Parteien ».

37 « Wegbereitung », in : ATZ, 1918, p. 146 : « parteipolitische Neutralität ».

38 « Aus der Bundesverwaltung », in : ATZ, 1918, p. 152.

39 « Protokoll der Verhandlungen des 12. Bundesturntages, Leipzig 1919 », p. 25 : « Bekenntnis zur Diktatur des Proletariats » ; cf. aussi ATZ 23 (1919), p. 194, ATZ 6 (1921), p. 61-62.

40 « 13. Bundestag des ATSB. Abgehalten zu München vom 10. bis 13. Mai 1921 », Leipzig 1921, p. 55.

41 « 14. Bundestag des ATSB in Kassel, Pfingsten 1924 », p. 25.

42 Internationale Arbeitersportolympiade, Wildung F., p. 17.

43 Jahrbuch der deutschen Sozialdemokratie für das Jahr 1926, p. 510.

44 Wildung F., « Der Arbeitersport, sein Wesen und seine Organisation », in : Erste Internationale Arbeitersportinternationale, 24-28 Juli 1925, p. 17.

45 Gellert C., Der Kampf um den Bund, Leipzig, s.d.

46 In : « Protokoll 16. Bundestag 1928 », p. 27.

47 In : « Protokoll 16. Bundestag 1928 », p. 27.

48 Wildung F. auf dem 17. Bundestag des ATSB 1930, « Protokoll des 17. Bundestages », p. 24.

49 Jahn F., Der Kampf der klassenbewussten Kräfte des deutschen Arbeitersports um die Erhaltung und Wiederherstellung der klassenpolitischen Einheit der proletarischen Sportbewegung, Diss. Leipzig 1966. Cet ouvrage est carac­téristique de l’historiographie de l’Allemagne de l’Est.

50 Überhorst H., Frisch, frei, stark und treu. Die Arbeitersportbewegung in Deutschland 1893-1933, Düsseldorf, 1973, p. 225-226.

51 Cf. « Geschäftsbericht des ATSB über die Jahre 1928-1929 », Leipzig, 1930, p. 19.

52 ZK. « Geschäftsberichte Reichskonferenz, Führertagung, Berlin, 1930 », p. 4.

53 Ruhr-Echo, 17 juin 1930.

54 Cf. Volkssport 1929, 37, 569 ; Volkssport 1930, 2, 31 ; Volkssport 1930, 20, 268, Volkssport 1930, 30, 388.

55 Herner Volkszeitung, 3 mars 1930, cité par Stiller Eike, 1991, p. 390.

56 Roter Kulturkampffront.

57 Communauté d’Intérêts en vue du Rétablissement de l’Unité du Sport Ouvrier.

58 Communauté de Combat pour l’Unité sportive Rouge.

59 Cf. Rot Sport, 1931, n° 46, p. 2.

60 « Mitgliedsbuch und Pass Nr. 154688 der Kampfgemeinschaft für rote Sporteinheit », Berlin, 1931.

61 Internationale Sportive Ouvrière Socialiste, nouveau nom de l’ISL.

62 Grube E., « Die Bedeutung des 2. Reichskongresses der KG, Erfurt-Berlin ». In : Der Rote Sportfunktionär, 3. avril 1932, p. 6.

63 Cf.  Westdeutscher Arbeitersport, 13 juillet 1932.

64 A propos des débordements de la spartakiade de la Ruhr, cf. Ruhr-Echo, 12 juillet 1932.

65 Grube Ernst, Sport für alle, 1931, p. 15.

66 Internationaler Arbeitersport, 1931, 6, 229.

67 « Reichsspartenleitung der Fußballsparte der KG », cité par Stiller Eike, 1991, p. 404.

68 KJVD, Proletarisches Spielbuch (recommandé dans la KG), cité par Stiller Eike, 1991, p. 407.

Table des illustrations

Légende Manifestation de la Kampfgemeinschaft à Erfurt en 1930
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6565/img-1.png
Fichier image/png, 359k

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr