Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

2. Jeunesse et sport dans la société

Sport et jeunesse au miroir de l’histoire sociale

Réflexions à propos du livre de Christiane Eisenberg : „English Sports“ und Deutsche Bürger

Alain Lattard

Texte intégral

  • 1  Pour cette introduction, Cf. en particulier Norbert Gissel, « Sportgeschichte – Entwicklung, Fundi (...)

1L’histoire du sport a en Allemagne une longue tradition1. Au sein des établissements formant les professeurs d’éducation physique, fondés dans les différents états allemands à partir du milieu du xixe siècle, elle obtient le statut de discipline à part entière et, qui plus est, obligatoire. Et dès l’entre-deux-guerres, elle est reconnue comme partie intégrante de la « science sportive » (Sportwissenschaft), lorsque celle-ci trouve une assise institutionnelle avec l’intégration à l’Université de ces établissements.

2Cet intérêt précoce pour l’histoire du sport s’explique essentielle­ment par le fait qu’en Allemagne, la propagation des activités sportives est tout d’abord due à la diffusion de la gymnastique, véritable mouvement collectif organisé (Turnbewegung), qui fonde son identité à partir de structures associatives et d’une idéologie propres, mais évidemment aussi en se constituant une mémoire.

3Dans ce contexte, l’historiographie initiale du sport perd évidemment en ouverture ce qu’elle gagne en précocité. Ainsi, jusqu’à une période récente, elle a souvent péché par l’anecdotisme, une fixation sur l’histoire organisationnelle et sur l’action des grands dirigeants, au premier chef Jahn, le « père fondateur » (Turnvater), et surtout par une trop grande adhésion aux engagements (et compromissions !) politiques du mouvement gymnique.

4C’est seulement après 1945 et principalement sous l’impulsion de la génération critique des années 60 et 70, que se développe une histoire du sport plus conforme aux exigences scientifiques de l’historiographie moderne. La recherche s’est d’abord concentrée sur la période national-socialiste, le sport ouvrier, puis a abordé entre autres le mouvement olympique, le mouvement gymnique allemand, avant de s’attacher aussi, depuis la chute du mur, à la politique sportive en RDA.

5Sur le plan des approches méthodologiques, les choix semblent globalement suivre l’évolution générale de l’historiographie allemande en histoire contemporaine. Après que les auteurs les plus féconds (tel Hajo Bernett) aient pris modèle sur la Zeitgeschichte politique à la Karl-Dietrich Bracher, l’histoire du sport a aussi subi l’influence de la Sozialgeschichte impulsée par l’école de bielefeld, qui conçoit l’histoire comme science sociale historique. Plus récemment encore, elle s’ouvre aux courants culturalistes plus préoccupés d’un regard anthropologique que de la référence aux grandes structures socio-économiques.

  • 2  Christiane Eisenberg, „English Sports“ und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939(...)

6C’est au confluent de ces deux derniers courants, avec des références l’ancrant toutefois solidement dans les eaux de l’histoire sociale, que se situent les travaux de Christiane Eisenberg. Les quelques réflexions qui suivent s’appuient essentiellement sur sa dernière étude2, qui a le double mérite d’offrir une synthèse fouillée de la littérature scientifique sur l’histoire du sport en Allemagne et de renouveler notre grille de lecture grâce à la comparaison germano-britannique.

I

  • 3  Gertrud Pfilter, « Frisch, fromm, fröhlich, frei », dans étienne François/Hagen Schulze, Deutsche (...)

7La spécificité première de l’Allemagne – tant par rapport à l’Angleterre que par rapport à la France – réside dans l’existence du mouvement des gymnastes. La création de ce mouvement par Ernst Ludwig Jahn en 1811 s’inscrit dans l’éveil de la conscience nationale allemande à la suite de l’invasion napoléonienne. Son initiative va au-delà de la constitution d’une sorte d’armée de réserve permettant de contourner la stricte limitation des effectifs militaires imposée par les Français – bien que cet aspect ne soit pas négligeable et que bon nombre de gymnastes se soient illustrés dans les combats des « guerres de libération ». Elle fonde surtout une pratique culturelle à la fois issue de la conscience nationale naissante et propre à en assurer la diffusion : au-delà de la mise en mouvement collective des corps, l’utilisation des symboles, les uniformes, les manifestations publiques, les rituels et un vocabulaire propre font du Turnen, pour reprendre l’expression de Gertrud Pfilter, un véritable « système de communication national »3.

8Il faut souligner combien l’initiative de Jahn fait partie intégrante du programme des réformateurs prussiens, dont il est d’ailleurs personnellement proche. L’objectif de libération et d’unité nationale y va de pair avec la volonté de dépasser l’ordre social féodal. À ce titre, dans la mesure où la maîtrise du corps participe de l’émancipation individuelle, elle est bien au service de l’idéal néo-humaniste de formation de soi (Menschenbildung). Quant à l’uniforme, il ne faut pas seulement y voir l’oripeau militaire. Il est aussi, au même titre que le tutoiement, un instrument d’égalisation, illustrant la vision sociale sous-jacente d’une société sans classe de citoyens égaux – la klassenlose Bürgergesellschaft à laquelle croit la bourgeoisie montante. Enfin, si l’habitus militaire reste évidemment frappant, n’oublions pas qu’il est en partie vécu comme une libération. L’exercice collectif, tel que le prône Jahn, est une discipline librement consentie et non plus le dressage (Drill) en usage dans l’armée absolutiste prussienne.

9Intimement lié au courant libéral dès ses origines, le mouvement gymnique en connaît les principaux avatars. étant perçu comme un vecteur d’expression politique, il est après la fin des guerres napoléoniennes en butte à la répression. Jusqu’en 1842, il est sous le coup d’une interdiction (Turnsperre), qui permet cependant aux associations de gymnastique de subsister à l’échelon local pour peu qu’elles s’affichent apolitiques. Quand l’étau répressif se desserre, le mouvement profite de la popularité croissante de la culture physique. L’intégration de la gymnastique dans les programmes de l’école primaire prussienne tels que les définissent les très conservateurs règlements (Schulregulative) de 1854 et l’apparition de clubs de gymnastique à vocation commerciale en sont deux symptômes parmi d’autres.

10Mais le facteur essentiel de son essor est évidemment le progrès des idées libérales et l’élargissement de leur assise sociale. Ainsi, l’affirmation du libéralisme politique dans les années 60 s’accompagne d’une multiplication des associations de gymnastique. Certes, le politique a désormais ses vecteurs d’expression propres, le Nationalverein, puis le Fortschrittspartei, ce qui permet a priori une relative dépolitisation de la gymnastique. Mais la différenciation qui accompagne la diffusion du libéralisme ne manque pas de se répercuter aussi sur l’organisation du mouvement gymnique, qui tend à reproduire les lignes de fracture entre libéraux de droite, démocrates et mouvement ouvrier naissant.

11Si entre 1815 et la fondation du Reich, expansion et différenciation sont les deux termes qui résument donc le mieux l’évolution, pour la période allant de la fin des années 60 à la Première Guerre mondiale, le maître-mot est sans aucun doute institutionnalisation. Avec la fondation en 1868 de la Deutsche Turnerschaft, le mouvement gymnique se dote en effet d’une structure unifiée, où la centrale, dirigée par des organes élus, couronne un édifice basé sur les organisations de cercle et de région. Cette consolidation organisationnelle va de pair avec l’influence croissante du courant libéral modéré, qui parvient à rassembler l’essentiel du mouvement derrière lui à la faveur de l’exaltation nationale. C’est dire qu’après la fondation du Reich, la Deutsche Turnerschaft devient aussi une institution d’état, qui non seulement reprend les symboles nationaux et soutient le régime autoritaire, mais se laisse aussi bientôt gagner par la propagande nationaliste.

12À la veille de la première guerre mondiale, le mouvement gymnique paraît à son zénith. D’une initiative semi-clandestine au service de la résistance anti-française, on est passé à une organisation de masse puissante (environ 1,2 million de membres pour la Deutsche Turnerschaft en 1913) et officiellement reconnue, une staatstragende Organisation. Pourtant, en changeant d’échelle et d’identité politique, le mouvement gymnique a aussi changé de clientèle, recrutant désormais largement au-delà des frontières de la bourgeoisie, qui était initialement son milieu d’élection. Cette modification de la base sociale est à l’origine de tensions internes, car à la pluralisation des milieux sociaux correspond une différenciation des pratiques sportives et des sociabilités recherchées à l’occasion de ces pratiques. Comme les associations de gymnastique ne peuvent se segmenter autant que se diversifient les adhérents, pour une partie du public, elles perdent de leur attractivité.

13L’autre phénomène majeur qui affaiblit le mouvement gymnique au début du Xxe siècle est la scission des associations proches de la social-démocratie. Le point de rupture est évidemment politique. Si la fédération des gymnastes ouvriers (Arbeiter Turnerbund - ATB) ne se crée qu’en 1893, c’est en effet que la « législation sur les socialistes » (Sozialistengesetz) bride toute velléité antérieure d’autonomie. En tout état de cause, ce qui sépare au quotidien les socialistes militants de la Deutsche Turnerschaft, c’est l’inféodation au régime des instances dirigeantes de celle-ci et surtout leur tendance à mettre l’idée et la pratique de la gymnastique au service du militarisme. Pour les sociaux-démocrates, c’est évidemment au service de la solidarité prolétarienne qu’il s’agit de les mobiliser. Cela dit, la création de l’ATB ne signifie pas le départ de tous les ouvriers. En 1913, l’ATB ne compte pas plus de 150 000 membres.

II

14Manifestement, le relatif essoufflement du mouvement gymnique ne tient pas qu’à ses problèmes internes. Il résulte aussi de l’émergence d’un autre type d’activité physique, le sport à l’anglaise, qui fait école en Allemagne dans le dernier tiers du xixe siècle. L’importation la plus précoce concerne l’équitation, mais d’autres disciplines comme le tennis, le football, le cyclisme, l’athlétisme et la course automobile suivent rapidement. La diffusion de ces nouvelles pratiques a d’autant plus d’impact qu’elle s’accompagne de la création d’un espace public propre, avec notamment une activité journa­listique en rapide expansion et la construction d’infrastructures inscrivant le sport de masse dans l’espace urbain. Pour prendre l’exemple berlinois, on rappellera que l’Avus – première route sans croisement au service du sport automobile – tout comme le Sport­palast ont été mis en chantier pour la première, achevée pour le second avant la Première guerre mondiale.

15L’engouement pour le sport en Allemagne est d’autant plus intéressant qu’il marque une rupture avec les valeurs du mouvement gymnique traditionnel. Ce qui compte, ce n’est plus le mouvement d’ensemble, la perfection collective de la phalange de gymnastes, mais la compétition et souvent la performance de l’individu. En outre, la poursuite du record joue désormais un rôle important, alors que dans les manifestations de gymnastique, certes l’évaluation peut n’être pas absente, mais elle ne départage que par défaut : tout individu ou toute équipe atteignant le minimum requis fait partie des gagnants qui ont indistinctement droit aux honneurs. En somme, dans le sport, c’est le résultat qui est primordial, dans la gymnastique, ce sont davantage la manière, l’effort lui-même qui comptent.

  • 4 Cf. p. ex. Wolfgang Eichel, Illustrierte Geschichte der Körperkultur, Berlin-Est 1983, p. 200 sq.
  • 5 Ibid.

16Il est évidemment tentant d’expliquer les deux systèmes de valeurs à partir des sociétés dont ils proviennent. C’est une démarche qu’ont esquissée des historiens de RDA4 en rapprochant le sport anglais des principes de l’économie classique et du darwinisme social. L’homologie entre le fonctionnement du capitalisme concur­rentiel et les règles du sport leur permet ensuite d’expliquer le rôle de précurseur de l’Angleterre sur le terrain sportif par son avance dans le développement du capitalisme. Elle les conduit enfin à considérer la diffusion du sport hors de l’Angleterre comme la conséquence naturelle de l’expansion du capitalisme à l’échelle mondiale. La démarche est très économiste, plutôt mécaniste et d’autant moins convaincante lorsqu’elle sert manifestement plus à une argumenta­tion politique qu’à une démarche historique : ainsi, la dénonciation de la morale sportive bourgeoise comme instrument au service de la classe dominante permet surtout de déconsidérer le concept d’amateurisme (« expression de conceptions idéalistes et élitaires »5) pour mieux légitimer la politique menée en RDA au niveau du sport de compétition.

17Christiane Eisenberg ne s’expose pas à ce type de reproche. Et surtout, elle s’efforce d’échapper au schématisme en tenant compte des médiations sociales et culturelles. De l’approche marxiste, elle garde l’idée de congruence entre les caractéristiques socio-économiques nationales et les modèles respectifs d’activité sportive, mais en l’affinant. L’émergence du sport en Angleterre ne peut être comprise sans tenir compte de la prédominance des comportements de marché non seulement dans l’économie, mais aussi dans la société, et de la croyance corrélative, profondément ancrée dans la culture anglaise, aux vertus intégratrices de la concurrence. l’essor de la Turnerbewegung en Allemagne reflète en revanche les structures d’une société qui reste attachée au corporatisme, où les marchés sont encore étroits et fortement régulés, où le risque est moins présent et moins accepté. Alors qu’individuelle et risquée, la compétition sportive émane du marché libre, le Turnen, collectif et prudent, correspond à l’univers de l’honnête artisan. Au-delà des valeurs véhiculées par le sport et la gymnastique, c’est aussi leur attractivité sociale respective qui diffère. Dans les deux cas, l’activité physique organisée est l’émanation de la culture bourgeoise, dans les deux cas, elle permet à cette culture de transcender les limites de sa classe d’origine, mais du fait de traditions et d’une position sociale de la bourgeoisie spécifique, elle le fait différemment dans chaque pays : en Angleterre, le sport est au fond la captation par la bourgeoisie d’une tradition populaire, alors qu’en Allemagne, c’est à l’inverse une invention bourgeoise qui rayonne sur la culture du peuple.

18Percevoir ces différences rend sensible à la complexité des facteurs en jeu dans la concurrence entre le sport à l’anglaise et la gymnastique à l’allemande. La première question est sans doute la plus épineuse : pourquoi, si les modèles socioculturels sont si différents, le sport entre-t-il en concurrence avec le Turnen et pourquoi l’attraction qu’il exerce est-elle si forte, puisqu’à la veille de la première Guerre mondiale, qu’il s’agisse de l’intensité de la pratique sportive ou du prestige social du sport, l’élève allemand semble avoir dépassé le maître anglais ? Malgré l’analyse, pourtant particulièrement soigneuse chez Eisenberg, des étapes et des voies d’importation des différentes disciplines sportives, le fonctionnement de la transmission interculturelle reste en partie opaque. On voit l’intérêt – souvent commercial – des médiateurs entre les deux pays ; surtout, on saisit comment l’activité sportive profite de l’émergence de la société de masse, en particulier de l’urbanisation, de la technicisation, ainsi que de l’accélération de la vie qui la sous-tendent. À l’Allemagne, pays d’industrialisation galopante, le sport semble en quelque sorte convenir pour sa modernité culturelle, comme support d’une forme de socia­bilité qui, à travers le jeu de la compétition, l’exaltation collective et le culte du record, valorise « le transitoire, le fugitif et le contingent », pour reprendre la caractérisation baudelairienne de la vie moderne.

19Mais comment s’amorce cet appel à la modernité ? Christiane Eisenberg, qui s’appuie notamment sur les observations de Georg Simmel, avance l’hypothèse d’une crise de sociabilité qui affecterait l’Allemagne au tournant du siècle : les rapports interpersonnels y pâtiraient de la contradiction entre une accélération du changement social ébranlant les segmentations traditionnelles par ordres (Stände) et par métiers, et la persistance des conventions sociales attachées à ces structures. Face à cette hystérésis des mentalités et à la crispation de la vie en société qu’elle génère, le sport offrirait un terrain nouveau sur lequel se satisferait un besoin de contacts moins prisonniers des convenances.

20La référence à la théorie de la modernisation ne doit faire croire ni à une linéarité ni à un automatisme de l’évolution. Car face au succès du sport, la tradition gymnique ne disparaît pas purement et simple­ment. Certes l’essoufflement de la Turnerbewegung s’accompagne de critiques qui plaident pour le sport : on reproche au Turnen d’être ennuyeux, répétitif, de prendre place dans un décor austère, bref d’être peu divertissant, tant pour les gymnastes que pour le public. Mais le mouvement des gymnastes ne cesse pas pour autant de mobiliser des effectifs considérables. Ainsi, en 1898, Hambourg est le théâtre de la plus grande manifestation gymnique jamais organisée, avec des clubs venant du Reich tout entier. De même, à la veille de la Première guerre mondiale, alors qu’il y a plus de 1,3 million de Turner, on estime que le nombre de membres d’associations sportives ne dépasse pas 750 000, ce qui, compte tenu des affiliations multiples, ne représente en fait pas plus de 500 000 sportifs.

21La progression – même ralentie – du mouvement gymnique (alors que le sport ne fait qu’amorcer un essor qui sera fulgurant sous la République de Weimar) s’explique en partie par l’existence de terrains d’implantation différents, les milieux ouvriers et l’espace rural restant peu concernés par le sport avant 1914. L’évolution peut donc être pour un temps parallèle. Mais la cohabitation n’exclut pas la confrontation. La montée en puissance du sport provoque en effet une réaction des tenants de la gymnastique. Leur critique fondamen­tale s’inscrit dans une condamnation globale de la civilisation moderne avec, outre le sport, ses autres irritantes nouveautés que sont la photo, le cinéma et le music-hall.

22En dépit du Kulturkampf que certains essaient de mettre en scène à propos du sport, la cohabitation avec la gymnastique s’accompagne immanquablement d’influences réciproques : la gymnastique s’ouvre notamment à l’esprit de compétition et admet bientôt la participation des femmes. À l’inverse, on observe une sorte de germanisation du sport. En comparaison avec la tradition anglaise, le sport donne outre-Rhin plus d’importance aux disciplines techniques, y est plus individualiste, plus fixé sur le danger et le record, en ce sens plus marqué par la modernité. En outre, en particulier dans les années précédant la guerre, il est davantage qu’outre-Manche gagné par la politisation, qu’il s’agisse de poussées de fièvre nationaliste dans le public ou de tentatives de captation par l’état au service de la propagande nationale.

23Si la percée du sport en Allemagne est un signe d’entrée dans la modernité culturelle – la précocité de cette percée rectifiant d’ailleurs la périodisation habituelle situant l’émergence de la modernité dans la République de Weimar – il faut donc souligner qu’elle laisse sub­sister la tradition gymnique. Plus encore, elle en suscite aussi en partie, par contre-réaction, la reviviscence.

24C’est d’abord le cas dans le mouvement ouvrier, qui, au moins avant la guerre, reste largement hostile au sport. L’ouvrier moyen n’a en effet ni le temps, ni assez d’argent pour accéder à ce genre de loisir. Et surtout, le caractère collectif du Turnen s’intègre parfaite­ment aux valeurs de la contre-culture social-démocrate. L’Arbeiter Turnerbund prolonge en quelque sorte la tradition initiale, entre temps pervertie, de la Deutsche Turnerschaft. Pour prendre le contre-pied du nationalisme et du militarisme véhiculés par le mouvement gymnique officiel, c’est la gymnastique ouvrière qui s’impose, non le sport, activité soit trop apolitique, soit, elle aussi, contaminée par le chauvinisme. Avec l’essor considérable du sport après la guerre et son attractivité croissante sur les masses populaires, qui ont peu à peu le loisir de le pratiquer, les données changent quelque peu. Mais la tradition gymnique est bientôt récupérée par la droite anti-démocratique pour mobiliser contre la République, ce qui tend symétriquement à perpétuer l’engagement gymnique de la gauche.

25Entre le english sport et le deutsches Turnen se noue donc une relation complexe, combinant concurrence, confrontation et, dans une dialectique inattendue, stimulation réciproque.

III

26Dans cette mise en perspective socio-historique, la jeunesse est jusqu’ici restée dans un angle mort. C’est par le prisme de la politique qu’elle peut être réintégrée dans le champ de vision.

27Pour le mouvement gymnique, sport, jeunesse et politique sont intimement liés dès les origines. Turnvater Jahn utilise la gymnastique pour mobiliser la jeunesse du pays contre l’envahisseur et lui inculquer les valeurs de l’unité nationale et de la réforme anti-féodale. Dans la phase ultérieure du Turnbewegung allant de 1815 à la fondation du Reich, le lien privilégié entre jeunesse et engagement gymnique se distend, notamment parce que la législation interdit à toute association à caractère politique de recruter des élèves ou des apprentis et que la gymnastique devient matière scolaire.

28C’est justement au sein de l’institution scolaire qu’est ensuite renoué un lien entre activité physique et contrôle politique de la jeunesse. Dès la fin des années 60 du xixe siècle, la Prusse prend les devants dans la militarisation de la gymnastique scolaire. En prescrivant à l’école primaire non pas le jeu, mais des mouvements inspirés de l’exercice militaire, les autorités privilégient l’inculcation de l’ordre et la discipline (Zucht und Ordnung).

  • 6 Sur cette période, cf. la synthèse de Derek S. Linton, « Who has the Youth, has the Future ». The C (...)

29Ce choix est conforme aux priorités affichées au tournant du siècle par toutes les institutions garantes de l’ordre6. Entre temps, la croissance démographique, l’accélération de l’industrialisation et le rythme effréné de l’urbanisation focalisent toutes les craintes sur la jeunesse ouvrière. En même temps que la croissance de ses effectifs et sa concentration géographique, on peut en effet observer l’effritement progressif des instances traditionnelles de socialisation qui la prenaient jusqu’alors en charge, en particulier le foyer familial et la famille du maître d’apprentissage. Dès lors la question est : comment empêcher la progression de l’alcoolisme, du désordre et surtout de l’influence social-démocrate ?

30Dans le cadre des stratégies envisagées pour contrôler la jeunesse, en particulier entre la fin de la scolarité et le début du service militaire, l’activité physique joue toujours un rôle primordial. C’est déjà le cas dans les projets lancés au début des années 90 par le parti national-libéral – projets qui, pour ne pas avoir à choisir entre sport et Turnen misent sur une synthèse des deux traditions, baptisée Spielbewegung. On retrouve la même préoccupation dans le décret gouvernemental de 1911 sur la jeunesse (Jugendpflege), qui entend utiliser le sport et la gymnastique pour inculquer la discipline à travers une instruction prémilitaire. L’instrument en sera une confédération des différentes organisations de jeunesse (le Jungdeutschlandbund) et la distribution d’avantages financiers pour inciter ces organisations à mettre en œuvre une telle politique.

31Dans ce contexte, la jeunesse n’est évidemment pas l’enjeu d’une politisation des activités physiques que pour l’état. Elle est aussi au centre des politiques sportives du mouvement ouvrier avant la guerre et sous la République de Weimar comme de celles des partis de droite entre l’entre-deux-guerres.

*

32Le cadre esquissé ici à partir des résultats de Christiane Eisenberg peut paraître assez lâche, mais il fait ressortir quelques-uns des traits principaux qui marquent la singularité de l’évolution allemande. Si la spécificité du Turnen par rapport au sport anglais semble expliquée de façon particulièrement convaincante par référence au modèle social, une piste d’approfondissement possible semble être l’élargissement de la comparaison internationale, en particulier la prise en compte d’autres pays ayant une tradition de gymnastique collective, comme la Tchéquie ou la Suède.

33Par ailleurs, l’approche socio-historique est suffisamment souple pour se raccorder à des analyses de type culturel plus focalisées sur l’histoire des mentalités ou des modes de vie. Dans cette perspective, on pourrait enrichir le questionnement sur les relations entre sport et jeunesse en Allemagne en envisageant p. ex. le rôle de l’évolution du rapport au corps, celui de la critique de l’urbanisation, des préoccupations naissantes pour la santé publique ou encore l’impact de la constitution de la Jugendbewegung.

Notes

1  Pour cette introduction, Cf. en particulier Norbert Gissel, « Sportgeschichte – Entwicklung, Fundierung und Perspektiven » www.uni. giessen.de/ ~g51026/ publikationen/pub-gissel3.htm

2  Christiane Eisenberg, „English Sports“ und Deutsche Bürger. Eine Gesellschaftsgeschichte 1800-1939, Paderborn/Munich/Vienne/Zurich (Schöningh) 1999, 522 p.

3  Gertrud Pfilter, « Frisch, fromm, fröhlich, frei », dans étienne François/Hagen Schulze, Deutsche Erinnerungsorte, Band II, Munich (beck) 2000, p. 202.

4 Cf. p. ex. Wolfgang Eichel, Illustrierte Geschichte der Körperkultur, Berlin-Est 1983, p. 200 sq.

5 Ibid.

6 Sur cette période, cf. la synthèse de Derek S. Linton, « Who has the Youth, has the Future ». The Campaign to save youth Workers in Imperial Germany, Cambrige (Cambrigde UP) 1991, 319 p.

Table des illustrations

URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6564/img-1.png
Fichier image/png, 583k

Auteur

Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr