Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

1. Approches

Sport : réalités et discours

Gilbert Krebs

Texte intégral

Sport et jeunesse, un couple aléatoire

1L’association entre ces deux notions est tout à fait familière au public français. C’est un couple tellement reconnu, légitimé par une longue histoire, qu’on oublie qu’il n’en a pas toujours été ainsi, que cela peut changer et que, sous d’autres cieux, ce couplage n’a rien de « naturel ».

2En France, le portefeuille ministériel de la « jeunesse » a fait sa première apparition en 1940 dans le gouvernement Pétain. La « jeunesse et les sports » ont été réunis pour la première fois en 1946 et, sauf en 1947 et 1954 dans des gouvernements éphémères, sont restés couplés jusqu’en 2002. Parfois tout à fait indépendant, parfois rattaché à l’éducation nationale, ce double portefeuille ministériel a toujours été confié à un responsable politique unique, ministre, ministre délégué ou secrétaire d’état, jusqu’au 7 mai dernier lorsque M. Luc Ferry est nommé ministre « de la jeunesse, de l’éducation nationale et de la recherche » tandis que le sport est doté d’un ministère à part.

3L’explication donnée pour justifier cette nouveauté mérite d’être signalée. Le ministre délégué à l’enseignement scolaire, Xavier Darcos explique que : « C’est un affichage clair de la volonté de ce gouvernement de ne pas saucissonner les problèmes de la jeunesse » (Le Monde du 9 mai 2002). Donc, couper la jeunesse de l’éducation serait du saucissonnage, mais séparer jeunesse et sport ne l’est pas. Le message du Ministre Luc Ferry est plus clair : il déclare vouloir « rompre avec la démagogie » du « jeunisme » ; il se dit attristé par cette « idéologie qui, depuis vingt ou trente ans, assure que les jeunes et les vieux formeraient deux tribus à égalité ». Il ajoute « si nous voulons nous adresser aux jeunes, il faut leur faire comprendre que le monde des adultes est bien supérieur au monde des jeunes ». (Le Monde, 11 mai 2002). Voilà un discours qui ne sacrifie pas à la langue de bois et qu’on n’a plus guère entendu depuis 1968.

4Comme il y a peu de chances pour que cette réalité connue sous le nom de « jeunesse » ait changé subitement lors des dernières élections législatives, il faut en conclure que ce qui vient de connaître un revirement brutal, c’est le discours sur la jeunesse, la manière dont elle est perçue, comprise et donc traitée par ceux qui parlent au nom de la société des adultes.

Mais qu’est-ce que la jeunesse ?

  • 1 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on, quand on parle du problème de la jeunesse ? », p. 229, in : (...)

5Un premier constat s’impose : la jeunesse ne souffre pas tant d’une absence ou d’une pénurie de définitions, mais plutôt de surabon­dance. C’est une réalité complexe qui se prête à des définitions multiples, qui toutes ont leur légitimité mais ne conviennent pas toutes pour le même usage. En soi, ce n’est pas un inconvénient majeur, sauf lorsque des chercheurs ne se donnent pas la peine de bien identifier l’objet de leur recherche et pratiquent à cet égard un clair-obscur qui est peut-être un effet de l’art, mais qui ne contribue pas à accroître la lisibilité de leurs résultats. Il faut donc un effort de clarification et aussi le courage de choisir, parmi les possibles, la définition appropriée à l’objet de la recherche. C’est sans doute pour faire prendre conscience à son auditoire de la nécessité de cette élucidation que Pierre Bourdieu, intervenant en 1985 dans un colloque intitulé Les jeunes et les autres, prit toute l’assistance à contre-pied en déclarant, péremptoire : « ‘les jeunes’ ce n’est qu’un mot et ‘la jeunesse’ a fortiori. C’est un concept qui attrape tout, c’est-à-dire rien. Il faut le savoir. »1

6Il n’en est pas moins vrai qu’il y a derrière ce concept attrape-tout une réalité, perçue globalement à travers ses aspects multiples, qui pose des problèmes auxquels il faut trouver des solutions globales. Il appartient aux « producteurs de discours scientifique », pour parler avec Bourdieu, d’élaborer des réponses suffisamment différenciées pour que les « utilisateurs de ces discours » puissent en faire une utilisation efficace. Mais avant ce discours scientifique sur la jeunesse, que les praticiens transforment en « discours politique », il y a aussi un « discours ordinaire » sur la jeunesse.

Le « discours ordinaire »

7Voyons d’abord ce que nous en disent les lexiques : Pour le dictionnaire de Littré, la jeunesse est : 1) le temps de la vie entre l’enfance et l’âge adulte, l’état d’une personne jeune (= qui n’est guère avancé en âge) ; […] ; 3) des qualités intellectuelles qui se conservent même dans un âge avancé (jeunesse d’esprit) : 4) (sens figuré) les temps voisins des origines, « la jeunesse du monde » ; 5) collectivement ceux qui sont dans l’âge de la jeunesse (« la jeunesse est sotte et parfois la vieillesse » Molière, L’école des maris) ; 6) la jeunesse et l’enfance prises ensemble (enseigner la jeunesse) ; 7) une personne jeune (surtout une jeune fille) ; 8) jeunesse au figuré pour des animaux, des végétaux, des boissons etc ; 9) des actes de jeune homme ; etc …

8De ces nombreuses définitions, le Grand Robert n’en garde plus, au xxe siècle, que les trois principales, traitées presque à égalité 1) Temps de la vie entre l’enfance et la maturité (l’adolescence, première partie de la jeunesse), notion extensible qui peut comprendre les dernières années de l’enfance et les premières années de la maturité ; 2) le fait d’être jeune ; état physique et moral d’une personne jeune ; qui peut se maintenir à l’âge adulte ; 3) Collectivement les personnes jeunes des deux sexes (= les jeunes). Ex :« la jeunesse du Quartier Latin », (Baudelaire), auberge de la jeunesse, secrétariat d’état à la Jeunesse et aux Sports, les jeunesses hitlériennes. Ce qui frappe, c’est l’augmentation considérable de la place que la troisième acception (jeunesse = l’ensemble des jeunes) occupe chez Robert par rapport à Littré ; son importance relative est encore accentuée dans le petit Robert.

9Pour le terme Jugend en allemand, on constate une évolution identique. Grimm distingue principalement entre : 1. Zeit und Zustand des Jungseins (une notion qui englobe ici l’enfance et l’adolescence) ; 2. von jugendlichem Wesen (acception qui englobe aussi un sens collectif, comme dans « die Erziehung der Jugend », ou dans des composés comme « Schuljugend »). Des dictionnaires allemands plus récents mettent l’accent, comme leurs équivalents français, sur la dimension collective du mot Jugend conçu comme l’ensemble des jeunes. Klappenbach (1968) Wörterbuch der deutschen Gegenwarts­sprache connaît Jugend comme : 1. Lebensjahre eines jungen Men­schen ; 2. die jungen Leute (ex. : die akademische Jugend) ; 3. Frisches jugendliches Wesen = Jugendlichkeit ; quant au Sprachbrockhaus, il fait état des trois mêmes acceptions, dans un ordre différent : 1. die erste Lebenszeit ; 2. jugendliches Wesen ; 3. junge Leute (ex. « die Jugend von heute »).

10Les dictionnaires reflètent, par définition, l’usage courant de la langue et ils témoignent d’une évolution générale qui met en avant l’aspect collectif de la notion de jeunesse. Mais, pour autant, les autres acceptions ne sont pas écartées et dans la langue courante celui qui utilise le mot de jeunesse se réfère implicitement ou explicitement à l’ensemble de ces acceptions. Dans ce qu’on peut appeler le « discours ordinaire », quand on parle de « jeunesse » en entendant par là l’ensemble des jeunes, on se réfère aussi aux qualités et défauts réels ou supposés de cet âge de la vie tels qu’on les a vécus soi-même, tels qu’on les observe dans les personnes jeunes que l’on connaît et tels que les perpétue la « sagesse des nations » : « Jugend wild, Alter mild » ; « Jugend hat nicht allzeit Tugend » « Si jeunesse savait, si vieillesse pouvait », etc.

11La « jeunesse » est assortie dans le discours ordinaire de caractéristiques tantôt positives – enthousiasme, vitalité, ardeur, généro­sité, force – tantôt négatives : manque d’expérience, manque de suite dans les idées, etc. Cette vision apparaît aussi dans les composés allemands, qui associent, d’après Grimm, Jugend à des termes comme Jugendblüte, Jugendfeuer, Jugendflamme, Jugendflor, Jugendfreude, Jugendfrische, Jugendkraft, Jugendkitzel, Jugendhoffnung, Jugendstreich, Jugendsünde, Jugendwahn. à ces mots composés, un rien désuets, viennent s’ajouter dans les lexiques modernes des notions qui ne se réfèrent pas à des qualités et défauts des jeunes, mais à des modes de vie et d’organisation qui sont propres à la jeunesse ou à des mesures prises par la société et l’état à destination des jeunes : la Jugenderziehung se diversifie et se décline en Jugendbewegung, Jugendkultur, Jugendorganisation, Jugendpflege, Jugendfürsorge, Jugendarbeit ou Jugendpolitik.

12Ces évolutions lexicales sont révélatrices d’un changement de discours, mais aussi et surtout elles reflètent le changement de statut de la jeunesse dans la société. L’intérêt que les sciences de l’homme et de la société portent à la jeunesse depuis la fin du xixe siècle atteste ce même changement de statut.

Le discours scientifique

  • 2 Pour le domaine français, l’histoire de cette découverte a été étudiée récemment par Agnès Thiercé, (...)

13La seconde moitié du xviiie siècle avait « découvert » l'enfant, notamment avec Rousseau, le xxe « découvre » l’adolescence et la jeunesse.2 Tour à tour, philosophes, pédagogues, psychologues, ethnologues, sociologues et historiens, ont tenté avec leurs moyens spécifiques et dans leurs perspectives particulières, d'apporter des réponses à la question : qu’est-ce que la jeunesse, que veut-elle, quels remèdes peut-on apporter aux problèmes qu’elle pose ? De leur côté, les hommes politiques et les publicistes ont repris et instrumentalisé cet intérêt pour la jeunesse.

14Le discours scientifique sur la jeunesse porte bien entendu sur les mêmes aspects que nous avons distingués dans le discours ordinaire. Il s’interroge d’abord sur la jeunesse comme réalité individuelle, personnelle, à base biologique et psychologique, comme stade du développement de l’être humain entre l’enfance au sens strict et l’âge adulte. Dans l’évolution des sciences humaines et sociales modernes, c’est l’aspect psychologique qui a été abordé en premier lieu. L'ouvrage classique du psychologue américain Stanley Hall, Adolescence, paru aux états-Unis en 1904, a inauguré une longue lignée de travaux. à côté de l'école anglo-saxonne, il y eut bientôt une école française, (G. Compayré, P. Mendousse, M. Debesse parmi bien d’autres) et une école allemande avec Ch. Bühler, E. Spranger, etc.

  • 3 Debesse Maurice, Essai sur la crise d'originalité juvénile, Paris, F. Alcan, 1936, 435 p.

15La maturation du corps et de l'esprit est un destin individuel, même s'il est commun à tous les individus. La communauté du destin biologique ne crée en aucun cas une communauté de destin social. Suivant les conditions dans lesquelles l'adolescent est placé durant cette période de maturation, celle-ci se déroulera différemment, sera chargée d'autres significations et se traduira par des comportements différents. La psychologie de la jeunesse s’est beaucoup intéressée à ces modes de comportements, soit individuels (Maurice Debesse a écrit un livre classique sur La crise d’originalité juvénile3), soit collectifs, en groupe spontanés ou organisés. Les sciences sociales se sont intéressées particulièrement aux différents aspects de cette réalité collective.

La jeunesse dans les sciences sociales

16La jeunesse (l’ensemble des jeunes) est une réalité collective, d’abord en ce sens qu’il y a toujours, dans une société donnée, un nombre plus ou moins important d’individus qui traversent ce stade d’évolution en même temps et constituent ainsi une fraction clairement identifiable de la population, qui pose des problèmes communs. La pyramide des âges reflète cette réalité et les classes d’âge correspondant à la jeunesse (bien que souvent confondues avec l’enfance) forment un ensemble qui intéresse le démographe, en particulier par ses implications économiques, les pédagogues et les responsables politiques (dans un temps pas très lointain elle intéressait fortement aussi les militaires hantés par le spectre des classes creuses).

17La jeunesse est aussi une réalité juridique : le statut de « mineur », qui englobe à la fois les enfants et les adolescents, comporte des dispositions positives, par exemple l'obligation scolaire et le droit à l'éducation, la protection des mineurs ou la législation sur le travail des jeunes. Il comporte aussi des dispositions négatives, beaucoup plus nombreuses. Le mineur est celui qui ne possède pas encore la totalité de ses droits et de ses devoirs dans la société. Il est, par définition, le citoyen incomplet. Ce n'est que progressivement que la société lui accorde l’ensemble de ses droits et devoirs, dont la majeure partie sont assumés, en attendant, par la société et en particulier par les parents. L'étude de ces dispositions et de leur variation dans le temps ne manque pas d'intérêt et peut se révéler très instructive pour la connaissance des sociétés. En revanche, elle ne nous informe guère sur la situation réelle de la jeunesse. Les dispositions légales, outre leur caractère essentiellement négatif, fixent un cadre général, à l'intérieur duquel sont possibles des situations très diverses.

18La jeunesse apparaît aussi comme une réalité sociale dans la mesure où se développent, au sein de ces classes d’âge, des modes de vie et de comportement spécifiques qui sont autant de réponses (ou tentatives de réponses) à la place et au rôle que la société assigne à cette catégorie de la population, les espaces de liberté dont elle jouit, les devoirs et les droits qui lui sont attribués. La connaissance de ces aspects a été nourrie par les apports de l'anthropologie et l'ethno­logie, mais c’est sans nul doute la sociologie qui domine les recherches dans ce secteur. Après des débuts prometteurs en Allemagne, la sociologie de la jeunesse s'est surtout développée aux états-Unis, d'où elle est revenue en force après 1945 pour susciter en Europe et en particulier en Allemagne un nouvel essor. La sociologie de la jeunesse a étendu le champ de ses investigations, elle a diversifié ses approches et affiné ses méthodes : sociologie de l’éducation, sociologie du droit, sociologie des groupes (en particulier ce type de groupements caractéristiques de la jeunesse que sont les peer-groups), etc.

19Pour la sociologie aussi, le début de la jeunesse se situe au moment de la puberté. Mais, au-delà des modifications physiologiques et des bouleversements psychologiques que cela implique, ce sont les prolongements sociaux de cette crise qui importent. Avec l'apparition des premiers signes de la maturation sexuelle, l'adolescent perd son statut d'enfant. La société qui l'environne ne lui permet plus de jouer ce rôle d'enfant qui était le sien jusqu'à présent et qui lui fournissait un cadre de référence sûr. Or, dans les sociétés modernes, le rejet hors du monde de l'enfance ne s'accompagne plus de l'admission immédiate dans le monde des adultes. Le statut d'enfant n'est pas remplacé par un statut d'adulte. L'adolescent est laissé dans une position intermédiaire, une position d'attente, et ce pendant une période qui sera plus ou moins longue suivant le type de société et suivant la catégorie sociale à laquelle il appartient. D'une manière générale, cette période d'attente a tendance à s'allonger dans les sociétés modernes.

20Pour le sociologue, cette absence de statut social propre n'est pas seulement la principale caractéristique de la jeunesse, elle est le fait déterminant qui crée le phénomène social de la jeunesse. Dans les sociétés où le passage de l'enfance au monde adulte se fait sans stade intermédiaire, par le moyen de rites d'initiation par exemple, la ques­tion de la jeunesse ne se pose pas. Ainsi définie comme la communauté de destin de tous ceux qui se trouvent dans cette situation intermédiaire, qui ont ce faux statut entre l'enfance et l'âge adulte, la jeunesse est un fait historique et un fait social. La jeunesse est un fait social, parce que cette situation n'est pas naturelle mais culturelle, liée à un certain type et un certain degré de civilisation. Elle est un fait social aussi parce que les conditions dans lesquelles se produit le passage de l'enfance à l'âge adulte, la durée et les modalités de la période transitoire, varient fortement en fonction de la couche sociale.

21C'est un fait social enfin parce qu'il dépend étroitement de l'orga­nisation de la société qui, non seulement, détermine les caractéristiques de la jeunesse, mais cherche aussi sans cesse des moyens pour combler ce vide et créer un succédané de statut pour l'adolescent, notamment en l'intégrant dans des institutions de socialisation de plus en plus nombreuses, perfectionnées et diversifiées. Ces moyens que la société met au point pour compenser l'absence de statut véritable des adolescents se rencontrent souvent avec des palliatifs que la jeunesse elle-même cherche et trouve. La communauté de destin social des adolescents crée dans certaines circonstances des comportements sociaux communs et même des institutions nouvelles nées spontanément dans la jeunesse.

Le discours politique

22la jeunesse est une réalité « politique » dans la mesure où les pouvoirs publics et les décideurs à tous les niveaux, éducateurs, représentants de l’ordre, hommes politiques, etc., – tous les « utilisateurs des discours scientifiques » pour reprendre la définition de Pierre Bourdieu – se préoccupent de trouver des réponses appropriées aux besoins de cette catégorie, même et surtout lorsque ceux-ci ne sont pas formulés explicitement mais se traduisent par des comportements déviants ou violents. C’est l’objet de la « politique de la jeunesse » qui doit répondre aux « problèmes de la jeunesse », essayer de désamorcer les dérives et comportements dangereux ou mobiliser la jeunesse pour des engagements particuliers. Le discours politique sur la jeunesse reprend les thèmes et les découvertes du discours scientifique pour les traduire en actes. Ces actes peuvent concerner tous les domaines de la vie publique, sociale ou économique, mais plus particulièrement le domaine éducatif au sens le plus large.

23La relation entre le jeune et la société passe principalement par les processus éducatifs. C'est à travers les institutions éducatives (et d'abord à travers la famille) que la société fixe à la jeunesse ses droits et ses devoirs, qu’elle fait du jeune un être social. L'éducation est un des éléments du processus plus général qu’on appelle depuis émile Durkheim la socialisation de l'individu, qui se prolonge par les moyens et sous les formes les plus variables tout au long de l'exis­tence. L'univers éducatif est un champ de forces dont la configuration a varié au cours des siècles en fonction de l'importance relative des instances éducatives traditionnelles, familiales, religieuses, scolaires, et surtout à cause de l’apparition de nouvelles forces éducatives. L’univers éducatif de la jeunesse n'est pas un univers stable. Il est en constante mutation, parcouru de mouvements, théâtre de crises endémiques. La généralisation, l'extension et la diversification des institutions scolaires, leur empiétement croissant sur les domaines réservés jusque-là aux familles et aux églises ne se sont pas faites sans frictions ni résistances. La crise des valeurs éducatives érode la légitimité de tous les acteurs du processus éducatif.

24Au cours du xxe siècle, l’institution scolaire, pourtant en pleine expansion, a aussi montré ses limites pour résoudre les problèmes de la jeunesse, et on a assisté au développement rapide d’institutions éducatives nouvelles, notamment des mouvements de jeunesse. Ceux-ci appartiennent pour la plupart au secteur de l’éducation parascolaire, postscolaire ou périscolaire et sont d’une certaine manière une extension de l’univers scolaire. Ils en reproduisent les valeurs et objectifs principaux. Mais à côté de ces mouvements proches des forces éducatives traditionnelles, il faut considérer de plus en plus les formes de sociabilité spontanée et marginale : les bandes et les gangs de jeunes. Les modes de vie et les valeurs alternatives qui y ont cours, répercutés et généralisés par les médias, contribuent, à leur manière, à la socialisation des jeunes.

25En résumé, on peut étudier la jeunesse comme

  • un ensemble de caractéristiques biologiques et psychologiques propres à un certain âge de la vie, entre l’enfance et l’âge adulte ;

  • un ensemble d’individus composant ces classes d’âge et présentant ces caractéristiques ;

  • un ensemble de dispositions législatives et juridiques s’appliquant spécifiquement à cette catégorie de personnes ;

  • un ensemble d’institutions et d’organisations destinées à mettre en œuvre ces dispositions ;

  • un ensemble de principes et de valeurs qui sous-tendent l’action de ces institutions, notamment les institutions à caractère éducatif ;

  • un ensemble de comportements, de modes de vie et de valeurs qui se développent dans ces classes d’âge, notamment dans des groupes spontanés plus ou moins marginaux

  • un ensemble de représentations mentales, d’images et de discours concernant cette catégorie de la population, représentations véhiculées par les médias et le discours public mais largement partagées aussi par les groupes concernés eux-mêmes.

26Tous ces éléments présentent des variations caractéristiques dans l’espace (espace social ou espace géographique) et le temps. Les variations dans l’espace sont étudiées par les ethnologues et les sociologues, les variations dans le temps par les historiens.

Histoire de la jeunesse

27À la question de savoir si une histoire de la jeunesse est possible, on ne peut répondre ni par l’affirmative ni par la négative. Précisons : tous les aspects énumérés ci-dessus sont susceptibles de connaître une approche historique et l’évolution de la science historique découvrira sans aucun doute encore bien d’autres aspects qu’elle peut étudier. Mais l’historien qui voudrait entreprendre d’écrire une « histoire de la jeunesse » devra se rendre compte rapidement de l’inutilité de ses efforts. Il devrait prendre en compte entre autres :

  • la variation des conditions générales dans lesquelles se fait, dans une société donnée, le passage de l'enfance à l'âge adulte, c'est-à-dire la nature et la durée des obstacles et des délais que la société impose à l'individu pubère avant de lui reconnaître le statut d'adulte ;

  • la variation des institutions créées par la société à l'intention des jeunes. Il s'agit d'institutions éducatives, au sens large, destinées à compenser dans une certaine mesure l'absence de statut social propre aux adolescents, à les préparer à assumer leur rôle d'adulte, mais aussi à les faire patienter ;

  • la variation des institutions qui se créent plus ou moins spontanément au sein de la jeunesse elle-même comme palliatifs ;

  • les variations des comportements spécifiques et des échelles de valeurs qui ont cours dans la jeunesse et en particulier dans les groupes de jeunes. Ces comportements et les échelles de valeurs qui les sous-tendent sont en quelque sorte les éléments d'une subculture que la jeunesse cherche à substituer à la culture adulte — en attendant de pouvoir participer de plein droit à cette dernière ;

  • les variations des relations qui s'établissent au sein des groupes de jeunes, entre les groupes et entre ces groupes et la société ;

  • les variations de la prise de conscience par les pouvoirs publics et par le monde des adultes en général des problèmes spécifiques posés par les jeunes, et des mesures prises par eux pour y remédier ;

  • les variations des discours sur la jeunesse, de ses représentations dans la presse, les arts et les lettres. On pourra s’intéresser aux trois types de discours que nous avons identifiés : le discours ordinaire, le discours scientifique et le discours politique.

28Les tentatives pour écrire une histoire de la jeunesse où celle-ci n’apparaît plus seulement comme un objet passif de l'histoire, mais comme un fait autonome, pris dans la totalité de ses aspects, ne sont guère convaincantes. Certaines sont des « histoires psychologiques » de la jeunesse qui cherchent à définir une typologie des jeunes à différentes époques. Leur base documentaire est composée pour l'essentiel de témoignages individuels : personnages littéraires, biographies et autobiographies, journaux intimes, correspondances, qui donnent lieu inévitablement à de larges extrapolations et généralisations. D’autres, les plus nombreuses, étudient l’histoire de la jeunesse dans le cadre de l’histoire des systèmes éducatifs ou à travers son rôle dans les mouvements de révolte politiques ou artistiques, etc.

  • 1 Giovanni Levi, Jean-Claude Schmitt (éd), Histoire des jeunes en Occident, t. 2. L’époque contempora (...)

29Ces ouvrages peuvent-ils vraiment prétendre constituer des histoires de la jeunesse dans la mesure où ils ne prennent en compte que quelques aspects partiels d’une réalité multiforme ? Mais une histoire « globale » de la jeunesse est-elle possible ? La tâche est sans doute surhumaine et l’on est forcé de constater que si la jeunesse n’est pas absente des travaux historiques depuis quelques décennies, une histoire de la jeunesse reste toujours à écrire. Un livre récent paru d’abord en Italie (1994), puis en France et en Allemagne : la Storia dei Giovani, Histoire des jeunes en Occident, Geschichte der Jugend dirigé par Giovanni Levi et Jean-Claude Schmitt illustre bien cette impossibilité.1 Il réunit un certain nombre d’études consacrées respective­ment aux représentations des jeunes dans la peinture italienne du xvie au xixe siècle ; le recrutement des jeunes conscrits, les traditions populaires des jeunes ruraux (bal des conscrits, charivari). Michelle Perrot présente une analyse sociologique de la jeunesse ouvrière depuis le xixe siècle ; J.Cl. Caron parle des lycéens français au xixe siècle. D’autres contributions étudient les mouvements de révolte juvénile aussi bien politiques qu’artistiques, la place et la représentation de la jeunesse dans le fascisme italien et dans l’art du « Troisième Reich ». L’ensemble est une lecture passionnante, mais le tableau reste très fragmentaire et ne répond guère au titre de l’ouvrage. C’est un amalgame d’études relevant de l’histoire de l’art, de l’histoire de l’éducation, de l’histoire sociale, etc.

30Nous ne pouvons pas passer en revue, ici, les différentes manières dont les historiens ont jusqu’à présent abordé l’histoire de la jeunesse pour n’en saisir finalement qu’un aspect très limité. Nous n’essaierons pas davantage de dresser une liste des approches possibles : elles sont légion. Chaque chercheur, en fonction de ses objectifs et de sa formation, doit trouver celle qui lui convient le mieux.

31Il est une question cependant à laquelle nous devons réfléchir et trouver une réponse avant de terminer. étant donné le contexte dans lequel se situe cette journée d’études, nous devons nous poser la question de savoir quelle approche on pourrait recommander à l’historien qui a une formation de germaniste et qui, de surcroît, se fixerait comme objectif d’étudier à la fois l’histoire du sport et celle de la jeunesse dans la société allemande du xxe siècle. Y a-t-il des points communs suffisamment nombreux et pertinents pour permettre une telle étude conjointe ?

32Le sport est défini par le Petit Robert comme « une activité physique exercée dans le sens du jeu, de la lutte et de l’effort, et dont la pratique suppose un entraînement méthodique, le respect de certaines règles et disciplines ». Cette activité se décline en une multitude de formes particulières (les sports) dont chacune a ses pratiques et ses règles propres, qui peuvent se pratiquer individuellement ou en groupe, librement ou au sein d’organisations et de clubs spéci­fiques. En aucun cas, la pratique des sports n’est l’apanage d’une catégorie de personnes définie par son âge, et surtout pas des ado­lescents. Dans la plupart des formes d’activités sportives ce sont les jeunes adultes qui fournissent l’essentiel des pratiquants et qui réa­lisent les meilleures performances. En fait les deux réalités, jeunesse et sport se rejoignent très ponctuellement : les jeunes pratiquent aussi des sports, parmi d’autres activités ; parmi les sportifs, on trouve aussi des jeunes, au milieu de représentants d’autres groupes d’âge. Cette situation se retrouve au niveau des organisations : certaines organisations de jeunes ont inscrit des pratiques sportives à leurs programmes d’activités et la plupart des fédérations sportives ont des groupes de jeunes, ne serait-ce que pour assurer la relève.

33S’il n’est pas impossible d’étudier ces convergences partielles, le résultat manquerait pourtant singulièrement d’intérêt et ne renseignerait guère sur l’état de la société. Une autre piste paraît bien plus prometteuse, c’est celle des représentations et des discours. Quelques timides amorces mises à part, ces aspects n’ont pas, jusqu’à présent retenu l’attention des historiens. Cette approche ne vise pas à dire ce qu’étaient la jeunesse et le sport à un moment de l’histoire, mais à dire comment ils se voyaient eux-mêmes et surtout comment on les représentait. Et l’on se rendra compte que, lorsque des parallélismes et des convergences troublantes se manifestent entre le discours public sur la jeunesse et sur le sport, c’est surtout parce qu’on leur assigne des fonctions politiques et sociales tout à fait identiques.

34C’est là, nous semble-t-il, un champ d’investigation riche en promesses pour le germaniste historien, précisément parce qu’il est le mieux armé pour interroger ces représentations et ces discours. Nous espérons que les quelques esquisses et pistes présentées ici en convaincront le lecteur et éveilleront des vocations.

Jeunes gymnastes vers 1923

Notes

1 Pierre Bourdieu, « De quoi parle-t-on, quand on parle du problème de la jeunesse ? », p. 229, in : Les jeunes et les autres. Contributions des sciences de l’homme à la question des jeunes, t. 2, présenté par Annick Percheron, Centre de Recherche Interdisciplinaire de Vaucresson, 1986.

2 Pour le domaine français, l’histoire de cette découverte a été étudiée récemment par Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence (1850-1914), Paris, Belin, 1999, 334 p. (coll. Histoire de l’éducation).

3 Debesse Maurice, Essai sur la crise d'originalité juvénile, Paris, F. Alcan, 1936, 435 p.

1 Giovanni Levi, Jean-Claude Schmitt (éd), Histoire des jeunes en Occident, t. 2. L’époque contemporaine, Paris, Seuil, 1996, 410 p.

Table des illustrations

Légende Jeunes gymnastes vers 1923
URL http://books.openedition.org/psn/docannexe/image/6562/img-1.png
Fichier image/png, 326k

Auteur

Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr