Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Pour une histoire du sport et de la jeunesse

 | 
Jean-François Tournadre

1. Approches

Le sport : tentatives de délimitation du champ de la recherche

Jean‑François Tournadre

Texte intégral

1Chacun croit savoir que le mot « sport » est emprunté à la langue anglaise. On sait moins que les Anglais eux‑mêmes l'ont emprunté à l'ancien français « desporter », qui signifiait se distraire, c'est‑à‑dire se transporter, aller ailleurs. On trouve au demeurant la trace de cette origine dans l'espagnol « deporte ». Dans sa version « sport » et dans son acception actuelle, le terme est revenu dans le vocabulaire français et a fait son apparition dans le vocabulaire allemand au xixe siècle. Cet exemple d'exportation‑réimportation (avec éventuelles altérations au passage) n'est pas unique ; ainsi, il est plus que probable que le mot « tennis » provienne du français « tenez », qui était le cri poussé au moment du service par les adeptes du jeu de paume, lequel est effectivement considéré comme l'ancêtre du tennis moderne.

2Mais il reste que ce sont les Anglais qui ont « inventé » le sport moderne (et l'immense majorité des sports actuels), y compris là où sa pratique existait déjà, mais inconsciente ou détournée. Le mérite historique de Pierre de Coubertin, recréateur à l'extrême fin du xixe siècle des jeux olympiques, n'est à cet égard qu'un avatar de plus de ce va et vient franco-britannique à la fois linguistique et politique. Quoi qu'il en soit, la place aujourd'hui occupée par le sport dans la pratique des individus, mais plus encore dans les médias, dans l'imaginaire collectif (à plus ou moins grande échelle) et dans la mondialisation en marche est telle que les querelles sur l'origine sont submergées par le phénomène même.

Entre exercice guerrier et jeu, une délimitation incertaine

3Entre préparation militaire et activité ludique, le sport occupe une place diachroniquement et synchroniquement fluctuante. Dans l'Antiquité, le sport, ou ce que nous qualifions ainsi aujourd'hui, était clairement corrélé à la guerre. En témoigne encore, parmi les disciplines olympiques actuelles, le lancer du javelot. Si celui‑ci n'occupe plus qu'une place résiduelle, cela ne signifie pas pour autant que cet aspect ait disparu du champ sportif. Il est assez probable qu'en escrime ou au tir à l'arc, on ait aujourd'hui de moins en moins conscience de se servir d'armes, mais le pistolet et la carabine, qui sont utilisés dans divers sports, prouvent que le maniement d'armes a connu une modernisation qui perpétue ce que le sport avait de guerrier dès son origine.

  • 1 Cf. le titre hautement révélateur du recueil de souvenirs du célèbre guide Lionel Terray : Les conq (...)

4Par-delà ce simple constat, c'est la langue même du sport, ou du commentaire sportif, qui démontre que l'esprit guerrier est loin d'avoir été abandonné. Les métaphores militaires y abondent : « avoir un moral de vainqueur », « écraser l'adversaire », « opérer un repli stratégique » sont des passages obligés de la rhétorique sportive, notamment dans le domaine des sports collectifs. L'alpinisme est particulièrement riche en images qui relèvent du même champ : il est encore en usage d'« aller à l'attaque » d'une paroi avant de « vaincre » ou de « conquérir » un sommet.1

5Le pont entre tradition d'un ancrage guerrier et hommage à une Antiquité qui le célébrait ouvertement est opéré par le style et la décoration des édifices sportifs, en particulier dans les années 30. Cela a été souvent analysé à propos des jeux olympiques de 1936 à Berlin, mais il ne faudrait pas que ce que l'on appelle parfois abusivement l'« art nazi » occulte le fait que le retour à l'Antique, la hiératisation des corps nus, l'héroïsation des postures et la stylisation des mouvements immobiles sont des caractéristiques générales de l'art de cette époque. Ainsi, dès 1932, les jeux olympiques de Los Angeles se sont déroulés pour partie dans un stade qui était une réplique du Colisée de Rome (en plus grand, bien entendu).

  • 2 L'extrême rigueur de l'application des règles n'est que l'effet paradoxal de l'arbitraire de leur d (...)

6En dépit de ces quelques remarques, il peut sembler toutefois que la frontière entre sport et préparation à la guerre soit de nos jours plus facile à tracer que celle qui sépare sport et jeu. En effet, ces deux activités partagent bon nombre de caractéristiques communes : la gratuité (au sens de l'arbitraire des contenus), la recherche de la performance ou de la victoire mesurables, la stricte observation de la réglementation.2 L'indétermination des frontières se révèle de ma­nière éclatante dans l'appellation des jeux olympiques, qui pourtant n'accueillent que des sports reconnus comme tels. On ne saurait aucunement en induire que le concept de jeu serait plus large ou plus valorisant que le concept de sport. Ainsi, une querelle a naguère opposé en France tenants du rugby à quinze et du rugby à treize, moins répandu sur le territoire que son grand frère. Celle‑ci s'est conclue par la victoire du plus fort : désormais, seul le sport pratiqué à quinze est autorisé à s'appeler rugby, alors que l'autre a été ravalé au rang de « jeu à treize ». Il ne semble pas pourtant que l'un soit plus « physique » que l'autre, ni que le second soit plus cérébral que le premier.

7Profitant de ce flou, des jeux patentés, comme le bridge ou les échecs, essaient périodiquement de se faire reconnaître comme disci­plines olympiques. Jusqu'ici, ces tentatives ont été vaines, mais rien ne dit que, sous l'effet de la mondialisation croissante du sport, elles ne puissent pas être couronnées de succès dans un avenir assez proche. Le partage entre le sport défini comme une activité physique et le jeu défini comme une activité intellectuelle ne résiste guère à l'examen, en raison du rôle souvent déterminant de la stratégie dans le premier, et de la résistance (psychique, voire physique) dans le second.

8À cela pourrait s'ajouter une dernière incertitude à propos de la frontière entre sport et art. La GRS (gymnastique rythmique et sportive), le patinage précisément défini comme « artistique » portent témoignage d'une proximité, voire d'un recouvrement partiel dont l'exaltation de l'esthétique du geste, aussi ancienne que le sport lui‑même, est également une manifestation. Récemment, la création de la « danse sur glace » en tant que discipline relativement autonome, n'est pas de nature à rassurer quiconque aimerait fixer au sport des limites clairement identifiables.

Le domaine de l'arbitraire

9L'indétermination relative du domaine du sport est une consé­quence supplémentaire de sa détermination arbitraire (et, souvent, de son exécution arbitrale). L'évolution de l'alpinisme en l'espace de deux siècles est caractéristique de l'émergence de cette prise de conscience. À ses débuts, l'alibi scientifique tenait lieu de justification : au début du xixe siècle, les gravisseurs de sommets s'encombraient encore d'un lourd attirail destiné à des mesures diverses, mais dont la présence servait aussi à donner un semblant d'objectif raisonnable à leur entreprise. Plus près de nous, la « conquête » des sommets alpins, qu'il s'agisse de points culminants d'un massif ou des plus de 4000 mètres (pour ceux qui utilisent le système métrique), a perdu progressivement de sa rationalité initiale tout en conservant une explication mathématiquement mesurable. À partir du moment où l'on s'est orienté vers la première ascension de tel versant ou de telle arête d'un sommet abondamment gravi par sa voie normale, cette explication a perdu de sa pertinence au profit de la révélation d'une détermination purement interne de la démarche, même si la vogue des voies directes, puis « directissimes », a pu sembler retarder cette prise de conscience. Dans le même temps, les parcours « en hivernale », puis le traçage de variantes n'obéissant plus du tout à une quelconque logique géométrique et n'aboutissant parfois pas au sommet, ont donné à percevoir le chemin parcouru entre recherche d'un objectif identifiable – le sommet – par l'itinéraire le plus commode, et recherche de la difficulté maximale pour elle‑même. La croisade menée en faveur de l'utilisation de moyens « propres » – c'est‑à‑dire sans le recours aux techniques de l'escalade artificielle –, témoigne tout autant de l'aiguisement de la performance en situation de compétition objective que de la conversion des alpinistes de pointe à l'écologie pratiquante. Aujourd'hui, dans le « terrain de jeu » alpin, l'enchaînement de parcours de voies d'extrême difficulté en hivernale et en « solo intégral » dans le laps de temps le plus court possible constitue l'aboutissement (provisoire ?) de cette évolution révélatrice. La confirmation de ce passage d'une justification externe à une détermination interne est apportée par l'himalayisme, qui, de manière plus rapide, a parcouru toutes les étapes de ce processus, jusqu'à l'exigence actuelle du parcours en « technique alpine » (c'est-à‑dire sans soutien logistique manifeste), sans oxygène et si possible en solo. On ne serait guère étonné que la prochaine étape soit le choix de la période de la mousson.

10L'exemple de l'alpinisme pourrait paraître abusif pour illustrer le contrat arbitraire sur lequel reposent aujourd'hui la pratique du sport, sa perception et sa médiatisation. Il est pourtant révélateur d'un éclairage marginal : sans doute, les conditions dans lesquelles se déroulent les performances antérieurement évoquées rendent difficile leur retransmission « en temps réel », mais il n'y a aucun obstacle à ce que l'escalade sur structure artificielle, qui dispose depuis quelques années déjà de son propre circuit de compétition, soit admise prochainement comme discipline olympique, puisque la réglementation arbitraire de cette pratique mesurable et aisément filmable pourrait l'y autoriser.

11À suivre ce raisonnement, on pourrait être tenté de dire que le sport s'est progressivement affranchi, dans un mouvement d'auto­détermination objective, de ses adhésions anciennes (la guerre, la science) tout en conservant des résidus visibles de celles‑ci et des traces au moins linguistiques, voire idéologiques, de cet apparen­tement. Dès lors, la question de la délimitation extérieure a priori de son champ semble mal posée.

Pour une définition « interne » du sport ?

12Il pourrait paraître plus pertinent et plus rassurant de se retourner vers une détermination interne, qui reposerait, comme précédemment évoqué, sur le triangle gratuité/performance/ réglementation. Mais il n'est pas certain que cette autre forme de circonscription théorique ait plus de validité que la précédente.

13La gratuité (au sens conceptuel et non financier) pourrait renvoyer à cette définition que proposait Kant dans sa Kritik der Urteilskraft d'objet d'un plaisir désintéressé. À ceci près que Kant y voyait non le principe du sport ou du jeu (!), mais ... de l'art – ce qui nous ramènerait à nos errements antérieurs. Cet emprunt à la philosophie sensualiste de Shaftesbury, qui consiste, devant la difficulté du problème, à déplacer l'examen de l'objet de sa nature ou de sa cause vers son effet (ici, du Beau vers le Plaisir) n'est sans doute pas sans intérêt dans son application éventuelle au sport. Dans ce cas aussi, l'inutilité pratique de l'objet peut parfaitement se combiner avec la jouissance de l'acteur ou du spectateur pour produire une autre forme d'utilité – ou, à tout le moins, d'utilisation sociale. Mais ce détour herméneutique a plus valeur métaphorique qu'heuristique. Autrement dit : une fois constaté que le sport ne sert à rien dans la vie de tous les jours et qu'il occupe cependant une place grandissante dans celle‑ci, on n'a pas le sentiment d'avoir beaucoup progressé dans la réflexion.

14La performance – au sens « absolu » du record ou au sens relatif de la victoire en compétition – n'a guère plus de fonction définitionnelle. Le mouvement vers le dépassement des bornes antérieurement fixées aux capacités humaines est aussi ancien que la vaine tentative de les délimiter a priori. Sans doute, il s'observe également dans le sport où, par exemple, et n'en déplaise au baron de Coubertin, l'écart entre performances masculines et féminines se réduit progressivement au point de faire que, dans certaines disciplines déjà (ainsi l'équitation), la distinction entre sexes a été supprimée. Mais en lui‑même le critère de performance fait à ce point aujourd'hui l'objet d'un discours social généralisant que sa spécification sportive ne peut plus guère apparaître que comme une justification – à l'inverse du mouvement précédemment décrit – de la pénétration de la langue sportive dans la rhétorique politique commune.

15Le principe de la réglementation a connu ces derniers temps une utilisation parallèle. Face à la transgression croissante ou réputée telle des normes légales, notamment par les « jeunes », on a vu se déve­lopper un discours peut-être au mieux un peu naïf sur la fonction éducative et normalisante du sport, conçu, en raison de sa propre rigidité réglementaire, comme une sorte de propédeutique à la vie en société, voire comme une préfiguration de celle‑ci. Il n'est cependant pas interdit de penser que, par‑delà ce placage circonstanciel, cette instrumentalisation sociale, qui n'est, au demeurant, pas nouvelle dans son principe, illustre surtout le passage d'une conception du sport comme « miroir » de la société à une conception de la société comme miroir du sport. Ce qui a plus pour effet de justifier l'intérêt de la recherche sur le sport ou sur sa relation avec la jeunesse que d'éclairer notre propos.

16Au bout du compte, s'il paraît évident qu'aucun des trois critères ici recensés ne peut servir de palliatif à l'aporie théorique d'une définition externe du champ, peut‑être la combinaison fonctionnelle de ces critères internes pourrait‑elle contribuer à qualifier un contenu conceptuel relativement autonome. Encore que, si cette réflexion peut permettre de circonscrire le sport en tant qu'activité (et peut-être seulement en ce sens) par rapport aux exercices de préparation à la guerre, et en tant qu'activité normalisée par rapport à l'art (dont on s'accorde aujourd'hui à penser qu'il obéit notamment au principe de la transgression de ses propres règles, et non pas seulement de ses limites organisées), elle laisse subsister l'indétermination entre sport et jeu, qui est peut-être constitutive à l'un et à l'autre.

Le « parasitage » de toute définition du sport

17Au cours du xxe siècle, la montée en puissance de la place occupée par le sport a contribué à brouiller les cartes de sa définition. Plus il y a de sport, moins on sait ce dont il s'agit. Précisons notre propos : même si l'on entend encore des bribes d'exposé nostalgique sur la perversion de la pureté originelle du sport (quelle pureté originelle ?), et même s'il est vrai que la mondialisation, la financiarisation ou le dopage sont sources de questions parfaitement légitimes, la recherche sur le sport a d'abord une dimension phénoménologique.

18La part croissante occupée par le sport dans l'intérêt manifesté par l'opinion publique, et corrélativement par les médias, témoigne d'une évolution semblable à celle qui affecte par exemple la Bourse ou les relations internationales. Il n'y a rien d'exceptionnel aujourd'hui à ce qu'un match de football fasse la une des quotidiens réputés les plus « sérieux », dont le lectorat habituel a surmonté les préventions qu'il jugeait bon d'affecter naguère à l'égard des manifestations populaires.

19Cet élargissement sociologique va de pair avec la réhabilitation de la fonction de représentation identitaire et idéologique. Après la captation des jeux olympiques de 1936 par le régime nazi, après la révélation des méthodes utilisées par exemple en RDA pour fabriquer des champions, on aurait pu croire que cette fonction identitaire – nationale ou politique – aurait perdu de sa pertinence. Il n'en est rien : sous d'autres formes et avec d'autres contenus, elle perdure dans l'utilisation du « nous » collectif dans la retransmission des grands événements sportifs, au point que l'on est en droit de se demander si le sport n'est pas souvent, pour reprendre une formule bien connue, la poursuite de l'idée de Nation par d'autres moyens.

20Enfin, on pourrait même soutenir que les caractéristiques les plus récentes (mondialisation) et souvent les plus moralement contestables (financiarisation, dopage) sont moins la démonstration de la perméabilité du sport aux tendances de la société que la preuve de sa capacité à anticiper celles‑ci. Depuis de nombreuses années, la tribune regroupant le plus grand nombre d'états n'est pas l'ONU, mais les jeux olympiques, les sommes mise en jeu par certains clubs de football font d'eux des entreprises de dimension majeure, et les contournements des règles de « propreté » ne sont pas postérieurs aux scandales financiers à répétition que nous connaissons par ailleurs.

21Ce « parasitage » (au sens surtout radiophonique du terme) contribue à brouiller dès l'origine toute tentative de définition a priori du sport, dont on ne cernerait, si l'on s'en tenait à une approche théorique, que l'essence incertaine d'un squelette improbable. Dès lors, il semble plus prudent de s'en tenir à l'approche diversifiée d'un phénomène réellement existant et dont l'importance croissante n'est réductible ni aux délimitations externes de territoire, ni aux définitions théoriques internes.

Notes

1 Cf. le titre hautement révélateur du recueil de souvenirs du célèbre guide Lionel Terray : Les conquérants de l'inutile. Au demeurant, Lionel Terray revendique cette proximité, puisqu’il explique la floraison d'alpinistes de sa génération par la frustration de jeunes hommes privés de guerre et désireux de trouver un exutoire à leur énergie.

2 L'extrême rigueur de l'application des règles n'est que l'effet paradoxal de l'arbitraire de leur détermination. S'il n'est pas possible d'admettre la moindre tolérance pour le dépassement des lignes au tennis, c'est parce que les dimensions d'un court ne correspondent à aucune exigence a priori.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540