Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Sur les traces de Thomas Mann

München, Poschingerstraße 1

Jacques Schwarz

Texte intégral

1Des événements de tout genre, familiaux comme politiques, dans une époque de bouleversements considérables – en d’autres termes, les circonstances – ont contraint maintes fois Mann à changer de domicile et aussi de lieu de résidence. C’est un jeune homme de dix-huit ans qui, suite à la mort de son père, quitte Lübeck pour rejoindre sa famille à Munich où il va vivre la moitié de sa vie, c’est-à-dire quarante ans ; le dernier quart, il le passe à l’étranger, essentiellement aux États-Unis et en Suisse. Il connaît toutefois une période de relative stabilité, sur le plan de son domicile en tout cas : Mann habite quelque dix-neuf ans dans une villa située alors aux confins de Munich, au numéro 1 de la Poschingerstraße, sur la rive droite de l’Isar. C’est une partie centrale de sa vie, décisive à bien des égards.

La maison et ses environs

  • 1 « Poschingerstraße (mit Wirksamkeit vom 1. Januar 1906) : « Michael, Ritter von Poschinger (1838-19 (...)
  • 2 Cf. les photos de la maison, par exemple in : Schröter, Klaus : Thomas Mann in Selbstzeugnissen und (...)
  • 3 Mendelssohn, Peter de : Der Zauberer, première partie, Francfort/Main, S. Fischer, 1975, 1185 pages (...)

2D’après les archives municipales1, la rue Poschinger porte le nom de bienfaiteurs de la ville de Munich, Michael et Heribert von Poschinger, et est ainsi dénommée depuis le premier janvier 1906. La maison qu’y habita pendant tant d’années la famille Mann n’existe plus. Elle ne vit plus que dans les écrits de l’auteur, ceux de sa proche famille et de ses biographes. Une maison sans caractère des années 1950, à un seul étage, a remplacé le «palais urbain» que s’était fait construire l’écrivain de 1913 à début 1914. C’était une grande maison2 au style composite, conforme au goût de l’époque wilhelminienne dont on voit encore beaucoup de traces également en France : en Lorraine et en Alsace. En face, la maison située au numéro 2 de la Poschingerstraße nous donne aujourd’hui une idée assez fidèle de ce qu’était celle de Mann, tant sur le plan des volumes que des formes (elle était habitée alors par le baron de Gumppenberg, Maréchal du palais du Duc Karl Theodor)3.

  • 4 «Herrschaftlich war eine Bezeichnung, die Thomas Mann, gewiß auch nicht völlig unernst, gern verwen (...)
  • 5 Cf. Mann, Viktor : Wir waren fünf. Bildnis der Familie Mann, Francfort/Main, S. Fischer, 1976, 430 (...)
  • 6 Mann, Thomas : « Das Revier », in : Sämtliche Erzählungen, Francfort/Main, S. Fischer, 1971, 766 pa (...)
  • 7 Peter de Mendelssohn, biographe passionnant et méticuleux, ne devait pas avoir la mémoire des lieux (...)
  • 8 Mann, Thomas, op. cit., p. 451 sq.

3La maison des Mann, cette maison de maître4, cette grande et belle5 maison de Bogenhausen, était située aux confins est de Munich dans un nouveau quartier longeant l’Isar, le Herzogpark, s’étendant de Bogenhausen au sud à Oberföhring au nord, face au fameux Schwabing et séparé de lui par le Jardin anglais ouvert au public au début du siècle dernier. Les lieux que nous décrit Thomas Mann dans Maître et chien ont bien changé. Ils ont parfois disparu6 : ainsi, l’on a peine à imaginer que cette maison était alors la dernière de Munich de ce côté-ci de l’Isar, qu’il n’y avait aucune habitation plus au nord, ni à droite lorsque l’on se trouvait face au jardin et à la façade principale exposée plein sud7. Certes, la déclivité des rues parallèles à la Poschingerstraße correspond encore à la pente de la colline qui, à cette époque, délimitait sur la droite, en suivant le cours de l’Isar, le nouveau quartier aux « rues abandonnées » ; des poteaux (qui existent partiellement encore) portent, sur fond émaillé bleu, des noms d’écrivains. On peut toujours flâner le long de ces rues, aujourd’hui bordées de maisons. Seule a disparu la rue Shakespeare dont Thomas Mann peut à peine deviner le nom, tant l’émail est rongé de rouille8. Laissons plutôt l’auteur nous décrire son parc sauvage où la nature, pour son plus grand plaisir, reprend le dessus sur les entreprises de l’homme et, en particulier, met à mal l’aventure immobilière de la société à laquelle il a acheté son terrain :

  • 9 Il s’agit du chien que Thomas Mann nous décrit tout au long de sa nouvelle Maitre et chien. L’anima (...)
  • 10 Mann, Thomas, op. cit., p. 450, 451, 452.

«Man hatte weit geschaut, kühn geplant. Die Handelssozietät [...] hatte es anders, großartiger [...] im Sinne gehabt, als es dann kam [...]. [Man hatte] die Wildnis durch Straßen gegliedert [...] – schön gedachte, splendide Straßen [...] auf welchen nun aber keine Bürger wandeln, außer Bauschan9 und mir. Denn die Villen [...] sind vorderhand ausgeblieben, obgleich doch ich mit so gutem Beispiel vorangegangen bin [...]. Das aber wüßte ich gerne, welcher Träumerund sinnig rückblickende Schöngeist von Spekulant [...] ihnen [ordnungsmäßige Namen] zuerteilt haben mag. Da ist eine Gellert-, eine Opitz-, eine Fleming-, eine Bürger-Straße, und sogar eine Adalbert-Stifter-Straße ist da [...]. Es ist kein Zweifel, die Parkstraßen mit den poetischen Namen wuchern zu [...]. Im Augenblick ist freilich zur Klage kein Anlaß, denn unter dem malerischen und dem romantischen Gesichtspunkt gibt es gewiß in der ganzen Welt keine schöneren Straßen als diese. »10.

  • 11 Tout au plus le botaniste averti pourrait-il être choqué en lisant Maitre et chien dans sa traducti (...)

4Mann ne s’attarde généralement pas trop à décrire les paysages et moins encore les arbres. Dans Maître et chien, c’est pourtant ce qu’il fait avec une conscience et une précision qui étonnent ; c’est quasiment un dendrologue qui s’exprime là : outre les noms, il nous décrit les caractéristiques, les besoins et propriétés des différentes espèces végétales11. Quoi qu’il en soit, cette profusion de détails savants s’explique : Mann déteste l’amateurisme et, avant d’écrire, il prépare méticuleusement les thèmes qu’il a à traiter, quitte à ne plus jamais s’en préoccuper par la suite et même à tout oublier. En l’occurrence, il s’est ouvert à l’un de ses meilleurs amis, Bertram, de l’insuffisance de ses connaissances botaniques :

  • 12 Mann,Thomas, lettre à Bertram. In : Thomas Mann, eine Chronik seines Lebens, op. cit., p. 49. Mann (...)

«Das Landschaftsbild im Bauschan-Idyll macht mir botanische Sorgen. Ich brauche Namen. Gerade, daß ich die Esche, die Birke bei Namen zu nennen weiß.12«

  • 13 Mann mentionne de très nombreuses fois cette dernière espèce dans Maître et chien. Cf. Mann, Thomas (...)
  • 14 Ibid., p. 434.
  • 15 Schröter, Klaus, op. cit., p. 83.
  • 16 Mann, Thomas, op. cit., p. 444.
  • 17 «Hilfe durch den Botaniker Dr. Gruber, einen Nachbarn». In : Bürgin, Hans et Mayer Hans-Otto, op. c (...)

5Et si notre auteur connaît ces deux espèces d’arbres, ce n’est pas le fait du hasard : en effet, le frêne13, fraxinus excelsior, domine la mythologie germanique. Un Wagnérien passionné comme lui se doit de connaître l’essence ligneuse dans laquelle est fichée l’épée de Siegmund (cf. La Walkyrie) : le frêne, c’est-à-dire «l’arbre universel» (cf. Le Crépuscule des dieux) ; l’une de ses branches fournit à Wotan la hampe de sa lance et son bois desséché va permettre d’embraser le Walhalla. Par ailleurs, Mann mentionne aussi la présence d’un groupe de frênes sur le gazon devant sa maison ...14. Quant au bouleau, il a sur sujets jeunes une écorce si rutilante et particulière qu’elle ne peut qu’avoir retenu l’attention de l’écrivain : sur une photo de l’époque où l’on voit le jardin et la maison, il en apparaît justement plusieurs exem­plaires15. L’un d’entre eux est peut-être « l’arbre de prédilection » contre lequel aimait s’adosser Thomas Mann16. De toute façon, ces deux essences ont été soit plantées lors de l’aménagement du jardin, soit respectées en tant que végétation naturelle du lieu. Logiquement, le propriétaire a dû être consulté et vaguement initié : d’où probablement, sa relative familiarité avec ces deux espèces ; en d’autres termes, ses connaissances limitées sont éven­tuellement récentes. Toujours est-il qu’un voisin botaniste se charge de parfaire l’érudition de l’auteur ...17

  • 18 Heinrich Mann n’y a pourtant jamais vécu : il habite de 1916 à 1928 de l’autre côté de l’Isar, à Sc (...)

6Dans Maître et chien à nouveau, Thomas Mann nous décrit sa maison comme entourée de deux cours d’eau : l’Isar, à l’ouest, et un ruisseau le long de la colline, à l’est. Aujourd’hui ce dernier n’apparaît plus que dans l’appellation d’un sentier, «Brunnbachleite», à environ cinq cents mètres de l’ancienne villa de la rue Poschinger, au milieu d’un espace vert préservé, près de Oberföhring, au nord. Par contre, une zone qu’il nous décrit avec force détails demeure presque telle que Thomas Mann l’a connue : ce sont les rives de l’Isar en contrebas, avec le versant boisé et sauvage et, au-dessus, les sentiers de sable et de gravier, ainsi que l’allée (actuellement Thomas-Mann-Allee et, un peu plus loin, Heinrich Mann-Allee)18 dont la majeure partie, aujourd’hui encore, n’est pas goudronnée.

  • 19 Mann, Thomas, op. cit., p. 433.
  • 20 Une plaque commémorative n’a pu être installée sur l’allée. Cf. ibidem, p. 120.

7Autre lieu qui n’a guère changé, à proximité immédiate de la maison, sur la rue Poschinger, dans le prolongement plein sud du jardin face à la façade principale : un espace public, zone gazonnée d’une vingtaine de mètres de profondeur, plantée d’un double alignement de tilleuls, qui sépare le mur du jardin de la rue Poschinger proprement dite. L’intégralité de cet espace vert est préservée, car l’accès aux villas ne peut se faire que par les rues attenantes. À l’époque de Mann, ces tilleuls sont de jeunes plantations entourées d’un grillage élevé par-dessus lequel s’élance Bauschan, dans sa pétulance de jeune chien19. De même, les fameux peupliers d’Italie, sur la bande de gazon tout près de chez lui, se dressent toujours là, mais avec la taille qu’ils devaient avoir au début des années 1930 : c’est sans doute plus par conservatisme que par piété20 qu’ils ont été replantés ; les actuels sont en tout cas d’une venue caractéristique d’arbres d’une vingtaine d’années.

  • 21 Selon Thomas Mann, l’Isar se tait lors de crues ; cf. op. cit., p. 461.
  • 22 Ibid., p. 453.

8Quant à l’Isar, elle ne bruit toutefois plus comme alors : les cascades et rapides se sont tus ; on a construit une retenue à un kilomètre en aval. De nos jours, l’Isar a plutôt l’apparence qu’elle avait lors de crues21. Ont disparu depuis longtemps, à l’est, les bois de la colline et vers Oberföhring au nord, la ferme entourée de prés où paissent les moutons22.

9De toute façon, l’environnement, le grand jardin sont importants non seulement pour la famille, qui continue de s’accroître, mais vraisemblablement bien plus encore pour Mann :

  • 23 Ibid., p. 462

« Ich bin der Landschaft anhänglich und dankbar, darum habe ich sie beschrieben. Sie ist mein Park und meine Einsamkeit ; meine Gedanken und Träume sind mit ihren Bildern vermischt und verwachsen. »23.

La vie en famille au 1 rue Poschinger

  • 24 «Das waren in Anbetracht der vier Kinder und drei «Mädchen», zwei Wohnungen in einem Stockwerk.» Le (...)
  • 25 Ibidem, p. 117.

10A la fin de l’année 1910, Thomas Mann vient habiter avec sa famille et trois servantes (personnel de maison et bonne d’enfants) dans le Herzogspark de Bogenhausen, dans la Mauerkircherstraße, où ils louent un double appartement24. Pourquoi sont-ils venus en ce lieu périphérique de Munich ? Le biographe Peter de Mendelssohn pense que la maison de campagne que possède alors Mann à Bad Tölz, depuis 190825, ne suffit plus :

  • 26 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 930. L’épouse de l’écrivain, Katia, a un avis tout à fait nuancé (...)

« es wurde erstens bei vier heranwachsenden Kindern, die ihren Platz nicht nur im Garten, sondern auch im Haus brauchen, allmählich recht beengt [...]. Wie, wenn man sich am Stadtrand, in freier Landschaft und guter Luft, ein neues Haus baute, das die Vorzüge von Stadt und Land vereinigte [...]. Die Gegend des Herzogsparks [...] war eine ideale Kinderlandschaft und dabei so nahe der Stadt, daß man auf nichts, Oper, Theater, Konzerte, Freunde und geselligen Verkehr, zu verzichten brauchte. »26

11Habitant à l’orée de cette zone encore sauvage, le Herzogspark où, près de l’Isar, de très nombreux terrains sont à vendre, Mann peut choisir sa parcelle en connaissance de cause ; il veut en effet revendre sa maison de campagne et, en contrepartie, faire bâtir. Mendelssohn décrit ainsi l’intérieur de la nouvelle villa :

  • 27 L’ours se trouve actuellement dans une vitrine d’un magasin à Munich, Kreuzstraße 5. En effet, on a (...)
  • 28 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 952 sq.

« Die Haustür befand sich auf der Rückseite des Hauses. Man betrat einen Vorraum [...], der in eine große holzgetäfelte Diele mit [...] einer Treppe nach oben führte. Auch begrüßte einen hier der russische ausgestopfte Bär aus dem Lübecker Elternhaus27 [...]. Von der Diele ging es auf der einen Seite in den Salon, in dem [...] sich in einer Ecke der «Besuchsteetisch» befand, auf der anderen Seite in das große Eßzimmer, das sich auf eine gedeckte Veranda [...] öffnete [...]. Den Mittelteil [...] nahm Thomas Manns geräumiges Arbeitszimmer mit [...] der Steintreppe zum Garten ein. Der Schreibtisch stand in der Rondell-Wölbung [...]. In der «oberen Diele», im ersten Stock, frühstückten die Kinder und erhielten ihr Nachtessen. Von hier aus gelangte man in Frau Katias Schlaf- und Arbeitszimmer, das direkt über dem Arbeitszimmer Thomas Manns lag [...]. Links davon lag Thomas Manns Schlafzimmer [...], rechts davon befanden sich zwei Kinderzimmer mit dem Zimmer des Kinderfräuleins dazwischen [...]. [Im] zweiten Stock [...] waren drei Zimmer «auf Vorrat» gebaut [...]. [Im Keller] lagen die Küche mit einem Speiseaufzug zum «Office», die Waschküche, die Heizung, die Vorratskammer ; hier wohnten die Köchin, die Stubenmädchen und später auch der Chauffeur. »28

12Quand Mann emménage au tout début de l’année 1914, dans sa nouvelle maison, il a quatre enfants. Les chambres en attente dont il est question plus haut, vont être occupées pour deux d’entre elles pendant la dernière année de guerre et celle qui suit immédiatement : en effet, c’est le dernier « couple », Elisabeth et Michael, qui va s’ajouter aux quatre premiers enfants.

  • 29 Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 83.
  • 30 Il habite un véritable palais néo-renaissance, qu’il s’est fait construire rue Arcis, à moins de ce (...)

13Imaginons la scène : Thomas Mann et sa femme en bout de table et, à l’autre extrémité, les deux derniers, avec durant un certain temps, la bonne d’enfants29. La famille est éminemment bourgeoise, aussi bien en ce qui concerne Thomas Mann que son épouse ; le père de Katia Mann, le professeur d’université Pringsheim, compte parmi les hommes les plus fortunés de Munich30. Le train de vie est à l’avenant ... Quelle est, dans ce contexte, la relation parents-enfants ? Il règne dans cette famille une atmosphère tout à fait harmonieuse ; jamais il n’y a de dispute dans le couple et, vraisemblablement, l’épouse y est pour beaucoup, qui dit de son mari :

  • 31 Mann, Katia, ibid., p. 158. Il ressort de ces paroles et de tout ce que l’on peut lire à son sujet (...)

« Er war nervös, empfindlich, neigte leicht zu Depressionen, aber das tun wohl die meisten Künstler. »31

  • 32 Katia souhaite pour ses enfants des métiers plus sûrs que ceux (littéraires ou artistiques) pour le (...)

14C’est une éducation par l’exemple, l’exemple de sérieux, de rigueur dans le métier d’écrivain. En aucune manière, cela ne provoque chez les enfants de phénomène de rejet. En témoignent la vénération des enfants, des filles en particulier, pour leur père et les métiers qu’ont choisis les enfants32. Il n’empêche que l’éducation est un tant soit peu autoritaire :

« Es waren andere Zeiten, schließlich, meine Eltern stammten aus dem vorigen Jahrhundert. »

15Katia Mann concède qu’elle est nerveuse plutôt que sévère ; mais cela va bien plus loin chez Thomas Mann, selon de Mendelssohn :

  • 33 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 967.

« Jedermann hatte sich vorzusehen, auf der Diele draußen keinen Lärm zu machen. Vergaßen die Kinder das strenge Gebot, so vernahmen sie aus dem Arbeitszimmer ein lautes Räuspern, oder es konnte der Vater sogar «fuchsteufelswild» zur Tür herausfahren. »33

  • 34 «Im übrigen war die Arbeitsruhe unseres Vaters natürlich die Hauptsache im Haus. Vielleicht haben w (...)
  • 35 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 966 et 967. De Mendelssohn cite un détail amusant : «War das täg (...)

16En d’autres termes. Thomas Mann a besoin d’un calme quasi absolu – que respectent et observent tous les membres de la famille34 – en particulier le matin ! Voici, en effet, positivement immuable, la journée de travail de l’écrivain : il se lève vers huit heures, avale tout de suite un café, au premier, en compagnie de sa femme, prend ensuite un bain, s’habille et descend boire un second café à huit heures et demie précises, dans la salle à manger du rez-de-chaussée. Après avoir survolé éventuellement le journal ou le courrier, il va s’enfermer dans son bureau35 :

  • 36 Sauf l’hiver, comme Mann nous le dit dans Maître et chien.
  • 37 Mann , Katia, op . cit ., p . 87.

« Von neun bis zwölf Uhr ungefähr schrieb er, dann machte er einen Spaziergang, aß zu Mittag, las nachmittags Zeitung, rauchte noch eine Zigarre, ruhte dann. Nach dem Tee ging er nochmals spazieren36, las und machte die Vorarbeiten, die Lektüre für seine eigene Produktion und erledigte, was er die ‘Forderung des Tages’ nannte. »37

  • 38 «Er lebte, um arbeiten zu können, nicht umgekehrt.» Mann, Erika, cité in : Peter de Mendelssohn , o (...)
  • 39 «Wenn ich in die Poschingerstraße kam, sah ich den Bruder vor allem als zärtlichen Vater [...]» Man (...)
  • 40 «Das Haus war groß. In den Zimmern im dritten Stock konnten sie ziemlich unter sich sein.» Mann, Ka (...)
  • 41 Ibid., p. 53.
  • 42 Ibid., p. 89.
  • 43 «Wir waren auch zu viert – die älteren vier Kinder – zeitweise eine Gruppe in unserem Wohnviertel . (...)

17Ce sérieux, cette ardeur au travail38, cette exigence de calme, cette relative vérité n’excluent nullement une relation très cordiale, tendre39 même, avec les enfants : d’une part, ceux-ci ont leur domaine au dernier étage de la grande40 maison ; ils jouent là au théâtre avec les enfants du voisinage et représentent les pièces qu’ils ont écrites. Leur père en rédige parfois la critique41. D’autre part, il leur consacre souvent du temps en dehors de sa sacro-sainte matinée. L’après-midi, il n’est plus « enfermé » dans son bureau désormais accessible, aux portes souvent ouvertes. Mann lit alors fréquemment – il a un don pour cela – des extraits de l’œuvre42 à laquelle il travaille, devant un cercle plus ou moins restreint : devant sa femme, des amis, ou ses enfants ; de toute façon, ces derniers surcompensent dans la rue ...43

18Il y a dans le mode de travail de l’écrivain comme dans le déroulement de ses journées beaucoup d’immuable : Thomas Mann, par exemple, ne travaille que le matin à son œuvre du moment (roman, nouvelle, essai ou, pendant la Première Guerre mondiale, à ses Considérations d’un homme étranger à la politique) ; sa production est donc relativement mesurée sur le plan quantitatif, mais très régulière. Notre auteur s’attaque ainsi, souvent sans s’en douter lui-même, à des entreprises de très longue haleine :

  • 44 Ibid., p. 86 sq.

« Thomas Mann schrieb sehr langsam ... Er änderte so gut wie nichts ... und wenn er am Tag zwei Seiten schrieb, war das besonders viel. »44

  • 45 Unordnung und frühes Leid, in: Mann, Thomas : Sämtliche Erzählungen, op. cit.
  • 46 Cf. aussi Mendelssohn, Peter de op. cit., p. 497 et Mann Katia, op. cit. , p. 497.
  • 47 Ainsi, c’est son bureau que décrit Mann in : Sämtliche Erzählungen op. cit., p. 502 sq. Le professe (...)
  • 48 Wälsungenblut, Mann, Thomas : Sämtliche Erzählungen, op. cit. Le titre français de la nouvelle publ (...)
  • 49 Cf. La Walkyrie
  • 50 Katia est née Pringsheim ; la famille est (plus ou moins) protestante et d’origine juive.
  • 51 Mann, Katia, op. cit.

19Un autre trait constant de l’écrivain est sa propension à intégrer des éléments autobiographiques dans ses écrits : cela saute aux yeux lorsque l’on connaît quelque peu sa vie, ses habitudes, ses penchants, ses proches ... Dans Désordres45, il décrit ainsi un certain professeur Cornélius, qui s’attache passionnément à sa toute dernière fille, comme lui-même le fait pour la petite Elisabeth née en 191846. Les problèmes financiers liés à l’époque et à la construction de la villa, mais aussi les lieux, les écarts d’âge avec les autres enfants (quatre dans la fiction, toutefois six dans la réalité...) sont autant d’éléments réels transposés et, souvent, à peine modifiés47. Bien sûr, tout n’est pas autobiographique ; sa femme fait néanmoins remarquer dans ses Mémoires non écrites que les jumeaux incestueux48, Siegmund et Sieglinde49, issus eux aussi d’une famille d’origine juive50, se réfèrent à elle et son frère jumeau ; par la force des choses, ce dernier lui est très proche, mais il n’y a, poursuit-elle en substance, jamais eu de liaison de cet ordre entre eux51 !

  • 52 Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 150 sq.
  • 53 Cf. Mann, Erika : «Er konnte den ganzen Wagner auswendig». Cité in : Peter de Mendelssohn, op. cit. (...)
  • 54 C’est d’ailleurs le seul point de convergence avec son beau-père, le professeur Pringsheim. Cf. Man (...)

20Thomas Mann déteste tout amateurisme : il amasse et lit une quantité de matériaux afin de préparer et d’étayer ce qu’il écrit. Il procède ainsi, nous l’avons vu, pour les arbres. En fait, c’est une règle de conduite générale : une partie de sa journée y est consacrée. Cependant, une fois qu’il a suffisamment pénétré un sujet, il ne s’y intéresse plus et oublie même tout, à l’exception de la musique ...52. En effet, la musique est peut-être la seule passion qui le suive toute son existence. Il est en particulier un grand admirateur de Wagner53 (bien qu’il ait formulé des réserves à son égard, à certains moments) et, en tout cas, un grand connaisseur de ce musicien. D’ailleurs il a adopté, selon son épouse, la technique wagnérienne du leitmotiv54. Bruno Walter écrit à son sujet :

  • 55 Walter, Bruno, cité in : Mann, Katia, ibidem.

« Thomas Mann und die Musik ! Beherrscht sie ihn nicht mehr, als er selber ahnt ? »55

L’irruption du monde extérieur

  • 56 Quittant son monde à lui pour se plonger dans l’activité parisienne, Thomas Mann écrit en 1926 : «K (...)
  • 57 Cf. les deux pages quotidiennes...

21Quelle que soit l’importance de ce havre de paix56 pour Thomas Mann, les événements qui ponctuent ces quelque dix-neuf années ont eu une profonde emprise sur lui, son évolution, à bien des points de vue. Peu de temps après son emménagement dans la nouvelle maison, éclata la première guerre mondiale. Jusqu’alors, sa situation était plutôt enviable : il était déjà fort connu, avait connu le succès dès son premier roman Buddenbrooks, paru au début du siècle ; malgré une productivité très faible en comparaison de son frère57, il vivait confortablement du revenu que lui assuraient essentiellement les ventes de ses écrits. Son beau-père contribuait aussi à cette aisance financière.

  • 58 Se faire construire une maison est une habitude chez Thomas Mann : dans sa vie, il s’en fait constr (...)

22Tout bascula pourtant très vite : en 1914, il devait payer les traites des deux maisons qu’il s’était fait construire58. Il y avait la maison de campagne de Tölz et celle du Herzogpark. Vendre la maison de Tölz se révélait alors impossible, sauf à y perdre beaucoup ...

  • 59 Mann, Thomas in : Autobiographisches, op. cit. p. 45.

« Januar 1914 hatte ich [...] das Familienhaus bezogen [...] und hier haben wir die Jahre des Grauens und wüsten Elends [...] durchlebt.»59

  • 60 Ni son éditeur, ni son beau-père, tous deux touchés également par la guerre, ne l’abandonneraient v (...)
  • 61 Il envisage peut-être même de revendre les deux maisons. Cf. de Mendelssohn, Peter, op. cit., p. 98 (...)
  • 62 «Es sind geborene Villenproletarier» (!) Mann, Thomas : Unordnung und frühes Leid, op. cit., p. 494
  • 63 Ibid., p. 493.

23D’un naturel inquiet60, Thomas Mann se montre volontiers fort pessimiste61 : dans Désordre les enfants du professeur Cornélius portent des vêtements usés, des chaussures éculées62 ; Cornélius se demande comment il a bien pu réussir à conserver cette maison construite avant la guerre, luxe d’une époque révolue63.

  • 64 Mann, Thomas, op. cit., p. 465.

24Les privations entraînées par la guerre et l’après-guerre n’épargnent pas la famille Mann. Très rapidement, la maîtresse de maison doit limiter le train de vie de la maison et licencier du personnel. Tout le monde est touché par ces restrictions, même le chien doit se contenter de peu ...64 Malgré les efforts de Katia pour trouver du ravitaillement

  • 65 Mann, Katia, op. cit., p. 38.

«Ich bin da wirklich den ganzen Tag in München mit dem Fahrrad herumgefahren, um da und dort etwas aufzutreiben.»65

  • 66 Cf. de Mendelssohn, op. cit., p. 1012.
  • 67 Cf. Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 1086. Le frère de notre auteur nous dépeint la situation ain (...)
  • 68 Mann, Klaus, cité in : Peter de Mendelssohn, op. cit. p. 1089.

25la pénurie s’installe : on doit même supprimer le dessert66 ! Bien que Katia et les enfants cherchent à cacher au père la gravité du problème, par exemple en se privant de sucre pour que leur père puisse en avoir pour son thé67. Mann n’était pas vraiment aveugle et les restrictions ne l’épargnaient pas : Klaus, l’aîné des garçons, écrira plus tard, à propos de son père et de cette époque, qu’il régnait alors une température glaciale dans le bureau de son père...68.

  • 69 Il a vendu sa maison de Tölz pour placer l’argent dans l’emprunt de guerre, qui sera quasiment annu (...)
  • 70 Le biographe Schröter cite et commente une lettre de Thomas à Heinrich Mann : « Er sprach von diese (...)
  • 71 Thomas Mann personnifie l’Etat sous ce nom (in : Mann, Thomas, Betrachtungen eines Unpolitischen). (...)

26Mais même si la guerre le ruine financièrement69, Thomas Mann est loin, pour beaucoup de raisons, de la condamner70. Il a une approche luthérienne des choses : quand il parle du «général Dr. von Staat»71, en d’autres termes, de l’ordre établi, c’est avec respect. Ce n’est pas au simple citoyen qu’il appartient de remettre en question le prince, représentant de Dieu sur terre, que ce prince soit juste ou injuste. Il se dresse contre ceux qui, tels son frère Heinrich se montrent critiques vis-à-vis du pouvoir et semblent préférer le modèle démocratique occidental. C’est contre l’essai de Heinrich Mann sur Zola, qu’il perçoit comme une attaque personnelle, que Thomas Mann va se jeter dans l’aventure de ses Considérations d’un homme étranger à la politique. Thomas et Heinrich Mann vont mettre des années à se réconcilier : désormais, ils s’ignorent, bien qu’il n’y ait que le Jardin anglais et l’Isar entre leurs domiciles. Une certaine solitude entoure Thomas Mann à cette époque.

27Thomas Mann mit plusieurs années pour surmonter le traumatisme de la défaite, de la révolution et des humiliations infligées à l’Allemagne par le traité de Versailles. Il finit par accepter la démocratie et reprit son œuvre : après plusieurs nouvelles (dont Maître et chien), ce sera en 1924, La montagne magique mise en chantier quelque dix ans auparavant ! Le succès (également financier) est immédiat. En 1926, paraît la nouvelle Désordres et Mann s’attaque à l’immense roman Joseph et ses frères. Cette période de sa vie est plutôt heureuse, malgré plusieurs deuils familiaux (mort de sa mère et suicide de sa seconde sœur Julia, dix-sept ans après celui de la première, Carla). La décennie se termine en apothéose avec l’obtention, en 1929, du prix Nobel de littérature.

28Thomas Mann avait observé avec inquiétude la montée en puissance du nazisme mais sans intervenir publiquement dans le débat politique. Lorsque, le trente janvier 1933, Hitler devient chancelier du Reich, les événements vont forcer la main à l’écrivain et le contraindre à un exil qu’il avait refusé, jusque là d’envisager. Se trouvant à l’étranger pour une série de conférences sur Wagner, à l’occasion du cinquantième anniversaire de la mort du musicien, Mann y apprend la nouvelle de l’incendie du Reichstag et des «élections» qui suivent immédiatement. Une campagne de presse contre son interprétation non national-socialiste de Wagner l’incite à ne pas revenir en Allemagne. Déchu de sa nationalité allemande en 1936, Thomas Mann voit tous ses biens saisis : aussi bien la maison et tout ce qu’elle contient que sa fortune.

  • 72 Erika Mann, l’aînée des enfants, y pénètre une fois encore, nuitamment, afin de sauver quelques doc (...)

29Thomas Mann a, en fait, quitté définitivement l’Allemagne : dorénavant, il vit à l’étranger et ne revient en Allemagne – en visite – qu’après la guerre... À trente-neuf ans, un homme encore jeune avait emménagé dans la Poschingerstraße ; il restera à l’exilé âgé de cinquante-huit ans plus du quart de son existence à vivre. Mais jamais plus il ne reverra son « palais » du 1 rue Poschinger72, jamais plus il ne résidera en Allemagne.

Notes

1 « Poschingerstraße (mit Wirksamkeit vom 1. Januar 1906) : « Michael, Ritter von Poschinger (1838-1908), Kommerzienrat, Guts- und Glasfabrikbesitzer. » In : Verzeichnis der zu benennenden Straßen und Plätze im Burgfrieden der königlichen Haupt- und Residenzstadt München. – « Nach Michael und Heribert von Poschinger, den Urhebern einer bedeutenden Wohltätigkeitsstiftung für die Stadt München. »

2 Cf. les photos de la maison, par exemple in : Schröter, Klaus : Thomas Mann in Selbstzeugnissen und Bilddokumenten, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Taschenbuch Verlag, 1964, 173 pages, ici p. 83 et aussi : Heißerer, Dirk : Wo die Geister wandern, Munich, Eugen Diederichs Verlag, 1993, 320 pages, ici p. 118. Sur les photos de l’époque, l’on voit que la maison des Mann avait, comme l’actuelle du 2, rue Poschinger, un toit à double pente en tuiles rouges ainsi que, entre autres, des colonnes, une avancée centrale en demi-cercle, des fenêtres intégrées au toit au troisième ...

3 Mendelssohn, Peter de : Der Zauberer, première partie, Francfort/Main, S. Fischer, 1975, 1185 pages, ici p. 954.

4 «Herrschaftlich war eine Bezeichnung, die Thomas Mann, gewiß auch nicht völlig unernst, gern verwendete.» Ibidem, p. 952.

5 Cf. Mann, Viktor : Wir waren fünf. Bildnis der Familie Mann, Francfort/Main, S. Fischer, 1976, 430 pages, ici p. 43. L’épouse de Thomas Mann emploie aussi ce qualificatif à propos de sa villa munichoise dans une comparaison avec la maison qu’elle eut par la suite à Princeton, aux Etats-Unis : “Es war ungefähr so schön wie unser Münchner Haus.” Mann, Katia : Meine ungeschriebenen Memoiren, S. Fischer, 1974, 176 pages, ici p. 121 ; le plus jeune frère de l’écrivain dira même ailleurs : «[...] im Frühjahr 1913 sah ich das stattliche Haus Poschinger Straße 1 emporwachsen.» Ibid., p. 247.

6 Mann, Thomas : « Das Revier », in : Sämtliche Erzählungen, Francfort/Main, S. Fischer, 1971, 766 pages, ici : p. 445 sqq.

7 Peter de Mendelssohn, biographe passionnant et méticuleux, ne devait pas avoir la mémoire des lieux, car il se trompe certainement quand il nous dit : «Ein sogenanntes Rondell war das Mittelstück der nach der Allee und dem Fluß blickenden Vorderfront.» Op. cit., p. 952. En effet, il nous dit par ailleurs : «Der neue Besizer des Grundstücks verwendete jedoch die tief eingelassenen Grundmauern, und so hat das Haus, das heute an der Ecke Poschingerstraße und Thomas-Mann-Allee steht, mit dem alten zumindest den Grundriß gemein.» Ibid., p. 952. Peut-être est-il induit en erreur par Mann lui-même : «Denn, indem ich das Haus verlasse, fragt es sich, ob ich mich nach rechts wenden werde, die Allee hinunter [...] oder nach links, gegen die Trambahnstation.» Mann, Thomas, op. cit., p. 432. En fait, la façade principale avec son avancée en demi-cercle (éléments conservés par la maison des années 50) donnait sur la partie la plus vaste du jardin, c’est-à-dire vers le sud, vers la rue Poschinger. C’est ce qui ressort clairement, si l’on compare avec une carte de Munich, de ce que nous dit le plus jeune frère de Thomas Mann, Viktor : «Die Front des Neubaues schaute nach Süden», op.cit., p. 248.

Cf. aussi : «[Thomas Mann] [...] kann am 7. Februar 1914 in das eigene Haus an der Poschingerstraße 1 [seit 1956 Thomas-Mann-Allee] einziehen. Golo Mann weist in seinem Brief an den Verfasser darauf hin, daß die Adresse richtiger Föhringer Allee hätte heißen müssen.» Heißerer, Dirk, op. cit., p. 117. Ses paroles sibyllines s’expliquent si l’on considère que la sortie donnait en effet sur l’allée [alors la Föhringer Allee] ; tout comme aujourd’hui, il n’y avait pas de porte qui donne sur la Poschingerstraße. Dans ses propos se glisse par ailleurs au moins une inexactitude : la Poschingerstraße s’appelle toujours ainsi.

8 Mann, Thomas, op. cit., p. 451 sq.

9 Il s’agit du chien que Thomas Mann nous décrit tout au long de sa nouvelle Maitre et chien. L’animal, fort attachant dans la description qu’en fait Mann, doit être abattu peu de temps après la parution du récit. Cf. Bürgin, Hans et Mayer, Hans-Otto : Thomas Mann, eine Chronik seines Lebens, Francfort/Main, S.Fischer, 1975, 430 pages, ici p. 50 sq.

10 Mann, Thomas, op. cit., p. 450, 451, 452.

11 Tout au plus le botaniste averti pourrait-il être choqué en lisant Maitre et chien dans sa traduction française : «[...] bordée de frênes puissants [...] dont la bourre blanche chargée de semence couvre de neige toute la contrée au début de juin.» Paris, Bernard Grasset, 1971, p. 115. En effet, les frênes femelles reproduisent l’espèce par leurs samares et non par des semences cotonneuses. Dans l’original (Mann, Thomas, op. cit., p. 421), Mann parle toutefois de «Espen» (peupliers trembles) et non de frênes (Eschen) ; l’érudition de l’écrivain est encore plus sur­prenante dans le passage suivant : « [...] doch alles das ist gesetzt, so gut wie die welsche Pappel, die aufgereiht ragt in ihrer sterilen Männlichkeit.» Mann, Thomas : Sämtliche Erzählungen, op. cit., p. 446. Cela signifie, pour le lecteur qui n’arriverait pas à suivre parfaitement Thomas Mann, que le peuplier de Florence ou d’Italie, n’est fréquent que sous la forme de clône mâle ; cela ne gêne pas sa multiplication, car elle se fait par voie végétative, plus précisément par bouturage.

12 Mann,Thomas, lettre à Bertram. In : Thomas Mann, eine Chronik seines Lebens, op. cit., p. 49. Mann rompt quasiment avec lui, quelque deux décennies plus tard, en raison des affinités national-socialistes patentes de ce dernier.

13 Mann mentionne de très nombreuses fois cette dernière espèce dans Maître et chien. Cf. Mann, Thomas, op. cit., p. 446 et passim.

14 Ibid., p. 434.

15 Schröter, Klaus, op. cit., p. 83.

16 Mann, Thomas, op. cit., p. 444.

17 «Hilfe durch den Botaniker Dr. Gruber, einen Nachbarn». In : Bürgin, Hans et Mayer Hans-Otto, op. cit., p. 49.

18 Heinrich Mann n’y a pourtant jamais vécu : il habite de 1916 à 1928 de l’autre côté de l’Isar, à Schwabing, dans la Leopoldstraße tout près du Jardin anglais. Cf. Heißerer, Dirk, op. cit., p. 120.

19 Mann, Thomas, op. cit., p. 433.

20 Une plaque commémorative n’a pu être installée sur l’allée. Cf. ibidem, p. 120.

21 Selon Thomas Mann, l’Isar se tait lors de crues ; cf. op. cit., p. 461.

22 Ibid., p. 453.

23 Ibid., p. 462

24 «Das waren in Anbetracht der vier Kinder und drei «Mädchen», zwei Wohnungen in einem Stockwerk.» Lettre de Golo Mann à Heißerer, citée in : Heißerer, Dirk, op. cit., p. 117.

25 Ibidem, p. 117.

26 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 930. L’épouse de l’écrivain, Katia, a un avis tout à fait nuancé sur l’intérêt culturel de la rue Poschingerstraße 1 : elle parle de «nourritures spirituelles mesurées», Mann, Katia, op. cit., p. 31.

27 L’ours se trouve actuellement dans une vitrine d’un magasin à Munich, Kreuzstraße 5. En effet, on a procédé sous le régime nazi, à des ventes aux enchères publiques des biens confisqués aux émigrés. Cf. Heißerer, Dirk, op. cit., p. 119.

28 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 952 sq.

29 Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 83.

30 Il habite un véritable palais néo-renaissance, qu’il s’est fait construire rue Arcis, à moins de cent mètres – seul un bosquet en cache la vue – de la superbe Königsplatz érigée par Louis Ier de Bavière, dans la première moitié du dix-neuvième siècle.

31 Mann, Katia, ibid., p. 158. Il ressort de ces paroles et de tout ce que l’on peut lire à son sujet qu’elle est très compréhensive, très attentive aux besoins de son mari et éprouve beaucoup de considération pour l’écrivain.

32 Katia souhaite pour ses enfants des métiers plus sûrs que ceux (littéraires ou artistiques) pour lesquels ils optent finalement... Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 55 sq.

33 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 967.

34 «Im übrigen war die Arbeitsruhe unseres Vaters natürlich die Hauptsache im Haus. Vielleicht haben wir darunter auch ein bißchen gelitten.» Mann, Golo, cité in : Mann, Katia, op. cit., p. 54.

35 Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 966 et 967. De Mendelssohn cite un détail amusant : «War das tägliche Vormittagspensum bald nach zwölf Uhr bewältigt, so rasierte er sich, ehe er sich auf seinen Spaziergang begab. [...]. Zuweilen, wenn für den Abend keine gesellschaftlichen Verpflichtungen vorlagen, rasierte er sich auch nur jeden zweiten Tag. » Ibid., p. 969.

36 Sauf l’hiver, comme Mann nous le dit dans Maître et chien.

37 Mann , Katia, op . cit ., p . 87.

38 «Er lebte, um arbeiten zu können, nicht umgekehrt.» Mann, Erika, cité in : Peter de Mendelssohn , op . cit ., p . 966.

39 «Wenn ich in die Poschingerstraße kam, sah ich den Bruder vor allem als zärtlichen Vater [...]» Mann, Viktor, op. cit., p. 302.

40 «Das Haus war groß. In den Zimmern im dritten Stock konnten sie ziemlich unter sich sein.» Mann, Katia, op. cit., p. 54.

41 Ibid., p. 53.

42 Ibid., p. 89.

43 «Wir waren auch zu viert – die älteren vier Kinder – zeitweise eine Gruppe in unserem Wohnviertel ... die Schrecken verbreitete. » Mann, Golo, in:  ibid., p. 55. Ainsi, Klaus, en tirant les cheveux de Gretel Walter, a-t-il initié l’amitié entre Bruno Walter et les époux Mann. Cf. ibidem, p. 50.

44 Ibid., p. 86 sq.

45 Unordnung und frühes Leid, in: Mann, Thomas : Sämtliche Erzählungen, op. cit.

46 Cf. aussi Mendelssohn, Peter de op. cit., p. 497 et Mann Katia, op. cit. , p. 497.

47 Ainsi, c’est son bureau que décrit Mann in : Sämtliche Erzählungen op. cit., p. 502 sq. Le professeur fait sa sieste habituelle (comme Mann). Ailleurs, il écrit : «Und er geht in sein Arbeitszimmer hinüber, sein gefriedetes Reich, wo er die Rolladen herunterläßt.» (Ibid., p. 508). De Mendelssohn nous dit, lui, que Mann ferme immédiatement les stores quand on étend du linge dans le jardin. Cf. op. cit., p. 954.

48 Wälsungenblut, Mann, Thomas : Sämtliche Erzählungen, op. cit. Le titre français de la nouvelle publiée chez Grasset, op. cit., Sang réservé fait abstraction de toute référence à Wagner.

49 Cf. La Walkyrie

50 Katia est née Pringsheim ; la famille est (plus ou moins) protestante et d’origine juive.

51 Mann, Katia, op. cit.

52 Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 150 sq.

53 Cf. Mann, Erika : «Er konnte den ganzen Wagner auswendig». Cité in : Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 971.

54 C’est d’ailleurs le seul point de convergence avec son beau-père, le professeur Pringsheim. Cf. Mann, Katia, op. cit., p. 102. Cf. aussi David, Claude, « L’Allemagne de Guillaume II », in : Histoire de la littérature allemande, Aubier,1970, ici p. 834 : « Les maîtres de Thomas Mann furent Schopenhauer, Wagner et Nietzsche.»

55 Walter, Bruno, cité in : Mann, Katia, ibidem.

56 Quittant son monde à lui pour se plonger dans l’activité parisienne, Thomas Mann écrit en 1926 : «Keine Plötzlichkeiten. Aus dem Münchner Arbeitszimmer und Isarufergehölz nicht unvermittelt in die Pariser Aktion.» in : Autobiographisches, publié par Erika Mann, S. Fischer, 1968.

57 Cf. les deux pages quotidiennes...

58 Se faire construire une maison est une habitude chez Thomas Mann : dans sa vie, il s’en fait construire quatre en tout. Il procède habituellement par hypothèque pour trouver les fonds nécessaires. «Wir waren nie ‘reich’ », dit son épouse à ce propos. op. cit., p. 129.

59 Mann, Thomas in : Autobiographisches, op. cit. p. 45.

60 Ni son éditeur, ni son beau-père, tous deux touchés également par la guerre, ne l’abandonneraient véritablement.

61 Il envisage peut-être même de revendre les deux maisons. Cf. de Mendelssohn, Peter, op. cit., p. 983 sqq.

62 «Es sind geborene Villenproletarier» (!) Mann, Thomas : Unordnung und frühes Leid, op. cit., p. 494.

63 Ibid., p. 493.

64 Mann, Thomas, op. cit., p. 465.

65 Mann, Katia, op. cit., p. 38.

66 Cf. de Mendelssohn, op. cit., p. 1012.

67 Cf. Peter de Mendelssohn, op. cit., p. 1086. Le frère de notre auteur nous dépeint la situation ainsi : «[...] schwere Hausfrauensorgen bei Katja, fröhliche Ironie bei den älteren Kindern [...] Man wahrte Würde und kämpfte um den alten Lebensstil.» Mann, Viktor, op. cit., p. 327.

68 Mann, Klaus, cité in : Peter de Mendelssohn, op. cit. p. 1089.

69 Il a vendu sa maison de Tölz pour placer l’argent dans l’emprunt de guerre, qui sera quasiment annulé par l’inflation.

70 Le biographe Schröter cite et commente une lettre de Thomas à Heinrich Mann : « Er sprach von diesem «großen, grundanständigen, ja feierlichen Volkskrieg», Schröter, Klaus, op. cit., p. 85.

71 Thomas Mann personnifie l’Etat sous ce nom (in : Mann, Thomas, Betrachtungen eines Unpolitischen). Cité in : Peter de Mendelssohn, op.cit., p. 1043. sq.

72 Erika Mann, l’aînée des enfants, y pénètre une fois encore, nuitamment, afin de sauver quelques documents dont son père a absolument besoin.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr