Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Trois années dans l’histoire d’une province : Erfolg de Lion Feuchtwanger

Michèle Imbert

Texte intégral

  • 1 Feuchtwanger Lion : Erfolg – Drei Jahre Geschichte einer Provinz, Fischer, Francfort 1975. Sur L. F (...)

1C’est avec le roman Erfolg. Drei Jahre Geschichte einer Provinz conçu de 1927 à 1929 que Lion Feuchtwanger inaugure un imposant cycle de trois romans : Der Wartesaal.1 Suivent Die Geschwister Oppermann (1933) et Exil (1940), les trois ouvrages retraçant respectivement et successivement la naissance du nazisme en Bavière dans les années 20, la persécution des Juifs sous le troisième Reich et la vie en exil des intellectuels juifs allemands à cette même époque. Il est évident que cette trilogie comporte une forte composante autobiographique dans la mesure où Feuchtwanger, déchu de sa citoyenneté et interné en 1940 dans un camp français, vécut ensuite en exil aux États-Unis.

2Cette trilogie n’a toutefois rien à voir avec le journal de bord d’un intellectuel juif allemand pendant le régime nazi, et l’auteur Feuchtwanger poursuit à travers cet ouvrage des buts esthétiques et didactiques. Erfolg propose, ainsi que l’indique le sous-titre, une vue d’ensemble de la société bavaroise de 1921 à 1924, le roman s’achevant sur le « putsch de la brasserie » à Munich en 1923.

3Ce roman touffu (781 pages) ne présente pas une image univoque de la Bavière d’après-guerre, mais au contraire une somme de points de vue et d’opinions aussi variés que possible, le lecteur étant invité à en faire lui-même la synthèse. La progression chronologique se fait par l’enchevêtrement, au premier abord assez complexe, de différents réseaux narratifs et systèmes de personnages ; c’est seulement une fois le roman achevé que le lecteur peut reconstruire le tout et en dégager un sens.

4Feuchtwanger se livre simultanément à une étude psychosociologique des Bavarois entre 1921 et 1924, recherchant, dans des causes non seulement économiques et politiques mais surtout psychologiques et culturelles, les explications pour la naissance et le « succès » du nazisme dans le sud de l’Allemagne des années 20. Il ne s’agit toutefois pas d’un essai mais d’un roman où Feuchtwanger tente de toucher le lecteur à travers un certain mode d’écriture cherchant à pallier ce qu’il considère comme les déficiences du roman « bourgeois » traditionnel par des innovations narratives. Le roman est appelé, selon lui, à être, sous une forme renouvelée, le moyen de réfléchir sur l’attitude que doit adopter l’intellectuel face au politique, tout particulièrement quand le politique tend à céder le pas à la démagogie et la violence.

Les modes de narration dans Erfolg

5La structure « éclatée » de Erfolg peut, à première vue, déconcerter ; le roman se compose de cinq livres, eux-mêmes subdivisés en chapitres, généralement assez courts, dont le titre indique à chaque fois à quel réseau narratif et à quels personnages le lecteur va avoir affaire. Ces chapitres, qui semblent alignés les uns à la suite des autres de façon plus ou moins arbitraire, obéissent en fait dans leur succession et leur agencement à une cohérence interne et c’est à la fin du roman seulement que cette cohérence se révèle. Les systèmes de personnages (Figurenkonstellationen) obéissent à un double schéma ; chaque personnage se trouve impliqué dans un ou plusieurs réseaux narratifs et est associé à un autre personnage, que ce soit en parallèle (par exemple deux personnages luttant pour une cause commune et partageant certains points de vue) ou en contrepoint lorsqu’un personnage bien typé est confronté à son contraire, par exemple un besogneux auteur de littérature du terroir (Heimatliteratur) à un écrivain plus avant-gardiste.

6Trois « histoires » (Fabeln) principales constituent l’axe autour duquel s’articule le roman. Il s’agit tout d’abord du « procès Krüger » : Martin Krüger, professeur d’histoire de l’art et conservateur de musée munichois plutôt novateur se trouve mêlé contre son gré à une sombre et confuse histoire de parjure, laquelle n’est en fait qu’un prétexte utilisé par les réactionnaires bavarois – qui ont affermi leur pouvoir depuis l’échec de la Révolution de Novembre et de la République des Conseils – pour l’éliminer de la vie publique. Ses amis Johanna Krain, une jeune graphologue, et Kaspar Pröckl, un jeune ingénieur poète à ses heures, aidés par un écrivain d’origine suisse, Jacques Tüverlin, mettent tout en œuvre pour le faire libérer, ou au moins pour obtenir que son dossier soit réexaminé, car Krüger se retrouve brutalement enfermé entre les quatre murs d’une prison sans aucune perspective d’en sortir.

7Le second réseau narratif se situe dans une perspective plus historique – à l’époque quasi journalistique – puisque Feuchtwanger décrit dans quel contexte économique, politique, mais aussi et surtout psychologique, intellectuel et culturel le nazisme est né et s’est épanoui en Bavière dans les années 20. Ce réseau est essentiellement axé autour du personnage de Rupert Kutzner, ancien mécanicien-monteur, auteur d’opuscules prétendu­ment politiques et orateur disert, dans lequel il est impossible de ne pas reconnaître Adolf Hitler. Tout d’abord piteux trublion de taverne, Kutzner devient, soutenu par les membres de plus en plus nombreux du parti qu’il fonde et dirige, les Wahrhaft Deutschen, un véritable leader politique soutenu par des magnats de l’industrie et des parlementaires réactionnaires muni­chois. Autour de lui gravite un monde composite de petits-bourgeois aigris, de personnages interlopes et de braves brutes bavaroises toutes faites d’instinct et de pulsions et prêtes à mourir pour le Führer.

8Le troisième réseau narratif est celui dans lequel l’auteur Feuchtwanger a projeté le plus de subjectivité, puisqu’il s’agit de l’évolution moins psychologique qu’intellectuelle de l’écrivain Tüverlin, lequel apparaît en « vedette américaine » à la fin du premier livre et, qui plus est, sous les traits d’un valeureux quidam portant secours à une inconnue. Personnage léger, charmant et esprit éclectique, libre de toute entrave familiale et financière (il vit des revenus d’un hôtel qu’il possède en Suisse avec son frère), auteur de pièces radiophoniques et d’articles de journaux, essayiste, adepte de jiu-jitsu et de bouddhisme, il se lie d’amitié avec Johanna Krain qu’il rencontre par hasard (c’est à elle qu’il porte secours alors qu’elle se fait agresser dans un jardin public), et tente lui aussi de venir en aide à Martin Krüger. Au bout d’un long processus de maturation, Tüverlin décide de quitter sa douillette tour d’ivoire et de devenir ce que dans un premier temps nous pourrions appeler un « écrivain engagé ».

9Ces trois réseaux s’entrecroisent d’un chapitre à l’autre ou dans un même chapitre par le jeu de relations personnelles que les personnages ont les uns avec les autres. Johanna Krain est en relation avec le Docteur Geyer, Juif de gauche et avocat de Krüger (réseau 1), lui-même en relation professionnelle et personnelle (conflictuelle) avec le Ministre de la Justice Klenk, incarnation de la réaction bavaroise et collaborateur des Wahrhaft Deutschen de Kutzner (réseau 2), lesquels comptent dans leurs rangs le vieux Cajetan Lechner, représentant de la petite-bourgeoisie aigrie par le Traité de Versailles et les ravages de l’inflation, dont le propre fils est un communiste ami de l’ingénieur Kaspar Pröckl, lequel a avec Tüverlin de longues conversations sur le rôle de l’art dans la société moderne (réseau 3). Il est à noter qu’à peu près aucune description, physique ou psychologique, n’est donnée des personnages, ils sont au contraire réduits à des types représentant une classe de la société, du petit-bourgeois Lechner au grand patron de l’industrie von Reindl, en passant par l’« incontournable » bohème incarnée entre autres par la danseuse russe Insarowa et les escrocs Bornaak et von Dellmaier ; chose étonnante pour la Bavière, le clergé manque à l’appel.

  • 2 Feuchtwanger dans la postface de Erfolg.

« Aucune des personnes évoquées dans ce livre n’a existé de façon officielle dans la ville de Munich dans les années 1921/1924, mais l’ensemble qu’elles forment, lui, a bien existé. Afin que la représentation des personnages-types accède à la vérité du portrait, l’auteur a dû gommer du visage des individus leur réalité photographique. Le livre Erfolg ne présente pas des êtres véritables mais des êtres historiques. »2

10Seuls Tüverlin, Krain et Pröckl n’appartiennent à aucun groupe bien précis de la société, leur dénominateur commun étant leur engagement pour la cause de Krüger.

11La cohérence de cet imposant édifice est assurée par les titres attribués à chaque livre et au même schéma qu’on retrouve dans chacun d’eux. Une thématique principale donnée par le titre d’un livre y est traitée sous différents avatars ; le premier livre intitulé « Gerechtigkeit » traite par exemple du procès Krüger et de l’injustice qui est faite à ce dernier, du système judiciaire bavarois présenté comme arbitraire et inique, et de l’agression de Krain par un groupe de voyous. Chaque livre s’ouvre sur un épisode symbolique ou allégorique (la description d’un tableau intitulé « Joseph und seine Brüder oder Gerechtigkeit » au début du livre 1), et se termine par un rebondissement ou un regain de tension permettant de relancer l’action ; à la fin du premier livre, Tüverlin fait son apparition, portant secours à Krain alors que la situation devenait compliquée et dangereuse pour elle. Cette structure se retrouve encore dans le dernier livre intitulé Erfolg, s’ouvrant sur le récit allégorique du voyage de deux scientifiques au Pôle Nord – allégorie du combat de deux écrivains pour la gloire – et où sont narrés l’échec du putsch de Kutzner, la ruine du grand bourgeois Hessreiter, l’« embourgeoisement » de l’ex-communiste Beni Lechner... et en contre­point à cette dégringolade collective, la victoire de Krain et de Tüverlin qui veillent à ce que le cas de Krüger, mort d’une crise cardiaque en prison, ne tombe pas dans l’oubli.

12À la structure éclatée du roman correspond la multiplication des perspectives narratives. Feuchtwanger renonce ici à un « héros moyen » et à une unique perspective narrative, et juxtapose, d’un chapitre à l’autre ou à l’intérieur d’un même chapitre, différents narrateurs. Il reflète les pensées de tel ou tel personnage dans la langue/le dialecte, avec les tournures qui lui sont propres ; il a recours à ce que G. Stanzel appelle un « auktorialer Erzähler » dans la tradition du roman du xixe siècle, lequel commente les faits présentés ; mais il adopte aussi le style journalistique dans des « Exkurse » ayant valeur de documentaires et d’essais de psychosociologie sur la Bavière et ses habitants, ceci n’étant pas sans rappeler les techniques de la Neue Sachlichkeit. Il lui arrive enfin de « monter » plusieurs épisodes à la façon de séquences de film, supprimant tout médiateur narratif, l’un des cinq livres étant du reste placé sous le signe du film Panzerkreuzer Orlow dans lequel il est aisé de reconnaître le Cuirassé Potemkine d’Eisenstein.

13La juxtaposition déconcertante de tous ces modes de narration qui se contredisent, se heurtent et se répondent les uns aux autres, montre au lecteur le roman en train de se faire et le sens en train de se constituer à partir d’éléments qu’on pouvait à première vue considérer comme disparates. Ce « polyperspectivisme », le fait que le même phénomène soit représenté et interprété à travers un filtre à chaque fois différent peut, certes, avoir quelque chose d’artificiel, Feuchtwanger ayant également considéré son roman comme un champ d’investigation en matière de narration. Il correspond en tout cas à la volonté de l’auteur de représenter le monde moderne, de le rendre sensible et compréhensible, dans sa diversité et sa dysharmonie croissantes.

14Un seul élément, qui peut être considéré comme le fil rouge du roman, est toujours présent, que ce soit en arrière-plan ou au premier plan : la Bavière et sa capitale Munich.

Étude psychosociologique de la Bavière de 1921 à 1924

  • 3 Arnold Heinz Ludwig : Lion Feuchtwanger, op. cit., p. 31.

15Mis à part quelques escapades des Munichois à Berlin et à Paris – ces deux villes étant d’ailleurs évoquées de façon assez caricaturale, Paris comme la ville de l’amour et des prostituées, Berlin comme un monstre industriel inhumain et tentaculaire – le cadre du roman se situe toujours en Bavière, que ce soit à Munich même, dans la campagne environnante ou à Garmisch-Partenkirchen. Car la Bavière est le thème central du roman, elle en est le « héros collectif »3, et elle est finalement le seul dénominateur commun de tous les personnages.

16Feuchtwanger se livre dans le roman à une étude « sociologisante » de l’évolution de la Bavière et des Bavarois principalement depuis le début de l’ère industrielle. Partant du constat de la brutalité intrinsèque du Bavarois contemporain (des années 20), il cherche les causes géographiques, sociologiques et psychologiques qui font que cette population, malgré l’arrivée de l’industrialisation, reste plus que jamais empreinte de rusticité. Le Bavarois est par essence montagnard et rural et même les personnages en vue de la politique ou des affaires portent les traces de ces origines, physiquement et intellectuellement. Le Bavarois est une force de la nature dont l’impression­nante robustesse est inversement proportionnelle à l’intelligence et à la sen­sibilité ; d’une ardeur à la tâche qualifiée de fort moyenne, le Bavarois ne s’épanouit que dans certaines activités spécifiques : boire et manger, se battre et trousser les filles. Munich elle-même est certes décrite comme une ville dotée par ses princes de beaux monuments et de perspectives agréables, mais elle n’est pas présentée comme un foyer intellectuel et artistique très rayonnant :

  • 4 Erfolg, p. 498.

« Le centre de cet État rural, la ville de Munich, était une ville villageoise [dörfliche Stadt] dotée de peu d’industrie. [...] Elle produisait des biens de consommation de bonne qualité et la meilleure bière du monde. [...] Ceux des Bavarois dont l’esprit était un peu plus vif que la moyenne s’expatriaient. »4

17On peut à cet égard comparer le début du chapitre « Ich hab’s gesehen » avec le début de la nouvelle de Thomas Mann intitulée Gladius Dei. Chez Mann, Munich est présentée comme la ville de l’art par excellence, en parti­culier comme véritable patrie de la musique :

« Munich brillait. Un ciel de soie bleue était tendu au-dessus des places solen­nelles et des temples aux colonnes blanches, des monuments et des églises baroques construits à la mode antique, des fontaines jaillissantes, des palais et des jardins aménagés de la Résidence, et répandait des flots de lumière, tandis que les proportions bien calculées, larges et claires de tous ces édifices noyés dans la verdure se prélassaient dans la brume de soleil d’une belle journée du commencement de juin. [...] De nombreuses fenêtres sont ouvertes et beaucoup laissent échapper des flots de musique jusqu’au dehors. [...] Une maison sur cinq a des fenêtres d’atelier qui réfléchissent l’éclat aveuglant du soleil. [...] L’art s’épanouit, l’art est le maître [...] ... Munich brillait. »

18Dans Erfolg, on trouve la version grotesque et grimaçante de cette Munich magnifiée ; il y est également question du goût des autochtones pour la musique, mais dans un autre registre :

  • 5 Sorte de danse folklorique passée de mode à l’époque du récit.
  • 6 Erfolg, p. 775.

« Munich dansait. La nouvelle année était arrivée et avec elle le carnaval. Dans les bals masqués, les grandes brasseries, dans les festivités organisées par les innombrables clubs de quilles [...], tous dansaient, les petits-bourgeois, les ouvriers, les paysans. [...] Munich dansait. Dans la musique assourdissante de la Française5, Munich, les bras entrelacés, soulevait les femmes dans les airs et les faisait tourner au milieu des cris d’allégresse et des braillements. [...] Dans le matin gris, Munich se rassemblait pêle-mêle après une nuit passée à festoyer dans des tavernes primitives, les chauffeurs, les matrones du marché, les messieurs en frac et les dames masquées de loups de velours, les éboueurs et les prostituées, afin de boire de la bière et d’avaler des boudins blancs. »6

19Feuchtwanger prend indubitablement un malin plaisir à charger le portrait parfois caricatural qu’il dresse de l’« homo alpinus » (sic), le roman prend parfois une forte coloration satirique, mais son but n’est cependant pas de se livrer au persiflage gratuit. Cette peinture des Bavarois et de leur pays sert de toile de fond à des réflexions plus sérieuses sur les origines des mouvements d’extrême droite en Allemagne méridionale. Il rappelle tout d’abord les causes historiques qui ont fait qu’une partie croissante de la population bavaroise s’est ralliée au nazisme. Dans des chapitres rédigés sur le mode journalistique, il narre l’occupation de la Ruhr par les troupes françaises en 1923, reproduit dans d’autres chapitres (suivants ou précédents) sous un angle narratif personnel (personale Erzählhaltung) les sentiments de tel ou tel personnage ou groupe social au sujet de cet événement. Il procède de même pour l’inflation, qu’elle soit abordée sous un angle pseudo scientifique ou à travers les déboires financiers de la majeure partie de la population bavaroise ; la chute perpétuelle du cours du mark par rapport à celui du dollar est évoquée presque à la façon d’un leitmotiv au début de nombreux chapitres, Feuchtwanger voulant par là insister sur le fait que l’individu dans le monde moderne ne peut nullement décider de son destin, son existence étant totalement déterminée par de grands phénomènes mondiaux sur lesquels il n’a absolument aucune prise. Il insiste également dans des chapitres à coloration sociologique sur le fait que le grand malheur des Bavarois est qu’ils sont une race autarcique qui a été forcée au cours de son histoire, du fait de l’industrialisation croissante de l’Europe, de s’ouvrir sur le monde extérieur et d’avoir des échanges avec lui. Résolument tourné vers l’âge d’or désormais révolu de sa civilisation, le Bavarois se refuse à reconnaître l’intérêt qu’il y aurait à faire du commerce, à communiquer avec d’autres pays, ce qui l’a amené à se replier farouchement sur son pays et son environnement immédiat. Alors que l’idéal culturel de la civilisation européenne est celui du Weltmensch, du citoyen universel, les Bavarois se sont accrochés de façon quasi maladive à leur héritage culturel spécifiquement local.

  • 7 Erfolg, p. 523 .

20C’est sur ce terrain que, selon Feuchtwanger, le fascisme peut se développer et prospérer le mieux. L’ascension fulgurante de Kutzner/Hitler décrite dans Erfolg en est l’illustration. Les grands industriels comme le Baron von Reindl, ceux qui, dans le roman, détiennent véritablement le pouvoir et tirent les ficelles du jeu politique, soutiennent les Wahrhaft Deutschen financièrement mais discrètement, se servant de Kutzner comme d’une Tarnkappe7 (l’allusion au Nibelungenlied n’est évidemment pas gratuite) leur permettant de faire à couvert leurs petites affaires. Mais il est clair pour eux qu’une fois l’orange pressée, ils n’auront aucun scrupule à la jeter. En revanche, les petites gens adhèrent au parti de Kutzner parce qu’ils ont le sentiment que Kutzner est d’une part le Führer désigné pour écarter du pouvoir les socialistes berlinois qui laissent le pays aller à vau-l’eau, d’autre part parce qu’ils voient en lui la possibilité de voir revenir le goldenes Zeitalter de la Bavière, quand elle était un État libre. C’est donc en lui que tous projettent leurs désirs et leurs frustrations, ceux du quotidien immédiat mais aussi ceux nés du sentiment d’avoir perdu un monde uni et harmo­nieux. Les discours et la personnalité du Führer apparaissent aux âmes candides et enfantines des Bavarois comme la solution potentielle à tous les problèmes, comme la satisfaction potentielle de toutes les attentes (cf. à ce sujet le récit de Hermann Broch intitulé Die Verzauberung) :

  • 8 Erfolg, p. 420.

« La raison pour laquelle tous les garçons couraient après Kutzner [...] était claire. Ils voulaient de l’aventure, ils voulaient jouer aux gendarmes et aux voleurs. [...] Qu’on leur démontre que leurs petits jeux sont un acte patriotique [...] et on peut les diriger et les envoyer là où on veut. » 8

21Tüverlin, le personnage d’écrivain dans lequel on peut reconnaître de nombreux traits de Feuchtwanger lui-même, aboutit à cette conclusion que les Bavarois sont les derniers héritiers des Barbares germains et partant se situent au même degré de civilisation qu’eux, allant par là à contre-courant de la civilisation moderne ; c’est précisément dans cette tradition que les Wahrhaft Deutschen réussissent à s’ancrer et à se développer, ce qui amène Tüverlin à émettre quelques prophéties assez peu optimistes pour la civilisation occidentale :

  • 9 Erfolg, p. 570.

« La civilisation des Blancs, dit Tüverlin, avait fait un bond de mille ans en arrière lors de l’irruption des Barbares germaniques dans la culture gréco-romaine, et alors qu’on avait à grand peine réussi à greffer à la suite quatre cents ans de civilisation, les esprits restés à un stade moins développé menaçaient à nouveau de faire irruption dans ce qu’avaient créé les esprits civilisés. Ce mouvement patriotique était une étape historique de la barbarie ».9

22Tüverlin/Feuchtwanger se situe, dans cette condamnation du fascisme comme mouvement régressif allant à contre-courant de l’histoire, dans la tradition des Lumières, car il définit la barbarie comme Unvernunft, comme non-raison, alors que la raison, de même que le droit et l’éthique, est un des éléments fondateurs et fondamentaux de la civilisation. Il dénonce le fascisme comme conséquence non seulement de facteurs économiques et sociaux, mais aussi et surtout comme un ensemble de facteurs culturels pouvant devenir menaçant pour la civilisation occidentale ; c’est avec les instruments de la raison, dans un esprit humaniste que les contemporains se doivent de lutter contre ce danger grandissant.

La place de l’écrivain dans Erfolg

23Le médium au travers duquel le lecteur est censé percevoir l’importance de cette question, et en même temps une possibilité de réponse, est bien entendu Tüverlin, dont l’évolution est l’un des éléments principaux du roman. Lorsqu’il apparaît dans le roman, il est décrit comme un être relativement léger et individualiste, vivant de sa plume mais sans produire d’œuvres dont l’écho soit particulièrement puissant ; il semble plutôt disperser son talent entre critiques de théâtre, pièces radiophoniques et courts essais, et va jusqu’à se commettre dans l’écriture d’une revue de music-hall, qu’il intitule Kasperl im Klassenkampf, souhaitant y introduire une dimension de critique politique et sociale, mais qui sera promptement rebaptisée par le directeur du théâtre, moins soucieux d’engagement politique que de chiffre d’affaire, Höher geht’s nimmer, allusion discrète aux courtes jupes portées sur scène par les girls.

  • 10 Feuchtwanger est, lui, issu d’une famille juive de la bourgeoisie munichoise et il a vécu à Munich (...)

24Il apparaît du reste moins comme un écrivain que comme un homme de son temps, bien décidé à profiter de la vie, mais traversant l’existence sans s’impliquer outre mesure, n’étant concerné que par les phénomènes qui l’entourent directement, passant ainsi d’un lieu et d’une époque à l’autre sans se brûler les ailes. Moins qu’un écrivain, c’est un observateur, son occupation de prédilection étant de regarder vivre ses contemporains. Cette caractéristique est un des éléments qui lui permet plus tard de troquer son habit d’observateur neutre contre celui de témoin plus engagé. Il est du reste à noter que Tüverlin n’est pas Bavarois mais d’origine suisse10, ce qui lui confère naturellement une place particulière dans la Bavière où Feuchtwanger le fait évoluer, en particulier une certaine distance critique par rapport aux caractéristiques intrinsèques de l’« âme bavaroise ».

25Les différents avatars de Tüverlin au cours du roman ne sont pas les seules figures d’écrivains proposées au lecteur. Feuchtwanger procède ici de manière très traditionnelle, dans la mesure où Tüverlin se trouve à l’intersection, entre autres, de deux systèmes de personnages : celui des artistes et écrivains du cru écrivant selon les goûts de la population locale, et celui des artistes ou écrivains considérant l’art comme tout à fait autre chose que la transposition esthétique de l’âme bavaroise... Dans la première Figuren­konstellation, qui fonctionne selon le schéma du contrepoint, Tüverlin se trouve opposé à toute une série de Heimatdichter ou Heimatkünstler faisant la fierté de la population locale, qui trouve en eux des porte-paroles de premier choix. Il y a par exemple les professeurs Matthäi et Pfisterer (sans doute personnages à clés pour les contemporains de Feuchtwanger), auteurs d’édifiants romans où des cohortes de jeunes filles innocentes, refusant d’écouter les conseils avisés de leurs paysans de parents, commettent la faute fatale de quitter la campagne pour se rendre à la ville, tombent dans les griffes de quelque suborneur, et s’en reviennent, repentantes et jurant qu’on ne les y prendrait plus, dans le village de leurs aïeux. On trouve aussi le peintre Greiderer, digne héritier de ses ancêtres en matière de troussage de filles et qui après des débuts vaguement avant-gardistes, au fond plus destinés à choquer le bourgeois que témoignant d’une véritable recherche esthétique, se retrouve, une fois jeunesse passée, peintre officiel des Wahrhaft Deutschen après qu’un portrait peint par lui du Führer eut l’heur de plaire à ce dernier.

26Dans l’autre camp se trouve, outre Tüverlin, le peintre Landholzer, auteur de toiles et de sculptures rappelant fortement l’art de l’époque expressionniste, dans lesquelles il dénonce avec un style violent le militarisme, l’injustice, la violence et l’éclatement du monde moderne, l’isolement de l’individu devenu le jouet de forces extérieures contre lesquelles il est parfaitement impuissant. Mais ces tentatives de dénonciation restent lettre morte car Landholzer, schizophrène et paranoïaque, vit reclus dans un asile psychiatrique et refuse de montrer ses œuvres à qui que ce soit. Le seul à qui il accepte de les dévoiler est le jeune Kaspar Pröckl, ingénieur dans une usine de construction automobile, marxiste convaincu et auteur de ballades à forte coloration politique ; Feuchtwanger s’est fortement inspiré de Bertolt Brecht dont il était l’ami et avec qui il a collaboré pour dresser ce portrait.

27Tout au long du roman, Pröckl et Tüverlin se livrent à de grands débats sur la fonction de l’art et de l’artiste, en particulier de l’écrivain, dans la société moderne. Pour Pröckl, l’art n’a que deux fonctions : il est une forme de catharsis pour l’artiste, lui évitant ainsi de se commettre avec la psychanalyse, et il a surtout le devoir de servir la cause de la masse populaire. L’art n’est art que dans la mesure où il est au service du prolétariat, où il n’est qu’un moyen parmi d’autres d’aider le prolétariat international à vaincre le capital. Etre un artiste engagé revient donc, selon les théories de Pröckl, qui raisonne selon un schéma attribuant à chacune des classes un type d’artiste, à se reconnaître comme faisant partie du prolétariat ; c’est seulement de cette façon que l’artiste a une possibilité de s’engager dans la société et de la modifier. Tüverlin/Feuchtwanger défend une toute autre position ; le propre de l’artiste, s’il veut s’engager et agir dans la société où il vit doit, paradoxalement, se dégager de toute appartenance à un groupe social, cette position étant le seul garant de sa liberté d’expression, et c’est à lui que revient la mission de décrire et d’interpréter depuis ce siège d’arbitre les événements et les phénomènes qui l’entourent. Mais ceci est la conclusion à laquelle Tüverlin n’aboutit qu’après un lent travail de maturation.

28Au cours du roman, il est en effet amené à modifier la conception qu’il a de son métier d’écrivain ; après avoir papillonné une bonne partie de sa vie, il se rend tout d’abord compte, en s’impliquant dans le procès Krüger aux côtés de Krain, qu’il y a quelque chose de pourri dans l’État de Bavière : la justice. Il commence donc par publier un essai où il relate le cas Krüger, dénonçant les procédés iniques et arbitraires des juristes et des politiques de la réaction bavaroise. Il travaille dans le même temps à une pièce radiophonique intitulée Weltgericht se situant dans la même perspective de dénonciation des cas de condamnations arbitraires dans le pays, où il met en cause la conception tout à fait particulière que les dirigeants bavarois ont de la démocratie. A la fin du roman, il entame enfin la rédaction d’un gros ouvrage intitulé Das Land Bayern il se propose d’examiner l’ensemble de la société bavaroise sous tous les angles possibles, économique, sociologique, politique, historique, psychologique, etc., précisément ce que Feuchtwanger lui-même a tenté de faire avec Erfolg. Le roman se termine sur lui-même, comme le serpent se mord la queue, et le lecteur a pu voir, au cours de sa lecture, comment l’ouvrage se constitue.

29Parallèlement à cela, Krain dénonce à sa façon l’injustice du cas Krüger et les violences du système judiciaire bavarois en tournant un film à ce sujet, aidée financièrement par les dollars de Potter, un richissime industriel californien également surnommé der Dollarscheißer, incarnation du capitalisme dans sa version éclairée, un mélange de capitalisme et de modernité cultu­relle, présenté ici comme une sorte de grotesque deus ex machina, survenant à point nommé pour aider la pauvre Krain dont l’action menaçait de s’enliser. Les techniques cinématographiques, en particulier celles de montage, sont largement utilisées par Feuchtwanger dans le roman, son propos étant de démocratiser le rapport auteur-lecteur. Dans son projet de sensibiliser ses contemporains au danger que représente le nazisme, il souhaite toucher un public le plus large possible, ce qui le conduit à adopter parfois un style journalistique, qu’il semble juger beaucoup plus limpide que de longs développements mythico-métaphysiques, et à rappeler et souligner le rôle et l’importance de moyens de communication adaptés à la société moderne et à la culture de masse, en particulier la radio et le cinéma. Il propose ainsi une analyse du film Panzerkreuzer Orlow, alias Panzerkreuzer Potemkin, non une analyse par scène ou par plan, mais une analyse des réactions des spectateurs. Il choisit comme cobaye le ministre de la justice Klenk, spécimen on ne peut plus typique de Bavarois robuste et roué, dénué de tout scrupule, et décrit comment ce leader réactionnaire est amené, à son insu et grâce aux moyens propres au cinéma (montage, musique, plans…) à prendre fait et cause pour les mutins et à prier pour que le bateau puisse sortir sans encombre du port. Ce n’est qu’en sortant de la salle de projection que Klenk prend conscience du phénomène dont il a été le jouet :

  • 11 Erfolg, p. 485.

« Alors qu’il quitte l’obscurité étroite du cinéma pour la clarté et le plein air de la rue, le ministre Klenk, revêtu de son loden, le feutre bien vissé sur son énorme crâne, se sent envahi par une torpeur inconnue. Mais qu’est-ce que c’était ? Est-ce que par hasard il ne ferait pas tirer sur les mutins ? Est-il possible qu’un homme comme lui puisse former ce vœu : « Ne tirez pas » ? [...] Dans une vitrine, il aperçoit son visage et y lit une expression de désarroi qu’il n’y avait jamais vue [...] Il rit, un peu gêné. Fait signe à une voiture, bourre sa pipe après l’avoir vidée. Et déjà il a retrouvé son ancien visage, son visage sauvage, réjoui, satisfait de lui-même. »11

30D’autres moyens utilisés par Feuchtwanger pour démasquer et dénoncer les dangers de la tentation fasciste sont la satire et le grotesque qui sont présents d’un bout à l’autre du roman. L’auteur ne se contente pas de taxer sans cesse les Bavarois de rudesse d’âme et de manque de civilisation, il s’emploie également à représenter les faits sur un mode satirique censé permettre au lecteur de prendre distance par rapport à ces faits, et ainsi d’en prendre plus clairement conscience. Ceci se retrouve par exemple dans le personnage de l’acteur comique Hierl, facilement identifiable comme le double de Karl Valentin. Ainsi le public munichois se régale-t-il d’un spectacle de lui intitulé Der Handschuh – nicht von Schiller, dont le scénario pour le moins complexe et embrouillé se rattache à l’actualité de l’époque. Resi, la partenaire de Hierl, a fait dans la rue une trouvaille d’une valeur inestimable : deux billets d’entrée pour une soirée de l’Eddabund, cercle très fermé du gratin des Wahrhaft Deutschen. Hierl et sa partenaire décident donc de s’y rendre afin d’y voir le Führer Kutzner, et se mettent tous deux sur leur trente-et-un. Ce faisant, Hierl raconte qu’il a vu passer quelques minutes auparavant le susdit Kutzner dans sa prestigieuse voiture, coiffé d’un feutre et portant des gants brun foncé. S’en suit une longue dispute pour savoir si le Führer gardera ses gants pour parler, Hierl et sa compagne restés à moitié vêtus en viennent aux mains, le temps passe, il faut se dépêcher, vite, ils prennent un taxi, y poursuivent leur querelle avec tant de vigueur que le chauffeur a un accident, mais finissent malgré tout à arriver à l’Eddabund, crottés et ensanglantés, alors que la soirée est en train de se terminer. Leur premier souci est de demander à ceux qui étaient là à l’heure si Kutzner a porté des gants pendant son discours :

  • 12 Erfolg, p. 553-554.

« Les personnes interrogées se creusent la tête. L’une d’elles pense que oui, une autre que non. Chacun campe sur ses positions. Une troisième, une quatrième, une dixième personne s’en mêlent. Il en résulte une énorme bagarre générale. Elle ne prend fin que lorsqu’un Juif vient à passer et met tout le monde d’accord, tous l’accusant d’être responsable de cette rixe et étant d’avis de le rosser. »12

31D’autres passages du roman relèvent quant à eux plutôt du registre du grotesque. Les Wahrhaft Deutschen sont présentés comme une bande de brutes avinées incapables de prendre la moindre initiative et d’avoir un minimum d’esprit critique, prêts à suivre n’importe qui n’importe où, pour­vu qu’on leur assure leur ration de bière et de petites femmes. Kutzner lui-même est présenté comme un sorte de pantin à qui l’auteur fait prendre les postures les plus ridicules ; il le fait s’agenouiller comme un enfant capricieux, suppliant pour avoir encore un bonbon, devant un ministre afin d’avoir l’autorisation de manifester avec ses troupes dans les rues de Munich alors que cela lui a été refusé, il l’affuble du sobriquet de Coriolan dans une scène où Kutzner va rendre visite à Klenk qui a rompu avec les Wahrhaft Deutschen et la vie politique, et vit en reclus dans sa propriété à la campagne. La chute de ses discours, qu’il fait toujours dans des brasseries est généralement : « Maß her ! », et son frère, le boxeur Alois Kutzner, âme damnée de Rupert au début du roman, décide finalement, après avoir commis à la demande du Führer le meurtre d’une bonne susceptible de trahison au profit des communistes, de quitter le siècle et ses bassesses et de se faire moine.

32On peut cependant se demander si la dénonciation que fait Feuchtwanger du fascisme ne perd pas de sa force du fait de cette présentation du phénomène sur un mode badin parfois à la limite de la farce, si cette image grossissante et déformante ne minimise pas l’aspect dangereux des Wahrhaft Deutschen et ne réduit pas la portée du message que Feuchtwanger veut faire passer – même s’il faut bien entendu tenir compte du fait que nous avons aujourd’hui tout le recul nécessaire pour juger de cela et que nous savons à quoi tout cela a abouti. Le roman se clôt sur l’échec peu glorieux du putsch de 1923, confirmant par là que Kutzner n’est qu’une marionnette qui s’écroule dès que les grands industriels lui retirent leur appui financier ; parallèlement à cela, Tüverlin est vainqueur dans un pari qu’il a conclu avec Klenk et où il affirmait qu’il ferait parler Krüger mort en prison d’une crise cardiaque. Erfolg, le succès, c’est le fait que grâce à l’essai de Tüverlin et au film de Krain, les ouvrages de Krüger – qui était professeur d’histoire de l’art et critique d’art notoire – soient de nouveau diffusés et lus dans le monde entier (toutefois plus à l’étranger qu’en Bavière), non seulement ses anciens ouvrages déjà édités mais également ceux rédigés pendant son incarcération.

33Et ce succès, cette victoire sur la barbarie est d’autant plus flagrante que dans le dernier livre du roman – intitulé Erfolg – Feuchtwanger s’emploie à brosser le tableau de la déconfiture quasi générale des autres personnages. Klenk est évincé lors d’un congé pour maladie de son ministère par des hommes de son parti souhaitant prendre sa place ; Beni Lechner, un ami de Pröckl également inscrit au parti, reprend finalement la tradition petite-bourgeoise de sa famille en se mariant et en s’établissant comme boutiquier, Pröckl choisit de disparaître dans les lointaines steppes d’URSS et le riche industriel Hessreiter se retrouve complètement ruiné. Au milieu de tous ces déboires, le succès de Tüverlin éclate comme un feu d’artifice, et on peut être amené à se demander si le retour de la barbarie ne trouve pas une justification comme phase transitoire dans l’histoire de la civilisation que Feuchtwanger conçoit sous la forme d’une spirale. Le retour de la barbarie est certes une phase terrible et sanglante, mais elle va malgré tout dans le sens de l’histoire et du progrès ; certains critiques ayant manifestement lu Hegel y voient une ruse de la raison dans l’histoire, la progression de l’esprit dans l’histoire se faisant aussi par le retour temporaire de phases de barbarie. Il serait toutefois hasardeux de pousser plus avant des considé­rations de cet ordre car il ne faut pas oublier que Feuchtwanger a écrit Erfolg en 1927 et qu’il lui était bien évidemment impossible de prédire l’avenir de l’Europe.

34Erfolg s’est vu attribuer de nombreuses étiquettes littéraires, les critiques ne sachant pas toujours bien dire dans quelles proportions il s’agissait d’un Künstlerroman, d’un Zeitroman, d’un Gesellschaftsroman, ou d’un sozialer Zeitroman. Une certitude existe cependant, à savoir qu’il s’agit d’un roman de la crise ; non seulement de la crise économique des années 20 et de celle du système judiciaire en Bavière, mais aussi de la crise des intellectuels dans un pays où les exactions de l’extrême-droite commencent à prendre des proportions inquiétantes. Que doit faire l’écrivain, lui qui s’est vu retirer, avec le développement de la culture de masse, son rôle d’éducateur et d’éclaireur intellectuel ? Selon Feuchtwanger, le seul moyen de changer le monde est de l’expliquer. Mais comment s’y prendre pour expliquer un monde désormais de plus en plus éclaté et privé de valeurs-repères ?

35Les innovations en matière de narration présentes dans Erfolg reflètent des préoccupations partagées par d’autres auteurs de cette époque, comme par exemple l’Autrichien Broch. Parti du constat que l’individu occidental a perdu tout point de repère métaphysique depuis l’écroulement du système de valeurs théocentrique sur lequel reposait sa civilisation (cf. Die Schlaf­wandler), Broch essaie de mettre au point une nouvelle forme de narration, le roman dans sa forme traditionnelle étant devenu incapable de rendre compte de l’atomisation et de l’absence d’orientation du monde moderne. Du point de vue de la forme, Erfolg est sans doute moins novateur et surtout moins achevé que Die Schlafwandler, Feuchtwanger greffant de nouveaux modes de narration sur de plus traditionnels de façon parfois assez artifi­cielle, mais le but est le même chez les deux auteurs : proposer au lecteur la représentation d’un tout, d’une Ganzheit à partir de laquelle il pourra travailler à se constituer un nouveau système de repères.

La maison de Thomas Mann, Poschingerstraße 1, en cours de construction 1913-1914

Notes

1 Feuchtwanger Lion : Erfolg – Drei Jahre Geschichte einer Provinz, Fischer, Francfort 1975. Sur L. Feuchtwanger voir : Arnold Heinz Ludwig (éd.), Lion Feuchtwanger - Text und Kritik Munich 1980 ; Dietschreit Franz, Lion Feuchtwanger, Sammlung Metzler, Stuttgart 1988 ; Kröhnke Karl, Lion Feuchtwanger : Der Ästhet in der Sowjetunion, Metzler Studienausgabe, Stuttgart 1991. Sur son époque : Laqueur Walter, Weimar - Une histoire culturelle de l’Allemagne des années 20, Robert Laffont 1978 ; Thalmann Rita, La République de Weimar, Que sais-je N° 2300, PUF 1986.

2 Feuchtwanger dans la postface de Erfolg.

3 Arnold Heinz Ludwig : Lion Feuchtwanger, op. cit., p. 31.

4 Erfolg, p. 498.

5 Sorte de danse folklorique passée de mode à l’époque du récit.

6 Erfolg, p. 775.

7 Erfolg, p. 523 .

8 Erfolg, p. 420.

9 Erfolg, p. 570.

10 Feuchtwanger est, lui, issu d’une famille juive de la bourgeoisie munichoise et il a vécu à Munich jusqu’en 1925.

11 Erfolg, p. 485.

12 Erfolg, p. 553-554.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540