Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

La vie littéraire à Munich dans les années vingt

Barbara Fontaine

Texte intégral

1S’il est vrai que les années vingt ont été pour l’Allemagne une période d’extraordinaire effervescence intellectuelle et artistique, personne ne songerait à associer ces années d’or à la ville de Munich. À l’image de Berlin comme foyer de l’avant-garde européenne, s’oppose en effet celle d’un Munich conservateur et fournissant un terrain favorable aux débuts du national-socialisme. Le Munich de la République de Weimar s’oppose aussi à la glorieuse Residenzstadt qu’il était avant la guerre. Le temps de Schwabing est révolu, les représentants munichois de la bohème littéraire et de l’esprit anti-bourgeois ne trouvent plus de successeur dans les années vingt, hormis peut-être Joachim Ringelnatz et Ernst Penzoldt. Lion Feuchtwanger rend compte de ce changement dans son roman Erfolg (1930), satire de la vie munichoise entre 1920 et 1924 :

« Auparavant, la belle et confortable ville avait attiré les meilleurs esprits du Reich. Comment se fait-il qu’ils étaient maintenant tous partis et qu’à leur place se réfugiait à Munich, comme attiré par magie, tout ce qu’il y avait de pourri et de mauvais dans le Reich et qui ne pouvait aller nulle part ailleurs ? »

2Milieu petit-bourgeois, plutôt hostile à l’art moderne, foyer conservateur et nationaliste, réceptif aux idées national-socialistes : ainsi peut-on résumer le climat munichois des années vingt. Est-ce à dire qu’aucune vie artistique et littéraire n’a pu prospérer sur ce terrain ? En réalité, les affirmations de Feuchtwanger méritent d’être nuancées. Et si l’on a coutume d’opposer le conservatisme de cette ville à la modernité de sa rivale Berlin, certains préfèrent le calme et la lenteur provinciale de la première à l’agitation de la dernière. Ainsi Ringelnatz :

« Munich est une contrée marécageuse. Le rythme se fatigue, le pas ralentit. On se libère du col rigide, on se défait de l’élégance de la mode et des choses importantes. On devient munichois, on adopte un ton presque provincial, presque familier. […] Rien ne triomphe ici, pas plus l’officier que l’universitaire, pas plus le commerçant que le peintre. Et on est entre soi. On se gêne peu. »

3D’autres lui assignent même une plus grande vocation. C’est le cas de Thomas Mann, qui, originaire de Lübeck, a choisi de vivre à Munich de 1894 à 1933. Dans un texte de 1932 intitulé « München und das Weltdeutsche », il rend hommage à sa ville d’adoption.

« Munich n’a-t-elle pas toujours fait partie des villes pour lesquelles l’Allemagne a été aimée dans le monde ? [...] Je me suis souvent demandé [...] si Munich ne pourrait pas jouer un jour aux yeux du monde le rôle que jouait il y a un siècle la ville de Goethe.

C’est une ville humaine, à cœur ouvert, une ville de liberté artistique, dans laquelle on peut sentir, vivre et aimer deux choses à la fois : la nation et le monde. Ce peut être ou devenir le lieu à travers lequel l’Allemagne se lierait et se réconcilierait le mieux avec le monde – une capitale d’un autre genre que Berlin, une ville à la fois allemande et universelle, comme l’était Goethe et comme l’était jadis grâce à lui Weimar. Munich comme le refuge de cette liberté et de cette sérénité qui s’affirme dans le mot ‘art’ contre toute la noirceur et le fanatisme de l’époque, Munich comme capitale d’un classicisme germano-européen – est-ce un rêve ? Ce n’est pas un rêve complètement insensé, serais-je tenté de penser, et qui veut espérer en Munich doit à mon avis diriger ses espoirs dans ce sens ».

4Le paysage littéraire de Munich dans les années vingt est varié et contrasté. On peut y distinguer trois grandes tendances : à un extrême, un petit groupe d’écrivains avant-gardistes, préoccupés de critique sociale, qui ont presque tous «émigré» à Berlin avant 1933 ; à l’autre extrême, un groupe plus nombreux d’écrivains mineurs, conservateurs, attachés à la nature, à la patrie et à la religion ; entre les deux, un cercle d’intellectuels bourgeois regroupé autour de Thomas et Heinrich Mann.

L’avant-garde et la critique sociale

5Sous cette étiquette sont réunis quelques révolutionnaires antibourgeois que l’échec des révolutions de 1918-1919 a laissés pleins de ressentiment. Un mélange d’éléments expressionnistes et prolétariens caractérise les écrits de Erich Mühsam, Gustav Landauer et Ernst Toller. En mêlant critique sociale et lutte contre les doctrines racistes et nationalistes du temps et du lieu (Munich), ces auteurs se réclament d’une littérature à la fois prolétarienne et provinciale. Oskar Maria Graf, Lion Feuchtwanger, Bertolt Brecht et Marieluise Fleisser ont en commun avec eux d’avoir des idées de gauche, voire révolutionnaires, de les exprimer dans leurs œuvres et de vivre à Munich au début des années vingt.

6Oskar Maria Graf (1894-1967) est un des rares représentants de la littérature prolétarienne et révolutionnaire resté à Munich après l’échec de la «République des Conseils» et l’exode des intellectuels de gauche. Il dépeint dans une partie de son œuvre les milieux ouvriers, petit-bourgeois et paysan de Bavière. Mais sous l’écrivain «provincial» se cache un écrivain politique, l’auteur de Wir sind Gefangene. Bekenntnis aus diesem Jahrzehnt (1927). Dans ce roman à succès qui relate les événements de la « République des Conseils », Graf se révèle comme un dénonciateur farouche de l’inégalité sociale et comme un antimilitariste convaincu. Arrêté pour son activité au sein du U.S.P.D., puis relâché grâce à l’intervention de Rilke, Graf reste à Munich jusqu’en 1933 et émigre alors à Vienne. Ses livres sont immédiatement brûlés.

7Lion Feuchtwanger (1884-1958) commence sa carrière à Munich comme auteur dramatique à succès. Très lié depuis la guerre avec O. M. Graf et Heinrich Mann, il partage leurs idées socialistes et se déclare un adversaire du pouvoir politique et militaire : sans participer activement à la révolution munichoise de 1918-19, il se montre cependant sympathisant. Son roman Erfolg. Drei Jahre Geschichte einer Provinz (1930) est une satire de la bourgeoisie munichoise entre 1920 et 1924 ; il s’attaque notamment à l’engourdissement de l’appareil administratif, à la justice partiale qui condamne sans merci toutes les gauches, à la diffamation de tout ce qui est étranger et à la corruption. Mais dans les années vingt, c’est surtout à ses romans historiques que Feuchtwanger doit son prestige international d’écrivain, notamment à son Jud Süss (1925). D’abord refusée par plusieurs éditeurs, avant d’être acceptée par un éditeur munichois, cette histoire a connu un grand succès et fut vendue à plus de cent mille exemplaires en un an. Mais en cette même année 1925, se sentant de plus en plus indésirable dans sa ville natale en tant qu’intellectuel juif, Feuchtwanger « émigre » à Berlin.

8Lion Feuchtwanger a joué au début des années vingt un rôle important d’initiateur et de promoteur auprès de Bertolt Brecht (1898-1956). Celui-ci étudie la médecine et la littérature allemande à Munich depuis 1917. Il interrompt ses études en 1921 pour se consacrer entièrement à la littérature. La première pièce de Brecht, Baal (1922), met en scène un poète vagabond asocial ; elle contient déjà en germe la morale brech­tienne antibourgeoise et sa prédilection à porter sur la scène la vilenie, la bassesse et l’isolement des hommes. Sa comédie suivante, Trommeln in der Nacht - Tambours dans la nuit (1922), dont le titre original était Spartakus se passe sur fond de révolution munichoise. La pièce ne représente cependant pas une apothéose de la révolution, mais montre l’aspiration de chacun au bonheur individuel. À l’exemple d’une famille de petits bourgeois, Brecht écrit un psychodrame de la mentalité d’après-guerre. En 1923 paraît Im Dickicht der Städte – Dans la jungle des villes, un drame sur l’isolement de l’homme, dans lequel l’auteur s’est complètement libéré des influences de l’expressionnisme et a trou­vé le langage de la Neue Sachlichkeit (« nouvelle objectivité »). Brecht et Feuchtwanger, qui se connaissent depuis 1919, collaborent : Feuchtwanger met en scène à la Kammerspiele en 1922 Trommeln in der Nacht. L’année suivante, ils mettent ensemble en scène une pièce de Marlowe dont le succès vaut à Brecht une offre de la part du directeur du Deut­sches Theater de Berlin. Cela lui permet de réaliser en septembre 1923 l’installation à Berlin qu’il envisageait depuis longtemps. Voici ce que Brecht écrit de Munich en 1923 :

« On peut à peine se retourner dans la ville, et les gens sont si bêtes qu’il faut tellement d’humour qu’on devient de mauvaise humeur. C’est à cause de l’eau qui n’est pas bonne »

9Marieluise Fleisser (1901-1974) arrive à Munich comme étudiante en 1919. Elle y rencontre Feuchtwanger puis Brecht, qu’elle suivra à Berlin en 1924. Sous leur influence, elle abandonne l’expressionnisme de ses premiers écrits et se rapproche du style de la neue Sachlichkeit. Plusieurs de ses récits rendent compte des années décisives de Munich. Grâce à Feuchtwanger, ses œuvres en prose sont publiées pour la pre­mière fois dans des revues berlinoises entre 1923 et 1925, alors qu’à Munich éditeurs et théâtres ne s’intéressent pas à ses œuvres. En 1928, un théâtre munichois qui avait accepté de monter Pioniere in Ingolstadt annule finalement le contrat par crainte du scandale que pourrait provoquer cette comédie «immorale», prônant la liberté sexuelle.

10Ödön von Horváth (1901-1938) a commencé, lui aussi, ses études à Munich en 1919. Son roman Der ewige Spießer (1930) décrit le monde des petits bourgeois munichois. Son théâtre aussi lui donne l’occasion de critiquer la société de son temps. Il montre dans Die Bergbahn (1928) la difficile situation des travailleurs. La misère économique et le chômage constituent le sujet de Casimir und Caroline (1932), une sombre histoire se jouant pendant la fête de la bière. Dans Sladek oder die schwarze Armee – Sladek, soldat de l’armée noire (1930) et Italienische Nacht – La nuit italienne (1931), Horvath évoque directement la réalité politique et l’ascension du fascisme. Avec ces deux pièces, il s’attire définitivement l’hostilité des nationaux-socialistes. En 1933, il est déclaré écrivain indésirable et ses livres sont brûlés. Ses pièces n’ont jamais pu être jouées à Munich, ville que Horváth a quittée pour Berlin dès 1925.

Autour du Münchener Dichterbuch

11À l’opposé de la littérature sociale et polémiste d’avant-garde, dont presque tous les représentants ont fui à Berlin pour apporter leur contribution à l’esprit de la neue Sachlichkeit, le Munich des années vingt abrite tout un courant littéraire plus conservateur dans sa forme comme dans ses thèmes. C’est ce courant traditionnel qui domine alors le paysage littéraire de Munich. En 1929, Arthur Hübscher publie le Münchner Dichterbuch, volume réunissant vingt et un écrivains censés représenter le nouveau classicisme munichois. Ces écrivains et leur ville sont appelés à jouer un rôle important dans l’évolution de l’esprit allemand et à mettre en œuvre après les désordres de la guerre et des révolutions une sorte de restauration artistique. Le retour à la nature et à la patrie, au monde sain de l’enfance, à la foi chrétienne et à l’histoire allemande : tels sont les thèmes principaux d’un mouvement littéraire plus ou moins politisé qui réunit des écrivains munichois issus de tous les milieux. En guise de protestation contre la République de Weimar, ils créent un monde opposé, fait d’un mélange de glorification du pays natal idyllique, de mythification de la terre et d’histoire nationale – idéaux qui seront finalement repris par les nationaux-socialistes.

12Parmi les représentants de ce milieu, le plus connu est sans doute Hans Carossa (1878-1956), qui exerce la médecine à Munich à partir de 1918. En 1928, il reçoit le Münchener Dichterpreis, succès qui lui permet de se consacrer entièrement à son activité littéraire. Son œuvre narrative et largement autobiographique, influencée par Goethe, Hofmannsthal et Rilke, n’est nullement marquée par les bouleversements de l’époque, même si son roman Der Arzt Gion (1928) se passe à Munich dans les années vingt. Pendant le Troisième Reich, Carossa sera tou­jours épargné, en tant qu’un des rares écrivains renommés à ne pas avoir émigré et à s’être tenu à l’écart de la vie politique.

13Si les premiers écrits de Georg Britting (1891-1964) portent les traces d’une influence expressionniste, la nature devient ensuite le leitmotiv de son œuvre. Son recueil en prose et en vers, Die kleine Welt am Strom (1933), traite d’une façon idyllique les thèmes de l’enfance et de la nature. Le comportement apolitique de Britting le mettra plus tard à l’abri des attaques national-socialistes. Il devient écrivain indésirable, mais toléré. De la même façon, Gottfried Kölwel (1889-1958) a fait ses débuts dans l’expressionnisme avant d’écrire des récits populaires. Des thèmes comme l’amour destructeur, l’insécurité et l’ennui du quotidien qui sous-tendent ses récits – par exemple Der vertriebene Pan (1930) et Der tödliche Sommer (1931) – font de lui un écrivain réaliste dans la lignée de Gottfried Keller et Adalbert Stifter.

14Parmi les écrivains venus, comme Carossa et Britting, des régions du Danube pour commencer leur carrière littéraire à Munich, on compte également Richard Billinger (1893-1965). Son œuvre poétique et narrative montre des hommes embrigadés à la fois dans une dévotion païenne à la nature et dans des coutumes catholiques. Son œuvre dramatique, mélange de piété chrétienne, d’érotisme et de mythes ataviques, recueille de grands succès ; c’est le cas notamment des pièces Rosse (1931) et Rauhnacht (1931), mises en scène à Munich et à Berlin. À certains égards, l’œuvre de Billinger peut être rapprochée de la Blut- und Bodenliteratur (littérature du sang et du sol) du Troisième Reich.

15Nature, enfance et catholicisme constituent aussi les thèmes de prédilection de l’écrivain et dessinatrice Ruth Schaumann (1899-1975). Ses récits, légendes et poésies, très empreints de religiosité et souvent illustrés par elle-même, trouvent un écho positif auprès du public d’alors qui voit en elle une représentante de la culture du sud de l’Allemagne. Ruth Schaumann reçoit en 1923 le Dichterpreis de la ville de Munich. L’écrivain catholique Regina Ullmann (1884-1961) fait dans son œuvre une large place à la peinture du monde pieux des paysans. Vivant à Munich de 1908 à 1934, elle y a noué pendant la guerre une relation très étroite avec Rilke. Ses histoires écrites dans le style du xixe siècle représentent des hommes modestes, solitaires et angoissés qui trouvent dans la foi chrétienne le courage de supporter leur existence. Les romans de l’écrivain catholique et conservateur Peter Dörfler (1878-1955), installé à Munich depuis 1915, connaissent également au début des années 30 un certain succès.

16Alois Johannes Lippl (1903-1958) écrit des pièces populaires dans la tradition d’un catholicisme bavarois. Das Spiel von den törichten und klugen Jungfrauen (1925) et Die Pfingstorgel (1933) ont été crées à Munich.

17Les œuvres de Konrad Weiss et Gertrud von LeFort, qui constituent une véritable profession de foi catholique, prêtent directement à une interprétation politique. Tous deux préconisent une nouvelle organisation de la politique allemande dans le but de créer un espace unifié d’après des principes à la fois chrétiens et germaniques. La doctrine catholique de la foi, la femme chrétienne et la croyance en un nouveau Saint Empire romain germanique constituent les thèmes récurrents de l’œuvre de Gertrud von LeFort (1876- 1971). Ses Hymnen an die Kirche (1924) sont des poèmes passionnés, écrits dans une prose poétique nourrie d’images bibliques. Son roman Das Schweißtuch der Veronika (1928) illustre le conflit entre foi catholique et vision séculière du monde. Konrad Weiss (1886-1940) est considéré aujourd’hui comme un des plus grands poètes religieux du siècle. Mais l’usage très libre de la syntaxe et le symbolisme théologique codé qui caractérisent son œuvre réduisent le cercle des lecteurs contemporains de Weiss. Dans plusieurs essais, il fait part également de sa conception germano-chrétienne d’un renouvellement artistique. En raison du fondement théologique de leurs idées politiques, Konrad Weiss et Gertrud von LeFort se sentent personnellement menacés par le national-socialisme et se voient con­traints après 1933 de restreindre leur activité littéraire.

18Hans Brandenburg (1885-1968) est l’auteur, entre autres, de deux autobiographies qui témoignent de la vie littéraire munichoise. À côté de ses récits et de ses poèmes qui prônent la naïveté de l’idylle campa­gnarde, il publie de nombreux textes sur le renouveau de la danse et du théâtre. Son livre Bühnenbewegung (1926) appelle à faire revivre le théâtre comme lieu de culte national. Brandenburg reçoit en 1931 le Dichterpreis de Munich.

19L’écrivain Paul Alverdes (1897-1979), vivant à Munich depuis 1922, est davantage dans le sillage des nationaux-socialistes. Son œuvre, marquée par ses expériences du front, exprime un nationalisme non exempt d’une certaine religiosité. De 1934 à 1943, il participera à une revue culturelle Das innere Reich, nettement dirigée contre l’émigration des Allemands sous le Troisième Reich. Parmi les écrivains nationalistes, on compte aussi Josef Magnus Wehner (1891-1973). À partir de 1924, il est rédacteur des Münchener Neuesten Nachrichten et en 1930, il obtient le Dichterpreis de Munich. Au début des années vingt, il fait partie d’un « Cercle de la croix gammée » dont le but est de libérer l’art allemand d’influences étrangères. C’est avec son roman de guerre Sieben vor Verdun que Wehner accède en 1929 à une grande popularité ; porté par un fort idéalisme national, ce roman a été perçu comme symbole du combat héroïque.

20Josef Ponten (1883-1940) vit comme écrivain à Munich à partir de 1920 ; en 1937, il y reçoit le Dichterpreis, qui depuis 1933 n’est plus décerné qu’aux « fidèles ». À l’occasion du succès de son roman Der babylonische Turm (1918), Ponten rencontre en 1919 Thomas Mann – rencontre qui donne lieu à une discussion publique dans laquelle Ponten défend l’ivresse du poète contre l’organisation de l’écrivain, la nature contre l’esprit. Dans Volk auf dem Wege (1930-1940), Ponten retrace l’épopée d’émigrés allemands pendant deux siècles ; s’y dessine une conception toute germanique de la liberté et du Reich. Les rêves d’expansionnisme national et la glorification de l’Allemagne ne lui sont pas étrangers.

21Hanns Johst (1890-1978) a parcouru dans son œuvre littéraire le long chemin qui va de l’expressionnisme au national-socialisme. Sa création littéraire se divise en trois phases. Dans ses premières œuvres expressionnistes, Johst rend hommage au pacifisme et à la fraternité ; il se définit alors comme un esprit européen. L’expérience de la guerre, puis de la révolution de Munich constituent pour lui le tournant. Refusant la nouvelle République, il tourne le dos à ses idéaux de gauche au profit d’une politique d’extrême droite. Les pièces de sa deuxième phase ont pour thèmes la libération nationale et la prise de conscience politico-culturelle du peuple qui s’en remet aveuglément au Führer. Sa dernière phase créatrice est marquée par une reconnaissance explicite des idéaux nationaux-socialistes. Johst devient l’interprète officiel du chauvinisme et du racisme. Sa pièce Schlageter jouée en 1933 au Residenztheater, en est le meilleur exemple.

Thomas Mann et son cercle

22Le troisième pôle littéraire de Munich à cette période se situe autour des frères Thomas et Heinrich Mann. Leur cercle marque une sorte de continuité culturelle et intellectuelle avec la période d’avant-guerre ; d’abord non politisé, il devient de plus en plus engagé et prend nettement position pour la République de Weimar. Il ne partage en effet ni les illusions du clan conservateur, ni ses craintes du bolchevisme. Deux événements sont décisifs dans la politisation de ce groupement d’intellectuels dont les intérêts communs étaient au départ plutôt esthétiques. C’est d’abord un discours tenu à Berlin par Thomas Mann le 15 octobre 1922, Von deutscher Republik dans lequel il défend la République de Weimar. Puis c’est en 1926 une action politico-culturelle commune, Kampf um München als Kulturzentrum menée par plusieurs personnalités culturelles, dont les frères Mann.

23La relation de Thomas Mann (1875-1955), à sa ville d’adoption peut être qualifiée d’ambivalente. Originaire de Lübeck, Thomas Mann s’installe à Munich en 1894 dans l’espoir de s’intégrer au milieu littéraire. Si l’intégration se fait et que Thomas Mann accepte jusqu’en 1933 maints honneurs (prix, discours, représentations etc.) de la part de cette ville, il n’en a pas moins à son égard une attitude toujours distante et critique. Son cinquantième anniversaire donne notamment lieu en 1925 à des festivités officielles. Cependant, partisan de la République et du libéralisme démocratique, et conscient des dangers du national-socialisme, Thomas Mann sent progressivement que l’esprit de la ville lui est contraire et il doit comme tant d’autres la quitter en 1933 pour un exil qui le conduira jusqu’aux États-Unis. C’est à Munich que Thomas Mann situera plus tard l’action du Doktor Faustus (1947), roman à clef qui rend bien compte de l’atmosphère authentique de la contre-révolution bourgeoise et intellectuelle.

24Bruno Frank (1887-1945), auteur de romans et de théâtre vivant à Munich de 1918 à 1933, est très proche de Thomas Mann. Il écrit notam­ment Sturm im Wasserglas (1930), satire de la vie munichoise, et Politische Novelle (1928), où il exprime ses opinions impopulaires sur la question juive, le fascisme et la paix. Alfred Neumann (1895-1952) compte également parmi les amis de Thomas Mann. Il est l’auteur de romans historiques, parmi lesquels Der Held (1930), sur l’assassinat de Rathenau, un des premiers livres à avoir été interdit. Ricarda Huch (1864-1947), quant à elle, ne vit à Munich qu’entre 1918 et 1927. Ses essais philosophiques et historiques et sa confiance dans le bolchevisme ne l’ont pas empêchée d’être déclarée citoyenne d’honneur de la ville de Munich à l’occasion de son soixantième anniversaire, en 1924.

25Dès le début, Heinrich Mann (1871-1950) se montre plus engagé politiquement que son frère. Il prend position pour la démocratie dès avant la révolution de 1919, à laquelle il participe en tant que porte-parole de la gauche littéraire. Après l’assassinat d’Eisner en 1919, il se retire des cercles politiques, tandis que son œuvre prend dans les années vingt une tournure de plus en plus politique. Il espère en effet pouvoir agir directement avec son œuvre, dans laquelle il commente la République de Weimar et critique la bourgeoisie wilhelminienne. En 1928, il émigre à Berlin pour être au cœur des événements politiques.

26Klaus Mann (1906-1949), le fils de Thomas, a tenté aussi de jouer un rôle sur la scène culturelle munichoise. En 1923, il commence une carrière de critique littéraire, journaliste, acteur et écrivain. En 1927, il déclare publiquement sa foi dans le progrès et ses idées paneuro­péennes, socialistes et marxistes. Il fait partie de ces jeunes intellectuels munichois pleins d’idéaux et d’illusions politiques qui ont vécu en 1933 une grande déception. Il tente dans son œuvre de représenter la crise des années vingt.

27Munich n’a certes pas été dans les années vingt un haut lieu de l’avant-garde littéraire. Ces lignes que Thomas Mann a pu écrire en 1902 dans sa nouvelle Gladius Dei : « München leuchtet » (Munich brille), il ne les aurait sans doute pas écrites vingt ans plus tard. Il nous semble aujourd’hui que ce soit le retour à des valeurs conservatrices qui ait eu alors à Munich le devant de la scène littéraire. On peut néanmoins se demander si en sachant maintenant ce qui s’est passé après 1933, on n’a pas tendance à donner après coup au courant «nationaliste» plus de poids qu’il n’en avait réellement. Citerait-on encore Hanns Johst et Paul Alverdes si leurs affinités avec le national-socialisme ne leur conféraient a posteriori un certain impact ?

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr