Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Rilke à Munich pendant la guerre et la révolution

Anja Franke

Texte intégral

  • 1 Il y vivra à l’hôtel ou chez des amis. Ce n’est qu’en mai 1918 qu’il louera un appartement, Ainmill (...)
  • 2 Voir sa lettre à I. Erdmann du 17 septembre 1915 où l’attitude de l’Allemagne face à la guerre est (...)

1Lors de son deuxième voyage à Munich, Rilke est surpris par la déclaration de guerre. Ne pouvant retourner à Paris, où il habitait rue Campagne-Première, il est contraint de rester dans cette Allemagne qui lui est devenue étrangère1, qui lui répugne même, à cause de son engagement dans la guerre2. Cette attitude anti-guerrière et anti-patriotique – et de ce fait très impopulaire – donne à Rilke en revanche l’occasion de rencontrer des personnalités qui stigmatisent, comme lui, ce conflit. Parmi elles se trouve Lou Andreas-Salomé, que Rilke a rencontrée lors de son premier séjour à Munich en 1896 et qui va jouer un rôle décisif dans le développement intellectuel du poète ou encore Annette Kolb et Lou Albert-Lazard : toutes partagent son aversion pour la guerre.

Un silence particulier

  • 3 voir Hanns Arens Unsterbliches München. Streifzüge durch 200 Jahre literarisches Leben der Stadt Mü (...)
  • 4 « Unvergeßlich sind mir die Abende in seinen Zimmern oder Spaziergänge im englischen Garten, mit er (...)

2Quel est le ‘microcosme’ où Rilke évolue pendant la guerre ? Le cercle d’amis qu’il fréquente est restreint : la femme peintre Lou Albert-Lazard, les peintres Paul Klee, Franz Marc et Wassily Kandinsky. Dans l’atelier de Lou Albert Lasard à Schwabing, Rilke reçoit des amis tels que K. Wolfskehl, H. Carossa, R. Ullmann, W. Hausenstein, ainsi que le philosophe R. Kassner qui lui consacrera plusieurs études3. Rilke rencontre également l’écrivain Alfred Wolfenstein, qui n’oubliera jamais les soirées chez Rilke, ni les promenades en sa compagnie au Jardin Anglais, où le poète lui a révélé ce qu’il pensait de ce temps difficile à comprendre4.

  • 5 « Kanns denn keiner hindern und aufhalten ? ». (Lettre du 10 octobre 1915 à Ellen Delp).
  • 6 Cf. Rilke 1875-1975, op. cit. p. 205.

3Dans ce milieu, Rilke ne cache pas son effroi lors du déclenchement des hostilités. Franz Marc et Wassily Kandinsky découvrent combien la guerre le bouleverse : effrayé par le bruit dans les rues de Munich, Rilke rejoint ses deux amis peintres de l’autre côté du Jardin Anglais, dans la Mandelstraße et leur raconte, très ému, que les engagés volontaires sont nombreux. Franz Marc s’interroge : « Was soll man tun ? » (Que faut-il faire ?). Rilke est tout aussi désemparé que son ami à ce moment-là : « N’y a-t-il personne qui puisse l’empêcher (la guerre) ? »5. Et il constate bientôt qu’il vaut mieux se taire au milieu des bruits du combat et de la propagande. Cette attitude de Rilke obéit au mot d’ordre de Karl Kraus : « Wer etwas zu sagen hat trete vor und schweige » (si quelqu’un a quelque chose à dire, qu’il sorte des rangs et se taise) lancé, sous le titre cynique « In dieser großen Zeit », le 19 novembre 1914, dans Die Fackel  – dont Rilke est un lecteur régulier6. Toute la correspon­dance du poète reflète cette position. Ainsi annonce-t-il à Elsa Bruckmann dans une lettre du 19 juillet 1915 qu’il ne fera pas la lecture publique qu’on lui a demandée, précisant que

  • 7 « Bis dahin [...] bin ich (ist mir wieder klar) auf jenes bestimmte Schweigen angewiesen, das seit (...)

« jusque là [...] je dois appliquer (je m’en suis à nouveau rendu compte) ce silence particulier, qui, depuis des mois est mon affaire, mon affaire la plus intime ».7

  • 8 « Jetzt ist mir längst der Krieg unsichtbar geworden, ein Geist der Heimsuchung, nicht mehr ein Got (...)
  • 9 « Auf, und schreckt den schrecklichen Gott ».

4Si dans ses Cinq Chants (Fünf Gesänge) Rilke a commencé par célébrer la guerre, il se corrige peu après, le 6 novembre 1914 dans une lettre à K. et E. v. der Heydt, où il reconnaît que la guerre n’est qu’un Dieu déchaîné qui dévore les peuples8. à l’intérieur même du cycle de poèmes en question, Rilke semble découvrir déjà le vrai visage de la guerre9, et le 19 octobre 1914, il répond à Axel Juncker, son ancien éditeur, qui lui a demandé de faire publier les Cinq Chants :

  • 10 « ... so gern ich Ihnen allen gewünschten Gefallen thäte : ‘Kriegslieder’ sind keine bei mir zu hol (...)

« Je voudrais bien satisfaire toutes vos attentes : mais ne cherchez pas de ‘chants de guerre’ chez moi, vous n’en trouverez pas, avec la meilleure volonté du monde ».10

5Le silence est pour lui le seul moyen de condamner la guerre. Et lorsque le service militaire le guette, il essaye d’y échapper par tous les moyens. Cette obligation signifie pour lui la répétition cauchemardesque de l’expérience vécue à l’école militaire dans son enfance. Pourtant, en novembre 1915, il est jugé apte au service militaire par le conseil de révision. Toutes les démarches entreprises pour l’en dispenser ne donnent aucun résultat. Aussi Rilke doit-il se présenter, le 16 janvier 1916, dans une caserne de Vienne. Mais après trois semaines d’entraînement, le voici complètement épuisé. C’est pourquoi il est dirigé vers le service des archives de guerre, toujours en Autriche. Bien qu’il soit un adversaire virulent du conflit armé et qu’il ait tout fait pour ne pas y participer, il se veut utile, car il ne peut se permettre de rester passif en des temps si cruels. Il se demande comment faire face, comment donner un contrepoids humain aux atrocités et aux absurdités de la guerre (lettre du 15 janvier 1915 à Marianne Mitford). Plus il condamne « la durée et la folie de la guerre », plus il reconnaît la nécessité absolue d’un changement profond dans les rapports humains :

  • 11 « ... das mächtigste und unwidersprechlichste Gebot zur Änderung aller menschlichen Dinge ... », vo (...)

« Le devoir le plus puissant est sans aucun conteste de changer toutes les choses humaines ».11

« Le temps est si mûr ... »

  • 12 Voir la lettre à Sophie Liebknecht du 23 août 1917, in : Rilke, Rainer Maria, Briefe zur Politik. H (...)

6Alors que pendant les premières années de guerre il est plutôt solitaire, vers la fin des hostilités Rilke recherche davantage les contacts. Par exemple avec Sophie Liebknecht, qui, dans une longue lettre, le remercie pour ses poèmes et lui conseille de se tenir davantage au courant des événements et de lire plus intensément les journaux afin de pouvoir mieux travailler pendant cette dure période. Ceci l’aiderait aussi à être plus ferme sur ses positions, à réaffirmer sa propre personnalité. Elle l’assure enfin qu’il aurait la capacité « de souffrir de manière productive », ce qui parviendrait à le soulager. Mais Rilke ne suit pas sa correspondante sur ce terrain : il se méfie des journaux ‘mensongers’, du sens des mots dans la presse. Il craint que leur usage inexact et ambigu puisse nuire à son travail artistique, où il veille à utiliser ses propres mots, exacts et bien forgés. Il persiste à croire que son improductivité et son silence sont la réponse adéquate à la situation présente.12

  • 13 En particulier le fragment « Ausgesetzt auf den Bergen des Herzens... », écrit le 20 septembre 1914
  • 14 Voir notamment l’interprétation de E. Schwarz, in : Das verschluckte Schluchzen. Poesie und Politik (...)

7Pendant les dernières années de la guerre, Rilke réclame de plus en plus un redressement moral et un changement profond vers davantage d’humanité, c’est-à-dire une révolution. Sans doute faut-il y voir l’influence d’A. Wolfenstein, qui, sans mener d’action politique, s’engage activement pour la paix. Wolfenstein édite dans les derniers mois de la guerre un almanach pour les poètes expressionnistes dans lequel Rilke aussi publie des poèmes13. Dans l’introduction de l’almanach intitulée Das Neue, Wolfenstein s’indigne contre les forces anciennes qui ont non seulement provoqué et mené la guerre, mais aussi détruit tout ce qui portait encore un signe de vie et de civilisation. Il pense que si le monde change vraiment après la guerre, c’est parce que l’humanité aura changé, car c’est l’homme qui modifie le monde, et non l’inverse. Ceci va tout à fait dans le sens de Rilke, qui affirme que maintenant l’humanité pourrait être modelée par les mains pures d’un sculpteur et qu’elle y serait comme de la cire. Mais se rend-il compte que cela peut aussi comporter le danger d’une évolution totalitaire ?14

  • 15 « So reif ist die Zeit ... man kann sie jetzt kneten » cf. G. Schmolze, Revolution und Räterepublik (...)

8Lors d’une rencontre dans la Ludwigstraße, F. Burschell (écrivain et éditeur de la revue Neue Erde) constate les mêmes réactions chez Rilke face à la révolution : le poète semble bouleversé comme tout le monde et croit que le moment des changements de fond est venu. Burschel observe le poète ouvrant et fermant les mains comme s’il contenait un objet. Et il le cite : « le temps est si mûr que l’on peut le pétrir ».15

9Malgré son aversion pour la presse, Rilke lit les journaux pour y suivre les événements de la révolution de 1918. Il assiste aux réunions où diffé­rentes personnalités tiennent des discours pacifiste. Il se rapproche également de certaines personnalités politiques qui s’engagent pour la paix, telles que K. Eisner, E. Jaffé, E. Toller, ou encore de O. M. Graf, qui sera poursuivi à la fin du mouvement révolutionnaire. Rilke prend alors fait et cause pour O. M. Graf et le défendra dans une lettre adressée à un avocat. D’une façon générale, il est surprenant de voir comment Rilke, de caractère très introverti et soucieux de rester loin des masses, se laisse entraîner par les événements politiques et se mêle à la foule. O. M. Graf a observé Rilke pendant les événements de la révolution : le poète assiste aux réunions bruyantes et turbulentes où personne ne le connaît, ce qu’il préfère d’ailleurs. Il se tient toujours au milieu de la foule et s’esquive aussi discrètement qu’il est venu. Dans la lettre du 7 novembre 1918 à Clara Rilke-Westhoff, Rilke lui-même raconte ce qu’il a observé pendant ces réunions :

  • 16 «Überall große Versammlungen in den Brauhaussälen, fast jeden Abend, überall Redner, unter denen in (...)

« partout de grands rassemblements dans des salles de brasseries, presque tous les soirs ; partout des orateurs parmi lesquels on remarque surtout le professeur E. Jaffé […]. J’étais aussi lundi soir parmi les milliers de personnes venues écouter dans les salles de l’hôtel Wagner le professeur Max Weber, économiste renommé de Heidelberg […] ensuite sont intervenus dans la discussion l’anarchiste exalté E. Mühsam et des étudiants, des gens qui ont passé quatre années au front – tout le monde parlait simplement, ouvertement et dans un langage proche du peuple».16

10Rilke ne se prononce donc pas concrètement sur les événements, mais les suit attentivement : il lit le journal, écoute les discours politiques, ce qui lui permet d’apprécier la conception politique de Kurt Eisner, premier ministre de Bavière, qui formule des idées proches des siennes. L’appel lancé par Eisner aux Munichois lors de la proclamation de la République des Conseils du 7 au 8 novembre 1918, demandant que toute vie humaine soit respectée dans sa dignité et que tout le monde participe à la construction d’un monde nouveau, ne peut que trouver le plein soutien de Rilke. Il en va de même pour l’idée de la démocratie, qui signifie pour Eisner

  • 17 « Demokratie heißt nichts weiter, als alle Kräfte entbinden, frei machen, jedem den Weg seiner inne (...)

« rien d’autre que de délier et de libérer les forces et d’ouvrir à chacun le chemin vers ses propres facultés ».17

La révolution par l’éducation

  • 18 « Der größte Revolutionär und der wirkliche Weltbaumeister ist dennoch die idealistische Menschheit (...)

11L’idée d’une révolution à la base, c’est-à-dire dans la jeunesse, est également chère à Eisner. Déçu par la politique de violence guerrière et par des politiciens qui ne pensent qu’à leur propre pouvoir, Eisner dit déjà pendant la guerre que le plus grand révolutionnaire et le véritable architecte du monde reste l’idéalisme dont est encore imprégnée la jeunesse18. Il pense qu’il est nécessaire qu’une nouvelle forme de démocratie se constitue pour elle et à travers elle. Les « Conseils » (Räte) seront donc amenés à éveiller l’esprit civique de la jeune génération. Mais Eisner dans son idéalisme ne peut s’imaginer que cette jeune génération, qui a participé à la guerre, puisse s’abandonner aux forces du passé (nationalisme, tendances monarchistes ...) et plus tard à la contre-révolution.

  • 19 « In der That : eine Revolution, die nicht vor allem die Schulen revolutioniert, hätte wenig Aussic (...)

12Pour ce qui est de Rilke, son penchant profond l’incline vers un changement progressif. Il plaide en faveur d’un renouvellement spirituel de la société comme le montre par exemple sa lettre de novembre 1918 aux éditions Dreiländerverlag München. Il y demande à l’éditeur de publier un journal socialiste des enseignants qui vient d’être fondé. Partout on attend un tel organe, à travers lequel tous ceux qui souhaitent réformer l’école puissent s’exprimer. Car si la révolution doit être porteuse d’un avenir nouveau, cela doit commencer par l’enseignement19. Rilke informe l’éditeur qu’il a pris contact avec un enseignant engagé dans cette direction, et qui a été envoyé par le ministre Jaffé. Il prie l’éditeur de ne pas tarder à publier ce journal.

  • 20 voir Rainer-Maria Rilke Sämtliche Werke, hrsg. vom Rilke-Archiv in Verbindung mit Ruth Sieber-Rilke(...)
  • 21 W. Minaty, « Rilke und die humane Schule » in : Zeitschrift für Pädagogik, 24. Jg. 1978, Nr. 4, p. (...)
  • 22 « Ich fürchte an den Erwachsenen ist alles verloren, denke aber mehr denn je an die schwedische ‘Sa (...)

13Avant la guerre, Rilke s’était déjà fortement intéressé aux questions pédagogiques. Il a fait la critique du livre de la Suédoise Ellen Key Le siècle de l’enfant, qui porte sur la réforme de l’enseignement. Il en a profité pour critiquer l’enseignement répressif de son époque et pour lancer l’idée d’une école nouvelle. En 1904, après la visite de la « Samskola » en Suède, qui est un modèle d’enseignement non-répressif, Rilke s’est exprimé dans divers essais sur la question pédagogique20. Ce journal d’enseignants n’a pas vu le jour21. Mais Rilke ne désespère pas, du moins pour la jeunesse, et la « Samskola » reste pour lui le modèle d’un enseignement humain. En 1919 il exprime sa crainte22

« que pour les adultes tout soit perdu, mais plus que jamais je pense à la ‘Samskola’ suédoise et sa réalisation pure et sereine d’une existence qui a été constituée avec amour et dans les conditions les meilleures. L’avenir commence chez les enfants. Y eut-il un moment dans l’histoire où le monde fut aussi proche d’un renouveau ? !»

Quelles leçons ?

  • 23 « und es muß auch im Wesentlichen solcher Umbrüche...ein tiefstes Rechthaben wirken, ein Entschluß (...)

14Si Rilke salue d’abord la révolution comme une libération, il regrette sa fin malheureuse, marquée par l’assassinat d’Eisner, dont il ressent d’autant plus douloureusement la perte qu’il l’a connu personnellement. La révolution a finalement déçu le poète, parce qu’elle n’a pas tenu ses promesses en ne saisissant pas ses « incroyables possibilités » (« unerhörten Möglichkeiten »). Alors se clarifie l’idée d’un changement de rapports entre les hommes. Dans une lettre du 15 février 1919 à la comtesse Caroline von Stauffenberg, il exprime sa conviction que, lors d’un tel bouleversement, il faut rassembler toutes ses capacités pour parvenir à réaliser un idéal : celui d’un monde plus humain23. Si l’on veut vraiment changer quelque chose, il faut aller plus loin, arriver au fond du problème, ce qui nécessite un changement radical de mode de pensée. Aussi les notions de « victoire » ou de « défaite » et de mentalité guerrière doivent-elles être abolies.

  • 24 voir B. Bradley « Marginalien zur Biographie Rilkes, briefliche Äußerungen zu Kriegs- und Nachkrieg (...)

15Rilke pense que les révolutionnaires de 1918 n’ont pas changé de men­talité. Pour eux aussi c’est l’accès au pouvoir qui compte le plus. Il va jusqu’à déclarer qu’il leur manque de l’Esprit, mais se corrige plus tard en leur reconnaissant une grande force idéaliste. Néanmoins il considère qu’il existe une incompatibilité entre l’intellectuel (« der geistige Mensch ») et tout ce qui est révolutionnaire Selon lui, « l’homme de l’esprit », comme il l’appelle, devrait être a priori un adversaire de la Révolution, puisque lui sait combien de temps il faut pour obtenir des changements durables. Or, c’est le poète lui-même qui le premier perd patience au spectacle du monde se complaisant dans ses erreurs et ses habitudes rétrogrades.24

  • 25 « wie an einen Propheten denkt man an ihn, und sehnt sich nach einem solchen Schreier und Heuler. » (...)

16De cette période très difficile de son existence, quelle leçon tire le poète ? Il semble d’abord que le sentiment d’impuissance domine au début : en 1915, il déclare ne pouvoir que se limiter à la souffrance commune (« auf pures Leiden und mit Allen Mitleiden eingeschränkt »). On le sent tiraillé entre une révolte contre la cruauté du combat et le désir d’une réforme paisible. Il réclame que l’on dise les choses comme elles sont, et que l’on n’attende pas la fin des hostilités pour en dénoncer ouvertement l’absurdité. Se souvenant du cri de Cézanne : « le monde, c’est terrible », il réclame à son tour un « crieur » et un « hurleur »25.

  • 26 E. Schwarz, souligne l’hostilité grandissante du poète à la société moderne, après la guerre.
  • 27 « ... und so wies es sich, daß man kein Recht hatte, eigene Zukunft für eine gemeinsame aufzugeben, (...)

17L’attitude de Rilke face à la guerre ne peut pas être qualifiée de « progressiste»26, même s’il révise son esthétisme individualiste pour acquérir une conscience plus sociale, et même s’il approuve les bouleversements consécutifs au conflit en manifestant une certaine sympathie pour la République des Conseils. Cependant il tire pour lui-même des conséquences de la guerre et de la révolution en pensant qu’il a bien fait de ne pas abandonner ses propres projets pour se fondre dans un avenir commun dont on ne connaissait pas les motifs27.

18Ce qu’il faut retenir de l’engagement « politique » de Rilke, c’est que pour lui le combat pour un changement en profondeur de l’être humain l’emporte de loin sur la lutte politique. D’une certaine manière c’est une exigence beaucoup plus radicale que de simples révolutions « extérieures » et brutales. Son désir, par exemple, de changer profondément l’école peut être qualifié de plus révolutionnaire et plus politique au sens d’un engagement capable d’avoir une portée réelle dans l’avenir qu’une révolution politique où les intérêts politiciens et les intrigues pour accéder au pouvoir l’emportent sur le bon sens. Dans cette révolution manquée, le plus grand regret de Rilke est qu’elle ait voulu s’imposer par la force.

  • 28 «Denn die Gewalt ist ein grobes Werkzeug und ein unübbares, darum bleibt auch der Geist hinter ihm (...)

« Car la violence est un outil brutal et pour sa manipulation on n’a pas besoin d’exercice ; c’est pourquoi l’esprit qui ne connaît pas la violence n’y a pas sa place ; et la force de l’esprit est une victoire d’une douceur invincible »28.

Notes

1 Il y vivra à l’hôtel ou chez des amis. Ce n’est qu’en mai 1918 qu’il louera un appartement, Ainmillerstraße 34.

2 Voir sa lettre à I. Erdmann du 17 septembre 1915 où l’attitude de l’Allemagne face à la guerre est clairement dénoncée.

3 voir Hanns Arens Unsterbliches München. Streifzüge durch 200 Jahre literarisches Leben der Stadt München , München, Hugendubel, 1976, t. II, p. 348.

4 « Unvergeßlich sind mir die Abende in seinen Zimmern oder Spaziergänge im englischen Garten, mit ergreifenden Eröffnungen aus dieser kritischen Zeit.. », in : Rainer Maria Rilke 1875-1975, Katalog der Ausstellung des Deutschen Literatur­archivs, Marbach a. N. Hrsg. Joachim W. Storck, Stuttgart, Ernst Klett Verlag. 1975, p. 226.

5 « Kanns denn keiner hindern und aufhalten ? ». (Lettre du 10 octobre 1915 à Ellen Delp).

6 Cf. Rilke 1875-1975, op. cit. p. 205.

7 « Bis dahin [...] bin ich (ist mir wieder klar) auf jenes bestimmte Schweigen angewiesen, das seit vielen Monaten meine, meine eigenste Sache war ».

8 « Jetzt ist mir längst der Krieg unsichtbar geworden, ein Geist der Heimsuchung, nicht mehr ein Gott, sondern eines Gottes Entfesselung über den Völkern ».

9 « Auf, und schreckt den schrecklichen Gott ».

10 « ... so gern ich Ihnen allen gewünschten Gefallen thäte : ‘Kriegslieder’ sind keine bei mir zu holen, beim besten Willen ».

11 « ... das mächtigste und unwidersprechlichste Gebot zur Änderung aller menschlichen Dinge ... », voir la lettre du 31 août 1917 à K. Kippenberg.

12 Voir la lettre à Sophie Liebknecht du 23 août 1917, in : Rilke, Rainer Maria, Briefe zur Politik. Hrsg. J. W. Storck. Frankfurt a. M., Insel Verlag, p. 176.

13 En particulier le fragment « Ausgesetzt auf den Bergen des Herzens... », écrit le 20 septembre 1914.

14 Voir notamment l’interprétation de E. Schwarz, in : Das verschluckte Schluchzen. Poesie und Politik bei R.M.R. Frankfurt a. M., Athenäum Verlag, 1972, il rapproche le poète du fascisme.

15 « So reif ist die Zeit ... man kann sie jetzt kneten » cf. G. Schmolze, Revolution und Räterepublik in München 1918/19 in Augenzeugenberichten, Düsseldorf, K. Rauch, 1961, p. 135.

16 «Überall große Versammlungen in den Brauhaussälen, fast jeden Abend, überall Redner, unter denen in erster Reihe Professor Jaffé sich hervortut [...]. Unter Tausenden auch war ich Montag Abend in den Sälen des Hotel Wagner, Professor Max Weber aus Heidelberg Nationalökonom [...] sprach, nach ihm in der Diskussion der anarchistisch überanstrengte Mühsam und weiter Studenten, Leute, die vier Jahre an der Front gewesen waren, alle so einfach und offen und volkstümlich ». (Briefe zur Politik , op. cit. p. 229).

17 « Demokratie heißt nichts weiter, als alle Kräfte entbinden, frei machen, jedem den Weg seiner inneren Fähigkeit öffnen », (Revolution und Räterepublik, op. cit. p.125).

18 « Der größte Revolutionär und der wirkliche Weltbaumeister ist dennoch die idealistische Menschheitsgesinnung. Diese als dunkel drängende Sehnsucht noch zaghaft verhüllte Erkenntnis und Zuversicht das ist der geheime Ruf aller gesunden Jugend » (ibid.).

19 « In der That : eine Revolution, die nicht vor allem die Schulen revolutioniert, hätte wenig Aussicht, weit in die Zukunft hinauszureichen ». Briefe zur Politik, op. cit., p. 237, « Lettre au Dreiländerverlag », Munich, novembre 1918.

20 voir Rainer-Maria Rilke Sämtliche Werke, hrsg. vom Rilke-Archiv in Verbindung mit Ruth Sieber-Rilke, besorgt durch Ernst Zinn, Frankfurt a. M., Insel, 1955-1966, 6 Bde. (Taschenbuch}, Bd. V. pp. 672.

21 W. Minaty, « Rilke und die humane Schule » in : Zeitschrift für Pädagogik, 24. Jg. 1978, Nr. 4, p. 547-561.

22 « Ich fürchte an den Erwachsenen ist alles verloren, denke aber mehr denn je an die schwedische ‘Samskola’ und ihre reine heitere Verwirklichung eines liebevoll und unter den glücklichsten Versuchen aufgerichteten Lebens. Nur bei den Kindern beginnt die Zukunft, und wann war ein Weltmoment so aufs Beginnen eingestellt ? !» (lettre du 24 janvier 1919 à Eva Cassirer, in : Schnack, Ingeborg, Chronik seines Lebens und seines Werkes, Frankfurt a. M, Insel Verlag. 1975, Bd. 2, p. 624).

23 « und es muß auch im Wesentlichen solcher Umbrüche...ein tiefstes Rechthaben wirken, ein Entschluß des Menschlichen im Ganzen », Briefe zur Politik, op. cit., p. 251.

24 voir B. Bradley « Marginalien zur Biographie Rilkes, briefliche Äußerungen zu Kriegs- und Nachkriegserscheinungen » in : Colloquia Germania, 1973, n° 1, p. 9-27.

25 « wie an einen Propheten denkt man an ihn, und sehnt sich nach einem solchen Schreier und Heuler. », Briefe zur Politik, op. cit., p. 126.

26 E. Schwarz, souligne l’hostilité grandissante du poète à la société moderne, après la guerre.

27 « ... und so wies es sich, daß man kein Recht hatte, eigene Zukunft für eine gemeinsame aufzugeben, zu der, wie es scheint, ja doch niemand rein angetrieben war». (Lettre à Lou Andreas Salomé, le 13 janvier 1919).

28 «Denn die Gewalt ist ein grobes Werkzeug und ein unübbares, darum bleibt auch der Geist hinter ihm zurück der keine Gewaltsamkeit kennt, denn Gewalt des Geistes ist ein Sieg von unüberwindlicher Sanftmuth». (Lettre du 13 novembre 1918 à Katzenstein, I. Schnack, Chronik op. cit., T. II., p. 611.)

Auteur

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr