Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Le poète et la ville

Les Berlin de Gottfried Benn

Mireille Audibert

Texte intégral

1Dans une lettre adressée à son ami F. W. Oelze en 1935, Gottfried Benn résume ainsi ce qu’a été pour lui Berlin :

  • 1 Gottfried Benn, Ausgewählte Briefe, Fischer 5465, p. 54.

« Berlin : ville de ma vie, de mon destin, de mes plus belles années ! J’en aurai toujours la nostalgie »1

2Venu à Berlin en 1905 pour y faire ses études à l’Académie de l’Empereur Guillaume appelée « La Pépinière », Benn y reste après avoir terminé sa formation de médecin militaire. Il y travaillera et vivra avec quelques interruptions jusqu’en 1956, date de sa mort.

3C’est au cours des années 20 que la capitale du Reich prend des allures de métropole, de ville-mère, au sens étymologique du terme, le lieu où l’on revient toujours, celui dont on attend du réconfort. Elle est la grande ville qui fait naître des vocations, les nourrit et les encourage ; elle est aussi la principale source d’inspiration :

  • 2 Gottfried Benn, Doppelleben (Double vie), in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesb (...)

« Nous sommes issus de villes géantes ; c’est dans la City, rien que là, que s’exaltent et pleurent les Muses. »2

4Mais cette ville en pleine expansion offre aussi un autre visage, où l’éclat d’une vie artistique et intellectuelle brillante côtoie la misère la plus noire : c’est le Berlin des mendiants et des personnages issus des bas-fonds, victimes des conséquences de la guerre et de l’inflation galopante.

  • 3 Gottfried Benn, Essays (Vorbemerkung), in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesbade (...)

« Berlin florissante mi-Chicago et mi-Paris, corrompue et fascinante. »3

Villes multiples, vies multiples

5Ce double aspect de Berlin est présent dans la vie de Gottfried Benn aussi bien que dans ses écrits. Il le vit au quotidien à travers sa double vie de médecin et de poète.

6Son double domicile l’illustre bien. Installé à Berlin depuis la fin de la guerre comme dermatologue et vénérologue, il habite Passauer Straße, mais reçoit et soigne sa clientèle dans son cabinet de consultation situé au numéro 12 de la Belle-Alliance-Straße. Ce domicile lui permet aussi de garder une certaine indépendance et de recevoir des visites féminines ; il y demeurera jusqu’en 1935.

7Sa fonction sociale l’amène à connaître toutes sortes de gens. L’être humain, sa misère, sa trivialité, ses pulsions n’ont pas de mystère pour lui :

  • 4 « le couronnement de la création, le cochon, l’homme » Gottfried Benn, Der Arzt (II), Gedichte, Fis (...)

« Die Krone der Schöpfung, das Schwein, der Mensch – »4

8Nombre de ses poèmes se font l’écho de ses expériences et de ses observations professionnelles. Dans une langue qui choque souvent par sa crudité, il ne cache rien de la détresse et de la vérité du corps humain :

  • 5 « Je connais l’odeur des putains et des madones

« Ich weiß, wie Huren und Madonnen riechen
Nach einem Gang und morgens beim Erwachen
Und zu Gezeiten ihres Blutes »
5

9Il dissèque la nature humaine, et l’acte médical transposé dans un poème laisse soudain transparaître une réalité sociale et affective dont la cruauté est encore accentuée par le tranchant et la dureté de certains termes, véritables mots-scalpels. C’est ainsi que le poème Curettage paru en 1921, au thème indéniablement médical, évoque les avortements, nombreux à l’époque, conséquences d’une révolution sexuelle dont Berlin semblait avoir pris la tête. De ce que le médecin Gottfried Benn examine avec la froideur et l’objectivité du praticien, le poète, lui, tire une conclusion plus humaine, en rapport avec la réalité sociale.

  • 6 Nombre de ses poèmes sont intitulés : Café ou Café nocturne (Café, Nachtcafé).

10Avec l’hôpital, c’est le café qui est un lieu privilégié pour ses observations6. Le café constitue l’endroit-charnière où le médecin-poète peut « aller jusqu’à la racine des choses » (An-die-Wurzel-der-Dinge-Gehen) ; l’œil du praticien observe et le poète transcrit le spectacle permanent qu’offre la réalité berlinoise. Dans le poème Café nocturne Benn évoque une soirée au cabaret en caractérisant les clients par leurs défauts physiques et leurs maladies, tandis que les membres de l’orchestre portent le nom de leurs instruments respectifs. Le poète, réussit ainsi à nous faire imaginer la scène par le pouvoir suggestif des mots et des images : sa technique « d’atomisation du réel » (Wirklichkeitszertrümmerung), loin de nous égarer, nous rend encore plus tangible la réalité.

  • 7 « 824 : La vie et l’amour des femmes.

« 824 : Der Frauen Liebe und Leben
Das Cello trinkt rasch mal. Die Flöte
rülpst tief drei Takte lang : das schöne Abendbrot.
Die Trommel liest den Kriminalroman zu Ende.
Grüne Zähne, Pickel im Gesicht
Winkt einer Lidrandentzündung. »7

  • 8 Toutes ces citations sont extraites d’un poème paru en 1922 sous le titre de Prologue (Prolog) Gott (...)

11Le Berlin de Gottfried Benn est fait aussi de « spéculateurs pouilleux » (verlauste Schieber) et de « parade en grande pompe » (Prunkparade), de « forêts de villas » (Villenwälder), de quartiers chics, où le « toupet se propage » (die Chuzpe seucht). Il est aussi question de « progrès » (Fortschritt), du « lustre des hauts-de-forme » (Zylinderglanz), mais la « blancheur des gilets » (Westenweiße) lui rappelle le « rectum du bourgeois » (Bürgermastdarm) et les « vermines du ventre » (Bauchgeschmeiße)8. Il nous propose une vision d’un Berlin aux multiples facettes, parfois contradictoires. Cette image au travers du kaléidoscope poétique reflète l’état de trouble et d’instabilité dans lequel vit le Berlin des années 20.

12Alors que son cabinet de consultation et l’exercice de sa profession le plonge en plein dans les problèmes du Berlin de l’après-guerre, son domicile de la Passauer Straße où est venue s’installer sa première femme, Edith Osterloh, accompagnée de Nele, leur fille née en 1915 et d’Andreas, son beau-fils, appartient à un autre monde. L’appartement est aménagé avec goût et rappelle plutôt les salons de Dresde, dans lesquels sa femme avait eu l’habitude d’évoluer. Ici, dans le cadre familial, c’est l’aspect brillant et raffiné qui prédomine, c’est l’autre face de Berlin : celle qui fait de la capitale une ville où la vie intellectuelle est en plein foisonnement.

13Benn se souvient en 1955 :

  • 9 Gottfried Benn, Berlin zwischen Ost und West, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, W (...)

« Je parle comme quelqu’un qui habite ici depuis 50 ans et qui, entre 1918 et 1933, vit Berlin croître pour devenir un centre intellectuel, capable de rivaliser avec Paris : riche de talents, d’œuvres, d’expositions, de premières comme peu de villes au monde. »9

14Berlin est à l’époque, en quelque sorte, la pierre de touche du talent : les artistes venus de province doivent venir y faire leurs preuves et, s’ils réussissent leur « examen de passage » à Berlin, ils sont jugés dignes d’être reconnus et peuvent faire carrière. Gottfried Benn connaît et fréquente de nombreux artistes et intellectuels : entre autres l’écrivain Klabund, sa femme l’actrice Carola Neher, Carl Einstein, George Grosz, Thea Sternheim, Tilly Wedekind, Heinz Ullstein ou encore Paul Hindemith, pour lequel il composa en 1930 le texte de son oratorio : Das Unaufhörliche. Et même lorsqu’il s’éloigne de Berlin, il reste en contact avec eux, ce dont témoigne son abondante correspondance.

Ville mère, ville marâtre

15Mais cette double existence, ces deux fonctions, auxquelles s’ajoute la charge de père et d’époux, semblent parfois être ressenties par Benn comme un fardeau. Le 19 décembre 1921 il fait part à l’une de ses amies Gertrud Zenzes de la lassitude provoquée par ses nombreuses obligations et de son incapacité à trouver une issue :

  • 10 Gottfried Benn, Epilog und lyrisches Ich, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesb (...)

« (...) Mais lorsque j’imagine ce que je devrais faire, je ne le sais pas non plus. Vendre la boutique et partir ! Mais où ? (...) Ou alors, réduire le nombre d’heures de consultation, mais ou bien on a un cabinet de consultation et on ne peut réduire le nombre d’heures sans le ruiner, ou bien on n’en a pas. Ou alors envoyer la Passauer Straße au diable, mais sa fille, on ne peut l’envoyer au diable (...) Ou alors, commencer un travail, une pièce, une nouvelle, mais pour quoi, pour qui, sur quel sujet ? »10

16Cette dichotomie entre, d’une part, sa fonction sociale qu’il se doit d’assurer pour subvenir aux besoins de sa famille et, d’autre part, son envie, son besoin d’écrire, de réaliser son « Moi orphique » le fait sans nul doute souffrir.

17Dans son essai paru en 1927, intitulé L’Art et l’Etat, Benn revient sur ses soucis d’argent, qui mettent en péril l’équilibre instable instauré entre ses deux « métiers » :

  • 11 Gottfried Benn, L’Art et l’état, Un poète et le monde, NRF, Gallimard.

« En ce qui me concerne, je vis exclusivement d’un revenu assuré par mon métier, mes travaux artistiques, comme je l’ai calculé à l’occasion de mon quarantième anniversaire, m’ont rapporté en moyenne quatre marks et demi par mois, pendant une période de quinze années. »11

18Non seulement son activité de poète ne semble pas très lucrative, mais ses revenus professionnels ne sont pas réguliers non plus, ce qui l’empêche d’avoir l’esprit libre pour s’adonner davantage à l’écriture.

19Il envisage alors de devenir un de ces médecins communaux qui font concurrence aux praticiens indépendants, ce qui explique d’ailleurs en partie la baisse de ses revenus. En effet, la Ville, dans un but prophylactique a institutionnalisé les médecins d’école, de la police, des dispensaires, ce qui constitue un progrès social certain.

20Par principe Benn est contre cette mainmise de l’Etat ou des communes sur la médecine. Il s’élève contre cette négation de l’individu, obligé de s’intégrer dans une communauté que soigne une médecine impersonnelle et « industrielle ».

  • 12 Ibidem.

« C’est le forum communal qui se charge du traitement, l’organisation de la santé, sous le nom de prophylaxie, fait avancer ses dispensaires et ses bureaux de consultation contre un siècle d’intimités de cabinet : c’est l’époque de trusts internationaux qui, sous la surveillance de l’état, relève l’assurance CV de l’individu, porteur de germes et dépôt de calories socialisé, au point de soigner à la chaîne la plastique musculaire taylorisée depuis la mise au sein maternel indexé jusqu’au cercueil uniforme restitué à la commune trois jours après l’enterrement. »12

21Mais la situation du praticien indépendant à Berlin n’est guère enviable, surtout s’il veut réaliser parallèlement une œuvre littéraire. Le cas n’est d’ailleurs pas unique. Benn, lui-même, cite comme exemple Döblin, lui aussi médecin :

  • 13 Ibidem.

« Mais il y a à Berlin un autre médecin qui vit de bons de caisse et, je suppose, pas par passion, Döblin, romancier célèbre, homme bien parti même aux yeux des bonzes. »13

22C’est pourquoi, malgré ses réticences et ses critiques à l’égard d’une médecine fonctionnarisée (critiques qu’on retrouve par exemple aussi dans le poème Stadtarzt, de 1925), il se décide à solliciter un emploi de médecin communal : car cet emploi lui permettrait de gagner régulièrement sa vie :

  • 14 Gottfried Benn, L’Art et l’Etat, Un poète et le monde, NRF, Gallimard.

« Je désirerais un poste à revenus fixes afin de pouvoir travailler davantage pour moi. J’ai plus de quarante ans et je n’ai pas pu dans ma vie prendre plus de quinze jours de vacances, j’aimerais aussi une fois partir quatre semaines en voyage et trouver quand même le moyen de payer mon loyer le premier du mois. »14

23Mais la tentative n’aboutit pas, et cet échec aggrave l’amertume de Benn vis-à-vis de sa ville d’adoption qui n’a, de ce point de vue, pas répondu à son attente :

  • 15 Ibidem.

« C’est ainsi que s’acheva mon incursion du côté de la Commune, qui mit fin à mon espoir en la métropole, centre culturel de ma patrie, à laquelle je ne demandais pas une faveur, mais du travail dans le cadre de ce que j’avais appris et pouvais faire. »15

  • 16 La fréquente utilisation de mots étrangers, en particulier français, est un autre hommage rendu par (...)

24Mais si là Berlin a été en la circonstance une mère peu généreuse et n’a guère prodigué de bienfaits matériels au poète, elle n’a en revanche jamais cessé d’être pour lui l’inspiratrice principale, une source inépuisable de thèmes, de sujets, de personnages et de lieux. La langue aussi qu’il utilise dans ses poèmes – savant collage expressionniste de termes empruntés au domaine médical, signe distinctif de la Belle-Alliance-Straße, de mots communs, voire vulgaires appartenant à la rue et entendus auprès de ses patients ou dans les cafés qu’il fréquente, et d’expressions recherchées, rappelant plutôt la Passauer Straße – il la doit à ce Berlin où il a mené ses différentes vies étroitement imbriquées les unes dans les autres et pratiquement devenues indissociables. C’est véritablement sa langue « maternelle ».16

25Bien qu’il déplore à maintes reprises la précarité de sa situation, – son essai Summa Summarum publié en 1926, lui aussi en témoigne – il semble que Gottfried Benn n’a jamais envisagé sérieusement de la changer. Il n’a quitté Berlin que lorsque des circonstances extérieures, la guerre ou le national-socialisme, l’y ont contraint et il y est revenu dès que possible. De même il n’a jamais désiré réellement abandonner une de ses fonctions pour se consacrer exclusivement à l’une. N’avoue-t-il pas « Je suis un dualiste » ou bien encore « L’unité de la personnalité est chose douteuse » ? Et surtout :

  • 17 Gottfried Benn, Doppelleben, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Bd. 8, Limes Verlag, Wiesbaden.

« Ma double vie ne me fut pas seulement toujours agréable. Je l’ai même sciemment cultivée tout au long de ma vie. Cela ne me fut pas difficile, j’avais l’apparence d’un sous-officier, et mes livres n’étaient connus que dans des cercles très restreints. »17

26Loin de lui déplaire, cette distorsion entre statut social, professionnel et vocation artistique lui a été bénéfique au point qu’il n’a pas tenté de s’en défaire.

27Finalement le destin de Gottfried Benn paraît indissociable de celui de sa ville d’adoption : aux multiples facettes de la ville correspondent les différents aspects de sa vie. L’écartèlement de sa « double vie » n’est, en réalité, qu’apparente : c’est la tension qui génère la création et ce faisceau de forces que cette « double vie » renferme, au lieu de se disperser, se concentre et converge en une seule force par le biais de l’écriture et permet à Benn de trouver son identité, à l’image de sa muse : Berlin.

Plan du « Scheunenviertel » à Berlin

Image 200000090000FDF900000CB4AF41731F.wmf

Bibliographie

œuvres de G. Benn

G. Benn, Gesammelte Werke in acht Bänden, Wiesbaden, Limes Verlag.

Id., Gedichte in der Fassung der Erstdrucke, Frankfurt, Fischer (5231).

Id., Ausgewählte Briefe, Frankfurt, Fischer (5465).

Id., Poèmes, traduits par Pierre Garnier, Paris, Gallimard.

Id., Un poète et le monde, traduit par Robert Rovini, Paris, Gallimard.

Etudes

Walter Lenning, Benn, Reinbek b. Hamburg, Rowohlt (rm 71)..

Jean-Charles Lombard, Gottfried Benn, Paris, P. Seghers (Poètes d’aujourd’hui 134)..

Max Niedermayer Margarete Schlüter, Das Gottfried-Benn-Buch, Frankfurt, Fischer.

Peter Schünemann, Gottfried Benn, München, C.H. Beck.

Notes

1 Gottfried Benn, Ausgewählte Briefe, Fischer 5465, p. 54.

2 Gottfried Benn, Doppelleben (Double vie), in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesbaden, Band 8, p. 2021.

3 Gottfried Benn, Essays (Vorbemerkung), in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesbaden, Band 7, p. 1863.

4 « le couronnement de la création, le cochon, l’homme » Gottfried Benn, Der Arzt (II), Gedichte, Fischer 5231. Traduction : Pierre Garnier, Poèmes, Gallimard, NRF, 1972.

5 « Je connais l’odeur des putains et des madones

Le matin après leurs selles, le matin à leur réveil

Et pendant les marées de sang »

Gottfried Benn, Der Arzt (I), Gedichte, Fischer 5231.

6 Nombre de ses poèmes sont intitulés : Café ou Café nocturne (Café, Nachtcafé).

7 « 824 : La vie et l’amour des femmes.

Le violoncelle boit vite d’un coup. La flûte

rote profond pendant trois mesures : le dîner était bon.

Le tambour finit de lire le roman policier.

Dents-vertes, Boutons-au-visage

fait signe à Conjonctivite. »

Gottfried Benn, Nachtcafé, Gedichte, Fischer 5231. Traduction française : Pierre Garnier, NRF, Gallimard (Gottfried Benn, Poèmes).

8 Toutes ces citations sont extraites d’un poème paru en 1922 sous le titre de Prologue (Prolog) Gottfried Benn, Verlauste Schieber ..., Gedichte, Fischer 4231.

9 Gottfried Benn, Berlin zwischen Ost und West, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesbaden, Bd. 7.

10 Gottfried Benn, Epilog und lyrisches Ich, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Limes Verlag, Wiesbaden.

11 Gottfried Benn, L’Art et l’état, Un poète et le monde, NRF, Gallimard.

12 Ibidem.

13 Ibidem.

14 Gottfried Benn, L’Art et l’Etat, Un poète et le monde, NRF, Gallimard.

15 Ibidem.

16 La fréquente utilisation de mots étrangers, en particulier français, est un autre hommage rendu par Benn à une langue « maternelle », sa mère étant d’origine française.

17 Gottfried Benn, Doppelleben, in : Gesammelte Werke in acht Bänden, Bd. 8, Limes Verlag, Wiesbaden.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr