Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Le Berlin de Joseph Roth

Herta Luise Ott

Texte intégral

1On peut lire cet aveu en 1932 dans une lettre de Joseph Roth à Eva Landshoff, épouse de Fritz Helmut Landshoff, l’un des propriétaires des éditions Kiepenheuer. Comment Joseph Roth, qui a vécu pendant plusieurs années à Berlin et qui y a connu d’indéniables succès professionnels, puisque sa carrière de journaliste, entamée à Vienne après la fin de la Première Guerre mondiale, y était en quelque sorte arrivée à son zénith – ce qui lui avait indirectement donné la possibilité de commencer à écrire des romans – en était-il arrivé à éprouver une telle aversion pour cette ville ?

  • 2 En Galicie. Celle-ci, aujourd’hui située en Pologne et en Ukraine, était en 1894, année de naissanc (...)
  • 3 cf. : Bronsen, David : Joseph Roth. Eine Biographie. Köln 1974 ainsi que : Nürnberger, Helmut : Jos (...)

2Si nous suivons l’itinéraire de Roth à partir de ses origines, nous comprendrons peut-être mieux cette haine. Né le 2 septembre 1894 à Brody2, Roth venait d’un milieu juif plutôt modeste, mais pas pauvre. Son père, qui, avant son mariage, passait pour être acheteur de grains pour une entreprise hambourgeoise, tomba malade avant la naissance de son fils – qu’il n’a apparemment jamais connu. Après le décès de son époux, la mère de Roth retourna dans la maison familiale où elle éleva son fils, soutenue finan­cièrement par sa famille, et notamment par un frère assez riche. Ces origines galiciennes, mal vues à l’époque, et surtout ce père qu’il n’a pas connu, expliquent pourquoi il n’a cessé de s’inventer plus tard des biographies imaginaires, notamment en ce qui concerne sa première jeunesse.3

3En 1913, après avoir passé son baccalauréat au lycée allemand de Brody « sub auspiciis imperatoris », donc avec mention, il s’inscrit d’abord à l’Université de Lemberg (aujourd’hui Lvov en Ukraine), mais part aussitôt pour Vienne, la capitale de l’Empire, où il suit les cours de Walther Brecht, professeur de littérature allemande contemporaine. En 1915, Österreichs Illustrierte Zeitung, une revue conservatrice, publie ses premiers poèmes qui seront suivis par d’autres, ainsi que par de petits textes en prose.

  • 4 cit. in :Westermann, Klaus : Joseph Roth, Journalist. Eine Karriere 1915-1939. Bonn 1987.

« Tout jeune homme rêve d’un avenir grand et radieux. Comment pourrait-il en être autrement pour un poète ? » (lettre non datée)4

4Il interrompt ses études en 1916 pour s’engager dans l’armée. Les deux années de guerre donneront lieu plus tard à presque autant de légendes que ses origines.

  • 5 cf. Sültemeyer, Ingeborg : Das Frühwerk Joseph Roths 1915-1926. Wien, Freiburg, Basel 1976.

5Après la guerre il se voit obligé de gagner sa vie et il cherche à devenir journaliste. A part les quelques poèmes parus entre 1917 et 1918 dans Österreichs Illustrierte Zeitung et le Prager Tagblatt, considéré à l’époque comme un des meilleurs journaux en langue allemande hors d’Allemagne, et quelques textes en prose, il a publié sporadiquement entre 1916 et 1918 des articles non signés dans le journal Der Abend et il a écrit en janvier et février 1918 quelques « feuilletons » pour un nouvel hebdomadaire, Der Friede, dont le rédacteur littéraire était Alfred Polgar, un des principaux représentants de l’école du célèbre « feuilleton viennois ». Son projet professionnel prend forme, et en 1919 il devient rédacteur dans un journal indépendant qui vient d’être fondé et dont le rédacteur en chef, Benno Karpeles, est le propriétaire de Der Friede : Der Neue Tag. Roth y retrouvera Alfred Polgar, ainsi que d’autres collaborateurs de Der Friede. Egon Erwin Kisch, Karl Tschuppik, Eugenie Schwarzwald et Leo Perutz écrivent également dans le « feuilleton » du journal5. C’est le style impressionniste et subjectif du « feuilleton vien­nois » qui influença Roth d’une manière décisive. Mais Der Neue Tag ne survivra pas longtemps. Il cesse de paraître le 30 avril 1920. Roth doit trouver un autre employeur : il le cherchera à Berlin.

  • 6 cf. Westermann, Klaus : Joseph Roth, Journalist. Eine Karriere 1915-1939. Bonn 1987.

6Pourquoi Berlin ? Klaus Westermann6 explique qu’en vertu d’une loi non écrite, Roth, en tant que juif, ne pouvait pas collaborer à des journaux con­servateurs à Vienne. Restaient les journaux indépendants et socialistes. Il aurait donc eu très peu de possibilités s’il était resté à Vienne, tandis qu’à Berlin il pouvait trouver une presse importante et une vie culturelle très riche. Mais selon une anecdote qu’il aimait à raconter sur sa vie, il est parti pour des raisons privées :

« mon amour pour une femme mariée, la peur de perdre ma liberté – qui avait à mes yeux plus de valeur que mes sentiments incertains – m’ont contraint [à partir] » (esquisse autobiographique de 1930).

7Il quitte Vienne le premier juin 1920 avec un ami, Stefan Fingal. A Berlin, il commence par publier des articles dans le journal libéral Neue Berliner Zeitung – 12-Uhr-Blatt à partir du 30 juin 1920. À partir de l’année 1921 il écrira aussi pour le Berliner Börsen-Courier, un journal libéral. Ce n’est qu’en 1922, année où il quitte le Börsen-Courier (officiellement pour des raisons idéologiques, officieusement aussi pour des raisons personnelles et financières), qu’il débutera dans le journal du parti socialiste Vorwärts, ceci appa­emment pour des raisons politiques. À partir de 1923, il entame néanmoins une collaboration avec la très renommée Frankfurter Zeitung, journal considéré à l’époque comme vraiment indépendant, avec un « feuilleton » qu’on pouvait considérer à la rigueur comme « radical de gauche ». En 1923, il rentre pendant quelques mois à Vienne à cause de l’inflation galopante. Mais il revient à Berlin pour y rester – avec quelques petites interruptions – jusqu’en 1925, année où il découvre Paris, la ville dont il avait rêvé depuis des années, et année où Hindenburg est élu Président. Même après 1925 il séjourne assez souvent à Berlin, y restant parfois plusieurs mois. Le départ définitif n’aura lieu qu’en 1933, après l’arrivée d’Hitler au pouvoir. Lors de ce départ il fait publier une déclaration au Prager Tagblatt :

  • 7 Roth, Josef : « Ich verzichte », Prager Mittag, 6.9.1933. In : Roth, Joseph : Werke I. Das journali (...)

« En tant que monarchiste autrichien, conservateur et ennemi implacable de tout gouvernement dirigé par un peintre en bâtiment, je répondis à l’éditeur que je renonçais à la parution de mes livres dans le « Troisième Reich », appelé à présent Allemagne. »7

« Der rote Joseph » : un journaliste engagé à Vienne puis à Berlin

  • 8 cf. Roth, Joseph : « Interviews mit Straßentypen ». Der Neue Tag, 19. 5. 1919. In : Werke I, op. ci (...)
  • 9 Teisinger, Der Neue Tag, 21. 1. 1920. In : Werke I, op. cit., pp. 227-229
  • 10 Roth, Josef : « Die Insel der Unseligen ». Der Neue Tag, 20. 4. 1919. In : Werke I, op. cit. pp. 23 (...)
  • 11 Roth, Josef : « Stadtfrühling ». Der Neue Tag, 21. 3. 1920. In : Werke I, op. cit., pp. 264-265.

8Dans les articles que Roth publie à Vienne en 1919 et 1920, on peut déjà sentir une prise de position en faveur des pauvres et des défavorisés. Mais ce ne sont pas les grands sujets politiques et historiques qui l’intéressent. Il essaie plutôt de voir et de décrire les conséquences subjectives de la situation politique et historique. Ainsi, il donne la parole à l’« homme de la rue »8 ; il écrit un feuilleton sur le Feldmarschalleutnant Teisinger, qui avait déclaré aptes au service militaire plus de 200 000 hommes que les examens médicaux avaient trouvés inaptes9, il décrit la tristesse de la clinique psy­chiatrique « Steinhof »10 et il fait aussi des remarques sur l’arrivée du prin­temps – éclatant dans les rues élégantes du centre de Vienne et triste à l’extérieur du Gürtel, là où commencent les « bidonvilles ».11

  • 12 cf. : Sültemeyer, op. cit., et Westermann, op. cit.

9À Berlin, il reste fidèle à son style et à ses sujets d’inspiration. En tant que reporter local il écrit sur les pauvres, les sans-abri, les marginaux. Et comme à Vienne, il fait des articles assez ironiques sur la vie quotidienne et la vie culturelle. De même, quand il réfléchit sur des phénomènes de la vie culturelle, ce sont plutôt ceux de la culture de tous les jours qui occupent le centre de ses réflexions – des observations sur le cinéma en tant que modèle de comportement pour les gens, des nouvelles méthodes de publicité, des petites annonces sur les murs berlinois, des visites au Panoptikum etc. Ce sont d’ailleurs surtout ces articles-là qui le font connaître. Néanmoins, par rapport à Vienne, son engagement politique devient plus accentué, plus clair, ce qui débouche sur sa collaboration au Vorwärts et à des revues satiriques comme Lachen Links et Der Drachen d’une part et sur des conflits avec le Berliner Börsen-Courier12 d’autre part.

10Pourtant, c’est aussi à Berlin qu’il va renoncer à cet engagement politique direct de citoyen, ce qui s’exprimera entre autres dans son travail journalistique lorsqu’il cessera toute collaboration à des journaux et des revues de gauche à partir de 1925. C’est à Berlin enfin que son pessimisme culturel se développera, un pessimisme culturel qui l’amènera à devenir catholique et légitimiste, luttant pour la restauration monarchique de la maison de Habsbourg en Autriche. Dans cette lutte, il ira jusqu’à faire un voyage en Autriche et avoir un entretien avec Kurt Schuschnigg, juste avant l’Anschluß en 1938, entretien dans lequel il propose la réintroduction de la monarchie pour échapper à l’annexion.

11Quelle a pu être la cause de ce tournant radical et quel rôle a pu jouer son séjour à Berlin dans ce revirement ? Nous savons que certains lieux ont eu une place assez importante dans la vie et l’œuvre de Roth. Ils ont souvent pris un caractère mythique et il était assez rare que pour lui ils devinssent interchangeables. En observant la relation qu’il entretient avec Berlin à travers ses articles, on constate une évolution tout à fait passionnante.

Une image personnelle naît

12À l’origine, l’attitude de Roth correspond parfaitement à des préjugés – justifiés ou non – qui circulaient et circulent encore sur l’Allemagne et l’Autriche. Dans un article sur la police qu’il a écrit alors qu’il était encore à Vienne, il fait une comparaison entre Vienne et Berlin :

  • 13 Roth, Josef : « Fünfzig Jahre Wiener Sicherheitswache ». Der Neue Tag, 17. 7. 1919. In : Werke I, o (...)

« A une démarche administrative s’attachait toujours, à Vienne, l’aura d’une certaine aisance bourgeoise. La loi pouvait parfois y faire un clin d’œil bienveillant en des occasions qui, à Berlin, par exemple, auraient déjà provoqué, au minimum, un froncement de sourcils. »13

  • 14 cf. Hofmannsthal, Hugo von : « Preuße und Österreicher ». In : Werke. Prosa III. München 1952, pp. (...)

13L’antagonisme Vienne/Berlin en particulier et Autriche/Prusse en général fut avant et après la Première Guerre mondiale un thème très prisé dans les milieux littéraires viennois. On connaît la typologie du Prussien et de l’Autrichien de Hofmannsthal en 191714 dans laquelle il souligne entre autres que le Prussien agit plutôt d’après le règlement tandis que l’Autrichien agit selon la bienséance, que le Prussien a tendance à provoquer des crises tandis que l’Autrichien les évite, etc. Roth écrira plusieurs variations sur ce thème.

14D’après Helmut Nürnberger, Joseph Roth a déménagé pour Berlin le 1er juin 1920. Avant de partir il a publié un article portant le titre significatif de « Fahrt in den Krieg » (« En partant à la guerre ») dans la Freie Deutsche Bühne. Dans cet article il parle de :

  • 15 Vom roten Joseph : « Fahrt in den Krieg ». Freie Deutsche Bühne, 5. 5. 1920. In : Werke I, op. cit, (...)

« Retour au pays. Berlin : culture de l’occident. Colonnes Morris. Des matchs de boxe ont toujours lieu à Lunapark. A Berlin vient juste de sortir le cinquième épisode des vampires. »15

15L’image de Berlin, ville où règnent le capitalisme, le plaisir à bon marché, la publicité, le cinéma, l’Amérique, est d’une certaine manière présente chez Roth dès le début de son séjour, de même que l’image de Berlin capitale de la Prusse, d’une Allemagne où règnent la propreté et l’ordre. (Cette image est d’ailleurs partagée plus ou moins par beaucoup d’auteurs autrichiens de l’époque, entre autres par Karl Kraus et Elias Canetti) :

  • 16 Roth, Joseph : « Herbst in Berlin », Prager Tagblatt, 26. 9. 20, In : Werke I, op. cit, pp. 377-378 (...)

« Sous les rayons du soleil d’une fin de matinée automnale, les colonnes Morris muent pour se recouvrir des nouvelles manifestations d’une joie de vivre à la recherche du profit, joie qui embaume l’air d’une séduisante odeur de colle fraîche. »16

  • 17 Roth, Joseph : « Abendgang durch Alt-Berlin », Neue Berliner Zeitung – 12-Uhr-Blatt, 29. 9. 1920, I (...)

« Et de l’autre côté, sur l’autre rive, commence Berlin. Un monde tiré au cordeau, agréable à vivre, avec ascenseurs, eau courante et salles de bains. »17

  • 18 Roth, Joseph : « Der Elektrizitätsstreik », Neue Berliner Zeitung – 12-Uhr-Blatt, 3. 11. 1920, In : (...)

« Tout est symbolique : Berlin, c’est à la fois un ciné, un commerce louche, un tableau expressionniste. »18

  • 19 Roth, Joseph : « Ist Berlin ehrlich ? » Neue Berliner Zeitung  12-Uhr-Blatt, 24. 11. 1920. In : We (...)
  • 20 Roth, Joseph : « Was liest der Berliner ? » Neue Berliner Zeitung -12-Uhr-Blatt, 28. 1. 1921 In : W (...)
  • 21 Roth, Joseph : « Eine Stunde als fliegender Buchhändler. » Neue Berliner Zeitung -12-Uhr-Blatt, 2.  (...)

16Mais Roth essaie aussi de découvrir des traits de caractère des Berlinois, par exemple en mettant à l’épreuve, par jeu, leur honnêteté19 ou en faisant des enquêtes sur leurs habitudes de lecture20 et en vendant des livres dans la rue21.

17Quand il décrit ses impressions lors d’une journée de printemps, il lui arrive de brosser en même temps un tableau de Berlin, ville allemande ayant succombé au capitalisme :

« J’étais ravi de découvrir les perce-neiges et en aurais certainement acheté deux ou trois bouquets. Mais la marchande de fleurs cria : « Les premiers messagers du printemps pour un mark ! »

  • 22 Roth, Joseph : « Rehabilitierung des deutschen Frühlings ? » Berliner Börsen-Courier, 27. 3. 1921. (...)

Elle prononça cette phrase sur un ton aussi dépourvu d’émotion que si elle avait vendu de la toile émeri. [...] Je ne pus m’empêcher de m’interroger sur la marchande de fleurs et pensai qu’elle tenait, à coup sûr, ces « messagers du printemps » d’un poète allemand quelconque. Et je me mis à plaindre de tout mon cœur le sort des poètes allemands : le commerce et l’industrie s’emparent de leurs œuvres et leur chant devient une marque de chaussures brevetée. Il en va du printemps allemand comme des poètes allemands. »22

Un regard plus sévère

18Avec le temps, le regard que Joseph Roth pose sur Berlin devient plus dur, moins amusé. Ainsi il porte un jugement assez sévère quand il dit dans un article sur Leipzig :

  • 23 Roth, Joseph : « Wie ich Leipzig sah ». Leipziger Mittag, 2. 10. 1922. In : Werke I, op. cit, pp. 8 (...)

« La ville se trouve, comme je l’ai déjà indiqué, à une hauteur respectable, à quelques bons milles au-dessus du niveau de la mer culturelle qu’est Berlin, si l’on fait abstraction d’Adolph Bartels, du Brühl et de l’université. »23

19C’est à cette période que Roth commence à écrire pour le Vorwärts, où on trouve entre autres la remarque suivante :

  • 24 Roth, Joseph : « Nationalismus im Abort ». Vorwärts, 9. 12. 1922. In : Werke I, op. cit, pp. 900-90 (...)

« Ce ne sont pas que les avenues de la Victoire qui caractérisent la mentalité d’un peuple : les toilettes publiques sont aussi parlantes. Je connais plusieurs pays d’Europe – et leurs toilettes publiques. Mais je n’ai jamais trouvé autant d’excréments nationalistes aux murs des toilettes qu’en Hongrie et en Allemagne. Dans tous les autres pays, je n’ai vu que des cochonneries sexuelles. En Allemagne, j’ai vu aussi des cochonneries politiques. »24

20Ce sont le nationalisme et l’antisémitisme virulents qui représentent pour des raisons bien évidentes le centre des préoccupations de Roth. Mais il critique aussi Berlin en général. Dans un article pour le Frankfurter Zeitung on peut lire :

  • 25 « Das Haus der 100 Vernünftigen. » Frankfurter Zeitung, 17. 2. 1923. In : Werke I, op. cit, pp. 929 (...)

« Ceci n’est pas une invention loufoque, mais une vérité qu’attestent les statistiques : dans les asiles d’aliénés privés de Berlin ne vivent plus que quarante pour cent de malades, les soixante pour cent restants sont en bonne santé, mais ne peuvent cependant quitter l’établissement. Cruelle et grande est la ville... »25

21L’article aboutit à la constatation amère :

  • 26 Werke I, op. cit, p. 931.

« Berlin est grand, gris et cruel, la folie jaillit de l’asphalte, elle épie dans les coins, elle t’attend à chaque coin de rue. »26

22Pendant son séjour à Vienne en 1923, où il s’était réfugié à cause de la crise économique en Allemagne, Roth décrit dans un journal viennois la situation à Berlin :

« La rapidité avec laquelle se produit le déclin – moral, intellectuel, matériel – de la population de Berlin ne se lit pas plus sur la courbe des cours du dollar que sur les prix qui grimpent prestement. La population locale ne prend en considération ni les vêtements, ni le train, ni le tram, ni l’automobile ni le fiacre. C’est uniquement à la vue de l’augmentation des prix des produits alimentaires que l’étranger prend conscience du déclin et que l’autochtone le ressent. Les prix des produits alimentaires, en hausse constante, contrastent cruellement avec les revenus des ouvriers et des couches moyennes.

Jamais la misère n’a été aussi vive à Vienne, jamais la chute de larges couches de la population n’a été si brusque et si vertigineuse. À Berlin, on plongeait à toute allure dans l’abîme, sans l’aide de l’indice (des prix).[....] L’insécurité, la peur du lendemain étreint tout le monde. Partout on râle, on se cogne [....]. On ne sait pas où l’on est – à droite, à gauche ou au milieu ? On ne fait pas confiance aux journaux. [....]

  • 27 Roth, Joseph : « Berlin im Taumel der Verzweiflung. » Wiener Sonn- und Montags­zeitung, 6. 8. 1923. (...)

Mais dans les cinémas on passe des films et dans les bars on prend un verre. Des milliers d’automobiles filent sur l’asphalte. Les ivrognes et les prostituées peuplent les rues où continue la vie nocturne. Les bars et les boîtes de nuit, tout comme les salles de jeu, ont perdu le peu de respect qu’ils avaient jusqu’ici pour la police. Le malheureux agent de police a faim, il est plein de bonne volonté, mais les forces lui manquent. »27

23Après son retour en Allemagne en 1923, Roth propose cette analyse assez rude de la situation en Allemagne :

  • 28 Roth, Joseph : « Reise durch Deutschlands Winter ». Frankfurter Zeitung, 9. 12. 1923. In : Werke I, (...)

« Un Japonais qui fait ses études à Berlin m’a raconté que, lors de l’inscription des étrangers à l’Université de Berlin, le recteur, M. le professeur Roethe, avait déclaré : « Nous vous avons inscrits, bien que vous soyez des étrangers. Dieu merci, nous ne sommes pas tributaires de votre amitié... » Voit-on le rapport entre cette hystérie des lycéens chantants et celle du professeur dans son discours ? Ce sont là les signes du déclin allemand. C’est ainsi que délirent les gens sous l’effet d’une forte fièvre. Quiconque a un jour veillé au chevet d’un grand malade sait que les heures les plus douloureuses ne consistent pas qu’en des moments pathétiques et émouvants. Le malade prononce des absurdités insensées, tient un discours ridicule, mesquin, indigne de lui-même et de ses souffrances. Il lui manque la conscience qui règle le discours. Il manque à l’Allemagne une conscience qui règle son discours. »28

24Quant à Berlin, Roth s’y sent de moins en moins à l’aise :

  • 29 Roth, Joseph : « Der Gast aus dem Norden ». Frankfurter Zeitung, 15. 2. 1924. In : Roth, Joseph : W (...)

« Berlin, la ville du concret, qui vit au rythme du fonctionnel. »29

  • 30 Roth, Joseph : « Interview ohne Worte ». Frankfurter Zeitung, 11. 2. 1924. In : Werke II, op. cit., (...)

« Je vais marcher dans la Bellevuestraße de Berlin. Elle rompt agréablement avec l’uniformité des rues de cette ville, dont les éléments constitutifs sont l’hygiène, le sens du fonctionnel et la conformité sans faille. »30

  • 31 Roth, Joseph : « Wahlkampf in Berlin », Frankfurter Zeitung, 29. 4. 1924. In : Werke II, op. cit., (...)

25Il parle du « rythme froid et précis de cette ville »31,

  • 32 Roth, Joseph : « Abschied vom Toten ». Frankfurter Zeitung, 31. 1. 1925. In : Werke II, op. cit., p (...)

« cette ville, sans cœur dans l’atmosphère de précipitation qui y règne, sans émotions dans son obsession du fonctionnel, et si souvent à la limite du kitsch quand elle tente de laisser libre cours à ses sentiments. »32

Les adieux commencent

26Son désir de quitter cette ville, qui lui semble de plus en plus invivable – malgré les succès qu’il y connaît en tant que journaliste – il le réalisera au printemps de l’année 1925. En décembre 1924 Roth manifeste son désir comme suit :

« Si je n’avais pas la nostalgie de Paris, j’aurais la nostalgie de Prague. C’est une ville dans laquelle je n’ai jamais été chez moi, mais où je peux à tout moment être chez moi. Il n’est pas nécessaire, à Prague, d’avoir des ‘racines’. C’est une patrie pour les apatrides. Elle n’a pas de sentimentalité.

Mais je vis depuis cinq ans à Berlin. Je suis là comme dans la salle d’attente d’une grande gare, à attendre le train. Pour gagner l’argent qui me permettra d’acheter mon billet, je fais actuellement commerce de (mes) livres et articles de presse. [....]

  • 33 Roth, Joseph : « Heimweh nach Prag ». Prager Tagblatt, 25. 12. 1924. In : Werke II, op. cit., pp. 3 (...)

Le soir, je déambule dans la gare de Berlin, les voyageurs pressés me bousculent, je gêne le passage des fonctionnaires, le préfet de police à casquette rouge me donne des ordres, le contrôleur me surprend au moment où je les enfreins, ce qui est également interdit. »33

27Roth quittera cette « gare » au printemps de l’année 1925, juste après l’élection de Hindenburg. D’après Max Krell, rédacteur aux Editions Ullstein, Roth aurait dit le jour de cette élection :

« Si Hindenburg est élu, je pars d’ici, car je sais ce qui se passera après son élection. »

  • 34 cf. Bronsen, op. cit., p. 264.

28Et il aurait quitté Berlin aussitôt. Mais d’après David Bronsen, Krell exagère, car Roth aurait porté en lui dès la publication de ses livres (1924) le projet d’aller à Paris. L’élection de Hindenburg n’aurait fait que le conforter dans ses intentions.34

  • 35 cf. Westermann, op. cit., p. 47.

29Klaus Westermann, dans son livre sur Roth journaliste, compare l’itinéraire de Roth avec celui d’autres écrivains allemands de son époque. Kurt Tucholsky, qui vivait déjà en France en 1925, était alors en proie à la mélancolie et la résignation face aux événements politiques qui se dérou­laient en Allemagne. Nous savons qu’il s’est finalement suicidé dans son exil suédois. Leonhard Frank, quant à lui, a renoncé à partir de ces années à toute analyse politique dans ses écrits. Il s’est cantonné à des histoires sentimentales insignifiantes. L’apparente dépolitisation de Roth ne peut donc pas être considérée comme un cas isolé. D’autres écrivains en revanche, tels que Brecht, ont amorcé dans les mêmes années une véritable réflexion politique. La thèse de Westermann, selon laquelle le milieu des années vingt aurait été une période charnière pour l’engagement politique de nombreux écrivains allemands, nous paraît donc très plausible.35

Regards de l’extérieur – L’image se fixe

  • 36 Pour une analyse détaillée du développement de Roth par rapport aux idées du socialisme, notamment (...)

30La rupture de Roth avec l’Allemagne et les idées de la social-démocratie en 1925 est exprimée et apparemment vécue par lui d’une manière assez violente36. Ainsi, il écrit lors d’un séjour à Marseille en août 1925 dans une lettre à Bernhard von Brentano :

« Passer de l’état de prolétaire à celui d’être humain est vite dit. Et si je n’avais rencontré le premier être humain qu’à Paris ? En Allemagne ne vivent que des génies et des assassins (qui sont à moitié des animaux). L’espèce humaine ne commence qu’à Cologne. Il faudrait que je vive et apprenne beaucoup de choses pendant encore vingt ans pour pouvoir écrire sur les humains. Et encore, je ne sais pas si c’est possible en allemand.

  • 37 cf. Roth, Briefe, op. cit. p. 56.

Demain, ce sera le premier jour du congrès socialiste. J’ai parlé à plusieurs personnes, que j’ai connues à Berlin et à Vienne. Ces gens sont terrifiants ici. Ce soleil toujours éclatant fait remonter à la surface la fange qu’ils portent au plus profond d’eux-mêmes. »37

  • 38 cf. Roth Joseph : « Wie man eine Revolution feiert » – Paris, im Juli (1925) – zu Lebzeiten unveröf (...)

31La relation que Roth entretient avec Paris se distingue dès le début à bien des égards de celle qu’il a eue avec Berlin. En ce qui concerne Paris, c’est d’une certaine manière un coup de foudre, car à Paris il a apparemment trouvé tout ce dont il rêvait38.

  • 39 Westermann, op. cit. p. 51.

« Qu’il ait cru trouver en France à la fois le réconfort et une nouvelle patrie, n’était pas surprenant : c’était le pays de la tradition républicaine par excellence, et il était lui-même le prototype du citadin, auquel correspondait très bien le style de vie français. »39

32Le jugement que Roth porte après coup sur Berlin par rapport à Paris – et Vienne – peut se résumer en quelques mots :

  • 40 Roth, Joseph : « Juden auf Wanderschaft ». In : Werke II, op. cit. pp. 827-902, p. 872. Référence p (...)

« Paris est une vraie métropole. Vienne l’a été. Berlin le sera un jour. »40

33Ce jugement, qu’il n’est d’ailleurs pas le seul à émettre, porte en lui toutes les analyses plus ou moins théoriques et tous les phantasmes qui seront déclenchés par et chez les personnages de ses romans ultérieurs.

34Le pessimisme culturel de Roth et son aversion pour le progrès technique sont partagés par beaucoup de ses contemporains (entre autres Karl Kraus et Martin Heidegger, pour n’en citer que deux). Ils provoquent chez lui, face aux événements politiques en Allemagne, un repli sur le passé austro-hongrois, attitude qu’il partage entre autres avec l’écrivain juif autrichien Leo Perutz.

35Berlin, future métropole, mais dans un avenir où les valeurs de l’humanisme ne seront guère à l’honneur, est décrite par Roth dans une critique littéraire en 1930 :

  • 41 Roth, Joseph : « Das steinerne Berlin ». Das Tagebuch, 5. 7. 1930. In : Roth, Joseph : Werke IV. Er (...)

« Berlin est une ville jeune, malheureuse, en devenir. Sa tradition présente un caractère fragmentaire. Son développement, fréquemment interrompu et en­core plus fréquemment oublié et détourné, est à la fois entravé et encouragé par des erreurs involontaires et des tendances volontairement mal intentionnées. D’une certaine façon, il est favorisé par les obstacles. La malignité, l’ignorance et l’égoïsme des détenteurs du pouvoir, architectes et protecteurs de la ville, conçoivent des projets, les embrouillent et les réalisent dans la confusion. Les résultats – car on ne peut parler de résultat au singulier, tant les traits de cette ville sont multiples et changeants – sont un conglomérat peu amène de places, rues, blocs d’habitation, églises et palais. Un sérieux embrouillamini, un arbitraire planifié jusque dans le détail, une absence de réflexion sur les objectifs qui se donnent des airs de réflexion profonde. Jamais on n’a mis autant d’ordre dans le désordre, autant de gaspillage dans l’indigence, autant de réflexion dans l’incompétence, autant de système dans la démence. Si un destin peut comporter une part d’arbitraire, cette ville est devenue par un acte arbitraire de la destinée allemande la capitale de la nation. »41

36Et il enchaîne :..

  • 42 ibidem, p. 378.

« ... la nation qui ne semble pas encore savoir qu’elle est représentée par Berlin. »42

37L’idée que c’est la ville de Berlin qui indique le chemin vers un futur sans âme, apparaît aussi quand Roth parle dans un autre article de la « gaieté industrialisée » qui règne dans les établissements de nuit à Berlin pour ajouter

  • 43 Roth, Joseph : « Berliner Vergnügungsindustrie ». Münchner Neueste Nachrichten, 1. 5. 1930. In : We (...)

« Et c’est comme si cette industrie du divertissement grossière et standardisée faisait du même coup, dans toutes les grandes villes du monde, de tous ceux qui sortent la nuit une catégorie unique de gens qui ont tous les mêmes besoins, extrêmement simples, parfaitement répertoriés, et qu’il est très aisé de satisfaire. » 43

38Berlin est ainsi devenue dans l’imaginaire de Roth la ville de l’avenir, qui est en tous points à l’opposé de ce qu’il appelle de ses vœux comme utopie positive.

Roth écrivain et son Berlin mythique

39Comment le regard distant et moqueur de Roth sur Berlin s’est-il modifié jusqu’à faire de cette ville la matérialisation de tout ce qu’il détestait ? Comment cette évolution s’est-elle reflétée dans ses romans ? Comment Roth a-t-il représenté Berlin dans ses romans ? Car Berlin est bien souvent un lieu où les héros de ses romans passent au moins une période de leur vie.

40Le premier roman de Roth, Das Spinnennetz, paru en 1923 en plusieurs épisodes dans le Arbeiter-Zeitung à Vienne, porte sur les organisations clandestines d’extrême droite en Allemagne après la Première Guerre mondiale. D’ailleurs, sa dernière partie parut juste avant le putsch munichois de Hitler et Ludendorff. Il fut donc en quelque sorte prophétique. L’intrigue commence à Berlin, lieu de naissance du « héros ». Celui-ci, après avoir adhéré à une « organisation », va se rendre à Munich pour y rencontrer ses supérieurs, et en Poméranie pour y réprimer une grève d’ouvriers agricoles sur un domaine féodal. Rentré à Berlin, il continuera sa carrière, soutenu d’une certaine manière par un Juif. Celui-ci poursuit pourtant surtout ses propres intérêts et ceux de son frère qu’il enverra à Paris quand la situation deviendra trop dangereuse.

  • 44 cf. Müller-Funk, Wolfgang : Joseph Roth. München 1989 ainsi que Scheible, Hartmut : Joseph Roth. Mi (...)
  • 45 cf. Roth, Joseph : Die Geschichte vom jungen Musikanten und der schönen Prin­zessin. In : Werke I, (...)

41Ce qui frappe lors de la lecture de ce roman, c’est l’absence totale de signification mythique des lieux et en particulier des lieux d’origine, contrairement à ce qui sera le cas dans les romans qu’il écrira plus tard.44 Une explication possible : Roth n’avait pas encore trouvé son style qui, au cours des années, tendait de plus en plus manifestement vers un style de contes de fée et de légendes. Cette explication ne peut satisfaire que par­tiellement si l’on sait que Roth a justement écrit des histoires dans un style de conte de fées au début de sa carrière et qu’il a repris l’une de ces histoires dans un article de journal pour démonter son propre conte de fées et le tourner en dérision45. On doit donc présumer une intention différente par rapport aux livres qu’il écrira plus tard. Cette intention est sans doute à chercher dans son engagement politique de l’époque. En effet, le roman a paru sous forme de roman-feuilleton dans le journal du parti socialiste autrichien dont les lecteurs étaient des sympathisants, sinon des membres du parti socialiste. Bien que la doctrine du réalisme socialiste ne fût pas encore formulée à l’époque, le roman avait aux yeux d’un militant de gauche moyen surtout la fonction de former et d’informer le lecteur – tâche avant tout pédagogique. Roth a sans doute écrit son roman dans une telle perspective. Il a donc mis l’accent sur les événements et les lieux purement référentiels sans vouloir y trouver ou ajouter du symbolique.

42Bien que dans son deuxième roman, Hotel Savoy, paru en 1924 après avoir été publié comme roman-feuilleton dans le Frankfurter Zeitung, l’action se déroule dans un espace mythique, on peut encore lui attribuer une intention pédagogique dans le sens déjà évoqué. C’est pourquoi la tendance au mythe y est encore réfrénée. En tout cas, le lieu évoqué se trouve quelque part entre Est et Ouest. Et la personne si longtemps attendue pour atténuer la misère dans la ville où se trouve cet hôtel qui reflète en quelque sorte la société, vient d’Amérique en passant par Berlin. Le lieu rêvé du narrateur est Paris. Berlin est évoqué seulement en tant que lieu de passage d’une personne qui vient d’Amérique : ces deux lieux se trouvent ainsi rapprochés implicitement. Car cette personne aurait également pu venir de Paris ou – d’après la logique de son itinéraire – de Hambourg ou d’une autre ville portuaire. Mais le lieu qui lui convient est apparemment Berlin. L’idée de « Berlin ville proche du capitalisme américain » est donc quelque part déjà sous-jacente dans ce roman, mais d’une manière assez fugace. Cela correspond tout à fait à la tentation mythique freinée par la volonté pédagogique de Roth.

  • 46 cf. Sültemeyer, op. cit, p. 128.
  • 47 cf. la critique de ce film de Joseph Roth : « Der letzte Mann », Frankfurter Zeitung, 8. 1. 1925. I (...)

43Le troisième roman de Joseph Roth, Die Rebellion, également publié en 1924 – d’abord comme roman-feuilleton dans le journal du parti socialiste allemand, le Vorwärts – se déroule principalement dans une ville qui n’est pas nommée, mais dans laquelle on peut très bien reconnaître Berlin. En plus, Roth a déjà évoqué une situation-clé de ce roman dans deux de ses feuilletons écrits en 1923 à Berlin. Il a entre autres décrit un vieil homme qui est préposé aux lavabos dans Die Abseitsmenschen (« Les gens en marge ») et puis dans Der Mann in der Toilette (« L’homme dans les toilettes »)46. Le motif était d’ailleurs apparemment répandu à cette époque, car dans un film de Friedrich Wilhelm Murnau Der letzte Mann (« Le dernier homme »), tourné en 1924, le héros finit lui aussi par travailler dans des toilettes publiques – mais chez Murnau, à l’encontre de Roth, il sera sauvé47. Chez Murnau, la ville dans laquelle se passent les événements n’est pas nommée non plus, mais implicitement il fait comprendre qu’il s’agit de Berlin. De toute façon, en ce qui concerne Roth, on ne peut pas dire qu’il ait concédé une importance particulière au fait qu’il s’agisse de la ville de Berlin ou non. C’est la ville moderne – et c’est Berlin qui la représente probablement le mieux. Ce qui distingue ce roman des précédents, c’est plutôt la place que Roth donne aux préoccupations religieuses du héros. On peut donc dire en gros que l’optique dans laquelle il l’a écrit est encore celle des romans précédents – à part les préoccupations religieuses qui vont prendre une dimension plus importante dans des romans comme Hiob ou dans des récits comme Die Legende vom heiligen Trinker (« La légende du saint buveur ») ou Der Leviathan. Le dernier chapitre de Die Rebellion, paru au Vorwärts, est d’ailleurs la dernière contribution de Roth au journal.

  • 48 Il existe une autre nouvelle que Roth a écrite très jeune (en 1918) dont le person­nage central est (...)

44Les récits que Roth écrira et publiera en 1925, année où son engagement politique explicite prendra fin, se distinguent bien de ce qu’il a écrit auparavant et qu’il écrira après, car dans les deux récits ce sont exclusivement des histoires d’amour qui constituent l’intrigue – une fois à Vienne et une fois dans une petite ville non nommée que le narrateur quittera pour New York.48

45C’est à partir de Die Flucht ohne Ende (« La fuite sans fin »), paru en 1927, que Roth attribuera dans ses romans et récits à Berlin la place particulière qu’il commence à lui concéder à partir de 1922/23 et plus particulièrement à partir de son départ pour Paris en 1925 dans ses articles et reportages – Berlin, ville future, ville sans histoire, ville sans âme, ville du capitalisme par excellence, ville où les différences et les particularités, les traits de caractère historiquement développés disparaissent.

46Ainsi, les lieux réels commencent à revêtir des attributs mythiques. Cette attribution s’exprime – en ce qui concerne Berlin au moins – d’une part par le choix des lieux de l’action et d’autre part par les commentaires du narrateur et des héros sur la ville. Ainsi, l’itinéraire de Franz Tunda, le héros de Flucht ohne Ende commence en Galicie pour le mener à Vienne, capitale de l’empire austro-hongrois. Il se poursuit en Pologne et, après un changement d’identité en Union Soviétique – d’abord en Sibérie puis à Moscou après les vicissitudes dues à la Révolution. Pour commencer une nouvelle vie, le héros rentre à Vienne et se rend ensuite dans une petite ville en Allemagne pour y rencontrer son frère. Les dernières étapes sont Berlin et Paris. Cet itinéraire correspond d’ailleurs à l’itinéraire de Roth lui-même, mis à part l’épisode de la vie de Tunda sous un autre nom (ce qui nous ne semble pas être tout à fait un hasard, vu le rôle que Roth attribue à la subjectivité et au vécu dans son écriture) et mis à part le passage du héros dans une petite ville allemande. C’est à Berlin que Tunda rejoint le narrateur et qu’il fera un commentaire plutôt étonné et négatif de la ville sur lequel nous reviendrons plus tard. Berlin a donc un certain poids dans ce roman comme lieu de rencontre de Tunda et du narrateur. C’est ensemble que Tunda et le narrateur vont visiter Berlin et en voir les monstruosités.

  • 49 Roth, Joseph : « Flucht ohne Ende ». In : Roth, Joseph : Werke IV. Romane und Erzählungen 1916-1929(...)

« Nous vîmes en quelques jours un tireur fou et une procession ; la première d’un film, une prise de vue, le saut mortel d’un artiste Unter den Linden, un homme agressé, l’asile pour les sans-foyer, une scène d’amour dans le Tiergarten en plein jour, des colonnes Morris sur roulettes tirées par des ânes, treize bars pour (couples) homosexuels et pour lesbiennes, un couple normal et timide, entre quatorze et seize ans, qui gravait ses noms sur les arbres et que verbalisa un garde sous prétexte que c’était endommager un bien public ; un homme qui payait une amende pour avoir traversé de biais une place au lieu de la traverser à angle droit, une réunion de la secte des Mangeurs d’Oignons et une assemblée de l’armée du Salut. »49

47On trouve donc rassemblés ici beaucoup de reproches que Roth a faits à Berlin dans ses articles. Et si l’on compare cette impression avec une remarque du narrateur sur Paris et son effet sur Tunda, on perçoit nettement la différence :

  • 50 ibidem. p. 467.

« ... et malgré l’atmosphère molle et couleur de plomb qui cachait le soleil, malgré la fumée et la chaleur qui montait tout à coup de l’asphalte, Tunda avait l’impression d’aller à travers la pleine campagne et de sentir l’odeur de la terre. »50

48Dans les romans que Roth a écrits immédiatement après, Berlin est ou bien un lieu par lequel passent les héros pour aller plus loin – ainsi Arnold Zipper (Zipper und sein Vater, paru en 1928), né à Vienne, qui a suivi sa femme à Berlin où elle veut faire carrière en tant qu’actrice, ira la rejoindre aux États-Unis après un séjour dans le midi de la France. De même Friedrich Kargan (Der stumme Prophet, paru en 1929 – Le prophète muet) rentrera après un trajet semblable à celui de Tunda en Sibérie. Ou bien Berlin est le lieu principal d’action (Rechts und Links, paru en 1929 – Droite et gauche). En ce qui concerne ce roman, il ne s’agit pas de suivre un personnage dans ses va-et-vient, mais de donner une image de la société à l’époque, d’une société complètement pourrie dont le seul personnage principal sympathique est un juif qui décide de quitter cette ville en laissant derrière lui son identité « berlinoise ». Berlin est donc une ville qu’il faut à tout prix quitter. Et même quand un des personnages dans Rechts und Links fait un éloge de Berlin, cet éloge n’a rien de réjouissant :

  • 51 Roth, Joseph : « Rechts und Links ». In : Werke IV 1989, op. cit., pp. 609-772, p. 767

« Ce sont eux [les Français – le roman est d’ailleurs en partie dédicacé à Félix Bertaux] qui ont besoin de nous, et non nous qui avons besoin d’eux, dit Théodore qui venait d’entrer [...] Paris, poursuivit-il, a depuis longtemps cessé d’être un centre de référence. C’est Berlin qui le devient, qui l’est déjà. » [...] « Paris, c’est la ville de la légèreté et de la facilité ; en Allemagne, on travaille. » La solution est heureuse : à l’avenir, toute guerre est exclue ! » 51

49Nous retrouvons ici donc le jugement que Roth a porté sur les métropoles européennes (parmi lesquelles Londres ne figure d’ailleurs pas), un jugement assez pessimiste et sarcastique. Il s’agit de Berlin, ville de l’avenir et ville abominable. Si nous songeons au sens que Roth a donné à la « légèreté » et à la « joie » dans Juden auf Wanderschaft (« Juifs en errance »), nous savons à quoi il fait allusion :

« La véritable métropole est objective. Elle a des préjugés comme les autres, mais elle n’a pas le temps de les mettre en pratique. À Vienne, au Prater il n’y a pratiquement pas de manifestations d’antisémitisme, bien que tous les visiteurs ne soient pas des philosémites et que passent près d’eux, parmi eux, les plus orientaux des juifs orientaux. Pourquoi ? Parce qu’on s’amuse au Prater. L’antisémite commence à être antisémite dans la Taborstraße, qui mène au Prater. On ne s’amuse plus dans la Taborstraße.

  • 52 Roth : « Juden auf Wanderschaft », op. cit., p. 872

À Berlin, on ne s’amuse pas. En revanche, la joie règne à Paris. À Paris, l’antisémitisme grossier se limite aux Français sans joie. »52

50Bien qu’on puisse considérer ces déclarations comme un peu naïves, elles ont – au moins sous l’angle de la psychologie sociale – un accent de vérité.

51Dans les romans que Joseph Roth a écrits dans les années trente, Berlin en tant que lieu de trajet ou d’action, joue un rôle nettement moins important. Le centre d’intérêt devient l’Autriche-Hongrie, l’Est de l’Europe et Paris. Roth s’est fait son image de Berlin pendant ses longs adieux – forcés à la fin par la situation politique en Allemagne. Et il n’y a plus renoncé. Cette image est probablement le mieux fixée dans le commentaire sur Berlin que donne Tunda, lors de sa rencontre avec le narrateur que nous avons déjà évoquée. Elle donne en même temps la clé pour la compréhension de la haine de Roth, car Berlin représente ce dont il a peur et ce qu’il déteste jusqu’à le diaboliser – ici peut-être même avec une certaine admiration qui sera néanmoins relativisée par ce que Tunda et le narrateur voient à Berlin – uniquement des perversités (cf. plus haut). Laissons alors le dernier mot au narrateur :

« Il possédait la faculté mystérieuse de comprendre la démence mystérieusement raisonnable de cette ville. Il avait presque oublié Irène.

- Cette ville, disait-il, est située en dehors de l’Allemagne, en dehors de l’Europe. Elle est à elle-même sa propre capitale. Elle ne prend rien de la terre sur laquelle elle est bâtie. Elle transforme cette terre en asphalte, en briques et en murs. Elle dispense de l’ombre à la plaine avec ses maisons ; elle livre avec ses fabriques du pain à la plaine ; elle décide de la langue de la plaine, des mœurs nationales, des costumes nationaux. C’est la quintessence d’une ville. Le pays lui doit son existence et se dissout pour ainsi dire en elle par reconnaissance. Elle a son propre règne animal au Jardin Zoologique et dans l’aquarium, la volière, la maison des singes, ses propres plantes au Jardin Botanique, ses propres champs de sable sur lesquels des fondations sont semées et des usines poussent ; elle a même ses propres ports ; sa rivière est une mer ; elle est un continent. Elle seule, de toutes les villes que j’ai vues jusqu’ici, a de l’humanité par manque de temps et pour d’autres raisons pratiques. En elle un bien plus grand nombre d’hommes périraient si mille prudentes et prévoyantes institutions ne protégeaient la vie et la santé, non parce que le cœur le commande, mais parce qu’un accident signifie un trouble de circulation, coûte de l’argent et dérange l’ordre. Cette ville a eu le courage de se bâtir dans un style laid et cela lui donne le courage d’une laideur ultérieure. Elle pose des piliers, des madriers, des palissades, de répugnants crapauds en verre bigarré, éclairés de l’intérieur, elle les pose au long des rues, aux carrefours et sur les places. Les agents de la circulation se tiennent là, portant des signaux métalliques que l’on dirait prêtés à l’instant et provisoirement par l’administration des chemins de fer ; ils portent en même temps des gants d’un blanc spectral.

  • 53 Roth : Flucht ohne Ende, op. cit. pp. 464 f, « La fuite sans fin », pp. 166-168.

En outre cette ville tolère encore en elle la province, certes pour l’engloutir un jour. Elle nourrit les gens de Düsseldorf, de Cologne, de Breslau, pour se nourrir d’eux. Elle n’a pas de culture au sens où possèdent une culture les villes de Breslau, Cologne, Francfort, Königsberg. Elle n’a pas de religion. Elle a les temples les plus laids qui soient au monde. Elle n’a pas de société, mais elle a tout ce qui, dans toutes les autres villes, naît de la société : théâtre, art, bourse, commerce, métropolitain. »53

Notes

2 En Galicie. Celle-ci, aujourd’hui située en Pologne et en Ukraine, était en 1894, année de naissance de Roth, un des pays de la couronne de la monarchie austro-hongroise.

3 cf. : Bronsen, David : Joseph Roth. Eine Biographie. Köln 1974 ainsi que : Nürnberger, Helmut : Joseph Roth. Mit Selbstzeugnissen und Bilddokumenten. Rowohlts Monographien 301. Reinbek bei Hamburg 1981.

4 cit. in :Westermann, Klaus : Joseph Roth, Journalist. Eine Karriere 1915-1939. Bonn 1987.

5 cf. Sültemeyer, Ingeborg : Das Frühwerk Joseph Roths 1915-1926. Wien, Freiburg, Basel 1976.

6 cf. Westermann, Klaus : Joseph Roth, Journalist. Eine Karriere 1915-1939. Bonn 1987.

7 Roth, Josef : « Ich verzichte », Prager Mittag, 6.9.1933. In : Roth, Joseph : Werke I. Das journalistische Werk 1915-1923. Köln 1989, pp. 379-380.

8 cf. Roth, Joseph : « Interviews mit Straßentypen ». Der Neue Tag, 19. 5. 1919. In : Werke I, op. cit., pp. 58-61.

9 Teisinger, Der Neue Tag, 21. 1. 1920. In : Werke I, op. cit., pp. 227-229

10 Roth, Josef : « Die Insel der Unseligen ». Der Neue Tag, 20. 4. 1919. In : Werke I, op. cit. pp. 23-27.

11 Roth, Josef : « Stadtfrühling ». Der Neue Tag, 21. 3. 1920. In : Werke I, op. cit., pp. 264-265.

12 cf. : Sültemeyer, op. cit., et Westermann, op. cit.

13 Roth, Josef : « Fünfzig Jahre Wiener Sicherheitswache ». Der Neue Tag, 17. 7. 1919. In : Werke I, op. cit, pp. 82-84.

14 cf. Hofmannsthal, Hugo von : « Preuße und Österreicher ». In : Werke. Prosa III. München 1952, pp. 407-409.

15 Vom roten Joseph : « Fahrt in den Krieg ». Freie Deutsche Bühne, 5. 5. 1920. In : Werke I, op. cit, pp. 283-284, p. 284.

16 Roth, Joseph : « Herbst in Berlin », Prager Tagblatt, 26. 9. 20, In : Werke I, op. cit, pp. 377-378, p. 378.

17 Roth, Joseph : « Abendgang durch Alt-Berlin », Neue Berliner Zeitung – 12-Uhr-Blatt, 29. 9. 1920, In : Werke I, op. cit, pp. 378-380, p. 380.

18 Roth, Joseph : « Der Elektrizitätsstreik », Neue Berliner Zeitung – 12-Uhr-Blatt, 3. 11. 1920, In : Werke I, op. cit, pp. 393-394, p. 394.

19 Roth, Joseph : « Ist Berlin ehrlich ? » Neue Berliner Zeitung  12-Uhr-Blatt, 24. 11. 1920. In : Werke I, op. cit, pp. 401-404

20 Roth, Joseph : « Was liest der Berliner ? » Neue Berliner Zeitung -12-Uhr-Blatt, 28. 1. 1921 In : Werke I, op. cit, pp. 455-457, ainsi que : Roth, Joseph : « Von Büchern und Lesern. Ermittlungen aus den wichtigsten Bibliotheken Berlins. » Berliner Tagblatt, 16. 4. 1921, In : Werke I, op. cit, pp. 529-532.

21 Roth, Joseph : « Eine Stunde als fliegender Buchhändler. » Neue Berliner Zeitung -12-Uhr-Blatt, 2. 6. 1921. In : Werke I, op. cit., pp. 574-576.

22 Roth, Joseph : « Rehabilitierung des deutschen Frühlings ? » Berliner Börsen-Courier, 27. 3. 1921. In ; Werke I, op. cit., p. 514 et 517.

23 Roth, Joseph : « Wie ich Leipzig sah ». Leipziger Mittag, 2. 10. 1922. In : Werke I, op. cit, pp. 869-871, p. 869.

24 Roth, Joseph : « Nationalismus im Abort ». Vorwärts, 9. 12. 1922. In : Werke I, op. cit, pp. 900-901, p. 900f.

25 « Das Haus der 100 Vernünftigen. » Frankfurter Zeitung, 17. 2. 1923. In : Werke I, op. cit, pp. 929-931, p. 930.

26 Werke I, op. cit, p. 931.

27 Roth, Joseph : « Berlin im Taumel der Verzweiflung. » Wiener Sonn- und Montags­zeitung, 6. 8. 1923. In : Werke I, op. cit, pp. 1040-1042.

28 Roth, Joseph : « Reise durch Deutschlands Winter ». Frankfurter Zeitung, 9. 12. 1923. In : Werke I, op. cit, pp. 1076-1079, p. 1079.

29 Roth, Joseph : « Der Gast aus dem Norden ». Frankfurter Zeitung, 15. 2. 1924. In : Roth, Joseph : Werke II. Das journalistische Werk 1924-1928. Köln 1990, pp. 52-54, p. 52.

30 Roth, Joseph : « Interview ohne Worte ». Frankfurter Zeitung, 11. 2. 1924. In : Werke II, op. cit., pp. 48-50, p. 48.

31 Roth, Joseph : « Wahlkampf in Berlin », Frankfurter Zeitung, 29. 4. 1924. In : Werke II, op. cit., pp. 169-171, p. 169.

32 Roth, Joseph : « Abschied vom Toten ». Frankfurter Zeitung, 31. 1. 1925. In : Werke II, op. cit., pp. 354-358, p. 354.

33 Roth, Joseph : « Heimweh nach Prag ». Prager Tagblatt, 25. 12. 1924. In : Werke II, op. cit., pp. 308-309, p. 308

34 cf. Bronsen, op. cit., p. 264.

35 cf. Westermann, op. cit., p. 47.

36 Pour une analyse détaillée du développement de Roth par rapport aux idées du socialisme, notamment en ce qui concerne son voyage en Union Soviétique en 1926 – voir Sültemeyer, op. cit. et Westermann, op. cit.

37 cf. Roth, Briefe, op. cit. p. 56.

38 cf. Roth Joseph : « Wie man eine Revolution feiert » – Paris, im Juli (1925) – zu Lebzeiten unveröffentlichtes Manuskript, In : Werke II, op. cit. pp. 419-420. « Ame­rika über Paris », Frankfurter Zeitung 26. 8. 1925. In : Werke II, op. cit. pp. 422-426. « Brief aus Paris », Frankfurter Zeitung, 4. 4. 1926. In : Werke II, op. cit. pp. 551-552. « Bericht aus dem Pariser Paradies », Frankfurter Zeitung, 14. 4. 1926. In : Werke II, op. cit. pp. 556-559.

39 Westermann, op. cit. p. 51.

40 Roth, Joseph : « Juden auf Wanderschaft ». In : Werke II, op. cit. pp. 827-902, p. 872. Référence pour la traduction : Roth, Joseph : Juifs en errance. Traduit de l’allemand par Michel-François Demet. Paris 1986 p. 70.

41 Roth, Joseph : « Das steinerne Berlin ». Das Tagebuch, 5. 7. 1930. In : Roth, Joseph : Werke IV. Erweiterte Auflage. Köln 1976, pp. 376-379 et p. 376.

42 ibidem, p. 378.

43 Roth, Joseph : « Berliner Vergnügungsindustrie ». Münchner Neueste Nachrichten, 1. 5. 1930. In : Werke IV 1976, op. cit. pp. 864-868 – pp. 864 et 865.

44 cf. Müller-Funk, Wolfgang : Joseph Roth. München 1989 ainsi que Scheible, Hartmut : Joseph Roth. Mit einem Essay über Gustave Flaubert. Stuttgart, Berlin, Köln, Mainz 1971 (= Studien zur Geschichte der Poetik und Literatur, Bd.16) Voir surtout : « Exkurs : Joseph Roths comédie humaine », pp. 82-90.

45 cf. Roth, Joseph : Die Geschichte vom jungen Musikanten und der schönen Prin­zessin. In : Werke I, op. cit., pp. 8-10 ainsi que Roth, Joseph : « Das Märchen vom Geiger ». Der Neue Tag, 28. 12. 1919. In : Werke I, op. cit. pp. 205-207.

46 cf. Sültemeyer, op. cit, p. 128.

47 cf. la critique de ce film de Joseph Roth : « Der letzte Mann », Frankfurter Zeitung, 8. 1. 1925. In : Werke II, op. cit., pp. 324-327.

48 Il existe une autre nouvelle que Roth a écrite très jeune (en 1918) dont le person­nage central est une femme – « Barbara ». cf. Werke IV 1989, op. cit. pp. 14-22 Autrement, les femmes jouent certes un rôle non négligeable dans la vie de certains de ses héros, mais ce n’est pas leur souffrance à cause des hommes et leur dépendance qui préoccupent Roth au premier plan.

49 Roth, Joseph : « Flucht ohne Ende ». In : Roth, Joseph : Werke IV. Romane und Erzählungen 1916-1929. Köln 1989, pp. 389-496, p. 465, Roth, Joseph : La fuite sans fin. Traduit de l’allemand par Romana Altdorf et René Jouglet, Paris 1959, p. 169.

50 ibidem. p. 467.

51 Roth, Joseph : « Rechts und Links ». In : Werke IV 1989, op. cit., pp. 609-772, p. 767

52 Roth : « Juden auf Wanderschaft », op. cit., p. 872

53 Roth : Flucht ohne Ende, op. cit. pp. 464 f, « La fuite sans fin », pp. 166-168.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr