Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Brecht à Berlin : de Laotse à Marx

Marie-Claire Taverne

Texte intégral

  • 1 Avertissement sur la transcription des noms et concepts chinois. Par commodité, nous avons choisi d (...)

1C’est dans les années vingt, peu avant de s’installer à Berlin, que Brecht découvre Laotse et son Taoteking.1 Que cet événement se situe dans ce laps de temps n’est pas un hasard. En effet, l’Allemagne connaît alors un regain d’intérêt pour la Chine. L’image de cette dernière s’est considérablement modifiée. De même que la Chine impériale est en train de devenir une Chine moderne et républicaine, l’image et la connaissance que l’on en a sont en train de se préciser. Les clichés des « chinoiseries » s’estompent, les échanges s’intensifient. La présence allemande au Shandong dans la baie de Jiaozhou à la fin du xixe siècle a sans doute contribué à cette évolution. En 1914, la chute de Jiaozhou cause un véritable choc émotionnel en Allemagne, auquel Brecht ne fut pas insensible.

2D’autre part, c’est dans les années vingt que la sinologie fait d’énormes progrès en Allemagne et rattrape le niveau des autres pays européens. Les traductions d’œuvres chinoises se multiplient. Cet intérêt pour la Chine se manifeste aussi dans la littérature. Les grands écrivains de cette période trouvent dans la pensée chinoise de l’Antiquité et dans la doctrine de Laotse une réponse à leurs préoccupations, une alternative au modèle de société occidental. C’est le cas notamment d’Alfred Döblin et de Hermann Hesse.

  • 2 Les seuls éléments biographiques dont nous disposons se trouvent dans le chapitre 63 des Mémoires h (...)

3Dès 1870, l’Allemagne découvrait Laotse alors que la pensée chinoise était exclusivement incarnée jusque-là par Confucius. Le début du xxe siècle connut un véritable engouement pour le sage taoïste, dont témoignent les nombreuses traductions parues à cette époque, en particulier celle de Richard Wilhelm de 1911 rééditée en 1925 et celle de Victor von Strauß de 1924. Cependant, jusqu’à aujourd’hui nous ne savons rien de certain sur Laotse, personnage mi-historique mi-légendaire2. Des doutes subsistent quant à l’homogénéité du livre qui est peut-être l’œuvre de plusieurs auteurs tout en restant inspiré par Laotse.

4Laotse, confronté à une situation de détérioration sociale et politique aiguë, tente d’apporter des solutions, en particulier de désamorcer la violence. C’est pourquoi on trouve au centre de sa doctrine le concept de Wuwei ou Non-agir, autrement dit l’intuition que la force finit toujours par se retourner contre elle-même, que le recours aux armes n’est d’aucun secours. Au contraire, il s’agit de faire en sorte que l’agression devienne inefficace d’où la métaphore de l’eau qui par sa faiblesse naturelle parvient à triom­pher du plus fort, plus en étant qu’en faisant. L’exaltation du simple, du vide, du faible et du souple dans un langage poétique et imagé en découle également.

  • 3 Cf. Dscheng Fang-Hsiung, Alfred Döblins Roman Die drei Sprünge des Wang-Lun als Spiegel des Interes (...)

5On comprend dès lors comment cette philosophie allait toucher une génération d’écrivains marquée par le drame de la Première Guerre mondiale.3 Brecht s’inscrit dans cette lignée, tout en se situant à part. Il va connaître un parcours spirituel complexe de Laotse à Marx.

La rencontre

  • 4 Fred Fischbach, L’évolution politique de Bertolt Brecht de 1913 à 1933. Publications de l’Universit (...)

6Dès la fin de la guerre, le jeune Brecht se détourne du « monde des pères »4 pour rêver d’un monde meilleur à travers la littérature et pour réfléchir sur le présent, notamment sur la réalité des villes, tout en recher­chant un support dans l’histoire. Ayant rejeté le patriotisme et les conventions, Brecht est désormais réceptif aux découvertes qui l’attendent. C’est par goût du théâtre et de la nouveauté qu’il se tourne vers Berlin, dont le dynamisme culturel constitue un puissant pôle d’attraction. A partir de 1921, Brecht avait entrepris de fréquents voyages à Berlin et en 1924 il décide de s’y installer. Peu de temps auparavant, en 1920, il avait découvert le Taoteking et les idées taoïstes qui trouvèrent très tôt une résonance dans son œuvre.

  • 5 Bertolt Brecht, Tagebücher 1920-1922. Autobiographische Aufzeichnungen 1920-1954. Hrsg. v. Herta Ra (...)
  • 6 Ibid., p. 65.

7Cette découverte, retracée dans les Journaux de 1920-19225, s’est faite en deux étapes successives. A la date du 15 septembre6, on apprend que Brecht avait lu avec admiration le roman de Döblin Wang-Lun, animé par le concept de Wuwei ou Non-agir. Un peu plus tard, du 16 au 21 septembre, Brecht séjourne chez son ami Frank Warschauer (à Baden-Baden) qui lui donne à lire le Taoteking. Immédiatement se dessine une sorte de parenté spirituelle que nous révèlent les journaux :

  • 7 Ibid., p. 66

« Aber er zeigt mir Lao-Tse, und der stimmt mit mir so sehr überein, daß er immerfort staunt »7

  • 8 Renata Berg-Pan, Brecht and China, Bonn, Bouvier Verlag, 1979, p. 30.
  • 9 Hanns Eisler, Fragen sie mehr über Brecht. Gespräche mit Hans Bunge, Darmstadt u. Neuwied, Luchterh (...)

8Quelle sera la nature de ce lien spirituel étroit, de cette « Übereinstimmung » dont parle Brecht ? Quelle sera sa relation avec la philosophie taoïste et quel usage en fera-t-il ? Renata Berg-Pan a montré que l’intérêt de Brecht pour la Chine est dénué de toute sentimentalité8. Contrairement à certains de ses contemporains, tel Hermann Hesse, Brecht ne recherche pas une alternative à la société occidentale, mais une explication. Ce qui le préoccupe c’est l’analyse du monde présent. La philosophie chinoise, taoïste en particulier, constitue donc en premier lieu un support à ses réflexions, une « Denkanregung » comme le dit Hanns Eisler9.

9Brecht reste un pragmatique : il n’est pas mû par le désir de fuir une époque trop violente, mais par celui de trouver une confirmation à ses propres idées. Renata Berg-Pan résume ainsi cette démarche :

  • 10 Renata Berg-Pan, op. cit., p. 30-31.

« Brecht looked for ideas and modes of life that resembled those he experienced in his own world and which could provide proof of the essential rightness of his own ideas »10.

10L’aspect volontariste de cet engagement apparaît un peu plus tard :

  • 11 Ibid., p. 136.

« Courtesy, wisdom, tradition and, above all, some proof that socialist ideas are as old as one of the oldest human civilizations – are what Brecht wanted to find in China »11.

11Cette attitude foncièrement pratique n’est pas sans rappeler celle des philosophes chinois et de Laotse lui-même, et c’est peut-être dans cette manière de fonder ses réflexions sur l’analyse du réel que Brecht s’en rapproche le plus. Brecht s’est intéressé aussi bien au personnage de Laotse qu’à ses idées. C’est ainsi que l’on trouve dans son œuvre des compositions ayant pour thème principal Laotse et le Taoteking et d’autres faisant référence de façon plus ténue à certaines idées issues du Taoteking.

12Un point fait l’unanimité dans les différentes études consacrées à cette question : c’est la corrélation qui existe entre la lecture du Taoteking et l’engagement social de Brecht. Les idées issues du Taoteking ne sont, le plus souvent, prises en compte et assimilées que dans la mesure où elles peuvent être mises au service de cet engagement. Ainsi, il semble que Brecht ait été fortement impressionné par la dialectique du faible et du fort contenue dans cet ouvrage.

Les thèmes du Taoteking dans l’œuvre de Brecht

  • 12 Cf. Song Yun-Yeop, Bertolt Brecht und die chinesische Philosophie, Bonn, Bouvier Verlag, 1978.

13Ce sera un thème récurrent dans l’œuvre de Brecht12. En effet, la première trace de sa lecture du classique taoïste se trouve dans la pièce Im Dickicht der Städte de 1921. Dans un dialogue entre John et Garga, on trouve la réplique suivante :

  • 13 Bertolt Brecht, GW 1, 172, cité par Song Yun-Yeop, op. cit., p. 103.

Garga : «Ich habe gelesen, daß die schwachen Wasser es mit ganzen Gebirgen aufnehmen»13

14Cette réplique fait suite à une réflexion notée dans ses Journaux à la date d’octobre 1921 :

  • 14 Bertolt Brecht, Tagebücher 1920-1922, op. cit., p. 160.

« Ich weiß, die Wasser nehmen es mit ganzen Gebirgen auf »14

15Cette phrase reprise dans la ballade Legende von der Entstehung des Buches Taoteking auf dem Wege des Laotse in die Emigration de 1938 ne signifie rien de plus que le triomphe du faible sur le fort, ce qui est dit dans le Taoteking :

  • 15 Lao-Tseu, Tao-Tö King, traduit du chinois par Liou Kia-Hway, Paris, Gallimard, 1967, chap. 36, p. 1 (...)

« Le souple vainc le dur.
Le faible vainc le fort. »15

16Ce propos est illustré par la métaphore de l’eau :

  • 16 Ibid. chap. 78, p. 116.

« Rien n’est plus souple et plus faible que l’eau,
Mais pour enlever le dur et le fort, rien ne la surpasse. »16

17Brecht reprend à son compte cette image et y ajoute la montagne afin de renforcer le contraste. Song Yun-Yeop conclut :

  • 17 Song Yun-Yeop, op. cit. p. 105.

« Auf diese Weise verherrlicht Brecht seit 1921 als eine in der Natur offenbarte Gesetzlichkeit das Schwache, Nachgiebige und Biegsame, indem er sie dem Starken und Harten gegenüberstellt. »17

18Cette idée apparaît également mais sous une autre forme dans l’œuvre lyrique.

19Le poème Morgendliche Rede an den Baum Griehn de 1921 et celui de 1953 intitulé Eisen vantent la souplesse du bois et donc sa capacité de résistance en cas de tempête :

  • 18 B. Brecht, GW 8, 187, cité par Song, op. cit., p. 105.
  • 19 B. Brecht, Gesammelte Werke in 20 Bänden, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 196, Bd. 10, p. 1012.

[ ...] einzig durch Ihre unerbittliche Nachgiebigkeit
stehen Sie heute morgen noch gerade.18
Im Traum heute Nacht
Sah ich einen großen Sturm.
Ins Baugerüst griff er
Den Bauschragen riß er
Den eisernen, abwärts.
Doch was da aus Holz war
Bog sich und blieb.19

20L’arbre n’est autre que le pendant dans la pensée chinoise du bambou qui ploie et ne se brise pas.

21Toujours d’après Song Yun-Yeop, cette dialectique du faible et du fort est au centre de l’une des «Histoires de M. Keuner» Maßnahme gegen die Gewalt.

« In die Wohnung des Herrn Egge, der gelernt hatte, nein zu sagen, kam eines Tages in der Zeit der Illegalität ein Agent, der zeigte einen Schein vor, welcher ausgestellt war im Namen derer, die die Stadt beherrschten, und auf dem stand, daß ihm gehören solle jede Wohnung, in die er seinen Fuß setzte, ebenso sollte ihm auch jedes Essen gehören, das er verlangte ; ebenso sollte ihm auch jeder Mann dienen, den er sähe.

Der Agent setzte sich in einen Stuhl, verlangte Essen, wusch sich, legte sich nieder und fragte mit dem Gesicht zur Wand vor dem Einschlafen : «Wirst du mir dienen ?»

  • 20 B. Brecht, GW 12, 376, cité par Song, op. cit., p. 11.

Herr Egge deckte ihn mit einer Decke zu, vertrieb die Fliegen, bewachte seinen Schlaf, und wie an diesem Tage gehorchte er ihm sieben Jahre lang. Aber was immer er für ihn tat, eines zu tun hütete er sich wohl : das war, ein Wort zu sagen. Als nun die sieben Jahre herum waren und der Agent dick geworden war vom vielen Essen, Schlafen und Befehlen, starb der Agent. Da wickelte ihn Herr Egge in die verdorbene Decke, schleift ihn aus dem Haus, wusch das Lager, tünchte die Wände, atmete auf und antwortet : «Nein».20 »

22Keuner a ici recours à une parabole pour justifier son comportement face à la violence. L’attitude la plus appropriée est alors de se soumettre ou du moins d’en donner l’apparence. La supériorité de M. Egge est de retenir son refus jusqu’à la fin, de céder tout en ne cédant pas. C’est ainsi qu’il peut triompher.

23Enfin M. Song voit dans l’un des poèmes dits de Svendborg An die Nachgeborenen le reflet de la position de Brecht face à l’éthique taoïste :

  • 21 B. Brecht, GW 9, 723, cité par Song, op. cit., p. 127.

Ich wäre gerne auch weise
In den alten Büchern steht, was weise ist :
sich aus dem Streit der Welt halten und die kurze Zeit
Ohne Furcht verbringen.
Auch ohne Gewalt auskommen
Böses mit Gutem vergelten
Seine Wünsche nicht erfüllen,
sondern vergessen
Gilt für weise.
Alles das kann ich nicht :
Wirklich, ich lebe in finsteren Zeiten.
21

24Ce poème reflète à la fois l’influence de la pensée taoïste sur l’œuvre et l’engagement personnel de Brecht et ses limites. Brecht se fait l’écho de l’idéal de Wuwei ou Non-agir qui dans un contexte politico-social donné revient à désamorcer la violence en n’y répondant pas. Il se dit toutefois incapable d’y adhérer totalement dans la pratique.

25D’autres études mettent davantage l’accent sur l’engagement social et même socialiste de Brecht. L’intérêt de Brecht pour Laotse y est directement mis en relation avec son évolution politique. Certains affirment qu’il ne se serait senti attiré par le taoïsme que dans la mesure où il commençait à étudier Marx et soulignent la conjonction des deux philosophies chez Brecht. Ainsi Renata Berg-Pan :

  • 22 Renata Berg-Pan, op. cit., p. 102.

« What the political theories of Marx and Engels have in common with Chinese philosophy is their concern with the relationship between man and the powers that govern him [...] between rulers of a society an the ruled. This is one reason why Brecht [...] turned tho Chinese philosophy while studying the works of Marx and Engels. »22

26C’est précisément cette combinaison, ce recours à deux types d’explication du politique qui dans l’esprit de Brecht semblait le mieux correspondre à ses préoccupations. Cette rencontre entre taoïsme et marxisme dans l’œuvre de Brecht et l’originalité de sa réception de la doctrine de Laotse apparaissent à travers certains thèmes taoïstes qu’il a repris.

  • 23 Kim Tschong Dae, Bertolt Brecht und die Geisteswelt des Fernen Ostens. Dissertation. Heidelberg, 19 (...)

27Kim Tschong-Dae23 en a relevé un certain nombre :

    • 24 Ibid., p. 25.

    d’une part, certaines vertus sociales regroupées sous le terme générique «östliche Weisheit» et comprenant «Freundlichkeit, Höflichkeit, Güte, Heiterkeit»24 qui, si elles peuvent être appliquées à Laotse, ne lui sont pas réservées et qui ne constituent nullement des vertus spécifiquement taoïstes.

  • d’autre part, la théorie du Yin et du Yang telle qu’elle est interprétée par Laotse, autrement dit, l’idée qu’une situation favorable peut toujours pren­dre une tournure défavorable et vice versa.

28On retrouve cette idée, par exemple, dans la pièce Die Horatier und die Kuratier de 1934 :

  • 25 B. Brecht, GW 3-1052, cité par Kim, op. cit., p. 75.

Sieg ! Mein letzter Pfeil
Hat getroffen, meine Lage, die schlecht war
Ist gut geworden im Verlauf eines Tages.
Und als meine Lage gut war
Hat mein besserer Bogen entschieden
25

29dans le poème Lob der Dialektik :

  • 26 B. Brecht, GW 9 - 467, 468, ibid.

Wer noch lebt, sagt nicht : niemals !
Das Sichere ist nicht sicher
So, wie es ist, bleibt es nicht [...]
26

30dans la pièce Der kaukasische Kreidekreis de 1943-45 :

  • 27 B. Brecht, GW 5, ibid.

Einmal steht es besser, einmal schlechter27

31dans le poème Das Lied von der Moldau inclus dans la pièce Schweyk im zweiten Weltkrieg 1941-1947 :

  • 28 B. Brecht, GW 5, 1933-1994, ibid. p. 76.

Es wechseln die Zeiten. Die riesigen Pläne
Der Mächtigen kommen am Ende zum Halt.
Und gehen sie einher auch wie blutige Hähne.
Es wechseln die Zeiten, da hilft kein Gewalt.
Am Grunde der Moldau wandern die Steine
Es liegen drei Kaiser begraben in Prag.
Das Große bleibt groß nicht und klein nicht das Kleine.
Die Nacht hat zwölf Stunden, dann kommt schon der Tag.
28

32enfin dans la pièce Die Rundköpfe und die Spitzköpfe :

  • 29 B. Brecht, GW 3, 1019, ibid.
  • 30 B. Brecht, GW 3, ibid.

Arm geht für reich und für die Nonn die Hur.29
Arm stirbt für reich und für den Herrn der Knecht.
30

33M. Kim insiste sur le fait que Brecht avait déjà puisé cette idée de retournement de situation dans la dialectique marxienne et qu’il ne trouve chez Laotse qu’une confirmation. Il montre également que pour Brecht la théorie du Yin et du Yang ne peut être comprise que dans un sens politique :

  • 31 Kim Tschong Dae, op. cit.

« Brecht hat natürlich den grundlegenden Gedanken der Yin-Yang-Theorie nicht im metaphysischen Sinne übernommen sondern ihn ideologisiert oder politisiert. »31

  • 32 voir ci-dessous en annexe.

34Cette compréhension politique de Laotse apparaît aussi dans le poème Legende von der Entstehung des Buches Taoteking auf dem Wege des Laotse in die Emigration32.

La légende de Laotse

35En effet même les oeuvres ayant directement pour thème Laotse et son Taoteking reflètent l’engagement social de Brecht. La première référence directe à Laotse apparaît dans une anecdote intitulée « Die höflichen Chinesen » (GW 11, 100) parue dans un numéro du Berliner Börsen-Courier de 1925, qui constitue un prélude en prose au poème « Legende von der Entstehung des Buches Taoteking auf dem Wege des Laotse in die Emigration » (GW 9, 660-663) de 1938. Ces deux compositions ont pour thème les circonstances dans lesquelles est né le Taoteking, mais au-delà de l’anecdote leur contenu est bien un contenu engagé. Brecht, par l’utilisation qu’il fait de la légende de Laotse, voire même par son détournement, tente d’y faire passer les valeurs qui lui sont chères.

36Brecht a-t-il évolué entre la rédaction des deux textes ? La première version, en prose, a sans aucun doute une portée plus limitée. On peut dire qu’elle ne constitue qu’une entrée en matière et présente un aspect plus anecdotique et superficiel que le poème.

  • 33 Antony Tatlow, « China oder Chima », in : Brecht heute, Jahrbuch der internationalen Brechtgesellsc (...)

37M. Tatlow33 souligne ce manque de profondeur et d’authenticité :

  • 34 Ibid. p. 41

« Hier wird zwar von Höflichkeit viel geredet, aber es handelt sich im Grunde wieder um Exotisches, man merkt noch kein persönliches Angesprochen-sein. »34

38Il semblerait en effet que le message n’aille pas au-delà de ce qui est déjà annoncé dans le titre : éloge de la politesse chinoise et de ses bienfaits.

  • 35 Antony Tatlow, « Towards an Understanding of Chinese Influence in Brecht », in : DVjS, Jg. 44, Metz (...)

39Cependant, entre 1925 et 1938, Brecht a acquis une vue plus concrète de la société et de la politique et cela se ressent dans l’élaboration du poème. Ce qui distingue les deux textes toujours d’après M. Tatlow35 :

  • 36 Ibid., p. 377.

« It is this awareness of the omnipresence and significance of the ‘dialectic’ together with a new consciouness of its message in social terms »[...] 36

  • 37 Kim Tschong Dae, op. cit., p. 22.

40Si le poème est aussi un réceptacle des thèmes étudiés plus haut, il ne se limite plus à cela. M. Kim insiste sur le fait que Brecht a porté en lui le sujet de la légende de Laotse pendant plus de dix ans et que dans cet intervalle de temps s’est accompli un processus de maturation.37

41De plus, le contexte avait changé. En 1938, l’Allemagne est dominée par le national-socialisme et Brecht contraint à vivre en exil, ce qui le rapproche de Laotse, lui aussi amené à quitter son pays en raison des troubles qui l’agitaient. Laotse devient alors pour Brecht le symbole d’une résistance à un pouvoir injuste et oppresseur. Ce sont sans doute ces circonstances qui confèrent au poème sa charge émotionnelle.

42Les points de divergence entre les deux textes qu’analyse Kim Tschong-Dae sont effectivement révélateurs de ce mûrissement. Ces écarts résident pour l’essentiel dans l’utilisation que fait Brecht de la rencontre entre Laotse et le douanier et dans sa conception spécifique de ce personnage. Dans le poème, le douanier devient, en effet, un personnage central. Selon M. Kim, ce personnage, réinterprété par Brecht, a pour fonction de véhiculer le message politico-social qui serait au centre de la septième strophe :

  • 38 Kim Tschong Dae, op. cit., p. 27-28.

« In dieser Kernstrophe des ganzen Gedichts wird das Los der unterdrückten Menschen durch einen Unterdrückten entschieden. Nur dadurch, daß der unterdrückte Zöllner, sozusagen stellvertretend für seine «Genossen» fragt, belehrt werden, lernen und denken lernen will, kann er seinen Zustand der Unterdrückung verändern.38

43Il faut souligner également que ce «douanier» ne correspond pas au personnage original de la légende chinoise appelé «gardien de la passe» d’un rang social et d’un niveau de culture plus élevés. Ce dernier serait devenu un disciple de Laotse, qu’il reconnut dès qu’il le vit et auquel il témoigna aussitôt une grande déférence. Cet écart semble, là aussi, intentionnel, un personnage plus modeste et moins honorable, tel que le «douanier» du poème, étant mieux à même de faire passer les idées de Brecht. Toutefois, dans l’esprit, Brecht reste fidèle à l’original dans la mesure où Laotse était également préoccupé du sort des humbles et de leur exploitation.

44Enfin M. Kim résume ainsi l’originalité de la position de Brecht dans le poème :

  • 39 Ibid., p. 28.

« Man würde Brecht verharmlosen, sähe man nicht, daß in der Tat Freundlichkeit und Weisheit, wie sie Brecht versteht, auch eine durchaus militante, klassenkämpferische Dimension haben. »39

45Cette conception de Laotse est vraie aussi pour toute l’œuvre de Brecht. Sa réception du taoïsme est une réception ciblée, centrée sur et motivée par sa prise de conscience sociale et dans ce cadre restreint elle exerce une influence déterminante sur son œuvre.

Annexes

Die höflichen Chinesen

Weniger bekannt in unserer Zeit ist es, wie sehr ein der Allgemeinheit geleisteter Dienst der Entschuldigung bedarf. So ehrten die höflichen Chinesen ihren großen Weisen Laotse mehr als meines Wissens irgendein anderes Volk seinen Lehrer durch die Erfindung folgender Geschichte. Laotse hatte von Jugend auf die Chine­sen in der Kunst zu leben unterrichtet und verließ als Greis das Land, weil die immer stärker werdende Unvernunft der Leute dem Weisen das Leben erschwerte. Vor die Wahl gestellt, die Unvernunft der Leute zu ertragen oder etwas dagegen zu tun, verließ er das Land. Da trat ihm an der Grenze des Landes ein Zollwächter entgegen und bat ihn, seine Lehren für ihn, den Zollwächter, aufzuschreiben, und Laotse, aus Furcht unhöflich zu erscheinen, willfahrte ihm. Er schrieb die Erfah­rungen seines Lebens in einem dünnen Buche für den höflichen Zollwächter auf und verließ erst, als es geschrieben was, das Land seiner Geburt. Mit dieser Ge­schichte entschuldigen die Chinesen das Zustandekommen des Buches Taoteking nach dessen Lehren sie bis heute leben.

Legende von der Entstehung des Buches Taoteking

auf dem Weg des Laotse in die Emigration

1

Als er siebzig war und war gebrechlich,
Drängte es den Lehrer doch nach Ruh.
Denn die Güte war im Lande wieder einmal schwächlich
Und die Bosheit nahm an Kräften wieder einmal zu.
Und er gürtete den Schuh.

2

Und er packte ein, was er so brauchte :
Wenig. Doch es wurde dies und das.
So die Pfeife, die er immer abends rauchte,
Und das Büchlein, das er immer las.
Weißbrot nach dem Augenmaß.

3

Freute sich des Tals noch einmal und vergaß es,
Als er ins Gebirg den Weg einschlug.
Und sein Ochse freute sich des frischen Grases,
Kauend, während er den Alten trug,
Denn dem ging es schnell genug.

4

Doch am vierten Tag im Felsgesteine
Hat ein Zöllner ihm den Weg verwehrt :
«Kostbarkeiten zu verzollen ?» – «Keine».
Und der Knabe, der den Ochsen führte, sprach :
«Er hat gelehrt.»
Und so war auch das erklärt.

5

Doch der Mann in einer heitren Regung
Fragte noch : «Hat er was rausgekriegt ?»
Sprach der Knabe : «Daß das weiche Wasser in Bewegung
Mit der Zeit den mächtigen Stein besiegt.
Du verstehst, das Harte unterliegt.»

6

Daß er nicht das letzte Tageslicht verlöre,
Trieb der Knabe nun den Ochsen an.
Und die drei verschwunden schon um eine schwarze Föhre,
Da kam plötzlich Fahrt in unsern Mann,
Und er schrie : «He, du ! Halt an !

7

Was ist das mit diesem Wasser, Alter ?»
Hielt der Alte : «Interessiert es dich ?»
Sprach der Mann : «Ich bin nur Zollverwalter,
Doch wer wen besiegt, das interessiert auch mich.
Wenn du’s weißt, dann sprich !

8

Schreib mir’s auf ! Diktier es diesem Kinde !
Sowas nimmt man doch nicht mit sich fort.
Da gibt’s doch Papier bei uns und Tinte.
Und ein Nachtmahl gibt es auch : ich wohne dort.
Nun, ist das ein Wort ?»

9

Über seine Schulter sah der Alte
Auf den Mann : Flickjoppe. Keine Schuh.
Und die Stirne eine einzige Falte.
Ach, kein Sieger trat da auf ihn zu.
Und er murmelte : «Auch du ?»

10

Eine höfliche Bitte abzuschlagen,
War der Alte, wie es schien, zu alt.
Denn er sagt laut : «Die etwas fragen
Die verdienen Antwort.» Sprach der Knabe :
«Es wird auch schon kalt.»
«Gut ein kleiner Aufenthalt».

11

Und von seinem Ochsen stieg der Weise.
Sieben Tage schrieben sie zu zweit.
Und der Zöllner brachte Essen (und er fluchte nur noch leise)
Mit den Schmugglern in der ganzen Zeit).
Und dann war’s soweit.

12

Und dem Zöllner händigte der Knabe.
Eines Morgens einundachtzig Sprüche ein.
Und mit Dank für eine kleine Reisegabe
Bogen sie um jene Föhre ins Gestein.
Sagt jetzt : kann man höflicher sein ?

13

Aber rühmen wir nicht nur den Weisen,
Dessen Name auf dem Buche prangt !
Denn man muß dem Weisen seine Weisheit
Erst entreißen.
Darum sei der Zöllner auch bedankt :
Er hat sie ihm abverlangt.

Notes

1 Avertissement sur la transcription des noms et concepts chinois. Par commodité, nous avons choisi d’orthographier Laotse et Taoteking comme le fait Brecht lui-même. Mais nous attirons l’attention du lecteur qui voudra se référer aux études citées sur la multiplicité des transcriptions existantes selon les époques et les pays. Pour les autres noms chinois nous avons adopté le système de transcription alphabétique du chinois (ou pinyin) mis au point en 1959 par la République populaire de Chine et qui est en vigueur aujourd’hui dans le monde entier.

2 Les seuls éléments biographiques dont nous disposons se trouvent dans le chapitre 63 des Mémoires historiques de Sima Qian, premier grand historien chinois de la dynastie des Han (3e siècle av.J.C.- 3e siècle ap. J.C.). Laotse aurait été archiviste de la dynastie régnante des Zhou (12e - 3e siècle av J.C.). A la fin de sa vie, découragé par le déclin dynastique et les luttes que se livraient les seigneurs féodaux, il serait parti vers l’Ouest du pays où il disparut sans laisser de traces. Dans ce périple, il aurait rencontré au point le plus à l’Ouest Yinxi le gardien de la passe. C’est à sa demande qu’il aurait rédigé le Taoteking ou Livre de la Voie et de la Vertu. La composition de cet ouvrage, de même que la naissance et la mort de Laotse ne peuvent être datées avec certitude. Toutefois on admet traditionnellement que Laotse aurait été un contemporain de Confucius (6e - 5e siècle av. J.C.), puisque ce dernier lui aurait rendu visite afin de s’enquérir des rites. Le Taoteking, lui, aurait été compilé progressivement à l’époque des Royaumes combattants (5e - 3e siècle av. J. C.).

3 Cf. Dscheng Fang-Hsiung, Alfred Döblins Roman Die drei Sprünge des Wang-Lun als Spiegel des Interesses moderner deutscher Autoren an China, Frankfurt am Main, Bern/ Las Vegas, Peter Lang, 1979 (Europäische Hochschulschriften).

4 Fred Fischbach, L’évolution politique de Bertolt Brecht de 1913 à 1933. Publications de l’Université de Lille III, Villeneuve d’Ascq, 1977, p. 29. Pour la biographie de Brecht cf. également : Kesting Marianne, Brecht in Selbstzeugnissen und Bilddoku­menten, Rowohlt, Hamburg, 1983.

5 Bertolt Brecht, Tagebücher 1920-1922. Autobiographische Aufzeichnungen 1920-1954. Hrsg. v. Herta Ramthun, Suhrkamp 1975.

6 Ibid., p. 65.

7 Ibid., p. 66

8 Renata Berg-Pan, Brecht and China, Bonn, Bouvier Verlag, 1979, p. 30.

9 Hanns Eisler, Fragen sie mehr über Brecht. Gespräche mit Hans Bunge, Darmstadt u. Neuwied, Luchterhand Verlag, 1986, p. 140.

10 Renata Berg-Pan, op. cit., p. 30-31.

11 Ibid., p. 136.

12 Cf. Song Yun-Yeop, Bertolt Brecht und die chinesische Philosophie, Bonn, Bouvier Verlag, 1978.

13 Bertolt Brecht, GW 1, 172, cité par Song Yun-Yeop, op. cit., p. 103.

14 Bertolt Brecht, Tagebücher 1920-1922, op. cit., p. 160.

15 Lao-Tseu, Tao-Tö King, traduit du chinois par Liou Kia-Hway, Paris, Gallimard, 1967, chap. 36, p. 172.

16 Ibid. chap. 78, p. 116.

17 Song Yun-Yeop, op. cit. p. 105.

18 B. Brecht, GW 8, 187, cité par Song, op. cit., p. 105.

19 B. Brecht, Gesammelte Werke in 20 Bänden, Frankfurt am Main, Suhrkamp, 196, Bd. 10, p. 1012.

20 B. Brecht, GW 12, 376, cité par Song, op. cit., p. 11.

21 B. Brecht, GW 9, 723, cité par Song, op. cit., p. 127.

22 Renata Berg-Pan, op. cit., p. 102.

23 Kim Tschong Dae, Bertolt Brecht und die Geisteswelt des Fernen Ostens. Dissertation. Heidelberg, 1969.

24 Ibid., p. 25.

25 B. Brecht, GW 3-1052, cité par Kim, op. cit., p. 75.

26 B. Brecht, GW 9 - 467, 468, ibid.

27 B. Brecht, GW 5, ibid.

28 B. Brecht, GW 5, 1933-1994, ibid. p. 76.

29 B. Brecht, GW 3, 1019, ibid.

30 B. Brecht, GW 3, ibid.

31 Kim Tschong Dae, op. cit.

32 voir ci-dessous en annexe.

33 Antony Tatlow, « China oder Chima », in : Brecht heute, Jahrbuch der internationalen Brechtgesellschaft, Jg. I, Frankfurt a.M., Athenäum, 1971, S. 27-47.

34 Ibid. p. 41

35 Antony Tatlow, « Towards an Understanding of Chinese Influence in Brecht », in : DVjS, Jg. 44, Metzler, Stuttgart, 1970, p. 374-387.

36 Ibid., p. 377.

37 Kim Tschong Dae, op. cit., p. 22.

38 Kim Tschong Dae, op. cit., p. 27-28.

39 Ibid., p. 28.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr