Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Villes et écrivains, Berlin, Munich, Venise

 | 
Gilbert Krebs

Berlin Dada

Florence Vatan

Texte intégral

  • 1 Richard Huelsenbeck, Phantastische Gebete, Zürich, Verlag Die Arche, 1960, p. 21.

O burrubuh hibi o burrubuh hibi o hojohojolodomodoho1

  • 2 Karl Riha (éd.), Dada Berlin. Texte, Manifeste, Aktionen, Stuttgart, Phlipp Reclam jun., 1985, p. 2 (...)

Programme et invitation à la soirée
du vendredi 12 avril 1918 à 20h 30
dans la salle de la Sécession berlinoise
(Kurfürstendamm 238a)
Billets à 1, 2 et 3 M disponibles à la caisse.2

1Ce soir là, le dadaïste international Richard Huelsenbeck laissa à ses comparses le soin d’illustrer à grand renfort de hurlements et de gesticulations l’essence du poème bruitiste, subtile combinaison d’interjections et d’onomatopées primitives. Il s’en était chargé en janvier de cette même année dans le Cabinet graphique de l’amateur d’art J. B Neumann en déclamant ses «prières fantastiques» («Les vaches sont perchées sur les fils télé­graphiques et jouent aux échecs : – Kompany Kamo, Katapema Kano !») et ses litanies bruitistes, tout comme lors de la soirée expressionniste de mai 1915 où il avait entonné ses chants nègres en ponctuant chaque vers d’un « Umba-Umba » enjoué, repris en chœur par le public lorsqu’il quitta la scène.

2Ce 12 avril, Huelsenbeck avait mission d’ouvrir la séance par la lecture d’une «première analyse théorique du principe dada» intitulée : « Le dadaïsme dans la vie et dans l’art ». L’auditoire, dans un premier temps, écouta impassible. Mais lorsque Huelsenbeck accompagna au hochet et à la trompette d’enfant des poèmes futuristes lus par Elsa Hadwiger, le tumulte éclata. Des cris, des sifflements fusèrent, quelques spectateurs se dressèrent furibonds, un soldat en uniforme, scandalisé de voir ainsi bafoué l’esprit patriotique, fit mine de se lever, mais il tomba à terre saisi de convulsions épileptiques. Devant ce charivari, Huelsenbeck invita l’auditoire à garder son calme : la soirée était longue, ils auraient encore maintes occasions d’exploser. L’orateur tint parole, le tohu-bohu alla croissant, on siffla, on cria, on monta sur les chaises et le tout se serait achevé sur un tableau d’apocalypse si le directeur, pris de peur, n’avait ordonné l’évacuation immédiate de la salle.

La guerre était perdue, DADA avait triomphé

  • 3 Karl Riha (éd.), Dada Total. Manifeste, Aktionen, Texte, Bilder, Stuttgart, Philipp Reclam jun., 19 (...)
  • 4 Raoul Hausmann, Courrier Dada, Paris, Le Terrain vague, 1958, p. 15.

3Dada. Un mot international. Très facile à comprendre, terriblement simple, « Dada guerre mondiale sans fin, Dada révolution sans commence­ment […] Dada Tzara, Dada Huelsenbeck, dada m’dada dada mmh, dada dera dada, dada Hue, dada Tza3 » (Hugo Ball). Dada ne serait donc qu’un mot ? Oui, clament les militants, dada aurait fort bien pu s’appeler Bébé, Sisi ou Ollolo4, car il est davantage qu’un mot, il est la vie même, le mouvement à l’état pur, le retour à la matière brute avec le maximum d’artifice. Dada, c’est l’état normal de l’homme, pas une doctrine, non, mais un éclat de rire, une formidable délivrance, un pêle-mêle simultané de bruits, de couleurs et de rythmes spirituels, une concentration de toutes les possibilités en énergie saisissable.

4Le mouvement était né en 1916 à Zurich à l’initiative d’un groupe de jeunes artistes dégoûtés de la guerre et prêts à faire souffler un esprit de révolte dans les milieux artistiques. Les représentants de ce « foyer d’énergies internationales » avait établi leur quartier général au Cabaret Voltaire où ils donnèrent un premier aperçu de leur talent iconoclaste. L’un d’entre eux, Richard Huelsenbeck, regagna en janvier 1917 son Berlin natal pour y fonder un « club-dada ». Le changement d’atmosphère fut radical. La capi­tale allemande éprouvée par le conflit, était devenue le sismographe des tensions de l’époque et allait donner au dadaïsme berlinois un sens de l’actualité, une sensibilité à la question sociale et politique inconnus ailleurs. Très vite il se forma autour de Huelsenbeck un cercle qui comptait parmi ses membres principaux George Grosz, Walter Mehring, les frères Wieland Herzfeld et John Heartfield, Hannah Höch, le peintre musicien Jefim Golyscheff, Raoul Hausmann et Johannes Baader. Outre son activité graphique, Grosz, surnommé « Maréchal Dada », fut un animateur remarqué des « happenings » berlinois : il salua l’arrivée du jazz en inventant le Fox Walk et le Cake Trott, et organisa avec son compagnon Walter Mehring, chansonnier et poète satirique, une course de vitesse entre machines à coudre et machines à écrire, suivie d’un tournoi d’insultes qui provoqua un scandale mémorable. Wieland Herzfeld fonda en 1917 les Editions Malik qui publièrent de nombreux textes dada et se consacrèrent ensuite essentiellement à la littérature communiste. Son frère John Heartfield, surnommé « Dada-Monteur », se spécialisa dans le photomontage : l’assemblage incongru d’images disparates était destiné à provoquer chez le spectateur un choc visuel qui exprimait mieux qu’un discours la désorganisation de l’époque. Hanna Höch, seul membre féminin du groupe, fut elle aussi une adepte du collage et du photomontage, ainsi que Kurt Schwitters, dadaïste de Hanovre, qui venait faire des visites intermittentes à Berlin.

  • 5 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 75.

5Raoul Hausmann, lointain descendant de la famille du baron parisien, avait reçu le titre de « dadasophe ». Son allure de boxeur et d’assassin lui aurait aisément ouvert les portes du jeune cinéma allemand, mais il avait choisi la rue comme terrain d’exhibition et non l’écran. Sur ce point, il était en parfait accord avec Johannes Baader, alias « Dada suprême, président du globe terrestre et de l’univers, directeur du jugement dernier, président clandestin de la société des nations intertelluriques et dadasuprêmistes5 ».

6Baader fut le plus spectaculaire, le plus controversé et le plus singulier des dadaïstes berlinois. Certains le tenaient pour un aliéné, d’autres pour un fantoche à la solde de Hausmann, tous pour un original exubérant quelque peu dérangé. Prédicateur de rue à la veille du conflit, il fut condamné à deux mois d’emprisonnement pour avoir exigé en septembre 1914, dans un télégramme adressé à l’empereur Guillaume II, ainsi qu’aux généraux Hindenburg et Ludendorff, la cessation immédiate des hostilités. Se prenant pour une réincarnation du Christ, il disait entretenir des relations privilégiées avec la Sainte Vierge, avec qui il entendait prendre la direction des affaires en Allemagne :

  • 6 Ibid., p. 58.

« Toutes les cloches des églises sonneront le dada mineur en l’honneur du Dada suprême. L’Immaculée Conception sera présentée cinématographiquement dans tous les théâtres nationaux ; l’Allemagne marchera de nouveau en tête et entreprendra elle-même l’Immaculée Conception du monde6 ».

  • 7 Ibid., p. 8-9.
  • 8 Tristan Tzara, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Henri Béhar, Paris, Flammario (...)

7« Monomane sagace et pseudo-logique » qui n’écoutait que son « horloge cellulaire », « maniaque cyclique7 » (Hausmann) à la voix tonitruante et au charisme indéniable, Baader trouva en dada l’exutoire idéal de sa mégalomanie. Adepte spontané de la « protestation aux poings de tout son être en action destructive8 » (Tzara), il prit la vie à bras le corps et fut, avant d’être un artiste, un semeur d’anarchie qui poussa le scandale et la provocation jusqu’à des sommets inégalés.

  • 9 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 6.
  • 10 Ibid. p. 3.
  • 11 Ibid. p. 67.

8Le dadasophe suprême avait pour mot d’ordre l’action directe dans le plus grand chaos possible : « Le Dada suprême et moi portons la littérature et la poésie dans la rue9 », proclame Hausmann. Le projet était clair : il s’agissait de rompre avec l’art traditionnel et ses lieux consacrés (musées, salons, galeries). L’ennemi principal en matière artistique était l’expression­nisme. Les dada y voyaient le summum du conformisme et de l’imposture, un art fait par des bourgeois pour des bourgeois où prévalaient, sous couvert d’esthétisme, le mercantilisme et la soif de reconnaissance. Les expressionnistes ont « entonné le grand cantique du prussiannisme10 », ils ont pactisé avec les impérialistes, ricane Hausmann ; ce sont des réformateurs qui ignorent la réalité, se réfugient dans un pathos abstrait et se montrent inca­pables « d’exprimer quoi que ce soit, d’appréhender une chose, de jouer avec elle11 ». D’où la violence des attaques dada. Ils n’entendaient pas simplement guerroyer sur des positions esthétiques, modifier la disposition des pions à leur avantage, c’était l’échiquier tout entier qu’ils jetaient à terre. Ils faisaient la grève de l’illusion. À quoi bon chercher le beau, le vrai quand la vérité de l’homme moderne était la cacophonie ? À une esthétique mensongère ils opposaient un nouvel art de vivre et se mettaient en quête de nouveaux moyens d’expression. L’éternel était passé de mode ; si art il y avait, ce serait au jour le jour, au gré de l’actualité. Le spontané fut érigé en discipline. L’art n’était plus l’apanage d’une minorité, mais l’affaire de tous ; il devait faire corps avec la vie au lieu de la combattre.

9Ce thème eut un retentissement singulier lors de l’incident de Dresde en 1919 lorsqu’au cours d’une fusillade entre ouvriers et forces de l’ordre au centre de la ville, une balle perdue alla se loger dans un tableau de Rubens. Oskar Kokoschka, alors professeur à l’académie des arts plastiques, donna un coup de semonce, demandant que

« ces exercices ne se fissent plus devant la galerie de tableaux du Zwinger, mais sur les champs de tir de la lande où la culture humaine n’était pas mise en danger ».

  • 12 Ibid., p. 85.

10La réponse dada ne se fit pas attendre. Georges Grosz et John Heartfield publièrent dans Der Gegner (l’Adversaire) un texte intitulé « la canaille de l’art » où ils dénoncèrent la « putain artistique » Kokoschka, symbole de la manière dont « la bourgeoisie mettait sa culture et son art au-dessus de la vie de la classe ouvrière12 ».

11Les artistes dada descendaient dans la rue à la recherche des matériaux les plus triviaux. Pas un bout de ficelle, une épingle usagée qui ne fût jugé digne d’être récupéré. Muni de ses ciseaux et de son pot de colle, le dadaïste assemblait avec ces « riens » des kaléidoscopes visuels et acoustiques pour rendre compte, dans la simultanéité, des contradictions de l’homme moderne. Il travaillait avant tout sur du préfabriqué. Le mythe du génie créateur avait cédé la place à l’ingéniosité du bricoleur. Tandis que Hausmann et Schwitters déambulaient dans Berlin en quête de morceaux de ferraille, Baader, plus emphatique, arrachait les affiches des murs pour les classer soigneusement une fois rentré chez lui. Et en cadence, car il ne seyait pas de lambiner à une époque qui avait fait du mouvement sa raison d’être. En avant dada !

  • 13 Richard Huelsenbeck, Almanach Dada, éd. Bilingue, trad. Sabine Wolf et Michel Giroud, Paris, Champ (...)
  • 14 Georg Grosz, Ein kleines Ja und ein großes Nein, Hamburg, Rowohlt Verlag, 1955, p. 131.

12Les frondeurs dadaïstes vivaient au rythme trépidant des films à sensation, du machinisme et de l’information ; surtout, ils s’exposaient, s’exhibaient et voulaient faire parler d’eux. Ni passé, ni avenir, mais la vie dans l’instant, dans l’émotion du provisoire. Baader apostrophait les passagers dans les tramways pour qu’ils se rallient à l’internationale dada ; chaque jour voyait naître un nouveau bluff qui paraissait en gros titre dans les quotidiens berlinois ou que les dadaïstes se chargeaient eux-mêmes de diffuser : « Les dadaïstes réclament le prix Nobel », « Les hommes sont des anges et vivent au ciel13 ». Le bluff était devenu un exercice quotidien de désintoxication. Les dadas ouvrirent leur propre maison de publicité, distribuèrent des tracts, collèrent des affiches, accrochèrent des mini-pancartes sur les vestes des garçons de café : « dada est là », « dada triomphe », « dada, dada, par dessus tout14 ». Hausmann composait ses poèmes-affiches opto-phonétiques. Le jeu était parodique, bien sûr, il s’agissait de singer l’agitation du monde moderne, de pousser le sarcasme jusqu’à l’auto-dérision : « Nous voulons aller plus loin et pousser la destruction du sens jusqu’à l’ineptie », proclamait le dadasophe. La logique était enfantine : quand le chaos est imminent, on le radicalise.

Dada et la Révolution

13Berlin 9 novembre 1918. L’empereur avait plié bagage, laissant la future république devant la délicate responsabilité du règlement de la paix. Karl Liebknecht, leader du mouvement d’extrême gauche spartakiste, parut au balcon du château royal et proclama la « République socialiste d’Allemagne » sous les hourras de la foule. Mais c’est la république tout court, proclamée par le socialiste modéré Scheidemann qui l’emporta. Le lendemain, au cirque Busch, les conseils d’ouvriers et de soldats donnèrent le pouvoir à un conseil de commissaires du peuple, de tendance modérée, dont le seul souci allait être de mettre un frein à la contagion révolutionnaire.

14De fait, la situation était explosive. Au milieu de la stupeur créée par la défaite, la ville connaissait un regain d’effervescence. Tandis que le nouveau pouvoir s’organisait, de multiples groupuscules s’étaient formés et débattaient activement du sort de l’Allemagne. C’est ainsi qu’un groupe d’expressionnistes fonda, sous l’égide de Kurt Hiller, le « Conseil des travailleurs de l’esprit », alias « alliance des activistes », en vue d’assumer la conduite intellectuelle de la révolution et de préparer l’avènement d’une société humaine, régie par la raison. Il n’en fallut pas plus pour faire bondir Dada :

  • 15 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 68.

« La farce devint intolérable lorsque les activistes voulurent apporter au peuple leur plagiat de l’esprit et de l’art expressionniste. Ces imbéciles qui ont dû lire un jour Tolstoï sans bien sûr le comprendre, dégoulinent maintenant d’une éthique qu’on ne peut approcher qu’avec une fourche à fumier » (Hausmann)15.

15Les dadas ne s’en tinrent pas à une protestation de pure forme. Fidèles à leur credo parodique, ils entrèrent dans la ronde activiste, se firent appeler dès février 1918 « Le Conseil a-national des travailleurs non-salariés » et rédigèrent également un manifeste où le sérieux de l’exigence révolutionnaire s’alliait à la dérision des réformes proposées. En voici quelques clauses :

  • 16 Karl Riha (éd.), op. cit. p. 61-62.

« Qu’est-ce que le dadaïsme et que veut-il en Allemagne ?
Le dadaïsme demande :
l) L’union internationale et révolutionnaire des créateurs et des intellectuels du monde entier sur la base du communisme intégral. […]
Le comité central demande :
a) des repas quotidiens gratuits pour tous les créateurs et les intellectuels place de Potsdam (Berlin). […]
c) La lutte la plus brutale contre toutes les tendances des soi-disant « travailleurs de l’esprit » (Hiller, Adler), contre leur embourgeoisement larvé, contre l’expressionnisme et la culture post-classique. […]
e) L’introduction du poème simultané comme prière d’État communiste.
f) la réquisition des églises pour des représentations de poèmes bruitistes, simultanés et dadaïstes.
h) Le lancement d’une méga-propagande dada avec 150 cirques pour l’instruction du prolétariat16. »

  • 17 Ibid., p. 39.

16Dada se contenterait-t-il de distribuer ses tracts et ses pétitions de principe ? Non ! Non ! Non !, clamaient-ils. La fièvre d’activité était trop forte, le besoin de s’en prendre aux autorités établies trop intense. Une semaine après la proclamation de la république, Baader improvisa une fracassante entrée en scène. Le 17 novembre 1918, lors d’un sermon du révérend Dryander à la cathédrale, il se leva de son siège et hurla « Jésus Christ on s’en fout17 ». Il échappa de justesse à l’emprisonnement en passant pour un irresponsable. Deux mois plus tard, il récidivait. Peu après l’élection de la nouvelle Assemblée constituante, le 19 janvier 1919, il envoya à Ebert, président du Reich, le télégramme suivant :

« Demande audience immédiate au président du Reich par intérim – stop – destin Allemagne en jeu – stop - prévoir SVP café et cigares ».

17Le secrétaire du président lui répondit fort civilement :

  • 18 Walter Mehring, Berlin Dada, Zurich, Verlag Die Arche, 1959, p. 58.

« En raison d’obligations urgentes, impossible de vous recevoir dans l’immédiat18 ».

  • 19 Bärbel Schrade, Jürgen Schebera, Kunstmetropole Berlin 1918-1933, Berlin et Weimar, Aufbau Verlag, (...)

18Baader prit alors contact avec d’autres politiciens et se fit inviter aux réceptions officielles. Le 19 avril 1919, il prit le train pour Weimar et se rendit à la séance inaugurale de la nouvelle assemblée. Après s’être tenu coi lors des cérémonies d’ouverture, il interrompit brusquement la séance en exigeant d’une voix de stentor la démission immédiate du gouvernement, son remplacement par le club dada et déversa sur le crâne des députés éberlués une pluie de tracts intitulés « le cadavre vert » où il prédisait l’avènement du président du globe terrestre assis sur la selle du cheval blanc DADA et menaçait de faire sauter le parlement à l’explosif19. Le service d’ordre imposa silence au trouble-fête, mais rien ne put être intenté contre lui, car il était en possession de lettres paraphées par des personnalités éminentes.

19La liste des incartades de Baader est longue. Ses initiatives restèrent uniques dans l’histoire du dadaïsme. Tout insensées qu’elles fussent, elles n’en définissaient pas moins méthodiquement leur cible. Baader fut l’expression paroxystique d’une lutte menée par tous les dadaïstes. L’ennemi visé s’appelait Weimar et ne suscita pas tant la parodie bienveillante que le rejet intransigeant.

  • 20 Georg Grosz, op. cit., p. 143.

20Depuis la proclamation de la république, l’agitation allait grandissant. Berlin vivait dans un climat de guerre civile. Karl Liebknecht, juché sur un camion, lançait à voix nue ses appels en faveur de la dictature du prolétariat. Dans les quartiers du nord et du centre, les ouvriers manifestaient sous le regard hostile des corps francs. Ces jeunes membres d’organisations para­militaires qui avaient appris à exalter la lutte, l’héroïsme du combat, l’ordre et la discipline étaient revenus du front accablés par la défaite, désœuvrés, vouant une haine farouche à la nouvelle république et prêts à se mobiliser pour la restauration de l’ordre. Berlin était « un chaudron en ébullition » note Grosz20. La métropole vivait dans la crainte : les foules violemment dispersées, les échanges de coups, les salves de mitraillettes faisaient désormais partie du quotidien, laissant des cicatrices durables sur les façades des immeubles et dans l’esprit de la population. Menacée de toutes parts, la fragile république voulut s’affirmer comme un régime fort. Le 6 décembre 1918, une fusillade causa la mort de 16 spartakistes ; le 24, le chancelier Ebert fit donner l’armée contre 3 000 marins, anciens mutins de Kiel, venus à Berlin pour défendre la cause révolutionnaire. Bilan : 60 victimes. Après avoir tenté de rallier une partie de la population ouvrière en votant des mesures sociales, le gouvernement s’apprêta à mettre un terme à l’opposition spartakiste. Lorsque, le 6 janvier, suite à la destitution du préfet de Berlin, une grève générale éclata et que la menace d’une insurrection gran­dit, le socialiste modéré Noske décida de recourir à la manière forte et de faire appel à ses ennemis d’hier, les corps francs, pour assurer la répression. Au cours de la semaine sanglante, du 9 au 13 janvier, les cadavres se comptèrent par milliers. Le 15, Karl Liebknecht et Rosa Luxembourg furent assassinés, alors qu’ils étaient en état d’arrestation. En mars, Noske récidiva et organisa une nouvelle répression sanglante avec l’appui des corps francs.

21Sur une telle toile de fond, les bouffonneries dada ne manquaient pas de paraître faciles et dérisoires. Pourtant on ne peut comprendre l’action du mouvement sans cet arrière-plan d’agitation révolutionnaire et de violente répression :

« Celui qui reste debout sera fusillé : proclamation du préfet de police. Ni gaz, ni électricité, ni eau, et ce, depuis plusieurs jours. À chaque coin de rue, des contrôles pour vérifier si l’on n’est pas en possession d’armes, des manifesta­tions de masse, des meetings en faveur de Spartakus, la nuit, le bruit des mitraillettes dans le centre, où Ils se sont barricadés dans le grand bâtiment du quotidien local.

  • 21 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 4.

Et nous devrions faire des vers bien ciselés, peindre des natures mortes ou des femmes nues ? Au diable ! » (Hausmann)21.

  • 22 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 6.

22Les dadas se mobilisèrent. Après la répression parurent quasi simultanément deux revues aux titres éloquents : La Faillite et Le Sérieux sanglant. La couverture du numéro de mars, dessinée par Grosz, montrait un officier qui brandissait son sabre, trinquait et vacillait sur un océan de cadavres : « À la tienne Noske, le prolétariat a rendu les armes » lisait-on en légende. La seconde version représentait un cadavre de nouveau-né enfilé sur le sabre. L’action dadaïste de l’époque fut une véhémente protestation contre ces forces contre-révolutionnaires à qui les dadas reprochaient d’avoir anéanti tout espoir de renouveau. Ils dénonçaient cette fausse jeune république qui s’était baptisée dans le sang et avait fait son lit dans l’ordre ancien. Weimar n’était qu’un mensonge, « le déguisement de la barbarie teutonne » (Hausmann)22. Proches de la cause ouvrière, ils refusèrent néanmoins de s’affilier à un quelconque mouvement politique et continuèrent de mener en toute indépendance leur chahut de rue. À la même époque que La Faillite et Le Sérieux sanglant parut la revue À chacun son propre football qui fut expédiée dans l’au-delà éditorial à l’issue du premier numéro pour avoir « ridiculisé l’armée et propagé des écrits immoraux ». Les dadas avaient décidé de se charger eux-mêmes de la distribution : ils parcouraient les rues de Berlin en se faisant escorter d’un petit orchestre commandé d’ordinaire pour l’enterrement des vétérans de guerre. S’ils ne récoltèrent qu’insultes et sarcasmes dans les quartiers bourgeois de l’ouest, les quartiers ouvriers leurs réservèrent un accueil enjoué et chaleureux :

  • 23 Walter Mehring, op. cit., p. 68.

« Après les danses de cannibale du putsch Kapp [...], après les danses macabres des corps francs ornés de la svastika, notre défilé dada déclenchait une allégresse aussi spontanée que le « on y danse » du peuple parisien devant la Bastille » (Mehring)23.

23L’Allemagne sombrait dans la morosité et dans le drame ; Dada, hostile à tout pathos, riait et protestait. Tout au long de cette période, les dadaïstes berlinois jetèrent un regard impitoyable sur la société allemande de l’immédiat après-guerre, regard dont les dessins de Grosz restent un vivant témoignage. Que montrent-ils ? Le chaos qui se profilait derrière l’ordre weimarien, l’immobilisme derrière l’agitation. Dans l’imaginaire de l’époque Berlin était une ville bifide, contradictoire, livrée à une hybris qu’elle ne maîtrisait pas : d’un côté la misère, de l’autre un luxe outrancier. Entre les deux, l’hébétude, la peur du lendemain. La capitale allemande était devenue la ville maudite et fascinante du vice et de la luxure. Alcool, trafic de cocaïne, orgies, prostitution, recrudescence des meurtres et de la délinquance. Bourgeois et nouveaux riches goûtaient les frissons du risque et l’ivresse de l’abandon. Pour conjurer le vide ambiant, on inventait chaque nuit de nouvelles distractions, légères, frivoles, sensationnelles. Les cabarets ne désemplissaient pas, les rythmes américains, le jazz, surtout, faisaient un triomphe ; l’argent se jouait : perdant, gagnant, qu’importe, seule comptait la flambée de l’instant. Passions d’un soir éteintes à l’aube. Quand le vertige nocturne s’évanouissait, les masques tombaient les uns après les autres. La mort rôdait omniprésente jusque dans ces visages exsangues peints par Grosz et Otto Dix : invalides de guerre, prostrés, le regard vide, marchant droit devant eux, arborant leurs prothèses et leurs décorations, lugubres symboles de la logique militaire ; hommes allant au travail, munis eux aussi de leurs prothèses socio-professionnelles, automates qui se croisent dans l’anonymat d’une rue sans perspective.

La foire ...

24Le scandale dadaïste ne serait-il, tout compte fait, qu’une attraction parmi d’autres, un luxe masochiste que s’offrirait le bourgeois en mal de sensations corsées ? De fait, les dadas faisaient recette et connaissaient un certain succès auprès de leurs « victimes », mais leur protestation était trop agressive et trop intransigeante pour ne pas inquiéter. En marge de l’esthétique morbide, des fausses extases et des débordements frivoles, les dadas exhibaient une réalité sans fard dont la laideur n’avait pas subi de retouches. D’où leur esthétique de la crudité, de l’éclatement et du déchet. L’Allemagne n’était-elle pas devenue à leurs yeux un immense détritus ?

25Le 5 juin 1920, la foire internationale dada ouvrit ses portes, marquant l’apogée du mouvement berlinois et le commencement de son déclin. La provocation y fut portée à son comble. Comme le dit Raoul Hausmann en devançant les futures critiques,

  • 24 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 115.

« cette exposition dada est un bluff tout à fait ordinaire, une basse spéculation sur la curiosité du public – inutile de se déplacer. Pendant que l’Allemagne tremble et se convulse dans une crise gouvernementale sans précédents, [...] ces garnements se mettent à faire des trivialités désolantes à partir de chiffons, de déchets, de détritus... 24».

26Pas une autorité, un principe d’ordre qui ne fussent mis au rebut. Devant une poupée unijambiste portant en guise de tête une ampoule électrique, se trouvait la pancarte suivante : « l’art est mort, vive le nouvel art des machines de Tatlin ». Dix exposa ses mutilés de guerre, Hannah Höch des photomontages, Hausmann une tête en bois intitulée « l’esprit de notre temps », Grosz un carton de dessins antimilitaristes « Dieu avec nous ». Suspendu au plafond, un officier empaillé, coiffé d’une tête de porc, saluait le visiteur. Contre le mur, un torse de mannequin féminin portait en guise de seins un couteau rouillé et une fourchette, sur une épaule une sonnette électrique, un réchaud à alcool sur l’autre, et sur les fesses une Croix de fer. Mais le clou de l’exposition fut le montage gigantesque échafaudé par Johannes Baader et intitulé

  • 25 Ibid., p. 121.

« Grandeur et déclin de l’Allemagne ou le récit fantastique de la vie du dada suprême, architecture monumentale dada en 5 étages, trois installations, un tunnel, deux ascenseurs et un conduit cylindrique. Le rez-de-chaussée et l’entresol qui correspondent à la prédestination avant la naissance n’ont rien à voir dans l’histoire 25».

  • 26 Ibid., p. 124.

27L’exposition provoqua un scandale monumental, difficile à digérer même pour les amis politiques de dada qui n’appréciaient guère les pitreries de Baader. Celui-ci avait en effet placé au 5e étage de sa pièce montée « la révolution mondiale du communisme, la pierre maçonnale et la folie de la proclature du dilétariat », et annoncé son intention de prendre la tête du « communisme de l’économie dirigée des balais », grâce auquel il comptait « faire le ménage dans l’univers26 ». Les frasques du Dada suprême n’étaient pas au goût des rédacteurs du Drapeau rouge, organe spartakiste, puis communiste :

  • 27 Bärbel Schrade, Jürgen Schebera, op. cit., p. 102-103.

« On pourrait classer Dada parmi les folies des grandeurs et les troubles pathologiques si ces objets n’étaient pas si ridiculement petits, minuscules et misérablement anodins au regard du violent combat de libération mené par le prolétariat qui seul vise réellement l’anéantissement de la société bourgeoise. Le prolétariat va engager cette lutte et la gagner sans avoir besoin de cette campagne supplémentaire contre l’art et la culture entreprise par une clique de littérateurs bourgeois. Il n’entend rien à ce genre de perversités qui vont jusqu’à faire débourser 3,30 Mark au bourgeois avide de sensations, et rien ne l’éloignera suffisamment de ce divertissement bourgeois où les bourgeois aiment à se prendre eux-mêmes pour cibles. Seulement ces gens qui collent leurs découpages photographiques sur les silhouettes de vieilles gravures de mode – caricatures fort réussies – ne doivent pas prétendre au nom de communistes». (Le drapeau rouge, 25 juillet 1920)27

  • 28 Ibid., p. 104.

28La foire internationale fut la dernière manifestation dada d’envergure. Elle vint clore une tournée dada à Hambourg, Dresde et Prague qui valut à ses auteurs de violents démêlés avec le public et les forces de l’ordre. Les officiers du corps franc de Lüttwitz ayant intenté un procès en diffamation aux organisateurs de l’exposition, ceux-ci comparurent une dernière fois en public début 1921 au tribunal de Moabit. Grosz et Burchard, le dada des finances qui avait prêté ses locaux, furent condamnés à 300 M d’amende chacun, Herzfeld à 600 M pour avoir édité les dessins de Grosz28.

29Grosz et Herzfeld adhérèrent par la suite au parti communiste. Huelsenbeck, Mehring, Hoech, Baader et Hausmann restèrent fidèles à leur ligne anarchique. Soucieux de s’impliquer dans l’actualité, les dadas restèrent néanmoins à distance de l’action politique proprement dite. Leur refus de l’engagement effectif, et surtout l’impossibilité de les situer, de donner sens à leur contestation, jetèrent le discrédit sur leur action ; on les taxa de vulgaires agitateurs, de « parasites du déclin » (Karl Kraus). De fait, rarement un mouvement s’était tenu aussi près de ce qu’il parodiait et n’avait autant risqué de faire le jeu de ce qu’il dénonçait. En caricaturant le chaos d’une société à qui ils reprochaient de dissimuler son inertie fondamentale par un surcroît d’agitation, les dadas encouraient le risque d’être aussi vains qu’elle, d’en redoubler l’inanité. Alors dada, la gratuité faute de mieux ? Ce serait oublier l’esprit de ce mouvement et le contexte dans lequel il est né : en lutte contre un esprit de sérieux exsangue et meurtrier, leur dilettantisme fut un défi ouvert lancé à l’art et à la société, une volonté d’ébranler les légitimités proclamées. Si les dadaïstes berlinois furent, de par leurs contra­dictions, un vivant reflet de leur époque, ils cherchèrent également à lui insuffler un nouveau souffle, en l’invitant à redécouvrir, dans un éclat de rire affirmatif et négateur, le «non-sens», le jeu et la force créatrice du provisoire.

  • 29 Richard Huelsenbeck, 1980, p. 176.

 indigo indigai
umbaliska
bumm DADAI
29

Bibliographie

Béhar Henri, Carassou Michel, DADA, histoire d’une subversion, Paris, Fayard, 1990.

Fuellner Karin, Dada Berlin in Zeitungen, Siegen, Forschungsschwerpunkt Massenmedien und Kommunikation an der Universität-Gesamthochschule Siegen, 1986.

Grosz Georg, ein kleines Ja und ein großes Nein, Hamburg, Rowohlt Verlag, 1955.

Hausmann Raoul, Courrier Dada, Paris, Le Terrain vague, 1958.

Id., Am Anfang war Dada, éd. Karl Riha et Günter Kaempf, Steinbeck/ Gießen, Anabas Verlag, 1972.

Huelsenbeck Richard, Phantastische Gebete, Zürich, Verlag Die Arche, 1960.

Id., Dada. Eine literarische Dokumentation, Reinbek bei Hamburg, Rowohlt Verlag, 1964.

Id., Almanach Dada, éd. bilingue, trad. Sabine Wolf, notes de Sabine Wolf et Michel Giroud, Paris, Champ Libre, 1980.

Id., En avant Dada, trad. et notes de Sabine Wolf, Paris, Allia, 1983.

Hugnet Georges, L’Aventure Dada (1916‑1922) augmenté d’un choix de textes, introduction de Tristan Tzara, Paris, Seghers, 1971.

Id., Dictionnaire du dadaïsme, 1916‑1922, Paris, Jean‑Claude Simoën, 1976.

Mehring Walter, Berlin Dada, Zürich, Verlag Die Arche, 1959.

Motherwell Robert, The Dada Painters and Poets : an Anthology, New‑York, reimp. Boston, Wittenborn, 1982.

Paris‑Berlin. Rapports et contrastes France‑Allemagne, 1900‑1933, Paris, Centre Georges Pompidou, 12 juillet‑6 novembre 1978.

Richter Hans, Dada art et anti‑art, Bruxelles, éd. de la connaissance, 1965.

Riha Karl (M.), Dada Berlin. Texte, Manifeste, Aktionen, Stuttgart, Philipp Reclam jun., 1985.

Id., Dada Total. Manifeste, Aktionen, Texte, Bilder, Stuttgart, Philipp Reclam jun., 1994.

Schefferli Peter (éd.), Die Geburt des Dada : Dichtung und Kronik der Gründer, Zürich, Verlag Die Arche, 1957.

Schrade Bärbel/ Schebera Jürgen, Kunstmetropole Berlin 1918‑1933, Berlin et Weimar, Aufbau Verlag, 1987.

Tzara Tristan, Oeuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Henri Béhar, Paris, Flammarion, tome 1 (1912‑1924), 1975.

Revues Dadaïstes

Der blutige Ernst, Berlin n° 1 à 6, septembre 1919 à février 1920, éd. John Hoexter (n° 1 et 2) ; Carl Einstein et Georges Grosz (n° 3 à 6).

Club Dada, Berlin, numéro spécial de Die freie Straße (n° 7‑8), 1918, éd. Richard Huelsenbeck, Franz Jung, Raoul Hausmann.

Der Dada, Berlin n° 1 à 3, juin 1919 à avril 1920, éd. Raoul Hausmann.

Jedermann sein eigener Fußball, Berlin, numéro unique, 15 février 1919, éd. Wieland Herzfeld.

Die Pleite, Berlin‑Leipzig, n° 1 à 6, 1919 à janvier 1920, éd. Wieland Herzfeld.

Notes

1 Richard Huelsenbeck, Phantastische Gebete, Zürich, Verlag Die Arche, 1960, p. 21.

2 Karl Riha (éd.), Dada Berlin. Texte, Manifeste, Aktionen, Stuttgart, Phlipp Reclam jun., 1985, p. 21.

3 Karl Riha (éd.), Dada Total. Manifeste, Aktionen, Texte, Bilder, Stuttgart, Philipp Reclam jun., 1994, p. 35.

4 Raoul Hausmann, Courrier Dada, Paris, Le Terrain vague, 1958, p. 15.

5 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 75.

6 Ibid., p. 58.

7 Ibid., p. 8-9.

8 Tristan Tzara, Œuvres complètes, texte établi, présenté et annoté par Henri Béhar, Paris, Flammarion, tome I, 1975, p. 367.

9 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 6.

10 Ibid. p. 3.

11 Ibid. p. 67.

12 Ibid., p. 85.

13 Richard Huelsenbeck, Almanach Dada, éd. Bilingue, trad. Sabine Wolf et Michel Giroud, Paris, Champ libre, 1980, p. 284.

14 Georg Grosz, Ein kleines Ja und ein großes Nein, Hamburg, Rowohlt Verlag, 1955, p. 131.

15 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 68.

16 Karl Riha (éd.), op. cit. p. 61-62.

17 Ibid., p. 39.

18 Walter Mehring, Berlin Dada, Zurich, Verlag Die Arche, 1959, p. 58.

19 Bärbel Schrade, Jürgen Schebera, Kunstmetropole Berlin 1918-1933, Berlin et Weimar, Aufbau Verlag, 1987, p. 95.

20 Georg Grosz, op. cit., p. 143.

21 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 4.

22 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 6.

23 Walter Mehring, op. cit., p. 68.

24 Karl Riha (éd.), op. cit., p. 115.

25 Ibid., p. 121.

26 Ibid., p. 124.

27 Bärbel Schrade, Jürgen Schebera, op. cit., p. 102-103.

28 Ibid., p. 104.

29 Richard Huelsenbeck, 1980, p. 176.

© Presses Sorbonne Nouvelle, 1999

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540

Acheter

Volume papier

amazon.fr