Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

Chronique d’une polémique malaisée aux Pays-Bas : het koningsdrama

Laurent Philippe Réguer

Résumé

Parmi les tabous de la société néerlandaise figure en bonne place celui de la Maison royale d’Orange. La vive discussion initiée par le leader du parti démocrate D 66 Thom De Graaf fin avril 2000 remet pourtant radicalement en question le rôle politique réel de la reine Beatrix dans une démocratie moderne. À partir d’un corpus d’une quarantaine d’articles de la presse néerlandaise, l’auteur s’attache à retracer à la surface des textes le déroulement d’une polémique à la néerlandaise : comment cette polémique se désigne-t-elle ? Quel est son vocabulaire ? comment les médias vont-ils orchestrer cette polé­mique ? Mais cette polémique largement médiatisée est-elle vraiment durable au pays de la concertation ?

Texte intégral

  • 2 van den Berg, Joop Th. J., « La vie politique aux Pays-Bas depuis 1945 ou le goût invétéré du conse (...)

1Effectivement, les Pays-Bas se réclament comme un pays de « discussion », de compromis ; on y clame haut et fort la overleg­cultuur, la culture de concertation, la compromiscultuur2 ; les mots sont là(-bas), et il n’y sans doute pas de fumée sans feu, tout comme sont présents les termes fortement récurrents de discussie et de debat dans le discours public néerlandais. Les Néerlandais eux-mêmes ne cessent de nous le rappeler à satiété. En témoigne cette assertion dans un article du NRC-Handelsblad du 25 avril 2000 :

Daarbij komt dat Nederland in extreme mate een conflictvermijdende samenleving is, waar alles zoveel mogelijk in vreedzaam overleg wordt opgelost.

(Il convient de rappeler que les Pays-Bas sont une société qui se veut extrêmement non conflictuelle, où tout problème doit si possible trouver sa solution dans une concertation pacifique.)

2On l’aura compris, les Pays-Bas n’aiment pas vraiment la polémique. Car dans le mot « polémique » il y a le grec classique « polemos », la guerre. Et si l’on remonte à Homère, dans la racine du mot « polemos » résonne encore le fracas des combats de l’Iliade. Mais qu’est-ce qu’une polémique ou un discours polémique ?

  • 3 Kerbrat-Orecchioni, C., Le discours polémique, Presses Universitaires de Lyon, 1984.

3Catherine Kerbrat-Orrechioni3 qualifie le discours polémique comme suit :

« il faut que l’on ait affaire : à un discours qui attaque une cible laquelle est censée tenir ou avoir tenu un discours adverse que l’énoncé polémique intègre, et rejette ‘agressivement’, c’est-à-dire en termes plus ou moins véhéments, voire insultants. »

4Ce discours qui « attaque, rejette agressivement, en termes véhéments, le discours de l’autre », ce discours polémique donc, est-il vraiment inexistant aux Pays-Bas ? Et si souvent « polémique » rime avec « politique », la vie politique néerlandaise serait-elle un long fleuve tranquille ? Les débats parlementaires seraient-ils limités à des déclarations ennuyeuses rédigées préalablement et souvent trop sérieusement ? Et un Canard enchaîné batave impensable dans les kiosques néerlandais ? Le Poldermodel néerlandais permet-il encore aux polémistes de survivre ?

5Les chasseurs de polémiques parmi les néerlandophiles savent malgré tout où les dénicher : si discuter recouvre dans ce petit pays une réalité beaucoup moins conflictuelle qu’en France, il convient de rappeler que l’on ne peut pas discuter calmement de tout aux Pays-Bas. Et parmi les tabous de la société néerlandaise figure en bon classement celui de la Maison royale d’Orange. Toucher à la monarchie, c’est ébranler le système constitutionnel (constitutioneel staatsbestel) des Pays-Bas : « Handen af van het koningshuis », dit l’adage légendaire, en France on traduirait familièrement et en référence à une situation plus moderne : « Touche pas à ma Reine ! ».

6Mais le paradoxe est bien que ces dernières années, à l’aube du xxie siècle, la vache sacrée du grand delta européen devient de moins en moins heilig, pour reprendre le titre d’un article néerlandais assez peu respectueux.

Le secret de Noordeinde

7Certes, le pouvoir des différentes reines néerlandaises a toujours été un sujet de spéculation nationale. Qu’elles en disposent n’était guère mis en doute, et les occasions dans lesquelles elles s’en servaient faisaient partie des secrets du palais royal. Mais aujourd’hui « le secret du palais de Noordeinde » (het geheim van Noordeinde) irrite. De plus, les scandales se succèdent : à titre d’exemple, un diplomate de haut rang en Afrique du Sud a été muté à Bruxelles parce que la Reine refusait de s’asseoir à côté d’un diplomate néerlandais réputé volage. Mais ce qui entraîne la plus vive discussion de ces derniers mois, c’est de savoir jusqu’où peut aller le pouvoir politique de la reine. En outre, les faits révélés sont en contradiction avec l’opinion selon laquelle la fonction de la Reine est uniquement représentative.

8En effet, la Reine est considérée comme le staatshoofd (chef d’État) du pays, elle fait partie du gouvernement (aux Pays-Bas on distingue donc le regering avec la reine du kabinet sans la reine), préside le Con­seil d’État ou Raad van State, et surtout intervient après les élections dans la constitution du nouveau gouvernement en nommant un formateur. Ce dernier point est d’ailleurs repris en néerlandais par le terme zwarte gat ou democratisch gat, le trou noir de la démocratie néerlandaise. Les spécialistes de droit néerlandais insistent sur le fait que la reine a le droit d’être informée et entendue. Après vingt ans de règne, Béatrice, femme unanimement admirée pour son travail et sa compétence, use de ce droit de façon optimale. Et c’est précisément à la veille de son vingtième anniversaire de règne, bilan oblige, qu’éclatera l’orage médiatique qui fait l’objet de la présente étude.

  • 4 Kooistra R. et Koole S., Beatrix, invloed en macht van een eigenzinnige vorstin, éd. Bert Bakker, A (...)
  • 5 Le parti Democraten 66 est à rapprocher des radicaux en France. Ce parti a été fondé par Hans van M (...)

9L’intérêt de cette « polémique » – s’il nous est déjà permis d’utiliser ce terme – est précisément sa traçabilité dans le temps ; ce débat autour du « chef d’état » sourd depuis quelques mois ; il y a eu entre autres la publication de deux livres sur le geheim van Noordeinde4 . Elle naît le soir du 7 avril 2000 sur les plateaux de télévision de la chaîne néerlandaise de RTL-4 où le leader du parti démocrate D665 Thom De Graaf expose ses propositions de « modernisation » de la Maison Royale ; elle éclate dès le lendemain dans la presse néerlandaise, se déchaîne une semaine durant, avant de s’essouffler et de mourir à la veille de la grande fête nationale néerlandaise, le Koninginnedag, au soir du 30 avril 2000 : le crime de lèse-majesté a été évité de justesse. On le sait bien, une polémique n’a qu’un temps.

10Elle renaîtra de ses cendres quelques mois plus tard, le troisième vendredi de septembre 2000, lors du discours d’ouverture de l’année parlementaire, discours tenu par la reine devant les états Généraux. Mais pour lors, la polémique sera rebaptisée « débat politique ».

11C’est bien sûr cette chronologie qui intéresse l’analyse du discours : une polémique, c’est précisément un grand moment, en tout cas un moment fort du discours public : un moment organisé, construit, une sorte de symphonie médiatique, même si l’on utilise dans le cas de la polémique plus souvent le terme de « cacophonie ». Il ne s’agit certes pas d’un texte, ni d’un macro-texte. Le corpus réuni pour cette étude se compose de quarante-huit articles de la presse néerlandaise du mois d’avril 2000. Ce corpus, certes non exhaustif, se présente bien comme une construction textuelle avec son vocabulaire spécifique, ses jeux d’images, son homogénéité de ton, ses reprises thématiques, ses implicites, son utilisation particulière des citations, ses théâtralisations, et bien d’autres procédés du discours polémique que nous tenterons de mettre en valeur dans les prochaines lignes. Il nous a semblé plus novateur de montrer comment une polémique pouvait se développer dans le pays de la concertation. Comment ce type de discours (déjà analysé en France par l’équipe de Mme Kerbrat-Orecchioni à Lyon II) présente-t-il son vocabulaire et ses idiomatismes dans une société réputée si différente de la société française ? Y aurait-il une polémique à la hollandaise ? Et question centrale : une polémique durable est-elle vraiment possible aux Pays-Bas ?

Polémique ? Débat ? Discussion ?

  • 6 Nous rencontrons le terme polemiek assez rarement dans les articles de presse. Ce terme nous semble (...)

12Il nous paraît d’emblée important d’analyser dans ce corpus de presse comment est désignée la polémique elle-même. Car si le mot polemiek existe en néerlandais6, il n’apparaît aucune fois dans notre corpus ! Dans le grand dictionnaire Van Dale, on le définit par : pennestrijd of twistgeschrift, m.n. op wetenschappelijk en literair gebied, donc comme une guerre de plume ou un écrit querelleur, particulièrement dans les domaines de la littérature ou de la science. Outre la maigreur de la moisson des sèmes récoltés par le grand dictionnaire de la petite langue néerlandaise, on remarquera l’absence de polemiek sur la scène politico-sociale néerlandaise. Réserve remarquable dans ce discours lexicographique néerlandais, ou bien oubli révélateur ? Ou encore désir inconscient d’adoucir les mœurs politiques ?

13En fait, dès les déclarations du démocrate Thom De Graaf le ven­dredi 7 avril 2000 à RTL-4, la presse néerlandaise reprendra l’affaire par les termes discussie et debat ; l’enfant terrible de la classe politique néerlandaise (de politieke arena) parlait lui de « propositions » (voorstellen) ou plus prudemment de « suggestions » (suggesties) pour « moderniser » la maison royale (modernisering van het koningshuis) ; certains articles aussi parlent de plannen (projets) ou de pleidooi (plaidoyer), mais très rapidement l’affaire sera désignée par le terme discussie et tout particulièrement par des compositions du mot de base discussie, ce qui nous montre que les propositions de De Graaf entraînent automatiquement un débat très focalisé sur l’avenir la royauté aux Pays-Bas : de discussie over het koningshuis, mais aussi de koningsdiscussie, de discussie over de monarchie, mais aussi de monarchie­discussie. Et l’occurrence précoce de ces composés en discussie dans notre corpus marque bien la reconnaissance officielle de cette polémique.

  • 7 Rey Alain et al., Dictionnaire historique de la langue française, éd. Le Robert, Paris, 1993.

14Discussie serait-il alors un faux ami ? Il est vrai que le mot « discussion » est passé du latin dans notre langue avec le sens « d’examiner le pour et le contre d’une chose », puis avec le sens de « manifester une opinion différente avec une nuance polémique ».7 Mais très rapidement il a pris le sens plus neutre de « parler avec d’autres en échangeant des idées ».

15Le dictionnaire Van Dale définit le terme discussie par : gedachtewisseling, redetwist. On excusera la latitude entre « un simple échange d’idées » et le terme redetwist (rede : discours et twist : querelle) qui rend assez bien le français « polémique », puisque twisten est fréquemment employé en néerlandais dans le sens de « se quereller », « polémiquer ». La discussie néerlandaise serait donc l’équivalent du français « polémique » comme on peut le constater dans l’emploi suivant :

Algemeen Dagblad, 8.04 :

« Maar zo was er discussie over haar skivakantie naar Oostenrijk. »

(Mais il y avait aussi cette (discussion ?) polémique autour de son séjour aux sports d’hiver en Autriche).

16Ici discussie renvoie au vif débat dans la presse néerlandaise autour de la présence jugée malheureuse de Beatrix dans la patrie de Jörg Haider. Cela va bien au-delà d’un ‘simple échange d’idées’.

17Par ailleurs, le dictionnaire Van Dale propose des collocations adjectivales révélatrices : een levendige, heftige discussie (une ‘discussion’ vive, véhémente), des termes qui font entrer le mot ‘discussie’ dans une isotopie de violence et de passion. Le terme discussie est précisément un de ces mots étrangers néerlandais qu’il faut analyser dans le discours public ambiant.

18Dans notre corpus certaines collocations reprennent cet élément ‘polémique’ de la discussie néerlandaise : de opgelaaide discussie (oplaaien : flamber, déchaîner des passions, donc le « débat enflammé ») et surtout dans ce passage du Algemeen Dagblad du 29 avril :

« Het vraaggesprek met de koningin was al vorige maand opgenomen, voordat de discussie losbarstte ove modernisering van de monarchie ».

( … avant que la polémique (la discussion ? ?) n’éclate au sujet de la modernisation de la monarchie).

Le vocabulaire de la polémique

  • 8 On remarquera que de nombreux substantifs d’origine française sont repris dans la désignation ou la (...)

19Alors si discussie néerlandais renvoie de par ses emplois à « polé­mique » français, comment se présente concrètement cette polémique néerlandaise ? Et d’abord précisément, comment cette polémique éclate-t-elle ? Ce qui frappe d’emblée, c’est la violence immédiate de la polémique : la presse, qui est bien entendu là pour orchestrer les réactions des autres politiques aux propositions de Thom De Graaf, insiste bien sur ce fait : l’affaire De Graaf fait bien l’effet d’une bombe ; les Pays-Bas perdent leur flegme séculaire et surtout la raison (Heel Nederland verliest zijn verstand) ; aussi les images catastrophiques ne manquent pas : on parle de brisante voorstellen (de propositions explosives) ou de spastische reacties (de réactions explosives) ; un article est titré Storm over positie staatshoofd (orage au sujet du statut du chef d’État) ; Thom De Graaf a déchaîné (ontketenen) un véritable tumult8 (tumult prend le sens français de ‘émoi’, ‘agitation’), ses propositions ont fait grand bruit (veel ophef gemaakt). Orage, fureur, tumulte, vacarme, décidément la discussie est tout sauf sereine.

20Comme le feu, la polémique connaît une grande vitesse de propa­gation : Een weekeind vol politiek rumoer (Volkskrant du 11 avril) où rumoer néerlandais prend le sens du vieux français ‘rumeur’ signi­fiant ‘agitation’, ‘émoi’, et constitue donc un faux ami ; et tout ceci en un weekend où Heel politiek Den Haag staat onder stroom (la classe politique néerlandaise est en tension).

« [Voor- en tegenstanders werden van stal gehaald en] in pakweg 24 uur tijd waren een rel en een discussie geboren » (Volkskrant 11.04)

(…en tout juste 24 heures un scandale et une polémique étaient nés) ;

21il est vrai qu’un discours polémique ne fonctionne bien qu’à chaud.

22Bien entendu, le coupable est rapidement et clairement désigné : Thom De Graaf de aanstichter van het tumult (l’instigateur du ‘tumulte’, l’agitateur) ou encore dans le quotidien Trouw du 11 avril :

« Thom De Graaf veroorzaakte tumult door zijn pijlen te richten op de vermeende macht van het koningschap in Nederland ».

(Thom De Graaf agite la classe politique en décochant ses flèches sur le soi-disant pouvoir de la royauté aux Pays-Bas).

23C’est bien lui qui réveille les Pays-Bas de leur sommeil monarchique : Trouw du 02 septembre : « D66’er dit voorjaar het land uit zijn Oranje-dommel schudde.»

24On le voit, la polémique s’inscrit rapidement dans un climat de violence et de passion ; les réactions sont immédiates et viennent de partout ; la classe politique se doit de prendre parti et les Pays-Bas, pays du consensus, se retrouvent exceptionnellement divisés. D’un côté, les partisans de la Couronne, les Orangistes : Oranjegezinden, Oranjeminnend Nederland, Koningsgezind Nederland ; de l’autre, les fossoyeurs de la monarchie.

Trouw du 10 avril : Christen-democraten en liberalen waren er in het weekeinde als de kippen bij om met deze politieke naïviteit af te rekenen.

(Les chrétiens-démocrates et les libéraux accoururent de partout afin d’en finir une fois pour toutes avec cette naïveté politique.) Plus loin : Opwinding alom (Irritation de partout)

25L’émotion ne laisse aucune place à l’argumentation. De ce point de vue, le coup d’éclat de Thom De Graaf entraîne bien une polémique et non pas une simple controverse (la controverse implique davantage l’idée d’un débat réglé et donc serein). Les médias parlent encore de ‘discussie’, mais point de discussion argumentée dans la semaine qui suit le week-end du scandale : le discours polémique se réduit alors à un discours réfutatif. Les énoncés de la polémique se focalisent sur le discours adverse, et sur sa dénégation.

Trouw du 11 avril :

« Premier Kok reageerde gisteravond afwijzend (réfuter) op het voorstel van De Graaf. Hij zegt niet van zins te zijn om de staatsrechtelijke positie van het staatshoofd te wijzigen. »

(Le premier ministre W. Kok a réagi négativement hier soir au sujet des propositions de M. De Graaf. Il affirme qu’il n’a aucunement l’intention de modifier le statut constitutionnel du chef de l’État).

26Plus loin :

« CDA en VVD wijzen de plannen resoluut af. Ook de PvdA-fractie is tegen. »

(CDA et VVD réfutent fermement les projets de De Graaf. La fraction socialiste est également contre).

27Ces réactions sont bien sûr enregistrées et jugées par les médias comme fel, c’est-à-dire « violentes », « passionnées ». On n’est pas seulement contre, on l’est résolument (ronduit tegen). Par ailleurs, on dénonce la proposition de De Graaf comme étant une ruse : de fluwele verpakking van de modernisering (l’emballage de velours de la modernisation) ; on s’amuse de son pleidooi (plaidoyer) et personne n’est dupe de sa reddingsactie (son entreprise de sauvetage de la monarchie). On lui conseille de jeter ses propositions rapidement dans la corbeille à papier (prullenmand) ou dans le papierversnipperaar (broyeur à papier). Quand on ne lui conseille pas, violence suprême, de s’y jeter lui-même … La mauvaise foi et le mauvais goût font office de pseudo-argumentation quand le leader du CDA, De Hoop Scheffer (chrétiens-démocrates), se demande ce que Thom De Graaf avait bien pu manger ce jour-là ou s’il connaissait des problèmes de sommeil ces derniers temps.

28La presse le note avec délice : Thom De Graaf est bien l’homme à abattre. Il y a bien « polemos ». L’homme du débat, c’est bien l’homme à « débattre » dans son sens étymologique premier, c’est-à-dire à abattre. (débattre : « dé » valeur intensive et « battre », donc battre fortement, abattre, massacrer en ancien français).

Trouw du 11 avril : « Zoals te verwachten was werd de Graaf met dit verhaal in de daarop volgende dagen op alle fronten onderuit gehaald. » (agressé sur tous les fronts).

29‘Agresser’ est ici une sous-traduction, le verbe onderuithalen mérite en effet un commentaire : il s’agit selon Van Dale d’agresser sévèrement quelqu’un verbalement (hard aanvallen met woorden), de le mettre ‘à bas’ (onderuit), l’envoyer au tapis, lui faire mordre la poussière ; on remarquera encore ici que les langues ne sont pas en peine d’images quand il s’agit d’exprimer une mise à mort verbale.

30Nous ne pouvons pas ici passer en revue les différents typolo­gèmes de la polémique, même si ce sont précisément ceux-ci qui distinguent la polémique de la simple discussion, ou de la sereine controverse : la violence des mots et des images employés, les petites phrases assassines, véritables embrayeurs de polémicité, le ton passionnel du débat (on parle de Oranjegezang-boventoon ou de hoge toon), les attaques ad hominem, les ingrédients ne manquent pas ici pour faire une bonne recette et nous pensons en avoir identifié quelques-uns dans cette affaire royale.

31Il nous importe davantage d’analyser comment la presse aiguise cette polémique. Les noms d’oiseaux, les pseudo-argumentations, tout cela ne suffirait sans doute pas à constituer une polémique durable. Ce que nous voulons montrer, c’est que les médias interviennent eux-mêmes directement dans la construction de cette polémique.

L’orchestration médiatique de la polémique

32Et notamment dans la théâtralisation des opposants : pour qu’il y ait du spectacle, il faut avant tout de bons acteurs : aussi assistons-nous dès le 10 avril au travestissement de Thom De Graaf en preux chevalier Roland dépêché in extremis pour sauver la Maison Royale fissurée (Trouw du 10 avril : Ridder Roeland de Graaf en Oranje). Dans d’autres articles, ce sera le nouveau Troelstra néerlandais, socialiste révolutionnaire du xixe siècle, qui se lance en haut des barricades. Dans un autre article de Trouw du 11 avril, Thom De Graaf nous est présenté ironiquement comme le Roi Soleil à Versailles : du haut de son trône, l’usurpateur passe son message au monde médiatique : message tout aussi lapidaire qu’autoritaire, sans explication, la Reine doit quitter le gouvernement. La Reine est morte, vive le roi De Graaf. Thom de Graaf, désigné depuis le début de l’affaire comme le aanstichter van het tumult (l’agitateur public), l’enfant terrible de la politique, sera rapidement « de man die durfde de koningskwestie ter discussie te stellen » (l’homme qui a osé mettre au débat la question de la royauté). On ira même jusqu’à parler de god : Thom De Graaf est promu au rang de divinité cet étrange week-end du 8-9 avril 2000, ce qui nous paraît fort exagéré dans un pays d’égalitarisme forcené. Théâtralisation, focalisation remarquable donc, dans un petit pays où le culte de la personnalité est loin d’être un sport national. Cette théâtralisation est bien à mettre au compte des médias et non pas à celui de la classe politique néerlandaise qui reproche précisément à De Graaf son profileringsdrang (sa volonté de se profiler, son carriérisme).

33L’autre procédé de théâtralisation est de mettre en présence les acteurs de la polémique par le biais de citations. Ainsi l’article du journal Trouw du 10 avril où la position de chaque parti belligérant est illustrée en tout et pour tout par une citation plus ou moins virulente. Pareillement les termes de condamnation sont repris et introduits par des guillemets (ou à la néerlandaise par des apostrophes).

« De GPV’er Van Middelkoop noemde het ‘onfatsoenlijk’ hoe D66 met een van de meest delicate onderwerpen in de politiek omgaat. »

(… qualifie d’ « indécent » comment le parti D66 traite un des sujets les plus délicats de la politique.)

34Dans le Algemeen Dagblad du 08 avril, le dirigeant du parti CDA parle de « projet absurde ».

« CDA-leider De Hoop Scheffer noemt het ‘een onzinnig plan’. »

35On remarquera que dans un écrit polémique la modalisation auto­nymique par guillemets est tout aussi fréquente que discrète. Maingueneau nous précise :

  • 9 Maingueneau Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Dunod, 1998.

« En mettant des mots entre guillemets, l’énonciateur se contente en effet d’attirer l’attention du co-énonciateur sur le fait qu’il emploie précisément ces mots qu’il met entre guillemets ; il les souligne en laissant au co-énonciateur le soin de comprendre pour­quoi il ouvre ainsi une faille dans son propre discours. Ce qu’indiquent les guillemets, c’est une sorte de manque, de creux à combler interprétativement. »9

36Pour interpréter les guillemets, le lecteur doit tenir compte du contexte : et c’est précisément le replonger dans la violence polémique.

37À noter aussi que les citations ne sont pas toujours annoncées par des guillemets. Souvent les énoncés approximatifs sont repris par des verbes introducteurs ; mais il va sans dire que la présence des guillemets renforce la théâtralisation de ce discours. Car une polémique, c’est avant tout une querelle de mots. Avec les guillemets les mots et les phrases assassines « résonnent ». L’emploi des citations directes ou indirectes dans le contexte polémique mériterait certainement une analyse approfondie. Ce recueil de « petites phrases » rarement replacées dans leur contexte contribue à amplifier la polémique. À défaut de forum politique, les belligérants peuvent ainsi se rencontrer dans l’arène médiatique. Car les médias et particulièrement la presse constituent le lieu de l’affrontement. Comme ces citations (les petites phrases) sont des articulations récurrentes des articles de la polémique, elles vont rapidement constituer à force de reprise les phrasèmes de la polémique :

het geheim van Noordeinde, Zo maak je van een fundament van ons staatsbestel een ornament, de modernisering van het koningschap, de Oranje-warmte, de leugen regeert het land, er is geen democratisch gat, de papierversnipperaar, het gemompel in de wandelgangen, etc …

38On suspecte souvent les médias de monter une affaire en épingle, de gonfler une affaire (de zaak opblazen), les médias font l’actualité (de media maakten er nieuws van). Il est vrai qu’il convient de noter que la presse écrite orchestre avec autorité la polémique. Non seulement en metteur en scène, mais aussi en commentateur de l’affaire. Ainsi revient-il aux médias de déclarer la polémique ouverte :

Volkskrant du 10 avril :

Het politiek debat over de constitutionele monarchie is geopend.

39Ou bien encore la presse reprend la métaphore médiévale de la provocation au combat comme dans l’article du Volkskrant du 10.04 :

Hij is dus allerminst een eenling, maar wel de eerste die de handschoen opneemt. (qui jette le gant.)

40Et ce sont les médias qui parlent de ‘tumult’, de ‘storm’, ‘taboe door­breken’ (briser le tabou.). D’autre part, on peut sentir la crainte des médias que la polémique ne s’essoufle :

Het parool du 11 avril :

Ondanks de bijval is er kans dat de discussie doodbloedt

(Malgré le succès, il est fort possible que la discussion ne s’éteigne.)

41Mais les médias ne sont pas seulement le commentateur privilégié de l’événement politique, ils sont également eux-mêmes partie prenante dans la polémique anti-monarchiste, et c’est toute la subtilité de cette polémique : la société néerlandaise se veut de plus en plus transparente, et le « secret de Noordeinde » irrite tout particulièrement le milieu journalistique ; dans le Volkskrant du 11 avril on parle de ‘forteresse à prendre’ pour remporter la guerre de la glasnost’ :

« Alleen het hof is nog een te nemen veste. Anders dan in het verleden zijn de journalisten allang niet meer bereid te zwijgen. »

(La Cour restait la dernière forteresse à prendre. Contrairement au passé, les journalistes n’étaient plus prêts à garder le silence.)

42D’autant plus que les relations entre la presse et la Reine sont des plus tendues. Il y a quelques mois, Beatrix déclarait « de leugen regeert het land » (Le mensonge règne en maître dans le pays.) en désignant sans ambiguïté la presse nationale. L’expression est devenue légendaire. Depuis, le torchon brûle entre la presse et la reine. Volkskrant du 11 avril :

De media zijn in verhoogde staat van paraatheid door de viering van het vierde lustrum van Beatrix’ koningschap op 30 april. Die wordt ook gevoed door de irritatie vanwege haar invloed op politieke ambtsdragers, de opkomst van Alexander, zijn mogelijke verloving met een dochter van een lid van de toenmalige junta en de aspiraties van Margriets zonen om lid van het Koninklijk Huis te blijven. Alles rondom ‘Oranje’ is nieuws. »

(Les médias connaissent l’état d’alerte maximal à l’occasion de la commémoration du 4e lustre du règne de Béatrix le 30 avril. Ce climat lourd est également alimenté par l’irritation majeure suscitée par son influence sur les responsables politiques, tout comme l’entrée en scène du futur roi Willem-Alexander, les éventuelles fiançailles de ce dernier avec Maxima, la fille d’un membre de la junte argentine, et les aspirations des fils de Margriet, la sœur de la reine, à faire partie de la Maison royale. La Maison d’Orange, toute entière, est au centre de l’actualité.)

43Alors cette polémique, un règlement de comptes de la part de la presse ? La réponse du berger à la bergère ? Si le mensonge médiatique est le prince de ce monde, alors le secret de Noordeinde doit être lui dénoncé comme anachronique. Si l’on peut comprendre la rapidité avec laquelle les médias s’emparent de cette affaire pour dénoncer le secret intolérable de Noordeinde et orchestrer la polémique naissante, on peut dès lors se demander si la classe politique va elle-même contribuer à alimenter la polémique.

Puisse la discussion ne pas s’essouffler !

44Certes on aura déjà relevé le désir de ne pas étouffer l’affaire (niet in de kiem smoren ). Ou dans Volkskrant du 11 avril :

« Iedereen probeert zo snel mogelijk de deksel weer op de pan te krijgen. »

(Tout le monde essaie de refermer le couvercle aussi vite que possible.)

45Cette « discussie » autour de la reine n’est pas nouvelle, et d’emblée les politiques craignent qu’elle ne s’essouffle rapidement (« Moge de discussie voorlopig niet opdrogen ! »). Aussi aurons-nous rapidement la reprise du thème du tabou pour relancer dans un second temps la polémique : il faut crever l’abcès et surtout ne pas étouffer la polémique : « dat we zulks nu eens eindelijk te horen krijgen » / « het tot taboe verklaren van de discussie. » Briser le tabou semble le nouveau mot d’ordre, c’est en tout cas le titre de plusieurs articles dans notre corpus ; et la nouvelle polémique sera de savoir si l’on doit polémiquer ou pas. Si les réactions immédiates aux propositions de Thom De Graaf sont négatives (« geen behoefte aan een discussie » : pas besoin de discussion), très rapidement le personnel politique se déclare ouvert à la discussion. Le parti socialiste PvdA, qui avait réagi assez frileusement aux propositions de De Graaf, se déclare désormais « niet wars van discussie over koningin als lid regering » (ne pas être contre une discussion sur le rôle de la reine en tant que membre de gouvernement) (titre du Volkskrant du 12 avril). Très rapidement aussi, les ennemis jurés de Thom De Graaf au CDA déclarent : « Mais si, nous voulons discuter ! ». Dans un article de Trouw du 11 avril, Hans Hillen du CDA se déclare prêt 24 heures sur 24 à en découdre avec De Graaf sur ce thème (« Ik wil 24 uur per dag met De Graaf over dit thema in de slag, als hij daar beter van slaap ») ; chacun prend position comme le titre un article : Kok achter discussie (Kok soutient le débat). Mais ce faisant, la classe politique néerlandaise va se prononcer expressément sur la manière de mener une polémique et désarmer elle-même la polémique.

46Car nombreux sont les hommes politiques (Kok, De Graaf) qui dénoncent l’élément passionnel de la « discussie » ; Thom De Graaf, l’homme qui a osé, se dit abasourdi des réactions émotionnelles que ses propositions ont provoquées.

Volkskrant du 10 avril :

« D66-leider De Graaf vindt dat de discussie zakelijk moet blijven en niet moet worden doorspekt met sentimenten. »

(…. que la discussion doit rester objective et non pas truffée de sentiments faciles.)

47Cet article est d’ailleurs titré houdt debat over toekomst staatshoofd zuiver. Il faut donc mener le débat en toute objectivité « zuiver ».

48Le premier ministre Wim Kok considère qu’il ne faut pas céder à la panique et que l’on doit s’attaquer au problème de front :

Algemeen Dagblad du 11 avril :

« Premier Kok vindt nu dat de politiek ‘niet paniekerig’ moet reageren op zo’n discussie. » […] « Het zou vreemd zijn als we daar besmuikt mee omgaan, » alsdus de premier. »

49D’autre part, chacun est prêt à dépersonnaliser le débat : Thom De Graaf affirme ne pas attaquer la Reine, mais l’institution royale. Le premier ministre accepte le débat en précisant ne vouloir en rien modifier le statut de la Reine. D’ailleurs, on parle de plus en plus de « koningskwestie » et non plus de « discussie over de koningin ».

50La classe politique entière prend du recul et le PvdA et le VVD entament une réflexion interne sur le fonctionnement de la royauté.

51Et après les appels à la raison, le personnel politique exhorte la capacité au dialogue de la société néerlandaise : le « il faut pouvoir parler ensemble » est décliné à volonté dans tous ces articles :

Trouw du 08 avril :

« Wel vindt hij dat er moet kunnen worden gesproken over de spelregels […] Je moet kunnen discussiëren of de monarchie nog goed werkt »

(En revanche, il estime que l’on est en droit de parler des règles du jeu […]. On est en droit de mener un débat sur le bon ou mauvais fonctionnement actuel de la monarchie).

Volkskrant du 11 avril :

« Maar een zakelijke discussie ga ik niet uit de weg »

(Mais je n’esquive pas une discussion qui se veut objective.)

Algemeen Daglad du 29 avril :

« Je moet deze discussie voeren, los maken van de vraag : ‘werkt de koningin wel hard genoeg ’ »

(On doit mener ce débat indépendamment de la question : « la Reine travaille-t-elle suffisamment ? »)

Volkskrant du 10 avril

« Het is onzin dat je in een democratie als de onze niet over de positie van het koningshuis kan praten ».

(Il est absurde de penser qu’on ne puisse pas, dans une démocratie comme la nôtre, parler de la position de la Maison royale.)

Résistance à la polémique

52Les politiques préfèrent le dialogue ouvert et franc aux murmures désapprobateurs qui font la ronde à la Haye ; on dénonce alors le gemompel in de wandelgangen (les bruits qui courent dans les couloirs du parlement à la Haye),

het permanente gemiespel in de wandelgangen, anonieme discussie in de wandelgangen ; « laat hij eerst de geruchten maar eens ontzenuwen in alle openheid »

53Les geruchten sont bien les bruits qui alimentent la polémique. Et il faut d’abord les neutraliser (ontzenuwen). On appelle la transparence de tout cœur. C’est précisément cette transparence du débat qui permettra la survie de la royauté.

54Et petit à petit, marque symptomatique de l’essoufflement de la polémique, le mot discussie cède du terrain au mot debat. Le debat néerlandais vient bien sûr du français « débat », comme le mentionne le dictionnaire Van Dale. Mais bien que d’origine française le debat prend vite les connotations anglo-saxonnes de « débat parlementaire » comme le prouve l’existence de debater prononcé à l’anglaise. L’interférence entre debat néerlandais et le debater anglais dans le sens de « maître dans l’art de débattre » ou encore le debating (art de la discussion) est pour beaucoup dans cette acception positive du terme. Les debating societies ont traversé la mer du Nord pour s’appeler debatingclub en Hollande. Le debat néerlandais est défini par Van Dale comme een aan regels gebonden openbare gedachtewisseling (un échange de pensées public soumis à des règles). Une debatvergadering c’est surtout une réunion où l’on a l’opportunité, la chance de pouvoir faire valoir son opinion, faire entendre son avis ; nous sommes donc bien en route vers la clef de voûte de l’organisation sociétale néerlan­daise : la concertation.

55Ainsi, après la discussie et le psychodrame national vient toujours le debat ; en tout cas c’est ce que l’on souhaite et on l’appelle de son cœur : als er een debat komt … Et ce débat de rêve est qualifié de kloek en open (ouvert mais ferme), inhoudelijk (substantiel), de duurzaam (durable), de zakelijk (objectif), il doit être mené dans les partis comme dans l’opinion publique (maatschappelijk en politiek debat), il doit être nationaal, breed maatschappelijk (largement débattu sur le plan national) ; curieusement le mot discussie bénéficiait rarement de ces collocations adjectivales positives. Il apparaissait dans notre corpus souvent seul ou en composition, la discussie, c’était avant l’affaire De Graaf, le Koningsdrama.

56Ce que Thom De Graaf voulait en fait, et après la crise on louera sa sagesse (wijsheid), c’était en fait « een open en zorgvuldige gedachte­wisseling over de moderne monarchie », ses propositions n’étaient qu’un appel au débat (oproep tot debat). Le debat néerlandais c’est la polé­mique lénifiée, bonifiée, c’est surtout une polémique avortée. On l’aura compris, le discours polémique est plutôt un discours discrédité par la majorité de la sage classe politique aux Pays-Bas. À l’inverse, personne n’est contre un debat. Ou comme le dit le premier ministre Wim Kok :

« Een debat kan geen kwaad ! ».

(Un débat, ça ne peut jamais faire de mal).

57Voltaire ne changerait pas d’avis : les Néerlandais ne s’illustrent toujours pas dans l’art de la polémique. Il serait désormais intéressant d’analyser en profondeur les raisons historiques de cette résistance à la polémique. Mais c’est à cet endroit que l’analyse du discours public passe le relais à la civilisation néerlandaise.

58Quant aux « discoursanalysten » français que nous sommes, il ne nous aura pas échappé que cette polémique néerlandaise rapidement refoulée aura emprunté souvent son vocabulaire au fonds latin, et sa rhétorique violente à une culture politique jugée rapidement étrangère.

Notes

2 van den Berg, Joop Th. J., « La vie politique aux Pays-Bas depuis 1945 ou le goût invétéré du consensus », Septentrion, 1996.

3 Kerbrat-Orecchioni, C., Le discours polémique, Presses Universitaires de Lyon, 1984.

4 Kooistra R. et Koole S., Beatrix, invloed en macht van een eigenzinnige vorstin, éd. Bert Bakker, Amsterdam, 2000 ; van Wijnen Harry, De macht van de Kroon, éd. Balans, Amsterdam, 2000.

5 Le parti Democraten 66 est à rapprocher des radicaux en France. Ce parti a été fondé par Hans van Mierlo qui, refusant la politique d’inspiration idéologique des anciens partis conventionnels, réclamait plus de pragmatisme et un renouveau du système politique afin de mieux impliquer le citoyen dans la prise de décision.

6 Nous rencontrons le terme polemiek assez rarement dans les articles de presse. Ce terme nous semble appartenir davantage au registre savant de la langue néerlandaise, notamment à celui de l’analyse du discours (‘discoursanalyse’ en néerlandais !) comme dans cette occurrence : « Per­soonlijk vind ik echter een beetje een flauwe manier om een polemiek te bestuderen. », in : Marc Hooghe, « Voorbij de onschuld. Het debat over de multiculturele samenleving », in : Ons Erfdeel , 2001, numéro 1.

7 Rey Alain et al., Dictionnaire historique de la langue française, éd. Le Robert, Paris, 1993.

8 On remarquera que de nombreux substantifs d’origine française sont repris dans la désignation ou la description de la polémique : discussie, tumult, rumoer, debat, brisant, etc. La polémique néerlandaise s’habillerait-elle de mots latins ?

9 Maingueneau Dominique, Analyser les textes de communication, Paris, Dunod, 1998.

Auteur

Université Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540