Version classiqueVersion mobile
OpenEdition Books

Effets et jeux de pouvoir dans le discours politique et médiatique

 | 
Michel Kauffmann
, 
Gunhild Samson

La pêche à l’image de M. Fischer (Interlude politico-théâtral)

Exorde en forme d’excuse

Jean-François Tournadre

Résumé

Les discours de M. Fischer – et tout particulièrement celui qu’il a prononcé le 12 mai 2000, et qui fait l’objet de cette étude – ont au moins autant une fonction d’élaboration d’une image personnelle qu’un objectif programmatique. Les non-dits par rapport à la culture politique des Verts ou par rapport à la culture gouvernementale du SPD se doublent d’emprunts directs à la CDU pour produire un véritable patchwork. En effet, la structure du texte ne vise pas à la synthèse combinatoire, mais juxtapose des éléments divers, en partie même divergents, dont le « montage » vaut d’abord par la brillance contrastive des matériaux. Resterait à savoir ce que cette apparente absence de cohérence interne doit à une mission d’éclaireur politique au service du gouvernement et ce qu’elle doit à la fabrication d’un habit d’Arlequin au bénéfice de l’image de M. Fischer.

Texte intégral

  • ( *) Cette communication date du 8/12/2000. L’objet et la teneur en sont antérieurs aux « révélations (...)

1L’objet de cette communication(*) n’est pas tant d’analyser un message politique (au demeurant parfaitement digne d’intérêt) que de se pencher sur ce qui, dans ce message, peut témoigner d’une démarche qui combine des éléments de propositions politiques et des contributions à la construction d’une image personnelle. Sans doute tout discours politique est-il, sous les feux des médias, à la fois porteur de sens et vecteur d’auto-promotion, mais il nous semble que, dans le cas qui nous occupera, ce second aspect est d’une importance telle qu’il mérite de retenir l’attention.

2Le corpus est à la fois limité et bien connu : il s’agit du discours prononcé par J. Fischer le 12 mai 2000 et intitulé Vom Staatenbund zur Föderation – Gedanken über die Finalität der europäischen Integration.

Ce qui n’est pas dit ou ce qui n’est plus dit

3Il n’est qu’apparemment paradoxal de commencer cette petite analyse par l’examen de ce qui, précisément, ne figure pas (ou ne figure plus) dans le corpus. Il est en effet évident que la mesure des changements intervenus dans le discours de l’orateur peut être donnée au moins autant par ce qui a disparu que par ce qui émerge. La dimension chronologique (ou faut-il dire historique, ou civilisationniste) est ici essentielle pour comprendre non seulement le sens du message instantané, mais aussi sa réception de la part d’un public pour qui J. Fischer est loin d’être un inconnu ou un méconnu de la scène politique allemande. Précisons qu’il ne s’agit pas pour nous de commenter ici les allusions (l’implicite), mais de rechercher ce qui est (plus ou moins volontairement) tu (le non-dit).

4Le premier grand absent de ce discours est l’Europe sociale. Cette « omission » est d’autant plus significative que le « déficit social » de la construction européenne constituait jusqu’alors l’un des thèmes de prédilection des Verts allemands, et plus généralement de la gauche européenne – au point d’être devenu un passage obligé et un signe distinctif de l’européanisme de gauche. On nous objectera peut-être que ce n’était pas l’objet de ce discours, encore que le flou du sous-titre eût permis l’évocation, ne fût-ce que furtive, de ce dossier. Mais ce non-dit prend un caractère programmatique dès le début du discours de J. Fischer, lorsqu’il qualifie l’intégration politique de dernière pierre à apporter à l’édification de l’intégration européenne. Et la suite du discours confirme, si besoin était, que l’adjectif utilisé ne signifie pas, dans l’esprit de l’orateur, le dernier dossier en date à évoquer, puisqu’aussi bien cette thématique est aussi vieille que le projet européen au lendemain de la deuxième guerre mondiale, mais l’ultime débat à mener à un moment où tous les autres problèmes seraient en voie de règlement. Il s’agit donc là d’une rupture informulée avec le discours antérieur de J. Fischer et avec la culture idéologique de son camp d’origine. Mais on peut aussi y voir un premier glissement de la pratique politique et rhétorique de l’orateur. D’une part, s’il y a provocation par rapport aux attentes de ses proches, celle-ci se fait au bénéfice apparent du rapprochement avec les positions de ses anciens adversaires européanistes (nous reviendrons ultérieurement sur ce point), ce qui reviendrait presque à dire qu’il y a changement de cible, et que l’adversaire visé par le non-dit ne serait pas la CDU, mais la gauche sociale européaniste (horresco referens !). D’autre part, cette provocation ne relève plus du domaine de la formulation, mais bascule dans son contraire, c’est-à-dire dans la mise en scène discrète d’un non-dit révélateur. Cela ne traduit pas, comme il est souvent dit, une conversion de J. Fischer (ou d’une partie des Verts) de la culture idéologique native à la culture de gouvernement acquise, mais, à l’intérieur de la recherche de convergences politiquement transculturelles sur la question de l’Europe, la poursuite de pratiques de discours désormais inversées. L’intégration de propositions émanant de partis politiques fort éloignés des Verts se fait à la faveur d’une provocation informulée où les Verts pourront reconnaître l’image en creux de leurs origines.

5Cette première ébauche d’analyse peut être confortée par une deuxième absence, à savoir celle de toute référence aux Verts, ou au SPD. La seule évocation du « secteur d’activité » de J. Fischer est celle du gouvernement allemand – pour souligner qu’il ne s’exprime ni en son nom, ni même en tant que Ministre. Cette affirmation fonctionne même à deux reprises comme charnière du discours, d’abord pour souligner l’urgence d’un projet politique européen, et ensuite pour justifier la proposition de « thèses » en la matière. Il convient sans doute ici de faire le partage entre le non-dit et la dénégation. Autant le non-dit peut être porteur d’infléchissements, voire de reconver­sions, autant la dénégation peut signifier la volonté (pas seulement personnelle) de ne pas engager dans l’immédiat la responsabilité d’un ensemble plus vaste. Les deux démarches rhétoriques ont des fonctions non seulement différentes, mais peut-être même opposées. J. Fischer chercherait à la fois à se démarquer de sa coloration politique d’origine à travers le non-dit et à se camper en franc-tireur du gouvernement à travers la dénégation. On comprendrait mieux, dès lors, à la fois comment une certaine forme de fidélité à la fonction contestataire peut servir à justifier la rupture avec la tradition des Verts au nom de celle-ci même, et comment cette même fonction revendiquée peut rendre service au gouvernement, libre à lui de se rallier ou non, selon les circonstances et les réceptions, aux propositions de ce soi-disant « électron libre ».

6Si J. Fischer est attentif à se fabriquer une nouvelle image person­nelle, celle-ci fonctionne de manière différente selon les références auxquelles elle emprunte. De la tradition « verte », il conserve la tonalité d’apparent trublion, tout en en modifiant à la fois tacitement et explicitement les contenus. Vis-à-vis du gouvernement auquel il appartient, il adopte une attitude volontairement ambiguë, hésitant entre le rôle de l’agitateur marginal et celui de l’éclaireur chargé de tester l’effet produit par des déclarations d’intention réputées trop novatrices pour pouvoir déjà être officielles. Par rapport aux autres courants ou milieux politiques, mais aussi par rapport aux principaux autres États européens, il affecte (ainsi que nous verrons plus loin) une capacité d’irénisme fort éloignée de l’intransigeance attribuée à son camp d’origine. Plus qu’un pavé dans la mare, son discours apparaît dès lors comme une bouteille à la mer, dont le message peut être repris par chacun isolément. Mais il est aussi (et peut-être sur­tout ?) une contribution à la construction d’une double image : d’une part, celle d’un fédérateur de la fédération européenne, capable de surmonter à la fois les pesanteurs de sa fonction et les clivages de l’opinion européenne ; d’autre part, celle d’un visionnaire, susceptible de fixer son regard politique au-delà des rivalités et des mésententes du présent. Lorsque J. Fischer évoque sa « persönliche Zukunftsvision », il cherche sans doute à obliger à une réception de lui-même conforme à sa propre attente. Tant il est vrai qu’on n’est jamais aussi bien servi que par soi-même …

La mise en scène d’un patchwork

7Dans ce travail de « réalisation » (au sens cinématographique du terme), où J. Fischer se réserve le premier rôle, il est difficile et peut-être inutile de faire la part entre ce qui relève de l’ego et ce qui relève de la mission commandée. L’exercice, au demeurant périlleux, s’apparente à un triple patchwork cousu main (on connaît les talents d’orateur de son auteur).

8Le premier patchwork se situe dans le temps, à travers la juxtaposition de références à Jean Monnet et surtout à Robert Schumann, et d’« actualisations » jugées nécessaires. Il ne s’agit pas là, comme on pourrait s’y attendre dans un discours politique « ordinaire », du travail sur un passé « revisité », mais du « copié-collé » entre hommage au passé et propositions de modernisation. En témoigne notamment l’écart entre une longue citation d’un texte de R. Schumann de 1963 (p. 3) et la critique de J. Monnet (p. 8) au nom du réalisme visionnaire d’aujourd’hui.

9Le second patchwork se situe dans l’espace politique allemand actuel. À côté de propositions où l’on reconnaît la coloration du SPD ou des Verts, on en trouve aussi d’autres empruntées à la CDU. C’est le cas, par exemple, du concept de « noyau dur » européen (p. 9), « relooké » pour les besoins de la cause en « Gravitationszentrum ». Au demeurant, la CDU ne s’y est pas trompée, et la critique qu’elle a émise tenait évidemment plus à la dénonciation de ce qu’elle pouvait considérer comme un plagiat qu’à la protestation contre une idée dont elle ne pouvait pas nier la paternité.

10Le troisième patchwork se situe dans l’espace international. À côté d’emprunts au modèle allemand, dont témoigne la proposition d’un système bicamériste pour le Parlement européen, on trouve dans le discours de J. Fischer des clins d’œil appuyés aux modèles français et américain sous la forme de la proposition beaucoup plus originale d’un président européen doté de pouvoirs étendus et élu au suffrage universel direct. Curieusement (?), cette suggestion n’a guère été commentée par les médias, en particulier français …

11À cela s’ajoute un patchwork de patchworks, mêlant les trois procédés rapidement évoqués ci-dessus. Ainsi, à la page 8, J. Fischer réussit dans un seul et même paragraphe à citer côte à côte Jacques Delors, Helmut Schmidt, Valéry Giscard d’Estaing, Karl Lamers et Wolfgang Schäuble – au risque de flatter chacun en les mécontentant tous !

12Cette « performance » explique à nos yeux pourquoi il convient dans ce cas de parler de patchwork, et non de synthèse. En effet, les éléments constitutifs de l’habillage politique paraissent difficilement conciliables entre eux. Ainsi, on voit mal comment l’évocation d’un parlement européen « fort » pourrait s’accommoder de la proposition d’un président européen élu au suffrage direct : dans ce cas, la seule « couture » entre pièces rapportées réside dans l’insistance sur l’extension ou l’étendue des pouvoirs de l’un et de l’autre. De même, la référence insistante aux pouvoirs des états-Nations (l’un des termes les plus fréquemment utilisés dans le discours) semble peu compatible avec l’axe majeur du discours, qui est le renforcement considérable des compétences politiques des institutions européennes existantes ou proposées.

13À l’évidence, la technique utilisée ne s’embarrasse guère du souci de cohérence entre les éléments du discours. Elle s’apparente, de ce point de vue, au principe de la polémique, cher à la tradition contes­tataire, mais avec inversion de l’objectif. à la différence de la polé­mique, il ne s’agit pas ici de blesser (bien au contraire …), mais à l’image de la polémique, l’essentiel est que chaque trait porte et que les traits soient nombreux, quel que soit par ailleurs le type de relations qu’ils pourraient avoir entre eux, et même s’ils n’en ont aucune. Le mode de fonctionnement n’emprunte pas, contrairement aux apparences entretenues par la structure rhétorique du discours, au style argumentatif, dans lequel la compatibilité entre les propositions joue un rôle déterminant pour la construction d’une chaîne rationnelle, mais dépend de la concentration sur une même cible – ce qui est la raison d’être de la polémique. Mais le but n’est pas ici de cribler un adversaire de flèches dont la disparité même serait susceptible de le déstabiliser plus encore en l’attaquant dans sa propre adhésion à une logique argumentative. Tout au contraire, le patchwork diachronique et synchronique a un objectif constructif, ce qui constitue une sorte de novation rhétorique. Dans le domaine de la parole politique, on est habitué à ce que la proposition constructive use de moyens argumentatifs, et à ce que l’attaque éventuellement provocatrice use de moyens polémiques. L’habileté de J. Fischer consiste à désolidariser ces logiques du discours, et à utiliser la technique polémique au service d’une édification disparatement consensuelle. Qu’on en juge : réussir en l’espace d’une déclaration à rendre hommage aux « pères de l’Europe » tout en les démontrant dépassés par les exigences d’aujourd’hui, à prétendre concilier les réticences britanniques, les références culturelles françaises et les projets allemands, à juxtaposer la tradition culturelle des formes d’intervention des Verts et des éléments de la proposition de la CDU tout en jouant les avant-gardes du SPD pour le plus grand bénéfice de la capacité de proposition de l’Allemagne dans la relance du projet politique européen, relève d’un talent particulier. Ce talent-là n’a guère de rapport avec l’art de la diplomatie, qui consiste à essayer de trouver un dénominateur com­mun, ou du moins un minimum de conciliation logique entre des positions différentes.

14J. Fischer n’affadit en rien les couleurs de ses morceaux de tissu politique : il se contente de les assembler en faisant confiance à la force de son propre discours pour crédibiliser non pas la cohérence de ces éléments, mais la brillance persuasive de cette composition.

15Le moment n’est pas mal choisi. À quelques mois d’un sommet de Nice dont la préparation s’apparente à la chronique d’un échec an­noncé, et à un moment où de nombreux observateurs stigmatisent l’incapacité des gouvernements européens à faire avancer le dossier de l’union politique, toute proposition dans ce domaine est de nature à la fois à valoriser le rôle de l’Allemagne et l’image personnelle de J. Fischer. Celui-ci décide, dans une conjoncture d’atonie européenne, de miser l’essentiel de sa construction d’image sur sa capacité de proposition en matière d’élaboration d’une Europe politique, parce qu’aussi bien les risques d’échec en la matière ne sont guère mesurables : compte tenu du contexte, la diversité contrastée des propositions attire plus l’attention sur la capacité d’initiative que sur le détail des contradictions, et l’agitation intellectuelle dans ce domaine permet, en dépit ou en raison des dénégations et des affectations de démarche personnelle, de concilier dans la forme sinon sur le fond l’héritage contestataire et la nouvelle culture gouvernementale.

Les coutures du patchwork

16Il serait sans doute vain de s’interroger sur la part qui revient, dans cet assemblage apparemment et ostensiblement disparate, à la mission gouvernementale et à l’autopromotion. En tant que franc-tireur, J. Fischer rend service au gouvernement allemand en se rendant service à lui-même. En cas de réaction favorable des autres gouvernements européens et de l’opinion publique allemande, il réussit sur les deux tableaux. En cas de réaction défavorable, il conserve sa position de repli sur son rôle autoproclamé de trublion visionnaire, qui profite à la fois à sa propre image et, dans une moindre mesure peut-être, à l’image d’un gouvernement allemand pluraliste et capable d’intégrer les différentes composantes de son passé récent. Autant dire que, derrière l’agitation médiatique, le risque n’est pas grand et le profit non négligeable.

17Il est peu vraisemblable que J. Fischer n’ait pas pris la mesure des contradictions objectives évoquées auparavant dans l’analyse de certaines de ses propositions. Il nous semble en revanche que l’existence même de ces juxtapositions contradictoires remplit une double fonction. D’une part, elle reflète la réalité des oppositions entre gouvernements européens – notamment britannique, français et allemand – sur la question de l’Europe politique, tout en présentant l’avantage, du fait même d’une présentation en patchwork, de donner à penser que ces oppositions sont conciliables, non pas par la recherche d’un minimum de convergence ou d’une option claire en faveur d’une des positions en présence, mais par le choc paisiblement combiné des contrastes. D’autre part, elle s’inscrit dans une stratégie de la politique allemande d’après-guerre, qui consiste à avoir deux fers au feu : en cas d’échec avéré de l’un des termes de la contradiction apparente, il reste possible de rebondir sur celui-ci pour assurer le succès de l’autre terme pour le plus grand bénéfice d’un objectif supérieur. Adenauer ne s’y était pas pris autrement, lorsqu’il avait, au milieu des années cinquante, tiré avantage de l’échec de la Communauté Européenne de Défense dont il était partisan pour obtenir l’autorisation de création d’une armée fédérale autonome, dont l’absence obérait son objectif supérieur de construction d’une souveraineté nationale. Dans le cas de J. Fischer et du gouvernement allemand actuel, la même stratégie jouant sur les contradictions, les rebonds et les replis possibles peut être mise au service de l’affirmation d’un leadership politique de l’Allemagne, quel que soit le cas de figure envisageable pour l’avenir et sans qu’il puisse lui être fait reproche d’avoir voulu jouer cavalier seul.

18On comprendrait mieux dès lors pourquoi J. Fischer tient à cultiver, par-delà les oppositions de couleurs juxtaposées, la brillance de chacune d’elles. Il ne s’agit pas là de cohérence argumentative, mais de « montage » (également au sens cinématographique) de propositions dont la cohésion relève à la fois de la stratégie politique et de la force de l’image.

Les nouveaux habits de M. Fischer

19L’habit d’Arlequin est un patchwork de couleurs vives, où chacune d’entre elles renforce sa brillance par sa juxtaposition contrastée avec une autre. Mais c’est un véritable habit, ou un revêtement, si l’on veut. En abandonnant l’uniforme de Pierrot vert pour endosser la tenue multicolore d’Arlequin, J. Fischer change de rôle en restant fidèle au même répertoire.

Notes

( *) Cette communication date du 8/12/2000. L’objet et la teneur en sont antérieurs aux « révélations » portant sur les agissements de J. Fischer dans son passé gauchiste, et n’ont donc aucun rapport avec le débat public qui s’en est suivi en RFA, même si la publication dans la presse allemande d’une photo représentant le jeune J. Fischer en train de frapper un policier peut donner à penser que le Ministre des Affaires étrangères a été rattrapé par une autre image, mais indésirable celle-là.

Auteur

Université Paris III

© Presses Sorbonne Nouvelle, 2002

Conditions d’utilisation : http://www.openedition.org/6540